Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Le klaxon, un argument de séduction ?

Le klaxon, un argument de séduction ?

Une question a germé ce matin dans ma tête de petite étudiante. A savoir : quelle est ma place dans cette société en tant que femme ?

Aujourd'hui, le mode d'expression de séduction des hommes étant plus que particulier, je m'interroge sur le comportement à tenir. Et il y a du boulot...

Les minutes de marche jusqu’à la fac le matin sont l’occasion pour moi d’arrêter de réfléchir. On réfléchit en cours, on réfléchit en débattant avec des amis, avec la famille, devant un café, quand on est seul on réfléchit aussi. Alors, ce matin, écouteurs dans les oreilles, je parcours vigoureusement le trajet habituel et je respire l’air de la ville, faute de mieux. Mais seule la musique me distrait.

Aujourd’hui, c’était différent. Quand je marche, j’aimerais qu’on me laisse en paix, me fondre dans le mur que je longe, devenir transparente ; ce ne fut malheureusement pas le cas. Comme cela m’arrive régulièrement, une voiture est passée, a klaxonné, appels de phares. J’ai haussé les sourcils, levé les yeux en signe de lassitude. J’aurais pu oublier, effacer l’histoire mais non, mon esprit a recommencé à réfléchir sur ce fait qui peut paraître anodin. Comment la femme est-elle considérée aujourd’hui ?

On nous dit que notre place a évolué, qu’elle est légitime et normale dans toutes les sphères de la société, aussi bien dans les entreprises que dans la vie courante. Étant en psychologie, je me suis vite aperçue que ces affirmations n’étaient pas réellement fondées. Par exemple, un reportage sur France 2 pendant le journal présenté il y a quelques jours nous présentait une expérience faite dans les écoles. Cela consistait à montrer aux enfants un personnage neutre (un ours par exemple) et à associer un lieu à ce personnage. Si le lieu associé était une cuisine, alors l’enfant avait plus tendance à considérer l’ours comme étant une femme. A l’inverse, l’ours était perçu comme un homme lorsqu’il était associé à un lieu de travail (un bureau, etc.).

Alors, on peut nous dire que les mentalités ont évolué, il n’en reste pas moins que les stéréotypes sont toujours bien présents.

Je comprends maintenant pourquoi le coup de klaxon et les appels de phares... La femme s’est certes émancipée mais elle n’en reste pas pour autant « inférieure ». Preuve en est, on ne klaxonne généralement que lorsqu’on veut avertir un autre automobiliste (que le feu est passé au vert, qu’il grille la priorité, etc.), on n’allume ses phares que la nuit et on ne les utilise aussi que pour signaler. Alors de quoi nous avertissons-nous ? A-t-on déjà vu une femme klaxonner un homme, le siffler ? Parce que, bien que cela ne se soit pas passé ce matin, il m’est régulièrement arrivé de me faire siffler. Lorsqu’une femme passe dans la rue, qu’elle a l’audace de porter des talons, une jupe ou une robe, ils marmonnent dans leur barbe un léger « charmante hein ». N’est-ce pas les chiens que nous sommes censés siffler ou appeler par ce bruit significatif qui nous sert à attirer l’attention d’un animal ?

Où est passé le temps où l’homme s’avançait avec gêne pour proposer un café et a-t-il déjà existé ? Et pourquoi exprimer son approbation ou le plaisir visuel de voir une belle femme par des gestes qui ne tendent qu’à la dévaloriser ?
Messieurs, que ce soit entendu, un sourire simple et radieux suffit.

Demain, c’est décidé, ce sera talons hauts, robe et sourire jusqu’aux oreilles. Assumons notre féminité et laissons-leur la frustration devant une jolie paire de jambes.


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

85 réactions à cet article    


  • gordon71 gordon71 27 janvier 2012 11:47

     pourquoi s’avançait « avec gêne »  ? pour proposer un café

    « avec respect » ne vous suffit il pas ?

    aux états unis la drague ou les propositions jugées insistantes peuvent être assimilées à du harcèlement et poursuivies devant les tribunaux

    c’est ce que vous souhaitez ?


    • Nanaboso 27 janvier 2012 12:11

      ha bah là j’avoue que j’avais oublié cet aspect que vous énoncez et qui est interessant...
      et de relever le « avec gène » je ne peux qu’observer un lapsus d’une volonté de reprendre le « pouvoir » dans une situation subie... ce qui est légitime... ;)


    • tikhomir 27 janvier 2012 11:55

      Bon, vous avez un problème personnel, un homme a klaxonné ou a sifflé à votre passage, et alors ?

      Vous avez vu un reportage a la télé qui vous a dit que l’homme et la femme sont stéréotypés aux yeux des enfants... Et alors ? Quel est le problème ?

      « A-t-on déjà vu une femme klaxonner un homme, le siffler ? »

      Presque, il y en a une qui m’a mis une main aux fesses et je lui ai collé une grosse baffe. Parité oblige, c’est ce qu’elle aurait fait si je lui avais fait la même chose.

      Et des anecdotes comme ça, je pourrais vous en raconter beaucoup et des bien pires qu’un coup de klaxon...

      Vous idéalisez les femmes apparemment et les sollicitations féminines de ce type envers les hommes sont monnaie courante et, je suis d’accord avec vous, c’est pénible.

      Mais sérieusement, n’en faites pas un prétexte pour vous dire « oh la place de la femme dans la société blablabla »... Ce serait un raisonnement faussé digne de l’abrutissement féministe subi pendant plusieurs décennies.


      • Nanaboso 27 janvier 2012 12:12

        et bien je vois que cela ne m’est pas arrivé qu’a moi la main aux fesses ;), donc je en suis pas un cas isolé ;)


      • Nanaboso 27 janvier 2012 12:08

        Chère CaroleR30,
        je comprends votre désarroi concernant la gente masculine, et ayant fait des études de sociologie, entre autre, j’avais envie de participer à votre reflexion...
        je reprendrais les points qui m’interesse au fur et à mesure... ;)

        -Aujourd’hui, le mode d’expression de séduction des hommes étant plus que particulier, je m’interroge sur le comportement à tenir. Et il y a du boulot...
        -Bien évidement je ne réagirai pas « basiquement » en notant que faire une généralité d’actes anecdotiques est un raisonnement un peu rapide. Au vu du nombre d’hommes dans la rue, je pense que statistiquement, le nombre d’hommes qui ont un comportement déplacé à l’encontre des femmes, restent tres largement limité...mais c’est toujours ainsi, on ne voit que ceux qui se font remarquer. les timides que vous semblez apprecier se cachent dans un coin et vous ne les voyez pas ;), la réalité c’est ce qu’on perçoit subjectivement vous en etes consciente j’en suis sûr...

        -Apparement vous devez etre une belle femme (qui peut etre ressenti comme une « malediction » pour certaines qui se payent le luxe de se plaindre dans notre société où le « beau » exterieur est mis en avant sans cesse et où les « moches » doivent se battre pour etre « vu ». Bref chacun sa problématique de vie (je ne suis pas un « cageot » masculin et donc ne defend pas « l’autre coté du voile » ;) )

        -On nous dit que notre place a évolué, qu’elle est légitime et normale dans toutes les sphères de la société, aussi bien dans les entreprises que dans la vie courante.

        - Ici nous touchons la question de la part que va jouer la civilisation sur le cerveau en terme d’évolution et de « survie » etc... le coté animal ou « reptilien », ici grande question qui pourrait engager de nombreuses discussion de fond quant à la construction physiologiue du cerveau et la séparation lobe droit/lobe gauche...Ainsi qu’elle est la limite de l’influence de la civilisation sur le coté animal de l’etre.

        - Ensuite nous abordons ici la complexité du rapport à la sexualité, au sexe. A savoir nous vivons dans uen société, qui est determinée par une influence majeure du marketing (et des etudes sur la manipulation des masses) qui utilise des leviers basiques pour influencer et declencher des actions desirées afin d’obtenir des resultats esperés. Etant en psychologie vous devez etre au fait de ce genre de leviers (sexe, peur, culpabilité etc.). Ainsi le « sexe » est un pouvoir (c’est un des trois éléments fondamentaux de domination : l’argent, le sexe et le pouvoir) et ils sont tous reliés.. ils sont embriqués les uns dans les autres...
        regardez, si par ex j’ai beaucoup de charisme, les gens me suivent... ce n’est pas forcement lié à l’argent ou au sexe.... mais à un « pouvoir » une personnalité...
        apres je peux en profiter pour obtenir du sexe avec qui je veux ou demander de l’argent à qui je veux... Le raisonnement est le même concernant cette pulsion sexuelle, ce pouvoir qu’exerce la femme sur l’homme (qui grace à l’éducation, la civilisation, la meditation etc peut s’en libérer, ou du moins s’en éloigner), qui doit encore avoir à faire avec cette partie animal de son cerveau...
        Bref nous vivons dans une société qui sexualise tout et n’importe quoi pour « vendre », pour que le message passe mieux.... inutile de m’appesantir sur cet aspect dejà étudié et dénoncé... ainsi l’homme d’aujourd’hui est sans cesse « harcelé » au niveau de cette partie de son cerveau et cela entraine des conséquences (on pourrait aussi noter la multiplication et la facilité d’acces à la pornographie et à l’image de la femme dedans).
        La partie du cerveau cité serait hypertrophier et l’homme de base verrait donc chaque femme attirante comme uen femme « maitresse » et non plus comme une « soeur » ou une « mere », si ce shéma changeait, je suis sûr qu’il en serait autrement...

        -Alors, on peut nous dire que les mentalités ont évolué, il n’en reste pas moins que les stéréotypes sont toujours bien présents.

        -tout à fait j’adhère à votre vision, néanmoins j’espere qu’ils sont de moins en moins nombreux... et je pense que la ville qui ammene un certain anonymat (peu de chance de revoir une personne croisée sur un trottoir de paris) va avoir un effet déshinibeur qui va faire qu’une personne se laissra plus facilement aller à ses pulsions que dans un village de province où tout le monde se connait et où les actes de ce type là doivent etre assumé ensuite...
        je ne rentrerais pas non plus dans un debat d’influence culturel (asiatique, africain, européen, sud américain etc) et de la place de la femme.

        -La femme s’est certes émancipée mais elle n’en reste pas pour autant « inférieure »
        - la question ici est plutot une « objetisation » de la femme. Ce qui denote selon moi plutot un complexe d’inferiorité refoulé vis à vis de la femme et qui demande une compensation. (histoire de faire un peu de psy basique ;) )

        -A-t-on déjà vu une femme klaxonner un homme, le siffler ?
        - aerf terrible.... mais ici je dois l’avouer devant l’Eternel, il m’est arrivé de me faire siffler et mettre des mains aux fesses en « boite » lorsque j’etais etudiant. Donc oui il existe des femmes avec des comportements sexuels de « chasseur » (et j’ai donc pu vivre une paire de fois ce que vous semblez vivre au quotidien). D’ailleurs des études ont montré qu’avec la libération de la femme, sa prise d’independance financiere et l’acces à des postes de responsabilité, entrainait un comportement « dominateur » (en parlant de reflexe gregaire et de meute, avec un mâle ou une femelle Alpha), et donc des actes dits « masculins » tels que ceux enoncés. de meme des conséquences physiques similaires (chutes de cheveux etc)

        -Lorsqu’une femme passe dans la rue, qu’elle a l’audace de porter des talons, une jupe ou une robe
        -Que l’on n’oublie pas que montrer ses jambes et féminiser le corps d’une femme est aussi jouer avec les pulsions deja pre-citéés... je dois avouer qu’ayant beaucoup voyagé, notamment en inde, lorsque je suis là bas, j’eprouve un repos du mental, non assujetti à ces pulsions... (même si malheureusement l’inde moderne copie l’occident et donc cette question revient là bas de plus en plus). Et lorsque je reviens en metropole et que je me retrouve dans la rue avec des jeunes filles voulant copier ce qu’elles voient sur MTV (style vestimentaire tres sexué) et qu’elles n’ont pas conscience de jouer avec ce « pouvoir » sur l’homme, et bien cela me désarme et m’attriste...
        le second aspect n’est pas en soi la jupe ou les talon , mais les codes qui y sont affiliés ainsi que ce que dégage la personne qui les porte... ainsi pour faire cliché (un dessin vaut mille mots), une jupe et des talon sur la reine de jordanie ne fera pas le meme effet que sur lady gaga...

        Alors non, je ne suis pas un défenseur de la burka ni des extremes, mais juste j’essai d’apporter une reflexion sur un etat de fait, chacun prends ses responsabilités apres...
        je ne cherche à convaincre personne... et laisse avec sa conscience tout un chacun...

        -Où est passé le temps où l’homme s’avançait avec gêne pour proposer un café et a-t-il déjà existé ?
        - Il a existé et il existe, cela dit encore faut il le voir, et lorsqu’il vient vous voir, ne pas le renvoyer dans les roses trop méchamment (même si cela devait vous arrive 50 fois par jour) car de nature sensible il sera vacciné.
        - la femme peut aussi faire le premier pas et ainsi assumer cette part d’égalité qu’elle souhaite (sujet délicat que celui de l’egalité, c’est comme de dire que certaines sociétés tribales sont archaïques et nous etant le summum de la civilisation, il n’est pas qu’est ici d’une graduation en termes de superieurs ou infierieurs mais simplement de differences, de directions données, ainsi un homme et une femme n’ont pas évolué de la meme maniere mais surement de façon complémentaire, qui fait que l’addition des deux amène une richesse imcomparable).
        Etant etudiante, vous serez amené à rencontre des hommes avec un cerveau j’en suis sûr...
        bien qu’il existe evidement des cerveaux en dehors des facs ;o)

        -Et pourquoi exprimer son approbation ou le plaisir visuel de voir une belle femme par des gestes qui ne tendent qu’à la dévaloriser ?
        Messieurs, que ce soit entendu, un sourire simple et radieux suffit.

        - j’approuve et c’est ainsi que j’ai fini par agir...
        donner un sourire et un compliment et « s’arracher », « donner sans attendre » et s’en aller...

        Ainsi un sourire sauvait peut etre une journée maussade et le fait de partir élégamment n’en donnait que plus de saveur et de valeur. Dur dans notre société où l’on nous enseigne à donner pour un retour sur investissement et à ne rien donner gratuitement...

        -Demain, c’est décidé, ce sera talons hauts, robe et sourire jusqu’aux oreilles. Assumons notre féminité et laissons-leur la frustration devant une jolie paire de jambes.

        BRAVOOOOOOOOOOOOOOOO ;D

        belle journée à vous ;o)


        • zelectron zelectron 27 janvier 2012 21:21

          C’est vous qui auriez du écrire l’article


        • Aldous Aldous 28 janvier 2012 10:56

          Ekaterina, moi qui suis notre ainé de quelques mois, je vous assure que ce n’est pas ça la vieillesse !


          N’anticipez pas et profitez du bel âge, celui ou l’esprit est aussi épanouis que le corps.




        • Nanaboso 28 janvier 2012 15:24

          Merci zelectron, mais la critique est plus facile que la création...
          cela dit, sérieusement, il est évident qu’a 33 ans, nosu ayons plus de maturité et de reflexion qu’a 23...
          elle n’a pêché que de sincérité et de fraicheur candide à mon avis... :)


        • Nanaboso 28 janvier 2012 15:27

          merci ;o)
          et oui je suis d’accord avec la fin de votre commentaire (j(ai failli en parler mais il me fallait me structurer et rester au plus pres de l’article...) sur le fait que la beauté éloigne, isole....
          qui ne s’est pas dit en regardant un bel homme ou une belle femme : « elle est trop belle, trop bien, elle a forcement qq’un dans sa vie, je vais me prendre une veste » et est resté à ce stade là... ;)


        • SweetDouce SweetDouce 27 janvier 2012 12:23

          Malheureusement, il n’y a pas que les femmes qui souffrent de stéréotypes... les jeunes, les vieux et les hommes aussi... et c’est difficile de s’en défaire pour tous !

          Ensuite en ce qui concerne ce cas précis, « oser afficher sa féminité » comme vous dites, c’est souhaiter ne pas laisser les hommes indifférents... à partir de là, toutes les réactions masculines sont possibles : celles que vous trouverez indignes, culculs, respectueuses, flatteuses... etc..

          La séduction, puisque c’est ce que vous cherchez (sinon vous ne parleriez pas de demandes génées pour aller boire un café) est un miroir dans lequel on se complait de vivre et qui définit les rapports hommes/femmes selon des stéréotypes, obligatoirement...

          Bien loin d’excuser les réactions masculines dignes d’un zoo qui les abêtissent eux-même (dites vous que klaxonner une femme dans la rue ne relève pas de la finesse...), n’oublions pas que les hommes aussi vivent sous un dictat, celui de la virilité... !


          • Aldous Aldous 27 janvier 2012 12:53

            Vous êtes sûre que le gars ne klaxonnait pas parce que vous traversiez en dehors des clous ? smiley


            Plus serieusement, vous pretendez etre contre les stereotypes et pourtant, voile un gars qui klaxonne et de ce cas singulier vous tirez des conclusion sur toute la gente masculine.

            Tout ça pour vous donner une justification afin d’oser les talons hauts ou bien pour informer le monde entier des effets de votre sex appeal sur les conducteurs mal éduqués ?

            Ma foi estimez vous heureuse, il y a pire : il y a des femmes que personne ne siffle jamais !





            • Sherafn1 Sherafn1 27 janvier 2012 18:29
              Ma foi estimez vous heureuse, il y a pire : il y a des femmes que personne ne siffle jamais !

              Je plussoie

            • Aldous Aldous 27 janvier 2012 22:01

              On ne peut pas plaire a tous les coups...



            • Aldous Aldous 28 janvier 2012 10:42
              Effectivement Ekaterina, c’est un point de vue masculin vu que je suis un homme.

              Ce qui m’a agacé ce n’est pas le sujet, je comprend que c’est penible. C’est l’amalgame sociologique : un balourd me klaxonne = Les hommes sont comme ça de nos jours.

              Non, je ne klaxonne personne. Et je ne sens pas non plus obligé de roucouler avec les autres commentateurs masculins pour compenser le comportement de ce type, quitte a me faire traiter de gros con.

              Maintenant, je concois l’ennui d’etre dragué lourdement par un néandertalien.



            • gordon71 gordon71 27 janvier 2012 13:30

              mignonne allons voir si la rose ....



              A Cassandre

              Mignonne, allons voir si la rose
              Qui ce matin avoit desclose
              Sa robe de pourpre au Soleil,
              A point perdu ceste vesprée
              Les plis de sa robe pourprée,
              Et son teint au vostre pareil.

              Las ! voyez comme en peu d’espace,
              Mignonne, elle a dessus la place
              Las ! las ses beautez laissé cheoir !
              Ô vrayment marastre Nature,
              Puis qu’une telle fleur ne dure
              Que du matin jusques au soir !

              Donc, si vous me croyez, mignonne,
              Tandis que vostre âge fleuronne
              En sa plus verte nouveauté,
              Cueillez, cueillez vostre jeunesse :
              Comme à ceste fleur la vieillesse
              Fera ternir vostre beauté.

              Pierre de Ronsard (1524-1585)

              • Aldous Aldous 27 janvier 2012 14:10

                Marquise si mon visage

                A quelques traits un peu vieux
                Souvenez-vous qu’à mon âge

                Vous ne vaudrez guère mieux

                Le temps aux plus belles choses
                Se plaît à faire un affront
                Et saura faner vos roses

                Comme il a ridé mon front

                Le même cours des planètes
                Règle nos jours et nos nuits
                On m’a vu ce que vous êtes

                Vous serez ce que je suis

                Peut-être que je suis vieille
                Répond Marquise cependant
                J’ai vingt-six ans mon vieux Corneille

                Et je t’emmerde en attendant           


                Georges Brassens


              • Aldous Aldous 28 janvier 2012 10:50

                Je l’ai cité pour la strophe que Brassens y a ajouté et qui résume bien l’affaire.


              • Dominitille 27 janvier 2012 13:50

                Bonjour Carole,
                Revenez dans 20 ans nous refaire le même papier avec les mêmes ressentis.
                Mais possible que vous plaindrez du fait que les hommes ne vous regardent plus car plus aussi attirante.
                Profitez de votre jeunesse en tout bien tout honneur ! elle passe mais ne revient jamais.


                • Annie 27 janvier 2012 14:35

                  Merci Dominitille, 
                  Je ne voulais pas être la première à dire cela, mais chaque fois que l’on m’a sifflé dans la rue (dans une autre vie), qu’il s’agisse de travailleurs du bâtiment sur leurs échafaudages ou d’autres hommes qui manifestaient ainsi leur appréciation, je les ai toujours remerciés d’un signe de la main et d’un sourire. On peut avoir une lecture très sexiste de ce type de comportement, mais j’ai toujours trouvé cela rassurant d’un côté et de l’autre très humain. Et non je n’ai jamais mis la main aux fesses d’un homme, mais plus jeune et avec des copines il m’est arrivée d’en siffler quelques-uns.


                • tikhomir 27 janvier 2012 14:48

                  Pour une fois, je suis aussi d’accord avec Dominitille. C’est rare.

                  @Annie

                  Siffler, ça va et puis ça dépend comment c’est fait aussi. La main aux fesses c’est plus gênant car ça a trait à l’intimité et dans ce cas, la personne va trop loin.

                  En tout cas, merci de confirmer que des femmes le font aussi ou ont ce type de comportements, contrairement à ce qui est écrit dans l’article.


                • Dominitille 27 janvier 2012 15:15

                  Bonjour Annie,
                  Un compliment même sifflé c’est agréable surtout s’il n’attend rien en retour.
                   


                • Dominitille 27 janvier 2012 15:21

                  Bonjour Tikhomir,
                  Un compliment ! j’en avais bien besoin venant tout juste d’être interdite de blog d’un rouquin agressif envers les femmes.
                  C’est bin dur d’être une femme avec des idées de femme sur les blogs des hommes de nos jours. Ils passent leur temps à se congratuler et à inventer de nouvelles armes de défensives actives pour lutter contre les femmes à grande gueule.
                  Bonne journée et j’essaierai d’être positive jusqu’à la prochaine fois.


                • Annie 27 janvier 2012 15:26

                  Exact Dominitille,
                  Tikhomir,
                  Je ne dirai pas que c’était un comportement habituel de ma part, ni des autres. C’était plutôt une forme d’affirmation de la part d’adolescentes, une manière de renverser les rôles, sous l’influence d’un féminisme naissant.
                  Ce qui est finalement très ironique dans cette histoire est que les adolescents que nous avons sifflés étaient terriblement gênés. Tout dépend vraiment des intentions que l’on attribue aux autres.


                • Annie 27 janvier 2012 22:29

                  Mais nous vous permettons.


                • Dominitille 27 janvier 2012 23:40

                  ce dont apparement vous ne vous privez pas


                • Giordano Bruno 27 janvier 2012 13:55

                  Vous avez encore à apprendre en psychologie. Notamment que l’on ne doit pas conclure d’une expérience personnelle, mais s’appuyer sur des recherches qui respectent les canons de la démarche scientifique.

                  Vous pensez dénoncer un stéréotype alors que dans votre article transparaissent justement des stéréotypes :
                  - sur ce qu’est l’homme.
                  - sur ce que devrait être l’homme.
                  - sur les stéréotypes de tout un chacun, via une étude qui ne montre pas un stéréotype, mais la perception d’une réalité. La femme est réellement plus à la cuisine que l’homme. Pas besoin d’invoquer un stéréotype. J’aurais fait la même association que ces enfants et j’affirme qu’elle est correcte, c’est-à-dire conforme à la réalité de notre monde.

                  Vous apprendrez également dans votre cursus que vous êtes victime du biais cognitif suivant : vous faites plus attention à ceux qui vous klaxonnent qu’à ceux qui ne vous klaxonnent pas (et qui sont pourtant largement majoritaires).

                  Vous m’avez donné envie de relire Les précieuses ridicules. Je vous en remercie.

                  Bonnes études !


                  • gordon71 gordon71 27 janvier 2012 15:26

                    l’avis de patrick Goffman...qui n’est pas loin du mien

                     sur la complexité des rapports hommes femmes





                    • Nord 27 janvier 2012 15:29

                      Merci les filles de nous gâter de votre beauté


                      • gordon71 gordon71 27 janvier 2012 15:33

                         un hommage à la beauté féminine 


                        (le klaxon pas toujours deux fois)



                        • blablablietblabla espritsubversif 27 janvier 2012 17:42

                          Arrete Kerjean arrete , qu’est-ce que tu viens te la jouer là ,te connaissant bien chez Marianne tu es quelqu’un de frustré et qu’il y a belle lurette que tu n’est vu une nana.

                           

                          Je suis maçon moi Kerjean et je peut te dire que connaissant beaucoups de maçon ce n’est pas les genre que tu crois , et en plus le cliché « maçon »tu es un menteur ou alors c’est toi qui a du dérouiller. Tu sais ce que tui es Kerjean tu es un clanpin comme on dit dans le midi ,tu écris pour ne rien écrire.

                           

                          Et blablablietblablabla !!


                        • gordon71 gordon71 27 janvier 2012 20:19

                           est du genre gros frustré de merde, à se taper deux boudins vulgaires dans sa vie

                           

                          c’est du troisième degré ?
                          sinon
                          question délicatesse envers la gent féminine 

                          kerjean j’avoue que je rends les armes vous donnez des cours, ?
                          organisez des stages ?

                        • easy easy 27 janvier 2012 18:40

                          Arrrrh vous êtes tombée, par hasard peut-être, sur un forum où les hommes ne klaxonnent ni ne sifflent les femmes et considèrent de haut ceux qui le font.

                          Débat faussé d’office


                          Puisque vous cherchez à étudier la psychologie et puisque la sexualisation serait essentielle chez nous, il vous faut apprendre le travail approfondi qu’a entrepris Thierry Eloi sur ce qui se passait chez les Romains.

                          Encombrants Romains. Car tout en étant nos pères et nos maîtres, leurs manières étaient fort différentes des nôtres aujourd’hui.
                          A ce point différentes que c’en est gênant rien qu’à les lire.

                          Etant bien compris que s’il s’agissait là de quelque peuplade lointaine d’une autre Famille, ça ne nous gênerait pas. Nous saurions supporter le choc grâce au biais autorisé selon lequel « La sexualité de l’autre nous apparaît toujours sale »

                          Mais il s’agit ici de nos aïeux bon sang !
                          Descendre des Romains tels qu’ils apparaissent sous les éclairages de Thierry Eloi, c’est très troublant pour plusieurs raisons dont celle qui fait ressortir nos rails et ressorts actuels bien fragiles ou discutables. Quoi, il n’y aurait pas grand chose d’universel dans notre façon de sexualiser ?


                          Oui c’est déstabilisant.
                          A se demander aussi comment nous sommes devenus si différents d’eux en tant de choses (manière de lire, manière de manger, manière de faire la guerre, et donc manière de sexualiser)


                          Couleuvre avalée, nous découvrons essentiellement que les orientations et manières de nos activités (dans tous les domaines) n’ont soit jamais de constante universelle, soit ont bien un tronc commun mais il serait toujours maquillé, avatarisé, masqué, anamorphosé selon une tendance culturelle en cours et n’apparaîtrait plus. Ce qui nous fout la trouille car à partir à sa recherche dans les couches profondes, qu’y découvrirait-on sinon notre animalité la plus rustique ?

                          Pour l’instant de mes réflexions sur la comparaison entre les Romains et nous, et sur la base de ce travail de Thierry Eloi, j’en suis à ne trouver qu’une seul sorte de tronc commun à tous et en tous cas aux Romains et nous, c’est l’activité ou plutôt la suractivité

                          A part cette activité qui nous remue au-delà de nos besoins minimaux et suffisants, rien, je ne vois plus rien de commun entre nos ancêtres et nous. Tout m’apparaissant superficiel au sens de « vêtement social sous lequel figurer, exister et communiquer »



                          Figurez-vous que selon ce chercheur, il était hors de question que mari et épouse aient du plaisir ensemble. Le mari avait le devoir d’aller au lupanar (selon une certaine cadence, ni trop ni trop peu) pour y prendre du pur plaisir avec des esclaves. Et il y trouvait plus de plaisir bouche sur peau ou bouche sur bouche, qu’avec le zizi. Et oui, en dépit de ce que les dessins de Pompéi nous donnent à croire (Et ces dessins nous poussent à croire à cette version plutôt megazizi parce qu’en ce moment nous sommes orientés megazizi)

                          Selon Eloi, il était exclu qu’une épouse ait de toute sa vie du plaisir au niveau de son sexe et il était arrivé qu’une d’elles portât plainte contre son mari car le salaud jouissait nettement de son corps à elle et ne se rendait au lupanar que la mort dans l’âme.


                          Inutile de préciser que les théories de Freud, quoique enluminées de références mythologiques en guise de référentiel autorisé, sont archi invalidées dans le monde des Romains



                          • easy easy 27 janvier 2012 18:48

                            Où je conlus alors que tant le klaxonnage que votre vexage ne sont que plumages, ramages et enfumages


                          • easy easy 27 janvier 2012 23:49

                            Je n’applique pas cette théorie à qui que ce soit en particulier

                            Je dis à tous, tant aux klaxonneurs qu’aux klaxonnées que s’il existe une constante universelle dans nos comportements (action & réactions) elle est bien dissimulée sous un fatras de plumages et de ramages en vogue 

                            Je dis à tous que nous agissons et réagissons très probablement selon une stratégie de mode, réflexes compris, tout en ayant la conviction que ça nous est intrinsèque et qu’en tout lieu, qu’en toute époque nous ferions de même



                          • Aldous Aldous 28 janvier 2012 10:58

                            Vexation ?



                          • cevennevive cevennevive 27 janvier 2012 18:53

                            Jolie petite Carole,

                            Plus tard, à la maturité, vous vous souviendrez avec nostalgie de ces hommages virils (même s’ils étaient d’un goût douteux). Vous sourirez en pensant que vous étiez fraîche et belle, et que c’est pour cela que vous plaisiez.

                            Ce ne sera pas de la nostalgie mal placée, non, juste une sensation de sagesse, de compréhension et d’empathie que l’on est incapable de ressentir à 20 ans.

                            Et vous regarderez vos adolescentes (si vous en avez, filles ou petites filles) bouder les hommages qu’elles seraient bien ulcérées de ne pas recevoir...

                            Profitez de votre possibilité de séduction. Pour le moment, vous séduisez physiquement, dans quelques années, il vous faudra séduire autrement. Préparez-vous !

                            Bien cordialement.


                            • easy easy 27 janvier 2012 20:31

                              Que nenni !

                              Je n’irais pas à prétendre que les hommes n’ont pas été toujours au reluquage des femmes car ils les ont reluquées
                              Mais comme ils ont toujours reluqué les hommes aussi

                              Reste à savoir alors pour quelles raisons, selon quels critères et si ces éléments ont varié.

                              Il y a eu d’énormes variations et il y a encore en ce moment selon les endroits du Monde, des critères très variables. Et pour le dire vite, sauf influence occidentale à la Brigitte Bardot, il n’y aurait qu’en Occident que les critères sont aussi centrés sur la jouissance sexuelle-libidineuse qu’on peut tirer du corps de la femme

                              Même en ce moment, les Inuits ne reluquent pas les femmes selon des critères de jouissance, pas même d’esthétique mais plutôt de solidité corporelle face à la nature et aux besoins qu’impose la survie dans cette nature.


                              En 1663, pendant qu’ici régnait Louis XIV, il y avait en Amérique un très vaste territoire appelé Nouvelle-France qui partait des grands lacs et finissait à la Nouvelle Orléans
                              Il se trouve que les pionniers de l’Amérique étaient essentiellement des hommes. Arrivés sur place, ils souffraient le martyr pour rembourser leur billet de passage (quand ils s’étaient engagés à rembourser contre 3 ans de travail gratuit, on les appelait les « 36 mois » et subissaient le pire esclavage qui soit puisque contrairement aux vrais esclaves, leur maître n’avait pas eu à les acheter et il savait les perdre au bout de 3 ans)
                              Les hommes étaient donc 24h/24 branchés travail-fric-économies-terre. Et ils n’étaient pas du tout orientés hédonisme, épicurisme et galipettes

                              Au point qu’il n’y naissait pas d’enfants en dehors de quelques bâtards faits avec des Amérindiennes ou esclaves (Surtout à la Nouvelle Orléans)

                              Le peuplement ne se faisant pas, Louis XIV a décidé d’y envoyer des femmes. Les filles du roy. Ca a été toute une histoire pour les sélectionner, pour rectifier et ajuster la sélection. Et c’est ainsi que des contingents de femmes y ont été livrées (toutes volontaires et toutes un peu dotées par le roi en argent et trousseau)
                              Et bien sur place, faut pas croire que les hommes se sont jetés dessus. Ca a été encore toute une histoire pour les conduire au mariage et ils ne regardaient alors pas la finesse de la cheville mais sa solidité.

                              Même ici, en France, après le carnage de 1918, comme il n’y avait plus que des femmes pour travailler, on considérait leur charpente, leur capacité à lever les ballots de paille à porter jusqu’à 4 bidons de lait à la fois (40 kilos) à bosser de 5 h à 22h


                            • gordon71 gordon71 27 janvier 2012 22:56

                              éclairant 

                               de la relativité des rapports hommes femmes
                              et du quiproquo permanent 

                              s’aimer 
                              vouloir donner quelquechose qu’on a pas à quelqu’un qui n’en veut pas 
                              lacan 

                              comme quoi, aussi la galanterie et le tact c’est très relatif à travers les âges et les cultures



                            • easy easy 28 janvier 2012 00:04

                              La nature humaine, le tronc commun à tous les hommes depuis la nuit des temps, il est probablement le même mais planqué sous un fatras de plumages et ramages de mode.

                              Il a été de mode à une époque de ne surtout pas jouir entre époux et à une autre époque, pour un homme ; d’être considéré comme un « bon coup »
                              Ca c’est le plumage et le ramage qui change autant que les modes musicales

                              Mais concernant tout ce qui est dur, la jalousie, la haine, la cupidité, la vengeance, toutes ces choses qu’on exprimerait de préférence masqué, on n’est plus dans l’habillage, on est dans la nature humaine qui ne change pas


                            • gordon71 gordon71 27 janvier 2012 20:29

                              en tout cas elle sait allumer ...


                              un débat ...
                              la coquine

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès