Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Le lobby des sanctions routières

Le lobby des sanctions routières

Vouloir baisser le nombre de victimes sur la route est une intention tout à fait louable . Cependant, il y a lieu de s'interroger sur l'adéquation des mesures qui nous attendent en regard du bilan actuel des victimes de la route.

Accidents en chaîne

Chaque victime de la route est une victime de trop. Il est clair que chaque accident corporel constitue à la fois un drame familial mais également un gâchis économique énorme. Cependant, nous avons désormais l'impression que les pouvoirs publics justifient l'arsenal répressif envers le conducteur en visant le zéro mort, le zéro blessé, chiffres évidemment impossibles à atteindre. Est ce bien raisonnable ? 

En d'autres termes, comment réagirait un écolier sur lequel les sanctions deviendraient plus sévères au fur et à mesure qu'il ramène de bonnes notes ? En fait, c'est ce qui se passe au niveau de la sécurité routière. Il est clair qu'on peut grosso modo diviser les conducteurs en 3 populations :

  1. ceux qui respectent à la lettre le code de la route. Ce sont le plus souvent des retraités, peu pressés. Ils parcourent peu de km.
  2. ceux qui tentent de respecter au mieux le code de la route. Totalisant plus de kilomètres, ils sont statistiquement en infraction plus fréquemment que les précédents et sont donc plus souvent verbalisés, notamment par les contrôles automatisés. Qui peut se vanter de n'avoir commis aucune faute après plusieurs heures de conduite ? La véritable question à se poser : sont-ce des dangers publics ?
  3. la population des hors la loi systématiques. Ils ne respectent pas le code de la route, en toute connaissance de cause, par défi. Ce n'est pas un problème de formation, c'est une volonté délibérée d'être en dehors du moule. Cette population allie bien souvent inexpérience routière, vitesse dangereuse, alcool, voire produits stupéfiants. 

Nous savons que la Sécurité Routière réalise des statistiques pointues sur l'accidentologie. Cependant, les actions menées en faveur de la sécurité routière ne découlent pas toutes de l'observation de ces statistiques. Un exemple : 

Sur route, un accident mortel sur trois est dû à l'alcool, selon la Sécurité Routière. Comment expliquer qu'en quarante ans de conduite, je n'ai été contrôlé qu'une seule fois, alors que je suis passé des milliers de fois devant des radars automatiques ? La réponse est simple : le lobby de la sanction.

Les pouvoirs publics privilégient ce qui améliore la sécurité mais qui est financièrement rentable. Il est très facile de contrôler la vitesse d'une auto et d'automatiser la sanction. A la suite de la création des premiers radars, il est apparu que le filon était prometteur. Les rentrées fiscales ont crû ainsi de façon considérable. Qui plus est, des sociétés privées se sont rapprochées de ce dispositif en proposant à l'Etat des appareils toujours plus sophistiqués, voire même leur gestion totale.

La majorité des verbalisés le sont pour les faibles dépassements de vitesse, souvent la conséquence d'une inattention. La population 2 ci-dessus, est la plus touchée. Est-elle pour autant dangereuse ?

Quant à la population 3, elle cumule ses infractions et délits sur des parcours qu'elle connaît bien, à l'écart de tout contrôle automatisé. Les journaux nous relatent régulièrement des drames aux abords d'école par perte de contrôle de son conducteur, le plus souvent jeune et au volant d'une voiture de forte cylindrée inadaptée au conducteur.

En bon gestionnaire, les pouvoirs publics devraient stopper l'installation de radars de vitesse et multiplier fortement les patrouilles avec véhicules banalisés pour détecter ces comportements à risque. Effectivement, nous avons appris la sortie prochaine de véhicules banalisés. Véritables bijoux technologiques, ils seront équipés pour ... sanctionner automatiquement la vitesse.

La population 2 sera une nouvelle fois touchée, ajoutant au ras le bol de ces automobilistes, certes imparfaits, mais avec une conduite globalement raisonnable. Bon nombre de ces conducteurs utilisent leur véhicule pour leur profession. Compte tenu du temps passé à la conduite et au nombre de radars installés, ils perdent leurs points régulièrement mais sûrement, notamment du fait des contraintes de leur travail (planning, horaires, soucis professionnels, ...). Les gros rouleurs finissent par perdre leur permis et cela constitue un véritable drame. Peut-on dire que ce sont des dangers publics ?

Ajouté à cela des limitations de vitesse peu crédibles, souvent mises en place pour faire office de "parapluie". J'ai encore en mémoire une bretelle limitée à 30 kmh. Par peur du gendarme, je l'ai respectée, pas convaincu du tout de son bien fondé. Je me souviens encore du 38 tonnes collé à 3 mètres derrière moi, avec moût appels de phares. Alors j'ai repris une vitesse plus adaptée : à cet endroit, le remède était pire que le mal.

L'automobiliste français a désormais vraiment le sentiment que les pouvoirs publics tapent à côté de la cible. Il suffit de prendre le volant 5 minutes pour constater des infractions graves, potentiellement dangereuses. Pourquoi nous, simples automobilistes, nous remarquons ces fautes et les forces de l'ordre ne les voient pas ? Tout simplement car les pouvoirs publics ont misé sur le tout contrôle automatisé, très performant pour détecter les excès de vitesse, le non respect des feux rouges, mais incapable de détecter un franchissement de ligne blanche, un stop oublié, une absence de clignotants, une distance de sécurité ridicule, bref une conduite dangereuse.

La solution est bien évidemment la circulation de véhicules banalisés affectés exclusivement au contrôle du comportement. Seul l'homme est capable de faire la part des choses entre une faute grave et une faute d'inattention peu grave. Un appareil en est incapable. Le jour où les pouvoirs publics auront compris cela, la sécurité routière aura fait un grand pas.

En France, un emploi sur dix a rapport au secteur automobile. C'est loin d'être négligeable. La pression insupportable du contrôle automatisé met en péril l'attrait de l'automobile. Avons nous l'assurance que la baisse globale des kilomètres parcourus constatée récemment n'est due qu'à la crise ? Rien n'est moins sûr. De plus en plus de gens préfèrent le train voire l'avion pour éviter d'être la victime du racket exercé sur l'automobile (radars, péages, stationnement payant, ...). 100 euros payés en amende, c'est 100 euros de moins d'injecté dans la consommation des ménages.

L'exemple du fiasco des éthylotests est édifiant. Comment les pouvoirs publics ont-ils pensé un seul instant à l'efficacité d'une telle mesure ? La règle est pourtant simple. Tant que je n'ai pas dépassé deux verres, je peux conduire. Sinon je ne conduis pas. Point barre. Dès lors, imposer un éthylotest (qui ne supporte pas plus de 40°) dans chaque boîte à gants (qui monte en été à 60°) pour tester son alcoolémie, fait vraiment figure d'amateurisme ... à moins que des fabricants n'aient fait pression auprès du gouvernement pour le vote de cette mesure.... Lobby encore une fois.

Pour poursuivre la baisse du nombre de victimes sur nos routes, il faut envoyer un signal fort aux conducteurs. Ainsi une communication très forte sur la circulation de nombreux véhicules banalisés, sans équipement coûteux particulier, pourrait efficacement faire office d'épée de Damoclès avec la fameuse peur du gendarme. Mais l'Etat acceptera-t-il une stagnation voire une diminution des recettes générées par les amendes automatiques, rien n'est moins sûr ! Ainsi, nous saurons si l'Etat privilégie la baisse du nombre d'accidents de la route ... ou ses rentrées fiscales.

JPEG - 66.5 ko
Ethylotest
JPEG - 75.2 ko
Radar automatique

Moyenne des avis sur cet article :  4.36/5   (69 votes)




Réagissez à l'article

129 réactions à cet article    


  • Gabriel Gabriel 31 janvier 2013 09:40

    Je pense qu’il faut arrêter d’être candide, plus personne n’est dupe. La sécurité routière, évidement nécessaire, n’est aujourd’hui que le prétexte à rançonner, taxer, voler l’automobiliste. Vous citiez les éthylotests, très bon exemple de magouille financière entre le député et le fabricant. Ils ont annulé la mesure parce que c’était tellement flagrant, qu’ils en ont eu honte. Si la sécurité était le seul but alors des mesures comme celles qui suivent seraient mise en œuvre :

     1°) Gratuité des autoroutes car se sont les voies de circulation les plus sur et elles ont été payées plusieurs fois pour la plupart par le contribuable (Cadeau de Sarkozy à ses amis)

     2°) Bridage des véhicules à 130 Km/h

     3°) Réglage automatique de la vitesse autorisée par le biais d’un GPS couplé au moteur.

    4°) Démarrage du moteur par un contrôle du degré d’alcool inférieur à 0,5°/gr par un mécanisme fiable et pérenne.

     5°) Radars sur les feux rouge

     Je pense qu’avec cela, vous allez régler 90% des problèmes seulement voilà, qui va remplir les caisses qu’alimentaient les radars ? Ne rêvons pas, ils sont très prolixes en matière de lois tordues pour racketter les conducteurs et cela, n’est pas prêt de s’arrêter. Les radars ont rapporté 630 millions € en 2011 et devraient en rapporté 700 millions € pour 2012…

     http://lci.tf1.fr/france/societe/les-radars-ont-rapporte-630-millions-d-euros-en-2011-6921963.html

     http://www.leparisien.fr/societe/securite-routiere-les-recettes-des-radars-battent-des-records-10-08-2012-2120429.php

     

     


    • leypanou 31 janvier 2013 15:48

      @Gabriel :

      « Cadeau de Sarkozy à ses amis » : je pense que cela a été fait quand de Villepin était premier ministre.

      Le grand « progressiste » qu’est F Hollande s’est bien gardé de revenir sur cette mesure scandaleuse, car c’est un quasi-racket (où est la concurrence sur une autoroute ; d’autre part, P Séguin de la Cour des Comptes a déjà dénoncé cette rente à vie au profit des sociétés autoroutières). Et parmi les candidats aux présidentielles, à part Mélenchon car il aurait re-nationaliser plus que cela, seul N Dupont-Aignan a osé revenir publiquement là-dessus.


    • julius 1ER 1er février 2013 19:20

      je pense que le bridage des véhicules n’est pas la solution, le vrai défi c’est de fabriquer des véhicules plus légers(plus besoin d’être si lourds si l’on opte pour une vitesse moindre autour de 100klm/h) cela permettrait de réaliser des gains immenses, d’une part ces véhicules consommeraient moins là on pourrait tabler sur des consos de 1à 2 litres au 100/klms , qui plus est on pourrait en finir avec ce racket sur les routes et par la même, cela ferait chuter le nombre de morts finalement du simple fait de rouler moins vite, et ouvrir des circuits payants dans chaque région pour ceux qui veulent s’éclater au volant, de toutes façons maintenant avec le nombre de véhicules de plus en plus important sur les routes la moyenne de vitesse générale est de l’ordre de 85 klm/h, alors ce n’est plus la peine de se leurrer, il faudra devenir sage et intelligent c’est juste une question de survie pour l’humanité qui plus est moins de carburant gaspillé, moins de pollution, tout cela serait gagnant/gagnant pour le citoyen !!!!!


    • ZenZoe ZenZoe 31 janvier 2013 09:50

      La seule réponse qui vaille est dans les résultats déjà obtenus. Vous ne l’abordez pas.

      Certainement que beaucoup de radars sont là pour attraper l’automobiliste, certainement que les éthylotests étaient une belle sottise, mais - assiste-t-on à une baisse des accidents graves ou non ? Même si les chiffres sont sans doute un peu trafiqués, la réponse est clairement oui.
      Alors oui, on va dans le bon sens, et, s’il faut pointer les abus de pouvoir et le racket, il serait dommage de jeter l’eau et le bébé contre un platane.
      Soyez-en bien sûr, de nombreux automobilistes (pas tous heureusement) sont à l’affût de la moindre relâche des pouvoirs publics, et n’attendent que le retour du laxisme pour réappuyer sur le champignon.


      • Inquiet 31 janvier 2013 10:55

        L’auteur prône-t-il le laxisme ?


        NON, au contraire il revendique davantage de contrôles humains (présence des forces de l’ordre) sur des aspects sécuritaire non mis en avant par le tout-au-radar d’aujourd’hui :
        - faire des contrôle d’alcoolémie plus souvent
        - estimer les distances de sécurité qui font que paradoxalement celui qui respecte la vitesse risque sa vie si il ne tient pas compte du manque de réflexe de celui qui lui colle au c.l
        - être plus intransigeant face au clignotant
        - ....

        Diriez-vous que ces mesures sont sans importances par rapport au seul contrôle de la vitesse ?

        De plus, l’auteur prône-t-il l’abandon du radar ?

        Là aussi, la réponse est NON.
        Il ne s’agit même pas supprimer la vitesse normale de référence de 50 en ville et 130 sur autoroute, mais de viser l’emplacement même des radars où il est franchement dangereux et de les paramétrer en fonction de la fluidité de la circulation.

        Ainsi, les catégories 3 réappuieront sur le champignon pour passer de 30 à 50 dans certaines zones où il était de toute façon exagéré de baisser la vitesse à ce point là, mais si elles décident d’aller au-delà seront de la même manière flashée.

        Cerise sur le gâteau, les radars devenus obsolètes dans des zones où ils n’ont rien à y faire deviendront utile pour des zones où il n’y a pas de radars et qui sont réellement dangereuses.

        Voudriez-vous priver les gens d’une sécurité plus efficace au seul motif que le boulot est partiellement fait ?


      • Masculin 31 janvier 2013 11:39

        Les résultats obtenus, parlons en. Je ne discute pas les chiffres donnés par la sécurité routière. Ils sont là et la baisse des victime est à la fois indéniable et heureuse. Des milliers de victimes ont ainsi été épargnées entre 1972 et aujourd’hui.

        En revanche, la question à se poser est : pourquoi cette baisse ?

        Chantal Perrichon nous martèle que cela est dû à la baisse de la vitesse moyenne des véhicules. Si c’est une des causes, c’est loin d’être la seule ! Citons pêle-mêle :

        - Les ronds-points : ils ont remplacé les stop, feux rouges et autres balises, particulièrement accidentogènes. Désormais cela se limite à de la tole froissée.

        - La suppression des routes à 3 voies non sécurisés. Ici encore, on ne comptait plus les face à face tragiques.

        - un meilleure marquage des routes au sol permet désormais une meilleure visibilité de la route, notamment la nuit

        - le contrôle technique obligatoire

        - le permis à points qui a sensibilisé et impliqué les conducteurs, pas seulement sur le risque vitesse mais sur le comportement en général, même s’il reste beaucoup à faire.

        - les constructeurs ont fait des efforts énormes en sécurité passive. Beaucoup de vies épargnées par une moindre agressivité des autos. Zone de sécurité passagers améliorée. Plus de tableau de bord en tole, des accessoires plus souples.

        - Généralisation de la ceinture de sécurité à l’avant et à l’arrière

        - Obligation des sièges auto

        - Généralisation de l’airbag

        Il serait donc faux de dire que la baisse indiscutable du nombre de victimes est principalement due à la baisse de la vitesse des autos. C’est pourtant ce que martèle le gouvernement pour nous faire avaler la multiplication insupportable des radars vitesse. 

        Ce langage est très peu reconnaissant envers les efforts énormes faits par la DDE et les constructeurs, même s’il reste beaucoup à faire.

        C’est le problème des statistiques lorsque plusieurs mesures sont appliquées simultanément. Attribuer un résultat à chacune d’elle.



      • velosolex velosolex 31 janvier 2013 17:27

        Zenzoe

        Tout à fait d’accord avec vous. Pour ma part, je me félicite du nombre de la baisse du nombre de tués au volant, et donc des mesures qui ont été prises, c’est à dire l’arrivée des radars, et de certaines réglementations.

        Le malaise né que l’effet d’aubaine semble patent : On sait bien que les policiers ont maintenant des impératifs d’amendes à distribuer, et que le racket comme vous le dites est parfois évident.

        Le laxisme des pouvoir publiques est aussi évident quand il touche à certains secteurs, qu’on ménage : Il ne fait pas bon de prendre une petite route de campagne en période de chasse.
        Trois personnes, dans leur voiture, ont été tués encore cette année !

        « Pas de chance ! Juste une balle qui ricoche ! » Disent les chasseurs.
        Mais voilà que je m’en prends à un autre lobby !


      • velosolex velosolex 31 janvier 2013 17:42

        Masculin
        Vous avez raison. Il faut se rappeler aussi que les voitures se sont remarquablement amélioré.
        Arrivée de l’ABS, habitacle indéformable, on est loin des cercueils des années cinquante et soixante....Pleins de paramètres en jeu.....

        On peut se féliciter autant de l’amélioration des routes, et de l’extension des autoroutes, bel effort entrepris par l’état, pour être bradé ensuite aux copains du privé, révélant là un des plus grands scandales de ces dernières années.

        A l’heure où l’on prône la sécurité, on ne peut que s’étonner que l’on fasse ainsi de la sécurité une affaire de fortune : De plus en plus de gens en effet ne prennent plus l’autoroute de plus en plus cher.

        Tant pis, ils renoncent à leur sécurité, pour faire quelques profits, non négligeables, à l’heure où ces société matraquent de plus en plus, tirant profit de biens qui ont été créer par la nation, pour être ensuite vendu à vil prix.....

        Encore faudra t’il qu’ils ne se fassent pas gauler par un des nombreux radars, placé idéalement dans une descente, dans un moment de fatigue.....L’état trouve ainsi matière à profiter de ce repli vers les routes secondaires, en tout cynisme pourrait on dire.

        En un mot : « Circulez, et payez. Sinon y a rien à voir ! »


      • Lisa SION 2 Lisa SION 2 31 janvier 2013 10:30

        Il y a dix fois plus de morts dans les salles de bains à domicile d’où le cri que je pousse : Ouch Ouille Ail Aaaah... ! douche. Pour soustraire des morts sur la route, diminuer le nombre de pièges conçus par des inconscients irresponsables suffirait. Et c’est pas les moyens qui manquent.


        • Inquiet 31 janvier 2013 11:03

          Juste pour info


          Moyenne par an des décès imputés :
          - aux maladies cardio-vasculaires : 100 000 à 150 000
          - aux cancers :150 000 à 200 000
          - aux accidents de la route : 3 000 à 4 000

          Mesures prisent par les gouvernements de droites ou de « gauches » (certains auront remarqué les guillemets et comprendront l’allusion smiley ) :
          - davantage de sanctions pour les excès de vitesse même minimes
          - politique d’austérité taillant des les dépenses notamment sociale et de santé

          Vous avez vu où la logique là dedans

          Car si on défend qu’un mort est toujours un mort de trop, il serait bon d’avoir le même niveau d’exigence pour des causes de mortalités occasionnant 100 x plus de décès que les accidents de la route. Qu’en pensez-vous ?


          • Masculin 31 janvier 2013 12:08

            Inquiet, tout à fait d’accord avec vous. On adapte toujours des moyens en fonction des statistiques. Cela s’appelle du bon sens.

            Soit les pouvoirs publics n’ont pas votre bon sens, soit l’aspect recettes fiscales vient polluer le débat.

            Inutile de préciser que je pencherai pour ce dernier point !


          • jacques lemiere 31 janvier 2013 22:26

            il y a toutefois une différence notoire on peut tuer autrui sur la route....c’est même incomparable..


            Bon...on admet tous qu’il faut un code de la route... alors oui il faut sanctionner si on veut qu’il soit respecté..
             
            Avec le radar un des buts est atteints, rendre les gens peureux..via leur pognon..triste mais efficace.Le comportement des gens adultes a changé..moins d’alcool, moins de folies...
            Mais l’auteur dit aussi des choses vraies...incohérences dus système..

            Soyons francs..nous savons que les jeunes surtout les hommes prendront toujours des risques... et justement c’est la faille du système beaucoup de jeunew adoptent un comportement encore plus dangereux A CAUSE de la répression...

            Ben quoi , dura lex sed lex...sinon...
             
             

          • Croa Croa 31 janvier 2013 23:33

            Les deux premières catégories de décès concernent les vieux... Le destin en quelque sorte.

            La troisième concerne essentiellement les jeunes et ce sont là des morts trop injustes ! smiley

            Il est normal de ne pas accepter ces morts là !


          • Inquiet 1er février 2013 09:37

            @Croa


            Suivant les statistiques de l’INSEE en 2009, en ce qui concerne les moins de 24 ans, les causes de décès :
            - imputables aux accidents de transports (route + train + avion + bateau + ...) représentent 0,8 % des causes de mortalité
            - imputables aux cancers (tumeurs) représentent 29,8 %
            - si on ne considère que les décès « causes externes » (non imputables à de la maladie en tout cas physiologiquement parlant), le suicide représente 2%, soit plus de 2 fois plus de les accidents de transports (qui concernent tous les transports et pas uniquement la route).

            Alors, non Croa, les jeunes meurent de beaucoup d’autres choses en plus grosses proportions que la route.
            Même si on doit faire en sorte qu’ils ne meurent pas sur la route non plus, il serait bon de ne pas négliger la recherche médical et même la renforcer.

            Sources :

          • Nenuphar Nenuphar 1er février 2013 10:27

            Exact et j’ajouterai les morts par excès d’alcoolémie, les fumeurs de cigarettes et les victimes des vaccins. Ces victimes en très grand nombre, mortes ou handicapées, coûtant fort chère au système de soins, ne coûtent pas un rond aux responsables de leur état (viticoles, cigarettiers et laboratoires pharmaceutiques). 


            Ces responsables sont bien trop gros pour bloquer toute mesure à leur encontre.

            Les contrôles automatiques c’est bien mais alors s’il faut rencontrer une dizaine tous les 100 kms ça ne va plus, sans compter les nouveaux systèmes qui calculent si entre deux radars, vous n’avez pas trop accéléré. Les radars sont devenus une vache à lait pour les pouvoirs publics, ils ne prolifèrent donc sur les routes que dans cet objectif.

            Les contrôles humains, sont sujet à caution en raison de bon nombre de vicissitudes qui font qu’à tord ou à raison, si votre tête ne revient pas au flic, pourtant assermenté, il vous colle une contravention pour pas grand chose.

            Personnellement, j’ai eu affaire à ce type de dérives, normalement intolérables dans un pays de droit, j’en était venu à la l’ultime solution de vendre mon véhicule et de prendre dorénavant les transports publics. Du coup, au lieu de casquer, je fais des économies en ne payant plus d’assurance, ni d’entretien du véhicule ni dépenses d’essence : résultat des économies d’environ 6000 € annuels, et là, les flics n’ont plus qu’à aller ailleurs piéger d’autres car je refuse d’être le dindon de la farce. Je ne suis plus concerné ni par les radars, ni par l’excès de zèle des policiers « assermentés ». 

            • FREDONZE 31 janvier 2013 13:45

              bonjour, en tant qu’acteur de la sécurité routière il y a grand nombre d’infractions que l’on ne relève pas ou peu ( circulation voie centrale, défaut d’usage des clignotants distance de sécurité etc ... ) parce que nous n’avons pas les moyens d’en apporter la preuve matérielle, contrairement à la vitesse pour laquelle nous avons un support. Ces infractions précitées sont systématiquement sujettes à polémique parce que nous devons argumenter longuement alors qu’elles sont caractérisées dans tous les cas. Bien sûr, nous sommes des agents assermentés mais nous vivons dans une société où l’excès de répression conduit les usagés à nier et contester les infractions, cela peut se comprendre... Et pour ceux qui réclament plus de contrôles d’alcoolémie et de stupéfiants, sachez qu’ils sont de plus en plus nombreux et à toutes heures mais les rédactions de procédures sont encore trop lourdes !! pour une conduite sous l’emprise de produits stupéfiants, il faut compter plusieurs heures entre la constatation de l’infraction, la lecture du dépistage, le transport au urgences pour la prise de sang, l’audition etc....etc .... une véritable usine à gaz qui neutralise une patrouille plusieurs heures... Voila c’est mon point de vue, pensez y, si un policier ou un gendarme vous aborde en vous reprochant d’avoir commis une infraction vous lui demanderez dans un premier temps où, quand, et dans quelle circonstances cela s’est passé ??? pour cette raison nous souhaitons pouvoir filmer ces comportements afin d’éviter les doutes. Nous rencontrerons alors un autre problème car beaucoup se plaindrons d’atteintes aux libertés etc Alors parfois il m’arrive de baisser les bras en pensant que le système est arrivé à bout. Attendons et voyons ....


              • philippe913 31 janvier 2013 14:46

                tu te trompes, en matière de contravention au code de la route, tu n’as pas besoin d’apporter la preuve de ce que tu constates.

                Si tu es assermenté, ou apj20, tout ce que tu constates fait foi jusqu’à preuve du contraire, c’est au contrevenant de prouver son innocence.

                Donc, maintenant que tu le sais, tu peux commencer à relever toutes ces infractions, et si on te demande de te justifier, tu répondras : « j’ai constaté que ... » ça suffira à ton OMP.


              • Masculin 31 janvier 2013 14:49

                J’ai bien compris vos arguments concernant la difficulté d’apporter la preuve des infractions que vous citez (conduite abusive sur voie centrale, pas de cligo, distances de sécurité, queue de poisson, etc....°

                Seulement la solution existe depuis belle lurette aux USA : l’enregistrement vidéo.

                Plutôt que de doter vos véhicules de radar Doppler embarqué pour détecter les survitesses, il serait plus logique de se limiter à filmer et à enregistrer au fil de l’eau le comportement des abrutis devant vous, sans pour autant vouloir transmettre dans la minute à Rennes l’enregistrement. A la fin de la journée, l’équipe policière pourrait extraire la partie constatant l’infraction et l’envoyer par exemple à Rennes pour envoi de la contravention.

                Ainsi, avec ce genre de preuves, les réclamations (souvent abusives, je veux bien vous croire) fondraient comme peau de chagrin.

                L’investissement en matériel serait assez limité, plus besoin de matériel sophistiqué embarqué comme l’envisagent les pouvoirs publics. Il suffirait d’une simple datation/horisation de l’enregistrement pour blinder le dispositif.

                Avec une énorme campagne d’information préalable sur ce nouveau dispositif, je vous parie que les comportements dangereux que nous voyons en permanence diminueraient drastiquement et feraient baisser le nombre d’accident.

                Il y a des gens dont c’est le métier de trouver et de mettre en oeuvre ce genre d’outils (qui existent déjà à l’étranger) . Que font-ils ? ......A moins que l’on considère que le contrôle automatisé est bien plus rentable (financièrement) pour les caisses vides de l’Etat.


              • FREDONZE 31 janvier 2013 18:04

                Je sais cela !!! mais j’ai horreur de me comporter en « shérif de la route » du genre je suis la loi et j’ai raison... chacun à sa façon de travailler. Me concernant j’aime bien que le contrevenant ai compris pourquoi il a perdu de l’argent et des points, et cerise sur le gâteau parfois il me remercie et me serre la main en partant.... là j’ai la sensation d’avoir bien fais mon travail !!!!! Je vois trop de comportement d’abrutis, bêtes et lourds qui se limite juste à appliquer le code de la route .... INFRACTION CONSTATE = INFRACTION RELEVEE Faut pas s’étonner si les conducteur doute de nos compétences .... 


              • simir simir 1er février 2013 09:02

                @ Masculin

                Ce genre de pratique (vidéo) ne diminuera pas la contestation car la vidéo n’identifie pas le conducteur et si celui ci peut prouver (c’est assez facile avec un peu d’imagination) qu’il n’était pas le conducteur il ne prendra ni les points ni l’amende.
                Maintenant si les automobilistes en ont marre de ce racket je les invite à faire ce que je fais systématiquement : aller au tribunal. (j’ai mes 12 pts.... et une voiture française rapide la même que les gendarmes...)
                Outre le fait que je suis très souvent relaxé (vices de forme) les tribunaux seraient incapables de traiter toutes les infraction et peut être même aussi les OMP. Le délai de prescription étant d’un an cela ferait tomber toutes les procédures.


              • ecolittoral ecolittoral 31 janvier 2013 14:16
                « ...que la baisse globale des kilomètres parcourus constatée récemment n’est due qu’à la crise ? »En grande partie, oui.
                Moins de travail, moins de revenus, des carburants qui devraient reprendre leurs augmentations. Quelques millions d’automobilistes en moins, PSA et ses sous traitants qui mettent la clé sous la porte. 
                Demain, qui pourra payer la toyota, le stationnement, les carburants, les assurances, les PV, les réparations ?
                Moins de morts ! Oui : parce que moins de « rouleurs » pour causes financières ?
                Ceux qui manquent sur la route ne sont pas dans les avions. Ils sont à pied et, si nécessaire, dans le bus ou le TER
                L’état ET les collectivités locales se financent en partie par « la route ». Plus pour longtemps.

                • LE CHAT LE CHAT 31 janvier 2013 14:22

                  il serait plus urgent de sanctionner le portable au volant ! c’est beaucoup plus accidentogène que le type qui roule à 93km/h au lieu de 90  !


                  • Inquiet 31 janvier 2013 16:04

                    Il faut donc arrêter la politique de non remplacement de fonctionnaires, car ce genre de délit doit être « constaté » par de vrais individus.


                    De la même manière que je l’ai soulevé plus haut, la réduction des morts par maladies cardiovasculaires ou cancers ne passe pas par une réduction des effectifs et de la qualité des soins.


                  • Le printemps arrive Le printemps arrive 31 janvier 2013 22:39

                    Mais celui qui téléphone trop au volant aura une autre sanction dans quelques années.... un beau petit cancer, bien mignon.

                    Tout se paye, un jour ou l’autre, d’une manière ou d’une autre.


                  • Croa Croa 31 janvier 2013 23:50

                    S’il y a un domaine ou la sanction est la réaction la plus stupide c’est bien celui-là !

                    Le problème c’est que les gens ne savent pas se servir d’un téléphone et encore moins téléphoner en conduisant (quoique ce soit plutôt le contraire, le téléphone accaparant toute l’attention au dépend de la conduite.)

                    Utiliser un téléphone en voiture ça s’apprend, or ce n’est pas au programme du permis de conduire et tout le problème est là !

                    (Personnellement, je n’utilise quasiment jamais de téléphone portable.)


                  • simir simir 1er février 2013 09:08

                    @ Le printemps

                    Rien n’est prouvé sur les tel responsables de cancer.
                    J’ai travailé toute ma vie dans des centres de transmission et des sites TDF avec des antennes de faisceaux hertziens numériques et des émetteurs TV FM Gsm et UMTS et autres. J’ai 61 ans je n’ai pas le cancer. Je ne connais pas de collègues de mon age qui en ont.
                    Mais on peut croire à tout...

                  • Shawford Shawford42 1er février 2013 09:09

                    Staline se devrait de SAVOIR : grosse truffe !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


                  • Croa Croa 1er février 2013 14:46

                    à Simir,

                    As-tu des enfants mâles ? (Il se dit que les opérateurs radars ne font que des filles. Les radars primaires constituant ce qu’il y a de pire en rayonnement non ionisant, ton cas, moins critique, nous intéresse ! smiley


                  • Robert GIL ROBERT GIL 31 janvier 2013 16:05

                    Je suis pour une vraie police de la route qui traquera les vrais chauffards, et non pour “pigeonner” celui qui va bosser le matin en roulant à 65 au lieu de 60. Je suis pour une vraie police de la route, formée pour assurer la sécurité et capable d’apprécier réellement la dangerosité des erreurs de conduite, en abandonnant toute idée de quotas. Je suis pour une vraie police de la route, dégagée de toute pression statistique, qui préfère la prévention et la discussion à la contravention systématique.
                    Je suis pour une limitation de vitesse logique et continue sur une même route ou autoroute et pas pour une limitation intermittente du style 70/90/70/90 ou 110/130/110. Car là aussi cette limitation artificielle n’est mise en place que pour pouvoir epingler les automobilistes...

                    voir : POLICE, JE SUIS POUR !


                    • files_walker 31 janvier 2013 18:19

                      @Robert Gil


                      Je suis d’accord avec vous à condition de redonner au terme chauffard sa définition d’avant.

                      Il faut une certaine tolérance. Les vitesses sont bien trop basses. Ce n’est pas demain la veille que je vais réussir à rouler à 90.

                      Il est vrai que plus on m’emmerde sur ce point plus je fait preuve de défiance, faut croire que j’ai l’esprit latin et j’en suis fier.

                      Arrètons de faire croire aux gens que parce qu’ils arrivent à rouler comme des moutons ils sont de bons conducteurs. Avec cette politique de repression de la vitesse ils en oublient tout le reste.

                      Je suis motard et je ne roulerai jamais à 90 parce que c’est écrit sur un panneau.

                      Je module ma vitesse par rapport à tous les paramètres (traffic, météo, piétons, etc) parce que je suis un conducteur responsable. Je fait attention aussi à ce que le différentiel de vitesse ne soit pas trop important.

                      Vous pouvez lacher les ptits nanfants dans les rues, même si y a pas de panneaux ou de gendarmes je roulerai au pas, mais gaffe à ceux qui regardent leur compteur ou leur smart phone...

                    • files_walker 31 janvier 2013 18:23

                      Ceci dit je tire mon chapeau aux automobilistes pour leur attention croissante aux motards.

                      Lorsqu’on ne regarde pas son compteur ou son smart phone, on voit les autres usager.

                      Merci.

                    • FREDONZE 31 janvier 2013 18:25

                      Vous prêchez un convaincu !!!!! mais pour cela il faut comme vous le soulignez, arrêter toute culture du résultat, toute pression et forme de management qui se résume à : Peur / Menace / Pression / Résultats / Récompense / Prime !!! Le système est pervers est beaucoup de fonctionnaires par bien être personnel tombent dans cette facilité... c’est encore une fois l’argent qui domine. 


                    • Le printemps arrive Le printemps arrive 31 janvier 2013 22:41

                      @fredonce : il faut changer de paradigme !
                      Ça arrive !


                    • julius 1ER 31 janvier 2013 16:46

                      le vrai mensonge, c’est que les statistiques ne sont données qu’en chiffres absolus et pour cause, car si l’on comptait en pourcentage ,le ratio klms parcourus/nombre de vehicules rapporté au nombre de morts depuis 30 ans la courbe des morts n’ a fait que baisser, et en plus on inclus dans les statistiques tous les chauffards sans permis+ braqueurs en tous genre qui forcent des barrages, suicides, remontées d’autorotes à contresens, etc..........en réalité il y a un seuil incompressible de victimes, c’est de la pure démagogie comme le fait Valls de dire qu’on va aller vers moins de 2000 morts !!!!!!!! 


                      • velosolex velosolex 31 janvier 2013 17:14

                        Vous avez raison de le mentionnez.
                        L’affaire des éthylotest aura été au moins d’une utilité : Celle de nous montrer qu’un lobby était capable d’instrumentaliser des politiques, et de court circuité des commissions, en imposant au pas de charge une mesure totalement débile, mais dont le seul intérêt était de remettre une société dans le rouge, à flot.

                        L’argumentation sécuritaire reste imparable : On le met en évidence, en toute mauvaise foi, pour ouvrir des marchés, et créer des situations de rente( contrôles techniques, permis de plus en plus longs à obtenir, etc) et on l’oublie quand il risque d’entraver le marché, même si le risque pris par rapport à la santé des usagers, est probant ( refus du gouvernement de légiférer sur la wifi, sur la qualité de l’eau)

                        Il est vrai que Bouygues,et la FNSEA sont à même d’imposer leurs diktats. Je ne parle pas des laboratoires : L’affaire du médicament « Diane » en est la dernière illustration : Il semble qu’on doive écouler les stocks avant de l’interdire.....

                        Me voilà à parler des médicament. Tant pis, je continue : Lisez donc le dernier numéro de Books, qu met en évidence, à travers différents témoignages de spécialistes, que les traitements anti cholestérol n’ont pour mérite, que de gonfler les profits de labos, au pire, de donner de graves effets secondaires....


                        • Le printemps arrive Le printemps arrive 31 janvier 2013 22:43

                          Tout cela permet le réveil des consciences ... tant mieux !


                        • FREDONZE 31 janvier 2013 18:17

                          Je voudrais apporter une précision sur les éthylotests ; dispositif encore une fois sujet à polémiques... Exemple une personne sort d’un restaurant et s’est comporté de façon raisonnée face à sa consommation d’alcool. En citoyen responsable, cette personne « s’auto-dépiste » avec l’éthylotest dont elle dispose dans son auto. L’éthylotest lui indique que son taux d’alcool est dans la tolérance, elle peut donc prendre le volant en toute quiétude et très fière de sa démarche !! Disons vingt minutes plus tard, au cours de son trajet elle rencontre une patrouille des forces de l’ordres laquelle procède à son dépistage. L’agent lui indique que son taux d’alcoolémie est positif !!!!!!!!!!!!! horreur, malheur et désespoir .... Que faut-il comprendre, dans cette fumisterie ?? et bien qu’un taux d’alcoolémie n’est pas stable et qu’il est sensible à un grand nombre de paramètre et que si cette mesure devait être mise en place, celle ci engendrera certainement des procédures de contestations évidentes. De quoi encombrer un peu plus les bureaux des magistrats pour une mesure totalement inefficace. 


                          • TSS 31 janvier 2013 18:24

                            la plupart des contraventions que j’ai eu sont pour « non port de la ceinture » et je continue à ne

                             pas la mettre car je ne mets que ma propre vie en danger(et..encore avec les air bags) !

                            En 40 ans de conduite je n’ai eu qu’un accident,une voiture m’a pris en plein travers et m’a mis

                            sur le toit ,ma voiture a pris feu ,je n’en suis sorti indemne que parce que je n’etais pas attaché !

                            Qu’aurai je fais,tout seul, attaché la tete en bas... !!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Masculin


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès