Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Le lynchage de précaution !

Le lynchage de précaution !

C’est toujours pareil.
Dès qu’un scandale financier vient agiter la surface de l’actualité, les mêmes mouvements se répétent : la stupéfaction, puis l’indignation, la dénonciation sans nuance du coupable par anticipation, le revirement inévitable constituant en réaction la victime comme suspecte, le choeur des politiques qui prêche sa mise à l’écart au nom de la morale, enfin le redressement, la restauration d’un équilibre, l’accomplissement souvent trop lent de l’oeuvre de justice. Plus tard, bien plus tard, une décision sera rendue pour clôturer une affaire dont on ne savait même pas qu’elle continuait son cours. Comme ces anciennes célébrités qu’on croit mortes alors qu’elles sont encore vivantes.
C’est toujours pareil. Cette litanie monotone est d’autant plus choquante que peu, au fond, peuvent se dire véritablement informés et que ceux-ci se taisent. Alors, tout le reste, c’est du vent, de la parole, du lynchage par précaution. De peur de sembler marquer un temps d’hésitation, un instant de scrupule, pour ne pas laisser la moindre place au doute et à l’enquête, pour dégainer plus vite que les autres en condamnant à tout hasard, on est au premier rang des péremptoires et des justiciers. D’abord on s’en prend à Jérôme Kerviel, puis à Daniel Bouton. On dispose heureusement d’idées générales qui peuvent toujours servir. L’argent et sa contrepartie : la responsabilité, principe seulement valable pour autrui. Il n’y a pas de fumée sans feu. Ce qui s’est passé est intolérable. Chacun y va de son discours. Le bienfait des catastrophes, c’est qu’elles permettent de se rengorger et de s’abandonner au pur plaisir de décréter le bien et le mal. Ce qu’il aurait fallu faire et ce qu’on aurait dû éviter. C’est le triomphe des prophètes de l’après-coup. Le lyncheur qui sommeille en beaucoup d’entre nous se réveille et, médiatique, politique, technique ou civique, s’en donne à coeur joie. Kerviel c’était agréable mais Bouton, c’est sûr, est une plus belle prise. Pourquoi attendre ? Il ne faut jamais remettre au lendemain l’injustice d’aujourd’hui. Le lynchage est encore plus délicieux avant l’heure. Coupables l’un et l’autre, forcément coupables.
Sur cette trame unique et obsessionnelle, des variations elles aussi peu variées. Sur le plan judiciaire, Jérôme Kerviel soutient que la Société générale ne pouvait pas ignorer ses agissements et que si elle l’avait laissé faire, elle n’aurait pas perdu mais gagné beaucoup d’argent. D’ailleurs, il n’était pas le seul à pratiquer ainsi. Kerviel embarque dans son naufrage, pour se rassurer, le plus de monde possible. Daniel Bouton, après avoir loué le talent malfaisant, n’éprouve qu’une envie : séparer le bon grain de l’ivraie, le trader de la banque honorable. Les avocats de Jérôme Kerviel inspirent ou adoptent sa ligne d’inconduite.
C’est toujours pareil et on ne sait rien, au fond. C’est normal puisque l’instruction vient à peine de commencer. Et que je peux affirmer que dans cette tourmente et ces lynchages au quotidien, la justice n’a pas été médiocre. Au contraire. Le procureur de la République de Paris et les juges désignés - dont l’emblématique Renaud Van Ruymbeke - ont apporté dans ce maelstrom financier, politique et médiatique du silence, de la sérénité, le respect du contradictoire et de la présomption d’innocence, même pour le président de la Société générale !
Puisqu’elle est sans cesse attaquée, il faut bien défendre la justice, même lorsqu’elle n’accomplit que sa tâche.
Je déteste le lynchage et les lyncheurs, sur quelque tête qu’ils se posent, qu’ils apposent leur verdict expéditif.


Moyenne des avis sur cet article :  3.63/5   (32 votes)




Réagissez à l'article

37 réactions à cet article    


  • ZEN ZEN 1er février 2008 11:25

    Non, Mr Bilger, tout n’est pas toujours pareil, et, malgré les réserves nécessaires, on commence à savoir deux ou trois choses

    Le « trader fou », un best seller médiatique
    "Tout expert que fut Jérôme, il est un peu difficile d’imaginer qu’une telle succession d’étapes complexes ait pu être menée de front par un seul homme, des semaines durant, avec un volant culminant à 50 milliards d’euros !...personne ne s’interroge sur ceux (car ils sont sans doute plus d’un) qui ont laissé à un simple courtier la possibilité de disposer de telles sommes pour ses opérations...Une question que personne ne s’est posée : pourquoi l’action de la Société générale chute depuis près de huit mois ? "(Sylvain Lapoix)
     

    "..Trop, c’est trop ! Car cette fois le scandale qui éclate à la Société générale permet de pointer du doigt le système mis en place par les banques, depuis de nombreuses années, en vue de toujours plus siphonner les marchés, grâce à la sophistication d’instruments hautement spéculatifs qui, petit à petit, ont totalement perverti le système capitaliste, au point de le rendre incontrôlable et par conséquent incontrôlé. Nous voici rendu dans le laboratoire du Docteur Folamour de Stanley Kubrick. Sauf que, cette fois, il ne s’agit ni d’une farce, ni d’une fiction..

    ...Libéral convaincu — peu soupçonnable d’un quelconque lien de pensée avec les alter-mondialistes et les divers courants de la gauche anti-capitaliste —, ma connaissance de l’enfer où se meuvent les apprentis sorciers de la finance m’oblige à dire tout haut ce que ces fous furieux en col blanc semblent convenus de taire..."(Jean Montaldo)

    *Jérôme Kerviel (Société générale) : 4,9 milliards d’euros (ou 7,2 milliards de dollars), 2008

    *Friedhelm Breuers (Germany WestLB Common and Preferred Shares) : 0,8 milliard de dollars, 2007

    *David Lee (United States Bank of Montreal Natural Gas Options) : 0,8 milliard de dollars, 2007

    *Brian Hunter (Canada Amaranth Advisors Gas futures) : 6,5 milliards de dollars, 2006

    *Wolfgang Flöttl, Helmut Elsner (Austria BAWAG Currency) : 2,5 milliards de dollars, 2006

    *Liu Qibing (China State Reserves Bureau Copper Futures) : 0,2 milliard de dollars, 2006

    *Chen Juilin (China China Aviation Oil Oil Futures and Options) : 0,6 milliard de dollars, 2004

    *John Rusnak (United States Allied Irish Bank Currency) : 0,7 milliard de dollars, 2002

    *John Meriwether (United States Long Term Capital Management Interest Rate and Equity Derivatives) : 4,6 milliards de dollars, 1998

    *Yasuo Hamanaka (Japan Sumitomo Corporation Copper futures) : 2,6 milliards de dollars, 1996

    *Nick Leeson (United Kingdom Barings Bank Nikkei Futures):1,4 milliard de dollars, 1995

    *Robert Citron (United States Orange County Interest Rate Derivatives) : 1,7 milliard de dollars, 1994

    *Giancarlo Paretti (Italy Credit Lyonnais Loans to Hollywood Studios) : 5 milliards de dollars, 1990

    Du krach des tulipes à la bulle Internet

    .."

    Crise financière : l’analyse de l’économiste Denis Durand

    x
    Comment les banques gagnent leur vie, ou plutôt la nôtre

    (B.Maris)

    Daniel Bouton reçoit 7 millions d’euros en stock-options en 2007


    • rasmussen rasmussen 1er février 2008 12:04

      CQFD mon cher Bilger.

      Vous parliez de ceux qui accusent sans savoir (comme vous le dites l’instruction commence à peine). Mais il y a pire, il y a eux qui accusent persuadés de savoir parce qu’ils ont lu ici ou là, un article de quelqu’un qui n’en sait pas plus.

      Tout ce bruit numérique largement amplifié par Internet fini par servir de socle à un première « bulle de désinformation ». Le pire dans ce mécanisme machiavélique c’est que le fait que les « accusés d’office » soient ensuite déclarés non coupable, ne suffira pas à détruire cette bulle de désinformation, et les adeptes du « on ne nous dit rien, on nous ment » vont alors créer une nouvelle bulle … de complot cette fois (« on cherche à étouffer l’affaire », ...) qui va ensuite venir faire résonnance à la première. Et ainsi de suite ...


    • Djanel 1er février 2008 23:18

       

      Il faut arrêter de pédaler dans la choucroute M ramussen. Faut-il vous rappeler cette phrase de Descartes à l’introduction de son discours sur la méthode. « La raison est la chose du monde la mieux partagée parce que ceux qui sont les plus difficiles à contenter en toutes choses n’ont pas coutume d’en demander plus qu’ils en ont. » C’est une boutade mais … oh … combien véridique puisqu’elle suppose que vous êtes vous-même M ramussen doué de raison autant que les autres et les autres autant que vous. Peut-on être raisonnable tout seul d’ailleurs.

       

      Votre commentaire est rempli d’injures envers la raison commune car la première faculté de la raison c’est de pouvoir distinguer le vrai du faux. Pour cela, il faut que nous soyons bien informés et cette qualité de l’information ne peut être produite que par la pluralité des médias. Or ces médias sont contrôlés par une poignée d’industrielles dont le métier n’a rien à voir avec l’information mais dont le but est de contrôler et de manipuler l’opinion publique. Bien entendu pour atteindre cet objectif, il faut que tous les diffuseurs jouent la même partition, sinon çà ne peut pas marcher si quelqu’un apporte la contradiction.

       

      Internet est certainement la pire chose existante au monde parce qu’il est incontrôlable. Les propriétaires de journaux, de médias en tout genre peuvent ouvrir à coup de capitaux des sites Internet pour propager leur mensonge. Ils tomberont toujours à égalité contre un petit blogueur qui aura la même puissance de diffusion qu’eux avec un petit ordinateur valant cent sous ce qui les emmerdera beaucoup de ne pouvoir contrôler tout le monde.

       

      Il y a aussi cette faculté que nous donne Internet d’aller chercher l’information de la vérifier par recoupement, de la mémoriser et pour finir de l’analyser avec ces outils que sont les logiciels.

       

       

      Bonjour chez vous.


    • Castor 2 février 2008 08:50

      Partant de là, internet peut tout dire tout sous-entendre, il suffit de lancer une rumeur et elle enfle pour aller exploser très loin, trop tard.

      Je vous trouve un peu lapidaire Djanel, très prompt à jeter e discrédit sur ces médias (tous vendus au capital) et à vanter les mérites de l’enquête citoyenne.

      Mais dites-moi, cette dernière, qu’a-t-elle de plus à offrir, du crédit ?

      Je ne peux m’empêcher, effectivement, de constater que la rumeur lynche plus vite, avec moins de précautions, mais non, elle ne "lave certainement pas plus blanc", désolé.


    • Soleil2B Soleil2B 2 février 2008 21:34

      Le président de la Société Générale sur le gril (Le Point 28/01)

      -Une question qui en amène une autre, à laquelle les politiques tentent de répondre : la responsabilité du président de la Société Générale est-elle engagée ?

      -"Je n’aime pas porter de jugement personnel sur les gens, surtout quand ils sont dans la difficulté, mais on est dans un système où, quand on a une forte rémunération, qui est sans doute légitime, et qu’il y a un fort problème, on ne peut pas s’exonérer des responsabilités", a déclaré Nicolas Sarkozy lundi

      -Vous avez dit CQFD RASMUSSEN ?

       


    • Soleil2B Soleil2B 2 février 2008 22:18

      Attention A.V, si vous ne surveillez pas les votes, M. Bilger risque de se retrouver en rouge.

      C’est déjà arrivé.

      Et vous risquez de perdre un grand rédacteur !

      Bèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèè !


    • rasmussen rasmussen 2 février 2008 22:51

      Votre commentaire est rempli d’injures envers la raison commune car la première faculté de la raison c’est de pouvoir distinguer le vrai du faux.

      Et non M. Djanel, la première des facultés de la raison est de savoir situer ses limites. Même avec les meilleures informations qu’il soit possible de vous fournir, il est de nombreux domaines où vous serez incapable de distinguer le vrai du faux. Ne pas en être conscient est la pire des injures que l’on puisse faire à la raison.

      Les propriétaires de journaux, de médias en tout genre peuvent ouvrir à coup de capitaux des sites Internet pour propager leur mensonge. Ils tomberont toujours à égalité contre un petit blogueur qui aura la même puissance de diffusion qu’eux avec un petit ordinateur valant cent sous

      Vous avez raison un blogueur peut avoir la même puissance de diffusion avec son petit ordinateur valant cent sous (quoi que, demandez à C. Revelli ce que coûte ne serait-ce qu’un media comme Agoravox). Mais au final, vous obtenez quoi ? un simple mégaphone. Il lui manquera toujours l’essentiel : l’information au sens noble.

      Il y a aussi cette faculté que nous donne Internet d’aller chercher l’information de la vérifier par recoupement, de la mémoriser et pour finir de l’analyser avec ces outils que sont les logiciels.

      Ah oui, et à votre avis elle vient d’où cette information ? de la génération spontanée sur le net sans doute ?

      Dans le meilleurs des cas elle viendra des grands media que vous critiquez et qui sont pourtant les seuls à avoir les moyens humains, matériels et financiers de produire, recouper et d’aller vérifier sur place l’information, pour ensuite être déformés en fonction des orientations et croyances du blogeur en question. Elles peuvent aussi venir d’autres media dit « alternatifs » qui ne font que de reformulation/interprétation plus ou moins honnête et objective de ce que disent les grands media. Enfin dans le pire des cas, elle viendra de sites de désinformation/propagande sur lesquelles naissent toutes sortes de rumeurs.

      Et comme dans la plupart des cas on ne sait rien de celui qui s’exprime, que ce dernier n’a souvent aucune idée de l’éthique journalistique, que l’on se retrouve bien incapable de faire la part entre les informations, les opinions voire les inventions : vous voilâtes bien habillé pour l’hiver.


    • SANDRO FERRETTI SANDRO 1er février 2008 11:29

      @ l’auteur,

      La question évoquée dans ce billet est la version moderne de la version originale de "Tintin en Amérique" (corrigée en 1980 pour cause de "bien-pensence").

      Après un hold-up sanglant dans une petite banque de province, on pouvait y voir un Shériff faisant sur les lieux méme un savoureux compte-rendu téléphonique au Parquet :

      "Nous avons immédiatement pendu sept nègres, mais le coupable c’est enfui".

      (Authentique, les collectioneurs confirmeront).


      • Black Ader 1er février 2008 11:49

        Oui !

        En plus, à voir les débats, personne parmit les politiques ne semble rien comprendre à la finance et toute ces histoires (déja en économie, ils sont nul, alors la finance ! Vous avez vu comment sont géré les finances de l’Etat depuis 30 ans ?). On voit bien qu’il parle dans le vide, par abstraction, le truc de la fégnase. Le plus drôle, c’est d’inviter le communiste Marri ! Ah AH AH AH !!

        Enfin bref, c’est de la pure démagogie, et l’heure de la Haine, si courrant en démocratie. Les socialistes qui ont perdu 150 milliards avec un Crédit Lyonnais nationalisé cherchent à se refaire une virginité en conspuant le libéralisme (? ?), la droite emboite pour ne pas paraitre intelligente, tandis que la populace qui n’y comprend rien parce que ce n’est pas matériel, pense que Bouton est un salaud puisque banquier..

        Ils vont rires, les futurs historiens !

        Parce qu’en plus, toutes ces déclarations débiles coulent la SocGen.. Les même qui hurlent avec les loups, vont être tout surpris le jour ou on leur apprendra que la SocGen est maintenant une banque Chinoise..

         

         

        Il est évidement que qq soit les systémes de contrôle, si un salarié n’est pas honnete, il volera. Il faut donc augmenter les moyens de controle des salariés, certes, et sans illusion, mais aussi les suites judiciaires de leur actes éventuels.


        • Christoff_M Christoff_M 1er février 2008 13:40

           Ce qui m’étonne c’est la diffusion à la télé alors qu’il n’y a pas d’éléments, des interprètation un manque total d’objectivité !!

          Et l’avocat du pdg BOUTON qui intervient pour traiter Kerviel de menteur, simulateur, escroc....

          Est ce normal pour une affaire en cours est ce qu’il ne devrait pas etre puni par ses supérieurs !!


          • Céphale Céphale 1er février 2008 13:48

            Coucou, le revoila !

             

            Qu’est-ce qu’il pense, Monsieur Bilger, de l’affaire du professeur qui a giflé un gamin ?


            • Djanel 1er février 2008 23:29

              Vous êtes un abominable réactionnaire Céphale. Un parasite du journalisme citoyen puisque vous n’apportez rien hormis vos cris d’orfraie.


            • Soleil2B Soleil2B 2 février 2008 22:32

              Ya rien à apporter aux articles de Bilger DJANEL !

              Ils sont parfaits. Ils doivent être obligatoirement encensés.. Toute contestation même imparable sera obligatoirement moinssée. S’il se retrouve avec -10, c’est rétabli aussitôt.

              Vous êtes pourtant assez souvent percutant, vous m’étonnez !

              Et puis pour plus grand nombre d’intervenants, c’est pas les articles qu’ils lisent. C’est l’hermine qui leur fout plein la vue !

              Parceque les articles, s’il écrit tous ceux qu’on voir défiler sur le net et dans la presse, outre de paraître à la télé, il doit pas être souvent au palais de justice M. Bilger.

              M. Bilger ou Paul-Loup Sulitzer ?


            • non666 non666 1er février 2008 14:05

              Faire parti des hurleurs , le jour du scandale, permet en theorie de ne pas faire parti des cibles.

              C’est la technique de tous les resistants de la dernière heure.

               

              Surtout , si, pendant des années ils ont su , ont approuvé et sont donc complice de fait.

              Bouton livre donc Kerviel et quelques sous-chef aux chiens car il sait qu’il risque d’etre le suivant.

              Les politiques hurlent et demandent la tete de Bouton, de peur que la populace ne pendent tout le monde complice des "puissances d’argent" ( dont nos politicards corrompus ).

              Pourtant les règles de la bourse, la liberalisation des echanges financiers, la vente de la bourse de Paris aux etats uniens est bien de leur fait, non ?


              • Christoff_M Christoff_M 1er février 2008 16:23

                 excellent on donne deux ou trois boucs émissaires pour la foule ennervée et comme dans le cas d’Airbus et de ses délits on étouffe l’affaire....

                 le problème c’est que mr Bouton a vendu au plus haut l’an dernier et plusieurs fois en faisant de tres bonnes affaires, les français commence à ne plus etre dupes... apres les complices d’Airbus, le mr Sauvagnac de la métallurgie et ses retraits cela fait beaucoup....

                mais la en plus on tombe sur un Bouton purulent, yant menti sur les pertes des subprimes en fin d’année, ayant menti sur les ventes de ses titres et n’étant pas au courant à la tete d’une société de ce que fait un petit trader qui engage des milliards..... Je crois que cette affaire embarasse bien nos élites politiques et nos barons industriels qui sentent le feu qui gagne et la colère des français monter.... cet étalage de milliards et de gaspillage non controlés, ça la fout mal pour un pouvoir qui prone la rigueur !!

                il faudrait peut-etre rappeler à certains qui ont la mémoire courte que les français poussés à bout peuvent etre beaucoup moins compatissant qu’il n’y parait.... rappelez vous d’une reine et de ses extravagances et d’une certaine révolution...


              • non666 non666 1er février 2008 16:50

                Une reine qui partageait avec Sarkozy de Nagy Bosca , son appartenance a la noblesse austro-hongroise ?

                Ce type de comportement est peut etre un atavisme hérité, finalement...

                Un souverain qui n’est pas des notres est finalement un excellent catalyseur de rejet.

                Ceux qui nous servent périodiquement l’Histoire en l’enjolivant oublient que devant Versailles, la foule en colère ne criait pas : "vive les droits de l’Homme" ou " a bas les le capitalisme" mais "A MORT L’AUTRICHIENNE"

                 


              • adeline 1er février 2008 19:19

                Non 6666 j’espére que tu es en régle  tu es bon pour un redressement fiscal au minimum


              • JL JL 1er février 2008 15:54

                Florentin Piffard, je vous suggère un article sur le Léchage de précaution , nul doute que vous trouverez de la matière, beaucoup de matière.


              • Philippe Bilger Philippe Bilger 1er février 2008 16:49

                Bravo pour votre esprit. J’aimerais que vous lynchiez le lynchage avec moi. Compliqué.


              • Soleil2B Soleil2B 2 février 2008 21:26

                Je ne suis pas sûr que vous ayez bien compris PIFFARD


              • JL JL 1er février 2008 15:24

                 

                par SANDRO (IP:xxx.x94.202.5) le 1er février 2008 à 11H29.

                Bien plus intéressant et informatif est cet autre de Carnac dont le titre "Le modèle de protection sociale français et l’affairisme bancaire" est moins sexy certes, mais où l’on lit entre autre : "

                 

                ""

                ""A l’heure où l’on enjoint les salariés français d’être des citoyens modernes et d’acheter pour le financement de leurs retraites des actions de leurs entreprises, de constituer un capital retraite auprès des banques et compagnies d’assurance, au moment où le gouvernement réduit le financement de la retraite par répartition en ne payant plus les charges patronales dont il exonère les entreprises, le scandale de la Société Générale vient rappeler aux salariés que la capitalisation peut parfaitement les priver de subsides pour leurs vieux jours.

                Bof, article qui ne présente pas d’intérêt  sinon peut être cette histoire racontée par


                • non666 non666 1er février 2008 16:53

                  Il aurait pu dire, pince sans rire comme il est : "La bourse ou la vie", comme n’importe quel autre gangster.

                  Les autres ne font pas disparaitre, il est vvrai 7 milliards enb quelques jours, il lui fallait se singulariser.


                • Soleil2B Soleil2B 3 février 2008 18:00

                  Sûrement pas !

                  Et ne vous adressez pas à Bilger, à moins que vous n’ayez pas remarqué que les "réponses" qu’il poste sont des formules stéréotypées !


                • ZEN ZEN 1er février 2008 16:32

                  @ Philippe

                   

                  Oui, difficile d’être juge.....impartial


                  • La Taverne des Poètes 1er février 2008 23:33

                    Je trouve l’esprit de lynchage détestable (euphémisme). Comme dit Renève, cet esprit se manifeste aussi sur Agoravox dans les salves de votes négatifs "gratuits". Contre ces lyncheurs-là, j’applique la méthode du pied-de-nez.

                     


                    • Sébastien Sébastien 2 février 2008 09:22

                      Ce qui me derange le plus dans le lynchage c’est qu’il montre l’envie du peuple de faire justice soi-meme. On a trouve un coupable et on l’accuse de tous les maux. Le probleme c’est que l’instruction vient de commencer et qu’apparemment on en a pour un bon moment.

                      Que sait-on ? Pas grand chose mais on a deja le coupable. Coupable de quoi ? On ne sait pas mais coupable quand meme.

                      Je pense au trader. Quoi qu’il ait pu faire, quelle que soit sa responsabilite, avoir sa tete en une pendant une semaine c’est lamentable. Cette personne est devenu l’ennemi public n1, l’homme a abattre. J’imagine qu’il doit etre legerement traumatise.


                      • Philippe Bilger Philippe Bilger 2 février 2008 10:37

                        Merci pour votre commentaire équilibré et plein de bon sens.


                      • non666 non666 2 février 2008 12:06

                        "....c’est qu’il montre l’envie du peuple de faire justice soi-meme".

                        Et Oui !

                        Mais Le peuple en serait il la si les fondamentaux de la société (Justice , Autorité , Respect du droit, Honneteté)etaient respectés par ceux qui ont mandat de le faire ?

                        Quand on a des politiques qui piquent dans la caisse mais sont présentés comme des innocents "parce qu’il n’y a pas eu enrichissement personnel" , quand on a des banquiers qui jouent VOTRE argent et la santé de toute l’economie a leurs profits , est ce que la tentation de se detourner des institutions n’est pas grande ?

                        Pour ne pas se venger soi -meme il faut etre sur que ceux qui brulent vos voitures , usurpent vos impots , abusent de votre confiance seront sanctionnés.

                        Quand tous ceux qui ont mandat de le faire , ne gèrent QUE leurs interets, alors la tentation du chacun pour soi, du reglement de compte personnel est grande.

                        On ne construit pas la confiance dans une Justice qui se substitue a notre besoin de vengeance en un jour, mais on peut detruire cette confiance tres vite. On en est là.

                         

                         


                      • Christoff_M Christoff_M 2 février 2008 13:03

                         la peopolisation, médiatisation à outrance, sondages, sites internet a redonné au peuple un semblant de pouvoir qu’il peut utiliser pour lyncher rapidement une personne surmédiatisée...

                        cela permet à certains de s’imaginer un pouvoir perdu dans la réalité...


                      • Christoff_M Christoff_M 2 février 2008 12:59

                         on a essayé de lyncher Kerviel, ça ne marche pas, il est meme devenu populaire...

                        ensuite on a tenté de déstabiliser le PDG, idem, le conseil d’administration le soutien...

                        il faut arreter d’entendre parler de cette SG, que fait-on ??? OPA revente, on aurait voulu déstabiliser cette banque pour la rendre opable qu’on ne s’y serait pas mieux pris....


                        • aigle80 aigle80 2 février 2008 14:29

                          Le probleme de cette affaire c’est que l’on livre en pature aux medias le nom et surtout la photo du présumé coupable ! ce qui entre paranthese n’est pas fait pour les assassins ou violeurs mais là on touche au sacrot saint "fric" quelle honte ,alors plus de limite haro sur le trader.......Pour ce qui est de la direction de cette banque deux hypotheses :ou effectivement "elle n’a rien vu" et la cela pose le probleme des controles face aux eventuelles dérives de leurs employés ,voire même de l’incompétance ou du laxisme géneralisé,ou"elle" etait au courant et a laissé faire et couvert l’operation,ce qui est tout aussi grave.Car c’est avec l’argent de ceux qui font confiance à cette banque que l’on joue ! Mais si cette operation avait rapporté quelques milliards de plus à la banque pour sûr qu’on en aurait pas entendu parler et le trader aurait touché son bonus.Je pense personnellement que cette "affaire " n’est pas unique et le "tripatouillage"des comptes est chose courante dans la haute finance ,il n’est mis en évidence qu’en cas de crash et c’est bien ce qui arrive aujourd’hui.Doit on pour cela lyncher l’employé qui a tenté de faire son boulot ?


                          • Marc P 2 février 2008 17:33

                            Bizzare,

                            J’avais plutôt l’impression que JK inspirait de la compassion, celle dûe à quelqu’un qui aurait "pété les plombs" et que Bouton passait pour plutôt honnête...

                            Vraiment les lyncheurs ne paraissent ni nombreux, ni écoutés.... sauf si vous voulez dire qu’on cite trop JK, sur quoi je suis d’accord....

                            Quant à la justice, je ne l’ai entendu critiquée à aucun moment... je ne dis pas qu’elle ne l’a pas éventuellement été, mais alors discrètement...

                             

                            Cordialement.

                             

                            Marc P


                            • Soleil2B Soleil2B 2 février 2008 21:21

                              "Le lynchage est encore plus délicieux avant l’heure" (P. Bilger)

                              "Je n’aime pas porter de jugement personnel sur les gens, surtout quand ils sont dans la difficulté, mais on est dans un système où, quand on a une forte rémunération, qui est sans doute légitime, et qu’il y a un fort problème, on ne peut pas s’exonérer des responsabilités", a déclaré Nicolas Sarkozy l"

                              Ca vous avait échappé M. Bilger ?

                              Mais bon, après avoir décrêté les assises pour les tireurs de Villiers le Bel, il fallait au moins ça pour

                              Bouton !

                              Ah, l’indépendance du pouvoir judiciaire ................


                              • moebius 3 février 2008 21:11

                                ..c’est en effet un plaisir de décréter le bien ou le mal. Ce qui nous procure le sentiment de faire parti des "justes" et peut nous apporter une certaine forme de plaisir, celui de participer collectivement et anonymement a un lynchage. "On" a dons pris parti pour ce robin des bois contre ce banquier qui compte nos sous et qui ne peut etre que véreux et par les temps qui courent nous n’avons pas lésiné sur ce plaisir trop rare


                                • ddacoudre ddacoudre 3 février 2008 23:00

                                   

                                   

                                  Bonjour bilger.

                                   

                                  Heureux de lire que les médias font vivre par procuration des faits divers pour remplir leur heures d’écoutes et leurs lignes d’écritures car cette industrie se doit d’être rentable.

                                  Et celui qui l’est le plus est celui qui détient l’information première sans souci de véracité.

                                  Il est donc courent qu’à un fait réel conjuguait au présent suivent des conditionnels que l’opinion reconjuguera, ainsi va la rumeur, et elle n’a aucune antidote, elle est même devenue un expédient recherché, une véritable vie par procuration, un rituel incontournable de nos discutions.

                                   

                                  Je dis souvent que la justice ne peut pas être au dessus des partis car ils sont la représentation de la souveraineté populaire qui l’installe, mais cela ne l’empêche pas de disposer de discernement et n’en fait pas un instrument à galvauder même si elle a servi et sert sous toutes les dictatures.

                                   

                                  Cela ne retire rien à l’exactitude du fait que dans les affaires de faits divers les médias pressent l’opinion, même politique, de se poser en juges.

                                   

                                  Que chacun s’en fasse une idée me parait sain, que ces idées deviennent sans autres fondements que des conditionnels une condamnation est un pas qui se franchit trop facilement et qui conduit dans certaines affaires qui trouvent leurs épilogues ultérieurement en justice à ne plus comprendre la décision rendu par ce qui disposent des éléments.

                                   

                                  Ce qui me parait nuisible est cette information mercantile qui si elle n’est pas condamnable en tant que telle, s’exerce à la limite de la désinformation, car chacun sait que son conditionnel sera actualisé au présent, et ils sont peu nombreux à prendre les précautions qui s’imposent.

                                   

                                  Rarement les citoyens se posent la question de la victimisation des éventuels coupables (présomption d’innocence) présentés par les médias par rapport à la quantité globale des crimes et délits, le choix de quelques uns d’entre eux pour entretenir le rituel journalier de la litanie des faits divers plus ou moins choisies en fonction de l’actualité du moments, les rendent par rapport au autres victimes d’une médiatisation, qui, il faut se le rappeler à donner suite à une loi interdisant un condamner d’écrire et vendre son histoire, mais il semble ne pas paraître choquant de les soumettre à la rumeur populaire, quitte à leur rendre dans le futur la vie impossible.

                                   

                                  Certes la justice est publique sauf exception, mais il est incontestable que la liberté des médias de se faire les rapporteurs de n’importe quoi devrait leur imposer par éthique de ne rapporter que des fait vérifier exacts et mentionner l’opinion personnelle du journaliste spécifiquement.

                                  Ils ne sont bien entendu par responsable des amalgames de la population, mais ils ne peuvent les ignorer.

                                  Comme la justice ne peut ignorer la pression médiatique car personne ne vit à l’écart des autres et nous avons vue durant ces 20 dernières années comment elle est devenue l’objet d’un enjeu politique.

                                   

                                  Cela ne retire rien à l’exactitude de ce que tu développes, mais force est de constater que tous ces empressements « médiatico politique » autour des faits divers qui ne sont qu’une goutte d’eau dans l’ensemble des affaires judiciaires, entretiennent un état d’esprit malsain qui demande à la justice ensuite d’être vengeresse, car autour d’elle se vend dans la presse populaire des fagots de mots pour allumer des bûchers qui remplace le juges et le bourreau.

                                   

                                   

                                   

                                  Cordialement.


                                  • Christoff_M Christoff_M 4 février 2008 22:32

                                     Kerviel pouvait beneficier de la présomption d’innocence, certes lui est inconnu et pourtant livré en pature avec photos et vie privée dans une opération médiatique pas innocente...

                                    Quand à Mr Bouton, ce n’est pas la première fois qu’il est impliqué, trouver de l’innocence chez un banquier ou un financier c’est quand meme faire preuve d’une certaine naiveté..... on n’arrive pas à certains sommets uniquemment par travail et amabilité, on arrive surtout par réseaux et petits arrangements entre amis !!

                                    Ceux qui s’indignent et qui crachent sur Kerviel, ne font qu’essayer de sauver leur caste, l’élite française, les abonnés au medef !! mais vous avouerez qu’après Forgeard, Sauvagnac et autres Bouton impliqué dans une affaire douteuse, cela passe mal pour le commun des mortels, la moyenne française des travailleurs à 1500 euros par mois, ont du mal à digérer ces "affaires françaises" qu’on croyait enterrées avec la génération Chirac mais qui perdurent toujours dans certaines sphères politico-financières....

                                    la seule différence actuelle c’est que des noms sont cités, d’autres mis en examens, d’ou le déballage de la presse actuelle mais au fond les choses n’ont pas changé...


                                    • kalach47 5 février 2008 05:36

                                      Toujours le meme procédé mr b , lancer la piste sur l arbre qui cache la foret !!

                                      En plus des cabinets ministériels , auriez-vous , aussi des vues rémunératrices a tf 1 .

                                      meme type de "commentaires" d "analyse" , non en fait pas d analyse du tout !!! Surtout pas .... !

                                      Dans le journaliste , on appelle ce type d article un marronier ! (vide de sens , vide de tout ..)

                                      le votre est un peu plus pervers dans la désinformation , comme d hab .. !

                                      vendez vous aussi des marrons , l hiver comme le reste de l année ????

                                       

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès