• jeudi 24 avril 2014
  • Agoravox France Agoravox Italia Agoravox TV Naturavox
  • Agoravox en page d'accueil
  • Newsletter
  • Contact
AgoraVox le média citoyen
  Accueil du site > Actualités > Société > Le monde en 2035 - le début d’un nouveau paradigme
79%
D'accord avec l'article ?
 
21%
(28 votes) Votez cet article

Le monde en 2035 - le début d’un nouveau paradigme

Il m'a semblé pertinent de dresser une liste minimaliste des paramètres solides, peu contestables à l'heure actuelle, de la prospective, et d'aller parfois un peu plus loin en proposant des liens entre ces paramètres. L'évolution humaine de ces vingt-trois prochaines années sera aussi notre évolution.

1. Longévité et réjuvénation des populations : 10 milliards d'êtres humains 2. Imprimantes 3D, robots, amplification cognitive, espace, "le monde de l'abondance" 3. Etats endettés, soulèvements sociaux et exil maritime 4. L'avènement d'autres pouvoirs, l'horizon des évènements

1. Longévité et réjuvénation des populations : 10 milliards d'êtres humains

Si, pour 2029, des spécialistes de la biogérontologie et de la physiologie humaine, tels Aubrey de Grey (1), prédisent le début du contrôle sur le "point de non-retour biologique" d'un individu via des stratégies type SENS ("Strategies for Engineered Negligible Senescence") (2), et cela de manière accessible aux classes moyennes des pays industrialisés, les années suivantes verront les technologies de la réjuvénation (de l'anti-âge radical) se populariser de manière mondiale, avec des coûts infimes - voir "le monde de l'abondance" ci-après, à peut-être 75% des habitants de la planète. Lorsque les gens ne vieillissent plus, ou du moins, ne meurent plus de vieillesse, et redeviennent même capables de travailler, avec des espérances de vie en bonne santé qui dépasseront, après ingestion de quelques gélules quotidiennes, plusieurs siècles, la population mondiale augmente.

C'est ainsi que les prévisions des démographes sont fausses. Par exemple, dans un premier temps, les baisses de natalité, les non-renouvellements de la population européenne, avec des chiffres critiquement inquiétants pour l'Allemagne ou la Russie, seront compensés par le phénomène du "papy boom". Un "papy boom d'immortels" pour être plus précis. Par la suite, la réjuvénation permettra à des millions de personnes précédemment invalidées par l'âge, de retrouver de jeunes et frais corps d'athlètes. Le risque "d'accidents mortels" sera toujours une réalité, mais ne sera pas un enjeu potentiel avant plusieurs siècles (3).

Ces phénomènes sont intéressants car ils rendent obsolètes les craintes d'une disparition à moyen-long terme de la "population européenne" dans ces cadres. Et si l'on se place dans un cadre mondial, les conséquences de la réjuvénation biologique, en 2030-2035, seront une forte augmentation de la population. Il convient de répondre à ces questions : si, de 2030 à 2035, 75% de la population mondiale ne vieillit plus, quels sont les chiffres en 2035 ? Et, au-delà, quelles seront les nouvelles données ? 10 milliards d'habitants en 2035 ? 12 milliards en 2040 ? 30 milliards en 2100 ? On est loin des prévisions classiques de 9 milliards "stables" à horizon 2100...

2. Imprimantes 3D, robots, amplification cognitive, espace, "le monde de l'abondance"

"Où va-t-on mettre tous ces gens ? Comment vont-ils se nourrir ? Quelles seront les sources d'énergie adaptées ?" Où sont les ressources ? De nombreux enjeux vont surgir avec l'accroissement de la population. Nous verrons également ci-après les conséquences du "papy boom valide" sur l'économie du travail.

Les ressources sont dans l'espace, et l'énergie vient du soleil. A l'heure actuelle, déjà, les fondateurs du Google, ainsi que Peter Diamandis ou encore James Cameron (en mode investisseur), ont décidé de créer la société "Planetary Ressources" (4), dont l'objectif est tout simplement de miner (à moyen terme, justement, dès 2035) les millions d'astéroïdes que recèlent notre système solaire. Car, s'il n'y a que 8 planètes (+Pluton) autour de notre soleil, il y a des quantités considérables, à vrai dire illimitées à l'échelle du temps et des besoins humains, de matériaux "rares" ou "recherchés" . Cela est quelque peu comparable à l'exploitation du nouveau monde (5) par les Espagnols au XVIème siècle, avec un déversement de matières premières et de métaux rares sur l'Europe : l'inflation a eu raison du cours de l'or, et lorsqu'une entreprise telle que "Planetary Ressources" déversera, à nouveau, des milliers de tonnes d'or stellaire sur l'économie - cette fois-ci de manière illimitée, alors il pourra être massivement utilisé dans les industries de pointe.

Les ressources viendront de l'espace, quand elles ne viendront pas des réserves terrestres, réserves connues ou à découvrir, permettant - au demeurant, de "tenir" jusqu'en 2100 pour tous les types d'extraction (énergies fossiles comprises et je vais l'expliquer maintenant). Quant à l'énergie, le coût en kilowatts/heure des cellules photovoltaïques chutera en-dessous d'un seuil de prix par rapport à tous les autres types d'énergie (voir image ci-dessous), même en imaginant un prix fixe de ces autres types d'énergie (sans fonction de ressource) et une absence d'inflation. Quant aux voitures et autres systèmes, ce sont les technologies de batteries qui permettront une rentabilité très au-delà des réservoirs et moteurs actuels. En 2030, cela est une certitude - à moins que les technologies de fusion ou encore d'anti-matière soient déjà disponibles, l'énergie sera fournie par le Soleil (et l'Allemagne, en abandonnant le nucléaire à fission, en est également convaincue). Conséquence anecdotique : la disparition des énergies fossiles ne se produira donc jamais au cours de ce siècle ni même de ce millénaire, les besoins pour l'industrie du plastique, au niveau mondial, ne dépassant pas les 10% des produits du pétrole.

Les conséquences de l'avènement de l'imprimerie 3D (dès 2015) dans tous les foyers, seront étonnantes. Il sera possible, année après année, d'imprimer de plus en plus d'objets de la vie courante, avec une résolution de plus en plus fine des matériaux toujours plus variés. Besoin d'une brosse à dent ? Je me rends sur un site Internet proposant des modèles à imprimer en 3D. "50centimes le modèle... ah, il y a aussi tous les modèles gratuits proposés par des sites coopératifs, tiens je vais plutôt imprimer la brosse à dent grande marque - dernière licence - que je vais télécharger illégalement..." Ensuite, l'imprimante 3D se charge du reste, et voilà ! une brosse à dent toute neuve. Relativement aux capacités actuelles (voir vidéo ci-dessous), des imprimantes 3D de "bureau", on peut imaginer, en 2035, des imprimantes capables de créer véritablement la quasi totalité des objets (et aliments) que l'on trouve en supermarché. Même de la viande (8). Même des chaussures, vêtements, vélos, pièces de rechange de voitures, de robots, et tous les objets de la vie courante. Des cliniques proposeront évidemment, l'impression d'organes ou de parties du corps, avec 0% de rejet de la greffe, à partir de cellules souches des clients.

Tout deviendra illimité, gratuit ou quasi gratuit, il n'y aura (presque) plus de supermarché (ce seront des boutiques-vitrines, pour présenter et essayer des objets, voire pour les imprimer ou encore pour vendre des imprimantes et des objets non imprimables, car trop évolués, comme les robots avancés ou trop lourds, comme les lave-vaisselles), le monde des ingénieurs sera bouleversé. C'est le "monde de l'abondance" envisagé par Peter Diamandis (9 - voir la vidéo ci-dessous), "Abundance", l'un des livres les plus vendus, cette année, aux Etats-Unis, et passé sous silence en France.

Cette révolution industrielle entraînera la faillite de nombreux pays dont l'économie est basée sur le secteur secondaire. La Chine va subir un choc considérable qui aura des répercussions dans le monde entier (10). De même, des pans entiers de l'économie occidentale vont disparaître. Seul le luxe, l'industrie de pointe et une partie des services survivront. La robotique sera l'un des nouveaux grands secteurs. Ces robots qui seront également très peu chers, remplaceront les humains pour un nombre toujours plus grand de fonctions.

Pour survivre à l'accélération de la "machine" dans un cadre de compétition économique, pour continuer à maîtriser la "création", alors il faudra évoluer soi-même, c'est-à-dire, augmenter, amplifier son intelligence de manière quasi exponentielle, d'abord au moyen de molécules, de médicaments, de stimulations électriques puis au moyen d'une évolution du système neural, ainsi que d'une connexion toujours plus multiple à l'Internet. L'augmentation cognitive, l'informatique, la robotique et l'intelligence artificielle seront progressivement un seul et même système, qui sera également l'un des domaines économiques les plus importants à partir de 2030.

Enfin, "l'empowerment" technologique individuel, supporté par une accélération technologique universelle, verra l'apparition d'une colonisation des océans, de l'orbite terrestre et des astres habitables du système solaire, comme Mars. Après des initiatives comme Mars One (11) dans les années 2020 et 2030, une vague de "conquête" de l'espace libre sera lancée à partir de 2035/2040, une nouvelle "conquête de l'Ouest" qui nécessitera le développement de vaisseaux dont le Skylon et ses moteurs SABRE (12) en sont une préfiguration pour la partie aérienne "décollage/plafond à 26km d'altitude/atterrissage", et les systèmes de propulsion électrique, ionique ou nucléaire pour la partie "voyage dans le vide spatial". Les 10 milliards d'êtres humains pourraient donc retrouver un espace large pour vivre. Cela arrivera très vite, car le progrès des technologies n'est pas linéaire, il est exponentiel.

3. Etats endettés, soulèvements sociaux et exil maritime

La plupart des Etats sont endettés, ils se sont principalement endettés auprès de personnes privées. Progressivement, cet endettement pourrait s'accroître, au-delà des limites permises par l'inflation. Aussi, les Etats en faillite se retrouveront dans le cas de la Grèce. Bien entendu, les Etats qui proposent un "welfare", c'est-à-dire des systèmes sociaux allocatifs et de remboursement, et dont une partie significative de la population, disons, à partir de 10% et jusqu'à 50% (enfants, fonctionnaires, marchés publics, sans compter les bénéficiaires indirects) dans le cas de la France et de la Belgique, sont dépendants de ces systèmes, ne pourront plus financer ces personnes.

S'ajoute à ce risque de faillite, des éléments plus systémiques liés aux différents points que nous avons abordés ici : d'abord le retour au travail des personnes qui sont ou qui devraient être "à la retraite", via les technologies de l'allongement de la durée de vie en bonne santé, puis de la réjuvénation. Les personnes ne meurent plus, ne vieillissent plus, elles continuent à travailler (ou à être "sans activité", ou "au chômage"). Ensuite, la disparition de pans entiers de l'économie qui ne laissent la place qu'à des secteurs dont la main-d'oeuvre demandée est hautement qualifiée. Enfin, l'avènement des robots, qui vont littéralement remplacer les humains pour de nombreuses tâches et travaux.

Dans les pays "développé et en-développement", le chômage va exploser. Prenons le cas de la France, un pays qui réunira la totalité de ces paramètres. Depuis les années 1980, le taux de chômage n'a cessé de tendre à la hausse malgré de timides baisses contextuelles, pour atteindre 10% environ à l'heure actuelle. Quant à la population (hors mineurs) "sans revenu hors allocations", ou "sous le seuil de pauvreté hors allocation", qui comprends ces chômeurs, elle doit s'établir à peut-être 45-50% de toute la population. En 2012, 45-50% de la population, sans compter les mineurs, est totalement dépendante du bon vouloir de l'Etat. Hors, en prenant en compte les éléments de prospectives, on peut admettre que le chômage va tripler ou quadrupler d'ici à 2030. Ce qui signifie que l'on peut aller jusqu'à 75-80% de la population qui sera fortement à complètement dépendante de l'Etat pour ses revenus. Des revenus minimums.

Mais une ambiguité demeure. Le "monde de l'abondance" décrit par Peter Diamandis implique que les objets du quotidien, et même l'alimentation, que tout cela ne coûtera plus que le prix des matières premières et de l'énergie (énergie abondante et quasi gratuite, là-encore grâce au Soleil). Donc, malgré un revenu très faible, ces 75% jouiraient d'un niveau de vie plus élevé qu'à l'heure actuelle. Et cependant, il n'y a là aucune certitude. En effet, si un pays comme la France continue de financer 75% de la population, cela ne sera aucunement le cas de la plupart des pays développés. Mais cela ne sera peut-être pas si problématique. Le "revenu moyen" sera donc, bas, beaucoup plus bas qu'aujourd'hui, mais en même temps, tous les produits courants seront soient gratuits, soient dématérialisés (services et informations). Les "ressources" (et les monnaies basées sur les ressources) seront la quasi seule valeur admise.

La difficulté ici est éthiquement la suivante : est-ce que 75% de la population (européenne, occidentale ou mondiale), doit être sous perfusion sociale constante sous prétexte qu'elle serait devenue obsolète mais qu'il "n'est pas acceptable de laisser ces gens à leur sort ?". De plus, n'y aura-t-il pas un soulèvement, une sorte de "ras-le-bol", qui pourrait prendre la forme de colère "sociale", de haine anti-transhumaniste, anti-robots (luddisme) (et anti-personnes âgées rajeunies, qui elles ne voudront pas mourir et auront cette posture transhumaniste...). Y aura-t-il un clivage entre les humains et les transhumains ? Ce clivage pourrait-il également avoir un fond religieux ? - Certaines religions vont en effet se développer assez largement durant les vingt prochaines années si l'on prend le cas de l'Europe de l'Ouest. Y aura-t-il des murs ? Des revendications territoriales ? Des subversions "de fait" ?

Le seasteading (13) propose une émancipation de ce genre de situation, grâce aux technologies. Il s'agit de coloniser les océans, avec des villes flottantes par exemple. Cela est rendu possible grâce à l'imprimerie 3D du futur, qui permettra d'imprimer, donc, tout les objets nécessaires, même des éléments médicaux et, à long terme, des médicaments via "matrice moléculaire" (système avancé d'imprimante permettant à partir de cartouches de matières premières de réaliser de multiples réactions chimiques pour obtenir les molécules voulues). Plus besoin, donc, de rentrer au port, lorsque tout sera réparable en direct, avec une connexion constante à Internet également, donc l'accès aux informations cruciales pour la vie en mer mais aussi pour la mise à jour des systèmes. De nouvelles technologies du monde de la mer et de l'architecture (ainsi que l'énergie solaire et les batteries) pourront rendre possible la création de villes flottantes, non plus de paquebots classiques, mais par exemple de vaisseaux individuels résistants pouvant s'insérer dans ces villes, dans ces futures "régions flottantes", ou presque tout sera permis puisqu'il s'agit des eaux internationales, donc, une absence d'impôts et de réglementation Deux éléments qui attireront énormément d'investisseurs. Cette idée peut être transférée à l'orbite terrestre par exemple, ou à l'espace. Hôtels et casinos spatiaux russes sont déjà en projet. Quant au sea-steading, deux tankers-villes géants seront proposés au large de San Francisco dès 2014 par la société Blueseed (14 -voir photo ci-dessous).

4. L'avènement d'autres pouvoirs, l'horizon des évènements, le début d'un nouveau paradigme

Ce ne sont pas les Etats, mais bien les sociétés privées et les "empowered" individus, qui permettrons l'émergence de colonies maritimes, orbitales, martiennes, ou encore le développement de l'imprimante 3D et de la robotique. Les armées elles-mêmes ne serviront plus à grand'chose face aux robots-soldats de "multinationales", robots-soldats et drones conçus par ces mêmes multinationales. Comme, autrefois, l'URSS avait pris un trop grand retard par rapport aux Etats-Unis, à présent ce sont les Etats qui sont pris de vitesse par les entreprises privées. C'est la capsule Dragon, totalement privée, qui s'est amarrée pour la deuxième fois à l'ISS en 2012 récemment. C'est RedBull qui a entièrement créé et financé le très récent exploit de Felix Baumgartner. Les chinois poseront peut-être le pied sur la Lune, symboliquement... mais ce sont les robots de sociétés privées qui construiront des installations sur Mars pour accueillir des scientifiques et des touristes.

Les nouveaux pouvoirs seront individuels et entrepreneuriaux, rendus possibles par les technologies et les nouveaux horizons spatiaux qui ne sont pas régis par les lois des Etats, ou bien où ces souverainetés ne pourront jamais concrètement s'appliquer. Il y a fort à parier que les Etats se querelleront sur le découpage de Mars, alors que concrètement ce sont les entreprises spatiales qui négocieront leurs zones d'activité et de re-vente de territoire. De même les eaux internationales sont immenses, et un endroit propice aux expérimentations de sociétés nouvelles. Quelles seront les conséquences sur les Etats de ces états de fait ? De cette concurrence impitoyable et imbattable ?

Le concept de "singularité technologique", forgé par Raymond Kurzweil, est inspiré du phénomène astrophysique des trous noirs. Il s'agit en effet d'une accélération gravitationnelle de toute matière et même des photons, qui est "invisible", mais que l'on peut réperer grâce à "l'horizon des évènements", où tout semble déformé. A partir de 2035, le monde entrera dans l'horizon des évènements tel qu'on le voit aujourd'hui : vague, insondable, accéléré. Entre 2035 et 2045, durant ces dix années, se produira une accélération technologique extrême aboutissant à la singularité technologique. Il est strictement impossible de savoir ce qu'est la singularité technologique ou ce qu'il y a après. Dès 2035, le sujet médiatique principal sera la singularité technologique, et Ray Kurzweil sera considéré comme l'homme le plus important du XXIème siècle. La fin d'un monde, le début d'un autre.

Auteur : Adrien Von Sc. Première publication sur Horizon2050 le 18 octobre 2012 : http://horizon2050.fr/2012/10/18/le-monde-en-2035-le-debut-dun-nouveau-paradigme/ Références : (1) http://www.sens.org/ (2) http://en.wikipedia.org/wiki/Aubrey... (3) http://horizon2050.fr/2011/01/01/po... (4) http://www.planetaryresources.com/team/ (5) http://fr.wikipedia.org/wiki/Empire... (6) http://bigthink.com/think-tank/ray-... (7) Massachusetts Institute of Technology (MIT). Etats-Unis. http://www.digitaltonto.com/wp-cont... (8) http://www.wired.co.uk/news/archive... (9) http://www.ted.com/talks/peter_diam... (10) http://www.kurzweilai.net/3d-printi... (11) http://en.wikipedia.org/wiki/Mars_One (12) http://fr.wikipedia.org/wiki/Skylon (13) http://www.seasteading.org/ (14) http://blueseed.co/




par nouvelle-ère vendredi 19 octobre 2012 - 37 réactions
79%
D'accord avec l'article ?
 
21%
(28 votes) Votez cet article

Les réactions les plus appréciées

Réactions à cet article

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


Faites un don

Les thématiques de l'article

Palmarès

Agoravox utilise les technologies du logiciel libre : SPIP, Apache, Debian, PHP, Mysql, FckEditor.


Site hébergé par la Fondation Agoravox

Mentions légales Charte de modération