• lundi 21 avril 2014
  • Agoravox France Agoravox Italia Agoravox TV Naturavox
  • Agoravox en page d'accueil
  • Newsletter
  • Contact
AgoraVox le média citoyen
  Accueil du site > Actualités > Société > Le monde : terre de Djihad ?
33%
D'accord avec l'article ?
 
67%
(59 votes) Votez cet article

Le monde : terre de Djihad ?

Les problèmes liés à l’islam se multiplient dans le monde actuel. Comment l’Occident doit-il réagir ? Doit-il réagir ?

L’actuel Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdoğan, se présenterait aux élections présidentielles. Crise politique en Turquie, ce pays laïc fermement attaché à la séparation stricte et intransigeante entre l’islam et l’Etat, séparation dont l’armée turque est garante. Erdogan a un passé d’islamiste et est chef de l’AKP, parti musulman démocrate, dans l’ordre des mots.

La crainte de la perte des valeurs de laïcité a fait descendre 300.000 Turcs dans la rue, aujourd’hui, pour manifester leur attachement à la République d’Atatürk et à la laïcité rigoureuse qu’il avait imposée, sur des principes bien français que nous connaissons.

On peut faire un constat aujourd’hui, évident. Partout où l’islam est implanté, même l’islam modéré, il existe des problèmes, qui touchent à la remise en cause du sécularisme et de la laïcité : au Royaume-Uni, où le multiculturalisme est critiqué ; en France, pays qui a su partiellement manifester son attachement à la séparation de l’Egliseset de l’Etat, et l’appliquer ; au Maghreb, où les mouvements se font de plus en plus violents, et l’islam "modéré" s’éteint au profit d’un islam radical, fondamental.

Au Royaume-Uni, Minette Marrin, éditorialiste du Times, écrit le 4 février 2007 ("We’re far too nice to Muslims extremists") : "Parmi les musulmans britanniques âgés entre 16 et 24 ans, 37% préféreraient vivre sous la charria en Grande-Bretagne, 37% voudraient envoyer leurs enfants dans une école publique islamique et - plus incroyable encore - 36% pensent que les musulmans se convertissant à une autre religion devraient être punis de mort. Le nombre de jeunes musulmans britanniques qui disent "admirer des organisations telles Al-Qaïda, qui sont préparés à combattre l’Occident" s’élève à 13%. Pour les musulmans britanniques âgés de plus de 55 ans, les chiffres sont beaucoup plus bas, à 17%, 19%, 19% et 3% respectivement"." Des personnages soi-disant modérés du Royaume-Uni, tel le Docteur Mohammed Naseem, docteur à l’université de Birmingham, ayant une chaire à la mosquée centrale de Birmingham, qui a dit que le gouvernement poursuivait une politique de maintien d’une perception de menace terroriste pour justifier des lois antiterroristes. Il a comparé le Royaume-Uni de Blair à l’Allemagne nazie et à l’Union soviétique stalinienne. Il a sur ce sujet fait preuve d’une modération exemplaire, en comparaison de ses collègues, qui ont donné l’exemple d’une grande ingéniosité lors des attentats de Londres, et surtout d’excellence en terme de cruauté.

En France, le camp antilaïc de l’affaire des caricatures de Mahomet (à la dimension largement européenne) s’est vu représenté par le très modéré Boubakeur, alors que le professeur de philosophie Robert Redeker s’est vu condamné à mort par des extrémistes musulmans, presque excusés à l’origine par les pouvoirs publics. En Allemagne, l’Idoménée de Mozart s’est vue autocensurée par l’Opéra de Berlin, puisque représentant la tête coupée de Mahomet : peur des représailles... Une affaire judiciaire concernant une femme marocaine battue a porté à croire - dans ce même pays - que le Coran a pu peser plus lourd que le Code civil : naturellement, la quatrième sourate du Coran impose une loi explicite : "Vous réprimanderez celles dont vous aurez à craindre la désobéissance (...) vous les battrez". De quel droit le Codecivil peut-il interdire à un homme de battre sa femme ? C’est marqué dans le Coran !

Partout dans le monde, y compris dans le monde musulman, on assiste à une convergence de méthodes entre l’islam modéré et l’islam radical, qui tend de plus en plus à s’imposer comme branche forte du camp antimondialiste, opposé à la mondialisation libérale. Même combat : le grand Satan capitaliste américain. Rien d’étonnant qu’en son temps, l’Union soviétique se fût employée à utiliser l’antiaméricanisme musulman - commun au communisme et à l’islam - pour trouver ses alliés dans le camp du Tiers-monde arabo-musulman. La méthode : la prise du pouvoir (symbolique ou réel) par la force.

En ce sens, l’analyse de Robert Redeker à propos du camp socialiste remplacé par le camp intégriste musulman, la thèse du déplacement de la capitale de l’antidémocratie de Moscou à La Mecque, s’avère ne pas être parfaitement inexacte.

Ma critique va aux Chirac et autres mous qui veulent fuir "le choc des civilisations", qui souhaiteraient qu’en plein vieillissement démographique occidental - alors que le boom démographique est enclenché dans les pays musulmans - nous restions de parfaits mollusques, en relativisant la violence du conflit qui a déjà largement commencé. Faut-il rappeler que pour certains, les guerres se déclenchent dans les pays où la proportion de célibataires de moins de 25 ans augmente ? L’immigration n’est qu’un constat de comptable, quand le vrai problème est l’intégration. Faut-il rappeler qu’en Irak nous avons envoyé des soldats français faire le Djihad contre les Américains ? En effet, on sait que des jeunes dans les banlieues sont embrigadés par des imams respectueux du Coran, s’entraînent au Djihad après avoir quitté les lycées de la République.

Mon autre critique va aux De Villiers, qui souhaiteraient répondre à l’absence de liberté par la privation de liberté, profiter de la part de marché de la peur qui est offerte à ces politiciens peu sérieux et peu scrupuleux. Ce n’est pas en niant nos valeurs les plus fondamentales de l’Occident - la liberté inhérente aux bases chrétiennes - que nous gagnerons cette guerre d’un autre âge, à laquelle nous sommes condamnés de nous abaisser. Il nous faut conserver ce qui nous a fait gagner la guerre froide : notre liberté et notre confiance, notre fermeté et notre souplesse, notre intransigeance à l’égard des totalitarismes et des violences. Il ne faut pas stigmatiser les musulmans de France, qui sont bien souvent d’honnêtes gens, respectueux de la loi républicaine, et sont convaincus qu’ils peuvent pratiquer leur foi sans heurt. Ce, même si l’on n’est pas sûr de sauver de parfaits soldats de la liberté... Il me semble bon de méditer le précepte voltairien : "Il vaut mieux hasarder de libérer un coupable que de condamner un innocent". La liberté et la tolérance ne sauraient être sacrifiées au nom de la sécurité.

Nous entrons vraisemblablement dans une ère douloureuse après le tampon de paix qui suivit la guerre froide. Ce n’est pas maintenant qu’il faut réagir en Munichois devant le danger qui menace et qui gronde dans la zone qui va de la péninsule arabique jusqu’au Maroc et qui descend jusqu’au centre de l’Afrique, terre en voie d’islamisation. Contrairement aux phantasmes de certains hommes éclairés, l’histoire ne se termine jamais. Elle est en perpétuel recommencement. L’ère de la guerre froide s’achève, une autre commence.




par Croquette67 samedi 21 avril 2007 - 114 réactions
33%
D'accord avec l'article ?
 
67%
(59 votes) Votez cet article

Les réactions les plus appréciées

  • Par docdory (---.---.180.177) 20 avril 2007 13:46
    docdory

    @ à l’auteur

    Oui une nouvelle guerre froide semble commencer , et un nouveau rideau de fer s’élève . Actuellement , pour un non-musulman , il est pour le moins imprudent de voyager dans la moitié des pays musulmans ( Afghanistan , Pakistan , Iran , Irak , Algérie , Arabie Saoudite , Palestine et j’en passe ). Dans 10 ans , au train ou vont les choses , ce sera aussi problématique que de se rendre en Russie dans les années 50 ... et ce sera probablement le même phénomène pour un musulman voulant voyager dans un pays non-musulman ...

  • Par docdory (---.---.180.177) 20 avril 2007 13:50
    docdory

    Il ne s’agit d’ailleurs pas d’un problème entre l’occident et le monde musulman , mais entre l’ensemble du monde non musulman ( soit 4/5 èmes de l’humanité ) et le monde musulman ( la Thaïlande , le Sri Lanka , l’Inde , la Chine , Bali etc ... ne font pas partie de « l’occident » )

  • Par Kosmalib (---.---.149.161) 20 avril 2007 20:46

    Je suis relativement d’accord avec vous sur les dates des évènements, et notamment le rôle des Américains dans le placement des talibans en Afghanistan contre l’occupation soviétique ou le rôle de VGE - au moins partiellement. Je suis bien loin de me placer diplomatiquement aux côtés des Etats-Unis. Je n’ai pas de religion en matière diplomatique. Le fait que Ben Laden soit un pur produit de l’Amérique ne change rien au conflit : mais il s’agit bien d’un retour de flamme, auquel les Américains ne s’attendaient pas.

    La question se pose ici de ce « retour de flamme ». Il me semble que les évènements historiques sont produits les uns à la suite des autres selon un processus causal, dans lequel les individus forment l’histoire : selon les recoupements, on peut établir des périodes, structurellement établies par les évènements historiques. Il peut en découler que des hommes paraissent pris dans les vents de l’histoire, dans ces systèmes complexes partiellement définis, ou qu’ils engendrent eux-mêmes ces mouvements. Ben Laden est-il une cause de l’islamisme montant, ou participe-t-il d’un mouvement plus vaste de réaction à la mondialisation libérale ? Pour ma part, je considère qu’il n’a fait qu’accélérer qu’un processus entamé depuis longtemps, bien avant la guerre froide, et qui refait surface aujourd’hui après le dégel du monde, et en réaction à la mondialisation libérale, à l’expansion sans limite de ce modèle matérialiste, déjà canalisé par la colonisation. Le rôle des Américains - puissance qui compte vraiment depuis la sortie de son isolement pour la seconde guerre mondiale - a été un catalyseur conjoncturel, mais vraisemblablement la guerre froide a contribué à installer des structures idéologiques déjà présentes dans l’islam, et qui ont commencé à germer pendant la colonisation.

    Je constate simplement que l’anti-impérialisme américain actuel (qui existait au temps de la guerre froide sous une forme plus « centralisée » à Moscou) est bien souvent - dans les pays musulmans - associé à la critique du Grand Satan, critique que les soviétiques ont tôt fait d’associer au terme « capitaliste ». Les propos de Zinoviev, dignitaire bolchevik, à la conférence de Bakou en septembre 1920 peuvent aider à comprendre : « Frères, nous vous appelons à la guerre sainte et d’abord contre l’impérialisme britannique. » Les Soviétiques se sont donc empressés d’instrumentaliser l’Islam à des fins purement « révolutionnaires », trois ans seulement après le coup d’Etat bolchevik. Il y aurait convergence de deux idéologies (expansives par nature), à savoir la Révolution Rouge et l’Islam, structurées autour d’un ennemi antagonique commun, nous parlons de l’idéologie matérialiste occidentale, associé secondairement à la spiritualité chrétienne. Vous parlez de Khomeiny comme d’un produit américain contre une soit disant Révolution socialiste, si j’ai bien compris votre sous-entendu, susceptible de rattacher l’Iran au bloc de l’Est. Mais justement, Khomeiny constitue un double produit de l’islam et de l’idéologie révolutionnaire communiste : « la Révolution Islamique. » Le modèle de prise de pouvoir par Khomeiny s’apparente volontiers à la prise de pouvoir par Lénine en 1917. Lénine-Khomeiny : même combat contre les capitalistes. Et en réalité, l’Islam politique aurait « absorbé » certains principes de l’idéologie révolutionnaire marxiste-léniniste.

    C’est d’ailleurs une raison qui fait s’écrouler votre raisonnement sur le rôle des Etats-Unis dans le renouveau religieux musulman. « En oubliant cependant un fait important : c’est le camp atlantiste qui fait prospérer, comme stratégie hasardeuse lors de la guerre froide, l’islam politique en réponse à l’athéisme soviétique qui séduisait nombre de pays du Tiers Monde. » Deux erreurs : D’abord, c’est en premier lieu le régime soviétique qui a fait progressé l’islam politique antiaméricain (cf. Zinoviev). Le reste n’est que le pur produit de la décolonisation et des réactions à la mondialisation libérale. Seconde erreur, vous vous contredisez. Si les Américains ont soutenu la dictature Baasiste en Irak (fondée sur une idéologie relativement athée, un panarabisme nationaliste nostalgique et une forme avancée d’acceptation du matérialisme occidental, sans l’occident et sans démocratie politique), c’est qu’ils n’ont pas soutenu - sinon involontairement - la montée du pouvoir religieux, mais bien d’un pouvoir politique. Le parti Baas est un parti politique, et non religieux. Les Américains ont soutenu des points stratégiques sur une carte : des nations ; selon un principe clair de raison d’Etat, de poids et de contrepoids : l’Amérique doit sauver le monde libre, et surtout ses intérêts. Les « manœuvres d’apprentis sorciers » que vous dénoncez avaient pour vocation, pour fin, de sauvegarder les intérêts de la nation Américaine contre l’expansionnisme soviétique. Quoi de plus logique ? (Je n’ai pas écrit « quoi de mieux » !)

    Quant à votre accusation d’islamophobie, je me permets de vous renvoyer à une analyse que vous trouverez sur le site Internet de Robert Redeker. On accusera d’islamophobe qui constate que - dans la religion musulmane - il existe des aspects guerriers et violents, indéniables. Si l’on choisit cette définition, n’oubliez pas que je n’ai peur ni des curés ni des imams. Je suis chrétien catholique, mais surtout laïc et républicain, mon meilleur ami est musulman, et partage un certain nombre d’analyses que j’ai développées. Un autre de mes amis - homosexuel Marocain - subit de lourdes pressions de son pays et ne retournera pas là-bas : trop d’intolérance. N’empêche que j’ai de nombreux amis qui aspiraient à une spiritualité musulmane sereine. Et voyez que je ne suis pas pris d’effroi à l’idée de voir un Musulman en France, si je compte beaucoup d’amis musulmans.

    Il existe, pour de nombreux spécialistes, deux conceptions de l’Islam, deux moyens d’être musulman : une conception pacifique qui consiste à étendre l’idéologie de l’Oumma partout où faire se pourra, par la voix pacifique. L’autre conception s’emploie naturellement à exploiter les passages les plus violents du Coran pour en faire instrument de violence, à les traduire de manière à faire comprendre les choses... d’une manière assez spécieuse. « Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n’interdisent pas ce qu’Allah et Son prophète ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu’à ce qu’ils versent la capitation par leurs propres mains, après s’être humiliés. » (IX. 29). On trouve des centaines d’autres phrases comme celles-ci dans le Coran. Alors, combat moral ou combat physique ? A voir... quoi qu’il en soit, il s’agit de combattre pour s’étendre.

    Si la plupart des Musulmans sont de très honnêtes gens, parfaitement innocentes, la montée en puissance des vocations intégristes dans tous les pays du monde musulman, les attaques répétées au sécularisme et à la laïcité, la substitution progressive des Codes de types napoléoniens en Afrique du Nord par la charia, et de nombreux indices qui ne trompent personne sont des témoins d’une structure impériale en cours d’uniformisation en son cœur, et d’expansion vers son Sud Africain. Au Nord (en Europe), à l’Est (en Asie), l’expansion de l’Islam se heurte à la réalité laïque, chrétienne et occidentale.

    Il ne s’agit pas de suivre la méthodologie de Huntington, même si elle a l’avantage de penser le concept de civilisation. D’ailleurs, ce n’est pas parce que le monde était divisé en deux blocs lors de la guerre froide, que deux civilisations - l’une soviétique, l’autre libérale et démocrate - s’affrontaient. Nous parlons ici d’antagonisme entre deux idéologies toutes deux en expansion, condamnées à s’affronter. La démocratie et le libéralisme ne sont pas les composantes intrinsèques de la civilisation occidentale, même si leur apparition est consubstantielle au christianisme. La démocratie libérale n’empêche pas - en réalité -l’épanouissement d’autres civilisations, comme la civilisation « asiatique » (le Japon est démocrate et libéral, par exemple, mais fait parti d’un ensemble appelé monde libre qui transcende les civilisations, sans être exclu de la civilisation sino-japonaise). C’est pourquoi on ne peut réellement parler de « choc des civilisations ». Le terme de civilisation était en ce cas abusif, sauf à substituer l’idée de civilisation à un ensemble politique et non linguistico-religieux.

    De nombreux indices témoignent d’un développement d’une expansion des thèses de violence partout où l’Islam creuse son terreau. Récemment, l’Iran a interdit le cartoon Tom et Jerry. Un chat qui court vainement après une souris (juive, naturellement) semblait choquer les autorités. La Turquie, pays laïc, a interdit Winnie l’Ourson, à cause de la présence choquante de Porcinet, animal impur à ne pas montrer aux enfants. La Chine (!), en cette année du Cochon, a pris des mesures de répression à l’encontre des images de cochon, pour respecter la religion de la minorité musulmane en Chine, et se faire des nations amies en terre d’Islam. Les exemples sont multiples, divers, nombreux.

    Je ne peux me résoudre à dire que nous ne sommes pas en guerre idéologique. En somme, une guerre entre deux blocs antagonistes, qui peut avaler certaines nations. Le manichéisme consiste à voir en telle personne le bien, en son opposant le mal. En appliquant ce principe aux structures idéologiques qui se développe en terre d’Islam, et à celles installées en occident, en considérant la violence comme négative et comme un moyen à éviter le plus possible, la démocratie et la laïcité (ou le sécularisme) comme une bonne chose, je n’ai aucune peine à considérer l’idéologie islamique intégriste comme le mal, et la doctrine libérale et démocratique comme le bien. En ce sens, je suis manichéen. Mais en considérant les personnes dans leur plus stricte humanité, je ne peux me résoudre à y voir la moindre trace de mauvaise volonté. Et je ne peux qu’aimer un musulman, même le pire des terroristes, me refuser à désirer sa mort. Il faut aimer ses ennemis. C’est comme ça que le christianisme se déploie et qu’il s’est toujours déployé, sauf à être en contradiction avec lui-même. En somme, je ne fais pas le lien entre les individus et les systèmes dans lesquels le scientifique les incorpore. Je me dois de les considérer dans leur plus stricte humanité, leur plus stricte individualité.

  • Par Martin sur AgoraVox (---.---.231.226) 25 avril 2007 20:17
    Martin sur AgoraVox

    L’auteur écrit « On peut faire un constat aujourd’hui, évident. Partout où l’islam est implanté, même l’islam modéré, il existe des problèmes... »

    Sur ce thème je propose la lecture des articles suivants, qui ne sont pas des textes de philosophie, mais qui sont des observations de base, faites par un citoyen parmi d’autres : « Europe et une certaine immigration - Europe terre d’islam ? », lien :

    http://blog.france2.fr/democratie-e...

    « Financement public de l’islam et prosélytisme musulman en Europe », lien :

    http://blog.france2.fr/democratie-e...

    « Une politique européenne commune d’immigration », lien :

    http://blog.france2.fr/democratie-e...

    Une citation de ce dernier article : « On en est à présent à la 3ème génération d’immigrés Africains (Noirs ou nord-africains), qui sont très majoritairement musulmans, et au lieu d’assimilation, d’adaptation au peuple et à la terre d’accueil, on constate l’inverse : ils imposent le changement de la société française selon leurs critères. »

Réactions à cet article

Réagir à l'article Réagir à ce message Signaler un abus Lien permanent
  • Par fouadraiden (---.---.32.107) 20 avril 2007 22:32
    fouadraiden

    Trêve de bavardage Monsieur Paradisal, et écoutez les lumineuses analyses de l’auteur de ce billet.Nous les hommes qui défendont le bien contre le péril vert et son fascisme potentiel aurions dû commencer par attaquer l’Iran.

    Arrêtez de vouloir intimider la critique sous prétexte que vous seul seriez détenteur de la vraie lecture de l’islam.Cette imposture intellectuelle doit cesser, Monsieur .

  • Par Kosmalib (---.---.149.161) 20 avril 2007 23:15

    Oui, il faut que des écoles s’ouvrent un peu partout dans le monde musulman pour lutter contre l’obscurantisme religieux.

    Pour le reste, l’interprétation de l’islam, sur la pureté de cette religion (présentée de manière un peu tarte à la crème), j’espère que vous avez raison et que j’ai tort. Je doute que - même à nous deux - nous puissions mesurer la totalité de l’islam. Mais disons une chose : les intégristes ne s’appuient pas sur l’Islam pour rien, et le manque d’éducation ne suffit pas à expliquer que des imams - qui savent lire - puissent ainsi interpréter des textes. Alors, pour mettre fin à cela, je vais sur Yabiladi.com, puisque je ne suis pas à la bibliothèque pour ouvrir le Coran, et je cite la sourate 4.15 : « Celles de vos femmes qui forniquent, faites témoigner à leur encontre quatre d’entre vous. S’ils témoignent, alors confinez ces femmes dans vos maisons jusqu’à ce que la mort les rappelle ou qu’Allah décrète un autre ordre à leur égard . » J’ajoute 4.34 : « Les hommes ont autorité sur les femmes, en raison des faveurs qu’Allah accorde à ceux-là sur celles-ci, et aussi à cause des dépenses qu’ils font de leurs bien. Les femmes vertueuses sont obéissantes (à leurs maris), et protègent ce qui doit être protégé, pendant l’absence de leurs époux, avec la protection d’Allah. Et quant à celles dont vous craignez la désobéissance, exhortez-les, éloignez-vous d’elles dans leurs lits et frappez-les. Si elles arrivent à vous obéir, alors ne cherchez plus de voie contre elles, car Allah est certes, Haut et Grand ! »

    Interprétez-vous cela comme des propos parfaitement purs et non-violents ? Comprenez que j’admire votre geste de foi, vraiment. C’est vrai, je ne lis pas l’Arabe. Mais la plupart des traductions - y compris en Anglais - convergent dans ce sens.

    J’aimerais sincèrement que la spiritualité musulmane soit dénuée de violence. Mais la raison parle, et vous ne faites que vous enfoncer dans vos retranchements. Je vous comprends, et je sais que cela vous blesse terriblement, dans votre chair et dans votre justification métaphysique. Mais l’Islam a de nombreux aspects très violents. Vous ne pouvez pas défendre cet idéal de paix que j’admire chez vous, sans être incontournablement en opposition avec l’Islam. Je termine :

    5.73. « Ce sont certes des mécréants, ceux qui disent : “En vérité, Allah est le troisième de trois.” Alors qu’il n’y a de divinité qu’Une Divinité Unique ! Et s’ils ne cessent de le dire, certes, un châtiment douloureux touchera les mécréants d’entre eux. » 8.12. « Et ton Seigneur révéla aux Anges : “Je suis avec vous : affermissez donc les croyants. Je vais jeter l’effroi dans les cœurs des mécréants. Frappez donc au-dessus des cous et frappez-les sur tous les bouts des doigts. »

    Désolé. Mais j’ai de sérieux doute sur la pureté de l’Islam. J’accepte qu’il puisse être orienté vers la paix, que vous ayez la foi... mais les arguments fondés sur l’accusation de l’islamophobie sont de bien maigres arguments. Ceux fondés sur des slogans lénifiants sur la tolérance religieuse... sont insidieux, car ils vous empêchent de parler. Que répondre à un homme qui vous accuse d’être nazillon ? Rien, vous êtes immédiatement classé du côté du mal. Cela s’appelle de la perversion inellectuelle.

    J’emets une hypothèse fondée que l’Islam est violent. Je n’ai pas dit que j’avais peur de l’Islam. Pour être franc, je n’ai pas peur de la violence. Il suffit d’y répondre par l’amour. (5.45. « Les blessures tombent sous la loi du talion . Après, quiconque y renonce par charité, cela lui vaudra une expiation. Et ceux qui ne jugent pas d’après ce qu’Allah a fait descendre, ceux-là sont des injustes. »)

  • Par mike57 (---.---.221.4) 20 avril 2007 23:26

    L’Islam d’aujourd’hui n’est pas seulement un intégrisme, c’est un totalitarisme, il prend le relais des deux totalitarismes qui ont marqué le 20ème siècle, le communisme et le nazisme. Après le fascisme brun et le fascisme rouge, on est en présence du fascisme vert. L’intégrisme religieux doit être analysé sous le prisme du totalitarisme, système auquel il conduit inéluctablement dès que son triomphe est proclamé.

    Le totalitarisme implique la négation de l’individu, seul le groupe, (religieux, politique, racial) existe ; l’individu est nié, ravalé, il est entièrement subordonné à l’intérêt supérieur du groupe. On notera, incidemment que le « libéralisme », qu’il soit radical ou modéré, est exactement le contraire. On sait, en effet, que pour Adam Smith, le père du libéralisme économique, l’individu est au centre de sa réflexion ; après Locke, Montesquieu et bien d’autres, il montre, ce qui est toujours vrai aujourd’hui, que sans liberté économique, il n’y a pas de véritable liberté politique. La France est aujourd’hui, le seul pays européen, où le mot, « libéralisme » est un gros mot.

    La règle d’or de l’intégrisme religieux et du totalitarisme est la certitude de détenir la vérité, une vérité univoque, intangible, éternelle, que l’on ne saurait renier sans encourir une punition extrême. L’emprisonnement, la torture, l’extermination, la terreur, sont les instruments habituels du totalitarisme. La coercition ne s’intéresse pas seulement aux corps mais surtout aux esprits : « il est interdit de penser ».

    La religion se situe, de manière évidente, dans la sphère du privé, et non pas dans celle du public. Toute autre est la conception des théoriciens islamiques contemporains : L’Islam, écrit Hani Ramadan, dans le Bulletin du centre islamique de Genève, « est religion et État, foi et loi, doctrine et mode de vie... il nous enseigne un monothéisme authentique, évident, et aussi une loi qui constitue désormais un système complet reposant sur des sources authentiques applicables en tout lieu et en tout temps ».

    Un article paru dans un périodique algérien illustre bien ce qu’il en est de la laïcité dans le monde arabe (le mot laïcité étant à peu près intraduisible en arabe) : « L’adage occidental « rendre à César ce qui appartient à César et à Dieu ce qui appartient à Dieu » n’a pas sa place dans la conception islamique de la société. Tout appartient à Dieu et César lui-même appartient à Dieu ». L’Islam, comme le rappelait si bien ce folliculaire, « signifie étymologiquement soumission, celle-ci doit être totale et inconditionnelle à Dieu et à sa foi révélée », c’est bien pourquoi « ne peut rester musulman celui qui s’est converti à la laïcité, cette nouvelle religion qui prône la séparation de la Foi et de la Loi ».

    Jacques Pietri (mars 2007).

  • Par miaou (---.---.122.174) 20 avril 2007 23:40
    miaou

    Article (et commentaires) tout à fait pertinent et bien construit.

    Son auteur ne se laisse pas impressionné ni par le relativisme ambiant (selon lequel tout se vaut), ni par la tolérance obligatoire (qui n’est souvent que l’expression d’un désintérêt hautain de l’autre) ; enfin, la notion (douteuse) d’islam modéré est écartée, il a le courage de s’informer aux sources (citations du Coran) et de dresser un tableau clinique assez complet et sans concessions des conséquences de la présence de l’Islam dans différents pays.

    Bravo !

  • Par laurent m (---.---.82.153) 21 avril 2007 04:25

    Ce ne sont pas les religions qui font les hommes, mais les hommes qui font les religions. Le débat autour du degrés de dangerosité ou d’adéquation à un système de pensée d’une religion n’a pas de sens, car c’est vers çà que vire ce débat. Il ne faut pas écouter ceux qui veulent le choc des civilisations. Toutes les religions ont connu de longues périodes de déclin et d’intolérance. N’oublions pas les croisés et les inquisitions. Peut être un jour les musulmans nous rappelleront une nouvelle fois l’existence d’un truc qui s’appelle la démocratie ? Et cette fois ci on ne manquera pas de les remercier.

  • Par Bulgroz (---.---.135.124) 21 avril 2007 12:57

    L’ère de la guerre froide s’achève, une autre commence. dites vous,

    Les Russes étaient chez eux en Russie, les musulmans sont chez nous....

  • Par laurent m (---.---.82.153) 21 avril 2007 18:06

    Approche relativiste (tout se vaut), refusant de comprendre que les religions (comme les systèmes de pensée politiques) ne véhiculent pas le même message et qu’elles ont un corps de doctrine propre : il y a dans certains cas compatibilité au moins avec la démocratie, dans d’autres cas, non (comme le nazisme, parmi les idéolgies politiques). Si la démocratie n’est pas née et même n’a pas pu se développé en terre d’Islam, ce n’est pas, comme vous l’insinuez, par hasard.

    C’est amusant, vous continuez à nager dans vos propre contradictions par rigidité intellectuelle et ignorance. Dans l’islam, puisque c’est ce dont il s’agit, il y a des lectures complètement opposées des écrits. Les chiites de Turquie les alévis par exemple sont à des années lumières du chiisme iranien. Les premiers sont des laïcs convaincus et ont une approche très libertaire et démocratique de la religion(prières mixtes, port du voile banni, jeûn non obligatoire etc...Les seconds ont une lecture littérale et conservatrice de l’islam. Ces populations n’ayant pas vécu la même histoire. Et je ne parle même pas des islams syncrétiques d’Asie centrale et de Russie-Caucase fortement inspirés de croyances antérieurs au livre saint. Ces peuples sont même plus proche dans leurs croyances et conceptions de la société du christianisme orthodoxe que de l’islam pratiqué dans le monde arabe. Les sahoudiens n’ont pas eu beaucoup de succès en Bosnie en multipliant l’ouverture d’écoles coraniques conservatrices, ceux-ci se sentant plus proche des valeurs de société européenne. Et ces différences de vision du monde vont en s’accentuant. L’islam a souvent une image d’unité dans le monde occidental, il n’y a rien de plus faut.

  • Par laurent m (---.---.82.153) 21 avril 2007 22:03

    Merci pour cette pertinente réponse, ma remarque était adressée à Miaou.

    Les idées démocratiques dans l’islam tirent leurs origines dans l’héritage historique de la civilisation judéo-chrétienne, c’est juste. L’islam est un « christianisme et un judaisme réappropriés et réinterprétés par les peuples de la péninsule arabique » à ses origines, la base du monothéisme islamique est donc une continuité des préceptes enseignés par la chrétienté de l’époque, puisque les personnages de la bible y sont intégrés. Sans entrer dans un débat purement théologique, on pourrait donc être amenés à penser que l’islam s’est construit en négatif du christianisme comme vous le décrivez en opposant djihad et amour pour ce qui est du prosélytisme propre à chaque religion. Affirmer que la démocratie serait intrinsèque ou en puissance à une religion particulière, est une idée qui mérite débat et recherche. Gardons dans l’esprit un fait important : le développement de la démocratie en Europe va de paire avec l’élevation du niveau de vie des peuples et s’est faite suite à l’esclavagisme et au pillage du reste du monde. Les religions se « corrodent » et s’enrichissent mutuellement au gré des multiples bouleversements dans le monde entier. Plus que jamais, aujourd’hui, elle sont amenés à évoluer vers des sphères de plus en plus insoupçonnées. Il suffit de voir ce que sont devenus bon nombre de branches protestantes aux Etats unis.

  • Par miaou (---.---.1.228) 22 avril 2007 01:49
    miaou

    @laurent m

    Il devient très compliqué de vous répondre, d’autant plus que Kosmalib l’a fait de magistrale façon et qu’il me semble que ayez légèrement évolué . Je vous reprends donc uniquement sur vos derniers passages.

    « Les idées démocratiques dans l’islam tirent leurs origines dans l’héritage historique de la civilisation judéo-chrétienne.... »

    OK

    « Gardons dans l’esprit un fait important : le développement de la démocratie en Europe va de paire avec l’élevation du niveau de vie des peuples et s’est faite suite à l’esclavagisme et au pillage du reste du monde »

    oui et non, car toutes les régions du monde (notamment celle où s’est implanté l’Islam) ont pratiqué l’esclavagisme et procédé aux pillages des ressources et à la colonisation. Je n’y vois là nul particularisme européen.

    «  Les religions se »corrodent« et s’enrichissent mutuellement au gré des multiples bouleversements dans le monde entier. Plus que jamais, aujourd’hui, elle sont amenés à évoluer vers des sphères de plus en plus insoupçonnées. Il suffit de voir ce que sont devenus bon nombre de branches protestantes aux Etats unis. »

    OK (c’est ce que j’avais exprimé au sujet du lien entre djihad et croisade). C’est pourquoi il importe, si on veut juger un système de pensée religieux (mais cela vaut égalemnt pour les idéologies séculières), de se ramener aux textes de référence, et d’apprécier la nature du lien des textes avec tels et et tels actes des croyants. S’intéresser de trop près aux réalités sociologiques ou aux syncrétismes permet de donner du poids à des phénomènes périphériques, dont le système de pensée religieux en question n’est pas forcément directement responsable (dans un sens ou dans l’autre). Ou alors, il faut argumenter au cas par cas pour rétablir la chaîne de causalité.

    « Tous les crimes récents dans ce pays à l’encontre des chrétiens est l’oeuvre d’ultranationalistes religieux en réponse à la frustration générale suite au refus d’intégration de l’Europe. »

    Vous rendez-vous compte de ce que vous écrivez ? C’est tellement gros que cela appelle plusieurs remarques :

    * en vous lisant, on a l’impression que les chrétiens semblent quelque part être les coupables des actes commis à leur encontre

    * pour autant que je sache, les ultra-nationalistes ne rêvent pas d’intégration européenne, bien au contraire !!! On peut donc légitiment procéder à l’analyse inverse, pour laquelle, au contraire, il existe une frange de la population qui veut marquer son refus de l’UE.

    * les crimes musulmans à l’égard des chrétiens ne se limitent pas à la Turquie (Irak, Nigéria, Pakistan, Soudan...). Faut-il donc également intégrer ces pays dans l’UE ?

    « Ce pays n’a jamais connu ce genre d’agression auparavant »

     ????????

     »Qui se souvient encore de l’extermination des Arméniens ? » (Hitler)

    « Le véritable projet de l’UE est la préservation et promotion de la démocratie »

    Oui, entre autres, mais, cela a déjà été écrit plusieurs fois, l’UE n’a pas vocation à se substituer à l’ONU

    « les turcs ont la capacité de la semer dans le reste du monde musulman. »

    Le monde arabo-musulman n’a pas de tendresse particulière pour son ancien colonisateur. Il serait particulièrement étonnant qu’il se sente concerné Au contraire, je fonde bien davantage d’espoir sur le Liban, à terme, pour incarner un modèle au sein des pays arabes (d’autant qu’une large partie, qui malheureusement se rétrécit, de la population est encore chrétienne)

  • Par Tarouilan (---.---.167.241) 22 avril 2007 23:47
    Tarouilan

    Un document qui me parait intéressant pour comprendre un peu l’islam : http://islam-documents.org/ Une étude vraiment serieuse, pour une fois..... smiley

  • Par aurelien (---.---.233.62) 23 avril 2007 00:17

    Bonjour,

    Vous semblez être partisan du « choc ces civilisations ». Qu’en attendez-vous ?

    En prônant de telles choses, vous en êtes à la fois l’artisan et la victime, dans la même position que l’administration américaine actuelle. il n’ya pas de choc de civilisation, il n’y a que des conflits idéologiques et de la manipulation des masses. Discuter de ces problèmes humains qui nous touchent tous, ne consistent pas à brandir le spectre des extrémismes et à dialectiser les rapports de force que les idéologies en présence créent en commun.

    Le monde n’est pas une terre de Djihad, pas plus que le monde n’est le terrain de développement du néo-libéralisme républicain. C’est à chacun de créer le monde, et cela en comprenant et en élucidant le problème de la violence.

    Les faits de la violence sont à la fois ceux du terrorisme local et aussi celui de la mondialisation corporatiste et de l’économie virtualisée des poches spéculatrices boursières. La violence de l’intégrisme islamique est la même violence que l’on retrouve dans nos pays dits laïcs, avec leurs propres guerres dite de « libération » ou de « démocratisation ». De tous les côtés des enfants meurent, des hommes et des femmes meurent. Et le modèle économique es t aussi destructeur pour notre environnement : les sols meurent, la biodiversité se perd, nos milieux de vie se dégradent.

    Votre ennemi islamique est à l’intérieur de vous-même, voilà le véritable choc de votre article, car islamique, musulman, catholique, juif, ou autres, nous sommes tous des humains pensants. Et tant que cette humanité commune entre les peuples ne sera pas mise en avant, tant que les idéologies particulières et les dogmes d epensée qu’ils soient politiques, philosophiques ou reliogieux, ne seront pas mis de côté dans les relations humaines et le vivre-ensemble, nul avancée ne pourra se faire au niveau mondial ou à notre simple niveau individuel, en tant que citoyen du monde ou d’une société particulière.

  • Par dan (---.---.254.253) 23 avril 2007 20:48

    J’ai déjas répondu à Paradisial que l’islam idéal qu’il a imaginé dans sa tête n’est pas l’islam réel concret pratiqué dans le monde actuel qui malheureusement qu’on le veuille ou non n’est que dogmatisme,intolérance et sectarisme et en plus veut être conquérant.Ne pas le reconnaitre c’est faire du dénégationnisme.Partout ce sont les extrémistes ou les intégristes qui l’emportent sur ceux qu’on nomme les modérés comme d’ailleurs chez les chrétiens,voir les néoprotestants.Mais en religions il n’ya pas des modérés et des extrémistes qui s’opposent ou alors ils s’opposent artificellement sans remise en cause fondamentale pour changer véritablement les choses dans le bon sens.La véritable opposition est entre les rationnalistes et les irrationnalistes.Or aujourd’hui une gigantesque vague ou tsunami irrationnaliste croyancière ou athée submerge le monde .Ce qui fait que les gens se tuent pour des dogmes,des croyances absurdes,des différences futiles et artificielles ou même pour de simples étiquettes collées par le hazard de la vie ou de la naissance.ABSURDE.Il n’ya que la RAISON universlle qui piusse sauver l’humanité de ces ténèbres.

  • Par dan (---.---.254.253) 25 avril 2007 15:08

    Non,l’universalisme républicain n’est pas mort et d’ailleurs ne peut pas mourir car elle est fondée sur la raison et la raison ne peut pas mourir,et contrairement à ce que vous dites ,Descarte n’a pas tord et la raison est la chose la mieux partagée au monde car vous ne pouvez pas faire un pas ,faire le moindre mouvement sans vous soumettre à la loi universelle de la raison.D’ailleurs le fait que vous écrivez sur ce site pour communiquer avec des gens montre que vous admettez qu’ils possèdent la raison suffisante pour comprendre ce que vous dites.Vous semblez dire que je suis athée,qu’en savez vous,vous ne me connaissez pas et je n’ai pas encore exposé ma pensée sur ce sujet.Et d’ailleurs pas besoin d’être athée pour critiquer les croyances absurdes,les dogmes sclérosants et et l’ignominie des cléricaux.Voltaire à ce que je sache n’est pas athée e t c’est bien lui qui a dit « il faut écraser l’infame ».Et Jésus lui même a dit à ces mêmes cléricaux de son époque,pharisiens et docteurs de la loi religieuse,"engeances de vipères,vous êtes comme des sépulcres blanchies,blancs à l’extérieur ...suite

  • Par dan (---.---.254.253) 25 avril 2007 15:55

    suite de ci dessus.......Jésus a dit aux cléricaux de son époque,pharisiens et docteurs de la loi religieuse :« engeance de vipères,vous êtes comme des sépulcres blanchies,blancs à l’extérieur mais à l’intérieur plein d’ossements de mort et de pourritures ».Y a t-il une critique plus sévère à l’encontre du cléricalisme.Oui il y a des croyances absurdes:croire qu’on va en enfer parce qu’on mange un sandwicht au saucisson et qu’on va au paradis avec en prime 77 vierges qui vous attendent les bras et les cuisses ouverts parce qu’on s’est fait exploser avec des tonnes d’explosifs dans un marché tuant des centaines d’enfants, de femmes et de vieillards sans le moindre scrupule.Oui c’est absurde et si vous ne pensez pas que c’est absurde alors il faudra vous enfermer dans un hopital psychiatrique définitivement jusqu’à ce que vous retrouvez la raison.D’autre part vous confondez comme beaucoup de nos contemporains,la religion qui est unique et universelle fondée sur la raison transcendante et absolue et les croyances qui sont multiples fondées sur des dogmes particuliers et relatifs.

  • Par dan (---.---.254.253) 25 avril 2007 17:33

    Il faudrait un livre pour exposer le rapport entre la raison divine et la raison humaine et vous confondez la raison individuelle analytique de la logique formelle et purement discursive avec la raison créatrice ,perceptive et intuitive,que j’appelle raison transcendante et absolue et qui la contient ;c’est normal car je pense au premier abord que vous n’avez pas l’habitude de lire des livres de théologie ou de théories de la connaissance.Oui Dieu n’est pas la Raison mais on ne peut connaitre Dieu qu’à travers la raison universelle et transcendante.Je n’ai pas le temps de détailler mais en gros ce qui est transcendant àl’homme est ce qui s’impose à tous les hommes ,d’où l’universalité,et qui en est la cause absolue de l’existence.En cela la Raison autrement appelée Logos par les Grecs est équivalente à la Volonté divine comme l’a rappelé le pape Benoit XVI dans son discours de Ratisbonne et comme le sybolise le principe de la Trinité:l’union hypostatique de Dieu,le Père,le Fils ou Christ,et le st-Esprit ou Raison .St thomas d’Aquin dit qu’il ya subsomtion de la raison divine à la raison humaine.

  • Par Marsupilami (---.---.220.26) 25 avril 2007 18:17
    Marsupilami

    Excellent article et excellents commentairesde Miaou et de l’auteur, dont on voit qu’il maîtrise très bien son sujet. Même si je suis en désaccord avec sa vision un peu trop idyllique de la mondialisation ultralibérale. Si l’islamisme n’a pas besoin de la misère pour s’étendre belliqueusement (les racines de sa violence intolérante sont dans le Coran), la misère générée par l’hypercapitalisme financier actionnarial mondialisé ne fait qu’accroître cette misère qui fait aussi le lit de l’islamisme. Cercle vicieux.

    Et je suis tout à fait d’accord avec l’auteur pour dire avec lui que l’individualisme, la laïcité et la démocratie sont les fruits sécularisés du message évangélique que l’église a perverti pendant des siècles.

    Absolument rien de tel dans l’Islam. La Oumma est aux antipodes de l’individualisme. Elle formate des esprits grégaires totalement soumis à la loi du groupe, ce qui s’oppose frontalement à la liberté individuelle. Comme le souligne fort justement l’auteur, seuls certains musulmans occidentalisés peuvent accéder à cette liberté, qu’ils vivent d’ailleurs la plupart d’une manière douloureuse et paradoxale.

    Ceux qui croient qu’il n’y a pas de choc des civilisations se trompent profondément. L’Islam s’est réveillé de sa torpeur décadente. Il est toujours aussi décadent mais désormais redevenu conquérant.

    Lisez ce texte prophétique d’André Malraux écrit en 1956 :

    André Malraux sur l’Islam en 1956

    La nature d’une civilisation, c’est ce qui s’agrège autour d’une religion. Notre civilisation est incapable de construire un temple ou un tombeau. Elle sera contrainte de trouver sa valeur fondamentale, ou elle se décomposera.

    C’est le grand phénomène de notre époque que la violence de la poussée islamique. Sous-estimée par la plupart de nos contemporains, cette montée de l’islam est analogiquement comparable aux débuts du communisme du temps de Lénine. Les conséquences de ce phénomène sont encore imprévisibles. À l’origine de la révolution marxiste, on croyait pouvoir endiguer le courant par des solutions partielles. Ni le christianisme, ni les organisations patronales ou ouvrières n’ont trouvé la réponse. De même aujourd’hui, le monde occidental ne semble guère préparé à affronter le problème de l’islam.

    En théorie, la solution paraît d’ailleurs extrêmement difficile. Peut-être serait-elle possible en pratique si, pour nous borner à l’aspect français de la question, celle-ci était pensée et appliquée par un véritable homme d’Etat. Les données actuelles du problème portent à croire que des formes variées de dictature musulmane vont s’établir successivement à travers le monde arabe. Quand je dis “musulmane”, je pense moins aux structures religieuses qu’aux structures temporelles découlant de la doctrine de Mahomet. Dès maintenant, le sultan du Maroc est dépassé et Bourguiba ne conservera le pouvoir qu’en devenant une sorte de dictateur. Peut-être des solutions partielles auraient-elles suffi à endiguer le courant de l’islam, si elles avaient été appliquées à temps. Actuellement, il est trop tard !

    Les “misérables” ont d’ailleurs peu à perdre. Ils préféreront conserver leur misère à l’intérieur d’une communauté musulmane. Leur sort sans doute restera inchangé. Nous avons d’eux une conception trop occidentale. Aux bienfaits que nous prétendons pouvoir leur apporter, ils préféreront l’avenir de leur race. L’Afrique noire ne restera pas longtemps insensible à ce processus. Tout ce que nous pouvons faire, c’est prendre conscience de la gravité du phénomène et tenter d’en retarder l’évolution.

    Bien vu, non ?

  • Par dan (---.---.254.253) 25 avril 2007 18:28

    Non Voltaire n’est pas antisémite mais antijudaïque c’est à dire n’est pas contre l’homme de naissance juive mais contre la croyance de la religion juive.S’il avait vécu au temps de Zola il aurait défendu le juif Dreyfus comme il avait défendu le protestant Callas.Non,Voltaire n’est pas athée étant déïste.Je sais bien que l’intégrisme catholique de l’époque traitent les déïstes d’athées mais ce n’est pas la même chose.Voltaire a dit d’autre part que si Dieu n’existait pas il faudrait l’inventer.D’autre part un athée au sens de non croyant peut être religieux au sens d’être relié à un système de valeurs universelles et transcendantes.

  • Par Martin sur AgoraVox (---.---.231.226) 25 avril 2007 20:17
    Martin sur AgoraVox

    L’auteur écrit « On peut faire un constat aujourd’hui, évident. Partout où l’islam est implanté, même l’islam modéré, il existe des problèmes... »

    Sur ce thème je propose la lecture des articles suivants, qui ne sont pas des textes de philosophie, mais qui sont des observations de base, faites par un citoyen parmi d’autres : « Europe et une certaine immigration - Europe terre d’islam ? », lien :

    http://blog.france2.fr/democratie-e...

    « Financement public de l’islam et prosélytisme musulman en Europe », lien :

    http://blog.france2.fr/democratie-e...

    « Une politique européenne commune d’immigration », lien :

    http://blog.france2.fr/democratie-e...

    Une citation de ce dernier article : « On en est à présent à la 3ème génération d’immigrés Africains (Noirs ou nord-africains), qui sont très majoritairement musulmans, et au lieu d’assimilation, d’adaptation au peuple et à la terre d’accueil, on constate l’inverse : ils imposent le changement de la société française selon leurs critères. »

  • Par lyago2003 (---.---.198.17) 25 avril 2007 21:59
    lyago2003

    Trois hommes, dont un Allemand, ont été égorgés à Malatya, dans l’est de la Turquie, dans une attaque visant la maison d’édition Zirve qui distribue la Bible et des livres sur le christianisme dans le pays. Deux autres personnes ont été grièvement blessées. Le directeur de la maison avait reçu dans le passé des menaces, mais n’avait pas demandé de protection. Plusieurs attaques ont visé dans le passé des religieux chrétiens ou leurs lieux de culte en Turquie. Quand je pense que la moindre « bavure » concernant une communauté dans notre pays se traduit aussitôt par des manifestations voir des violences avec le soutient de tous les gochôs de l’exagone.

    Et à l’inverse les crimes et agressions dont sont victimes les non musulmans c’est la loi du silence , pas un mot dans la presse traditionnelle corrompue ! Pas une protestation des associations genre mrap etc...

    Curieux la façon de voir les choses selon du côté de la barrière ou l’on se trouve ! alors que les règles devraient êtres les mêmes quelles que soient les victimes !

    utopie quand tu nous tiens.

  • Par Ghirlandaio (---.---.155.19) 26 avril 2007 21:56

    Il n’empêche que des agents de forces de l’ordre se sont fait photographier aux cotés du tueur de Hrant Dink. Pensez donc, un tueur d’arménien, c’est très valorisant, c’est comme perpétuer une tradition. Atavisme quand tu nous tiens.

  • Ajouter une réaction

    Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

    Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


    Faites un don

    Auteur de l'article

    Croquette67

    Anonyme

    Voir ses articles, sa fiche et ses statistiques

    Derniers articles de l'auteur

    Tous les articles de cet auteur

    A lire dans la même rubrique

    Société
    Voir tous les articles de la rubrique

    Les thématiques de l'article

    Palmarès

    Articles les plus lus

    1. Les arènes émergentes du refus du Nouvel Ordre Mondial
    2. Film sur Ilan Halimi : quand Arcady mettait les musulmans à l’index...
    3. Le totalitarisme euro-atlantique : extension ou extinction ?
    4. Nigel Farage : le projet européen fondé sur un mensonge
    5. Une élection dans un fauteuil
    6. Souveraineté vs UE-Euro-OTAN : Vincent Brousseau, ex-économiste de la BCE, tête de liste UPR aux européennes
    7. Ukraine : dérapage imminent vers un nouveau Dantzig
    8. Bitcoin chez Monoprix : de la fausse monnaie qu’il faut interdire !
    9. Autodestruction ou insurrection constructive ?
    10. Joyeuses Pâques

    Derniers commentaires

    Voir tous les derniers commentaires...

    RDV de l'Agora

    Voir tous les RDV...

    Enquêtes participatives

    Voir toutes les enquêtes...

    Les vidéos pop du web

    Agoravox.tv

    Agoravox utilise les technologies du logiciel libre : SPIP, Apache, Debian, PHP, Mysql, FckEditor.


    Site hébergé par la Fondation Agoravox

    Mentions légales Charte de modération