Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Le mythe de l’Etat providence

Le mythe de l’Etat providence

Les syndicalistes ont pété les plombs.

La SNCM est sous perfusion depuis des années. En effet, les marins CGT et STC (Syndicat des travailleurs corses) font grève systématiquement au moment des grands départs en vacances, bloquant sur les quais des milliers de familles sans vivres et sans eau, sur le parking du port autonome de Marseille. Et cela au nom du sacro-saint "Service public". Cherchez l’erreur ...

Résultat, la SNCM sombre dans des déficits de plus en plus abyssaux.

Le gouvernement a déjà demandé à Bruxelles un premier plan de recapitalisation, et il l’a obtenu, sous condition d’un plan social qui n’a jamais été appliqué. Résultat : on ne peut plus recapitaliser avant dix ans, il ne reste que la privatisation pour sauver la SNCM du dépôt de bilan.

Seulement
voilà : l’entreprise privée, en France, c’est l’enfer. Et l’entreprise nationalisée, le paradis, sous l’aile protectrice et bienveillante de l’Etat providence. Et donc, pour échapper à l’enfer, les marins CGT et STC bloquent le port de Marseille, font des barricades, mettent le feu, encagoulés, et menacent même de couler les bateaux !

Et puis, passage à l’acte hallucinant : au mépris de toutes les règles maritimes, les marins STC piratent le Pascal Paoli, fleuron de la SNCM, sortent du port sans pilote et sans autorisation de la capitainerie, et se dirigent vers Bastia ! Du jamais vu ! Et ce matin, après tentative de négociation du préfet de Corse du nord, assaut du GIGN et prise de contrôle du Pascal-Paoli (sans résistance des syndicalistes), et retour vers Marseille.

On nage en plein délire.

Et tout ça pour quoi ? Pour la peur du "privé" !!! Le monde de l’entreprise a tellement mauvaise réputation en France que des marins professionnels sont prêts à des actes de piraterie pour éviter de se retrouver "dans le privé".

C’est fou.

Les familles de Corses qui travaillent chez Corsica Ferries ne mangent-elles pas à leur faim ? Et Air France (qui regroupe Air France et Air Inter), a été privatisée à 80%. Depuis, plus de grève, un service qui est remonté à son plus haut niveau, un vrai professionnalisme, une vraie rentabilité, et c’est devenu la première compagnie aérienne au monde. Vous qui travaillez chez Air France, êtes-vous en enfer ?

Quand on constate en France un tel rejet du monde de l’entreprise, on est forcé de se dire qu’on n’a pas le cul sorti des ronces en ce qui concerne l’avenir économique de notre beau pays !!!!

Pour en savoir plus :
1. Les marins de la SNCM s’emparent d’un cargo (Nouvel Obs)
2. L’armée prend le contrôle du ferry Pascal-Paoli de la SNCM (Yahoo news)

Crédit photo : Olivier Laban-Mattei pour l’AFP


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Amine (---.---.248.31) 29 septembre 2005 13:57

    Bonjour,

    Votre crie est on ne peut plus just ! A regarder les faits, nous sommes tous scandalisés.

    Mais, nous connaissons tout aussi bien les mécanismes qui mènent à discréditer le Service Public !

    Il suffit, d’imposer au service public les critères de rentabilité dans un contexte de concurrence sauvage. Il suffit d’embaucher quelques mauvais gestionnaires et quelques profiteurs. De dénigrer systématiquement la qualité de travail des agents. De faire disparaître toute espèce de sérénité dans leur travail à coup de réforme et de contre-réforme. De ne négocier que pour provoquer et amener des situation de blocage.

    Le service sera discrédité inéluctablement. Le privé sera toujours montré comme meilleur gestionnaire et comme meilleur exemple.

    SNCM n’est qu’un petit exemple.

    Demain, la même histoire se répétera pour l’éducation nationale, pour la sécurité sociale, assurance maladie, pour la poste, pour les forces de l’ordre, pour le livret A, pour la CDC, pour la SNCF...

    A bon entendeur...


    • Mathieu (---.---.212.62) 29 septembre 2005 14:31

      C’est bizarre que ça ne dérange personne que le GIGN intervienne pour de simples grévistes et non pas des terroristes comme on a pu le lire ou l’entendre. Ces gens-là ont juste peur de perdre leur boulot, ce qui dans le contexte actuel est tout à fait compréhensible


      • yanniG (---.---.175.16) 1er octobre 2005 12:43

        En matière de pétage de plomb, je trouve que c’est le gouvernement qui y va fort sur cette affaire : il refuse le dialogue social, cherche à imposer une privatisation à 100% en donnant au passage de l’argent au fonds de pension qui est le seul prévu pour la reprise et parle direct d’un dégraissage. En résumé : il y a un outil de transport important, mais pas rentable ; on le donne au privé, à des amis, qui vont faire d’un gros truc institutionnel un petit truc, mais la vente des outils et infrastructures ainsi que les aides d’état serviront à grossir la rente de vieillards aisés. Il faut être un vieillard aisé pour ne pas être scandalisé.


        • (---.---.56.116) 1er octobre 2005 23:06

          Personnellement je ne trouve rien de choquant au fait que ce soit le GIGN qui soit intervenu. Certes, cette unité est en principe employée dans les cas de menaces terroristes, néanmoins il faut rappeler que ce sont des gendarmes, donc une force de maintien de l’ordre commune aux campagnes françaises ou elle remplace la police. Le GIGN intervient aussi lors des prises d’otages, hors l’équipage du Pascal-Paoli a appareillé sous la contrainte donc ils étaient d’un certain point de vue des « otages de la situation ». De plus , les membres du GIGN étant des profesionnels on peut constater que l’opération fut rapidement menée et sans blessés ce qui peut sous-entendre un certain souci d’humanité de la part de l’Etat. Sinon qui aurait-on du faire intervenir ? Enfin, pourquoi un individu sous pretexte qu’il est Corse et a peur de perdre son emploi ne devrait pas être considéré comme un « criminel » à partir du moment ou il franchi la limite entre ce qu’il est légal ou non de faire.


          • (---.---.56.116) 1er octobre 2005 23:19

            Je ne suis pas d’accord avec l’analyse faite sur le rôle de l’Etat qui aurait « pété les plombs ». Je souhaite rappelé que l’Etat, justement, a recapitalisé ( renfloué )la SNCM par deux fois en 2003 et aujourd’hui à hauteur successivement de 69 et 113 millions d’euros soit à peu près 1.2 milliards de francs. Hors d’ou viennent les fonds de l’Etat ? Entre autre de nos impots. Et quelle est l’une des causes principales de la faillite de la SNCM, des mouvements de grêve à répétition ces dernières années et donc un « service public » qui n’était pas assuré et que les usagers, lassés on fini par boudés au profit d’autres compagnies privées, elles.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès