• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Le naufrage possible de la civilisation

Le naufrage possible de la civilisation

Quelques improbables exégètes ésotéristes de l’Apocalypse verront dans l’homme-cochon de Marcela le signe d’une époque marquée par le sceau de la bête. 666 chantaient les enfants d’Aphrodite en Grèce, en ces temps post-68 où toutes les espérances se rencontraient, sur les scènes musicales autant que dans les cercles intellectuels réunissant les Morin, Atlan et autres figures empruntant le sillage du club de Rome et surfant sur le mythe de l’auto-organisation devenue divinité immanente rédemptrice. Vive le chaos disait Attali. Mais ce chaos, quarante ans plus tard, il ne s’organise plus. L’Europe donne des signes de décomposition et de fatigue. La croissance est devenue le seul salut pour les gouvernants alors que le diagnostic de la crise est erroné. Ce sont les instabilités politiques, sociales et technologiques qui ont amené l’instabilité économique mais si l’on jauge par le chiffre de la croissance, on peut dire que l’économie est stable. Le PIB est constant et le rêve de croissance zéro du club de Rome se réalise, sans que les décideurs aient choisi ce scénario. Le problème, c’est l’homme, sa cupidité, sa vénalité, sa corruptibilité, ses passions violentes et voilà. Le tableau se précise sans s’éclaircir et l’avenir s’avance inexorablement dans la grisaille.

Les médias diffusent des nouvelles du monde, près de chez nous en Europe, ou plus loin, en Inde, en Corée, en Syrie, au Mali, au Soudan, en Amériques. Quelques tendances semblent converger vers une métaphore du monde qui vient à l’esprit. Les années 2010 ne sont plus dans le progrès mais néanmoins, les situations sont contrastées. Imaginons une sorte de vaisseau global, avec des dizaines de moteurs, des centaines de circuits régulateurs. Un peu comme dans une série B catastrophique américaine. On suit le cours de ce vaisseau qui avance chaque année avec des avaries successives. Un hiver, c’est un moteur qui flanche, le printemps, des circuits fondent, disjonctent, des fuites dans la tuyauterie apparaissent, d’autre câbles pètent, entraînant le ralentissement de quelques moteurs, un générateur tombe en panne, d’autres circuits ne sont plus alimentés, mais si l’on prend du recul et qu’on agrandit la vision, on s’aperçoit que quelques zones du vaisseaux continuent à fonctionner correctement et même, dans de rares cas, ça semble tourner avec de plus en plus de puissance alors que les circuits régulateurs sont assemblés. Mais de l’autre côté, là où ça flanche, quelques réparateurs sont à pied d’œuvre et tentent de réparer les circuits, colmater les brèches et les fuites, remettre la puissance dans les moteurs après avoir effectué les réparations mais, la course entre les techniciens et l’entropie du système ne tourne pas à l’avantage de la régulation et les pannes continuent à gagner du terrain, oui mais jusqu’à quand ?

Revenons maintenant au portait du monde. On constate depuis longtemps des signes de flétrissement social, de déraillement politique, qui se sont accentués vers 2010 (après la crise financière de 2008) et pour être honnête, il ne faut pas se rabattre sur la crise économique, ce serait trop facile, d’autant plus que la croissance mondiale, même si elle a ralenti, est restée largement dans le vert, avec évidemment des contrastes. Les problèmes sont avant tout sociaux et moraux. La répartition non équitable des biens et services engendre des désordres sociaux qui conduisent à des désordres politiques alimentés aussi le délitement partiel des élites dirigeantes, des tensions, des violences spécifiques à chaque nation. Les classes moyennes sont à la peine dans les pays avancés alors que quatre pays arabes ont été plongés dans un état d’instabilité préoccupant. Dans la dernière livraison de Books, on peut lire une recension d’un roman d’anticipation écrit par un intellectuel égyptien qui imagine le pire des scénarios pour ce pays en 2020. Sept ans, c’est vite arrivé et comme les choses se transforment avec une rapidité fulgurante, il faut prendre au sérieux ces spéculations littéraires. Qui pourraient tout aussi bien concerner la Libye, le Liban, la Syrie… Du côté de l’Afrique, les signaux d’instabilité sont aussi des marqueurs forts du délitement des civilisations. Le Mali en première ligne mais aussi le Congo et quelques autres zones instables mais depuis fort longtemps, Somalie, Soudan par exemple. Peut-être que les médias offrent une vision distordue mais toujours est-il que l’image d’un monde se dégradant apparaît avec de plus en plus d’évidence.

En Europe, au Japon, aux Etats-Unis, au Mexique, on voit aussi se dessiner un délitement social et comme pour le reste du monde, chaque pays offre un portait contrasté. Dans le monde, il existe des zones prospères, Norvège, Australie, Canada, des zones sécurisées par des régimes autoritaires, Maroc, Algérie, Qatar, et des zones vouées au chaos. Que l’on prenne les Etats-Unis ou la France ou encore l’Italie, on verra apparaître les lieux sécurisés, les espaces prospères et les lieux habités par la pauvreté et le délitement social allant même jusqu’à la présence de zones de non droit. Par-delà ces considérations de sociologie des territoires se dessine une sorte de mal-être affectant les existences des gens ordinaires, ceux qui travaillent, ceux qu’on désigne comme classe moyenne et dont on ne cesse de lire les témoignages dans les médias européens. Ces Grecs qui massacrent les arbres publics pour se chauffer, cette génération des diplômés espagnols à 1000 euros devenue génération des 800 euros et c’est encore moins au Portugal ou en Grèce. Ces Italiennes élevant une progéniture et obligées de vivre en colocation, avec un poste de télé et un ordinateur à se partager. Pour les classes aisées tout va bien mais pour les gens de peu, l’avenir s’assombrit et le budget s’appauvrit. Et rien ne permet d’espérer un redressement de la situation. L’inversion promise de la courbe du chômage n’a qu’une valeur symbolique et c’est même une imbécillité que d’ériger cette promesse comme critère de succès d’une politique. La connerie se répand. Et tout dépend à quel niveau l’emploi est tombé et vu la nature structurale des problèmes, il est sûr que le sous-emploi massif ne peut que perdurer pendant au moins une décennie. Comment les sociétés avancées vont-elles supporter le choc ?

Finalement, ces constats ne laissent en rien préjuger d’une évolution certaine. Mais ils indiquent que si les gouvernants, les peuples et les élites ne réagissent pas avec fermeté et intelligence, la question de la fin de la civilisation risque de se poser plus tôt que prévu, c’est-à-dire dans une dizaine d’années. Il suffit d’imaginer l’évolution des sociétés sur le modèle de ce qui se passe actuellement. Les élites offrent un reflet des peuples et un spectre d’indices sur l’avenir. La politique est autant un levier agissant qu’un thermomètre de l’humeur des peuples. Il suffit de voir le résultat des élections en Israël ou en Italie ou en Grèce, avec des partis opportunistes, populistes, aventureux, extrémistes, jouant sur la part la plus basse de l’humain. La crise est sociale, politique, morale, intellectuelle et surtout systémique. Les circuits fondent de proche en proche et les moteurs vacillent. Le monde de l’économie a cru que les pays étaient sortis d’affaire une fois la crise financière systémique résorbée. C’est l’inverse. Les pays entrent dans une zone à risque. Et les citoyens aussi, accrochés à leur portable et inaptes à percevoir le relationnel. Le narcissisme gagne du terrain, l’indifférence aussi. Les secours alimentaires tentent de renflouer le naufrage.

Il est donc illusoire de vouloir remédier à l’instabilité actuelle par des mesures et des réformes où l’on voit chaque partie préserver ses avantages et tenter de se sauver, comme le font du reste les partisans du nationalisme et de la fuite hors l’euro. Comme si l’euro était responsable de la crise économique. Il est dommage que les arnaqueurs intellectuels fabriquent des cons citoyens. Le maintien du système actuel par des soins politique est illusoire. Personne ne voit que ce ne sont que des soins palliatifs destinés à maintenir en vie une civilisation qui se meurt et pourrait s’effondrer parce que les gens n’ont pas pris le problème dans son ensemble et croient que le salut du système passe par leur propre salut et le maniement de quelques applications sur smartphone. Et non ! Le salut du système réside dans une profonde transformation et non pas quelques mégotages sur des retraites et des plans sociaux et des emplois jeunes. Il faut changer de système, la civilisation arrive en bout de course. Les lois de l’entropie sociale sont redoutables. La civilisation est menacée par la dégradation généralisée qui s’achève en effondrement. Alors il faut que la prise de conscience soit généralisée elle aussi et que tous, peuples et élites, participent à l’invention d’un monde neuf, quitte à faire quelques sacrifices matériels. Il n’y a pas d’alternative, sauf à faire des sacrifices matériels pour tenter de sauver des situations et au final, aboutir à l’effondrement. Bon, ça me rappelle une bonne formule prononcée après les accords de Munich… à vous de voir.

A part Munich, je reste perplexe et me demande si le cours de l’Histoire pris par l’homme n’aboutit pas à la destruction de la civilisation. Mais quel est ce cours et à quel moment s’est-il façonné ? Je vous laisse méditer…

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

53 réactions à cet article    


  • julius 1ER 28 février 2013 11:50

    et vous ou vous situez vous ?? du bon ou du mauvais côté du manche ????

    l’enfer c’est toujours les autres disait Dante !!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  • Castel Castel 28 février 2013 12:12

    Athéisme scientifique, vous voulez plutôt parler du matérialisme béat, non ? un peu comme une vache sur un champ qui ne se pose aucune question sur la nature du monde qui l’entoure ?


  • hunter hunter 28 février 2013 15:34

    « l’enfer, c’est les autres », ce n’est pas de Dante, mais de Sartre.
    Jean-Paul, de son prénom !

    H/


  • Aldous Aldous 28 février 2013 17:48

    Jean-Paul combien ?


  • Traroth Traroth 28 février 2013 18:43

    Je n’ose croire que quelqu’un puisse approuver le carnage qui vient. Êtes-vous sûr que vous ferez partie des Supérieurs qui survivront ?


  • JL JL 28 février 2013 09:21

    Bonjour,

    je suis globalement d’accord avec ce billet, mais je trouve que vous restez dans l’analyse supeficielle.

    Par exemple, vous écrivez ceci : ’Le problème, c’est l’homme, sa cupidité, sa vénalité, sa corruptibilité, ses passions violentes. ’’

    et un peu plus loin cela : ’’La crise est sociale, politique, morale, intellectuelle et surtout systémique.’’

    Para ailleurs, là où il y a un lien évident à faire vous passez à coté :

    1 -’’La répartition non équitable des biens et services engendre des désordres sociaux qui conduisent à des désordres politiques’’
    2 - ’’il est sûr que le sous-emploi massif ne peut que perdurer pendant au moins une décennie.’’

    Ces répartitions iniques du travail et des fruits du travail procèdent d’une même cause, ceci explique cela et inversement : il n’y a pas un deus ex machina mais un satanas ex machina. Et les supposées élites ne sont que la lie qui occupe le dessus du panier. La Camorra a en toute impunité, en enterrant des déchets hautement toxiques, transformé l’une des régions les plus prospères d’Italie (autour de Naples je crois), en ce qu’on appelle aujourd’hui le triangle de la mort.

    Pour finir, cette phrase : "Il est dommage que les arnaqueurs intellectuels fabriquent des cons citoyens.’’

    m’a inspiré cette autre :  Là où la ruse domine l’intelligence, la violence domine la force et le nombre, et la barbarie arbore le masque du libéralisme.

    Le diable n’est pas intelligent, il est terriblement rusé.


    • Irina leroyer Irina leroyer 28 février 2013 23:27

      JL ou l’art de rendre compliqué ce qui est simple et de tout mettre sur le dos des « liberaux » chers a son coeur..


      Irina

    • JL JL 1er mars 2013 08:53

      irina leroyer,

      je comprends que ces quelques mots de simple bon sens et que même un enfant comprendrait soient malgré tout largement au delà de votre entendement, vous qui êtes l’un des prêcheurs récurrent ici de la doctrine néolibérale, cette non-pensée intégrale ainsi que l’a nommée Cornélius Castoriadis.


    • Irina leroyer Irina leroyer 4 mars 2013 22:42

      pour chaque problème il y a un coupable et dans le monde de JL les libéraux sont les coupables. c’est simpliste comme raisonnement !


      pourtant vous venez de dire l’instant d’avant que le diable (liberal) c’est a dire symbolisé par moi, était terriblement rusé !

      allons JL, vous êtes dépassé, vous êtes l’apôtre de l’obsolescence programmée, car vous en faites partie.

      Irina



    • etychon 28 février 2013 10:17

      « Le rêve croissance zéro » du Club de Rome vire au cauchemar. Regarder, en suivant le lien ci-dessous, le graphe qui résume le dernier rapport Meadow. Et surtout la courbe « population ». Nous passerons en l’espace de 70 à 100 ans d’environ 7 milliards à 3-4 milliards...
      http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2012/126/Futurism-Got-Corn-graph-631-thumb.jpg


      • Traroth Traroth 28 février 2013 18:51

        L’explication est très simple, et s’appelle gain de productivité. Les gains de productivité, ça veut dire que pour le même travail, on produit de plus en plus de valeur (biens et services). Mais on n’a pas besoin de plus de biens et services. Ce qui veut dire que c’est la quantité de travail nécessaire qui décroit. Et au lieu de partager ce qui serait un fantastique progrès entre tous les membres de la société, ce sont les entreprises et donc les riches qui l’accaparent : on ne paie pas la production, mais le travail, et donc moins de travail, moins de salaire, pour la même production. Et donc appauvrissement de la vaste majorité.


      • astus astus 28 février 2013 11:03

        Notre monde globalisé est entré depuis les années 80 dans une hybris généralisée à tous les domaines de la vie qui a entraîné une rupture du pacte pluri millénaire de l’homme avec le cosmos et finalement à un déni d’humanité.

        Il n’y a pas de crise car le seul problème c’est l’homme lui-même qui se retrouve au pied du mur qu’il a érigé à l’insu de son plein gré. Pourra-t-il inventer un nouvel humanisme adapté à son époque ? Les optimistes y pensent.

        • fcpgismo fcpgismo 28 février 2013 11:17

          J’ ai voté oui à cet article qui me convainc ; mais jamais nous n’ avons eu autant de bonnes raisons de nous féliciter d’ une aussi bonne qualité de vie. Si j’ était né en l’ an 962 mon espérance de vie était de 16 ans Première intervention chirurgicale pour Péritonite aiguë, Deuxième intervention à l’ âge de 25 Etc,J’ ai 50 ans l’ avenir est plein de belles promesses.


          • Aldous Aldous 28 février 2013 11:30

            En Ouganda, un moine grec avait prédit la démission de benoît XVI depuis 2012.

            En fait il soigne des enfants atteints d’un mal mystérieux la maladie des zombies.

            http://www.youtube.com/watch?v=cEyC6InQOpk

            Certains des enfants de la région ont eu des visions et les ont rapportés au père Elpidios .

            Ces visions concernaient principalement des événements qui ont eue lieu en Grèce mais aussi la démission de benoît XVI :

            http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=lNaWno8_rZM
             


            • Pie 3,14 28 février 2013 12:02

              Tiens ? une réunion des millénaristes anonymes.

              Je vous laisse déprimer ensemble.

              Bonne thérapie.

               


              • Traroth Traroth 28 février 2013 18:54

                Si tout va bien pour vous, c’est que vous êtes un privilégié...


              • Pie 3,14 1er mars 2013 16:27

                Ai-je affirmé que tout était pour le mieux dans le meilleur des mondes ?

                L’auteur aurait pu écrire le même article en 1914, en 1929, en 1940, lors de la grande peste de 1347 ou lors des 180 et quelques crises du capitalisme repérées par les historiens.

                Cela ne relève pas d’une observation rigoureuse des faits mais d’une angoisse millénariste aux origines ancestrales.


              • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 28 février 2013 12:10

                C’est surtout que comme les Chinois et d’autres parviennent à produire les mêmes choses que nous pour un prix nettement moindre qu’on a un gros problème de chômage qui entraîne une crise.

                On pourrait par exemple veiller à améliorer notre autonomie énergétique pour créer des emplois stables et non délocalisables en construisant des centrales au thorium à la place de bruler du gaz et du charbon et s’intéresser de plus près à ces technologies qui permettent de récupérer le CO2 athmosphérique pour en refaire du pétrole non fossile dont on pourrait réexporter les surplus.

                On pourrait également établir un organise médian entre la BCE et les institutions financières qui ont des problèmes de trésorerie pour que la BCE puisse prèter à ce nouvel organisme des fonds à des conditions préférentielles à reprèter aux banques qui se sont plantées.

                Bref, il y a plein de choses à entreprendre au lieu de se lamenter comme un vieillard.


                • Loup Rebel Loup Rebel 28 février 2013 12:12

                  Le thème de l’apocalypse est décidément très à la mode. Tant mieux.

                  Je vais juste copier-coller mon commentaire d’un autre billet qui évoquait aussi une fin du monde :

                  ... on observe des « cycles » dans l’histoire, qui rejouent des scénarios identiques sur le fond, la forme étant adaptée aux coutumes du moment.

                  Ainsi, tout Empire, après sa phase de croissance et de gloire, décline, puis « disparait sans disparaitre », car il marque du saut de son apothéose l’avenir de l’empire qui lui succède.

                  Ce que je veux dire, c’est que la fin d’un Empire est une destination aussi prévisible que l’ultime finalité de tout être vivant ici bas : dès la naissance, la mort est à l’œuvre, mais il nous est impensable de l’imaginer avant que cette échéance ne soit proche.

                  L’heure de la fin de nos civilisations actuelles (car il faut bien en parler au pluriel) serait-elle donc proche ?

                  L’auteur voit juste dans son analyse : l’Empire (capitaliste) dans lequel nous vivons aujourd’hui est moribond. En phase terminale. En soins palliatifs. Quelques charognards tentent encore d’en dépecer la carcasse ici ou là. L’agonie touche à sa fin. 5 ans ? 10 ans ? Peut-être plus, encore qu’à l’ère de la communication instantanée sous perfusion 3G, ça peut aller très vite.

                  Quel sera l’avenir de l’Empire qui lui succèdera ? Ce n’est pas moi — incroyant confirmé — qui le dit, mais une rumeur venue des opprimés par l’Empire qui se meurt : Dieu seul le sait... La rumeur est lancée par les prophètes autoproclamés qui endoctrinent les peuples... car contrairement à ce qu’a dit Nietzsche, les Dieux ne sont pas tous morts, malheureusement.


                  • Aldous Aldous 1er mars 2013 07:31

                    les ressouces fossiles ne sont pas cycliques...


                  • Loup Rebel Loup Rebel 1er mars 2013 10:37

                    @ Aldous

                    Vous avez raison à l’échelle du temps de l’humanité.

                    Mais les cycles suivent des échelles de temps allant de une seconde à plusieurs milliards d’années.

                    Voire le dernier billet de Luc Laurent Salvador : Théorie de la mimesis générale

                    Ce qui fait que personne ne peut rien affirmer sur des cycles basés sur d’autres éphémérides : on n’en sait rien (pour le moment en tout cas).

                    Vous me direz qu’on s’en fou un peu, car d’ici-là nos descendants auront coloniser d’autres coins de l’univers pour survivre aux apocalypses sur notre planète actuelle...

                    Mais bon, c’est juste pour jouer à Jules Verne...


                  • hunter hunter 28 février 2013 13:09

                    salut à tous,

                    Jancovici, par sa formation scientifique, démontre facilement la non pérennité du système économique dans lequel nous vivons.

                    Il ne le démontre pas en faisant appel à l’économie, mais à la réflexion scientifique, en mettant de nombreux facteurs en parallèle.

                    Intéressez-vous à à ces travaux (sur son site « manicore »), mais prévoyez beaucoup de temps, surtout si vos connaissances en maths et physiques sont faibles où lointaines (ce n’est pas un reproche).

                    Mais ça vaut le coup, et ça change des théories économiques à la con, établies il y a plusieurs dizaines d’années, et qui ne marchent plus : la preuve, même à essayer de les appliquer, elles et de nombreuses dérivées, ce système est en phase descendante.

                    Jancovici explique pourquoi.

                    Je sais que ces positions « pro-nuke » vont en révolter certains ici, mais en mettant ceci de côté, ce qu’il a à dire est très intéressant.

                    Be seeing you

                    H/


                    • julius 1ER 2 mars 2013 12:24

                      @Hunter,


                      j’ai écouté en long et en large les conférences de JM Jancovici, que cela soit à l’ENS, devant une commission du sénat, ou devant une commission parlementaire. Je dois dire que son raisonnement et ses démonstrations sont très pointues et loin de la langue de bois qui prévaut généralement, cette corrélation qu’il fait entre energie et Pib est édifiante et surtout l’emphase qu’il met à expliquer que c’est le volume de pétrole qui est important et fait nos sociétés et non pas le prix ,
                      pas de volume, pas de société , j’ai été très sensible à son intelligence pratique trivialement dit il y a de l’intelligence à tous les étages !!!!!!!!!!! 

                    • julius 1ER 28 février 2013 13:16

                       Et rien ne permet d’espérer un redressement de la situation. L’inversion promise de la courbe du chômage n’a qu’une valeur symbolique et c’est même une imbécillité que d’ériger cette promesse comme critère de succès d’une politique. La connerie se répand. Et tout dépend à quel niveau l’emploi est tombé et vu la nature structurale des problèmes, il est sûr que le sous-emploi massif ne peut que perdurer pendant au moins une décennie. Comment les sociétés avancées vont-elles supporter le choc ?


                      tout est dit ! en quelques mots, mais là Mr Dugué vous manquez de courage, le courage d’aller au bout de votre pensée, vous savez comme moi que de déclassement en tripatouillages la courbe du chômage n’a fait qu’augmenter depuis le milieu des années 70, cette courbe irréversible a semblé à certaines périodes stagner mais c’était temporaire en fait elle est repartie à la hausse mais comment pourrait-il en être autrement, du simple fait du productivisme technologique couplé à la nature privé de l’entreprise , ce duopôle nous conduit à un monde ou 10/15 % des travailleurs suffisent à assurer l’ensemble de la production des biens matériels, donc n’ayons pas peur des mots rend inutile la plupart de la force de travail des gens sur cette planète. C’est cette configuration économique qui est obsolète et arrivé au terme de sa logique or le débat auquel la plupart des gens refuse de participer est celui-là par quoi remplacer ce système économique moribond, les tenants du système cad ceux qui en profitent le plus vont nier jusqu’au bout que ce système est à bout de souffle, en démontrant à l’aune d’une niche ou un gisement d’emplois survenu gràce à une nouvelle technique que çà y est tout va changer (les théories de Shumpeter sont très pratiques pour cela car elles sont l’exception qui confirme la règle or la règle c’est que la population augmente alors que dans le même mouvement le nombre d’emplois diminue du fait de ce duopôle, cité plus haut , alors pour paraphraser Lénine «  »Que faire ????« 
                      les pistes sont nombreuses mais la première c’est revenir aux fondamentaux de la république »« liberté, égalité, fraternité »"cela n’a l’air de rien énoncé comme cela mais il s’agit d’un énorme programme à mettre en chantier, tout le monde a compris ou à peu près que la liberté ne peut pas être celle du renard dans le poulailler mais la condition sine-qua-non pour toute transformation sociale, avec un état digne de ce nom, modeste mais qui est le garant du déroulement des batailles inter-classes qui ne manqueront pas !
                      l’égalité car toute société pour preuve de sa viabilité sur un long terme ne peut prétendre que l’accaparement des richesses par les uns fera le bonheur des autres, ce qui est le comble de la duplicité..............
                      la fraternité, car à l’échelle d’une commune ou d’un pays,on ne construit rien de durable en montant les gens les uns contre les autres, il faut bien trouver un modus-vivendi et pour cela les structures élues doivent être les garant de ce modus-operandi !!!!


                      • lionel 28 février 2013 13:30

                        Finalement Monsieur Dugué, les Atlan, Morin, Attali, Le Club de Rome, vous ont entraîné dans leur vision du monde. Vous avez cheminé dans leur « chaos » et vous ne pouvez faire, tout comme nous, que le constat de l’aspect pathologique de leur postulats. Surtout que derrière leur paradigme, l’évolution technologique et économique était soutenue par le guerre Iran/Irak, la guerre de déstabilisation de l’URSS en Afghanistan, les pillages génocidaires en Afrique, les guerres en du Vietnam, en Amérique du Sud etc... Nombre de scientifiques, « à l’aise », comme on dit en Afrique, se sont repliés sur leur confort, ont cessés de dénoncer la corruption du à l’« américanisation » de nos sociétés et ont donc perdu le sens holiste de la réalité et se sont enfermés dans l’échelle de leur champ d’étude toujours plus restreint. Votre réflexion se situe bien sur dans une perspective plus large mais il élude la responsabilité individuelle, communautaire pour attendre une solution « globale », tel un gentil New Age Boy.


                        Aujourd’hui vous reprochez aux « patriotes » de ne pas envisager une solution « globale » et donc d’être « obsolète » mais il me semble que par la même, vous dénigrez le fait que, la communauté humaine n’attend pas une solution globale « tombée des cieux des maîtres d’Attali » mais une exemplarité locale, comme on attend une exemplarité individuelle pour s’en instruire, s’en inspirer. Ainsi la France n’est pas un absolu, mais un lieu de compromis social dont nous avons hérité pour le meilleur et le pire. Nous ne sommes ni européen, ni étazunien, ni Chinois ou que sais-je encore (mais nous sommes éventuellement enrichi de la rencontre avec les éléments authentiques de leurs traditions) et nous nous devrions d’apporter nos propres solutions aux problématiques actuelles, en offrande aux autres communautés (nations, éthnies etc...) plutôt que d’attendre une hypothétique prise de conscience globale délivrée par je ne sais quel ectoplasme généré par je ne sais quel banquier illuminé. 
                         
                        Ceci dit, notre histoire est faite de changements « quantiques » générés par des catastrophes d’ampleur cosmiques... Cela, les « Club de Rome » ne nous l’ont jamais dit... Le pouvoir ne peut pas nous protéger. C’est nous qui devons npous protéger des pouvoirs obtenus par le mensonge, la manipulation, la duplicité, la tromperie, l’intimidation, la corruption...





                        • lionel 28 février 2013 13:36

                          PS Monsieur Dugué, 


                          Je suis surpris, un peu déçu, qu’après les excellents articles publiés sur Agoravox, les résultats d’études objectives, vous ne teniez pas compte de l’influence des psychopathes sur nos sociétés, sur nous même et que vous vous contentez de dénoncer les mauvais côtés de l’humain. Les psychopathes présentent des particularité « biologique » qui les caractérisent comme étant quasiment vide d’émotions et d’empathie. 

                          Ceci dit, Monsieur Dugué, vos apports en terme de réflexion sur les connaissances scientifiques sur Agoravox est indéniable et mérite le respect.


                        • alinea Alinea 28 février 2013 13:38

                          À ma connaissance, l’Histoire ne nous a jamais appris que les humains pouvaient quoi que ce soit contre leur civilisation en déclin ; elle nous a appris aussi que ce déclin instaure la barbarie ; comme il me paraît patent que notre intelligence n’est pas supérieure à la leur, je ne vois pas ce que l’on peut faire ! Donc, si les cycles se répètent, on passera par un chaos, où beaucoup laisseront leur peau, puis autre chose viendra.
                          En attendant, pour qu’il y ait un futur, il nous faut protéger notre environnement ! mais même ça, nous n’en sommes pas capables ! On subira, comme on l’a toujours fait.
                          Mais...tant qu’il y a de la vie il y a de l’espoir !!


                          • julius 1ER 28 février 2013 15:15

                            l’Histoire, mais quelle Histoire celle que l’on nous raconte la plupart du temps est à réécrire car écrite par des valets serviles de l’époque et dictée par ceux qui prétendaient l’écrire justement cette Histoire, un exemple d’histoire qui me vient à l’esprit celle d’Attila affreux barbare responsable en partie de la chute de l’Empire Romain, soit un barbare et ses hordes contenues tant bien que mal par de valeureux romains dépositaires de l’ordre et du progrès, mais ou l’image d’épinal s’écorne, c’est lorsque l’on apprend que cet affreux barbare d’Attila était un fils de barbare puissant et riche qui avait passé une bonne partie de sa vie à Rome justement instruit par les meilleurs précepteurs et possédait une connaissance approfondie des rouages de l’Empire Romain ce qui donne une tout autre idée de ce que sont les Empires et pourquoi ils se font et se défont...........cela me fait davantage penser à ces élites des pays décolonisés qui avaient fait leurs études à Paris et qui de retour dans ces pays prenaient le train de l’indépendance pour se faire une place au soleil !!!!!!!!!!!!!!!


                          • diverna diverna 28 février 2013 14:53

                            Je vais être plus opposé et plus concret dans cette opposition à l’article que les réactions que j’ai lues. 

                            L’Europe, et dans une plus large mesure, le monde occidental est en déclin par rapport au reste du monde. La Chine, l’Inde, le Brésil ne connaissent pas vraiment la crise. Si ! ne vous en déplaise monsieur Dugué le choix de l’Euro, monnaie commune, a été une immense connerie qui explique en bonne partie l’immobilisme actuel de l’Europe. 

                            Il y a effectivement une crise d’un certain système décisionnaire, typiquement occidental, celui qui a entre autre permis le renflouement des banques au détriment des particuliers et celui qui comme dénoncé ci-dessus a permis la création de l’Euro. La fin de ce système pyramidal n’est PAS la fin du monde ; ce sera la fin d’un monde parce qu’il aura cessé (l’a-t-il jamais été ?) de représenter l’intérêt du plus grand nombre. Ce pourrait donc être une victoire de la démocratie.


                            • lionel 28 février 2013 15:27

                              De plus Diverna (salut), l’UE n’a pas favorisée la créativité à l’échelle humaine et locale, légiférant, uniformisant, selon les desideratas des multinationales et des « savants éclairés » à la Attali, bien plus relais de programmes dystopiques de l« ’élite » financière, qu’authentique adepte de la prospective. 


                              Retrouver l’indépendance nationale n’est pas un repli mais une affirmation de notre culture, aussi malmenée qu’elle ait été. La véritable psychothérapie, car c’est finalement ce à quoi nous sommes confronté collectivement, car notre état est pathologique, n’est pas un lavage de cerveau mais une prise de conscience de nos problèmes et des moyens de les dépasser et de nous désaliéner. 

                            • Pyrathome Pyrathome 28 février 2013 15:17

                              le signe d’une époque marquée par le sceau de la bête. 666 chantaient les enfants d’Aphrodite en Grèce...

                              Très bel album concept , soit dit en passant......Le talent de Vangelis et Demis Roussos !!

                              Passage de l’ancien monde au nouveau, transition agitée, purification demandée.....


                              • travelworld travelworld 28 février 2013 15:45

                                Les Anglais n’ont pas l’Euro et ils vont entrer en récession, le manque de démocratie « Européenne » est un problème, Pierre Mendès France l’avait déjà souligné...
                                La Chine n’est pas un état aussi fort qu’il n’y paraît, la corruption mine le système et le pouvoir est totalement parano. (plus de 100 voyages en Chine).


                                • Pyrathome Pyrathome 28 février 2013 16:42

                                  La Chine n’est pas un état aussi fort qu’il n’y paraît, la corruption mine le système et le pouvoir est totalement parano...

                                  Parce que chez-nous en occident, il n’y a pas de corruption ? ils n’ont rien à nous envier......c’est aussi pire !!


                                • lsga lsga 28 février 2013 18:33

                                  Le 21 décembre, c’était il y a 2 mois Bernard... 


                                  Et la civilisation s’est déjà écroulé des dizaines de fois... 

                                  Comme j’aurais aimé naître dans 100.000 ans, histoire de voir les premières pièces de la sphère de Dyson.... Comme j’aurais aimé connaitre le moment où l’Humanité rejoindra le vaste club des civilisations galactiques :


                                  Tiens, vous qui croyez à toutes les fadaises bibliques, qui lisez mal et de travers la mystique bouddhiste, qui mélangez d’ailleurs peu ou prou toutes les mystiques ensembles comme si elles délivraient un message cohérent et compatible avec vos interprétations délirantes de la physique quantique... je suis sûr que vous ne croyez pas à l’incursion extraterrestre sur Terre :

                                  • Pyrathome Pyrathome 28 février 2013 19:02

                                    je suis sûr que vous ne croyez pas à l’incursion extraterrestre sur Terre :

                                    Salut Isga,

                                    Ce n’est pas de l’ordre de la croyance, mais des faits, rien que des faits et les faits sont tenaces....

                                    Reconnaitre que des civilisations très avancées puissent nous visiter, nous observer, peut-être même sûrement interférer sur nous depuis des millénaires en venant de très loin, c’est aussi admettre que notre science n’est pas du tout encore à la hauteur, loin s’en faut, et qu’il nous reste presque tout à apprendre....comme par ex, la sagesse....Einstein, a beaucoup regretté avant sa mort d’avoir publié certains de ses travaux et de voir ce que le primate primaire en a fait  !


                                  • lsga lsga 28 février 2013 19:37

                                    Ne t’inquiète pas Pyrathome, pour en avoir vu de mes propres yeux, j’ai tendance à y croire... Après n’importe qui se renseignant sérieusement sur le sujet ne peut qu’admettre la réalité du phénomène. Le problème en fait, c’est les gens comme toi (désolé, j’agresse tout le monde en ce moment), qui bombardent les forums avec des infos d’actualités subsidiaires qui sont souvent fausses et surtout inintéressantes. Arrête de diffuser toutes les actualités sensationnelles que tu croises sur Internet, 80% sont de la désinformation. L’affaire des Drônes de Big Valley devrait avoir calmer les chasseurs de sensationnel dans ton genre. Concentre toi sur ce qui est sûr à 100%, il y a de quoi faire. Si tu veux du sensationnel, lève les yeux, les foofighters restent très courant, même en Ville. 

                                    Sinon, pour le rapport avec la croyance : comme dit Platon, un savoir est une croyance vrai smiley (oui, c’est de la triche smiley )


                                    Plus sérieusement, cela m’amuse de voir des pseudo-mystiques se dire ’sceptiques’ sur la question extraterrestre. On arrive à leur faire croire que Bouddha, Jésus, Brama, le Talmud, la Gnose, les Chamanes, la Kabbale, les Mayas, et Madame Soleil racontent la même chose, et que la Science se dirige vers ce message unique (c’est assez bien résumer les positions de Bernard Dugué) ; par contre : le fait qu’il y ait trois sphères de Dyson dans la galaxie proche, et qu’une ou plusieurs civilisations extraterrestres nous étudient avec condescendance est pour eux des boniments pour nigots smiley smiley

                                    Tu me diras, les synchrétistes néo-scientifiques qui en plus croient aux extra-terrestres sont certainement les pires de tous, il n’y a qu’à voir les illuminés de la radio Ici et Maintenant pour s’en rendre compte (mon record : j’ai été ban IP de leur forum en 2h, et sans insultes et sans images provocantes de 4chan, en étant très poli et en se contentant d’être énervant en argumentant ).

                                    Bref : les religions sont nombreuses et différentes, leurs messages souvent incompatibles, chaque tradition mystique est très spécifique, les sciences sont expérimentales, leurs paradigmes voué à des changements perpétuels, les extra-terrestres existent, ils visitent la terre, nous savons très peu de choses sur eux, et 80% des infos qui circulent à leur sujet sont fausses. 

                                  • Pyrathome Pyrathome 28 février 2013 21:13

                                    Arrête de diffuser toutes les actualités sensationnelles que tu croises sur Internet, 80% sont de la désinformation. L’affaire des Drônes de Big Valley devrait avoir calmer les chasseurs de sensationnel dans ton genre.

                                    Ah bon, tu peux me montrer les posts incriminés ??
                                    Je ne suis pas du tout un chasseur de sensationnel, et je sais encore reconnaitre les fakes grossiers et les manips....
                                    Ne dis pas n’importe quoi non-plus, stp...


                                  • lsga lsga 28 février 2013 22:25

                                    je te confonds ptet avec un des hystériques d’agoravox.tv, mais bon, dans le doute, mieux vaut tirer smiley


                                  • eugene eugene 1er mars 2013 01:18

                                    J’ai jamais cru à ces choses là !
                                    J’ai bien entendu un bruit dans mon jardin en pleine nuit l’été dernier, un grand boum dans la nuit, mais c’était pas une soucoupe volante, rien qu’un con qu’avait raté son visage et qu’était rentré dans le mur.
                                    Les assurances ont payé un gars pour remettre le mur en place, et il a fait ça comme un sagouin, un travail ni fait ni fait ni à faire.


                                  • Aldous Aldous 1er mars 2013 07:55

                                    du travail d’extraterrestre en somme smiley


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès