Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Le petit Larousse 2010 fait la part belle aux anglicismes…

Le petit Larousse 2010 fait la part belle aux anglicismes…

Chaque année, Le petit Larousse s’offre une belle publicité en laissant transparaître quelques uns des nouveaux mots qui viendront se greffer – ou se substituer – aux quelques 150 000 mots de l’ouvrage de référence.

Il semblerait que cette année la part belle soit offerte aux anglicismes et autres néologismes. S’il est difficile d’avoir une vision globale des cent cinquante nouveaux mots, nous pouvons noter l’apparition de geek, peer-to-peer, surbooké, black-lister, peopolisation, buzz, low-cost, clubbeur ou encore slim et elearning. Du point de vue des néologismes, on peut remarquer l’entrée dans le dictionnaire – la lexicalisation – du terme adulescent, mobinaute, décroissance ou décohabiter.
 
Pour commencer tout d’abord par les anglicismes, notons que la majorité d’entre eux connaissent une traduction officielle au journal du même nom. Dès lors, ceci pose un problème, Larousse étant un acteur privé mais référant, en faisant entrer du vocabulaire dans le lexique français (c’est pourquoi en linguistique l’entrée dans le dictionnaire se nomme lexicalisation) Larousse devient un acteur contradictoire de la volonté publique. Donnons quelques exemples :
 
Peer-to- peer (dont j’ai déjà parlé ici) : fait l’objet depuis le 13 mai 2006 d’une traduction officielle qui est pair-à-pair ou poste-à-poste. L’entrée dans le dictionnaire de l’anglicisme peut à présent servir de justification à son utilisation avec cet argument massue : « ce mot existe, il est dans le dictionnaire ». Le problème de cet anglicisme, c’est qu’il crée un clivage entre générations. Il ne fait aucun doute que beaucoup de jeunes savent ce qu’est le P2P, mais dès que l’on avance un peu dans les générations (les députés quinqua par exemple) plus personne ne sait de quoi il s’agit. La généralisation d’anglicismes accroît le problème d’incompréhension entre les générations et peut parfois créer un stress supplémentaire au travail comme je l’expliquais ici.

Surbooké et overbooké ne font l’objet d’une traduction officielle que dans le cas de pratiques de surréservation d’un avion ou d’une salle de spectacle, il n’y a rien qui concerne une personne trop occupée ce qui sera surement l’axe de la définition choisie par Le Petit Larousse.

Buzz a, quant à lui, fait l’objet d’une parution au journal officiel du 12 juin 2007, on parle alors de bouche à oreille ou de bouche à oreille électronique… les propositions de traduction n’étant pas entrée dans le dictionnaire, il semble que Le Petit Larousse lexicalise ici un terme en effet très souvent employé.

Biopic a pris une part importante du vocabulaire cinématographique après le succès de La Môme et les tentatives qui ont suivi dont le très mauvais Coluche de De Caunes, et ceux sur Mesrine, Spaggiari,… Ce terme a une traduction officielle depuis le 27 novembre 2008, on parle de biofilm ou de film bibliographique.

Low-cost est à mon avis plus discutable. Traduit depuis 2007, on parle souvent de compagnie à bas prix ou à bas coûts. Légitimer cet anglicisme alors que la traduction française est assez répandue ne me semble pas d’une grande utilité. C’est typiquement le mot qui ne sert à rien puisque tout le monde sait ce qu’est un bas prix ou un bas coût mais beaucoup de francophones ne savent pas ce que signifie low-cost.

E-learning est à mon sens, le terme qui a le moins sa place dans cette nouvelle édition. Pourquoi lexicaliser un terme dont l’emploi n’est pas si courant et dont la traduction déjà vieille de 4 ans semble entrer dans le vocabulaire courant. Il ne me semble pas particulièrement que e-learning soit plus répandu que formation en ligne. La présence dans cette édition du Petit Larousse va bien à l’encontre de la volonté publique de voir se généraliser l’équivalent français.

Les termes comme clubbeur ou pipolisation ont eu tendance à me faire rire. J’ai un peu de mal à comprendre comment clubbeur peut prend deux ”b” et un ”u”. Soit clubber en anglais soit on francise clubeur(re). Pipolisation tout comme d’autres termes, taxi-clando, par exemple montre l’impact de l’actualité sur le dictionnaire. Il est possible qu’on aurait jamais fait entrer taxi-clando (taxi clandestins) dans le dictionnaire s’il n’y avait pas eu le fait divers que l’on connaît. Il est aussi possible qu’après l’ère Sarkozy tout le monde se demande pourquoi le Petit Larousse avait choisi ce mot en 2010.

Dans les néologismes, je m’interroge un peu sur le sens de mobinaute ou de décohabiter. Il est vrai qu’il semblait important de trouver un terme pour les utilisateurs d’Iphone et autres smartphones (anglicisme qui n’a pas d’équivalent français). Tout comme, il semble normal que tsunami figure dans le vocabulaire au même titre qu’adresse IP ou Web 2.0 (Frédéric Lefebvre aurait promis de lire la définition). J’ai aussi hâte de découvrir les nouvelles définitions officielles de geek, adulescent ou même d’un slim et de me demander ce qu’il y aura en face de la définition de R.S.A. – qui fait son entrée cette année – dans dix ans …

Chaque année la parution de ces nouveaux mots est très attendue, mais elle a toujours quelque chose de très surprenant, on peut se demander l’intérêt de faire entrer massivement les anglicismes dans le dictionnaire comme on peut se demander pourquoi des termes comme fumer la moquette font leur apparition en 2010.


Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (18 votes)



Réagissez à l'article

118 réactions à cet article


  • Massaliote 12 juin 2009 12:12

    Encore une offensive contre la langue française et aucune réaction du ministre-bidon de la Francophonie, ni des cacochymes anesthésiés de l’Académie Française qui devraient veiller à la sauvegarder.

    Le Nouvel Ordre Mondial requiert la disparition des langues pour ne le laisser que l’anglais.

    Merci à ses serviteurs zélés et aux connards qui laissent faire.


    • sacado 12 juin 2009 13:40

      >Encore une offensive contre la langue française et aucune réaction du >ministre-bidon de la Francophonie, ni des cacochymes anesthésiés de >l’Académie Française qui devraient veiller à la sauvegarder.
       
      En même temps, Larousse étant un éditeur privé, l’État n’a pas à mettre son nez dedans...


    • Τυφῶν בעל Perkele Ahriman 12 juin 2009 14:19

      Bof, de toutes façon, avec le succès des dictionnaires&encyclop&dies en lignes, Larousse est condamné à produire de la merde, ce qui ne les changera pas beaucoup d’une époque où leur seul concurrence était le bien meilleur Robert.

      Ah, et aussi : IN B4 KROKODILO

      Typhon


      • Arunah Arunah 12 juin 2009 22:50

        @ Ahriman

        IN B4 KROKODILO ?

        Merci d’éclairer ma lanterne sur cette fine allusion qui reste totalement hermétique pour moi. Je soupçonne qu’elle porte sur notre ami, le faussement débonnaire saurien vert...
         


      • Τυφῶν בעל Perkele Ahriman 12 juin 2009 23:09

        Il est sur internet un site dont on prononce le nom avec des accents laudatifs mais aussi terrifiés, que l’on appelle 4chan.

        Ce site charrie une quantité incroyable de mèmes, c’est à dire de concepts viraux.

        Quand un posteur du site envoie un message qui est une perche évidente tendue à l’utilisation du mème X, il est d’usage que, plutôt que de répondre directement par X, on réponde par IN B4 (before) X, c’est à dire :

        « j’ai posté avant que quelqu’un ne poste X ».

        C’est une manière d’humilier, d’abord celui qui tend la perche en lui faisant comprendre son manque de subtilité, et ensuite celui qui la saisit, pour la même raison, et aussi parce que celui qui la saisit est très probablement un nouveau qui fait le malin
        (c’est dans la culture internet de basher les nouveaux, mais là bas, c’est vraiment viscéral).

        Pour une explication plus détaillée c’est ici. Le site est utile pour se documenter sur cette sous-culture, mais je décline toute responsabilité quant aux séquelles pouvant résulter de son utilisation (certaines pages et certains liens sont, disons le, dangereux et répugnants).

        Typhon


      • Τυφῶν בעל Perkele Ahriman 12 juin 2009 23:16

        Image illustrant mon propos :

        Typhon


      • Arunah Arunah 13 juin 2009 00:06

        @ Ahriman
         re : IN B4 KROKODILO
        Hé bé !
        Merci pour ce déniaisage ! Je vais métaboliser l’info et reviendrai éventuellement sur les tenants et les aboutissants...
        Mais tout de même, tout ça donne envie de se réfugier dans l’histoire de l’art, par exemple la Renaissance pour faire moderne... 


      • Arunah Arunah 13 juin 2009 01:02

        @ Ahriman

        Après avoir épluché vos liens, je n’arrive qu’à une seule conclusion et plusieurs interrogations.
        1/ Tout ça, c’est rien que des trucs d’ados boutonneux.
        2/ Est-ce nécessaire au bonheur de l’espèce humaine ?
        3/ Ne feraient-ils pas mieux de sortir prendre un pot avec leurs copains ?
        4/ Ne feraient-ils pas mieux d’avoir une copine et d’étendre le champ de leurs expériences ? 


      • Τυφῶν בעל Perkele Ahriman 13 juin 2009 01:21

        Je n’irais pas jusqu’à dire que vous avez tort, mais vos généralisation sont un rien abusives. L’intérêt d’un esprit collectif comme le leurs est que l’on trouve parfois des pépites, volontaires ou non.

        Car 4chan est comme un fleuve qui charrie toutes sortes de particules. Y trouver du contenu intéressant relève d’un travail patient d’orpaillage en faisant attention de ne pas se laisser entrainer par le courant et en se protégeant contre trop de salissures.

        Typhon


      • Asp Explorer Asp Explorer 13 juin 2009 09:52

        Et puis auss :

        In b4 CP


      • Τυφῶν בעל Perkele Ahriman 13 juin 2009 10:52

        Joli !

        Typhon


      • gormux 12 juin 2009 14:30

        Le but d’un dictionnaire étant, selon moi, d’être une source d’informations sur les termes que nous sommes amenés à entendre, il me paraît judicieux d’y inclure les termes généralement usités chez nous.

        Il est vrai que certains de ces termes sont fort peu heureux, mais bon, le but étant d’inclure des mots nouvellement utilisés, pourquoi pas. Il sera toujours temps de faire machine arrière s’il s’avère que leur introduction était malvenue.

        J’en profiterai pour me joindre à la liesse populaire pour vous asséner d’un glorieux IN B4 KROKODILO

        Par pur jeu, bien entendu.


        • Wlad Wlad 12 juin 2009 15:06

          À l’instar de gormux (tiens, t’as vu, sur le groupe Facebook « Je pense qu’Asp est un fabuleux écrivain », certains ont pensé que c’était toi, Asp) et Typhon, je pense nécessaire, afin de préserver la santé mentale des futurs lecteurs, de préciser :

          in B4 Krokolidio.


          • gormux 12 juin 2009 15:23

            Ah, pas au courant, pour Facebook. Je vais aller m’informer des détails de cette flatteuse (ou pas) méprise.


          • Yannick Harrel Yannick Harrel 12 juin 2009 15:13

            Bonjour,

            Pour « buzz », on peut lui préférer le terme de bourdonnement commercial. C’est plus long mais c’est plus correct.

            Je suis aussi relativement navré de cette assimilation sans frein de termes anglo-saxons qui ne provient que de deux mamelles : la paresse et l’inculture. Comme je l’avais énoncé dans un commentaire précédent, être capable de sortir deux/trois anglicismes dans une discussion ne fait pas de vous un anglophone.

            Le fait est que je ne suis pas contre l’introduction de certains termes venus d’outre-atlantique, c’est plutôt sur le surdosage de celle-ci que je m’oppose.

            Cordialement


            • gormux 12 juin 2009 15:35

              Je suis pour la sauvegarde de la langue, mais pas pour le gel de celle-ci. C’est dans la nature des langues vivantes d’évoluer, et cette évolution peut aussi passer par un rapprochement avec une autre langue.

              Il me semble que pour la langue, c’est avant tout l’usage qui en est fait qui prime, car c’est un moyen de communications qui appartient à tous. Et ce n’est pas une élite qui doit décider de notre façon de parler.

              Bien entendu, lorsque l’on entends certaines personnes parler, c’est moche, vide de sens, voire inquiétant. Mais il y aura toujours des gens pour s’exprimer correctement, et d’autres pour parler n’importe comment... Devrait-on pour cette raison bannir des dictionnaires des mots qui sont effectivement utilisés ? Je ne le pense pas, car à mon sens un dictionnaire est avant tout un outil pour comprendre des mots que l’on ne connais pas...


            • Massaliote 15 juin 2009 09:27

              Souvenons nous : Je n’aimais pas Mitterrand mais j’ai apprécié sa réaction au salon de l’auto devant le stand Peugeot. La voiture arborait « le nouveau look ».

              Mitterrand au responsable : « Louque, louque, quel drôle de mot ! Cela convient-il bien à une voiture française ? ». Son interlocuteur décontenancé lui assène : « Le mot figure depuis peu dans le petit Larousse ». Tonton, olympien : « Le petit Larousse se gâte ».

              Ca ne s’est pas arrangé.


            • Τυφῶν בעל Perkele Ahriman 15 juin 2009 11:28

              Ah la la, ces jeunes, ils se ramollissent, il s’anglicisent ! Ah, d"mon temps, les jeunes, c’était quand même autre chose, hein, quand même ! On avait le respect des anciens, nous, pas comme maintenant. Et on faisait jamais de fautes d’orthographe, hein, parce que l’éducation n’était pas laxiste comme mihn’nan tiens. Maintenant, c’est la décadence. L’obscénité et la bêtise gagnent chaque jour du terrain...

              Rha, ces jeunes... Leur faudrait une bonne guerre des langues...

              Typhon


            • gormux 12 juin 2009 15:21

              L’académie française elle-même recommande l’ajout de certains termes étrangers au dictionnaire. Le Larousse étant issu d’une société privée, il peuvent choisir de suivre la liste des mots recommandés par l’AF entièrement et exclusivement, ou seulement en partie, voire pas du tout. C’est un peu selon leur bon vouloir.

              Si leur choix est l’exhaustivité, hé bien, c’est leur choix, ca n’a rien d’une publication officielle, seulement le choix d’une entreprise. Un peu comme quand Microsoft choisit de développer un OS avec un code source fermé, ou quand un groupe pharmaceutique pose un brevet sur un médicament, rendant parfois impossible les soins aux plus démunis. C’est pas forcément bien, mais c’est leur choix.

              Après ces quelque peu extrêmes exemples, voilà comment je vois les choses : quelqu’un qui souhaite coller le plus possible aux recommandations de l’Académie Française en la matière choisira un ouvrage plus proche de celles-ci. Quelqu’un souhaitant un dictionnaire exhaustif à même de répondre à un maximum de questions que l’on pourrait se poser, se tournera vers quelque chose de plus proche d’un Larousse.

              En gros, le type qui achete un dictionnaire pour écrire un livre avec l’espoir de remporter des prix littéraires, choisira le premier, les autres choisiront probablement en majorité un dictionnaire plus « pratique ».

              Par ailleurs, un peu en notule de bas de page, le dictionnaire de l’AF est parfois discutable : ils recommandent l’ajout de plusieurs mots étrangers (enfin, on peut considérer l’ajout de ces mots dans la neuvième édition comme une recommandation), mais leur définition de dictionnaire ne mentionne pas vraiment ce fait. Leur dictionnaire ne serait donc pas classable dans une de leurs catégories, ou leur définition est fausse.
              Pour info, la définition qui me paraît la plus proche de leur dictionnaire est la suivante :
              Dictionnaire de la langue, indiquant la définition, l’orthographe, les sens et les emplois des mots d’une langue (on dit aussi Dictionnaire général).


              • Asp Explorer Asp Explorer 12 juin 2009 15:56

                Inb4 Krokodilo


                • Krokodilo Krokodilo 12 juin 2009 18:56

                  Cette photo d’abrutis armés qui m’est nommément adressée est une menace, en même temps qu’un délit pénal. Si j’étais NSarkozy, vous seriez déjà en tôle. Qu’attend Agora vox pour mettre en place un blocage des pseudos genre Arhiman, Typhon, Wlad, Asp ?


                • ZEN ZEN 12 juin 2009 19:07

                  Kroko
                  Agoravox ne peut rien ou plutôt ne veut rien...
                  Tant qu’il y a du buzz...
                  Il y a de la pub !
                  Media citoyen, aviez-vous dit ?


                • Krokodilo Krokodilo 12 juin 2009 19:14

                  Zen, Il doit y avoir un peu de ça... Derrière la liberté d’expression, le business peut se nicher ! Mais « buzz », c’est un des anglicismes récents que j’aime bien, très imagé, ça bourdonne comme une mouche qui tourne autour, et Dieu sait si la bande à Asp bourdonne...


                • Τυφῶν בעל Perkele Ahriman 12 juin 2009 22:04

                  Cette photo d’abrutis armés qui m’est nommément adressée est une menace, en même temps qu’un délit pénal.

                  Krokodilo, que vous n’ayez aucun humour, ça peut passer. Que vous tentiez d’en faire alors que vous ne comprenez rien aux mécanismes de base, c’est pitoyable, mais ça passe.

                  Mais que vous tentiez d’empêcher les autres d’en faire en mentant sciemment à la modération, c’est révélateur de votre pourriture interne, qui a atteint un degré si avancé que c’en est de la putréfaction. Du coup, on ne peut pas vous menacer de mort, puisque vous l’êtes déjà.

                  Ensuite, le délit n’est pas constitué. Je n’ai pas mis explicitement votre tête à prix, d’ailleurs, je serais bien en peine de le faire, cf plus haut. 

                  Votre attitude de victime pleurnicharde est de la plus haute inconvenance. Vous êtes d’une fatuité sans borne, vous vous croyez tellement héroïque que vous pensez qu’on va se préoccuper de faire de vous un martyr de je ne sais quoi. J’espère que vous mourrez à un âge très avancé, afin que vous puissiez voir l’espéranto mourir avant vous.

                  Typhon


                • Krokodilo Krokodilo 12 juin 2009 23:20

                  Ah, s’cusez-moi, j’avais pas fait gaffe que c’était de l’humour. A la réflexion, votre blague peut se décliner à l’infini, la même photos d’abrutis avec des flingues, précédée d’une annonce « Bienvenue aux juifs », ou encore « Salut les arabes », etc. Super poilant, isnt’it ? Puisque vous m’expliquez les mécanismes de l’humour, permettez qu’à mon tour je vous offre un petit conseil : vous avez parfois quelques vagues idées qui pourraient être amusantes, mais vous n’arrivez pas à vous départir d’une profonde agressivité, et ça se voit.
                  Sinon, j’ai un poil exagéré, ce n’est pas un délit pénal mais qui relève du tribunal civil, et si cela avait été adréssé à NS, il ne s’embarasserait pas d’arguties, les menaces existent même sans mise à prix, vous regardez trop les feuilletons policiers.


                • Τυφῶν בעל Perkele Ahriman 12 juin 2009 23:40

                  C’est vous qui me rendez agressif. Je vous rappelle que j’ai un blog, par exemple, où chacun peut se rendre et constater par lui-même que je ne suis agressif que dans des cas très rares et très ciblés.

                  Par exemple, quand un krokodile bien identifié fait de la victimisation et des comparaisons oiseuses comme celle que vous venez de faire sur les juifs et les arabes. Au passage, vous avez considérablement raccourci la blague, ce qui a pour effet de la rendre effectivement sans intérêt.
                  L’humour provenait du décalage entre le ton de l’introduction très « annonce SNCF lénifiante » et le dessin beaucoup plus tranché dans l’autre sens qui venait ensuite. Je suis d’accord que ce n’est pas à se rouler par terre, mais l’humour plus subtil dont nous avons fait preuve juste avant est innaccessible aux néophytes (cf mes deux derniers posts avant çui-ci).

                  Votre comparaison avec juif/arabes est donc tout à fait infondée. Poster un message « Bienvenue aux arabes » avec mon image est une incitation lourdaude à la haine.

                  Poster un message « nous attendons nos voisins musulmans(ou espérantistes, ou aliens, ou Luc Besson cf l’article de Nanarland d’où provient l’image) dans un esprit de dialogue et d’ouverture » accompagné de mon image est (modérément) drôle en raison du décalage humoristique entre les tons.

                  Je dois dire qu’en matière d’humour, vous n’avez de leçon à donner à personne, vu vos cuisants échecs dans le domaine.

                  Typhon


                • Arunah Arunah 12 juin 2009 23:58

                  @ Krokodilo

                  « isnt’t » - kézako ?

                  Pauvre poussin vert, je suppose que vous voulez dire « isn’t it » ? Vous avez dû acculer votre prof’’ d’anglais au suicide ! On comprend mieux votre hargne et vos aigreurs vis-à-vis de l’anglais ! Il ne s’agit en fait que d’une hénaurme cancritude !

                  Pauvre, pauvre poussin vert ! 


                • Krokodilo Krokodilo 13 juin 2009 00:00

                  Quelle mauvaise foi : comment aurais-je pu vous rendre agressif, alors que lorsque vous avez déposé votre soi-disant affiche humoristique me citant, je n’avais pas encore mis un seul message sur ce fil de discussion ? Donc attaque ad hominem à prétention humoristique, sans aucun rapport avec l’article, conclusion : trollage d’expert, poursuivi sur le même fil par Asp, Ariman, Aruman, Wlad, Typhon, Thoram, Btk.
                  Mais j’arrête là, car ce jeu de ping-pong que vous affectionnez est contagieux, et finit par nous transformer tous en trolls. Good night, comme disent les pubeux.

                • Τυφῶν בעל Perkele Ahriman 13 juin 2009 01:09
                   comment aurais-je pu vous rendre agressif, alors que lorsque vous avez déposé votre soi-disant affiche humoristique me citant, je n’avais pas encore mis un seul message sur ce fil de discussion  ?

                  C’est vrai ça, comment auriez vous pu me rendre agressif alors que ça fait près d’un an que vous répondez à mes objections par de la lâcheté, du mépris, de la calomnie et du mensonge ? Je ne vois pas...

                  Quelle mauvaise foi je ne vous le fait pas dire.

                  Donc attaque ad hominem à prétention humoristique,

                  Ne confondons pas tout : un ad hominem est un sophisme consistant à s’attaquer à la source d’un argument plutôt qu’à l’argument lui-même. Quand j’ai posté un texte montrant l’inanité de la protection de la diversité linguistique par l’espéranto, vous avez tous dit que l’auteur l’avait écrit par rancune. C’était peut-être vrai, mais vous n’avez jamais fait de réponse sur le fond.

                  sans aucun rapport avec l’article,

                  Le rapport de nos « IN B4 », c’est que cet article à la graisse d’oie ne pouvait manquer de vous attirer comme un aimant attire de la limaille.

                  conclusion : trollage d’expert,

                  Je conseille à tout le monde de lire cet excellent texte de Paul Graham, qui explique, parmi milles autres choses, en détail cette technique répugnante utilisée à la place d’un débat, qui consiste à affubler les idées qui nous déplaisent d’un qualificatif infamant (ou perçu comme tel par celui qui l’émet). Le lien est en anglais.

                   poursuivi sur le même fil par Asp, Ariman, Aruman, Wlad, Typhon, Thoram, Btk.

                  Hop, on dresse une liste noire, pour les autres zélotes, en faisant des fautes (c’est Ahriman avec une h), en inventant des noms (c’est qui aruman ???) et en citant deux fois la même personne (Typhon, c’est moi. Je signe tout mes messages de ce nom, c’est mon seul vrai pseudo)

                  Mais j’arrête là, car ce jeu de ping-pong que vous affectionnez

                  Bon, ça, c’est vrai. Il aura fallu du temps pour que vous vous en rendiez compte.

                  est contagieux, et finit par nous transformer tous en trolls.

                  Votre tête n’est pas assez vaste pour contenir deux idées contradictoires, vous êtes condamné à être une lolcow.

                  Typhon


                • pigripi pigripi 12 juin 2009 15:58

                  Les hellénismes, les latinismes, les hébraIsmes, les hispanismes, les germanismes, les italianismes, les anglicismes, les arabismes, les russismes, les nélologismes, l’argot et toutes sortes de mots étrangers ont forgé et influencé la langue française et réciproquement.
                  Ces mots venus d’ailleurs ont enrichi le français et lui ont permis d’évoluer avec les changements d’époque, de mode, de mentalités, de sociétés, de techniques, de sciences et de tenologoiogies, ainsi que des changements d’usages et de comportements.

                  Refuser ces influences, refuser les néologismes, voire les barbarismes, me semble être dommage pour la pensée car ce sont les mots qui permettent de construire et d’exprimer la pensée.

                  S’il fallait préserver un français « pur », il faudrait supprimer : week-end, business, barbare, cravate, leit-motiv, tohu-bohu, capharmaüm, bazar, living, roller, t-shirt, slip, loden, parka, pizza, couscous, star, bouquin, mastère, sex appeal, pin up, weltAnchauung, ShadenFreud, tarmac, etc, etc. Soit des milliers de mots.

                  Par contre, maîtriser la grammaire, la syntaxe et l’orthographe sont des codes qui permettent de communiquer et qui sont indispensables à l’expression écrite et parlée de la langue. Une fois qu’on possède ces codes, je pense, qu’en fonction des circonstances sociales, on peut tout se permettre.

                  « Bravitude », « féminitude », « abcadabradantesque », sont des néologismes créatifs qui permettent de créer un mot exceptionnel pour répondre à une situation exceptionnelle. Ils ne présagent en rien de l’absence de maîtrise de la langue française.

                  Jouer avec les mots, en user à sa guise pour traduire sa pensée ou ses sentiements est un art qui peut vivre quand on a bien intégré les codes de la langue.

                  De même, on peut se permettre d’être grossier à l’occasion quand on connait parfaitement les usages sociaux.

                  Le problème de la francophonie, c’est que la France supporte mal de ne plus être la langue de l’aristocratie internationale, la langue diplomatique, qu’elle a perdu énormément d’étudiants au profit de l’espagnol, souvent plus facile et de l’anglais plus généralisée. La francophonie, c’est aussi un marché en perte de vitesse pour l’ensignement, les publications et les productions audiovisuelles.
                  Difficle de faire des économies d’échelle quand on est un éditeur francophone ...


                  • eugène wermelinger eugène wermelinger 12 juin 2009 17:56

                    http://www.youtube.com/watch?v=rp5IF41b8zs


                    voir ci-dessus comme cela sert bien à nos hommes politiques. Y a qu’à les imiter. 

                    • Krokodilo Krokodilo 12 juin 2009 19:11

                      Bon article, utile, et même indispensable vu l’attitude de notre gouvernement, qui refuse de renvoyer à Bruxelles les documents de travail qui lui parviennent non traduits…
                      Bien sûr que toutes les langues s’échangent des mots ; le problème vient de l’excès, du snobisme de certains milieux, pub, journalisme, qui croient faire branché en collant partout des anglicismes. On dirait que tout produit pour enfant doit contenir le mot « kid », qu’une voiture pour se vendre doit absolument s’appeler scenic, partner, passenger, Clio estate, etc. Nos entreprises et nos services publics ne sont pas en reste pour ce qui est des absurdités.
                      L’exposition « Maison » (Home) de Y.A.Bertrand est magnifique, les écoles y ont amené les classes, mais à quoi peut bien servir un texte bilingue français-anglais sous chaque photo dans les multiples sites de France où a été présentée l’expo ?
                      Heureusement, des âmes vaillantes collectionnent certaines de ces perles d’inutilité et de trahison de notre langue, car à force de lire ces âneries, on finit par oublier le mot français correspondant qui parfois existait bien avant, et qui ne nous vient à l’esprit qu’après un gros effort, faites l’expérience…
                      Pour les mots plus récents, c’est une question de quantité, ce déferlement nous oblige à résister et à être pro-actifs, comme on dit pour jargonner.
                      Est-ce que parler français va devenir vintage, heu, je veux dire : rétro ?


                      • Τυφῶν בעל Perkele Ahriman 12 juin 2009 22:11

                        En même temps, je crois que vous seriez plus utile à la langue française en apprenant à écrire.

                        Typhon


                      • BtK 12 juin 2009 20:20

                        INB4 KROKODILO


                        • Τυφῶν בעל Perkele Ahriman 12 juin 2009 22:05

                          FAIL. Mais bon, en temps que DIEC, tu es excusée.

                          Typhon


                        • Colandon Colandon 12 juin 2009 20:44

                          Ouèche c’est Mouloud

                          C’est vraiment dégueu. parce moi, faut voir comment qu’j’me fais engueuler par Luc de Normandie et germain de Colandon quand je cause mal dans le caennais déchaîné !!
                           
                          http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/article-29549499.html

                          et

                          http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/article-29549499.html

                          Mouloud, pas content du tout.


                          • Colandon Colandon 12 juin 2009 20:50

                            Ouèche c’est encor Mouloud

                            J’suis tellement à cran que j’vous ai r’filé le même lien ; Quel nase !

                            Le v’là

                            http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/article-30705892.html

                            Ouèche


                            • Thucydide Thucydide 12 juin 2009 22:01

                              Ce n’est pas parce que l’usage finit par imposer les mots hideux qu’il faut lui donner un coup de pouce, voire l’approuver en étant convaincu d’aller dans le sens du progrès. L’usage impose dans notre société nombre de comportements répréhensibles, tels que le parler vulgaire (au sommet de l’état), les fautes de français, de syntaxe, de logique, la triche, la resquille, l’incivisme... Au point que les gens s’en accommodent et finissent par les adopter majoritairement. Faut-il pour autant laisser faire et considérer que c’est inéluctable ?

                              Dans cette kyrielle d’anglicismes moches, en effet, seul « buzz » sort du lot, l’onomatopée est universellement compréhensible. D’autres termes ont l’avantage d’éviter certaines circonvolutions un peu grotesques proposées en guise d’équivalent, mais mériteraient d’être francisés : bien souvent, leur prononciation anglaise est plus qu’écorchée.


                            • Τυφῶν בעל Perkele Ahriman 12 juin 2009 22:25

                              Ce n’est pas parce que l’usage finit par imposer les mots hideux qu’il faut lui donner un coup de pouce, voire l’approuver en étant convaincu d’aller dans le sens du progrès.

                              sçavez vous que moult bonne gens pensèrent comme vous avant que de trespasser ?

                              Il n’y a pas de « progrès » dans le domaine de la langue, tout au plus une évolution, des plus anarchiques qui soient. Les gens qui vont contre l’usage font comme ils le veulent, reste qu’ils n’ont pas à faire la morale aux autres ou à les traiter de traîtres. Déjà, au XVIIIème siècle, Voltaire écrivait ses imparfaits en -ais quand tout le monde écrivait -ois, en décalage parfait avec la prononciation. L’histoire lui a donné raison, par hasard.

                              L’usage impose dans notre société nombre de comportements répréhensibles, tels que le parler vulgaire (au sommet de l’état),

                              Non. C’est la démagogie qui fait ça, pas l’usage.

                              les fautes de français, de syntaxe, de logique, la triche, la resquille, l’incivisme... Au point que les gens s’en accommodent et finissent par les adopter majoritairement. Faut-il pour autant laisser faire et considérer que c’est inéluctable  ?

                              Les vagues se brisent sur la falaise et lui arrachent des petits morceaux jusqu’à la raser entièrement. Faut-il laisser faire et considérer que c’est inéluctable ? Pas forcément, mais ce serait une dépense d’énergie inutile et largement disproportionnée.

                              Dans cette kyrielle d’anglicismes moches,

                              Question de goût. Certains sont dans la langue et ne paraissent incongrus à personne, comme parking, week-end, etc. D’autres sont nouveaux.

                              en effet, seul « buzz » sort du lot, l’onomatopée est universellement compréhensible.

                              Rien n’est universel. Même si ce mot là est compréhensible en un éclair (hahaha).

                              D’autres termes ont l’avantage d’éviter certaines circonvolutions un peu grotesques proposées en guise d’équivalent, mais mériteraient d’être francisés : bien souvent, leur prononciation anglaise est plus qu’écorchée.

                              L’enseignement des langues en France est catastrophique, par la faute du complot espérantiste [références nécessaires].

                              Typhon


                            • Krokodilo Krokodilo 12 juin 2009 23:32

                              MCM, et depuis quand faut-il franciser les noms propres ou les pseudos  ? Pour info, mon pseudo est bâti sur l’alphabet et la prononciation de l’espéranto.
                              Quelle naïveté de penser que l’évolution des langues est naturelle, alors qu’il sagit d’une féroce lutte territoriale dans laquelle les investissements sont énormes, comme le montrent bien les nombreuses créations d’instituts Confucius par la Chine, et, surtout, le très édifiant discours de Gordon Brown : en VO et traduit., qui devrait être enseigné en terminale en histoire ou philosophie.

                              "Ainsi avec plus d’enseignants, avec plus de cours, avec plus de sites internet, et maintenant avec un nouveau marché impliquant les médias d’édition et les industries de communication, nous ouvrirons l’anglais à de nouveaux pays et aux nouvelles générations."

                            Ajouter une réaction

                            Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

                            Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


                            FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès