Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Le pire ennemi de notre société

Le pire ennemi de notre société

Les prétendants à ce titre d’ennemi public numéro un se bousculent au portillon de notre esprit. D’un cynique délinquant en col blanc qui détourne des milliards au détriment de la collectivité à un morbide pédo-tueur en série en passant par le terroriste des transports en commun, les démons méprisables ne manquent pas. Ces affreux personnages colonisent les colonnes des faits divers, ainsi que de nombreuses premières pages, en vampirisant régulièrement la quiétude des honnêtes citoyens. Pourtant, pour peu que l’on admette que nous vivons dans une société de consommation capitaliste, le pire adversaire de ce système vit certes dans l’anonymat, mais pas dans le secret d’un luxueux cabinet au cœur d’un building d’affaires ou encore dans la pénombre d’une cache d’arme. Non, cet individu qui fait secrètement trembler les bases de notre société est peut-être tout simplement un de vos voisins.

Obscurantisme télévisuel

Cette personne hérétique répond toujours non quand on lui demande si elle a regardé l’émission de télévision de la veille. Elle sera également incapable de vous aider lorsque vous lui demanderez le titre de la chanson habillant tel spot publicitaire. Pourtant, elle connaît certainement cette musique, mais ne l’a jamais entendue associée à quelque marque que ce soit. Pour les mêmes raisons, cet étrange individu va désespérer l’argumentaire du commercial de France Loisirs quand ce dernier, après avoir frappé à sa porte, va tenter de lui asséner l’argument généralement décisif : « vous savez, c’est le livre du présentateur de telle émission, lui, vous le connaissez, non ? ». D’ailleurs, ce même commercial, en voyant tous les instruments de musique dans l’appartement du suspect lâchera : « oh, vous jouez de tout ça ! Moi aussi, j’ai toujours voulu en faire, mais je n’ai jamais le temps ». Ce à quoi notre déséquilibré mental répondra : « quand on regarde moins la télévision, on se retrouve avec un peu de temps et un peu de calme pour faire plein de choses, vous savez ».

A la masse culturellement

La fréquentation des salles obscures révèle l’inculture de notre olibrius : ému par un film à petit budget que 5 000 personnes ont vu en France, marqué par un documentaire qui ne passera jamais à la télévision, même à 2 heures du matin sur Arte, il pense que les scénaristes des « blockbusters » sont en grève depuis des années. Voilà pourquoi les pauvres producteurs sont acculés à user de campagnes publicitaires dignes de celle du « oui à la Constitution européenne » de 2005, à vendre des jeux vidéo ou des figurines en plastiques et à décorer des paquets de céréales pour enfants.

Terroriste du PIB

Notre récalcitrant énergumène, ne connaissant décidément aucun plaisir de la vie, ne fume pas. Il n’enrichit donc pas les caisses de l’Etat par ses achats de cigarettes, ce qui n’est pas très citoyen. Statistiquement, il aura moins de risque d’occuper du personnel dans un centre anti-cancer, du moins pour celui du poumon. Heureusement que d’autres se dévouent héroïquement - car connaissant les risques - pour permettre à la recherche d’avancer et au personnel médical de travailler.

Ce réactionnaire ne fréquente guère les établissements de restauration rapide : ce n’est pas là qu’il emmène ses enfants pour avoir l’impression d’être un bon père et leur faire plaisir, malgré les malignes injonctions publicitaires. Ce quasi-boycott est scandaleux quand on songe aux étudiants qui ne pourraient pas payer leurs études si les fast-foods avaient moins de fidèles clients. Sans parler des spécialistes de l’obésité infantile qui n’auraient plus qu’à devenir gynécologues !

Personne chez lui ne discute de liposuccions ou de pilules magiques qui permettraient de manger plus sans grossir ; personne n’est directement concerné par les risques d’obésité [1] et toutes les maladies dérivées ; personne ne sent l’obligation d’aller transpirer sur un tapis roulant pour mériter de se soumettre au regard « mode-lé » de l’autre. Mauvaise nouvelle pour les cliniques de chirurgie plastique, les laboratoires pharmaceutiques, les gérants de club de « fitness », les magazines « fashion » où deux malheureux articles viennent couper les pages payantes de pub... A croire que la famille de ce personnage a déclaré une guerre ouverte au PIB du pays !

Education d’un autre âge

En parlant d’enfants, les siens sont plutôt calmes et pris en exemple dans les magasins, surtout comparés à ceux qui hurlent et renversent tout dans l’impunité parentale. Pourtant, il y a quelques mois, c’est à peine si des clients n’ont pas appelé la police quand ils ont vu notre psychopathe envoyer une gifle de revers à son fils qui dérangeait tout dans un rayon et qui n’écoutait plus les avertissements. Il ne manquerait plus qu’il soutienne un prof qui aurait fait de même avec un de ses enfants ! L’apprentissage des limites, du respect et de la supériorité de l’effort sur le caprice, va probablement faire de ses enfants des déséquilibrés, voire pire, de mauvais consommateurs qui s’arrêteront avant le découvert.

Erreur d’étiquetage

Politiquement, il ne sait pour qui voter : ce n’est pas qu’il ne soit pas insensible de l’urne, mais plutôt qu’il ne se sent réellement représenté par personne. Syndicalement, il fait grève selon la cause, pas selon l’organisation syndicale qui appelle, ce qui est pratiquement unique dans son entourage.

Une logique têtue

Cet extrémiste possède mille autres facettes terrifiantes. Par exemple, il aime la marche à pied et ne prend pas sa voiture pour faire deux kilomètres. C’est un manque à gagner pour un éventuel parking, c’est un pompiste qui devra patienter un peu avant de voir un réservoir affamé arriver, c’est de la concurrence déloyale envers les magasins de vélos d’appartement. Heureusement, sa jeune voisine compense ses manquements car elle a acheté spécialement une voiture pour se rendre à son premier travail, à quatre blocs de son domicile. Ainsi, elle gagne du temps pour se permettre de se rendre le soir à son club de sport où elle cotise 60 euros par mois pour fondre sur un tapis roulant devant un écran de télévision qui lui fera l’éloge d’une crème glacée ou d’un soda (qu’elle aura bien mérité, non ?) entre deux clips habités de danseuses arborant un ratio poitrine/taille standard, c’est-à-dire LaraCroftien.

Travailler plus à vivre mieux

Autre habitude curieuse de notre atrophié de la civilisation, il n’est pas du genre à traîner les magasins pour tuer le temps, il préfère se promener dans les parcs publics, dans les musées, lire, perfectionner sa guitare, jouer avec ses enfants, par exemple. Tout cela représente d’injustes avortements de tentations d’achats à qui il ne laisse pas une chance de venir au monde réel, celui des tiroirs-caisses greffés de leurs excroissances humaines jetables que le management presse et taille en sacrifice au chiffre et, cela, pour le plus grand bonheur de banques spécialisées dans le crédit à la consommation. Notre terroriste du commerce ignore tout des bienfaits d’être un bon citoyen du XXIe siècle et de s’endetter pour acheter un écran plat dernier cri. Corollaire, cet intégriste anti-progrès ne voit pas l’intérêt d’ouvrir plus de magasins le dimanche : il est donc en plus l’ennemi des forces vives de la nation qui veulent travailler plus pour penser moins, ainsi que de ceux qui revendiquent la liberté d’acheter des biens de première nécessité comme le dernier Harry Potter ou un pack de « diet coke », 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

Notre hystérique, véritable descendant de l’homme du Caucase, envoie promener les racoleurs et les sondeurs téléphoniques, surtout après 21 heures : encore des gens qu’il empêche de travailler tranquillement.

Flibustier du développement durable

Tout juste sorti des cavernes, l’humain rétrograde bricole un peu. Du coup, quand un appareil tombe en panne, il parvient parfois à le réparer ou à le prolonger d’une année ou deux. C’est donc un déchet de moins à recycler pour la grande cause du développement durable, un produit de moins à fabriquer pour une entreprise chinoise, une livraison de moins à assurer pour un transporteur, des coups de fils qui ne seront pas passés et quelques intermédiaires qui ne travailleront pas en exerçant leur talent de prise d’intérêt. Là encore, le crime contre les intérêts de la croissance est évident. Par exemple, il a récemment réparé sa chasse d’eau avec un joint à 50 centimes au lieu de changer le mécanisme. De plus, il a glissé une bouteille de deux litres remplie d’eau dans le bac pour réduire son volume. Franchement, s’il voulait faire un geste pour l’environnement, il aurait mieux fait d’acheter un système neuf : en plus, cela aurait été visible pour ses visiteurs. Oui, qu’est-ce que l’écologie sans communication en 2008 : même la croissance du nombre de vélos « publics » dans sa ville est corrélée à celle des annonceurs publicitaires !

Cet être résiduel du Néandertal utilise une carte pliée en vingt en guise de GPS. Avec des gens comme lui, les progrès technologiques sur des sujets aussi essentiels seraient ralentis ! Heureusement que les citoyens normaux stimulent l’offre avec de vrais besoins : qui veut encore faire un jogging de nos jours sans montre-cardio-GPS ?

La liste des agissements de l’ennemi numéro un de notre système n’est pas exhaustive. En attendant que des lois soient prochainement édictées pour le faire rentrer dans le rayon et restreindre sa capacité de nuisance comme sa liberté d’expression, vous devez confondre cet individu dangereux pour la paix sociale et le convertir ou le dénoncer sans délais. Pas nécessairement au RMI, le lascar peut être d’autant difficile à détecter qu’il a possiblement un emploi « normal » comme beaucoup d’entre vous, dans lequel il dissimule machiavéliquement son extrémisme.

[1] : pardon pour l’obésité d’origine génétique. Pour les causes plus modernes, voir le livre Toxic de William Reymond ou son site, www.williamreymond.com


Moyenne des avis sur cet article :  4.7/5   (93 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 8 avril 2008 10:56

    bravo !

     


    • 1984 8 avril 2008 17:57

      Bigard y a le pape qui t’appelle !


    • Blé 9 avril 2008 08:53

      Et où sont les beaux pères ?


    • Blé 9 avril 2008 09:11

      Grâce à votre article, je découvre avec stupéfaction que je suis une ennemie publique de l’économie de marché. Et bien cela me fait plaisir. Une autre chose qui me fait plaisir, c’est en pensant que nous devons être de plus en plus nombreux-euses.

      Je dois sans doute aggraver mon cas en allant acheter mes livres dans une vraie petite librairie dans la ville voisine et non sur internet. Sur celui-ci les livres y sont moins chers mais je trouve qu’une petite librairie avec des vendeurs sympathiques capables de vous conseiller ce n’est pas mal. Mieux, ces conseillers peuvent vous faire faire des économies en vous évitant d’acheter "des coquilles vides".


    • Ronny Ronny 8 avril 2008 11:18

      Et merde, j’ai été demasqué !

      Je vais faire repentance et de suite emmener mes momes à MacDo, acheter une télé, un 4 x 4, un GPS, un ipod, un PDA, et pour cela, je vais me précipiter au shopping center a midi ...

      Je laissse ausi tomber le velo et la réparation des appareils tombés en panne, tant pis pour mon lave vaisselle de 10ans et ma machine à laver de 15 ans...

      Et puis faut que j’arrête de chanter antisocial de "Trust", je pourrais rechuter...

       


      • Et zou ! 8 avril 2008 11:30

        Excellent

        Et Zou ! Passez moi les menottes


        • alberto alberto 8 avril 2008 11:31

          Bien vue votre dénonciation des ralentisseurs de croissance, encore que votre voisin soit un modéré dans son genre car je ne vous ai pas vu dénoncer son exécrable habitude de faire son marché ailleurs qu’en grande surface...

          Non aux anti-PIB !

          Bien à vous.


          • Dame Jessica Dame Jessica 8 avril 2008 14:53

            @ L’auteur

            Mais...mais...Qui vous a dit pour mes bricolages de chasse d’eau et mon "anti-voiturisme" ? Ne me dites rien ! c’est LUI, hein ?Lui, mon voisin de droite qui bouffe mac do 2 fois par jour (avec et sans ses gosses) qui n’achète que carrefour, transpire abondamment (et inutilement) au club de gym du coin de la rue, regarde absolument toutes les emissions programmées entre 18 et 23h, répond à tous les psychotests de magazines et me couve d’un oeil suspicieux lorsqu’il me vois sortir, à pieds, pour la bibliothèque (dans laquelle il n’est jamais entré, on ne sait jamais, lire ç’est peut être contagieux)...

            Bravo et merci Arnaud, grâce à vous je sais qu’il n’a pas fini de courir, l’Ennemi Public N°1et c’est tant mieux !


            • JL JL 8 avril 2008 16:00

              Hélas hélas ! Avec le non emplacement d’un fonctionnaire sur deux partant en retraite, c’est des milliers d’emplois en moins et autant d’ennemis de la société en plus dont la vocation était d’être rémunérés en échange d’un travail qui seront inemployés. Au RMI ces gens ne seront que de très mauvais consommateurs. Décidément, l’économie est un art bien difficile.


              • Columbo Columbo 8 avril 2008 16:24

                 Des choses intéressantes, dans cet article derrière lequel pointe tout de même un certain narcissisme.

                Et que pense votre Neanderthalien d’Internet ?


                • Arnaud Villanova 8 avril 2008 21:33

                  Je dirais qu’il pense qu’internet offre des possibilités fabuleuses, mais qu’à l’instar de la télévision qui pourrait être également un instrument fantastique, ce médium est de plus en attaqué par les mêmes vicissitudes que l’on retrouve un peu partout dans notre société. Regardez la publicité qui vient maintenant se surimposer sauvagement aux pages que vous ouvrez : il faut la désactiver soi-même et la petite croix est souvent difficile à trouver. Pendant ce temps là, la pub travaille. Les débuts d’internet étaient loin de tout ça.

                  Autre chose : internet est le médium le plus libre d’un côté, mais de l’autre, les adresses IP sont un joli fil à la patte. Donc la toile peut très bien participer à ce monde tout en surveillance et en fichage qui se développe et qui rebute forcément notre ennemi public numéro un, allergique qu’il est aux chaînes et aux boulets !


                • JL JL 9 avril 2008 08:31

                  Bonjour, vous dites : ""les adresses IP, un joli fil à la patte. ... qui rebute forcément notre ennemi public numéro un, allergique qu’il est aux chaînes et aux boulets  ! ""

                  Entre lui et le cyborg, point de salut ? N’y a-t-il pas d’alternative à la servitude volontaire autre que la pauvreté volontaire ?


                • Arnaud Villanova 9 avril 2008 09:50

                  Il ne faut pas confondre pauvreté volontaire et souhait de court-circuiter des produits, des modes et des comportements qui, en plus de ne pas être indispensables, sont grandement suggérés (je reste modéré dans le terme) par la publicité et le marketing, et aboutissent généralement au profit de quelques uns au détriment de TOUT le reste, y compris l’environnement ou la santé des gens qui fabriquent ou consomment, pour ne citer que quelques exemples.

                  Reste l’illusion pour le pur consommateur d’être à la pointe de quelque chose et de satisfaire un désir qui ouvre les portes du bonheur. Quitte à vivre d’illusions, autant vivre dans celles que l’on peut décemment transmettre aux générations futures.


                • JL JL 9 avril 2008 10:57

                  Cher monsieur, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit : ""Il ne faut pas confondre pauvreté volontaire et souhait de court-circuiter des produits"".

                   


                • Sébastien Galliot Sébastien Galliot 9 avril 2008 00:23

                  article sympa qui change un peu des beaufitudes d’agoravox

                  par ailleurs c’est le premier commentaire de lerma qui ne me donne pas envie de le moinsser :) c’est a signaler

                   


                  • herved 9 avril 2008 09:41

                    Article intéressant,

                    Je suis demasqué, mis à part le fait que je cède parfois a mes enfants pour les emmener manger un hamburger-frites


                    • isa 9 avril 2008 10:36

                      On est moins seul face aux moqueries sucitées par nos fonctionnements "hors du temps"


                      • pino69 pino69 9 avril 2008 12:54

                        Oulah, c’est que je risque de me faire embastiller moi !

                        Mais j’ai toutefois une circonstance atténuante : ainsi que la plupart des autres criminels que je cotoie, je reste un fumeur invétéré. Dommage, je croyais que par les temps qui courent, cela relevait du poteau d’exécution...


                        • idyllique 9 avril 2008 23:06

                          erreur, le pire ennemi de toutes les sociétés est l’utérus (prenons le mâle à sa source !) : cette usine (subventionnée par l’Etat, et les religieux) à pondre du bipèdes à la pelle, 7 milliards de parasites terrestres qui tuent tous les écosystèmes de la planète et qui finiront par s’autodétruire en ayant épuisé tout ce qui lui est indispensable à sa survie  !


                          • farzteo 12 avril 2008 09:36

                            Je me reconnais parfaitement dans cette description, à part au point "education d’un autre age", c’est carrement l’inverse, car comme de nombreux amis que je reconnais aussi ici, je suis non-violent, militant même, et je ne frappe pas mes enfants, ils sont naturellement calme dans les magasins, c’est même eux qui reperrent et dénnoncent les pièges à la conso à chaque détour de rayon, la relève est assurée

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès