Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Le Pôle Emploi ou comment enfoncer les plus démunis

Le Pôle Emploi ou comment enfoncer les plus démunis

Copie d’un témoignage adressée au Président de la République, au 1er Ministre, au Ministre du Travail et au Haut Commissaire aux Solidarités Actives

Messieurs le Président de la République, le 1er Ministre, le Ministre du Travail, le Haut-Commissaire aux Solidarités Actives,
 
Je tiens à vous faire part d’un témoignage personnel qui, hélas, doit concerner un nombre important de citoyens au jour d’aujourd’hui et qui concerne ma compagne. Celle-ci étant en cours de création d’entreprise n’a guère le temps de dépenser de l’énergie à ces problèmes. Etant moi-même Entrepreneur de Travaux Forestiers, sans activité actuellement en raison de la conjoncture, je tiens à profiter de ce temps libre subi pour vous interpeller, ainsi que la Présidence, le Ministère du travail et le Haut Commissariat aux Solidarités Actives.
 
Je comprends parfaitement que vos responsabilités et les affres de la vie politique puissent vous rendre abstraits la réalité pourtant concrète d’une part importante de la population. Puisse ce courrier vous éclairer.
 
Ma compagne, après 18 mois de travail en contrat d’avenir, décide de créer son activité à l’issue de son contrat. Contrat qui prévoit un suivi de la part de l’ANPE, comme elle l’a appris de l’assistante sociale en charge de son dossier RMI. Ce suivi n’a pas eu lieu. Je pense, ayant suivi les discours du Président, en avoir saisi l’idéologie sous-jacente, même si cette idéologie par la magie de la réthorique prend tour à tour le nom de « pragmatisme » ou de « bon sens » :
 
30 ans de chômage de masse seraient le fruit d’un « assistanat » déresponsabilisant « aux frais du contribuable ». Ce discours, traduit dans le langage de l’électeur lambda, à votre insu sans doute, se traduit ainsi :
 
« 3 millions de chômeurs, 3 millions de fainéants », d’où la nécessité de suivi/contrôle. Je vous laisse mesurer combien ce discours peut-être culpabilisant. Ce rappel me paraît important afin de mieux vous faire saisir la suite de ce témoignage.
 
En l’absence de ce suivi, ma compagne prend les devants et se lance dans une série de démarches que résume ce courrier adressé par ses soins au Pôle Emploi en date du 6 avril 2009 :
 
Bonjour,
 
mon contrat d’avenir a pris fin le 09 03 09. je suis inscrite comme demandeuse d’emploi depuis le 10. j’ai anticipé un rendez-vous avec mon conseiller ANPE avant la fin de mon contrat : je n’ai eu ce rendez-vous que le 27 03 09. J’ai fait au plus vite toutes les démarches concernant mon inscription et l’étude de mes droits. je n’ai toujours pas de réponse de votre part concernant mon indemnisation, et j’ai besoin d’une réponse urgente : - je suis sans revenu depuis le 09 03 2009 ; - justificatif demandé par l’assurance maladie ; -justificatif demandé par la caf ; - je suis en formation professionnelle PROFOREA depuis le 10 03 2009.
mon conseiller ANPE vous a contacté pour vous faire part de l’urgence de mon dossier ; je vous ai contacté par téléphone pour vous faire part de l’urgence de mon dossier... ... TOUJOURS PAS DE REPONSE. Cela va faire 1 mois que je suis inscrite, sans revenu, en formation professionnelle sans que l’étude de mes indemnités formation puissent être calculées. la CAF ne peut pas calculer également le montant de mes aides au logement... ... la colère monte car comprenez que ma situation commence à être difficile ; sûrement comme des milliers d’autres... ...
 
En vous remerciant d’avance de votre attention, de vos efforts et de votre réponse, je vous prie d’agréer l’expression de mes salutations distinguées.
Ce matin, suite à un nouveau courrier de la CPAM demandant en urgence la notification ASSEDIC (ou Pôle Emploi, je m’y perds) pour la mise à jour de son dossier CMU, elle contacte la CPAM pour tenter de leur expliquer la situation. Son interlocutrice se retranche derrière le règlement qui exige cette notification pour faire valoir les droits à la CMU. Mais comme cette notification est toujours à ce jour, l’Arlésienne….
 
Imaginez la situation d’une personne vivant avec 750 euros par mois et ses possibilités d’épargne. Vous comprendrez aisément ce que le moindre retard de traitement de dossier peut entraîner comme difficultés de trésorerie, avec les risques de rejet de chèque ou de prélèvement (et donc les frais afférents). Ce genre de difficultés sont typiquement celles qui peuvent conduire les gens dans la spirale du sur-endettement, dont la crise actuelle nous montre les dangers.
 
Vous remerciant par avance pour votre attention, je vous prie d’agréer, Messieurs le Président de la République, le 1er Ministre, le Ministre du Travail, le Haut-Commissaire aux Solidarités Actives, mes salutations distinguées.
 
Yoann MASUYER
 
 
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.06/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Jojo 7 avril 2009 17:01

     smiley Mon profond respect pour la France, vient de prendre un coup.
    Bon courage Masu à toi et à ta compagne.


    • del Toro del Toro 7 avril 2009 17:09

      Et pourtant, c’est pas le pognon qui manque dans notre monde (pour payer les logos, par exemple smiley)
      Comme quoi il y a bien des idées et des slogans qui ruinent des vies.

      Toutes mes amitiés, Marsu, à toi et à ta compagne !


      • YAOB 7 avril 2009 17:18

        A ce témoignage, touchant mais qualifiable de cas particulier, je voudrais ajouter l’excellent article de Stéphane BECHAUX dans Liaisons Sociales Magazine. Son titre : "Pôle emploi rate son démarrage". Avec force interview et documents, cet article atteste que le cas ci-dessus n’est pas un cas isolé et que le bout du tunnel n’est pas encore en vue. Une succession de décisions ineptes mises à la sauce administrativo-assurantielle ne font qu’augmenter la gabegie pour des millions de demandeurs d’emplois, tous supectés d’être des fainéants et des fraudeurs et sommés de rentrer dans un carcan procédural pour obtenir leur 10 minutes d’entretien mensuel censé les mettre sur la voie de l’emploi. Dernier gag en date, le conseiller unique : Son nom vous sera donnée 15 jours après votre premier entretien. Cela veut dire que vous aurez forcément un conseiller pour copnstruire votre projet et un autre pour le suivre. C’est cela le conseiller unique !!! Vous décourvrirez bientôt les sites uniques sur le même modéle, un site unique, cela peut être deux sites à moins de 200m l’un de l’autre. D’autres exemples ??? : www.lafusionpourlesnuls.com


        • chmoll chmoll 7 avril 2009 18:07

          j’vais repondre teut d’suite a votre courrier

          nous avons lus avec attention votre courrier,que nous allons transmettre aux services compétent

          c la réponse automatique

          à mon tour,j’chui un peu farfelu sur les bord,mais bourré de culot, le 14 avril une action en justice vas ètre intenté contre ASSEDIC de somain dans l’nord

          et c pas une con’rie,c pour l’fils a chmoll,j’peux vous dire que d’puis s’matin ça remue dur chez les gus
          j’ai comme l’impression qu’ils essayent de m’amadouer
          ça donne monsieur je m’occupe perso du dossier,,une autre c pas normal c vrai monsieur,un autre je vous donne mon N° perso, une autre ça vas ètre réglé en fin de semaine
          j’me régale en s’moment avec ça,malgré l’reste

          pourtant je leur avait déjà dit (je vais devoir vous infantilisés, pour vous responsabilisés,

          mais j’vais jusqu’au bout réglé pu pas

          j’peux pas en dire +j’vais pas dire des con’ries j’en saurais + le 14 avril vers 18 h

          ps : le culot vous pouvez pas vous imaginez les portes que ça ouvre,tention arme a utilisé correctement et a bon escient,faut pas oublié qu’en face il attende un mauvais pas de votre part, pour que ça se retourne contre vous
          genre une insulte fin d’autres chioses aussi


          • chmoll chmoll 10 avril 2009 17:59

            houlala ,quand j’dit que l’culot paye,l’arbre a bananes (assedic) a été rud’ment s’couer

            et c pas fini


          • Georges Yang 7 avril 2009 18:30

            Ayant longtemps travaillé sous les tropiques, puis-je m’adresser au pôle emploi ?


            • civis1 civis1 7 avril 2009 18:42

              Ne pas compter sur les lobbies économicaux financiers et le gouvernement qu’ils ont réussi à nous imposer qui peuvent s’émouvoir de telles situations !
              Et pendant ce temps là ? Quel recours financier ?
              Les cartes des magasins, crédits révolving et autres à des taux exorbitants pour mieux les engraisser !


              • Frabri 7 avril 2009 19:36

                Sarkozy voulait 5% de chômage en 2012, comme aux Etats-Unis et en Angleterre avant la crise. C’est dans ce but que Pôle Emploi a été créé pour plus de pression et de contrôle sur les chômeurs et chômeuses.

                Sans la crise la fracture sociale se serait aggravée comme en Angleterre mais Sarkozy aurait été facilement réélu, car 5% de chômage c’est considéré comme le plein emploi.

                Pôle Emploi est débordé par l’augmentation rapide du chômage qui n’était pas prévue.
                Voir l’article sur Rue 89 sur Pôle Emploi.
                http://eco.rue89.com/2009/03/13/inscriptions-a-pole-emploi-prenez-un-ticket


                • masuyer masuyer 7 avril 2009 20:08

                  Bonsoir à tous et merci pour vos commentaires.

                  Je souhaite apporter quelques précisions.

                  Ce courrier a été écrit ce matin, suite à un appel que ma compagne a passé à la CPAM et qui a provoqué chez moi un sacré coup de sang. Notre situation est loin d’être désespérée car nous sommes de petits consommateurs, que nous vivons à la campagne et nous nous en sortons grâce au système D et au jardinage. Ma compagne nous voulait pas écrire estimant que bien nombreux étaient ceux pour qui le problème était plus prégnant.

                  J’ai choisi d’écrire non pas pour régler un cas personnel, mais parce que je sais que ce qui sont vraiment dans la merde non pas forcément la capacité, ni l’énergie de s’insurger contre un système fort complexe et surtout très culpabilisant.

                  Je ne supporte plus l’arrogance de dirigeants se rachetant une virginité sociale sur le dos des travailleurs de Gandrange ou d’autres, d’un président condamnant les actes désespérés de salariés, alors qu’il se réjouissait il y a peu encore qu’on ne voyait plus les manifestations en France et qui maintenant joue les vierges effarouchées quand des manifestants cherchent à être visibles.

                  J’entendais Ferry évoquer le salaire moyen des dirigeants de PME, en trouvant visiblement que 4000€ mensuel, c’était plutôt modeste. C’est bizarre, je ne connais que des gens très modestes, qu’ils soient entrepreneurs ou salariés. C’est pas pour jeter la pierre à ceux qui gagnent 4000€ par mois, mais pour souligner une certaine déconnection des élites avec les réalités.

                  Lors de la précédente présidence ma mère avait écrit à l’Elysée pour dénoncer certaines offres d’emploi faites à mon jeune frère alors au RMI et qui lui proposait un poste à 100km de son domicile, 4 jours par semaine pour un SMIC à mi-temps. Un employé de la préfecture la contactait rapidement pour la mettre en contact avec le directeur de l’ANPE locale. Comme s’il s’agissait de régler un cas personnel. Comme on va voir son petit baron local pour pleurer ses faveurs.

                  Ca je ne le supporte plus.


                  .


                  • plancherDesVaches 7 avril 2009 20:38

                    Masuyer.

                    Bientôt, beaucoup seront au chômage. L’effet de masse ne pourra plus être caché par nos "chers" politiques.


                    • masuyer masuyer 7 avril 2009 21:02

                      Bonsoir Capitaine,

                      justement, le statut de l’auto-entrepreneur, il y aurait beaucoup à dire et notamment sur une plaquette de présentation qui n’exprime pas clairement que les cotisations portent sur l’ensemble du chiffre d’affaire et non pas sur le bénéfice. En tout cas ça m’a l’air de ressembler beaucoup au statut de la micro-entreprise avec des plafonds un peu plus élevé.

                      un reportage intéressant sur le sujet.

                      Je mettrais peut-être à profit mon temps libre subi pour un petit papier sur le sujet.


                    • masuyer masuyer 7 avril 2009 21:08

                      J’oubliais,

                      je ne suis guère surpris de la réaction de la Chambre des Métiers, puisque pour l’instant le flou régnant sur ce statut les inquiète beaucoup. Quid de le justification des compétences pour exercer tel ou tel métier ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès