Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Le Président de la Mutuelle des Motards affiche son mépris des (...)

Le Président de la Mutuelle des Motards affiche son mépris des piétons

Lors d’une réunion du Conseil National de la Sécurité Routière (CSNR) ou il a été décidé de demander au Gouvernement d’ouvrir les trottoirs aux vélos, un certain Patrick Jacquot a tenu des propos particulièrement méprisants pour les piétons les plus fragiles

Monsieur Patrick Jacquot a été nommé en 2012 président de la commission « 2 roues, 2 roues motorisés » du Conseil national de la sécurité routière (CNSR). Il était déjà Président de la Mutuelle des Motards. Conflit d’intérêt ? Je vous laisse juge. La Mutuelle salue cette nomination, sur son site comme « Un signe fort qui fait écho aux actions de la Mutuelle des Motards pour faire reconnaître le 2-roues à moteur comme un mode de transport à part entière ». La volonté d’infiltrer le CSNR est donc fièrement assumée…

Lors d’une séance de travail du CSNR qui a eu lieu le 8 décembre dernier, il a été décidé de recommander au gouvernement la « mixité » des trottoirs, autrement dit l’usage indifférencié du trottoir par les piétons et les vélos. C’est en contradiction totale avec le Code de la Route, ce qui a été confirmé, par exemple, par le jugement du tribunal administratif de Strasbourg de janvier 2013.

Aucune association de piétons n’a été invitée à cette réunion ! la Présidente de la « Ligue contre la Violence Routière » a fait remarquer que cette mixité se ferait au détriment du piéton. Notre Patrick Jacquot lui a alors répondu : « On préfère qu’un cycliste donne un petit coup de guidon à un piéton plutôt qu’il soit percuté par un quinze tonnes »

Et comme un médecin réagissait en disant « Un petit coup d’épaule à une vieille dame frêle atteinte d’ostéoporose peut la faire tomber, l’immobiliser et la condamner à l’isolement », ledit Président de commission a persisté en osant déclarer :

« Nous ne sommes pas là pour protéger les plus faibles, la vieille dame va apprendre la mixité, elle deviendra plus attentive aux vélos. Si on craint un coup de guidon, il ne faut plus sortir de chez soi ».

Cet échange est rapporté, entre autres, par le quotidien « Le Monde » daté du 20 décembre 2014.

Que recherche P. Jacquot en témoignant d'un tel dédain pour les plus faibles ? Probablement à débarrasser la chaussée des cyclistes pour faire plaisir aux adhérents de la Mutuelle des Motards.

Il faut maintenant rester vigilant si, comme moi, vous voulez toujours pouvoir vous déplacer en ville à pied. En effet, les pouvoirs publics relancent l’usage du vélo un peu partout mais laissent les cyclistes circuler sur les trottoirs. Quand on n’a plus la volonté de faire respecter la Loi, on peut être tenté de la changer…


Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 24 janvier 2015 11:46

    Les vieilles dames devraient être interdites de trottoir, épicétou ! Elles sont souvent bigleuses et ne voient pas le vélo arriver sur elles. De plus, comme elles manquent d’agilité, elles n’ont pas le temps de s’écarter. Or, même avec des os fragiles, elles peuvent encore déformer un guidon, ces vieilles pommes ! Au mouroir, les emmerdeuses ridées ! Les rues devraient être réservées aux femmes jeunes et belles en jupes courtes. 


    • greenwasher greenwasher 24 janvier 2015 13:18

      Le mépris vient d’abord du cynisme des autorités.

      La mixité sur la voirie (je ne parle même pas de son état lamentable et de sa conception scandaleuse) est à la sécurité ce que la partouze des genres est à la nature des choses : une perversité fatale à tous, illustration de tout le pouvoir de nuisance des déviants sadiques déconnectés qui nous gouvernent.

      Autant faire des crèches au milieu des autoroutes, des piscines en bordure de piste d’aéroport, des tgv sur la plage.

      Chacun son pré et les veaux, vaches et cochons seront bien gardés (et heureux) : malheureusement, le gestionnaire corrompu, non content d’être irresponsable, a la flemme d’aménager l’espace public, alors il décrète « open space » pour tous et démerdez-vous, battez-vous les uns les autres tandis que je me bronze tranquille en comptant les coups et ramassant les cadavres. Homeostasis par le bas et auto-sélection naturelle (self-répulsion et inter-élimination).

      C’est typiquement la situation de la voirie immonde et chaotique de Paris, devenue stressante et rédhibitoire par la politique criminelle de Delanoë-Hidalgo, enjolivée par la propagande de son armée mexicaine de chiens de garde subventionnés.

      Mais d’imposer 3 km/h max à tout le genre humain, plait beaucoup aux ayatollahs verts dont le sens du progrès et le bonheur extatique de mite limitée, est de brider et ramener l’homme icaresque au rang de limace gélatineuse.

      Zone de conflits (mortels) = « zone de rencontres » (pacifiées) dans la doxa ecocolofauxcialiste.

      Rip aux circulations douces torturées et sacrifiées pour la bonne cause, i.e. l’image de pub nord coréenne.

      • Gaston Lanhard 24 janvier 2015 14:00

        Qu’elle nullité cet article. Comme référence : Perrichon, vie 100% de subventions publiques.



        • jymb 24 janvier 2015 17:35

          Article peu compréhensible assaisonné de suppositions aggressives « ...probablement à débarrasser la chaussée des cyclistes... »
          Vous lui avez demandé ?

          La seule certitude est que la charia autophobe et mobilophobe a transformé les déplacements en enfer, et encore plus dans l’univers humain ou le bouchonnage organisé et les obstacles de tous genres exaspèrent et poussent aux conduites de fuite.
          Pour les vélos, il a déjà été autorisé les remontées suicidaires en sens interdit, pourquoi pas les trottoirs ou la circulation dans les magasins !

          Le jour où le bon sens reviendra il faudra une remise à plat complète et pas mal d’argent pour réparer les voiries.


          • Gérard Dahan Gérard Dahan 24 janvier 2015 19:02

            Bonjour,

            Je suis motard depuis 42 ans,
            conducteur de voiture depuis 40 ans,
            adhérent à la mutuelle des motards depuis... 25 ans
            cycliste depuis... je ne sais plus vraiment...
            et presque sexagénaire comme vous,

            En tant qu’homme d’études, j’ai participé à plusieurs commissions sur le partage de l’espace public entre piétons, cyclistes, 2 roues motorisés et voitures...

            Il est clair que nos infrastructures routières urbaines n’ont pas été conçues pour la place du vélo en ville. Les trottoirs en principe étaient prévus pour les piétons.
            L’émergence des vélib’, vélo’v... à été une formidable opportunités que les pouvoirs publics n’avaient pas envisagées... Ils se sont donc trouvé dans l’obligation de « bricoler » des solutions intermédiaires, temporaires et à la coupe mal taillée.

            Il est clair que le partage de la route entre voiture, vélos et 2 roues motorisés est dangereux pour les plus exposés que sont les vélos, d’autant que les conducteurs de ces vélos de location (l’essentiel des utilisateurs) ne sont pas des cyclistes expérimentés de la conduite en ville.
            En fait, ils s’appréhendent eux-mêmes au contraire comme des « néo-piétons » ne respectant aucune des règles du code de la route exigées pour les véhicules (ce qu’ils sont en principe) et se mettant eux-mêmes très souvent en danger.

            La seule solution, consisterait à verbaliser tous les utilisateurs de vélos de location dès qu’ils ne respectent pas les règles de conduite (ce qui est systématique et constant), mais cela risquerait de faire baisser l’utilisation de ces vélos de location qui est considérée par les pouvoirs publics comme une bonne voie.

            C’est ce qui explique la création de plus en plus fréquente de « fausses pistes cyclables » sur les trottoirs. Ce n’est évidemment pas une chose souhaitable et elle est évidemment dangereuse pour les piétons, mais sur les axes urbains rapides, un cycliste risque sa vie et souvent de lui-même, il monte sur le trottoir pour se protéger.

            Je ne pense pas comme vous que le partage des trottoirs entre vélos et piétons soit une solutions, et il est clair que la seule vraie solution est la création de véritables pistes cyclables. Mais ces pistes cyclables ont plusieurs inconvénients : elles ne sont pas possibles partout, elles ont une « emprise au sol » non négligeable, elles ont un vrai coût
            Dans l’intervalle et dans l’attente de « véritables pistes cyclables » la solution intermédiaire envisagée est effectivement le partage des trottoirs.

            Je suis cependant étonné (sans mettre en doute votre parôle) des propos que vous reportez du président de la mutuelle des motards.
            Les motards sont par définition vulnérables sur la route. Ils en payent tous les jours un assez lourd tribu. Je crois donc que nous sommes par définition en situation de comprendre ce que veut dire être vulnérable.


            • fcpgismo fcpgismo 25 janvier 2015 09:16

              Sexagenaire la vieillesse est un naufrage 

              j’emprunte souvent les trottoirs avec mon velo mais j’ai une règle de conduite qui devrait être universelle les plus fragiles sont toujours prioritaires les Femmes avec enfants, les enfants,les personnes âgées etc.
              Au lieu de sombrer dans votre naufrage diffusez et faites appliquer cette règle et on vivra dans un monde de respect et de protection.
              De plus dans les grandes villes les trotoires sont transformés en piste cyclable avec obligation alors la législation ?



              • Gemini Gemini 25 janvier 2015 11:16

                Hélas, rien d’étonnant à cette réaction, tant les motards se comportent comme des goujats sur la route. Leur comportement irrespectueux ne s’arrêtent pas à la route et ils font de même en squattant sans vergogne pistes cyclables, sas vélo et stationnements vélo, alors que cela leur est pourtant totalement interdit.

                Le principe de base est pourtant simple et de bon sens : c’est l’usager le plus vulnérable qui doit être protégé, et, d’une façon générale, chacun doit faire attention aux autres et prendre en compte sa propre dangerosité. Bref, ce qui fait que nous faisons réellement société tout en nous respectant les uns les autres. Fraternité vous avez dit ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès