Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Le prix à payer pour le musée des pandores

Le prix à payer pour le musée des pandores

La rigueur c’est pour les pauvres et les sans grades ;
la rigueur c’est la suppression de postes d’enseignants ;
la rigueur c’est le gel des minima sociaux....
Voici le côté jardin...Quant au côté cour, il reste les projets pharaoniques comme la construction ou du moins l’extension de ce musée...

LA GENDARMERIE AURA SON MUSEE

LES FAMILLES PAIERONT LA NOTE....

La Communauté d’agglomérations de Melun a des difficultés financières qui la contraignent à faire des économies drastiques sur son budget.

Voici l’explication apportée à la population avant que des décisions de réduction de dépenses soient effectives :

  • le festival Bruit de Melun n’est plus financé par la Communauté

  • Depuis le 1er avril 2010, les habitants de la Communauté d’Agglomération Melun Val de Seine (CAMVS) de plus de 65 ans ne peuvent plus bénéficier de la carte Topaze qui leur permettait jusqu’alors de circuler librement et gratuitement dans les transports en commun de la CAMVS (réseau TRAM)

La première décision consiste à supprimer un festival populaire et la deuxième de remettre en cause un acquis pour les personnes âgées....

La Communauté n’a plus d’argent...

A voir...

Sa situation financière ne l’empêche pas d’allouer dans le cadre d’un fond de concours un million pour le complexe privé culturel et commercial de Dammarie les Lys, appelé la cartonnerie...

Pour cartonner, ça cartonne pour des projets pharaoniques...

La cartonnerie étant une grosse goutte d’eau à côté des quelques millions, voire 10 qui seront alloués au Musée de la gendarmerie de Melun.... Le vote définitif est imminent !

Les pandores qui avaient déjà un musée à Melun, disposeront là d’un musée national financé par l’agglomération de Melun Val de Seine et la ville de Melun.

Les habitants des 14 communes de l’agglomération de Melun Val de Seine sont scandalisés et en colère....

Face à la situation actuelle de paupérisation aggravée d’une bonne partie de la population, d’autres choix budgétaires sont possibles et indispensables afin de développer une politique sociale et d’accès culturel au plus grand nombre.

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • slipenfer 25 novembre 2010 12:15

    Après le bombardement de Rouen et la célèbre gare
    de Sotteville-lès-Rouen les habitants sans domicile
    se sont réfugiés dans les forets limitrophes.

    J’ai découvert récemment que se phénomène se reproduisait.
    motus et bouche cousu des communes concernés.

    ça a fait tout drôle aux anciens de ma famille.
    c’est le début ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès