Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Le prix du sexe

Le prix du sexe

On connaît le commerce classique du sexe qu’est la prostitution. On connaît aussi le commerce d’objets, d’images ou d’écrits : l’érotisme et la pornographie. Mais on ignore d’autres petits ou gros revenus. Un jugement de la Cour d’appel d’Aix-en-Provence vient d’en dévoiler un.

sexepanne2.pngUn couple, la cinquantaine, demande le divorce. Depuis des années ils n’ont plus de sexualité, ou très épisodique. S’estimant lésée par cette quasi-abstinence forcée, estimant qu’elle subit un préjudice, Madame demande des dommages et intérêts. Et le juge les lui accorde : 10’000 euros. Monsieur fait appel de ce jugement. La Cour d’appel confirme les 10’000 euros de dommages et intérêts.

Que dit la Cour d'Aix-en-Provence dans ses considérants ?

« C'est à juste titre que le premier juge a octroyé la somme de 10 000 euros à titre de dommages-intérêts à l'épouse sur le fondement de l'article 1382 du Code civil, pour absence de relations sexuelles pendant plusieurs années. Si le mari conteste l'absence de relations sexuelles, considérant qu'elles se sont simplement espacées au fil du temps en raison de ses problèmes de santé et d'une fatigue chronique générée par ses horaires de travail, cette quasi absence de relations sexuelles pendant plusieurs années, certes avec des reprises ponctuelles, a contribué à la dégradation des rapports entre époux. Il s'avère, en effet, que les attentes de l'épouse étaient légitimes dans la mesure où les rapports sexuels entre époux sont notamment l'expression de l'affection qu'ils se portent mutuellement, tandis qu'ils s'inscrivent dans la continuité les devoirs découlant du mariage. Il s'avère enfin que le mari ne justifie pas de problèmes de santé le mettant dans l'incapacité totale d'avoir des relations intimes avec son épouse. »

L’article 1382 du Code civil dit :

« Tout fait quelconque de l'homme, qui cause à autrui un dommage, oblige celui par la faute duquel il est arrivé, à le réparer. »


Quatre remarques :


1. Un tribunal a donc le droit de décider quel doit être le rythme des relations sexuelles dans un couple. Il faut satisfaire les demandes du conjoint, de Madame en l’occurrence. Donc il faut être performant et ne pas trop baisser de régime. Mais au fait, c’est quoi la norme ? Quelle est la bonne fréquence ? Qui place la jauge ? De quel droit un tribunal peut-il décider d’une norme de fréquence sexuelle dans un couple ? On notera que le tribunal ne dit pas si Madame faisait de son côté des efforts pour rester sexy et stimuler son mari. Ou si le mari était en panne à cause du harcèlement de son épouse.

En tous cas les français et les françaises sont prévenus : si le désir ou la libido baisse, ils passent à la caisse.

Ça fait encore une contrainte juridique sur la sexualité. Ils devraient taxer aussi les phallus impudicus pour exhibitionisme...

Au secours, ils deviennent de plus en plus fous !

 

2. Je parlais il y a quelques jours du prix du joint de cannabis pour les parlementaires helvétiques. Je me suis amusé ici à un petit calcul : 10’000 euros, ça fait combien le coït ? C'est approximatif puisqu'on ne connaît pas la durée de l'abstinence du couple.

Sur une base moyenne de 3 rapports sexuels par semaine, (hypothèse), ça fait 150 coïts par an. Avec, mettons, 5 ans d'abstinence. Donc 750 fois. Cela fait un peu plus de 13 € le coup.

Avec une moyenne d'un rapport par jour, donc 1825 en 5 ans sans les années bi-sex-tiles, ça fait environ 5€50 le coup.

C'est le barème du juge.

Moi je serais déçu. C'est peu payé.

 

3. Cela pourrait donner des idées. En cas de divorce, la partie lésée pourrait se faire payer les coïts qui n'auront plus lieu. Par exemple elle pourrait assurer vouloir vivre encore 10 ans avec cette personne, mais son départ lui cause un préjudice. Ça pourrait rapporter. Et puis, tant qu'à faire, on devrait se faire payer les coïts passés. Il n'y a pas de petit profit.

 

4. Enfin, que se passerait-il si, en place de Madame qui réclame son dû face à un époux fatigué, ce soit Monsieur qui se plaigne d'une épouse amorphe ? Serait-il poursuivi pour harcèlement ou tentative de viol conjugal ?

Car le message clair de ce jugement est que "Non" ce n'est plus non. C'est une faute, et une faute coûteuse. Dites "non" de manière répétée aux sollicitations sexuelles de votre partenaire et vous serez condamné-e. Si votre partenaire a envie, vous devez, d'une manière générale, répondre positivement à son envie.

Enfin un message clair en matière de sexualité...


Moyenne des avis sur cet article :  4.05/5   (38 votes)




Réagissez à l'article

74 réactions à cet article    


  • Muriel74 Muriel74 17 septembre 2011 10:12

    Incroyable ! ce Monsieur aurait-il un mauvais avocat ? Car dans la déclaration des droits de l’homme "tout individu a le droit de disposer de son propre corps" et je rajouterai que non seulement il en a le droit, mais aussi le devoir
    http://www.trazibule.fr/disposer-de...
    Merci pour votre article


    • hommelibre hommelibre 17 septembre 2011 13:10

      Merci pour le lien. Piste de réflexion intéressante.


    • foufouille foufouille 17 septembre 2011 11:24

      sont tares, ces juges


      • Kalki Kalki 17 septembre 2011 15:11

        @auteur

        Vous avez oubliée de dire « le prix du sexe » au kilo, à l’arraché, en sortie, en assomoir romantique, en fleurs, en sourrire et mot d’amour , en romance

        ca fait chère quand meme : qui a des dettes ? Il faut demander aux banques et a dsk quel modèles économique prendre ...

        Auteur : est ce que vous préconisez le coup de massue sur la tete avant les rutes des hommes préhistoriques ?

        Ah et vous vous connaitriez pas comment s’appelle la pute de luxe anglaise qui baisait les anglais et les russes, dans les deux sens ?

        De la cour de recréation aux services de renseignements

        Les services de renseignements suisses ont fait surveiller des altermondialistes en Suisse et à l’étranger. Maintenant, un mouchard parle de ses activités.

        SI on commençait a faire la liste des putes de luxe on aurait pas finit il faut dire ... mais ca ferait bien une flopée d’articles.


      • democraphile democraphile 17 septembre 2011 12:53

        Le pire c’est que ça va faire jurisprudence et peut donner lieu à tous les excès. On n’est pas loin de devoir estimer le prix d’un rapport ! Un mari ou une femme trompé(e) pourra-t-il(elle) se faire rembourser les rapports « détournés » ? Si ça marche dans un sens, en toute justice ça devrait marcher aussi dans l’autre, on devrait alors pouvoir se faire indemniser sur les coïts excédentaires... une bonne façon de faire exploser les ventes de Viagra ! Ce jugement est ubuesque.


        • jymb 17 septembre 2011 13:30

          Effectivement on nous rebat les oreilles avec le « viol conjugal » alors où se situe la limite entre trop/normal/trop peu ?

          Et comment la plaignante a t-elle prouvé ses dires ? vidéosurveillance H24 du lit conjugal ?


          • Lorelei Lorelei 17 septembre 2011 17:03

            sauf que les juges ont inventés cette notion elle n’existe pas dans la loi, les gens n’ont qu’à divorcer plutôt que d’ennuyer la terre entière avec leurs echecs de couples


          • Dominitille 17 septembre 2011 14:16

            HommeLibre,
            Vous ne vous gênez guère pour raconter vos propres problèmes en long en large et en travers pour que nous prenions fait et cause pour vous. Donc, je ne vois pas où serait le problème pour soutenir cette dame qui a manqué cruellement de l’affection de son mari. Les relations sexuelles font parties du devoir conjugal. Je pense sans me tromper que le mari ne se serait sûrement pas privé du plaisir d’ accuser sa compagne des mêmes « méfaits ».
            Vous êtes devenu imbuvable depuis quelques temps.
            Vous en êtes à quantifier le prix du mariage. Vous faites commes les journaleux, vous travestissez la réalité de l’article.
            Honte à vous. manque plus que vos poissons pilotes pour faire la claque. 


            • hommelibre hommelibre 17 septembre 2011 14:46

              Dominitille : toujours dans l’exagération ? Je propose un regard critique sur un certain féminisme, regard éveillé par une agression pénale dont j’ai été l’objet et par une analyse du discours féministe ultra. Je ne parle d’ailleurs pas en long et en large de cette agression pénale, j’ai dû citer cette affaire 3 ou 4 fois maxi.

              Quantifier le prix du mariage : ce n’est pas moi qui le fais ni que le suggère. Je ne fais que le calcul. Parce que 10’000€, c’est bien une quantification ! D’où cela vient-il ? Puisque c’est en lien avec l’abstinence sexuelle, ce sont bien les coïts qui sont quantifiés.

              Ne m’attribuez pas ce qu’un juge puis une Cour d’appel ont décidé. Si vous n’êtes pas d’accord, écrivez-leur.

              Et entre le « devoir conjugal » et des dédommagements financiers pour une abstinence, il y a un monde. Il faudra aussi comptabiliser les pertes affectives en cas de séparation unilatérale dans ce cas. Moi je pense que dans le couple, dans un cas comme cela, on fait l’impasse. On se marie pour « le pire et le meilleur », non ? Donc on accepte d’avance les aléas. Si on ne fait pas cela on pourrait aussi demander des dommages et intérêt si son conjoint tombe dans le coma. Ou s’il ne nous parle pas assez selon notre critère.

              Mais bon, je retiens votre devoir conjugal. Cela va singulièrement relativiser le viol conjugal.


            • Kalki Kalki 17 septembre 2011 15:13

              surtout le pire, demandez aux gens de pouvoir


            • Kalki Kalki 17 septembre 2011 15:59

              Parcequ’ils baisent pas que leurs femmes

              et en plus ils baisent tous les autres, c’est à dire tout le monde

              ca en fait du monde !!!

              Mais il y a un clivage non , auteur ?

              comment dit on déjà : une serrure n’a qu’une seule clés, si elle en avait plusieurs, ca aurait moins d’utilité ou un truc du genre ? mais un mec ca peut niquer partout c’est ca auteur ?

              je demande confirmation de l’homme libre


            • hommelibre hommelibre 17 septembre 2011 16:07

              Non Kalki, là vous allez bien plus loin que mon propos.

              Je suis au constat que ce jugement fait du couple, de l’affection, de la sexualité, une simple question marchande.


            • La râleuse La râleuse 17 septembre 2011 16:11

              Vous appelez ça de... l’affection ?
              Moi, j’appelle ça baiser... Ne vous en déplaise smiley


            • La râleuse La râleuse 17 septembre 2011 16:19

              Excusez-moi, Dominitille mais, quand je vous lis, je retrouve mes 15 ans et la collection « Arlequin » :
              - ... cette dame qui a manqué cruellement de l’affection de son mari. smiley
              - Les relations sexuelles font parties du devoir conjugal.

              Le DEVOIR conjugal, beurk.
              Rien que la formulation me donnerait presque des envies de grève du sexe.


            • Lorelei Lorelei 17 septembre 2011 16:23

              vous aimeriez voir le viol conjugal relativisé, ne revez pas, la stupidité de ce juge n’est pas au dessus des lois sa décision ne casse ni le droit de disposer de son corps, ni les lois interdisant le viol...

              ça n’existe pas un quota de sexe pour homme où femme et si x où y n’est pas content il divorce mais il où elle ne peut pas obliger un être humain à avoir du sexe...

              de plus cet imbécile se croit dans la charia où en effet il y a le viol conjugal, puisque les femmes doivent être tous le temps disponible et repondre aux besoins sexuels comme des animaux, alors que le sexe c’est du désir et non un besoin, comme quoi le nivellement de la société par le bas est entrain d’apparaitre dans tous les domaines


            • Lorelei Lorelei 17 septembre 2011 16:42

              dominitille

              ça n’existe pas le devoir conjugal lisez l’article que j’ai mis en ligne, ce sont les juges qui ont inventés cette notion, le sexe n’est pas une obligation, les gens devraient divorcer plutôt que d’emmerder la terre entière avec leurs histoires privées, ça commence à bien faire cette télé realité entre celui qui signe un singe et qui passe son temps à pleurer voilà cette nana qui va devant un juge, un imbécile qui j’espere passera devant un conseil de discipline, il y a sa claque de ses juges qui inventent des lois et ne respectent pas le code pénal


            • deborah30 17 septembre 2011 21:56

              Dominitille,

              J’aurai trouvé choquant si l’inverse s’était produit : qu’une épouse soit obligée d’honorer les devoirs conjugaux sous peine de sanctions financières : et vous aussi.

              Je suis choquée de la même façon sur ce pauvre mari.
              Pas vous
              2 poids 2 mesures ?

              Je croyais naivement que le féminisme avait pour but d’abolir les inégalités homme-femme. Faut croire que je me suis trompée !


            • Dominitille 17 septembre 2011 23:45

              Deborah
              Les décisions de justice ne se commentent pas en principe. Si les juges l’ont décidé ainsi c’est qu’il y avait un motif sérieux de le faire. Il faudrait peut-être se renseigner sur cette affaire avant de crier haro sur le baudet. 
              Les DI que l’épouse a reçu n’ ont pas à être mis en parallèle d’un quelconque tarif des relations sexuelles pendant le mariage quitte à déclarer pour certains que le mariage est de la prostitution.
              A aucun moment j’ai sous-entendu que le mari ne pouvait pas demander le même motif de divorce. Il n’y a pas de distinction homme femme dans mes propos.
               


            • hommelibre hommelibre 17 septembre 2011 14:56

              Bertrand : on peut en effet considérer a posteriori qu’il s’agit d’un rapport marchand, donc d’une prostitution. E aussi une forme de viol, puisque le seul choix de l’homme est : fais-moi l’amour quand je le veux sinon tu sera puni. Il s’agit bien d’une forme de contrainte par chantage.

              Cela ouvre une perspective assez dangereuse pour les couples.


            • Dominitille 17 septembre 2011 15:08

              Le mariage c’est de la prostitution. Mais qui fait la pute par exemple chez vous ?
              Vos commentaires frisent l’imbécilité.
              Vous voulez faire de ce cas de justice une généralité. Cette femme se plaint du manque de relations sexuelles qu’elle aimerait avoir avec son conjoint et vous partez en guerre contre les garde- d’enfants attribués aux mamans.
              Ou est-il écrit qu’ elle a été jusqu’à violer son mari ? c’est trop compliqué à comprendre pour un rouquin que cette femme est amoureuse de son mari ?
              C’est plus facile de se moquer d’une intervenante un peu piquée que de réfléchir raisonnablement.


            • foufouille foufouille 17 septembre 2011 15:23

              et pourquoi elle demande du fric ?
              il la payait a chaque fois ou l’inverse ?


            • Dominitille 17 septembre 2011 15:24

              Vous n’avez pas répondu à la première partie de mon commentaire.


            • Dominitille 17 septembre 2011 15:27

              Foufouille
              Vous n’allez pas vous y mettre vous aussi !
              C’est le juge qui lui a octroyé des DI. Nulle part il est dit qu’elle se faisait payer ce qu’elle n’avait pas d’ailleurs.
              Vous faites un honteux amalgame de cette affaire traitée au tribunal


            • foufouille foufouille 17 septembre 2011 15:31

              @ dom
              pour le juge lui demande de faire payer, il faut que cette femme en ait fait la demande
              imagines un mec qui fasse pareil
              genre dsk
              « bobonne veut pas 5 fois par jour »


            • hommelibre hommelibre 17 septembre 2011 15:33

              L’amalgame est celui fait par le juge entre devoir conjugal et argent, entre abstinence et sanction par l’argent.

              C’est tellement énorme !

              Attends, là : il ne faut plus se marier, plus se pacser, plus vivre ensemble car ce sera un pacs de fait, plus avoir d’enfants.

              Bref, pas de doute : la destruction de l’espèce est entamée...

               smiley


            • Dominitille 17 septembre 2011 15:38

              Foufouille,
              Le juge lui a accordé des DI suite à sa plainte, d’accord avec vous. mais cela ne veut pas dire non plus qu’elle se faisait rémunérer ses étreintes passionnées qu’elle n’avait plus depuis longtemps avec son mari.
              c’est une affaire privée qui a été jetée sur av avec une volonté manifeste d’insulter les femmes mariées en plus. Traiter les femmes mariées de prostituées faut le faire sur ce genre de site ;
              Que tous ces hommes qui interviennent ici n’oublient pas qu’ils sont issus en majorité du mariage de leurs parents, donc de la prostitution.
              Je vois que tous ces mecs aigris se réunissent en clan chez HommeLibre.
              J’aime bien vos interventions en général mais pas aujourd’hui sur cet article ;
              Bonne journée


            • Dominitille 17 septembre 2011 15:40

              Devine Bertrand -le bertrand est rajouté car obligation de mettre dix caractères


            • hommelibre hommelibre 17 septembre 2011 15:57

              Dominitille :

              Ce jugement valide la position des féministes abolitionnistes, pour qui le mariage est une prostitution. Allez donc vous plaindre à ces féministes aigries incapables de voir la relation du mariage autrement que comme un rapport marchand et de pouvoir.

              De toutes façons ce jugement ne fait pas de la femme une prostituée, puisqu’elle elle est payée non pas pour une prestation qu’elle aurait fournie, mais pour une prestation qu’elle n’a pas obtenue.

              Je maintiens que ce jugement est délirant. Il scelle le couple comme une relation marchande. Il fait de l’homme (et de la femme si la situation était inversée) un objet. Je fais une chronique des délires de la société, de ses glissements déraisonnables, dans lesquels la doctrine féministe radicale prend une place remarquée.


            • foufouille foufouille 17 septembre 2011 16:00

              @ dom
              mais elle a demande des DI pour ca
              pas pour autre chose
              donc elle attribue de l’argent au sexe avec son mari
              je vois pas la difference avec une pute

              renverses la situation avec dsk
              « la bonne a pas voulu me faire une sucette »
              si c’etait un homme qui demandais ca, on entendrait hurler
              (un mariage peut/pouvait etre annule pour « non consommation »)
               


            • hommelibre hommelibre 17 septembre 2011 16:00

              A part cela, ce jugement m’a fait éclater de rire, même si mon article n’est pas fait sur le mode de l’humour. Je suis tombé des nues en lisant cette décision, me demandant ce « qu’ils » allaient encore nous inventer après ça...


            • hommelibre hommelibre 17 septembre 2011 16:09

              Oui, c’est simple : elle demande de l’argent pour compenser des relations sexuelles non consommées.

              La demanderesse a bien amalgamé le sexe et l’argent. Et le tribunal lui donne raison. Dangereux précédent à l’intérieur du couple.


            • Lorelei Lorelei 17 septembre 2011 16:24

              encore entrain de faire de la propagande à deux sous...personne n’est contre le mariage qui n’est qu’un bout de papier au passage, c’est un accord entre deux personnes le couple et le signer sur un morceau de papier ne change rien


            • Dominitille 17 septembre 2011 21:16

              HommeLibre,
              Je comprend votre point de vue mais je n’y souscris pas. 
               Je suis fort aise de constater que je suis inscrite sur la liste noire des hommes qui suivent vos articles et honnêtement cela m’amuse.
              J’ai lu votre article sur le brocoli. Très bon le brocoli pour la santé.
              Mes salutations d’outre atlantique.


            • Raymond SAMUEL paconform 17 septembre 2011 15:25

              Bien sûr, j’ajoute Domitille à Loreleï pour la liste des personnes avec lesquelles je suis sûr qu’il est inutile de communiquer.
              Ne perdons pas notre temps.


              • Dominitille 17 septembre 2011 15:30

                paconform
                bien sûr entre mecs qui savent ce que vaut le prix d’une femme ya pas à discuter.
                c’est à double sens monsieur, le fait de ne pas discuter avec les gens qui n’en valent pas la peine.
                mon dimanche sera sublimé par le fait de ne plus avoir à discuter avec le trio des poissons pilotes sur les articles d’ HommeLibre


              • Lorelei Lorelei 17 septembre 2011 16:25

                c’est clair que la haine des femmes des hoministes ne m’etonnent guere vous avez la haine de la démocratie, sauf que l’on est en occident et même dans un pays arabe vous seriez regardé comme des talibans


              • jymb 17 septembre 2011 23:31

                C’est quoi un ...hoministe ?


              • La râleuse La râleuse 17 septembre 2011 16:06

                Bonjour,
                Ce que j’aimerais savoir, c’est QUI composait ce tribunal ?
                Je ne peux croire que la majorité en soit masculine. Les hommes ne sont pas stupides à ce point de condamner l’un des leurs à partir d’une telle absurdité.
                Je crains fort que ce soit un tribunal composé de femmes en grande majorité et je ne les remercie pas, alors, d’avoir ridiculisé la gente féminine.
                En attendant, gare à celles qui ont trop souvent la migraine smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès