Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Le prochain du bout du monde

Le prochain du bout du monde

Il fut un temps où l’on était Berrichon, Poméranien, Aragonais. Puis, on est devenu Français, Allemand ou Espagnol et on a cru que, l’ayant affirmé, on s’était élargi à tout ce qu’on on était et que l’on avait vraiment tout dit.

C’était une époque simple...

C’était une époque simple, quand chacun ressemblait plus à son voisin qu’au quidam du village d’à côté, mais bien plus à ce dernier qu’à l’étranger venu d’ailleurs. Les variables étaient solidement liées et l’on était normalement, tout ensemble, blond, Suédois et Luthérien ou, en Espagne, comme disait Franco, « catholique ou rien  ». On se reconnaissait et on n’avait vraiment à accepter comme prochain que ceux dont on était proche. L’appartenance allait de soi.

Ce n’est plus le cas, bien sûr. Allez donc vous « reconnaître » sur le Boulevard Saint-Michel à Paris ou sur la rue Saint-Laurent à Montréal ! Il faut maintenant aimer un prochain qui est là tout proche, en effet, mais qui garde ses distances, encore étranger, parfois étrange…. alors que le prochain qui nous ressemble peut être loin, ailleurs… L’identification au voisin ne va plus de soi. 

Ce qui ne veut pas dire qu’on n’a plus besoin d’appartenance, mais le prochain qu’on veut est parfois éloigné.

Ceux qui nous ressemblent sont au bout du monde, mais, l’essor des communications aidant, ils ne sont jamais qu’à un « clic » d’être rejoints. On a donc remplacé la réalité concrète du voisinage – qui imposait le contact quotidien avec un « autre » qu’on devait accepter comme un tout – par des relations sélectives et discontinues avec des individus qu’on ne veut connaître que par cette facette de leur personnalité qui s’ajuste à la nôtre.

Les amis pour la vie, qu’on conservait pour le meilleur ou pour le pire, ont été remplacés par des « partenaires de bridge », des « compagnons de voyage » des gens qui s’intéressent comme nous à la philatélie ou à l’art étrusque.., ou qui partagent avec nous un phantasme sexuel qui peut être d’autant mieux ciblé qu’augmente le bassin de population au sein duquel on peut chercher une « âme soeur ».

On n’établit plus des liens d’appartenance avec des groupes composés d’êtres humains dans toute leur complexité, mais avec des « groupes d’affinité », des groupes d’aficionados qui, pour les fins de leur appartenance au groupe, se définissent entièrement par un seul critère : un intérêt commun ou une idée qu’ils partagent.

Ce qui est bien gratifiant. Il est bien agréable de s’associer avec un prochain qui partage une même passion ou qui, pour le moins, bat le rythme à la même mesure que soi. Tout ça a commencé quand l’individu a mis à profit les facilités de transport que lui offrait la société industrielle pour échapper à la contrainte de la proximité et se créer une vie qui débordait de son voisinage. A l’impermanence des relations que lui imposait le déracinement et la mobilité industrielle, l’individu a répondu en se créant des appartenances distinctes, liées telle à son habitat, telle à son travail, à sa famille, à son éducation. Des « groupes de pairs » souvent étanches, au sein desquels il pouvait donner libre cours à divers aspects parfois contradictoires de sa personnalité.

Puis est venu l’Internet. Ce n’est pas l’Internet qui a permis qu’on soit sergent-major la semaine et chasseur de papillons le dimanche, mais c’est certainement l’Internet qui permet le plein épanouissement de cette tendance. Sur le Web, on trouve facilement où se reconnaître. Trop facilement car, sur certains forums du Web – qui prétendent pourtant brasser des idées – on ne se parle souvent plus qu’entre croyants ; on ne discute pas, on renchérit et on surenchérit.

On a si bien exclu les contestataires et les sceptiques, qu’il ne s’y manie plus que le dithyrambe et qu’on croit parfois entendre un choeur « revival » répondre « amen ! » en contrepoint, quand l’un des participants trouve une façon ingénieuse de dire, encore une fois autrement, qu’il aime bien ce qu’ils adorent tous.

 Très gratifiant.

Et quand l’internaute s’est rassasié de partager avec des inconnus une passion commune pour les vieilles bagnoles ou un soutien inconditionnel aux idées de Sartre, l’anonymat du Web permet à tous les vieux Césars de se prétendre Marius, aventuriers et séducteurs… ou pourquoi pas Fanny et de parler chiffon ! L’individu a découvert le plaisir de porter des masques et ne plus s’identifier comme un élément d’un seul ensemble, mais plutôt comme l’intersection de plusieurs ensembles. Il a développé une multiple appartenance.

L’identification de l’individu à un groupe et un seul, basé sur la proximité, était une impérieuse exigence de la défense en commun quand le danger était partout. Maintenant, ce danger n’est plus là ; l’instinct grégaire n’est pas disparu, mais n’est plus une nécessité, seulement un choix aussi discriminant qu’on peut le souhaiter : il y en a pour tous les goûts. C’est l’identification à un seul groupe, laquelle nie son caractère unique – et, comme un uniforme, le rend interchangeable – qui apparaît à l’individu comme un danger : celui de son asservissement à une volonté autre que la sienne alors qu’il peut désormais être plus libre.

 Unique.

Dégagé de la contrainte de l’adhésion inconditionnelle à un seul groupe, l’individu optimise sa liberté nouvellement acquise en accordant sa loyauté temporaire à divers groupements qui, bien souvent, n’existent plus tant pour orienter sa volonté d’action au service d’une cause que pour lui offrir des services. Il leur accorde cette loyauté en se gardant précieusement le pouvoir de la leur retirer, de sorte que, même si il se réfère encore à « ses appartenances » – il en a désormais plusieurs – il ne leur « appartient » plus vraiment ; il considère plutôt ces groupes d’affinité comme sa propriété : ils font partie de son patrimoine.

Ainsi, la société devient un réseau multi-dimensionnel d’appartenances multiples se manifestant à travers des groupes d’affinités. Ce réseau existe déjà ; il ne reste qu’à le laisser grandir.


 Il grandira, parce que c’est ce que l’individu veut… Mais il y a des conséquences parfois perverses et mal comprises à cette évolution. Nous en parlerons la semaine prochaine.

Pierre JC Allard

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • ecolittoral ecolittoral 8 février 2013 15:42

    Très bien cet article !

    Mais il ne concerne que ceux qui peuvent (encore) se déplacer et/ou qui ont les moyens techniques et financiers de se connecter.

    Ensuite, à part les « Fans » du net ou du « ailleurs », beaucoup apprécient les voisins. Et les voisins, on les fréquente pour certaines affinités...pas toutes. C’est pour ça que, par convenance(s) on évite certains sujets. C’est la contrainte de l’adhésion.
    Pour reprendre vos termes, nous sommes « multi-dimensionnel d’appartenances multiples ».
    L’humain ne change pas et cet outil internet ne suffit pas. Il y a toujours les voisins.

    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 8 février 2013 16:08

      @ Ecolittoral


      Je ne dis pas que tout a changé. mais que tout change et que cette transformation a des impacts sociaux, économiques, culturels, voire politiques dont on doit tenir compte. Tenez, à titre d’exemple....


      PJCA

    • L'enfoiré L’enfoiré 8 février 2013 15:53

      C’est exactement cela « Veux-tu être dans mon réseau ».

      Tu viens c’est bien.
      Sinon, fous-moi la paix.
      Attention tout de même à l’autre extrémité, il y a encore des gens qui croient pouvoir fournir comme avant.
      Extrait : «  »On ne peut pas ’penser’ à ses clients !« , écrit par le mathématicien, philosophe, Luc De Brabandere.

       »Ce serait impossible de penser à des milliers ou des millions de personnes différentes. Ce serait peut-être catégoriser les individus en les profilant par des moyennes, alors qu’ils ne sont pas homogènes dans chaque groupe « . D’accord.

       »On ne peut diriger sans simplifier arbitrairement« . Encore d’accord.

       »Le but est de réduire la complexité qui nous entoure pour appréhender notre environnement, d’en parler, de le modifier de le modéliser. Les sciences humaines ont besoin de rigueur et de modèles"Un peu moins d’accord sur ce dirigisme monoparental. La problématique de la diversité serait-elle effacée ?

      Cela ne veut pas dire que tout doivent rester standard si ce n’est le matériel lui-même par fonctionnalité. Ce n’est d’ailleurs pas le cas dans la pratique quand il s’agit de fidéliser un client par ses propres produits en sortant des standards.

      Bonjour, les moules... smiley 


      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 8 février 2013 22:49

        @ l’enfoiré



        Inconsciemment, au moins, on catégorise toujours. C’est la façon pragmatique de gérer un nombre croissant de relations imposées par la vie en société qui nous rend interdépendants. Chacun s’insurge pourtant d’être perçu comme un élément d’un ensemble, et réagit donc en montant en épingles ses spécificité, le plus hétéroclites et souvent le plus contradictoires le mieux. Les relations en virtuel permettent de le faire sans compromissions. On en devient de plus en plus « superficiel »... Oune serait-ce pas que la nature humaine n’a pas d’autre profondeur que celle qu’on lui attribue arbitrairement ?

        PJCA

        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 8 février 2013 22:52

          Je serai absent, mais je reviendrau=i et aucun commentaire ne restera sans réponse.


          PJCA

          • ddacoudre ddacoudre 9 février 2013 00:14

            bonjour pierre

            le problème que tu soulèves n’est que l’adaptation de l’individu à un monde qui lui est plus disponible avec toute sa diversité qui circule en fonction des moyens financier dont dispose les uns et les autres tout comme la capacité intellectuelle à ingurgiter une information gigantesque qui rebute et complexifie tout et renvoie les uns et les autres vers des lieux tribaux qui délimitent des espaces saisissables et de reconnaissances dans tous les domaines.C’est le contre coup de l’individualisme qui n’est pas viable car l’homme isolé ne peut pas survivre.
            Nous avons confondu souvent l’individualisme mercantile qui était fait pour fournir un objet à chaque individu et la croyance qu’il était possible par égoïsme de vivre seul.
            cordialement.ddacoudre.over-blog.com.


            • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 9 février 2013 02:49

              @ ddacoudre


              Tout individu se crée son « peer group ». L’évolution, c’ est qu’alors qu’auparavant la nature et les circonstances déterminaient et IMPOSAIENT des appartenances relativement permanentes qui définissaient l’individu au vue de l’ensemble de ce qu’il est, on a maintenant de multiples appartenances que l’individu choisit et dont aucune n’est présumée contraignante. On comprendra l’importance de cette évolution quand quelqu’un essayera de parler « d’union sacrée »... 

              PJCA

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès