Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Le Québec face au suicide des jeunes

Le Québec face au suicide des jeunes

Parmi les jeunes hommes, le Québec enregistre le taux de suicide le plus élevé au monde. Les causes sont nombreuses et complexes, mais l’une d’entre elles trouve ses sources dans les fondements mêmes de notre société : la communication entre les générations s’est brisée depuis l’éclatement des familles. D’après les experts et des membres du tissu associatif montréalais, promouvoir les liens intergénérationnels n’apporterait pas seulement plus d’humanité, mais éviterait également de nombreux suicides.

Sans prétention, le bâtiment aux allures hippies dont les murs décrépis exhibent les couleurs criardes d’anciennes peintures murales accueille tous les jours ceux qui n’en peuvent plus du manque d’humanité de la ville. « Ici, c’est l’endroit idéal contre les maux de notre société », affirme Marc Nisbet, jeune coordinateur des projets intergénérationnels à l’association le Santropol Roulant. En cette belle journée de printemps, l’organisme communautaire situé au coin Duluth et St-Urbain est particulièrement achalandé en individus de tout âge.

« Moi-même, j’étais terrorisé à l’idée de rencontrer des personnes âgées et d’avoir à établir des liens avec elles », concède Marc, avouant qu’il aura fallu une dépression suivie d’un burn-out pour l’inciter à chercher d’authentiques rapports humains. « Les jeunes sont prisonniers dans leur monde, et les aînés aussi, avec pour conséquence la méfiance et la solitude. Lorsqu’on traverse une situation difficile et qu’il n’y a personne pour vous aider autour de vous, alors les idées suicidaires peuvent facilement surgir dans votre esprit ».

Un avis que partage Nathalie Turgeon, psycho-éducatrice au Centre jeunesses de Montréal. L’intervenante externe auprès des jeunes enfants et des adolescents ne passe par quatre chemins pour expliquer, de son bureau situé au centre ville, le taux élevé de suicides chez les jeunes Québécois, "la dégradation des rapports sociaux de ces dernières décennies, avec un éclatement des familles en partie responsable de ce constat". Même si au Québec des programmes pertinents sont mis en place dans les écoles afin de prévenir le suicide chez les jeunes, pour Nathalie Turgeon, beaucoup d’efforts restent encore à faire pour favoriser les liens entre les générations. « Comment voulez-vous préserver le contact entre les grands-parents et leurs petits-enfants, lorsque les parents n’en ont pas avec leur propre progéniture ? », s’insurge-t-elle.

« Les jeunes ont tellement à apprendre des personnes âgées », déclare Marc qui n’en finit pas de saluer autour de lui les habitants du quartier qui le connaissent bien. D’ailleurs, un jeune résident s’empresse de le féliciter de son dernier projet : « Ma grand-mère vous adore, merci pour ce que vous avez fait », déclare-t-il à la hâte. Marc est fier de ses actions qui visent à rapprocher les générations : « Les amitiés qui se forment naturellement entre les personnes âgées et les jeunes permettent d’en finir avec l’image misérabiliste de la vieillesse. Les jeunes peuvent profiter de leurs expériences et n’avoir plus peur de vieillir, tandis que les personnes âgées établissent des liens qui peuvent les libérer de leur isolement ».

« La société doit cesser d’avoir peur de la vieillesse », prévient Nathalie Turgeon qui remarque qu’au Québec, il n’est pas bon d’avoir des faiblesses. « Injustement, les personnes âgées représentent trop souvent des individus inutiles qui n’ont plus rien à offrir. Dans notre mode de vie, ce qui compte c’est la performance, toujours la performance, au détriment des relations humaines. Les aînés ont un rôle très important à jouer auprès des adolescents : la transmission des valeurs, qui est à la base de l’estime de soi par exemple ».

Comment le Québec pourrait-il rétablir le lien entre les générations, si celui-ci n’existe plus ? « Le Québec c’est d’abord et avant tout des individus qui ressentent des émotions. Permettre aux gens de ralentir leur mode de vie effréné afin de se retrouver en famille aiderait sûrement à plus de dialogue », informe Nathalie Turgeon.

Autour des locaux du Santropol Roulant, des causeries portugaises presque chantées s’élèvent d’un groupe d’hommes et de femmes réunis à l’extérieur en cette chaude après-midi de semaine. « Nous sommes localisés en plein cœur du quartier portugais, s’exclame Marc, et pourtant aucun membre de la communauté lusophone n’a éprouvé le besoin de venir chercher du réconfort chez nous. » Pourquoi ? « Eh bien, simplement parce que chez eux, les aînés communiquent encore avec les jeunes ».


Moyenne des avis sur cet article :  4.69/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • (---.---.229.122) 9 mai 2006 12:39

    Que donne la cartographie de la couverture du territoire canadien d’antennes relais, de radars, de bormes Wifi et d’installations militaires fonctionnant sur le principe des micro-ondes avec le pourcentage de suicides chez les jeunes ?

    Ont ils des portables ? dorment ils avec ?

    Pas si complexe que cela quand même, puisqu’une étude suédoise valide une forte corrélation entre suicide et pollution electromagnétique.

    Ne parlons pas de la pollution chimique invisible, bombe à retardement sur la vie !

    Vous avez dit complexe ? !!

    Je prèfère ce genre de raisonnement à l’approche sociologique qui ne sert qu’à masquer la responsabilité des firmes destructrices de vies au nom de l’argent ROI.


    • Scipion (---.---.130.235) 9 mai 2006 18:12

      Le suicide des jeunes n’est qu’un épiphénomène s’inscrivant dans le contexte beaucoup plus large qu’est l’éclatement de toutes les structures de nos sociétés.

      Alors on trouve des causes annexes, marginales, secondaires, pour éviter la remise en cause d’un système qui est en dérapage incontrôlé depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, et plus encore, depuis 1968...


      • james (---.---.6.5) 9 mai 2006 21:37

        Je vais dire une betise peut être. Mais si la cause est simplement le mauvais temps. constant.

        Ca parait bête mais le mauvais temps et source de déprime.


        • (---.---.57.155) 9 mai 2006 21:40

          t’inquiètes, ce n’est pas une bêtise. Nous vivons bien en de sales temps déprimants. ;)


        • (---.---.24.66) 30 août 2006 15:50

          ISMAEL,CEST TON ONCLE OMAR JE SUIS EN REPORTAGE A GAZA...ENVOIE MOI UN MAIL J AI PERDU LE TIENS..

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès