Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Le racisme est-il moderne ?

Le racisme est-il moderne ?

La récente polémique autour d’Éric Zemmour m’a donné envie de réfléchir au racisme. De manière plus générale, je me suis penché sur les idéologies qui affirment l’existence de hiérarchies naturelles entre groupes humains : racisme, sexisme, homophobie, darwinisme social... 

Les adorateurs de l’Ordre Naturel
 
Ces croyances, qu’on se plaît à présenter comme des survivances du XIXème siècle, sont-elles des archaïsmes en voie de disparition ? Ne sont-elles pas, au contraire, des éléments essentiels de la modernité ? On le voit, le problème dépasse largement le cas Zemmour. À vrai dire, on s’en fiche un petit peu de ce monsieur. Au mieux, c’est un inoffensif provocateur qui se complaît dans le politiquement incorrect. Au pire, il n’est qu’un soldat parmi d’autres dans la grande armée réactionnaire. Car ils pullulent, les adorateurs de l’Ordre Naturel. Ils sont tout autour de nous… dans notre entreprise, parmi nos amis, dans notre famille, dans notre lit… en nous, quelquefois…. Et parmi eux, il ne faut pas croire qu’il n’y ait que des brutes épaisses. Les racistes, par exemple, sont parfois bardés de prestigieux diplômes, merveilleusement instruits, cultivés, raffinés. Quelques-uns d’entre eux sont professeurs d’université. Certains mêmes écrivent, en bon français, de savants commentaires sur AgoraVox… Il en va de même pour le darwinisme social. Aux États-Unis, pays phare de l’humanité, il est assez à la mode de croire que les losers – les pauvres, les délinquants, les dépressifs – ont tiré les mauvais gènes à la grande loterie de l’hérédité. Y a ceux qui sont doués pour réussir, et puis ceux qui sont doués pour perdre. I’s y peuvent rien, les pauvres, c’est dans leur nature. En France même, ce genre de croyance semble répandu dans toute la société, et jusqu’à la tête de l’État. Quant aux sexisme, n’en parlons pas : on trouve partout cette noble idéologie – y compris chez les femmes, tant il est vrai qu’une structure de domination ne peut se maintenir que grâce à la complicité de ses victimes.
 
Modernité des idéologies réactionnaires
 
Comment de telles croyances peuvent-elles encore subsister au début du XXIème siècle ? La science s’en est débarrassée. Et puis ces croyances nous font désormais horreur, à cause des conséquences pratiques qu’elles ont entraînées naguère (Shoah, génocide rwandais, etc.). Pourtant, elles sont encore profondément enracinées dans les mentalités. Faut-il voir là la persistance d’un archaïsme ? Je crois que cette réponse manque d’exactitude. Car si le racisme et le sexisme ont toujours existé, ils ont pris des formes nouvelles dans la période contemporaine (c’est-à-dire depuis le 19ème siècle). Le triomphe de la bourgeoisie sur la noblesse et le clergé a sans doute mis fin à un ordre social traditionnel, fondé sur une hiérarchie « naturelle » et sur la volonté de Dieu. Mais cette révolution n’a pas instauré pour autant une société vraiment égalitaire, où chaque être humain est respecté en tant que tel, quelle que soit son apparence physique. Au contraire, le 19ème siècle a vu fleurir les théories « scientifiques » prétendant démontrer la supériorité naturelle des hommes sur les femmes, de l’hétérosexualité sur l’homosexualité, des blancs sur les « nègres », des « Aryens » sur les Juifs, et même des riches sur les pauvres (c’est la grande idée du darwinisme social).
 
Dès le départ, dès la Révolution française, la bourgeoisie triomphante a été sur ces sujets extrêmement ambiguë, pour ne pas dire hypocrite. En 1789, elle proclama l’égalité de tous les hommes, mais sans libérer les esclaves, sans accorder aux femmes l’égalité juridique, sans donner aux pauvres le droit de vote. Tous les hommes étaient devenus égaux mais, comme l’écrit Orwell dans la Ferme des Animaux, certains étaient plus égaux que les autres. Tout se passe comme si les bourgeois (blancs et mâles, bien entendu) avaient voulu devenir une nouvelle aristocratie, afin de justifier la domination qu’ils exerçaient sur les pauvres, sur les femmes, sur les esclaves et les indigènes des colonies.
 
Interprétation optimiste
 
On pourrait interpréter ce phénomène de manière optimiste, en disant qu’il a bien fallu une phase de transition entre l’ordre traditionnel de l’Ancien Régime et la démocratie libérale actuelle. La bourgeoisie européenne aurait ainsi transposé dans un langage « moderne », « scientifique », de vieux mythes aristocratiques ou chrétiens. La pureté du sang, si importante dans les familles de l’ancienne noblesse, est devenue la pureté de la race. Les femmes, les noirs ou les juifs n’ont plus été méprisés au nom d’une prétendue malédiction divine[1] mais au nom de la science. Mais ces préjugés, fort heureusement, ont fini par perdre leur vernis scientifique. Cela vient moins, peut-être, des progrès de la science, que de l’expérience historique : par leurs luttes, les classes populaires, les peuples colonisés, les esclaves, les femmes et les homosexuels ont fini par conquérir des droits nouveaux et par forcer le respect de ceux qui les dominaient. Certes, il reste encore beaucoup de racistes, de sexistes, d’homophobes et de partisans du darwinisme social, mais ces vieilles folies perdent du terrain. Il y a maintenant des femmes patrons, ministres, chefs d’État… et cette évolution vaut aussi pour les « gens de couleur », pour les gays, pour les lesbiennes, et – dans une moindre mesure peut-être – pour les gens issus des classes populaires. Même à droite, on a plus ou moins abandonné le racisme, le sexisme, l’homophobie et le darwinisme social. La vieille droite réactionnaire a été supplantée par une droite moderne et libérale, qui veut laisser à chacun sa chance, quels que soient sa couleur de peau, son sexe (ou son orientation sexuelle) et son origine sociale.
 
De nouvelles formes de racisme
 
Si elle n’est pas totalement fausse, cette vision historique me paraît excessivement optimiste et simplificatrice. D’une part, comme je le remarquais plus haut, les idéologies du XIXème siècle sont encore bien vivaces, y compris dans les couches les plus cultivées de la société. D’autre part, ces idéologies se sont métamorphosées, elles sont devenues plus subtiles. Le racisme biologique, par exemple, a souvent laissé place à une sorte de racisme culturel, plus correct politiquement. Cette idéologie n’est pas tout à fait un racisme, car elle ne prétend pas qu’il y ait une hiérarchie entre les hommes à la naissance. Mais c’est un quasi-racisme, en ce qu’elle présente les différentes cultures comme des systèmes clos et statiques, dont on ne peut sortir une fois qu’on y est entré. Ainsi, on a tendance à croire qu’un enfant élevé dans la culture musulmane sera presque nécessairement sexiste, arriéré, ennemi de la démocratie et de la science. Surtout, on croira que la culture musulmane est homogène et statique, et que tout ce qu’elle est actuellement était déjà contenu dans le Coran.
 
Une autre forme de racisme culturel consiste à stigmatiser les classes populaires, considérées comme immatures politiquement à cause de leur manque d’instruction. Si le peuple vote comme les élites politiques, économiques ou médiatiques, c’est bien : il est sur la bonne voie, il a gentiment suivi les consignes. S’il vote autrement, ce n’est jamais parce que les élites se sont trompées (puisqu’elles sont par nature infaillibles) : c’est parce qu’elles n’ont pas encore assez fait de « pédagogie ». Il leur faudra répéter inlassablement le même message, jusqu’à ce qu’il rentre dans les cervelles bestiales des ploucs et des prolos. Les Français et les Néerlandais ont mal voté ? Aucune importance : leurs députés vont revoter à leur place. Les Irlandais ont mal voté ? Aucune importance : on va les faire revoter jusqu’à ce que bon vote s’ensuive.
 
Le racisme culturel ne se contente donc pas d’établir une hiérarchie entre les cultures : il les « essentialise », c’est-à-dire qu’il en fait des réalités éternelles, indépendantes de toute évolution historique. La culture – qui est pourtant non naturelle par définition – devient ainsi l’équivalent de la race : une fatalité naturelle. Votre culture, aux yeux du racisme culturel, c’est un système de croyances et de pratiques qui vous marque et vous classe définitivement. Quant à l’appartenance à une culture « inférieure », c’est un peu comme le péché originel chez les chrétiens : une malédiction qui n’est pas à proprement parler naturelle, mais qui se transmet de génération en génération, à la manière d’une maladie génétique.
 
Ordre naturel et capitalisme
 
La croyance en un Ordre Naturel (ou quasi-naturel) n’a donc pas disparu. Elle prend seulement des formes différentes suivant les époques, les pays, les milieux sociaux, etc. Et cela, à mon sens, ne doit rien au hasard. C’est tout notre système social qui appelle ce genre de croyance. Car dès lors qu’il existe des rapports de domination dans une société, il faut les justifier par la fiction d’un Ordre surhumain et immuable. Un rapport de domination, c’est une violence durable, et intériorisée par celui qui la subit. Pour qu’un tel rapport soit supportable, il faut invoquer la supériorité naturelle du dominant. Cela permet à ce dernier d’exercer son pouvoir en toute bonne conscience, en se référant à un ordre cosmique, scientifique ou religieux dont il n’est pas responsable. Cela permet aussi au dominé d’accepter plus facilement la violence qu’il subit. D’une part, cela le conduit à la résignation : si l’ordre social est naturel, il est vain de vouloir le changer. D’autre part, il peut se rassurer en se disant que certaines catégories sont encore plus méprisées que la sienne. Ce n’est pas un hasard si les partis d’extrême droite fleurissent en Europe depuis une vingtaine d’années. Face à la montée des inégalités et à la persistance du chômage de masse, beaucoup de gens frustrés se consolent en tapant sur des boucs émissaires (Arabes, Turcs, Noirs, Juifs, femmes, pédés, etc.).
 
Les rapports de domination sont donc toujours liés, me semble-t-il, à la fiction d’une hiérarchie naturelle entre les groupes humains. Or, la société dans laquelle nous vivons est fondée sur des rapports de domination. Certes, les gens y ont à peu près tous les mêmes droits, quelle que soit leur couleur de peau, leur sexe, leur fortune, leur orientation sexuelle. Mais cette égalité juridique ne doit pas masquer l’existence de profondes inégalités financières, culturelles, sociales et politiques. Dans les faits, certains groupes en dominent d’autres. Même si, en théorie, chacun a sa chance de gravir tous les degrés de la pyramide sociale, celle-ci ne laisse que peu d’élus parvenir à son sommet. La société bourgeoise et capitaliste reste donc fortement ambiguë : d’un côté, elle proclame l’égalité des hommes et connaît une certaine mobilité sociale ; de l’autre elle laisse les pouvoirs financier, politique et culturel se concentrer à l’extrême. Cela produit dans la société de profondes divisions internes : entre les élites et les masses populaires, d’une part ; à l’intérieur des masses populaires, d’autre part, puisqu’il y règne une âpre compétition pour survivre. Il y a donc des groupes sociaux relativement homogènes et stables, qui se reproduisent de génération en génération à la manière des castes indiennes. Et c’est ainsi qu’un ordre social arbitraire, fondé sur la violence, prend l’allure d’un ordre naturel, éternel, contre lequel on ne peut rien faire.
 
Reste à savoir ce qui caractérise en propre la domination capitaliste. Il faudrait expliquer, notamment, comment elle peut s’appuyer en même temps sur des idéologies égalitaires et universalistes (libéralisme, déclarations des droits de l’homme, républicanisme, etc.) et sur des idéologies réactionnaires comme le racisme. Mais cette contradiction mériterait à elle toute seule un article complet. Une prochaine fois, peut-être…


[1] Pour la femme, cf. Genèse, III, 16.
Au sujet des noirs, cf. Genèse, IX, 18-27. Cham, le mauvais fils qui s’est moqué de Noé était censé être l’ancêtre des Africains, et son sacrilège servait de prétexte à la réduction en esclavage de ses prétendus descendants.
Quant aux juifs, cf. l’évangile selon saint Matthieu, XX, 20-26.

Moyenne des avis sur cet article :  2.76/5   (50 votes)




Réagissez à l'article

125 réactions à cet article    


  • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 8 décembre 2008 10:31

     Le racisme n’est ni moderne ni l’apanage d’un groupe humain plutôt qu’un autre. Il est une expression universelle de la connerie universelle considérant ce qui est autre comme nécessairement inférieur et condamnable.


    • Gazi BORAT 8 décembre 2008 12:01

      @ Arthur Mage

      Depuis quand "Les Etats Unis" con stituent-ils une race ?

      De plus, la sociéte française que vous décrivez hâtivement comme "anti-américaine" a tout de même élu un président de la république qui ne cache, ni ses opinions pro atlantistes, ni son goût pour un modèle de société calqué sur les Etats Unis..

      Inutile donc de victimiser à tout va sur cette question..


      gAZi bORAt


    • sisyphe sisyphe 8 décembre 2008 12:49

      Excellent article qui analyse parfaitement les phénomènes de domination explicites ET implicites.
      De même que la technique du bouc émissaire, pour contribuer à diviser les classes dominées, et à leur faire intégrer (accepter) leur état de dominés. 
      Merci à l’auteur ; voici une analyse digne d’un véritable débat, qui nous change heureusement des articles "breves de comptoir" qui fleurissent ces temps-ci sur AV.


    • antovador 8 décembre 2008 17:55

      Dom22
      La génétique est bien claire, il n’y a qu’une seule race, Homo Sapiens


    • surfeur 8 décembre 2008 19:01

      Ouais


      tout pareil !!


      Montjoie !!


    • Odal GOLD Odal GOLD 8 décembre 2008 20:42

       Toi qui est la « meute des bien-pensants », aujourd’hui, tu me dis que les races humaines n’existent pas, comme hier tu me disais que la Terre est plate. Je ne sous-estime ni ton coté très moral, ni ton fanatisme, ni ton ambition à tout vouloir aplatir au niveau de ton esprit malin.

       Les humains, c’est exactement comme chez les chats, les chiens, les vaches et les fourmis.
       C’est que les humains sont des êtres vivants comme les autres, cela ne te semble pas évident ?
       Et si tu me dis que l’humain est parfaitement spécifique et différent du reste du monde animal – c’est que cela fait déjà quelques milliers d’années que nous n’avons plus rien à nous nous dire, et ton ambition secrète.


      >> SAPIENS SPIRIT


    • claude claude 8 décembre 2008 23:26

      @ l’auteur,

      bravo pour votre article, bien écrit et bien documenté.

      je rejoins cosmic danser dans son analyse.

      j’ajouterai que le racisme n’existera plus quand on prendra l’habitude d’estimer un homme ou une femme à l’aune de ses compétences, de ses qualités et de ses défauts, avant de regarder la couleur de sa peau, son sexe, son origine géographique ou sociale, sa religion... bref tout ce qui compose la complexité et la diversité de l’humanité.


    • Le pirate des caraibes 8 décembre 2008 10:35

      Article de propagande pro-immigrationniste !

      Vous vous elevez contre le racisme , mais votre article et votre "bio ironique" montre bien votre propre racisme envers les autres.

      Vous faites partie de ces personnes "humanistes" qui "aiment tous les peuples" mais qui ne les frequentent pas ! Votre liberté de penser s’applique uniquement à vous , les autres doivent accepter votre pensée unique... vous avez dit fasciste ?

      Pourquoi certains comme vous voient du racisme lors que leur interlocuteur n’est pas pro islam ou pour les immigrés illegaux , je l’ignore. Sans doute avez vous des interets contraires à ceux des francais, comme ces elus communistes qui veulent favoriser l’immigration alors que les salariés vont en souffrir...


      Votre vision de la colonisation et de l’occident est reductrice :

      Pour vous ce qui est noir est forcement bon et innocent (oubliés les meutres, les attentats, l’esclavage...).
      Ce qui est blanc est coupable et raciste (oubliés les dons , les aides humanitaires, l’accueil, le developpement).

      Les gens comme vous me degoutent.


      • foufouille foufouille 8 décembre 2008 10:51

        toi aussi tu degoutes certains
        en plus tu as lut en diagonale


      • sisyphe sisyphe 8 décembre 2008 12:52

        Intervention particulièrement significative du "pirate des caraibes", qui illustre parfaitement le propos de l’article.

        Encore bravo ! smiley


      • Zalka Zalka 8 décembre 2008 13:19

        De la part d’un mec qui a affirmé que les africains sont inférieurs aux occidentaux et qu’ils se reproduisent comme des bêtes, ce commentaire est d’un drôle...


      • appoline appoline 8 décembre 2008 13:48

        A Pirate,
        D’accord avec vous.

        Racisme, mot qui est employé à tout va et pour n’importe quoi. Certains comportement me hérissent le poil, cela fait-il de moi une raciste, je ne pense pas. Je ne peux donner raison à un black, un juif qui pleure sur son sort en savatant le derrière de son voisin par cupidité. Il faut rétablir la possibilité de parler sans haine et sans crainte mais d’appeler un imbécile par ce terme, quelque soit sa couleur de peau.


      • Le pirate des caraibes 8 décembre 2008 13:52

        ar Zalka (IP:xxx.x0.101.7) le 8 décembre 2008 à 13H19

         
        De la part d’un mec qui a affirmé que les africains sont inférieurs aux occidentaux et qu’ils se reproduisent comme des bêtes, ce commentaire est d’un drôle...


        Citation svp , merci !

      • Zalka Zalka 8 décembre 2008 14:44

        Plus possible, ton pseudo a été banni et tes commentaires ont disparu. Mais je te fait confiance : tôt ou tard tu te répèteras. Compte sur moi pour te foutre le nez dans ta merde à ce moment là.

        Jusqu’à ce qu’Agoravox te bannissent à nouveau et que tu reviennes avec un nouveau pseudo comme le parasite que tu es.


      • posteriori 8 décembre 2008 10:40

        Zemour c est bien le débile qui nous crache le mot race a toutes les sauces, il a juste oublié que l adn a été decouvert apres la constitution , et s ’il lit des ouvrages antediluviens pour se justifier, pourquoi ne nous lit il pas les passages de notre loi qui ont conduit des centaines de milliers de juifs a l abbatoir juste quelques années plus tôt, puisque c est marqué dans les textes de lois c est forcement juste non ?


        • foufouille foufouille 8 décembre 2008 10:50

          le racisme evolue vers le darwinisme social deforme
          ceux qui reussissent ne doivent plus seulement etre les meilleurs, mais aussi avoir la meme mentalite que la caste d’en haut qu’ils rejoignent


          • Gazi BORAT 8 décembre 2008 11:19

            @ l’auteur

            Excellent article et très bonne conclusion...

            Le suivant est donc impatiemment attendu !

            gAZi bORAt


            • JJ il muratore JJ il muratore 8 décembre 2008 11:33

              @ l’auteur. Je crois que Cosmic Danceur a dit l’essentiel sur le racisme...Nous savons depuis longtermps que les groupes humains les plus "idéaux" selon ce pauvre JJ. Rousseau, à savoir les "Primitifs" à l’organisation collectiviste la plus pure et donc la moins capitaliste qui soit, s’auto-désignent du nom d’Homme tandis qu’ils nomment le groupe voisin du terme de "non hommes"
              S
              avez-vous que la société Bolchevique dés ses débuts, avait lançé une étude aux fins de démontrer scientifiquement que la bourgeoisie était une sorte de Race ? Oui, le "différent" pose problème à l’homme, à tout homme, et il serait faux de laisser entendre qu’il poserait problème aux seuls capitalistes comme vous semblez le croire.
              S’il est un préjugé mortifère le plus répandu sur notre planète parmi la race humaine, le plus partagé, c’est bien celui du racisme. Il y a même certaines religions qui sont fondées sur cet a-priori philosophique : "il y a nous qui sommes les parfaits et tous les autres qui sont inférieurs..."
              Je ne saurais trop vous recommander certaines lectures comme "Malaise dans la Civilisation" de S. Freud ou "Tristes Tropiques" de Lévi Strauss...pour mieux appréhender cette triste réalité qu’est le racisme si vous souhaitez le combattre efficacement au lieu de suggérer qu’il serait cantonné dans un groupe (les autres)
              Bien à vous.


              • Gazi BORAT 8 décembre 2008 11:55

                @ JJ Il M...

                • Savez-vous que la société Bolchevique dés ses débuts, avait lançé une étude aux fins de démontrer scientifiquement que la bourgeoisie était une sorte de Race
                   
                Très intéressant.. mais vous serait-il possible de donner au moins quelques détails sur ce fait historique que vous évoquez ?

                gAZi bORAt

              • William7 8 décembre 2008 11:55

                C’est bizarre, je trouve que vos arguments pourraient être repris pour ce qu’on appelle si bien la bourgeoisie.

                N’est-ce pas la bourgeoisie qui, au 19ème siècle, voyait dans la pauvreté le résulat du vice, de l’oisiveté et de l’imprévoyance, créant de ce fait ce qu’on a appelé avec raison le racisme de l’intelligence, plus tard ré-expliqué par Bourdieu dans son bref article : "le racisme de l’intelligence".

                Aujourd’hui encore les "privilégiés" aiment créer une différence d’essence entre eux et les loosers. Et je ne parle pas du travail social (bras armé de la bourgeoisie) où fleurissent tous les discours racistes et essentialistes à l’égard des classes défavorisées.

                La paille et la poutre quoi.




              • Gazi BORAT 8 décembre 2008 12:40

                @ William ...

                Werner Sombart, penseur allemand concurrent de Weber sur ce sujet, a présenté dans son essai :

                le Bourgeois

                Une vision élitaire où il n’est pas loin de considérer la Bourgeoise comme une race. Ce qui la caractériserait selon lui serait l’esprit d’aventure et un exemple de proto-bourgeoisie serait pour lui les Vikings, commerçants et guerriers à la fois.

                Il pencha au cours des années de plus en plus vers un racisme avoué et se rapprocha du NSDAP qui avait alors le vent en poupe.

                Penseur éclipsé par Weber, qui l’éreinte au début de son ouvrage " L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme", il est l’un des penseurs favoris de la "Nouvelle Droite" française et, selon certains, l’inventeur du mot "Capitalisme".

                gAZi bORAt

              • sisyphe sisyphe 8 décembre 2008 12:55

                				par JJ il muratore 								 (IP:xxx.x05.197.93) le 8 décembre 2008 à 11H33 				 				
                				

                								
                				
                					
                Je ne saurais trop vous recommander certaines lectures comme "Malaise dans la Civilisation" de S. Freud ou "Tristes Tropiques" de Lévi Strauss...pour mieux appréhender cette triste réalité qu’est le racisme si vous souhaitez le combattre efficacement au lieu de suggérer qu’il serait cantonné dans un groupe (les autres)
                Bien à vous.

                Bel exemple de quelqu’un qui a lu deux ouvrages essentiels, sans rien y comprendre !
                Très fort !

                				

              • William7 8 décembre 2008 13:26

                Merci.

                je vais lire ça, ce sera surement "savoureux". Plus près de nous, il faut lire aussi la prose de Hans Herman-Hoppe et on verra qu’il n’y a pas besoin de chercher les crapules collectivistes bolcheviques pour parler de "racisme".

                Sinon, sur le même site, il y a également l’excellent travail de la sociologue québecoise Nicole Laurin-Frenette.

                Classes et pouvoir. Une critique des théories fonctionnalistes (et des thèses libérales)

                http://classiques.uqac.ca/contemporains/laurin_frenette_nicole/classes_et_p ouvoir/classes_et_pouvoir.html


              • JJ il muratore JJ il muratore 9 décembre 2008 10:25

                @Sisyphe. Pour échanger sur un sujet il est nécessaire de ne pas être d’accord sur tout. Parmi tous les débatteurs vous m’apparaissez comme celui qui supporte très mal toute différence d’opinion avec la votre. D’autre part dans le style et le ton de toutes vos interventions vous vous situez systhématiquement en position de "celui qui en sait plus que les autres" et vous vous placez en haut ! Normal que Sisyphe soit régulièrement en haut me direz vous, mais vous semblez ignorer qu’il retombe chaque jour en bas.
                Alors je vous en prie : soyez moins arrogant et moins méprisant envers tous vos différents et vous aurez une chance qu’ils vous considèrent comme un partenaire de débat.
                A défaut ils vous considèreront comme un intolérant ou pire comme un " raciste en idéologies"


              • JJ il muratore JJ il muratore 9 décembre 2008 10:38

                @Borat. Ces "études"scientifiques" durèrent quelques années entre 1922 et 1930 je crois, puis furent abandonnées faute de résultats probants. J’avais appris cela il y a plus de quarante ans et je n’ai plus les en mémoire les sources. A l’époque je m’interressais à la littérature Soviétique, en particulier à Michaël Boulgakoff (dissident) et c’est au cours de recherches universitaires qu’une piste m’avait amenée à cet info.
                Mais avec Google aujourd’hui on peut j’imagine facilement retrouver cette curiosité historique !
                A l’occasion j’essaierai de la rechercher et de vous la communiquer.


              • mcm 8 décembre 2008 11:39

                @L’auteur,

                Oui vous avez raison, une nouvelle forme de racisme vient de surgir, surtout depuis que de nouveaux pontifes lénifiants supposent que tout système d’éducation donnerait les mêmes résultats et qu’aucune ethnie n’aurait de particularité distinctive.

                Ces nouveaux pontifes, dont vous êtes, qui faute d’élargir leur tolérance, ont plus simplement élargi la définition du racisme pour y faire entrer tous ceux qui ne pensent pas comme eux, c’est à dire les 2/3 de l’humanité.

                Puisqu’il me faut aller à confesse auprès de vous, je vous l’avoue, je vois des différences ethniques et culturelles importantes, je suis donc un impie raciste.

                Pire encore, même à tâton, je sais différencier un homme d’une femme, c’est vous dire mon sexisme. 


                • Gazi BORAT 8 décembre 2008 11:51

                  @ mcm

                  • que tout système d’éducation donnerait les mêmes résultats et qu’aucune ethnie n’aurait de particularité distinctive
                  Nul ne pourrait prétendre actuellement que, visuellement, il n’y ait aucune différence entre les humains..

                  Par contre, concernant ces aptitudes supposées de telle "ethnie" (ou appelez cela comme vous le voudrez) par rapport à telle autre, en dehors de préjugés ou clichés relevant du dialogue de comptoir, je serais curieux d’entendre l’argumentation que vous pourriez développer sur ce sujet..

                  gAZi bORAt

                • sisyphe sisyphe 8 décembre 2008 13:00

                  @ mcm

                  De l’art de passer totalement à côté d’un sujet. 

                  Il n’est à aucun moment question, dans cet article, de nier les différences ; mais de réfuter une hiérarchisation entre elles. 
                  Si vous savez reconnaitre le corps d’une femme les yeux fermés, estimez vous pour autant qu’elle vous est inférieure ? 

                  Relisez l’article, svp : vous pourrez nous en donner un avis plus adapté. 


                • mcm 8 décembre 2008 15:13

                  @Sysiphe,

                  "Si vous savez reconnaitre le corps d’une femme les yeux fermés, estimez vous pour autant qu’elle vous est inférieure ?"
                   
                  Je dis que statistiquement parlant, en certains domaines elle m’est inférieure, en certains autres elle m’est supérieure, à cause de différences que la science observe, différences tant physiques que psychiques, puisqu’elles vont jusqu’à la constitution et au fonctionnement du cerveau, donc de la pensée.

                  Ces différences, de visu ou de tactu, je les constate à l’amiable, je me réjouis de leur subtilité, et bien sûr je les classifie selon mes critères éthiques et mes jugements moraux.

                  Je suis donc raciste et sexiste, puisque je vois qu’il n’y a pas plus d’égalité entre un homme et une femme qu’entre un inuit et un bantou.

                  Pendant que je suis à confesse, j’en profite pour confesser un péché supplémentaire, je suis très intolérant, parce qu’il y a des choses que je ne tolère pas. 


                • Proto Proto 8 décembre 2008 18:39

                  Mais quand comprendrez-vous que le racialisme et le sexisme ne renforcent que les stéréotypes et les doctrines foireuses (eugénisme, nazisme, machisme …) ?

                  Certes Soral a ses raisons de marteler que dans le monde de la logique et des mathématiques les femmes sont presque absentes mais … à quoi cela nous avance-t-il de constater cela ???

                  Personnellement, je constate que ces stéréotypes ont bousillé la vie de pas mal de monde, plus le temps passe et plus je rencontre de femmes qui sont radicalement différentes de celles dépeintes par nos plus éminents sociologues, différences physiologiques certes il y a pourtant, mais cela vous avance à quoi ?

                  Par contre comme Borat j’aimerais en savoir plus sur ces aptitudes supposées de telle ou telle "ethnie"…. Vous pouvez nous éclairer ?


                • surfeur 8 décembre 2008 19:06

                  @ mcm

                  hauts ceux courts !!

                  C’est justement parce qu’il existe des différences ( nature, génétique, positivisme ) que la notion dégalité ( politique soit du domaine du courage et du vouloir ) existe.



                • mcm 9 décembre 2008 00:16

                  @Proto,

                  Je saisis bien que ma curiosité puisse vous paraître suspecte, puisque d’autres ont investigué dans ce sens avec des intentions peu louables, mais je vous serai gré de m’octroyer le bénéfice du doute.

                  Pourquoi un savoir serait maudit ? Je ne fais pas de mal en m’instruisant, je veux tout juste comprendre sans préjugés.

                  Pour ce qui est des particularités ethniques et culturelles, oui j’ai observé des différences notoires, qui à mon sens, vont du physique à la pensée.

                  J’ai même des ethnies préférées, et alors, tant que je traite tout humain avec autant de respect que j’aimerais qu’on me traite, je ne vois pas le problème.

                  Aussi, je reste ouvert à tout progrès technologique qui nous permettra de mieux comprendre nos différences, car finalement ce n’est pas tant ce qu’on sait qui est important, mais ce qu’on en fait.


                • eric biegala 9 décembre 2008 04:04

                  @proto...

                  Je suis très intéressé. Quelles subtiles distinctions avez vous pu observer dans toutes ces "ethnies" que vous cotoyâtes... Je salive d’avance de votre savoir évidemment chevillé à une démarche hypothético-déductive qui fait honneur à l’empirisme de feu notre führer... Mais je m’égare...

                  Allez Proto : Dites nous tout ! Vous avez un classement, non ?
                  Une liste au moins ? Même pas ? Quelques noms alors ?

                  Quelles sont donc ces ethnies qui vous font souffrir et pourquoi ?

                  Lachez vous, non de dl’à !

                  Je parie toutefois qu’il ne s’agit guère des Bataves (pourtant patrticulièrement détestables si vous m’en croyez).


                • eric biegala 9 décembre 2008 07:21

                  Ooups !

                  J’ai écrit @Proto ds mon post précédant

                  c’était @mcm, bien sûr !

                  EB



                • LE CHAT LE CHAT 8 décembre 2008 11:39

                  Comment de telles croyances peuvent-elles encore subsister au début du XXIème siècle ?

                  en quoi le 21ème siècle serait il différent ? c’est dans la nature humaine ! c’est universel et quelque soit le pays, c’est pas demain que ça va changer !
                  ceux qui reprochent aux gens d’être racistes dans tel ou tel pays le sont autant sinon plus dans le leur !


                  • claude claude 9 décembre 2008 00:22

                    bonsoir le chat,

                    oui, mais c’est pas parce que les gens prennent exemple sur des cons, se conduisent ou pensent comme des cons, que l’on doit faire de même !

                    il y a suffisament d’hommes et de femmes de valeur auxquels on peut se référer, pour qu’on évite d’être contaminés par les préjugés et la connerie !

                    et la connerie a la couenne résistante : au début du XX° siècle, les ancêtres des cons d’aujourd’hui avaient monté une cabale contre "l’étrangère" marie curie, alors qu’elle avait été honorée de 2 prix nobel pour la france !!!

                    Paroles Alain Souchon Poulailler’s Song
                    Refrain :
                    Dans les poulaillers d’acajou,
                    Les belles basses-cours à bijoux,
                    On entend la conversation
                    D’la volaille qui fait l’opinion.
                    Ils disent :

                    "On peut pas être gentils tout le temps.
                    On peut pas aimer tous les gens.
                    Y a une sélection. C’est normal.
                    On lit pas tous le même journal,
                    Mais comprenez-moi : c’est une migraine,
                    Tous ces campeurs sous mes persiennes.
                    Mais comprenez-moi : c’est dur à voir.
                    Quels sont ces gens sur mon plongeoir ?"

                    Refrain

                    "On peut pas aimer tout Paris.
                    N’est-ce pas y a des endroits la nuit
                    Où les peaux qui vous font la peau
                    Sont plus bronzées que nos p’tits poulbots ?
                    Mais comprenez-moi : la djellaba,
                    C’est pas ce qui faut sous nos climats.
                    Mais comprenez-moi : à Rochechouart,
                    Y a des taxis qui ont peur du noir."

                    Refrain

                    "Que font ces jeunes, assis par terre,
                    Habillés comme des traîne-misère.

                    						
                    On dirait qu’ils n’aiment pas le travail.
                    Ça nous prépare une belle pagaille.
                    Mais comprenez-moi : c’est inquiétant.
                    Nous vivons des temps décadents.
                    Mais comprenez-moi : le respect se perd
                    Dans les usines de mon grand-père."

                    Mais comprenez-moi...


                  • LE CHAT LE CHAT 9 décembre 2008 08:47

                    salut Claude ,
                    malheureusement , la connerie est la chose qui est la plus partagée dans l’espèce humaine ! et y ’en a pour des siècles d’éducation pour mettre certains à niveau ! et quand à ceux qui veulent nous faire repartir aux moyen âge et aux guerres de religions je t’en parle même pas .... smiley
                    à +


                  • ARMINIUS ARMINIUS 8 décembre 2008 11:40

                    Le racisme déclaré de l’abruti de service est assez facile à dénoncer, par contre il en est un autre beaucoup plus insidieux qui subsiste en chacun de nous : peut-être remonte-t’il à l’origine de l’humanité alors que nous n’étions que groupe d’individus sans défenses, même pas encore tribu, et qu’il fallait déja se méfier de "l’autre", potentiel danger.
                    C’est à cause de ce racisme enfoui, réactivé par d’habiles meneurs /manipulateurs, qu’ont pu se perpétrer les plus grands crimes. C’est donc cet ennemi intérieur qu’il faut combattre,en refusant tout compromis, même si le miroir qu’il nous tend reflète les contradictions inquiètantes de notre nature profonde.


                    • Internaute Internaute 8 décembre 2008 11:42

                      Je n’ai jamais vu un type aussi stupide que Grau. Comment peut-on se présenter comme rédacteur avec un cv pareil ? Il s’imagine qu’avec un pamphlet sans intérêt, rempli de mensonges et d’a-prioris il fera avancer sa cause.


                      • Le péripate Le péripate 8 décembre 2008 12:08

                         Le racisme est la forme la plus abjecte et la plus brutalement primitive du collectivisme (.........) Or il n’y a que des esprits individuels et des réalisations individuelles. Ayn Rand.

                        Le collectivisme est bel et bien d’actualité.Il est décliné sous des formes diverses, comme la détestation du bourgeois. Détestation qui connaît de nombreuses incarnations : le capitaliste, le juif, le financier. Il ne faut pas s’étonner si à allumer ainsi la mèche les formes les plus archaïques de cette pensée magique retrouvent une nouvelle jeunesse.

                        Bon, maintenant, je ne connais pas ce monsieur Zemmour, regardant rarement la télévision, et je ne sais s’il est raciste. 
                          

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Jordi Grau

Jordi Grau
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès