Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Le Revenu d’Existence complément du RSA

Le Revenu d’Existence complément du RSA

Alors que le débat sur le financement du RSA suscite beaucoup de critiques, une autre piste pour rendre du pouvoir d’achat aux Français et lutter contre la précarité est étudiée en ce moment, à la demande du premier ministre. François Fillon a mandaté un groupe de travail pour réfléchir à la possibilité d’instaurer en France un Revenu d’Existence. C’est une autre logique, compatible avec celles qui existent déjà. Explications

Un groupe de travail mandaté par les services de Matignon étudie depuis quelques mois la faisabilité d’un revenu d’existence, que l’on appelle aussi allocation universelle, revenu de base ou encore revenu citoyen.

La mission de réflexion lancée par le gouvernement prend appui sur les propositions très argumentées de l’Association pour l’Instauration d’un Revenu d’Existence (AIRE) qui, depuis 20 ans, fait la promotion de cette idée « révolutionnaire ». Un principe simple et humaniste Le revenu d’existence est un revenu versé inconditionnellement à chaque citoyen du seul fait de son existence, c’est à dire sans justification de ressource ou d’emploi préalables. Par là même, il concrétise l’appartenance de chacun à la communauté et contribue, ainsi, à la prise en compte et au respect de la personne humaine.

Ce revenu, cumulable avec toute autre source de revenus, est faible au départ (de l’ordre de 300 € mensuels d’après la proposition de l’Aire) mais il est destiné à augmenter avec l’enrichissement de la nation. Le RE doit permettre d’éradiquer l’extrême pauvreté. Il offre à chacun, en toutes circonstances, un filet de sécurité face aux aléas de la vie.

On sort de la logique « travailler plus pour gagner plus », pour entrer dans une philosophie de la dignité de la personne reconnue en tant que telle, indépendamment de son statut familial et de son activité. Puisque chaque individu, quels soient ses revenus, appartient à la même communauté humaine, le pauvre comme le riche reçoivent le même revenu d’existence, la redistribution des richesses s’effectuant ensuite par la voie de l’impôt, au nom de la solidarité.

Une réforme de société La simplicité du revenu d’existence - inconditionnalité et égalité pour tous - déroute souvent le plus grand nombre : « vision utopique » pour les uns, « impossible réforme » pour les autres. Les ultra-libéraux y voient une incitation à l’oisiveté, la gauche radicale l’interprète fréquemment comme la fin des acquis sociaux.

Pourtant, le revenu d’existence répond à 5 objectifs admis par toutes les sensibilités politiques : - meilleure justice sociale car reconnaissance de la personne, fin des passe-droits et suppression des effets de seuils - simplicité de gestion : il suffit d’être enregistré sur un dossier national, puis complète automaticité des versements - lisibilité pour le citoyen car totale transparence - encouragement au travail puisque cumulable avec les autres revenus et fin de l’assistanat car tout le monde le touche - meilleure contrôle de la dépense publique puisque suppression du maquis des multiples aides à la personne auxquelles le revenu d’existence se substitue pour l’immense majorité. Ainsi pourraient être supprimées :

  • La Prime de Noël.
  • La Prime pour l’Emploi
  • L’ASS et l’AI traités de la même façon que le RMI.
  • L’AER, l’API et l’APA
  • Les allocations familiales, l’allocation de jeune enfant, le complément familial, l’allocation d’adoption, l’allocation de présence parentale et l’allocation de rentrée scolaire
  • L’allocation parentale d’éducation est réduite à une compensation pour la perte de revenu d’activité d’un parent qui fait choix d’élever son enfant.
  • Les bourses d’études pour critères sociaux
Seules seraient maintenues des bourses de mérite ou des bourses de compensation de handicaps et toutes les aides pour handicaps physiques ou maladies.

Le débat prend de l’ampleur

Instaurer un revenu d’existence est non seulement possible mais cela existe déjà. En Alaska, depuis 1998, chaque citoyen perçoit une rente d’existence versée annuellement, tirée de la manne pétrolière. Ailleurs, en Europe et dans le monde, le débat est lancé. Au Brésil, le principe du revenu d’existence a été adopté en 2004. La ville de Sao Polo l’expérimente. En Belgique, la proposition est étudiée. En Irlande, une taxe sur les capitaux finance les retraites de base, dans un esprit proche du RE. En Espagne, la Catalogne vient de lancer le débat. En Finlande, il y a quelques années ,le ministre des Affaires Sociales en était un chaud partisan. Le débat reste ouvert. Au niveau mondial, le revenu d’existence est soutenu par un réseau d’universitaires regroupés au sein du BIEN (Basic Income Earth Network)

Financement

Plusieurs modalités sont envisageables. On ne les exposera pas ici. Pour sa part, l’Aire propose une approche innovante et originale pour le financement des 5 premières années de lancement. Le capital nécessaire sur cette période serait apporté par le réseau bancaire (1), par le biais d’une rente perpétuelle (donc jamais remboursée), la charge des intérêts de la rente à taux modique étant financée par l’Etat (2).

Au delà de la 5éme année, la relève serait assurée par l’impôt, mais dans le cadre d’une vaste réforme fiscale à préparer durant la phase de démarrage (3).

Mise en œuvre

Pour l’Etat comme pour le citoyen, la mise en œuvre du RE passe par la fin d’une barrière psychologique : admettre la perception d’un revenu sans contrepartie en travail, alors que l’on oublie que par le biais des transferts sociaux près de 40% du PIB sont déjà ainsi répartis !

II s’agit aussi de bien mettre en évidence que ce revenu ne peut être une « désincitation » au travail puisque, modique au départ, il ne peut apporter l’opulence, alors qu’il se cumule avec les revenus tirés du travail ou des rentes financières de chacun.

Une idée d’une actualité brûlante

A terme, le RE remplacerait le RMI. Dores et déjà, il pourrait venir en complément du revenu de solidarité active (RSA). Les deux systèmes ne s’opposent pas. Avec le RSA, on vise l’insertion de l’individu par le travail. Avec le RE, au nom de la dignité de la personne, on commence par lui verser un revenu qu’elle a tout intérêt à compléter par son travail et son insertion dans la vie active. Donc RE et RSA se complètent harmonieusement.

Le RE facteur d’intégration sociale

Le RE n’a pas la prétention d’être une solution miracle à toutes les formes d’exclusion ou de dérives sociales, mais il se révèle un puissant levier contre la pauvreté. Financé au départ avec le concours des banques, selon la proposition de l’Aire, il donne un regain de pouvoir d’achat sans émarger au Budget de l’Etat, en cette période d’austérité et de contraintes budgétaires. Ce regain de pouvoir d’achat impulsé par le RE est à même de doper l’activité économique et de générer du travail. Il ne supprime pas les orientations politiques plus ou moins libérales ou sociales, mais il est - ce qui est essentiel - un socle de solidarité universelle.

Conclusion provisoire Si l’on considère que l’Etat a encore un rôle à jouer dans une économie mondialisée, les citoyens méritent de participer à un débat constructif sur le revenu d’existence car l’Etat pourrait ainsi assurer sa mission principale : créer les conditions favorables pour la libre réalisation de chacun au sein d’une économie libérée, d’un système bureaucratique lourd, où la personne est trop souvent paralysée pour vivre et créer. Et puis, le RE pourrait même être au fondement d’un modèle social européen. Espérons que le rapport commandé par le premier ministre sur le sujet permette d’ouvrir ce débat.

Laurent Watrin, avec l’aimable concours de Jacques Berthillier, secrétaire général de l’Aire.

(1)Proposition admise par l’union des banques

(2)Pour une plus ample information consulter le site : www.revenudexistence.org

(3) Réforme reprise ultérieurement sur le site :

www.allocationuniverselle.com


Moyenne des avis sur cet article :  3.8/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

66 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 23 mai 2008 14:21

    Enfin,un très bon article qui démontre bien que le gouvernement est le seul depuis la création du RMI pour réduire la pauvreté et sortir les gens d’une impasse dans laquelle les politiques les ont mis

    Oui,Nicolas Sarkozy est le seul dirigeant politique à s’etre engagé et à avoir donné des moyens pour réduire cette fracture sociale

    En 12 mois,de nombreux efforts ont été accomplis

    Encore bravo pour cet article argumenté et débarassé du TSS primaire

     


    • foufouille foufouille 23 mai 2008 15:00

      commence deja par l’appeler par son vrai nom : nagui bocsa y sarkozy

      tu as remarque les manifs ?


    • foufouille foufouille 23 mai 2008 15:01

      @ l’auteur

      300€ c’est en dessous de tout les minima........


      • kolymine 24 mai 2008 13:25

        ouais mais si c’est cumuable avec le reste...

        RE + RMI, ca doit faire juste au dessus du seuil de pauvreté.

        Je te parle pas des etudiants, dont je suis, qui serait très heureux d’avoir 300€/mois...

        Non franchement, tant que ca sert pas à supprimer les truc comme le rmi, et les alloc chomages, moi j’ai rien contre


      • Laurent Watrin Laurent Watrin 24 février 2009 11:24

        Imaginez un revenu de 300 euros mensuels dès la naissance. Quand vous avez 18 ans, vous avez potentiellement déjà capitalisé 18 x 12 (mois) x 300 € (l’Etat peut prévoir que l’argent soit laissé sur un compte avant l’âge adulte, par exemple). Je vous laisse faire le calcul. Quand vous commencez à travailler, vous ne perdez pas ce revenu. Il s’ajoute au reste. Ensuite, rien n’empêche un gouvernement plus social de maintenir des allocations sociales plus élevées. C’est un choix de société. Mais plutôt qu’un RMI qui est perdu quand on re-traville (et sans lequel bien des gens ne peuvent pas se remettre à travailler), ne vaut-il mieux pas un revenu universel. Surtout, songez au changement de mentalité que cela implique. Evidemment, on peut rester satisfait de l’assistanat généralisé dans lequel on se trouve et qui représente un coût de gestion énorme, encore plus élevé que les prestations elles-mêmes (de la solidarité gâchée donc). Le débat ne fait que commencer... Bien à vous. LW


      • foufouille foufouille 23 mai 2008 15:41

        la france d’apres :

        bosse jusqu’a 75a

        euthanasie des vieux, handicapes (accident)

        delocalisation des pauvres pour que les UMPS puisse avoir leur pensee unique

        prison pour les communistes

        privatisation totale

        creation de zone securise pour ceux qui ont des employes qui se levent tot en inde ou en prison

        bidonville souterrain pour pouvoir gazer les pauvres domestiques

        ...............................


      • foufouille foufouille 23 mai 2008 15:36

        8€/jour= 240€

        les esclavagistes ont pas du tout l’air d’etre d’accord......

        logement ? bouffe ?.......impossible

         


        • plume plume 23 mai 2008 17:58

          au mon dieu ......... il faudra allé bosser en plus


        • Abolab 23 mai 2008 15:53

          Du grand Fillon, première tentative intéressante de réflexion depuis l’arrivée au pouvoir de la droite, il y a 6 ans.


          • Abolab 23 mai 2008 15:55

            Un premier pas vers la réforme générale des banques au service des citoyens...


          • Abolab 23 mai 2008 16:05

            Cela dit le titre de l’article semble aller contre la philosophie du RE, effectivement, il faudrait dire dans ce contexte : « le RSA complément au RE », et non l’inverse.


          • Abolab 23 mai 2008 19:58

            Je n’avais pas lu toutes les suppressions envisagées : il est fort à craindre que dans un gouvernement de droite néolibérale l’instauration d’un RE soit une mesure d’économie globale et de réduction budgétaire pour les aides allouées au niveau social. La mise en place d’une telle réforme ne peut se faire dans une optique de réduction budgétaire de ce type, cela est évident, car non seulement il est important de distinguer les aides spécifiques allouées, par exemple celles aux personnes handicapées, mais aussi celles spécifiques aux activités et contexte socio-professionnels. Il est impossible d’acquiescer le déséquilibre entre une uniformisation des aides sociales et d’un autre côté l’accroissement exponentiel de la complexité des outils de spéculation financière, hors de portée des pouvoirs des politiques.


          • foufouille foufouille 23 mai 2008 16:13

            que fait on avec 300€ ?

            pas grand chose. pas de logement

            la mesure serait bonne si il y avait un boulot stable pour tous. meme a mi-temps

            ce qui se passerait serait simple. les administrations restantes, sachant que le "sale pauvre" ne crevera pas tout de suite, trainerait les pieds plusieurs mois, favorisant la creation d’une caste d’intouchable......

            par contre reunir toutes les aides plus pour les redistribuer en une seule.........peut etre

            il faut tout de meme penser au logement


            • rocla (haddock) rocla (haddock) 23 mai 2008 17:19

              le boulot stable il est en Chine ou dans des pays comme ça , y z’ emergent qu’ on dit


            • Soleil2B Soleil2B 23 mai 2008 22:39

              Mais toi tu peux pas y aller mon vieux Hadd !

              - Y mangent pas de pain y mangent du riz !


            • patroc 23 mai 2008 16:14

               Fillon qui réfléchit, c’est pas son fort et pas bon signe !... Le revenu d’existence ? 300 euros ? Et suppression de toutes les aides sociales existantes ? 300 euros multipliée par 40 millions de personnes environ et tous les mois ? Vous rêvez... Par contre, si vous dîtes un groupe de reflexion (c’est la mode !) pour penser la suppression du RMI et des aides sociales (qui d’ailleurs n’ont pas attendues la réflexion du groupe en question pour baisser ou disparaître !), vous êtes plus proche de la réalité !... Démagogie et "bonimensonges", ne rentrez pas dans ce jeu...


              • foufouille foufouille 23 mai 2008 17:12

                sisi

                ils y pensent

                comme moyen d’eviter que ca pete......


              • plume plume 23 mai 2008 18:13

                300 * 60 000 000 * 12 = 216 000 000 000 euros / ans 

                c’est possible ça


              • rocla (haddock) rocla (haddock) 23 mai 2008 20:01

                foufouille , s’il te plait , dis moi ce que tu fais dans la vie à part d ’évaluer des prestations sociales , j’ ai rien contre toi , mais dis moi c ’est quoi ta motivation ?


              • foufouille foufouille 23 mai 2008 20:49

                j’aime pas la societe "egalitaire"

                la societe est compose de caste..........trop long

                met ta photo qu’on puisse la voir....


              • kolymine 24 mai 2008 13:28

                300* 40000000 * 12 / 1 000 000 000

                144 Milliard d’euros pas an quand meme ...


              • Soleil2B Soleil2B 23 mai 2008 17:26

                Le pire, c’est que l’auteur semble croire à ce qu’il écrit ;..............................


                • sobriquet 23 mai 2008 17:28

                  Ca me semble être une très bonne idée. C’est une application concrète du principe selon lequel tout le monde a le droit de vivre. 300 €, à l’heure actuelle, ça me semble être un montant raisonnable : c’est trop peu pour ceux qui veulent s’insérer dans le Système, mais pour ces personnes là, un RMI devrait s’ajouter sous condition. Les personnes qui se satisfont du Système actuel tiendront beaucoup moins en otage ceux qui le rejettent.

                  Bon il peut y avoir beaucoup de contreparties susceptibles de poser des problèmes. Il faudrait voir comment évolueraient les autres aides, à terme, il faudrait éviter que le RE ne légitime un flicage trop systématique, et beaucoup d’autres choses. J’ai aussi du mal à envisager le RE dans un système où les banques ne sont pas sous la tutelle de l’Etat. Ca serait également une révolution dans nos modes de pensées.

                  Je note enfin que le principe du RE est défendu par plusieurs philosophies libérale.


                  • 1984 23 mai 2008 17:38

                    La dignité à 300 euros mensuel !!!

                    En échange on coupe tout les autres "avantages" !!!

                    Et en échange on aura le droit de tailler des pipes aux élites ???


                    • Soleil2B Soleil2B 23 mai 2008 18:08

                      C’est comme les "heures sup" !

                      - Elles sont comprises dans ton "revenu fiscal de référence".......................

                      - Et tu perds une partie de ta prime à l’emploi !

                      - (entr’autres) !


                    • JPC45 23 mai 2008 20:19

                      Comment peut on proposer de remplacer APA par une revenu de 300 Euros ? ce n’est pas crédible et ni souhaitable.

                       


                      • Le péripate Le péripate 23 mai 2008 21:39

                        Je me demande quel est le bon montant de l’AE, qui recueillerait une majorité dans un référendum. Visiblement, 300 euros, c’est pas assez. 800 ? 1000 ? 2000 ?

                        Il y a surement un prix.


                        • foufouille foufouille 23 mai 2008 22:22

                          un montant suffisant pour survivre andouille........sinon ca n’a pas d’interet


                        • Le péripate Le péripate 23 mai 2008 22:52

                          Comment tu fais Fouifouille quand tu achètes, mettons une voiture d’occasion, Le monsieur dit 300, toi, tu dois dire quelque chose, je sais pas, une proposion . C’est combien pour toi le minimum pour "survivre" ?


                        • Le péripate Le péripate 23 mai 2008 22:55

                          Mais, au delà de n’importe quelle apppréciation personnelle du "bon montant", la question est : quel est le prix qui recueille 51% des voix dans un référendum ?


                        • Le péripate Le péripate 23 mai 2008 23:20

                           Une autre approche pour la détermination du "bon montant" serait de savoir quel sont les buts poursuivis par un telle réforme. Si l’ambition est juste une affaire de quelques économies, ce n’est pas la peine.. Même si la pression fiscale s’allège .

                          Il faut savoir ce que cette Allocation Universelle doit faire, et ce qu’elle ne doit pas faire. Non liée à un revenu, elle doit être une base pour les précaires, une réduction d’impôts pour les autres, et elle doit aussi favoriser la prise de risque que constitue toujours un changement d’orientation. Sécurisante et dynamisante.

                          Mais elle ne peut pas entretenir celui qui déciderait de consacrer sa vie au surf, et rien qu’au surf. Ce ne serait pas moral. Simplement.

                          Alors, quel est le prix de cet objet ?


                          • rocla (haddock) rocla (haddock) 24 mai 2008 06:59

                            d’ après foufouille ça doit être un " certain " prix , comme le fût du canon qui met un " certain " temps pour refroidir . ;;


                          • Frabri 24 mai 2008 00:30

                            Le revenu d’existence a 300 euros c’est une régression par rapport au Rmi qui est est autour de 430 Euros, qui lui même est nettement inférieur au seuil de pauvreté qui est entre 700 ou 800 euros.

                            Est-ce qu’il serait juste que les classes dirigeantes de droite et de gauche en plus de leurs hauts salaires et hauts revenus aient en plus 300euros par mois ?


                            • Wywy Wywy 24 mai 2008 17:20

                              Le revenu d’existence a 300 euros c’est une régression par rapport au Rmi qui est est autour de 430 Euros, qui lui même est nettement inférieur au seuil de pauvreté qui est entre 700 ou 800 euros.Est-ce qu’il serait juste que les classes dirigeantes de droite et de gauche en plus de leurs hauts salaires et hauts revenus aient en plus 300euros par mois ?

                               

                              Y’a des crânes épais dans le coin ... ceux que tu appels les classes dirigeante payent des i-m-p-o-t-s, et beaucoup plus que 300 euros, en résumé pour ces derniers, inutile de leur donné ces 300 euros, tu les retires de leurs impôts. Tu fais une soustraction. C’est tout.

                              Pas besoin de donner quelque chose pour qu’ils les renvoient pour payer les impôts. On s’économise le prix du timbre, facon de parler, mais les frais de gestion ca compte toujours. Un sou étant un sou, quand on est en charge de l’argent public, il n’y a pas de petites économies.

                               

                               


                            • Juju Dredd 24 mai 2008 02:01

                              J’aimerais pouvoir réagir comme Lerma et me dire que c’est une bonne nouvelle. Mais une idée à priori si "gauchiste" proposée par Fillon, c’est vraiment très louche, et j’ai bien peur que l’hypothèse de Abolab soit plus proche de la réalité.

                              Ce qui semble bizarre aussi, c’est de vouloir cumuler le RMI (ou le futur RSA) à cet éventuel RE. Ne devrait-il pas être plus élevé et le remplacer ? Proposer ce RE quand on met en place le RSA, c’est aussi logique qu’exonérer les charges salariales des heures supplémentaires puis parler de supprimer la durée légale du travail ensuite...

                              J’ai déjà entendu parlé de ce RE, il me semble que c’était l’interview dans un journal télévisé d’un milliardaire allemand qui proposait de l’appliquer dans son pays. D’après ce qu’il expliquait, le principal but était de faire en sorte que les gens ne soient plus soumis au marché du travail, et donc qu’ils ne travaillent que s’ils le veulent vraiment (négocient leurs salaires en toute sérénité, n’aient plus l’impression d’être asservis par leurs patrons). Cette philosophie est à priori exactement aux antipodes de celle du gouvernement actuel qui veut obliger un chômeur à accepter (presque) n’importe quoi, ce qui me rend extrêmement perplexe quant à leurs intentions.

                              Sinon l’idée du RE me paraît bonne en elle-même, je serais plutôt pour. Et personnellement ça ne me dérangerait pas de savoir que certains compte dessus pour passer leurs journées aux surf. Personnellement je préfère dix mille fois un "assisté" du genre à un type payé à distribuer des pavés de publicités dans les boîtes aux lettres. C’est que ce genre de métier est vraiment utile à la société : gaspillage de papier, arnaques (des petits vieux surtout) avec les lignes importantes écrites en tout petit sur des publicités mensongères, etc... Et des métiers à la c** comme ça inutiles et même nuisibles à la communauté y’en a plein. Seulement pas le choix quand on a que ça comme boulot proposé on fait avec.


                              • Le péripate Le péripate 24 mai 2008 10:21

                                Ce n’est pas une idée gauchiste. C’est une idée libérale. Mais comme le libéralisme est inconnu en France, surtout à gauche où il est le Diable, ça a l’air gauchiste. C’est la preuve qu’il y a un libéralisme de gauche.


                              • Wywy Wywy 24 mai 2008 17:34

                                Ce que disait le milliardaire allemand en question, c’est qu’un tel système créerait artificiellement un état d’esprit de plein emploi dans la société. L’économie c’est 90% de psycho-sociologie, 10% de maths. Dans une société avec un chomage a 1% ce sont les employeurs qui court après les travailleurs pas l’inverse. Ce sont les employeurs qui sont en demande, donc les travailleurs qui propose l’offre.

                                La sollicitation au travail est manifeste dans le cadre d’une allocation universelle. N’étant plus contraint d’accepter un emploi merdique pour survivre, les employeurs doivent revoir leurs offres a la hausse, sous peine de disparaitre. Meilleur rénumération, meilleurs conditions de travail. Si l’employé se sent floué il s’en va. Il n’a plus peur d’être sans emploi. C’est la flexibilité et la sécurité pour tous en une seule mesure.

                                C’est tellement simple, que personne n’a eu l’idée de le faire en France. Ce n’est pas une mesure de droite, ni de gauche, c’est une mesure de bon sens. Ce n’est pas de l’assistanat. Quand au sufer il n’a pas attendu ca pour passer ses journées a surfé.


                              • Gary Gaignon Gary Gaignon 25 mai 2008 19:27

                                « C’est la preuve qu’il y a un libéralisme de gauche. »

                                Ouf ! C’est tiré par les cheveux...du moins au sens français de l’expression, contradictoir par culture. Milton Friedman était-il un "liberal" c’est-à-dire "gauchiste" en américain ? Tout le contraire. C’était un des penseurs du néoconservatisme de Reagan. Néanmois il a proposé une approche de l’abolition pure et simple de la pauvreté par la voie fiscale dite de l’impôt négatif. Ce qui est bien plus créatif comme idée de mesure radicale que beaucoup de gauchistes n’en ont jamais eue ! Surtout par sa simplicité et son faible coût d’administration.


                              • Laurent Watrin Laurent Watrin 12 juillet 2009 15:54

                                ouh la la... confusion et amalgame ne vont jamais dans le sens d’un débat serein. Je ne pense pas avoir écrit qu’il fallait cumuler RMI et RE. Je n’ai pas écrit non plus (car c’est faux) que l’idée était proposée par Fillon. Non elle est proposée par l’AIRE, association qui réunit des économistes et des citoyens de tous bords. C’est important de replacer les choses dans leur contexte. Mais si l’idée vous intéresse, c’est déjà ça de gagner.
                                Cordialement
                                Laurent


                              • orange orange 24 mai 2008 09:09

                                 

                                "Ce revenu cumulable avec tout autre revenu" "le pauvre comme le riche reçoient le même revenu d’existence"

                                En somme cela ne changera rien car le riche aura plus de moyen pour faire face aux difficulté que les pauvres

                                 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès