Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Le revenu de base, une solution pour les retraites

Le revenu de base, une solution pour les retraites

L'actuelle réforme des retraites suscite des oppositions et des interrogations sur son bien fondé. Est-ce que cette réforme ne va pas amplifier les problèmes au lieu de les résoudre ? Dans un contexte où l'économie est en panne de croissance, ne vaut-il pas mieux s'orienter vers une formule qui propose un changement fondamental de la société ? En s'appuyant sur l'aspect qualitatif des potentiels humains plutôt que de continuer dans des mesurettes anxiogènes qui créent de la pauvreté et de la précarité ?

Est-ce que ça ne serait pas judicieux de profiter des crises structurelles de l'économie pour mettre en place cette mesure ?

JPEG - 2.3 Mo
stand revenu de base

Actuellement, nous nous trouvons dans une double problématique contradictoire : Nous avons à la fois de plus en plus de mal à financer les retraites mais aussi à accéder à un plein emploi. Ce qui provoque un paradoxe.

La solution actuelle au problème des retraites est à la fois l'allonger le temps de cotisation mais aussi de retarder le départ de la vie active. On est ainsi passé de moins de 37 ans de cotisation à plus de 43 ans (réforme en cours). Et de 60 à 67 ans pour ceux qui n'auront pas pu cotiser pleinement.

Nous aurons donc de plus en plus de seniors sur le marché du travail tout en sachant que c'est la tranche d'âge la plus fragile et la plus sujette au chômage. En gros, nous avons de la difficulté avec l'emploi des plus de 50 ans et nous allons en rajouter avec les plus de 60 ans.

Un taux de 1,5% minimum par an de croissance économique est nécessaire pour absorber les travailleurs victimes des gains de productivités créés par les entreprises grâce à l'automatisation et à l'optimisation des tâches. Ce taux est désormais inatteignable. Les plus optimistes parient sur une croissance de 0,7% pour les 20 prochaines années (1). Il faudrait en plus que l'économie absorbe tout une classe d'âge entre 60 et 67 ans ?!?

Tout en sachant que si ils ne travaillent pas, ils ne cotisent pas. Ce qui ne va donc pas arranger la situations des caisses de retraites, mais va créer pour les intéressés une double peine : une précarité qui va s'ajouter à leur précarité.

En ne cotisant pas ou peu, ils partiront plus tard à la retraite, souvent avec un revenu minimum, ce qui créera une nouvelle classe de pauvre : les seniors. Les inégalités s'accentueront.

Dans le schéma du travail salarié n'est pas pris en compte l'activité bénévole, sous médiatisée et dévalorisée. Pourtant de nombreuses activités bénévoles sont utiles, voire indispensables au bon fonctionnement de notre société. Mais dans le même temps, de nombreuses activités salariés ne sont pas utiles à la société comme le relève l'anthropologue David Graeber dans son article « bullshit jobs » relayé par le journal Libération (2) et le webmédia Slate. (3).

Les retraités en bonne santé se sont littéralement engouffrés dans l'associatif et le bénévolat. Beaucoup de personnes commencent ainsi leur « véritable vie » d'après leur dire, à partir de la retraite car leurs revenus ne sont plus indexés à leurs activités. Les retraités actifs sont devenus une véritable force vive de la société.

Une autre voie que celle de créer un appauvrissement de l'activité par l'allongement des cotisations et le recul des départs à la retraite est possible : C'est le revenu universel de base (4).

La mise en place de ce revenu permettrait à la fois de résoudre le problème des retraites par un revenu moins cher à financer et plus égalitaire, mais aussi de résoudre le plein emploi qui coute chaque année à l'état des dizaines de milliards d'euro sans améliorer les conditions de vie en général.

La mise en place du revenu de base permettrait aussi de supprimer le clivage inter générationnel entre actifs et retraités. Il permettrait ainsi de redistribuer activité et revenu de manière plus équitable en prenant compte la préservation des écosystèmes et l'amélioration du cadre de vie.

Les modalités de financement du revenu de base sont multiples. Elles ont été étudiées par différents économistes de droite comme de gauche. Je vous invite à vous y référer.(5). Une pétition (initiative citoyenne européenne) est actuellement en cours pour étudier cette mesure dans les états de l'union européenne (6). C'est l'occasion pour les citoyens d'amener une solution aux financement retraites.

Emmanuel Coux

 

Sources :

1 - http://www.liberation.fr/economie/2013/08/12/la-croissance-un-totem-remis-a-zero_924484

2 - http://www.liberation.fr/societe/2013/08/28/y-a-t-il-un-phenomene-des-jobs-a-la-con_927711

3 - http://www.slate.fr/story/76744/metiers-a-la-con

4 – le revenu de base, une impulsion culturelle : http://www.youtube.com/watch?v=-cwdVDcm-Z0

5 - http://revenudebase.info/

6 - http://basicincome2013.eu/ubi/fr/

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.93/5   (41 votes)




Réagissez à l'article

127 réactions à cet article    


  • Rensk Rensk 7 septembre 2013 16:15

    Sauf que... dans notre constitution il est dit que la retraite doit couvrir « une fin de vie digne »... ce qu’elle n’a jamais fait et c’est pourquoi le 2ème pilier des assureurs privés a été rendu obligatoire (depuis ils ont crée un 3ème pilier pour les riches).

    Le 1er et 2ème pilier ne suffit pas a couvrir « une fin de vie digne » et donc il a été crée *les prestations complémentaires*...

    Moi je vous demande où vous allez mettre votre barème concernant le revenu universel de base... au vu que la Suisse ne se tiens pas a sa constitution (pourtant riche la Suisse non ?)


    • Rensk Rensk 7 septembre 2013 16:24

      Juste pour dire, nos villes ont fait un appel « au secours » :

      L’aide sociale = D’autres facteurs qui influencent ce taux sont la composition de la population et le marché local du travail. Le nombre de bénéficiaires de l’aide sociale âgés de plus de 50 ans a augmenté de manière significative. Pour ce groupe d’âge, l’accès au marché du travail est devenu plus difficile d’une part, d’autre part, les critères d’admission aux assurances sociales sont devenus plus restrictifs. La lacune qui en résulte doit de plus en plus souvent être comblée par l’aide sociale qui est ainsi confrontée à d’énormes défis.


    • viva 7 septembre 2013 17:20

      Le revenu de base ne sera jamais à l’ordre de jour. 


      La raison en est simple tout travail mérite salaire son corrolaire est que pour avoir un salaire il faut travailler. 

      Le système est plombé par les rentiers ce n’est pas pour le généraliser au plus pauvre.

       De toute façon il n’y a rien de gratuit de par ce monde, la contrepartie sera forcément exhorbitante il convient d’autant plus de ce méfier de ce genre de proposition qu’elles proviennes des néos libéraux. 

      Que ceux qui proposent cela nous montrent les petites lignes cachées dans le contrat.


      • howahkan Hotah Buddha 7 septembre 2013 17:32

        l’air est gratuit, l’eau le fut..cultiver soi même aussi, partager aussi, aider aussi , être sympa au lieu de rempli de haine aussi ,etc etc.....l’argent qui n’a jamais rien fabriqué donc n’est même pas nécessaire....tout devient gratuit en travaillant ensemble amicalement dans une société intelligente donc entièrement cooperative tout est gratuit car le travail collectif volontaire implique le partage pour tous , le travail collectif volontaire n’est plus un travail mais un bien etre....car c’est le seul moyen d’assurer le minimum vital par et pour tous..évidemment le bourgeois voleur et fainéant qui veut faire la guerre en Syrie et ailleurs pour voler comme d’hab ne veut pas de çà..mais le jours ou le peuple va avoir compris ce que je dis, ça va aller très très vite et ce jours approche smiley

        va juste falloir arreter d’avoir peur de tout y compris de son ombre..mais continuer a accepter une vie de merde même riche est sur le point de se finir.....


      • Stéphane Veyret Stéphane Veyret 7 septembre 2013 18:50

        tout travail mérite salaire son corrolaire est que pour avoir un salaire il faut travailler

        Je connais un certain nombre de femmes au foyer qui travaillent toute la journée pour entretenir la maison, s’occuper des enfants, etc. Elles ne touchent pas de salaire. Je connais des gens qui travaillent au Resto du Cœur pour aider les plus pauvres et qui ne touchent pas de salaire.

        Dans le même temps, il y a des gens qui conçoivent des nouveaux types de missiles. Eux touchent un bon salaire. Leur travail n’est pourtant pas indispensable à la société !

        Vous confondez le travail et l’emploi. Si tout travail mérite salaire, alors le revenu de base permettra de rémunérer effectivement tout travail, quel qu’il soit, y compris s’il n’a pas de valeur marchande.

        Le système est plombé par les rentiers ce n’est pas pour le généraliser au plus pauvre.

        Si l’on devait attendre la volonté des puissants, il y aurait toujours des enfants qui travaillent, il n’y aurait pas de retraite, pas de congés payés, etc. De temps en temps, les « faibles » doivent prendre leurs responsabilités et mettre la pression sur les puissants pour que l’on assiste à de forts changements.

        Que ceux qui proposent cela nous montrent les petites lignes cachées dans le contrat.

        La proposition me parait pourtant simple. Suffisamment simple pour bien voir qu’il n’y a pas, qu’il ne peut pas y avoir de « petites lignes cachées ».


      • Emmanuel Coux manu 7 septembre 2013 19:57

        Au 19e siècle, il était impensable que les enfants s’arrêtent de travailler pour étudier. En 1930, il était impensable d’avoir des congés payés, en 1946, alors que la France était ruinée et sortait à peine de la 2e guerre mondiale, il a été mise en place la sécurité sociale avec la retraite, l’allocation maladie puis l’allocation chômage.

        Depuis, on a mis en place les 39 heures travaillées, les 35 heures, le RMI et le RSA. Le revenu de base universel sera la marche suivante. Surtout avec les défis qui nous attendent : croissance en berne, crise économique, crise écologique.


      • Rensk Rensk 7 septembre 2013 23:31

        Si il l’est en discussion (et ce même si vous me moinsez)...Les initiatives 1:12, le salaire minimum a 4’000.-, le salaire abusif (déjà voté et accepté par les suisses) le prouve...

        Nous savons très bien chez nous (qui n’avons pas de crise de chômage... mais une crise d’étranger de l’UE)... que nous travaillons a notre propre perte en inventant toujours de meilleurs automates... que nous allons dans le mur a pleine vitesse.

        Bien sûr le patronat n’est pas d’accord... vu qu’il ne travaille pas... mais, c’est les votants qui font la loi et pas ceux qui achètent des « like » sur farce-bouc pour nous faire croire au dieu $ £ que nous n’aurons jamais en travaillant honnêtement et en payant des millions (qu’ils pourraient investir dans le social a travers les impôts au lieu de les détourner par l’étranger (France !) en publicité au bord des routes qui nous conduise au travail (esclavagisme)


      • Rensk Rensk 7 septembre 2013 23:35

        Monsieur n’a plus de grand-parent --- un petit arriviste qui ne sait ce qu’est la vie et oublie ce que ses propre parent ont « investi » en lui


      • Aqueuse 9 septembre 2013 20:52

        l’air est gratuit, l’eau le fut..cultiver soi même aussi, partager aussi, aider aussi , être sympa au lieu de rempli de haine aussi ,etc etc.....l’argent qui n’a jamais rien fabriqué donc n’est même pas nécessaire....

        L’argent, s’il est correctement contrôlé est une aide précieuse et pas un poison. Il permet de stabiliser l’économie, de réguler les échanges, de quantifier et donc d’optimiser la production (ce n’est jamais un mal, en premier lieu dans le domaine de l’agriculture). Il ne faut pas en avoir peur. Au final, le revenu de base n’échappera pas à la règle : il aura lui aussi besoin de régulation et de surveillance. Idéalement, il faudrait qu’il soit aussi égalitaire que possible déjà, à mon avis. L’avantage c’est qu’il sera bien plus facile à réguler que le système actuel, l’inconvénient, c’est qu’il crée de facto une forme de dépendance (soumission ?) évidente au gouvernement, alors que la démocratie exige une indépendance d’esprit et de corps des citoyens. La liberté. Si l’état établissait un chantage, des contreparties, un classement, pour l’octroi, la qualité ou la valeur de ce revenu de base (on a vu ça pour le RSA, alors ne soyons pas naïfs), la liberté de chacun serait en danger. Il faudrait donc faire particulièrement attention à qui gère ce revenu au sein du gouvernement et à qui contrôle cette gestion (une neutralité politique absolue).

        Autre chose : les inégalités sociales ont créées de nombreuses activités, salariées et bénévoles. Il ne faut pas se leurrer, elles ne disparaîtront pas : même avec un revenu de base, les citoyens restent inégaux de part leur niveau d’éducation, leur situation géographique, leur capital familial, etc. Je pense par exemple à l’accès aux soins, aux études, à la culture. Il ne faudrait surtout pas commencer à croire que l’argent est une solution à tout. En bref, cette mesure sera mise en place (vu notre situation actuelle, je croise les doigts et je parle au présent), mais elle ne sera pas suffisante pour garantir le bien-être de tous. Les luttes continueront et cette mesure n’est pas la fin.


      • Emmanuel Coux manu 11 septembre 2013 12:16

        Le revenu de base sera un outil pour améliorer la société mais pas une fin en soi. Il reste néanmoins une étape indispensable comme l’on été le fait que les enfants étudient au lieu de travailler, comme les congés payés, les divers droits sociaux, etc...

        Mais il faut néanmoins qu’une partie de la population veuille le mettre en place. La chape judéo-chrétienne est encore très forte avec la notion souffrance=récompense.


      • olivier cabanel olivier cabanel 7 septembre 2013 18:13

        bravo Emmanuel pour cet article,

        défendre le RU aujourd’hui s’inscrit exactement dans un ensemble de mesures qui ne mettent plus la croissance au programme des solution de relance de la croissance.
        le travail est mort, et aujourd’hui, le R.U est la seule solution qui pourrait permettre de s’en sortir par le haut.
        merci.

        • Stéphane Veyret Stéphane Veyret 7 septembre 2013 18:58

          le travail est mort

          J’ajouterai même que les êtres humains travaillent dur depuis la révolution industrielle afin de faciliter la tâche des travailleurs, afin qu’ils puissent faire le même travail en moins de temps. Nous nous efforçons depuis des décennies de nous libérer du travail. Ce n’est donc pas étonnant qu’aujourd’hui, il y en ait de moins en moins. Et c’est même bien, puisque c’est ce que l’on souhaitait. Il faut juste que l’on trouve un système qui corresponde à ce nouvel état de fait.


        • Emmanuel Coux manu 7 septembre 2013 20:00

          Je mets le lien de ton article qui peut illustrer mes propos :

           


        • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 8 septembre 2013 13:55
          Par manu (---.---.---.143) 7 septembre 20:00

          Quel lien ?...

        • marina zem marina zem 7 septembre 2013 20:35

          Très bon article , qui ouvre des perspectives !

          Merci

          • Jelena XCII 7 septembre 2013 20:39

            En guise de RU, dans les années à venir la france adoptera le modèle allemand, l’allemagne adoptera le modèle polonais et la pologne adoptera le modèle roumain... Il ne faut surtout pas croire que ce sera l’Est qui va s’aligner sur l’Ouest.


            • Emmanuel Coux manu 7 septembre 2013 22:40

              Voici un autre lien sur le revenu de base, les monnaies complémentaires et la relocalisation :

              (lien sur la vidéo)


            • Rensk Rensk 7 septembre 2013 23:55

              Faux Jelena, vous avez peur de l’avenir et c’est pas de notre faute... vous croyez encore aux multimillionnaires (milliardaires ?) qu’ils ont obtenus cet argent honnêtement (ce qui est une impossibilité légale)...

              Votre point de vue c’est possible un an maximum... après il y aura révolution dans nos démocraties (regardez autour de vous, les gens dédient bien des services car ils n’arrivent plus a suivre financièrement en travaillant a 100%) = la majorité appelé la classe moyenne commence a se révolter (elle est prise plus au sérieux que nous les ouvriers / employés « de base »)...

              Il y aura un changement c’est sûr, mais nous avons nos armes et munitions a la maison... payé par l’État qui nous faisait confiance et qui ne le fait plus aujourd’hui (et pour cause)...

              Vos compatriotes de l’ancien temps tue nos profs... et vous vous étonnez de la réaction du peuple ?...

              nan, vous comme d’autres serez réveillé un jour par la révolution dans des pays dit « démocratique » (Suisse y compris, malgré la démocratie directe)


            • Jelena XCII 8 septembre 2013 09:33

              @Manu Merci, mais je suis originaire de l’Est et ça fait longtemps que je ne crois plus au père noel.

              @Rensk La dernière fois qu’il y a eu un mouvement de révolte en France, c’était à la défense. 300 jeunes qui ont chanté en choeur « on veut des bisous, on veut des bisous », ce fut... très impressionnant.


            • Emmanuel Coux manu 8 septembre 2013 12:19

              Evidemment, si il n’y a pas de volonté forte politique mais aussi appuyée par un minimum de citoyens, il n’y a pas de changement. Ceux ci se font avec une mobilisation. Il y a eu des échecs, j’en conviens, mais aussi des réussites.

               

              Si personnes ne s’était battu pour la sécurité sociale, on ne l’aurait jamais eu, idem avec les congés payés et toutes les autres mesures sociales. Si même toi tu écris, c’est pour améliorer le quotidien. Où avec l’espoir de l’améliorer.

               

              Et contrairement à ce que tu penses, les pays de l’Est sont très moteurs pour le revenu universel. Et comme toujours, on peut voir le verre à moitié vide ou à moitié plein.

               

              Ce qui est important, c’est d’apporter l’idée, qu’une autre vision des choses est possible. Les récents articles dans libération (qui n’est pas un journal ni écolo, ni décroissant, ni de gauche particulièrement) et dans d’autres journaux sont des signes forts d’une évolution positive.


            • Jelena XCII 8 septembre 2013 19:39

              >> Et contrairement à ce que tu penses, les pays de l’Est sont très moteurs pour le revenu universel.

              Les pays de l’Est sont réputés pour être charitables envers les pauvres, c’est bien connu, il y a un « resto du coeur » dans chaque quartier ou presque.

              Blague à part, ce ne sont que des belles paroles dans les journaux, rien d’autre.

              Tant que les banksters seront à la tête de l’UE, le nivellement par le bas se poursuivra et la France n’y échappera pas, car l’UMPS ne propose, bien évidement aucune solution pour y échapper.

              Après pour ce qui est de la mobilisation des français, sachant que ça doit être le peuple le plus individualiste de toute l’europe, je te souhaite un bon courage.


            • Karol Karol 7 septembre 2013 21:35

              Il est vraiment temps de changer de paradigme. Le revenu de base universel et inconditionnel c’est bon pour les retraites, pour diminuer le temps de travail, pour lutter contre le chômage, pour l’éducation des enfants, pour les étudiants, pour les auto entrepreneurs, pour les agriculteurs, pour les artistes, ....
              Pour le financer : l’ensemble des aides délivrées conditionnellement et stigmatisantes comme le RSA, les bourses d’études, les allocations familiales, le minimum vieillesse, etc.. et comme le dit si bien Piketti dans son dernier bouquin " Le capital au XXI siècle, les riches s’enrichissent trop vite, les patrimoines s’envolent. Il y a de ce coté là beaucoup à redistribuer.
              Alors qu’attend le gouvernement pour mettre en oeuvre cette petite révolution qui en réinjectant de l’argent qui dort dans les patrimoines relancera l’économie et à terme désendettera l’Etat.

              J’ai écrit des papiers sur ce passionnant sujet :

              http://alternative21.blog.lemonde.fr/presentation/le-revenu-de-base-un-nouveau-paradigme/


              • Emmanuel Coux manu 7 septembre 2013 22:11

                Je vous remercie pour ces précisions et pour ce lien, très intéressant pour ceux qui veulent plus d’infos sur ce qu’est le revenu de base. En effet, il aura pour conséquence de rétablir plus d’équité entre les êtres humains. C’est surtout au niveau qualitatif que le revenu de base aura des répercutions.

                 

                 


              • Rensk Rensk 8 septembre 2013 00:05

                ** Alors qu’attend le gouvernement pour mettre en oeuvre cette petite révolution qui en réinjectant de l’argent qui dort **

                ben tien, votre gouvernement fait tout pour voler les économies des petit et moyens... regardez ce qu’ils font avec le livret A.

                Il y a de « l’argent qui dort » et votre État (dirigé par des pseudo socialiste) vont vous le voler « légalement » dans pas longtemps... ils ont trop besoin de vos économies...


              • Rensk Rensk 8 septembre 2013 00:32

                Le monde n’est vraiment pas une « référence » malgré ce que vous voulez croire... et pas voir !


              • bartneski bartneski 7 septembre 2013 22:27

                Ceux qui réfutent le revenu de base nous explique que plus personne n’ira travailler. Ce qui est faux car l’humain a naturellement besoin d’activités. La différence avec le système actuel est que l’individu effectuera un travail qui lui convient vraiment et sera de ce fait, beaucoup plus performant et productif. Nous avons tout à gagner avec ce système.


                • Rensk Rensk 8 septembre 2013 00:13

                  lol, il y a qu’à voir le nombre de mort en moins d’un an après la retraite (si vous regardez sur 5 ans c’est un génocide)...

                  Le besoin d’activité = c’est cacher sournoisement l’effet de l’esclavagisme avant la retraite... habitué a faire et être « quelqu’un » puis se retrouver n’être plus personne tue les gens (tous les psy peuvent confirmer cela)

                  Nous avons pas beaucoup de chômeur en Suisse par rapport a l’Europe... nous sommes pourtant au monde, après le Japon, le 2ème pays question suicide... (avant l’âge de la retraite nous sommes les 1er du monde)...


                • Rensk Rensk 8 septembre 2013 00:25

                  Tiens pour info... les hommes se suicident plus que les femmes... et plus l’âge avance les hommes sont dans le record... statistique de l’université genevoise = surprenant vu que nous sommes si fort en tant que mâles...

                  HUG = Hôpitaux Universitaire Genève


                • viva 8 septembre 2013 00:20

                  Bien souvent ceux qui travaillent ne parviennent pas à obtenir un salaire suffisant . Qui peux croire que demain il sera possible de percevoir un revenu sans rien donner en échange ? 


                  C’est du foutage de gueule. Les plus riches se plaignent de payer des impôts ce n’est pas demain qu’ils vont être gènéreux.

                   Le partage du travail parait plus réaliste et cela parait être déjà une utopie au train ou vont les choses.
                  Ce RU est une arnaque pour supprimer les acquis sociaux.

                  • Rensk Rensk 8 septembre 2013 00:43

                    Non, c’est vous qui n’ouvrez pas vos yeux... travailler est devenu de l’esclavagisme pour ceux qui ont un travail... Saviez-vous que deux haut cadre se sont suicidé en moins d’un mois en Suisse ?

                    -Le suicide du directeur des finances de Zurich Insurance Group

                    -Swisscom : suicide de Carsten Schloter, patron bourreau de travail


                  • Rensk Rensk 8 septembre 2013 00:50

                    Et vous oubliez que malgré l’interdiction des salaires abusif ,voté par le peuple, les boîtes « abusives » ne sont pas parti de Suisse... sauf l’américain, abusif question protection des données personnel... qui va partir dans pas longtemps, Yahoo de son nom


                  • Emmanuel Coux manu 8 septembre 2013 12:49

                    Le revenu de base est une mesure destinée à améliorer les acquis sociaux, à les renforcer. C’est la marche suivante dans la progression vers plus d’équité sociale.

                     

                    Je comprends que l’idée de donner un revenu sans contrepartie puisse choquer certaines personnes. Nous sommes encore dans le monde judéo-chrétien de la carotte et du bâton.

                    Et les acquis sociaux passaient dans l’opinion publique comme une « récompense ». Le congé arrivait à la fin d’une année de labeur, la retraite à la fin d’une vie de labeur.

                     

                    Seulement, les droits sociaux n’ont pas été mis en place comme des récompenses, mais plutôt des compensations non pécuniaires et comme des allègement de notre condition. Ils ont été mise en place pour une libérations des contraintes du travail.

                     

                    Le revenu de base peut désorienter même le plus vaillant des syndicalistes dans la mesure où le revenu est déconnecté de l’activité. C’est de suite, la peur de la décroissance et la peur du manque ; cette même peur qui a conduit vers un productivisme sans limite.

                     

                    Pourtant malgré une productivité hors norme, on voit qu’il existe toujours des pauvres. La solution passe par un changement qui ne prône pas la productivité.

                    Ce revenu de base, au contraire de ce que vous dites, arrive pour affirmer nos droits à cette libération. Et le moment est très bien choisi, car nous sommes dans un système paradoxal où la croissance des biens matériels ne peut plus être absorbé par la population.

                    Le revenu de base permettra plus d’équité, mais aussi d’assainir un système en bout de souffle. 

                     

                     


                  • Io Camille Kaze Io Camille Kaze 8 septembre 2013 18:56

                     “Qui peux croire que demain il sera possible de percevoir un revenu sans rien donner en échange ?”

                    Il n’y a que ceux ne sachant pas occuper leur temps eux-mêmes pour réagir ainsi. Ou qui ont toujours ce besoin de se faire « gouverner », parce qu’incapables de prendre des décisions. bref. ce n’est pas pour demain le revenu de base. La majorité est encore trop amoureuse de son asservissement. ça la sécurise.


                  • Emmanuel Coux manu 8 septembre 2013 20:03

                    La retraite, le chômage, l’assurance maladie, le RSA, le APL sont des revenu donnés sans un échange. A cela il faut rajouter les subventions aux personnes, aux associations, aux entreprises, aux comités ;

                     puis il faut rajouter les bourses d’études, de voyages, et ensuite car c’est moins visible, les dégrèvements d’impots, de taxes pour les gens, les associations, les entreprises.

                     Finalement, le revenu de base, n’est qu’une remise en ordre de tout ça. quelque chose de plus simple donc de plus équitable. C’est la suite logique des acquis sociaux.


                  • caullet 9 septembre 2013 12:33

                    Parce-que vous pensez qu’aujourd’hui personne ne perçoit une rémunération sans rien faire ?


                  • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 8 septembre 2013 07:22
                    Au
                    Revenu de Base financé par la Fiscalité sans Refondation du Capitalisme
                    on peut préférer le
                    Dividende Universel financé par l’Épargne avec Refondation du Capitalisme ?

                    Refondation du Capitalisme & Instauration d’un Dividende Universel par l’Épargne.

                    Lire, SVP :
                    Refondation du Capitalisme & Dividende Universel
                    ou/et
                    http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/3/40/ ... cerite.pdf

                    Le Parti Capitaliste Français ( PCF ) propose une synthèse socio-économique permettant d’instaurer une authentique compatibilité entre compétitivité et cohésion sociale ; entre compétitivité et solidarité.

                    Ce projet de « Refondation du Capitalisme et de création d’un Dividende Universel » se compose d’un Objectif Principal et de deux Objectifs Spécifiques qui découlent de l’objectif principal.

                    Objectif Principal :
                    Acquisition Citoyenne & Collective du Pouvoir Économique
                    Par un effort préalable d’épargne soutenu, les « démunis » (par opposition aux « nantis ») acquerront collectivement des actions du capital des entreprises du secteur marchand, banques incluses.
                    Cette participation au capital pourra être minoritaire (minorité de blocage) ou majoritaire.

                    Objectifs Spécifiques :
                    I)
                    Transformer le « capitalisme ordinaire » en un véritable 
                    Capitalisme Écologique, Anthropocentrique, Philanthropique et Équitable.
                    Les représentants des « démunis », démocratiquement élus, géreront ce patrimoine financier de manière à infléchir Recherche, Développement, Production & Commercialisation des entreprises contrôlées : Refondation du Capitalisme.
                    II)
                    Faire bénéficier chaque citoyen, même mineur, d’un 
                    Dividende Universel évolutif qui, de facto, éradiquera définitivement le concept même de chômage ainsi que celui de la « lutte des classes ».
                    II.1)
                    À terme, les profits des entreprises sous contrôle des « démunis » seront partiellement distribués à l’ensemble des « démunis » sous forme de Dividende Universel.
                    II.2)
                    a) Ceux qui le souhaiteraient pourraient s’arrêter de travailler et se satisfaire du Dividende Universel.

                    b) Ceux qui souhaiteraient gagner plus que le seul Dividende Universel pourraient travailler dans l’économie marchande et, éventuellement, y gagner des rémunérations faramineuses sans être accusés d’exploiter qui que ce soit.
                    II.3)
                    Si plus personne ne souhaitait travailler dans l’économie marchande, celle-ci s’effondrerait totalement et, avec elle, le patrimoine accumulé des « démunis » deviendrait stérile et interdirait le bénéfice du Dividende Universel.


                    • Robert GIL ROBERT GIL 8 septembre 2013 09:20

                      voici une piste a etudier egalement , qui a été soulever par Friot,

                      voir : TOUT LE PIB POUR LA COTISATION


                      • CN46400 CN46400 9 septembre 2013 11:47

                        Le propos de Friot est plus large que le« revenu de base ». Friot, en garantissant un revenu correspondant à la valeur de la force de travail acquise par chaque individu, brise la dépendance du salarié par rapport à son employeur. De même il libère l’employeur de la contrainte permanente de stoker assez de commandes pour occuper au maximum ses salariés.


                        Pour ma part cette solution ne sera applicable que lorsque le travail ne sera plus un « chagrin » mais un plaisir pour tous. Ce temps là n’étant pas encore venu, je croit que la solution Friot n’est envisageable qu’à 50% de la valeur de la force de travail, les 50% restant devant toujours être payés par l’employeur, quand le travailleur travaille.

                        En tout cas, il faut constater que, par la gràce de héritage, le travail n’est plus, pour la grande bourgeoisie, nécessaire pour vivre confortablement, de générations durant. Il n’est donc pas anormal que des bipèdes cherchent à généraliser cette situation à toute l’espèce !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Emmanuel Coux

Emmanuel Coux
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès