Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Le RSA, une solution de Surface

Le RSA, une solution de Surface

Les écarts sociaux se creusent, les caisses de l’Etat sont toujours de plus en plus vidées par un système libéral actif qui gouverne notre pays mais aussi l’ordre mondial dans sa globalité. L’argent est mal redistribué c’est une certitude, certain vive avec opulence et, ô combien savons-nous comme ils sont peu nombreux face à une large part de la majorité qui survit à peine. Comment pallier à cette étouffante réalité ?

Le RSA (Revenu Solidaire Actif) est-il une mesure adéquate ? Voici le témoignage d’un panel de parisiens actifs abordés dans ses rues, les avis, loin d’êtres divergents, sont révélateurs d’une idée unique  : cessons les complaisances et commençons par aborder les problèmes à la source !

Laurent Wauquiez, le ministre français des Affaires européennes, a proposé dimanche dernier au rendez-vous politique BFM TV-RMC un consensus aux « chanceux » bénéficiaires de minima sociaux. Pour « marquer l’écart avec celui qui travaille », la solution serait de les astreindre à des travaux d’intérêt général afin de réguler l’inactivisme et l’aporie des « chômeurs-fraudeurs » qui se reposent sur les aides de l’Etat pour vivre tout en ayant leur business implicite.

Michel, 57 ans est de celles qui vivent dans la précarité, plus précisément à Pierrefitte. Elle jongle entre nombre de petits boulots substantiels pour réussir à payer son loyer, les casses de sa voiture incessamment vandalisée et ses parties de Black Jack au casino. Elle ne touche pas le RSA, mais le chômage. Pour elle sincèrement, ce service aide une population dans une nécessité profonde effectivement, mais de là à parler de solution « faut pas nous prendre pour des zozos ». La somme du RSA est de à peu près 400 euros, s’agit-il de contrer la misère ou de la conserver en lui donnant à la becqué à peine de quoi subsister ? Pour elle, clairement « c’est un faux débat » qui cristallise toujours plus le fossé de richesse et les écarts sociaux. En attendant, c’est déjà mieux que rien mais il s’agit d’une « solution intermédiaire » à laquelle il ne faut pas se conforter, autant proposer de nouveaux emplois stables dans les secteurs publics au lieu de les vider de ses fonds !

Jàmon, 28 ans est un étudiant Erasmus Brésilien qui passe son doctorat en neuroscience, une tête. Il avoue ne pas être véritablement informé sur la question, mais, d’un point de vue étranger, aucun doute la France met en place des contrats tacites dignes de ceux effectuer au Brésil avec les pauvres. Il explique que dans son pays le système de recyclage des ordures n’est pas pris en charge par l’Etat, ce sont les gens de la rue qui s’en occupent et organisent leur propre redistribution par quartier défavorisé. Il ne s’agit pas d’un revenu moyen offert en échange, mais d’un prix fixe par tonne de déchet et matière recyclée. Ainsi, me dit-il, « tout le monde est content » la ville est propre, les plus démunis s’occupent et « croyez-moi il y a de quoi faire ». C’est si simple que ça... ? De ce point de vue-là ok, mais alors peut-on réellement parler de protection sociale ? N’oublions pas que la France possède des acquis sociaux qui font la grandeur et le prestige de sa nation, ne seraient ils plus qu’un leurre en cette ère irascible où même notre démocratie n’a plus raison d’être ?

Alexandre, 42 ans, est désillusionné. « Pourquoi ne pas commencer par creuser les problèmes à la racine, au lieu de s’évertuer à rabibocher le système en surface ? », il affirme l’incohérence de ces réformes qui s’évertuent à vouloir « soi disant » redynamiser le marché du travail alors que des millions de postes sont supprimés dans l’éducation et la santé. Pourtant, ces deux secteurs sont privés de ressources alors qu’ils sont censés êtres le privilège même de toute nation « soi disant » providentielle.

Laurent Wauquier s’insurge « des dérives de l’assistanat considérées comme le cancer de la société », mais qui a dit que le citoyen voulait être assisté ? Si déjà il pouvait être pleinement éduqué et jouir de son potentiel d’Homme au lieu d’être contraint à la survie, enfin nous pourrions parler de SOLIDARITE ACTIVE.

Le RSA, c’est pour qui ?

Les chômeurs qui ont épuisé leurs droits aux allocations de chômage et qui n’ont pas encore atteint l’âge légal de départ à la retraite. Ils sont inscrits comme demandeurs d’emploi et recherchent un poste, qui justifie de cinq ans d’activité salariée dans les dix ans qui précède la fin de leur contrat de travail.


Moyenne des avis sur cet article :  4.67/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • Taverne Taverne 27 mai 2011 16:54

    En attendant, le RSA est une solution pour remonter à la surface.
    Mais c’est tout...


    • AN221 AN219 27 mai 2011 17:26

      Pour certains,cette une solution pour dormir au chaud,manger,se vêtir,mais c’est tout...


    • nilasse nilasse 27 mai 2011 21:52

      excusez moi,mais touchant le rsa et étant partiellement handicapé,je peux vous affirmer que je ne mange pas a ma faim et qu’on me donne des vetements car je n’ai pas les moyens de me les payer. alors je vous prierais de ne pas dire ce genre de conneries.


    • AN221 AN219 27 mai 2011 23:14

      Expliquez-vous ?

      En chiffre.

    • nilasse nilasse 27 mai 2011 23:35

      je suis pas la pour m’étaler ou vous faire des confidences. patdu49 l’explique très bien en dessous. ce que je vous dis,c’est passez vous de dire des conneries, vous n’avez meme pas idées de la merde que c’est de vivre avec moins que le minimum vital. alors ne dites pas que nous sommes des glandeurs au chaud,qui nous bâfrerions tout en profitant de la société. une chose quant meme,avant d’etre dans cette mouise,j’avais une petite entreprise etr j’ai donné en 2 ans a l’etat 40 milles euros,c’est la moindre des choses qu’il m’en redonne un peu. 


    • AN221 AN219 28 mai 2011 00:11

      C’est bien comme tu dis t’es pas la...


      • patdu49 patdu49 27 mai 2011 18:13

        salut

        le dernier paragraphe, est un peu « court » ..

        et tu te mélanges les crayons avec l’ASS ( allocation de solidarité spécifique), concernant les 5 années d’activités pendant les 10 dernières années précedant la demande l’ASS c’est 50€ de + que le RSA par mois, et des plafonds atteignables + confortables ( si vie en couple, ou autres revenus hors travail ).

        pas besoin d’avoir déjà travaillé donc, pour prétendre au RSA.
        sauf si moins de 25 ans, et pas d’enfant à charge ( 2 ans d’activité sont alors exigés).

        le RSA socle, n’est pas un montant fixe par personne, le montant change, en fonction de la composition du foyer fiscal.
        et ce n’est pas un montant affiché, versé, c’est un plafond de revenus atteignables, RSA compris ..

        exemple RSA couple ou un parent seul avec un enfant de + de 3 ans : 588€ si non SDF.
        si par exemple une aide familiale régulière ou une pension alimentaire de 100€, le RSA sera alors de 488€ pour donc 2 personnes au foyer.

        desquels il faut oter la partie de loyer non couverte par l’APL.
        desquels il faut oter 3% l’an du capital ( exemple si un livret A )
        desquels il faut oter eventuelle prestation familiale

        Rappel, seuil de pauvreté 2008 ( en france il est calculé avec 3 années de retard) : 950€ pour une personne seule.
        RSA socle pour une personne seule 2011 ( revenu atteignable hors APL) : 410,95€



        • patdu49 patdu49 27 mai 2011 18:21

          voici un budget type  :

          On va prendre le cas du célibataire, au RSA, c’est la majorité des bénéficiaires, ça tombe bien.
          Il a pu d’emploi donc, du tout, il est locataire d’un T2 à 450€.

          REVENUS :
          son RSA non pas 466,99€ car il n’est pas SDF, mais donc 410,95€
          APL 248€ maximum (pour une assez grosse ville) sinon moins.
          TOTAL : 638,95€ ça va ? vous arrivez à suivre ?
          on va dire qu’il n’a aucune aide familiale régulière, qui serait déduite d’autant de son RSA, ni donc aucune autre ressource, puisque tout est déduit du RSA socle (sauf l’APL), qui est un plafond donc indépassable, qu’il n’a pas d’épargne sur un livret A, ou alors on lui oterai 3% l’an du capital (déduit du RSA) , alors que ça rapporte 2%, donc son épargne se transformerait en impot.

          DEPENSES :
          - loyer 450€
          - EDF GDF chauffage eau chaude 60€ ( réduction tarif social énergie de 5€ déduite )
          - eau assainissement 20€
          - internet/téléphonie mobile 50€
          - carte bleue - frais bancaire 5€
          - assurance habitation 8€
          - pas de complémentaire car CMU au cas où il tombe malade pour pas qu’il crève ou qu’il devienne contagieux
          SOUS TOTAL : 593€ ça va vous suivez toujours ? rien de choquant, de blingbling cette personne au RSA ?

          638,95 - 593 = 45,95€ par mois pour :

          - nourriture, boissons
          - tabac, journaux, timbres, papeterie, consommables, recherches d’emploi
          - déplacements ( pas gratuit dans toutes les villes )
          - ou entretien moyen de locomotion, carburant, assurance, etc ..
          - renouvellement électroménagers, multimédias, ameublement, etc ..
          - épargne coups durs ou projets
          - linge de maison ( draps housses qui se déchirent tout ça .. )
          - hygiène corporelle et domestique, coiffeur ..
          - sous-vêtements, vêtements, chaussures
          - vie sociale, cadeau noel, anniversaire, pas arriver mains vides, ou pouvoir recevoir, apporter bouquet de fleur à un proche à l’hosto etc ..
          - sorties, sport, culture, vacances changer d’air ..
          - payer une pension alimentaire si jamais il est divorcé ou séparé avec des mômes, recevoir ses enfants etc ..


          • AN221 AN219 28 mai 2011 00:29

            Un t2 pour un célibataire en HLM,cas très rare, plutôt un studio ou F1,450 euros ne représente pas le prix moyen national.Ensuite avec l’argent des futilités comme téléphone,internet plus carte bleue cela finance largement une CMU complémentaire et il en reste...


          • Marco07 28 mai 2011 11:17

            Ceci démontre clairement que les bénéficiaires du RSA vivent dans le luxe...



          • patdu49 patdu49 27 mai 2011 18:24

            là ou Laurent Wauquiez, à raison, pour ce foyer fiscal, célibataire, c’est qu’effectivement :

            le même foyer fiscal, par EXEMPLE, imaginons, mais qui a un CDI, au SMIC, à 30 kms de son domicile, avec voiture indispensable, sera aussi pauvre, voir + pauvre, en « reste à vivre » il pourra se retrouver aussi fauché, voir + fauché, que le pauvre au RSA, qui est pourtant LARGEMENT déjà sous le seuil de pauvreté. (seuil de pauvreté 950€ )

            Sauf que l’envoyer le RSAste, au travail, sans salaire, n’arrangera rien à rien, ni pour lui même, ni pour le SMICARD ( qui risquerait même de perdre son emploi, pour etre remplacé par des travailleurs gratuits, fléxibles, et renouvelables à volonté ).

            DEMONSTRATION SMICARD :

            REVENUS :
            - SMIC 1073€
            - APL 48€ ( baisse de 200€)
            - PPE ( prime pour emploi ) 80€
            TOTAL : 1201€ NET

            même dépenses que foyer du RSaste à savoir : 593€ ( vous suivez ? )
            dépenses supplémentaires :

            - perte tarif social énergie : 5€
            - perte éxonération taxe habitation : 40€
            - perte éxonération redevance audiovisuelle : 10€
            - perte CMU, complémentaire santé bas de gamme : 50€
            - cout déplacements 60 kms/jour X 21 jours X 0,35€ du km = 441€
            - frais repas sur place le midi (participation employeur déduite) : 21j X 4€ = 84€
            TOTAL DEPENSES : 1223€

            1201 euros moins 1223 euros = découvert 22 euros pour :

            - nourriture, boissons
            - tabac, journaux, timbres, papeterie, consommables
            - renouvellement électroménagers, multimédias, ameublement, etc ..
            - épargne coups durs ou projets
            - linge de maison ( draps housses qui se déchirent tout ça .. )
            - hygiène corporelle et domestique, coiffeur ..
            - sous-vêtements, vêtements, chaussures
            - vie sociale, cadeau noel, anniversaire, pas arriver mains vides, ou pouvoir recevoir, apporter bouquet de fleur à un proche à l’hosto etc ..
            - sorties, sport, culture, vacances changer d’air ..
            - payer une pension alimentaire si jamais il est divorcé ou séparé avec des mômes, recevoir ses enfants etc ..


            • Marco07 28 mai 2011 11:22

              Là il y a un véritable problème.

              (j’ai connu ça)

              bon 0.35€ du km, c’est le km facturé par une entreprise (donc ça peut baisser...)
              Cependant, il est clair qu’un smicard ne gagne pas assez (c’est ce qui me saute aux yeux)

              D’autres (riches) feront croire que c’est parce qu’un RSAiste gagne trop...

              C’est prendre le problème à l’envers.
              La réelle volonté au travail est motivé par l’appât du gain, personne ne veut être au RSA (car pas d’avenir possible financièrement)

            • Gargantua 27 mai 2011 22:10

              vous avez tous à fait raison, le RSA est une farce.
              C’est juste une mesure électorale, elle n’a aucune assisse et ne reflet pas la volonté du pouvoir de changer. Car si cela était vraiment innovateur ce n’est pas le RSA ce serait le revenu minimum national volontaire qui serait applique à toute personne qui n’a pas d’emploi à partir de sa majorité.
              Il y a un débat sur ce sujet et Si je plaide pour la conquête d’une liberté financière individuelle volontaire et la prise de conscience que nous avons à recréer une vraie démocratie, c’est que nous courrons à la catastrophe : nous détruisons notre environnement, nous ne prenons plus le temps d’éduquer nos enfants, asservis que nous sommes à des buts qui ne sont pas nôtres. Pour être euro ou mondial compatible, nous subventionnons par l’impôt des structures de transports au profit de puissances qui ne nous seront pas fidèles, et transformons notre pays en un casino où sous prétexte de libre échange, nous fermons les yeux sur les pertes, le désordre, les conséquences qu’entraînent des opérations dont le profit ri est qu’apparent, sans pour autant apporter les correctifs sociaux qui s’imposent.


              • AN221 AN219 27 mai 2011 23:12

                Expliquez-vous ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Eski Lasa

Eski Lasa
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès