Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Le rythme des mécontents

Le rythme des mécontents

Le gouvernement a réussi son coup. Après un débat marathon, il a décidé de couper dans le vif.

Lés élèves auraient donc classe durant quatre jours et demi par semaine, soit cinq heures les lundis, mardis, jeudis et vendredis et trois heures le mercredi matin ou le samedi matin.

Voici donc une heure de cours-élève de moins par semaine, soit 36 heures de moins pour l’année.

Darkos avait fait plus dans la « déscolarisation » puisqu'il avait enlevé 2 heures par semaine en 2008, mais le gouvernement socialiste continue.

Nous n’exagérons pas en évoquant une « déscolarisation » : encore une fois on retire des heures d'enseignement....

Si les collectivités locales ont le choix entre le mercredi matin ou le samedi matin, beaucoup vont choisir le mercredi matin scolarisé car la libération du samedi matin répond à une demande sociale très forte des parents et dans 16 mois on entre dans la campagne municipale.

Cette décision de réorganisation des rythmes scolaires prise au couteau ne va faire que des mécontents ou presque :

- Les chrono biologistes qui auraient voulu que l'on respecte les 7 semaines d'école, deux semaines de vacances sont « blousés ».

Pour ne pas gêner les hôteliers, agences de voyage, on garde les zones donc il n'y aura pas pour toutes les zones un rythme de 7-2, c'est mathématiquement impossible !

Les parents vont être contraints de revoir l'organisation de leur mercredi dans les territoires ayant choisi cette 1/2 journée pour faire classe.

-Les municipalités qui vont devoir organiser un accueil éducatif et ludique à plus d'enfants le mercredi après midi.

- Les associations qui vont devoir supprimer leurs activités le mercredi matin avec l'impossibilité de les organiser l'après midi, les créneaux d'occupation des salles étant déjà bien remplis.

- Les enfants qui pouvaient dormir un peu plus longtemps le mercredi matin.

- Les jeunes professeurs des écoles, qui ne bénéficient plus du logement de fonction, vont être obligés de faire des kilomètres le mercredi matin et faire garder leurs enfants l'après midi : dépense supplémentaire. Beaucoup commencent à reprocher à leur syndicat de soutenir le projet gouvernemental.

  • Les reconstructeurs de l'école qui ne cessent de dénoncer l'appauvrissement des contenus, aggravé avec la diminution des horaires.

  • Les transporteurs des groupements pédagogiques qui vont devoir modifier les circuits de leurs cars, trouver un accord avec les entreprises dont ils transportent aussi les employés,

  • Les défenseurs de l'égalité républicaine qui vont à juste titre pointer les différences de traitement entre les enfants qui vont quitter l'école à 15H30 et ceux qui vont avoir des activités péri scolaires diversifiées. Des communes n'auront pas les moyens de proposer des activités gratuites sportives et culturelles aux enfants.

Mais qui va s’en réjouir ? Les entreprises du genre Acadomia, qui surfent sur l’inquiétude des parents et vont proposer des cours de rattrapage de ce qui n’aura pas été enseigné faute de temps.

Un temps, les hôteliers et voyagistes qui poussent au zonage … tant que les familles ne sont pas ruinées par les inepties économiques du gouvernement.

Les horaires scolaires actuels sont déjà mauvais, mais là, on accentue.

A croire que le but est de dégoûter les élèves de l’école où l’on apprend de moins en moins. Pour faire des générations d’ignares soumis au « marché », à la publicité :

Nous exigeons que l'on sorte du « pacte budgétaire » européen qui « contraint » le gouvernement à faire des économies.

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  4.04/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 22 octobre 2012 10:50

    Encore une occasion ratée ! Un replâtrage supposé satisfaire beaucoup de monde (les chronobiologistes avec l’allègement de la journée scolaire, les enseignants auxquels on ne rajoute pas d’heures de service...) et qui va faire beaucoup de mécontents. Et il y aura encore moins de temps en classe pour les apprentissages fondamentaux !

    On aurait pu tout simplement rajouter une demi-journée de classe sans diminuer les heures de cours en attendant une profonde réforme appuyée sur une vraie concertation avec tous les usagers de l’école...
    Mais c’est comme pour la fiscalité : on prends des mesures dans tous les sens à la va-vite, sans vision d’ensemble. Y a-t-il un pilote dans l’avion ?

    • La mouche du coche La mouche du coche 28 octobre 2012 11:37

      L’auteur « Nous exigeons que l’on sorte du « pacte budgétaire » européen qui « contraint » le gouvernement à faire des économies. »

      Il semblerait que l’auteur commence à réfléchir par lui-même grace à de mauvaises lectures sur internet, et nous nous en réjouissons. smiley


    • Abou Antoun Abou Antoun 22 octobre 2012 10:56

      Trente ans que cela dure, trente années d’alternance pendant lesquels l’École a été détricotée patiemment par la gauche puis la droite. Et vous croyez que cela va finir. Les socialistes ont toujours étés globalement plus vite et plus loin que la droite dans la destruction, sauf peut-être pendant le dernier quinquennat où l’anormal a mis les bouchées doubles.
      L’histoire continue, c’est tout.


      • FERAUD 22 octobre 2012 10:58

        Chapeau Hollande , il réussit à se mettre tout le monde à dos, ce n’est même plus besoin d’avoir une droite


        • Alex Alex 22 octobre 2012 12:44

          Bonjour monsieur Chalot,

          Une question sans rapport direct avec votre article, et sans aucune arrière-pensée : qu’est que « l’éducation populaire » ?
          Issu d’un milieu modeste, j’ai reçu une éducation à la fois par ma famille et l’école républicaine ; dois-je en conclure que j’ai été éduqué « populairement » ?


          • CHALOT CHALOT 22 octobre 2012 13:21

            L"éducation populaire est un mouvement qui vient du 19 ème siècle avec les universités populaires et la Ligue de l’enseignement. Il s’agissait d’organiser en direction des enfants en dehors de l’école et en direction des adultes des activités culturelles accessibles ,de partager les savoirs et d’aider la population la plus en difficulté à devenir actrice dans le village ou la ville
            C’est un mouvement qui perdure et qui s’est diversifié : dans les associations familiales laïques par exemple, il ne s’agit pas seulement d’exprimer sa solidarité mais de permettre aux familles d’acquérir des savoir faire...Par exemple dans les permanences surendettement, on ne remplit pas les dossiers à la place des gens, on les accompagne pour qu’ils fassent eux mêmes.


            • Alex Alex 22 octobre 2012 13:59

              Merci pour ces explications. Je ne connaissais pas ce mouvement, et je pense qu’il n’était pas très répandu dans les villages en milieux rural, où j’ai passé mon enfance.


            • Mwana Mikombo 22 octobre 2012 15:43

              @l’auteur

              Simple et limpide ! Bonne réponse sur la signification de l’éducation populaire.


            • CHALOT CHALOT 22 octobre 2012 16:30

              Alex
              En milieu rural, il y eut aussi la création des foyers ruraux dès le Front Populaire et surtout à la Libération
               


              • CHALOT CHALOT 22 octobre 2012 18:03

                Sabine ! La scolarisation à deux ans dans de bonnes conditions, c’est un enseignant pour quinze élèves avec une ou deux ATSEM
                C’est ce que j’ai connu en Mayenne durant deux années scolaires.


                • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 22 octobre 2012 18:55

                  @sabine

                  Quand,dans mon village, on scolarisait les 2 ans, cela se passait dans de bonnes conditions et allégeait la facture des ménages obligés de confier leurs petits à des nourrices agréées (ou pas) chèrement payées. Depuis, on a refusé les 2 ans et on a fermé une classe à la maternelle, détériorant les conditions de travail du personnel et augmentant les effectifs par classe.

                • CHALOT CHALOT 22 octobre 2012 18:37

                  Sabine ! tout cela pour que les tout petits ne se retrouvent pas confinés dans un appartement ou en bas d’HLM
                  Les grands professionnels psycho.... vivent dans des pavillons, ils n’ont jamais vu comme moi et d’autres des petits bouts de chou livrés à eux mêmes !


                  • bernard bernard 22 octobre 2012 18:48

                    Continuons de supprimer des heures de cours aux « élèves »...
                    Ils sont tellement doués en math, histoire, géo, français, phys, chimie etc,
                    leur niveau ne pourra que s’élever.
                    Les « loisirs » sont tellement plus instructifs.

                    Après tout...


                    • CHALOT CHALOT 22 octobre 2012 22:06

                      Sampiero  ! ce n’est pas la gauche qui est au pouvoir mais le social libéralisme
                      Sabine ! Pourquoi pas l’école à 1an ? Parce que les enfants ne maîtrisent pas leurs sphincter.
                      L’école est un financement public national, la crèche est un financement personnel ( les familles paient), les institutions comme la CAF ne règlant qu’une partie.
                      La question sociale prime


                      • CHALOT CHALOT 22 octobre 2012 23:39

                        Chère Sabine

                        Mon positionnement n’est ni pédagogique, ni idéologique MAIS SOCIAL et c’est important
                        Je ne suis pas pour une scolarisation obligatoire à 2 ans mais la possibilité offerte d’une scolarisation qui peut dans un cadre précisé plus haut permettre une socialisation, un éveil et un début prometteur d’apprentissage de la langue : acquisition de mots.

                        Si je n’avais pas travaillé dans les cités, j’en serais resté comme vous opposé à la scolarisation possible, offerte à 2 ans mais il existe des réalités sociales à prendre en compte

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès