Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Le salaire du bonheur

Le salaire du bonheur

Dans ce monde de brutes, où l’argent et la violence règnent en maitres, où les grands patrons engrangent des bonus, des salaires, des avantages, de plus en plus indécents, un coin de voile s’est levé, démontrant que l’espoir, le sens du partage et l’intelligence ont encore un avenir sur notre belle planète bleue.

« Quand le dernier arbre aura été abattu, quand la dernière rivière aura été empoisonnée, quand le dernier poisson aura été péché, alors on saura que l’argent ne se mange pas »…disait le célèbre chef Indien Géronimolien

Il y a quelques temps, le livre de Thomas Piketty, « le Capital au 21ème siècle » (lien) avait bousculé les certitudes de PDG d’Aetna, (entreprise d’assurance maladie américaine), et l’avait décidé à augmenter le salaire de ses employés de plus de 10%, encourageant tous les cadres de l’entreprise à se plonger dans ce livre.

Dans son livre, Piketty constatait l’explosion des inégalités, remarquant qu’il valait mieux hériter que travailler, et prônant entre autres comme solution la taxation du capital. lien

Dans la foulée, le PDG d’Aetna s’était ouvert dans les colonnes du Wall Street Journal : « ce n’est pas juste une histoire d’augmenter les gens, il s’agit d’un nouveau pacte social  ».

Décision qui ne va pas faire les affaires des grands patrons américains alors que le débat sur les inégalités salariale fait rage aux USA, pays dans lequel la rémunération moyenne des patrons à augmenté d’environ 13%.

Pour autant, ce n’est pas une première, en février 2015 Wal-Mart, un des grands de la distribution, avait augmenté le salaire de ses 500 000 employés pour un coût de plus d’un milliard de dollars, et McDonalds promet d’augmenter le salaire de ses 90 000 employés.

Mais il y a mieux.

Daniel Kahneman, prix Nobel d’économie 2002, et Angus Deaton, économiste lui aussi, ont publié récemment une étude passionnante dans laquelle on découvre entre autres le montant du « salaire du bonheur »… lien

En effet, elle révèle qu’à partir de 75 000 $ annuels par ménage, gagner plus ne rend pas forcément plus heureux, ajoutant que pour ceux qui gagnent moins de 70 000 dollars annuels, une augmentation de salaire à un fort impact positif. lien

L’étude constatait que le revenu moyen des ménages américains était de 71 500 $ annuels en 2008, et qu’environ un 1/3 des ménages dépassait ce chiffre.

Pour mener à bien cette étude, 450 000 réponses portant sur « l’indice du bien être », se sont ajoutées à une enquête lancée par l’organisation Gallup, ciblant quotidiennement 1000 résidents américains. lien

Le salaire du bonheur serait donc à la hauteur de 70 000 $ annuels…

C’est ce qu’a poussé récemment Dan Price, un jeune patron américain, à partager les 90% de son salaire avec celui de ses employés.

Ce fondateur de l’entreprise « gravity payents  » installée à Seattle, ville dans laquelle le salaire minimum est déjà le plus élevé du pays, emploie 120 salariés, et ce patron de 30 ans, après avoir a donc décidé que tous les salariés de son entreprise, lui y compris, devaient toucher le même salaire, provoquant leur surprise, en déclarant le lundi 13 avril : « ce que je veux annoncer aujourd’hui, c’est que nous allons mettre en place, avec effet immédiat, une politique salariale instituant un salaire minimum de 70 000 dollars pour toute personne travaillant ici  ».

Il considèrait que son salaire était vraiment très élevé…1 million de dollars… et il a donc décidé qu’il restera à 70 000 dollars jusqu’à ce que l’entreprise retrouve les niveaux de bénéfice qui existaient avant ce changement de politique salariale. lien

La décision de Dan Price vient de provoquer dans notre pays une surprise originale.

L’animateur Cyril Hanouna, évoquant cette information, avait été mis au défi par ses acolytes de l’antenne d’Europe 1 d’en faire autant.

Défi que l’animateur a relevé, déclarant en direct sur l’antenne que les 90% de son salaire du mois de mai seraient partagés entre tous ceux qui œuvrent dans l’ombre pour animer son émission d’Europe 1 et de « touche pas à mon poste » sur la chaîne D8. lien

Finalement, il se serait ravisé, ( ?) passant de la générosité à la promotion de son émission TV et aurait décidé que ce seraient les 1000 premiers téléspectateurs de TPMP qui bénéficieraient des largesses de l’animateur s’ils twittaient l’émission. lien

D’ici à ce que les grands patrons français suivent l’exemple, on peut rêver sans se faire trop d’illusions, et pourtant les français interrogés sont largement majoritaires à trouver les salaires des grands patrons indécents et a réclamer des augmentations de leurs propres salaires, sans beaucoup de résultats. lien

Pour l’instant, chez Seita par exemple, les salariés n’ont obtenu qu’un petit 1%...alors qu’ils en demandaient modestement 1,5%.

On sait aussi que le patron de Renault, Carlos Ghosn, est comme chacun sait, le patron de Renault, et de l’entreprise Nissan.

En 2014, il a triplé sa rémunération chez Renault, et si on cumule celle-ci avec celle reçue chez Nissan, on arrive à la coquette somme de 15 millions d’euros. lien

Pourtant, la direction se refuse à la moindre augmentation générale des salaires, salaires bloqués depuis 6 ans. lien

Quant à Pierre Gattaz, le patron des patrons, il en demande toujours plus, et n’a pas hésité pas à réclamer un « salaire transitoire inférieur au smic pour encourager l’emploi des jeunes »… tout en augmentant sa propre rémunération de près de 30%.

Sur ce lien, le palmarès des salaires des patrons 2015, avec les plus belles augmentations.

Ce qui n’a pas empêché le nouveau ministre du budget, Emmanuel Macron, de déclarer récemment que les français étaient trop payés ...étonnant de la part d’un homme qui a gagné 900 000 € en 4 mois. lien

À y regarder de plus près, qui pourrait douter qu’une augmentation conséquente du salaire des employés, liée à une diminution importante de celui des patrons, serait de nature à arranger les affaires de ces derniers.

Il y a plus de 26 millions de salariés dans notre pays, et si ceux-ci se voyaient attribués « le salaire du bonheur », il y aurait largement de quoi relancer la consommation, et donc la croissance, de quoi faire la part belle aux entreprises. lien

Pour l’instant, ils en sont loin puisque les salariés gagnent en moyenne en France  2000 € mensuels, (lien) soit 24 000 € annuels bien loin des 65 000 € considérés par l’étude américaine comme seuil « du bonheur ».

Cette augmentation drastique serait bien sur liée à la diminution de celle des patrons dont on sait que la rémunération moyenne concernant ceux du CAC 40 dépasse les 2 millions d’euros. lien

En tout cas, il serait intéressant que tous les grands patrons du CAC 40 lisent la fameuse étude de Kahneman, et Deaton, espérant qu’ils trouveraient un moment pour la lire, mais on peut légitimement en douter…

Ils sont bien trop occupés à d’autres taches apparemment plus rentables, et il est probable que même si leurs employés se cotisaient pour leur offrir ce drôle de rapport, ils ne le liraient pas.

Cette étude pourrait aussi être offerte au président de la république, mais il est possible que la seule augmentation qui ferait plaisir à François Hollande, serait probablement celle de sa cote de popularité, au plus bas depuis des lustres, et qui risque de tomber encore plus bas.

Gageons que s’il prenait la courageuse décision de baisser de 90% le salaire des grands patrons des entreprises dont l’état est majoritaire dans le capital, en augmentant parallèlement le salaire des salariés, il pourrait bien gagner quelques points en popularité…et s’il décidait de limiter le salaire des députés et des sénateurs au salaire moyen français, soit 2000 €, il glanerait quelques points supplémentaires…et pourquoi pas l’appliquer aussi aux ministres qui bon an mal an coutent, avec leurs conseillers, et les primes, 85 millions d’euros. lien

Mais où est passé François Hollande, celui qui déclarait en 2012 : « je serai le président de la fin des privilèges  » ? lien

Restons dans le monde politique, et faisons un tour dans le parti d’extrême droite, le FN, pour découvrir que les valeurs de ses élus ne sont pas très glorieuses…

On se souvient qu’à peine élus, deux maires FN avaient décidé d’augmenter généreusement leurs salaires. lien

Mais il y a mieux.

Le conflit politique et familial qui a mis récemment le feu au FN débouche sur un aspect moins médiatisé : celui de l’argent du parti pour lequel père et fille sont manifestement prêts à aller à la castagne. lien

Ajoutons pour la bonne bouche que la décision des députés de s’octroyer des avantages supplémentaires en cas de défaite électorale, (doublement de la durée de leur indemnisation), a été décidée unanimement… FN y compris, lui qui prétendait avoir la tête haute et les mains propres. lien

Force est donc de constater qu’il y a toujours en politique beaucoup de distance entre les paroles et la réalité.

Comme dit mon vieil ami africain : « le singe qui monte au cocotier doit avoir le cul propre ». 

L’image illustrant l’article vient de cm1dazal.over-blog.com

Merci aux internautes de leur aide précieuse

Olivier Cabanel

Articles anciens

Valls avance et il recule

Un valls à deux temps

Nicolas Hollande ou François Sarközi

Le bras d’honneur hollandais

La France avance avec une canne

L’un promet, l’autre agit

La droite en rêvait, Hollande l’a fait

Le changement, c’est pas tout de suite

Le poisson d’avril hollandais

En marche pour une 6ème

Un président tétanisé

La taxe carbonisée

La retraite au flamby

Qui Hollande trompe-t-il vraiment

Hollande, un pays au plus bas

Des sous et des déçus

La sauce hollandaise ne prend pas

L’improbable révolte des sans

Qu’est-ce qui cloche ?

Monsieur « Plan Plan »

J’aime pas les riches

Faire sauter la banque

Le discours du Bourget partie 1-partie 2


Moyenne des avis sur cet article :  3.61/5   (66 votes)




Réagissez à l'article

169 réactions à cet article    


    • olivier cabanel olivier cabanel 24 avril 2015 09:18

      @Le p’tit Charles
      jolie citation tout à fait à propos... merci !


    • Marc Chinal Marc Chinal 24 avril 2015 18:15

      @olivier cabanel
      .
      Je ne sais pas si vous faites partie de ceux qui font une différence entre « argent » et « monnaie ».
      .
      Les ponts solides qui unissent ces deux mots devraient quoi qu’il en soit, vous montrer que JAMAIS vous ne soignerez un système monétaire quel qu’il soit, parce que l’équation « rareté/utilité » est toujours présente et engendre toujours les misères.
      .
      Dans votre exemple du patron américain, (à moins que j’ai mal lu) vous devriez ajouter que les hausses de salaire des employés dans l’informatique, ont fait exploser les prix de l’immobilier, chassant forcément ceux qui n’ont plus les moyens.
      Preuve supplémentaire que même en répartissant la monnaie, la misère est toujours et encore là.
      .
      Pourriez-vous réfléchir au problème ?


    • olivier cabanel olivier cabanel 24 avril 2015 21:57

      @Marc Chinal
      il ne s’agit pas de « répartir la monnaie », mais d’en finir avec les inégalités...de se remettre à penser solidarité partage....

      personne ne prétend que répartir plus égalitairement les salaires empêcherait la misère, puisque la misère n’est pas seulement du domaine financier...
      l’argent ne se mange pas disait Géronimo.
      l’idée porteuse est de dire que l’argent ne peut assurer le bonheur, évidemment.
      de là a accepter que le salaire d’un patron soit 400 fois plus important que celui de ses employés... il y a de la marge.
      l’étude des deux économistes est intéressante, parce qu’elle prouve qu’à partir d’un certain seuil financier, on n’est pas plus heureux pour autant...et surtout, en répartissant le bénéfice engrangé par l’entreprise d’une façon plus égalitaire est une manière de booster l’entreprise.
      si le salarié a un pouvoir d’achat plus important, il consommera plus facilement (ce dont je ne me réjouis pas en tant qu’écolo)... mais c’est un fait, et en devenant un consommateur plus efficace, il va enrichir l’entreprise.... faisant ainsi repartir cette croissance attendue par tant....
      perso, je pense qu’il vaut mieux stopper l’obsolescence programmée, qu’il faut fabriquer du durable, (nous savons le faire), et qu’il faut sortir du cercle vicieux consommation/croissance, pour aller vers un autre concept. vivre en harmonie avec ce qui nous entoure, arrêter tout gaspillage (y a du boulot), et consommer moins et mieux.
      voila...
      merci de votre commentaire.
       smiley

    • jobo0502 24 avril 2015 23:29

      @olivier cabanel

      Autre citation :

      « Pour les riches : des couilles en or. Pour les pauvres : Des nouilles encore. »
      Pierre Dac


    • Marc Chinal Marc Chinal 24 avril 2015 23:52

      @olivier cabanel
      Votre réaction est assez « frustrante ».
      Tout votre raisonnement jusqu’au dernier mot est juste, sauf le départ :
      .
      « il ne s’agit pas de « répartir la monnaie », mais d’en finir avec les inégalités... »
      .
      Chacun mérite de vivre tranquillement, or dans un monde qui utilise de la monnaie qui arrive à saturation, pour avoir un job, il faut le prendre à un autre. (principe connu des délocalisations/relocalisations)
      L’équation est donc impossible.
      .
      Quant à la notion de « bonheur »... Plus on est riche, plus on a de pouvoir, plus on peut faire des choses. Le bonheur de la simplicité volontaire a beaucoup moins de goût (malheureusement) que cette adrénaline là, rendue possible par l’utilisation de monnaie.
      Bref.
      Faites tourner cette idée dans votre tête s’il vous plait (et sans vous commander smiley )car trop de gens croient encore à la religion monnaie pour nous sauver des problèmes engendrés par la monnaie.


    • olivier cabanel olivier cabanel 25 avril 2015 07:15

      @jobo0502
       smiley


    • olivier cabanel olivier cabanel 25 avril 2015 07:18

      @Marc Chinal
      assez d’accord, sauf avec « plus on est riche, plus on peut faire des choses »...

      il reste toujours une possibilité a celui qui n’est pas riche, le pouvoir de dire non...le pouvoir de partager même s’il a peu, le pouvoir d’avoir une vision différente que celle que l’on nous propose, et c’est d’ailleurs ce qui est en train de se passer avec l’économie de partage, chère à Rifkin.

    • Jean Keim Jean Keim 25 avril 2015 08:18

      @Marc Chinal
      << Je ne sais pas si vous faites partie de ceux qui font une différence entre « argent » et « monnaie ».>>

      Pourriez-vous nous donner l’explication SVP, merci, ceci dit sans aucune malice ?

    • Marc Chinal Marc Chinal 25 avril 2015 16:55

      @Jean Keim
      Certains (chaque fois que j’ai eu cette remarque sur « la différence », les personnes étaient empruntes d’une culture marxiste), font une différence entre l’argent et la monnaie. Ils estiment que « l’argent c’est mal », c’est « le côté financier » du monde, des investissements, du capital, etc. Et que la monnaie, c’est ce qu’on en fait, « la monnaie n’est qu’un instrument de mesure », que c’est neutre, « propre », etc.
      .
      Perso je pense que cette vision des choses n’est pas en phase avec la réalité. L’argent de la finance peut se transformer en monnaie, et inversement, donc... c’est la même chose.


    • Jean Keim Jean Keim 26 avril 2015 09:47

      @Marc Chinal
      Merci pour votre réponse et elle me convient bien mais je ne savais pas comment interpréter votre question, il y a des différences subtiles entre argent et monnaie, il suffit de compulser un dictionnaire pour le constater mais en fait ces deux termes sont synonymes. Leurs emplois est idiomatique.

      L’origine du mot monnaie est intéressante, il vient du latin Moneta qui signifie sans doute celle qui avertit, était un surnom de Junon à Rome, Juno Moneta ; c’est dans son temple qu’on fabriquait la monnaie ; de là moneta prit le sens de monnaie. Il est possible que la création de la monnaie est un sens religieux.

    • lloreen 26 avril 2015 12:16

      @Jean Keim

      Ni l’ argent ni la monnaie ne sont des solutions.

      L’ argent comme l’ or sont des minerais et servaient de base aux échanges entre les différents pays ou entre les différentes communautés, même s’ il y avait des alternatives.
      Plus la société était développée plus les échanges étaient intenses.Les vues expansionnistes de la classe dirigeante ont fait qu’ il y a eu la ruée sur l’ or dans les différentes parties du monde avec son florilège de tueries et de vols.

      Au fil du temps, comme cela devenait trop pénible de devoir payer des gens, même misérablement pour extraire ces minerais, et trop dangereux pour circuler avec , l’ idée de centres de dépôts sécurisés (futures banques) a germé dans la tête de quelques « malins » .
      Ils distribuaient aux déposants des billets de dépôt en échange de l’ or et finalement les gens ont trouvé qu’ il était plus commode de s« échanger ces billet entre eux plutôt que de chaque fois devoir retourner dans ces centres pour y retirer la quantité d’ or requise pour la transaction, au risque de se le faire voler au passage.
      A l’ époque, ces petits »malins" organisaient quelquefois eux-mêmes les attaques grâce à des complices pour ancrer l’ association de dangerosité (or=vol) dans la tête des gens, idée qui a fait son chemin puisque cette peur a franchi les siècles ...

      C ’est à l’ époque des orfèvres que certains banquiers peu scrupuleux ont commencé à imprimer plus de billets de dépôts (les ancêtres des futurs billets de banque) qu’ ils n’avaient d’ or en dépôt et c’ est cette escroquerie que les descendants de ces escrocs couvrent jusqu’ à nos jours en inventant le système de l’ argent -dette ( création de la FED 1903).

      Vous trouverez des informations intéressantes à ce sujet dans le lien suivant :

      http://www.dossiers-sos-justice.com/media/00/01/517365590.pdf


    • Marc Chinal Marc Chinal 26 avril 2015 17:41

      @lloreen
      à une précision près : l’argent dette est une théorie qui n’a aucun fondement réel.
      (voir débat ici... un peu long mais... utile).
      .
      Le but de cette théorie de l’argent dette est de faire croire que « si les citoyens étaient à la place des vilains banquiers, tout irait mieux », mais c’est juste un discours démagogique manipulatoire organisé par des politiques qui veulent être calife à la place du calife.
      .
      Exemple : dire que c’est avec 5 à 8 % d’argent réel qu’elles font des crédits. C’est faux, même si ce chiffre correspond bien à un taux de réserves obligatoire (qui sert pour éviter les défauts de paiement). Mais pour le reste, les banques vont cherche l’argent là où il est, elles ne le « créent » pas réellement.
      .
      On ne fait JAMAIS de l’argent avec rien, sauf les banques centrales, et pas dans n’importe quelles conditions. (et pour info, la FED est constituée de plusieurs banques centrales de différentes gros états US. Les banques privées placent leurs billes et font du lobbying, mais ce ne sont pas elles qui dirigent ce bordel).


    • Marc Chinal Marc Chinal 26 avril 2015 17:44

      @Jean Keim
      « Il est possible que la création de la monnaie ait un sens religieux. »
      .
      C’est vrai que sans croyance en la valeur de « l’objet » avec quoi on échange... ben... pas d’échange.
      .
      En plus il y a un clergé (ceux qui ont le droit de gérer), il y a « le dieu tout puissant » (argent)...
      Merci pour vos informations. :)


    • Jean Keim Jean Keim 26 avril 2015 18:23

      @lloreen
      Merci, j’ai ouvert le lien et lu le contenu, je le relirais à nouveau car le comprendre n’est pas évident en 1ère lecture et il conforte l’intuition que j’ai depuis qq. temps qu’en fait il n’y a qu’une banque (la banque mondiale) qui de dévoile à travers une multitude d’enseignes.


    • JL JL 26 avril 2015 18:30

      Bonsoir Marc Chinal,
       
      J’aurais tendance à penser que ce n’est pas la théorie de l’argent dette qui est sans fondement, mais plutôt votre interprétation personnelle de cette théorie.
       
      Mais ce n’est qu’un point de vue.


    • joletaxi 26 avril 2015 19:21

      @Marc Chinal

      waouwwwww lire ça,ici

      ici Mossieur, la doxa c’est les banques créent l’argent ex nihilo point
      éventuellement, une centrale à crottes de biques peut remplacer Flamanville.

      vous savez, je vous trouve sympa, mais je crois que partout où l’on entre, il faut respecter les codes:ici on se découvre, là on retire ses « slash », la on se couvre d’une soucoupe, ben ici, sur avox ,il y a aussi des codes, et le mythe de l’argent créé ex nihilo fait partie de ces codes.

      Après, c’est vous qui voyez hein


    • JL JL 27 avril 2015 08:40

      @joletaxi, Marc Chinal,
       
      la création ex nihilo et l’argent dette sont deux notions distinctes.
       
      Vous ne nierez pas pas que les banques se rémunèrent sur les intérêts d’un capital virtuel (ie : qu’elles ne possèdent pas) prêté. C’est la rémunération du risque dit-on. En fait de risque, c’est la toujours in fine, collectivité qui assume selon le principe capitaliste : gains privés, pertes publiques.

      Comme l’emprunteur rembourse plus qu’on ne lui a prêté, il y a bel et bien création de monnaie. Cette augmentation de monnaie correspond grosso modo à la croissance. Ce qui me fait dire que c’est toujours le capital qui engrange les bénéfices de la croissance. Et ceci explique cela, l’addiction des capitalistes à la sacro-sainte croissance.


    • Jean Keim Jean Keim 27 avril 2015 09:11

      @Marc Chinal
      Il est évident que l’argent dématérialisé par l’informatique ou palpable symboliquement par les billets soit créé par le principe de la dette, cette dernière étant effacée par le remboursement plus les intérêts qui eux sont réels puisque représentant un bien acquis, palpable.

      L’actualité nous donne des exemples de ce mécanisme comme les milliers de milliards d’euros "prêtés par la BCE aux banques européennes.
      Les banques vont chercher l’argent là où il est effectivement (là où il est artificiellement créé) car ce sont les mouvements de l’argent qui provoquent l’enrichissement du système et principalement de ceux qui l’organisent et c’est la généralisation de cette organisation à l’échelle mondiale qui produit des gains monstrueux. 
      Comme le montre très bien le lien de Lloreen, quand un emprunt rapporte par son utilisation X à son bénéficiaire, il rapporte XXXXX au préteur, autrement dit un emprunt rapporte plus à ceux qui prètent, de ce point de vue ils sont des parasites.
      Le système comporte beaucoup de niveaux, depuis la banque de proximité jusqu’à l’ultime prêteur/créateur d’argent et à chaque changement de niveau un profit intermédiaire est engrangé. 
      Il y a aussi un avantage à cette organisation, elle est difficile à comprendre globalement et cette opacité la protège.
      On retrouve cette organisation dans tous les aspects de la société, comme la distribution des biens de consommation, les multinationales, la politique etc..

    • JL JL 27 avril 2015 10:39

      @Jean Keim, bonjour,
       
      je ne dirai pas que ce sont des parasites, mais que ce sont des usuriers par le fait qu’ils s’enrichissent plus que de raison.


    • joletaxi 27 avril 2015 11:24

      @Jean Keim
      l y a aussi un avantage à cette organisation, elle est difficile à comprendre globalement

      et de fait vous ne semblez pas avoir compris grand chose


    • joletaxi 27 avril 2015 11:37

      @JL
      les banques se rémunèrent sur les intérêts d’un capital virtuel (ie : qu’elles ne possèdent pas) prêté.

      le fait que le capital prêté n’appartient pas le plus souvent en propre à la banque, ne rend pourtant pas ce capital virtuel, et la banque, pas plus que vous, ne dispose gratuitement d’accès au capital,et ce n’est pas pour la plaisir que la banque vous rémunère pour que vous cantonniez sur un compte votre petit capital.
      Il faut en finir avec cette fable :la banque crée la monnaie ex nihilo

      l’emprunt augmente la masse monétaire ?
      de fait, l’emprunt est un pari sur l’avenir, et normalement ,une fois le pr^t remboursé, il devrait y avoir création de valeur.
      Mais c’est loin d’être la règle : quand vous achetez une voiture à crédit, dès la porte du garage franchie, vous avez déjà détruit de la valeur.
      Sur la multitude des prêts, certains créent de la valeur, d’autres non.
      En période de croissance, il y a normalement création de valeur, et la demande en capitaux augmente, ainsi que sa rémunération ; le rôle de BC est alors de réguler ces mouvements pour éviter des évolutions trop fortes, dans un sens comme dans l’autre, par création de monnaie, en acceptant des créances en garantie, soit au contraire, en restreignant cet accès et en le rendant plus cher.
      Mais la création monétaire est bien le fait de la BC


    • JL JL 27 avril 2015 12:29

      @joletaxi
       
      Vous avez parlé là pour ne rien dire : tout ce que vous dites est déjà contenu dans mon post auquel vous prétendez répondre.
       
      Désolé.


    • olivier cabanel olivier cabanel 27 avril 2015 13:15

      @JL
      je vous admire pour votre mansuétude.

      le petit jo n’est la que pour jouer les trolls de fortune, tentant de se faire passer pour un « homme qui pense »... rien de plus.

    • Marc Chinal Marc Chinal 27 avril 2015 16:47

      @JL
      Voir débat ici : http://www.agoravox.tv/actualites/economie/article/feodalisme-monetaire-preter-49492#forum12995912

      mais je pense faire une vidéo spécifique explicative à partir des vidéos qui circulent sur l’argent dette, car vraiment, trop, c’est trop. Un tel foutage de gueule permanent par des soit-disants rebelles... Bref.
      A suivre (ou pas).


    • Marc Chinal Marc Chinal 27 avril 2015 16:56

      @JL
      « la création ex nihilo et l’argent dette sont deux notions distinctes. »
      .
      A voir les vidéos explicatives sur le sujet.... je ne crois pas.
      (même si foncièrement, c’est deux « phrases » différentes« .)
      .
      Le principe manipulatoire de ces vidéos démagogiques c’est justement de faire croire que la création est ex-nihilo pour ensuite légitimer de ne pas payer ses dettes.
      .
       »les banques se rémunèrent sur les intérêts«  - oui.
      .
       »d’un capital virtuel (ie : qu’elles ne possèdent pas) prêté. « Vous voyez déjà que vous jouez sur les mots. »Virtuel« veut dire qui n’existe pas. Alors que »elles ne possèdent pas« ne veut pas dire que le capital n’existe pas du tout avant d’être prêté.
      Que les banques ne soient que des intermédiaires (parasites ou non), c’est un autre débat.
      .
       »Comme l’emprunteur rembourse plus qu’on ne lui a prêté, il y a bel et bien création de monnaie. « 
      .
      A suivre votre raisonnement, ce serait donc l’emprunteur qui créerait de la monnaie et non le fait d’accorder un crédit !?! :D
      .
      En réalité, tout ça est un jeu de dupes car effectivement, l’argent que l’on doit rembourser »en plus" il faut le trouver et en général, c’est dans la poche du voisin sous une forme ou une autre (prises de part de marché, emploi pris au voisin, etc).


    • Marc Chinal Marc Chinal 27 avril 2015 16:58

      @Jean Keim
      c’est pour ça qu’il est temps de passer à autre chose.
      Une société post-monétaire.
      Je vous laisse être curieux.


    • JL JL 27 avril 2015 19:21

      @Marc Chinal,
       
      votre post c’est du négationnisme classique en la matière.
       
      Non, ce n’est pas un marché de dupe : l’emprunteur rembourse de sa poche, les intérêts, par de l’argent provenant de sa richesse, celle qu’il a ou aura créée. Ne confondez pas svp, création de monnaie et création de richesses.


    • joletaxi 27 avril 2015 19:35

      @olivier cabanel

      oh Mage omniscient , pourquoi ne pas nous concocter un petit narticle sur le fonctionnement des marchés financiers, et au passage une explications des fluctuations du prix des patates ?

      car voyez-vous, pour la majorité , surtout ici, c’est loin d ’être clair


    • joletaxi 27 avril 2015 19:36

      @JL

      si déjà vous potassiez un peu la compta ?
      vous pourriez alors me montrer où se trouve créée la monnaie dans le bilan d’une banque

      pour la création de richesses, je vous revoie à l’exemple de la bagnole


    • Marc Chinal Marc Chinal 28 avril 2015 01:54

      @JL
      Comme dit par Joe le Taxi, l’argent « de sa richesse » ne vient pas de nulle part, il faut bien le prendre à quelqu’un.
      « négationnisme ».... la prochaine fois on aura droit à « nazi »...


    • Jean Keim Jean Keim 28 avril 2015 08:49

      @JL
      Oui si vous voulez, simple question de vocabulaire, néanmoins un parasite prospère au détriment de celui qu’il infeste.


    • JL JL 28 avril 2015 08:52

      @Marc Chinal
       
      l’argent « de sa richesse » provient du travail, le sien en l’occurrence, du moins dans la plupart des cas sinon toujours, concernant les personnes que je fréquente.
       
      Ps. Je vois que vous avez peur des mots ? Mais pourquoi pas, puisque vous persistez à nier ce qu’il y a de sensé dans la parole des gens qui ne pensent pas comme vous.


    • Jean Keim Jean Keim 28 avril 2015 09:05

      @joletaxi
      Comprendre est un processus très difficile à comprendre, notre savoir est limité à son propre contenu et donc la pensée également, aller au delà demande un mode de perception différent.

      Comprendre les mécanismes financiers, le principe du prêt avec intérêt, la création de l’argent, etc., est une chose et percevoir ce que cela induit dans la communauté humaine en est une autre, par exemple se demander si prêter de l’argent avec des intérêts est un démarche acceptable est également un aspect du problème.


    • Marc Chinal Marc Chinal 28 avril 2015 13:46

      @JL
      « l’argent « de sa richesse » provient du travail, »
      .
      Heu... vous le faites exprès ?
      Cette monnaie qui est échangée contre son travail, il est généré spontanément ? (comme avec la théorie fumeuse de l’argent dette ?)
      Non, il vient bien de quelque part, en l’occurrence de la poche d’un autre (le client). Et comme nous sommes dans un système de salariat concurrencé, ce travail qui génère un salaire, est pris à au voisin. (on appelle ça « prendre des parts de marché »).
      Compris ?
      .
      Peur des mots ?
      Nouveau contrefeu pour ne pas argumenter ?


    • Jean Keim Jean Keim 28 avril 2015 14:29

      @Marc Chinal
      Oui, oui, il faut passer à autre chose ! Peut importe la relative réalité que peut avoir l’argent, l’argent est un cancer, nous devons nous soignez pédant qu’il est encore temps. 


    • Marc Chinal Marc Chinal 28 avril 2015 15:05

      @Jean Keim
      Alors rejoignez un des collectifs post-monétaires, où créez-en un si dans votre région il n’y en a pas ! :)


    • JL JL 28 avril 2015 15:20

      @ Marc Chinal,

      que peut-on argumenter contre quelqu’un qui est accroché à ses certitudes, et surtout à ses craintes comme une moule sur son rocher.

      J’ai été l’un des premiers ici à expliquer le mécanisme, autant d’un point de vue comptable que financier, et j’ai expliqué ci-dessus à joletaxi qui n’a rien compris, puisqu’il a répété la même chose, mais avec ses mots à lui en croyant m’expliquer.

      Bis repetita
       : Les banques se rémunèrent sur les intérêts d’un capital prêté et qu’elles ne possèdent pas en totalité. Elles appellent cela rémunération du risque. En fait de risque, c’est toujours in fine, la collectivité qui assume les pertes selon le principe capitaliste : gains privés, pertes publiques.

       

      Comme l’emprunteur rembourse plus qu’on ne lui a prêté, il y a bel et bien création de monnaie. 

       

      Autrement dit : les banques créent la monnaie qui les rémunère d’un risque qu’elles n’encourent pas.

       

      Vous comprenez ?


    • Marc Chinal Marc Chinal 28 avril 2015 17:54

      @JL
      " Comme l’emprunteur rembourse plus qu’on ne lui a prêté, il y a bel et bien création de monnaie. "

      .
      Cette seule phrase suffit à votre décrédibilité.
      Je n’ai donc rien à ajouter smiley


    • JL JL 28 avril 2015 19:06

      @Marc Chinal,
       
      je suis d’accord, cette phrase est idiote.
       

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès