Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Le suicide en entreprise

Le suicide en entreprise

C’est passé presqu’inaperçu tant le focal de l’actualité reste bloqué sur l’affaire Bettencourt et ses remous judiciaires. Pourtant le directeur général de France Télécom  a admis contre l’avis de l’IGAS qu’un de ses salariés s’était bien suicidé consécutivement à des problèmes professionnels au sein de l’entreprise. Cela équivaut de fait, à classer son décès dans la catégorie des accidents de travail.  

Il aura fallu tout de même plus de 30 suicides entre 2008 et 2009 et 17 pour la moitié de l’année 2010 pour que la direction de France Telecom en admettre officiellement un seul et convoque la presse.


Stéphane Richard prend donc le risque que sa décision soit comprise comme un geste politique envers les salariés et les syndicats de l’entreprise plutôt que comme un geste d’humanité ou un remord. C’est vrai  que le nouveau directeur n’était pas comptable de cette affaire puisque c’était à l’époque, Didier Lombard qui assurait la direction générale de l’entreprise. Le même Didier Lombard qui fut contraint de démissionner ; le même Didier Lombard qui a du parapher la décision de son nouveau directeur, puisque cette décision doit avoir l’aval du président du conseil d’administration ; ce que Didier Lombard est devenu après coup.

Si on entre un peu plus dans le détail de l’affaire, on s’aperçoit aussi que cet employé marseillais s’était donné la mort après avoir laissé une lettre accusant sa hiérarchie de  pratiquer « un management de la terreur ».  C’était moralement difficile de ne pas en tenir compte. Enfin ce n’était pas le décès le plus couteux pour l’entreprise puisque cet homme vivait apparemment seul, sans conjoint, ni enfant. France Telecom n’aura donc pas, pour le coup, à verser de pension aux ayants droits.

Je peux sembler assez cynique dans mon rappel des faits, mais j’observe depuis plusieurs années dans le monde du travail, que des hommes et des femmes de plus en plus nombreux, souffrent socialement. Et qu’un même cynisme médiatique entoure leur désarroi jusqu’à ce qu’ils  décident d’en finir avec la vie. On ne parle au fond que très peu et très mal de ces actes isolés qu’on étouffe ensuite très rapidement en les classant à la rubrique des faits divers.

Malgré tout, on est beaucoup à avoir accompagné jusqu’au cimetière, des connaissances, collègues ou amis qui soient passés à l’acte.  Et je ne trouve pas beaucoup d’intellectuels, de politiques ni même de sociologues pour commenter ou réfléchir à la raison pour laquelle nous en sommes arrivés là !

Plus de 50 suicides pour la seule entreprise France Telecom en même pas trois ans ! Je trouve cela très inquiétant et pas du tout anecdotique.

Pourtant l’hypothèse qu’on peut facilement émettre serait d’affirmer que le système économique soit devenu totalement incontrôlable. Que dans cette crise éthique que nous traversons,  accentuée par la crise économique et financière, les salariés sont perpétuellement acculés à nier certains fondamentaux qui ont construit leur moi social.

Chaque jour, parce qu’ils n’ont pas d’autres choix que d’aller travailler, ils rejoignent un monde du travail qui renie leur statut, qui casse leur idéal de métier et qui n’assure plus la fameuse promotion sociale liée à une certaine méritocratie.

En désavouant les principes qui régissaient ce monde du travail, on observe un nombre toujours plus important de suicides au sein de l’entreprise.

Les travaux de Christophe Dejours, fondateur de la spychodynamique du travail sont sans réserve à ce sujet. Ce psychanalyste est certain que ces suicides parlent moins d’une problématique de vulnérabilité personnelle que d’une problématique de vulnérabilité du système. Un système qui serait en train de devenir fou et de dysfonctionner.

Cette société serait malade, au bord de l’explosion sociale, traversée par une première crise invisible qui ne serait pas prise en compte par les économistes et qui expliquerait l’augmentation inquiétante des suicides.

Au fond, dans cette première étape d’observation, les individus au lieu de faire exploser le système, préfèreraient pour le moment imploser sur le lieu symbolique de leur activité professionnelle en mettant fin à leurs jours.

Christophe Dejours va plus loin, en affirmant que si habituellement le suicide est lié à une vulnérabilité de la psyché personnelle, il serait lié ici à une vulnérabilité de la structure économique. Ce qui revient à dire que ceux qui se suicident sur leur lieu de travail ou à cause des conditions insupportables liées à leurs conditions de travail, ne seraient pas ceux qui seraient les moins bien intégrés. Au contraire, ils font partie de ceux qui sont bien souvent extraordinairement bien intégrés au système ; des cadres pour la plupart qui rejetteraient la déraison de celui-ci. Il s’agit d’un constat réalisé à la fois sur le terrain de l’activité professionnelle et le terrain individuel.

Quand le manque de sens est si flagrant et qu’il faut chaque jour adhérer à ce manque de sens, on est dans un phénomène d’érosion du sujet qui peut conduire jusqu’à la mort individuelle ; enfin dans cette première étape.

C’est passé presqu’inaperçu tant le focal de l’actualité reste bloqué sur l’affaire Bettencourt et ses remous judiciaires. Pourtant le directeur général de France Télécom  a admis contre l’avis de l’IGAS qu’un de ses salariés s’était bien suicidé consécutivement à des problèmes professionnels au sein de l’entreprise. Cela équivaut de fait, à classer son décès dans la catégorie des accidents de travail.  

Il aura fallu tout de même plus de 30 suicides entre 2008 et 2009 et 17 pour la moitié de l’année 2010 pour que la direction de France Telecom en admettre officiellement un seul et convoque la presse.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 4 août 2010 12:04

    oui , récemment un employé de Le Creuset s’est suicidé car il ne supportait plus les cadences infernales imposées depuis le début des affaires Woerth !  smiley


    • spartacus spartacus 4 août 2010 15:23

      La france est malade du chômage de masse.
      La valeur de l’emploi est ressentie avec trop d’importance dans l’esprit des français.
      En France perdre son emploi est terrible, angoissant.

      Il faut éduquer les gens à relativiser.
      Je perds mon emploi, chouette je peux me reconvertir et faire autre chose.
      Avec l’état d’esprit de la population c’est compliquer comme message à faire passer.


      • herbe herbe 4 août 2010 17:45

        Si vous ne l’avez pas encore vu, je vous recommende de voir d’urgence le film :

        http://fr.wikipedia.org/wiki/In_the_Air

        Vous comprendrez pourquoi ...

        (Je vous donne même le lien pour le voir en streaming c’est gratuit (enfin presque, il y a des trucs pour tenter de vous abonner mais vous aurez le choix ...) :

        http://www.dpstream.net/film-73361.html&nbsp ;&nbsp ; )


      • kouros kouros 4 août 2010 19:22

        Je me permet de citer un extrait d’un article de Doctisimo :

        Un effet de génération

        Mais les études soulignent un effet de génération. En effet, lorsqu’il y a une augmentation du taux de suicides dans une tranche d’âge donnée, qui n’existe pas dans le reste de la population, c’est qu’il ne s’agit pas d’un effet contextuel. Il s’agit alors d’une sorte de comportement particulier d’une génération donnée. Par exemple, les générations nées avant 1930-40 se suicident moins que celles nées après 1950. Les générations du Baby-boom sont celles chez qui on observe la plus forte montée du suicide. C’est particulièrement vrai chez les hommes. Comme le souligne la DREES, ce phénomène est lié au fait que les individus nés la même période ont vécu les mêmes événements (guerres, crises…) ou ont acquis des systèmes de valeurs similaires. Les Baby-boomers, après avoir affronté les déceptions de mai 68, le choc pétrolier, la montée du chômage, semblent plus vulnérables.

        Article complet :

         http://www.doctissimo.fr/html/psychologie/mag_2003/mag0131/dossier/ps_6444_ suicide_france_etat_lieux.htm

        Ceci va dans le sens de Christophe Dejours. Et si il y a une influence importante de l’environnement économique et social, cela devrait faire nous poser quelques questions sur le chemin que suit notre société.




        • Causette Causette 4 août 2010 20:31


          toute les idéologies ’communisme, capitalisme, socialisme, libéralisme), et j’en passe, depuis des décennies ont propagés l’idée que sans travail tu n’est RIEN.
           
          alors, que font les syndicats pour ceux qui ont perdu leur travail ? les chômeurs, les Rmistes ? ... pas mieux que les patrons et les gouvernements je pense, c’est demerdez-vous !

          alors malheureusement, quand une personne rencontre des difficultés au travail, ça stresse au point que la vie devient insupportable ; la solidarité entre collègues de travail est devenue pratiquement nulle, on culpabilise forcèment.


          • M.Junior M.Junior 5 août 2010 09:34

            Comment évoquer le management de la peur sans prendre en considération l’évaluation qui permet d’institutionnaliser toutes les tricheries ?

            Pour certaines entreprises, la mort d’employés peut s’avérer particulièrement rentable et cela sans une once de cynisme mais de prévoyance sur l’état du système.

            Cet état totalitaire qui se profile dans les entreprises comme le rappelle si bien Christophe Dejours interroge plus pour des questions d’impacts sur les ventes que par un réel souci de responsabilité sociale.

            France Telecom a vu ses clients annuler significativement leur contrat suite à la médiatisation des suicides.
            Est-ce que les super vigies ont disparu de FT ?

            Pensez-vous vraiment que les formations pansements Gestion du stress sont une solution durable. Le curatif est indissociable du préventif et la cour de cassation l’a très bien rappelé aux entreprises en leur envoyant un signal d’alarme !

            Des liens et des preuves

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès