Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Le travail dominical fait débat chez Ruquier

Le travail dominical fait débat chez Ruquier

Samedi soir, sur le plateau d"On n’est pas couché", nous avons eu droit à un débat sur le travail du dimanche des plus inattendus entre Lorànt Deutsch, Jean-Claude Dassier, Soan et Laurent Ruquier. Étrangement les deux journalistes Natacha Polony et Aymeric Caron sont restés silencieux sur le sujet, mais passons.

C’est tout d’abord Lorànt Deutsch qui a ouvert les hostilités en nous disant qu’il est contre cette extension.

Avec calme le comédien nous a déclaré que nous avions vaincu tous les totalitarismes (à voir), qu’ils soient religieux ou autres, et qu’aujourd’hui nous vivions sous le totalitarisme de la consommation.

Pour lui ne pas travailler le dimanche est un acte de Résistance.

Un discours plutôt courageux alors que les médias dans leur grande majorité, qu’ils soient de gauche ou de droite, nous disent qu’il faut généraliser le travail dominical.

D’ailleurs c’est un des leurs présent sur le plateau, et pas des moindres, qui vient s’opposer à la position de Lorànt Deutsch, l’ancien patron de LCI, Jean-Claude Dassier.

L’ancien Présient de l’OM, où il était rémunéré 90 000 euros par mois, (c’est lui qui le dit), et accessoirement proche de Sarkozy, vient de suite nous servir le discours de la pensée unique avec son culot habituel.

Tout d’abord il en a marre des syndicats, les travailleur veulent travailler le dimanche, il faut les laisser travailler (c’est beau de voir ces gens écouter enfin le travailleurs). Et le monsieur est capable de disserter pendant des heures sur le sujet, habitué qu’on laisse ce discours passer et repasser dans nos médias sans la moindre contradiction.

Mais là intervient un élément perturbateur,un trublion, un vulgaire chanteur venu d’un radio-crochet diront les mauvaises langues, qui ose mettre les pieds dans le plat.

Il coupe Dassier, mais "les gens ne veulent pas travailler, l’argent leur suffit"

Dassier réplique, "ils sont même allé manifester devant Matignon "

Soan : "Avec 90000 euros par mois il est facile d’être pour, donnez-leur 5000 euros"

La seule réponse de Dassier, c’est j’en donne 50000 aux impôts.

Et Soan de balancer l’uppercut qui fait mouche

"Comme c’est choquant de voir un type qui gagne 90000 euros par mois de dire aux gens d’aller bosser le dimanche , comme c’est choquant ."

Terrible cette phrase non ?

Un coup porté à tous ces friqués qui passent leur temps à nous faire la morale.

Dassier n’a plus d’argument, il se retourne vers Ruquier comme le boxeur qui n’en peut plus et qui attend que son entraîneur jette l’éponge pour venir abréger ses souffrances. Il est KO le pote de Sarko.

Et Ruquier l’homme de gauche qui se moquait il y a quelques semaines encore de ceux qui s’opposent au travail du dimanche, ménage la chèvre et le choux en bel hypocrite qu’il est :"Les gens sont obligés mais avec la crise on ne peut pas faire autrement ."

Lorànt Deutsch reprend la parole. Pour lui il ne s’agit que d’une vision à courte vue, qui au final servira juste à banaliser le travail du dimanche.

Et Soan de conclure, "on n’est pas là pour demander au peuple de fermer sa gueule".

Avec ses mots à lui, et n’hésitant pas à mettre tous les arguments sur la table, l’ancien vainqueur de la Nouvelle Star a secoué le cocotier hier soir chez Ruquier, il a ébranlé la pensée unique ultralibérale.

Comme quoi c’est possible, mais faut-il encore donner le droit à la parole à ceux qui pensent autrement.

Et c’est bien là qu’est le problème, à force de ne jamais contredire ceux qui servent le même discours à longueur de journée, de nombreux français finissent par croire qu’il n’y a pas d’autres solutions que celles qu’ils nous imposent.

Mais on sait déjà ce qu’ils vont dire, ce n’est que démagogie et populisme.

De la démagogie et du populisme face à l’indécence, la vulgarité et l’esclavagisme de tous ces hommes aux lingots d’or et aux cœurs Dassier.

 (A partir de 50 secondes environ)

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.17/5   (63 votes)




Réagissez à l'article

153 réactions à cet article    


  • eric 14 octobre 2013 10:45

    Tartuffe and co
    Les données du problème, c’est qu’un tiers des salaries (8 millions !) travaille en tout ou partie les dimanches. et on ne parle pas des non salaries. Cela commence avec la fonction publique et finit avec les boulangers.
    Les mêmes qui prennent la pause devant Leroy Merlin ou Bricorama, descendraient dans la rue si ils n’avaient pas de bus pour aller chercher les croissant de leurs brunchs du dimanche matin, si les urgences leurs disaient revenez Lundi, ou si les flics de police secours leur répondaient, « la bande qui essaye de rentrer chez vous, regardez les bien pour pouvoir nous donner leur signalement le moment venu... »

    Non seulement ils ne sont pas contre le « travail » le dimanche, mais ils ne sont meme pas contre qu’on gagne de l’argent le dimanche. Non, ils sont contre que « des grandes surfaces appartenant a des grands groupes capitalistes gagnent de l’argent le dimanche... » Et en particulier dans le domaine du bricolage...

    Que l’arabe du coin reste ouvert tous le temps pour se tirer un gros smic, cela les arrange plutôt. Que le smicard de chez Castorama double son salaire le week end, cela ne l’intéresse pas. A croire qu’être a gauche va de pair avec une certaine allergie au travail manuel et au bricolage. Quand on connait le nombre d’intello, de profs et autres militant qui traitent les manuels de bac moins trois,on se dit qu’il y a une piste....
    Ils menace de faire la gréve des achats pour protester contre l’exploitation et la consommation.
    J’y croirai quand il feront la gréve du bus pour ne pas cautionner le travail le dimanche.


    • Laurenzola Laurenzola 14 octobre 2013 11:06

      @Eric,

      Je ne partage pas votre analyse, il ne s’agit pas de supprimer l’ensemble de l’activité le dimanche, un service minimum est évidement souhaitable, mais la généralisation de travail dominical n’apporte rien à l’économie, c’est prouvé par l’expérience.

      La seule chose que ça permettra, c’est d’autoriser l’esclavage à 100%, le salariat mondialisé n’est rien d’autre.


    • eric 14 octobre 2013 11:23

      Et alors ? Si cela apporte a ceux qui travaillent le dimanche ? Il n’y a pas que l’économie dans la vie, il y a aussi l’humain....Quand un tiers du salariat, a commencer par la fonction publique est concerne, ce ne sont pas les ouvertures de quelques supermarchés qui changeront assez la statistique pour pouvoir parler de generalisation.
      Beaucoup de nos fonctionnaires travaillent le dimanche avec les compensations qui vont bien. la position de leurs syndicats, puisque ce sont eux qui les gèrent, ressemble beaucoup a une autre de leurs position celle la plus politique. L’exclusivité nationale. Il est nécessaire d’avoir un passeport français pour déposer une lettre a la boite, même a diplôme égal avec un étranger, Mais il serait inacceptable qu’un employeur prive préfère un local a un étranger.
      Laissez nous bosser le dimanche, la nuit, etc... parce que nous sommes au service du public, mais pas questions que les autres en fassent autant. Vous croyez au désintéressement vous ? Aux gens qui vous disent faites ce que je dis, pas ce que je fais ?
      Tient, plein d’intermittents du spectacle travaillent de nuit, les week end et le dimanche... Allez vous faire la greve du spectacle ? parce que du point de vue de l’apport a la croissance ou a l’emploi .....Et je ne vous parle même pas des émissions tv en direct le week end. Pour ce que cela nous rapporte...


    • bubu123 14 octobre 2013 14:58

      déjà il faut arrêter de comparer l’incomparable


      on ne compare pas les urgences ou la police avec un magasin de bricolage et une grande surface, c’est du bon sens. Je ne me rend jamais dans les magasins le dimanche, on à bien le temps pour sa dans la semaine. Le dimanche je vois ma famille et mes amis




    • eric 14 octobre 2013 19:00

      Et la baguette vous l’achetez ou pour le déjeuner avec les potes et la famille ? Et pourquoi les autres devraient vivre comme vous ?
      Le Brico pret de chez moi, c’etait double paye samedi dimanche. Tu rajoutais le lundi et tu avais fait ta semaine. Et plus si affinités...
      De toute façon il y a des gens qui bossent le le dimanche dans les grands le commerce. Livraisons, réassorts, maintenance. Non, ce que l’on veut interdire c’est bien de vendre, et pas a tous, a certains.
      A Moscou, Leroy Merlin est ouvert 24/24. de toute façon il y a du monde en rayon ( voir ci dessus). Tu mets 2 caissières, et tu fais du chiffres. Il y a plein de gens qui préfèrent acheter tard quand cela roule, que de perdre du temps dans la journée dans les bouchons.
      Et les profs qui preparent leurs cours et corrigent leur copies pendant le week end ? C’est de l’exploitation de l’homme par l’homme ? des gens qui n’arrivent pas a remplir leurs tache dans les temps impartis ? Pourquoi vous ne protestez pas ?
      Quand a celui qui dit, de toute façon, l’homme n’est pas fait pour travailler, en quoi est ce qu’il le serait plus la semaine que le dimanche ? C’est quoi cela ? Un reste de cléricalisme mal digéré ? « Et le septieme jour, il se reposa ? »
      Sur des sujets dont a l’évidence vous ne savez pas grand chose, vous prenez les uns et les autres des position de principe en décalage total avec la réalité.

      A nouveau, la vraie question c’est pourquoi ? a ce stade je reste sur mes positions. Les gens comme vous sont hostiles a ce que des grosses boites gagnent de l’argent, même si cela convient a des travailleurs, soit du fait de leur rythme de vie, soit du fait de leur besoin d’argent, soit pour d’autres raisons qui leur sont propres.

      Mais pas seulement

      Tant que la durée legale du travail est respectee, que les heures sup sont payees en heures sup et les dimanches en dimanche, il n’y a pas de problemes de principe. Au fond, a part l’aspect, ce serait encore mieux si ces boites crevaient ( l’anticapiltalisme le plus borne) il y a peut être aussi « on ne supporte pas les gens qui ne vivent pas comme nous ».


    • appoline appoline 14 octobre 2013 20:09

      Eric a raison, c’est quand cela vous arrange de tolérer le travail du dimanche. Les premiers à gueuler seraient aussi les premiers à en remettre une couche si on leur supprimait leurs privilèges, car les urgences, très cher, ne le sont plus depuis bien longtemps, on y croise tous les tocards de la terre et leur bobologie et ceux là, effectivement il faudrait leur dire de repasser lundi. Fini le café du dimanche matin, la liste est longue mais là, nous avons les beaufs qui viendraient baver qu’il ne faut pas tout confondre


    • eric 14 octobre 2013 21:04

      C’est même pire que cela, ils ne savent pas de quoi ils parlent. Ils s’en foutent. Parce que la question présente, c’est est ce que les magasins de bricolage ont le droit d’ouvrir, comme ceux de jardinage ou les Ikea qui ont deja le droit, compte tenu qu’ils vendent souvent les mêmes choses...
      Et ils sont contre. Par a priori, sans savoir, par idéologie. Par indifférence aussi a ceux qui sont concernés. Les magasins, les employés, les clients...


    • bubu123 14 octobre 2013 21:25

      vous m’avez pas bien compris

      pour moi TOUT les magasins doivent etre fermé le dimanche, point

    • eric 14 octobre 2013 22:45

      Ben voyons ! cela fait un siècle qu’ils sont des tas a être ouvert et on se réveille pour les seuls Brico leroy ? A d’autres....


    • bubu123 14 octobre 2013 23:03

      ah ouai un siecle carrement !


    • TSS 14 octobre 2013 23:52

      Le Brico pret de chez moi, c’etait double paye samedi dimanche.

      C’est faux !ce n’est vrai que pour le Dimanche.

      de 35H à 42H(c’est à dire le Samedi) ce n’est que 50% et encore pas toujours !


    • eric 15 octobre 2013 08:33

      Vous devriez vraiment lire le NO, source incontestable puisque « de gauche ». Une enquête approfondie ( une fois n’est pas coutume) montre des salaires a 150% le dimanche....
      A nouveau, a l’ère de l’internet, il n’est toujours pas indispensable de savoir de quoi on parle pour en parler, notamment de façon péremptoire, mais cela devient plus difficile d’ignorer le réel...

      Dans les grandes surfaces aujourd’hui, les vrais scandales sociaux sont ailleurs. C’est comme dans les administrations. C’est chez les sous-traitants que les gens sont exploites. Ainsi, les livraisons a domicile sont parfois faites par des officines qui elles, vraiment, font bosser les gens tard, sans souci des horaires, sans payer les heures sup etc.... Mais la, il faut s’intéresser aux problèmes sociaux pour le savoir. Et les semaines n’ont que 35 heures pour certains. Difficile de « marier les tous », d’interdire de vendre a certains commerce soigneusement selectionnes et d’avoir assez de temps pour s’intéresser aux pauvres.

      Pour memoire, les administrations ont beaucoup plus recours a ce type de précaires que les boites privées.( chiffres disponibles partout). Elles sont curieusement beaucoup moins controllees. Pire avec les emplois sans avenir, l’actuel gouvernement institutionnalise au frais du contribuable,le recours aux petites mains exploitées pour alléger la charge de travail des statutaires absolument débordés....

      Il serait temps que, même a gauche, certains s’intéressent aux vrais problèmes sociaux plus qu’au bas de bilan des grandes surfaces et a la destruction du capitalisme...


    • arnulf arnulf 15 octobre 2013 18:54

      Oh qu’il est confus, touffus, tout fou le Monsieur.
      Il répond à des questions qui ne sont pas posées et attaque des propositions qui n’ont pas été faites.
      Le Monsieur devrait peut-être postuler comme merdiacrate. Il pourrait être journaleux et passer ses jours à rendre flou ce qui est clair et à engranger les sous pour enfin finir pipol dans TV magasine.
      Le Monsieur a-t-il une rolex ? Sinon il a raté sa vie..


    • eric 15 octobre 2013 21:38

      Mediacrate ? Journaleux ? Dans vos reves ! Je ne vote pas a gauche moi....


    • eric 16 octobre 2013 08:15

      Et oui, un siècle au moins, espèce d’inculte ! Avant 1905, le dimanche était sacre.... Et vous croyez que c’est un hasard si les mêmes sont pour interdire a certains magasins tries sur le volet l’ouverture qu’ils autorisent aux autres et si ils veulent supprimer de nouvelles fêtes religieuses tout en interdisant de travailler le dimanche ? la laïcité de combat progressiste a toujours été un prétexte pour diminuer les avantages des travailleurs et nous n’avons toujours pas vraiment retrouve le nombre de jours fériés qui prévalait avant la révolution française. Dans les cosmogonie de gauche, pousser a l’effondrement du système sous le poids de ses propres contradictions, vient bien avant dans les priorités par rapport aux condition de vie concrètes des travailleurs. Il est dans la nature même des gauches de cacher leurs pratiques anti sociales sous des phraseologies pseudo sociales...


    • escoe 20 octobre 2013 18:05

      Mediacrate ? Journaleux ? Dans vos reves ! Je ne vote pas a gauche moi....

      Barbier, Giesbert, Calvi et Pujadas votent à gauche ? On ne me dit rien à moi....


    • Robert GIL ROBERT GIL 14 octobre 2013 11:24

      le salarié ne décide de rien, les gens pensent que les salariés sont volontaires, mais comment ne pas être volontaire quand on travaille avec des contrats à temps partiel, et que l’on est précaire. Car, petit rappel : un contrat de travail est un contrat de subordination. En clair : « je suis sous les ordres de mon employeur ». La notion de volontariat dans le choix de travailler le dimanche ou tard le soir est un leurre complet, si je ne suis pas volontaire, mon employeur trouvera toujours une façon de l’imposer. ........

      voir : TRAVAILLER LE DIMANCHE, PUIS TARD LE SOIR, ET ENSUITE…


      • rocla+ rocla+ 14 octobre 2013 11:52

        Gil si t’ en veux pas du contrat de travail rien ne t’ y oblige . 


        Tu peux te mettre à ton compte comme ça en plus , si tu es 
        capable tu gagneras un peu d’ oseille . 

        mais pour ça c ’est pas de la gueule qu’ il faut , ou des 
        copiés collés .

      • appoline appoline 14 octobre 2013 20:13

        Exactement, les gens râlent mais ne veulent pas se bouger le cul, il faut assumer dans la vie, c’est avec ce genre de courage qu’on arrive dans une telle merde. Bah oui, il n’ose pas, il y a les gosses, le pavillon de banlieue à payer, vous comprenez si je démissionne, je n’aurai pas droit aux assedics mais pour baver anonymement là, pas de problème, ça ne bouffe pas de pain et surtout, mon employeur n’y verra que du feu. Il ne faudrait pas un autre conflit mondial, car là, on serait vraiment dans la merde


      • bubu123 14 octobre 2013 23:05

        mais vous vivez dans quel monde vous ?

        le temps ou tu quitte ton boulot et tu en retrouve un en traversant la rue c’est fini hein
        et oui il y a des gens qui ont des enfants et qui payent leur « petit » pavillon, et oui il s’ecrasent au boulot pour pas se retrouver sans ressource et tout perdre

      • Qaspard Delanuit Gaspard Delanuit 14 octobre 2013 11:33

        « Moi, ça me choque »


        Ouais, c’est la télé. Toujours le même concours de celui qui sera le plus « choqué » par les propos de l’autre. On s’en fout que vous soyez choqués, les fillettes. 

        • le naif le naif 14 octobre 2013 11:39

          Tout n’est pas noir, tout n’est pas blanc.

          J’ai bossé dans la sécurité, on travaillait WE et jours fériés, mais en vacations de 12 heures, soit 13 jours par mois ce qui laissait énormément de temps libre.
          A l’époque, il y avait beaucoup d’étudiants qui étaient volontaires pour travailler ces jours là, cela leur permettait de potasser leurs cours entre deux rondes et d’avoir un salaire correct à la fin du mois pour vivre normalement.
          A contrario, un neveu bossait chez Mc Do, contrat à temps partiel, horaires à la con, il a fini par abandonner ses études....
          Sur ce sujet comme sur bien d’autres, il faudrait abandonner le dogmatisme.
          Certains syndicats à l’image de certaines associations anti-raciste ont trouvé là un combat très lucratif, qui ne correspond pas forcement aux attentes de certains salariés.... Ce qui est tout de même un comble !!!


          • Mmarvinbear Mmarvinbear 14 octobre 2013 12:55

            Le travail dominical ou nocturne ? Il y a du pour et du contre.


            Plus d’embauche, cela signifie moins de chômeurs, et plus de rémunération, donc une hausse de la consommation, ce qui peut relancer l’économie du pays.

            En contrepartie, cela pénalise la vie sociétale, la vie de famille.

            Les grandes zones touristiques sont ouvertes 24 h sur 24 en Asie, le commerce tourne à plein régime, et même dans les quartiers résidentiels, les « convinis » ( les arabes du coin locaux...) sont ouverts toute la nuit. Pratique en cas de petite faim ou quand on ne veut pas se taper la foule du samedi 17 heures pour faire ses courses.

            Maintenant, a t-on vraiment besoin de vouloir acheter une perceuse le jeudi à 3 heures du mat ? Surtout qu’en appartement, on ne peut pas vraiment l’utiliser de suite...

            Je crois tout de même que l’ouverture nocturne et dominicale sont possibles, à condition de respecter certaines règles :

            - les horaires décalés ou atypiques doivent être réservés aux étudiants et aux célibataires. Cela leur procurera des revenus complémentaires et ne pénalisera pas (trop) la société.

            - les horaires décalés devront TOUJOURS être plus rémunérés que les horaires normaux. Pour contrer les appétits du MEDEF, on peut imaginer d’inscrire cela dans la constitution sous une forme ou une autre.

            - les sociétés qui font travailler leurs employés en horaires et jours décalés doivent assurer le retour de leurs employés si les transports en commun ne sont plus disponibles. La presse a jeté Séphora en pâture aux biens pensants, mais non seulement leurs employés étaient mieux payés qu’en journée, mais en plus la boîte payait le taxi pour ceux qui finissaient à une heure du matin.

            - la société ou le magasin ne peut pas forcer un employé à effectuer de tels horaires, sauf besoin ponctuel (en cas de maladie par exemple). L’ infraction constaté sera punie par une fermeture administrative temporaire et une interdiction d’ouvrir pendant ces horaires décalés. Vu la concurrence féroce que se livrent les grandes chaînes, les dirigeants comprendront vite ou se trouvent leurs intérêts.

          • rocla+ rocla+ 14 octobre 2013 11:47

            C "est quel jour qu’ on sera libre de faire ce qu’ on veut ?


            De quel droit autoriser ou interdire ? 

            Chacun doit être libre de travailler ou pas  , non ? 



            • jako jako 14 octobre 2013 11:50

              « C »est quel jour qu’ on sera libre de faire ce qu’ on veut ?" cela n’a jamais existé et n’existera jamais et c’est tant mieux, une société pour exister a besoin de règles justement pour éviter ce genre de comportement, cela sert à protéger (un peu) les plus petits, ceux qui ne pourront pas dire non. ET puis pourquoi cela existerait en france et nul part ailleurs ?


            • rocla+ rocla+ 14 octobre 2013 11:53

              la liberté , c ’est pas marqué ?


            • jako jako 14 octobre 2013 11:55

              Si c’est marqué mais pas acté comme égalité et fraternité d’ailleurs,


            • rocla+ rocla+ 14 octobre 2013 12:02

              La liberté c ’est pas li té ou ber c ’est liberté . 


              Il y en a qui voudraient imposer leur point de vue de ce concept 
              alors que ça veut juste dire liberté . 

            • appoline appoline 14 octobre 2013 20:38

              C’est comme l’égalité, comme disait le seul et unique : « Tous les hommes naissent égaux, sauf qu’il y en a qui sont plus égaux que d’autres ».


              Vous y croyez encore vous, à l’égalité ?

            • Auxi 15 octobre 2013 20:50

              À Rocla : Quand on n’est pas né avec une cuiller d’argent dans la bouche, que l’on a que sa force de travail à vendre pour vivre, on n’est pas « libre » de travailler ou pas… on n’a pas le choix, donc pas de liberté, pauvre buse ! À moins que vous ne soyez un supporter du revenu inconditionnel de vie qui rendra libre de travailler ou pas… Mais il s’agirait là d’un fantastique bond en avant de l’humanité, comparable à la domestication du feu ou à l’invention de la roue, au détriment des dinausores qui vivent de la sueur des autres : actionnaires, patrons… et n’est certainement pas à la portée de votre entendement. Essayez de lire Paul Lafargue, on ne sait jamais, la lumière jaillit parfois là où on ne l’attendait pas.


            • rocla+ rocla+ 15 octobre 2013 20:55

              À Rocla : Quand on n’est pas né avec une cuiller d’argent dans la bouche,


              La pauvre buse vous répond : mettez vous la dans le cul .... smiley

              s’pèce de malpoli .

            • bakerstreet bakerstreet 14 octobre 2013 11:47

              « Arbeit macht frei ! »

              La liberté c’est le travail.
              Devise nazi, inscrite au dessus des portes des camps de concentration. 

              Un peu d’histoire ne ferait pas de mal à certains, le nez dans le guidon, ne sachant même pas où ils vont, pédalant ou ramant selon la mesure, et demandant au garde chiourne d’accélérer la cadence pour doubler la galère d’à coté....

              Arriver à débatttre en dit long sur l’état de la société.....
              Bientôt nous nous poserons doctement la question pour savoir s’il ne faut pas en finir une fois pour toute avec les chomeurs, et certains parleront de solution finale.

              Le sceptre de la liberté est brandi donc quand on veut la brader. le travailleur demanderait plus d’aliénation, de droit de consommer, de bricoler le dimanche.
              Comme si le bricolage était une forme de prière. 
              inutile de rabattre une nouvelle fois les éternels arguments.
              En acceptant un tel débat nous nous mettons nous même dans l’indignité. 

              • Ronald Thatcher Ronald Thatcher 14 octobre 2013 12:33

                quel beau commentaire, intelligent, pas grossier du tout, non non, et puis le rappel aux heures les plus sombres de notre histoire, la cérise...

                PERSONNE NE VOUS OBLIGE A TRAVAILLER LE DIMANCHE, NI LES AUTRES JOURS NON PLUS !


              • appoline appoline 14 octobre 2013 20:54

                Minable de faire référence aux camps de concentration mais vraiment minable. Pauvre imbécile, si vous en aviez un tant soit peu chier dans votre vie ou pire, si vous aviez un de vos proches qui ait séjourné dans un de ces camps, vous ne feriez pas le comparatif. Put......on est vraiment mal barré avec des tocards dans votre genre


              • bakerstreet bakerstreet 15 octobre 2013 08:27

                Appoline jolie prose

                Problème de carburation
                Ou de constipation ?

                Un de vos deux neurones doit être bouché
                Le mieux, plutot de vous énnerver, de taper des pieds, de dire n’importe quoi
                C’est de souffler dans le gigleur !


              • Qaspard Delanuit Gaspard Delanuit 14 octobre 2013 11:51

                @Spartacus : « Interdire de travailler est une atteinte à la liberté, ne vous en déplaise ! »


                Oui, mais interdire de vendre ses organes (yeux, reins) est aussi une atteinte à la liberté individuelle. Et je la trouve bienvenue, cette restriction. Parce que si chacun était libre de vendre ses organes, cela voudrait dire qu’on pourrait obliger quelqu’un à user de cette « liberté » pour payer ses dettes. Donc, par exemple, cela signifie que L’Etat pourrait vous prélever un oeil ou un rein pour payer vos impôts, Spartacus. 

                La liberté économique totale est un totalitarisme, c’est cela qu’il faut comprendre. La liberté peut être un objectif spirituel, psychologique, mais ce ne peut être le seul principe régissant l’organisation économique et sociale au détriment de toutes les autres valeurs. La civilisation est toujours une manière de restreindre la liberté. Cette restriction doit certes être mesurée et c’est le rôle du débat politique d’en indiquer la mesure. 

                • appoline appoline 14 octobre 2013 20:56

                  Par contre, si vous avez de la connerie à revendre, ne vous gênez pas même le dimanche


                • rocla+ rocla+ 14 octobre 2013 11:54

                  Travailler le dimanche et vendre ses organes c ’est pareil ?


                  • Qaspard Delanuit Gaspard Delanuit 14 octobre 2013 12:08

                    La liberté de vendre son temps de vie le dimanche ou de vendre ses organes (ou son sang, par exemple), c’est toujours de la liberté, Rocla. Ce que je souligne, c’est que l’invocation de la liberté absolue comme règle de civilisation n’a pas de sens et aboutit à des contradictions fracassantes. Avec la même mauvaise foi, on pourrait aussi invoquer la liberté d’une personne de 15 ans de vendre des services sexuels pour nourrir sa famille, exalter le courage des jeunes travailleurs qui se couchent tard pour aller sucer et honnir ceux qui veulent restreindre leur liberté d’être des travailleurs du sexe alors qu’ils sont sexuellement majeurs, etc. 


                    Dans notre civilisation, le dimanche, on ne travaille pas. Il y a bien sûr quelques exceptions raisonnables qui doivent rester des exceptions. La civilisation, ce n’est pas rien. Et c’est certainement plus important que la guerre des grandes surfaces. 

                  • rocla+ rocla+ 14 octobre 2013 12:10

                    Gaspard 


                    Les amalgames c ’est chez les dentistes .

                    Qui êtes vous pour interdire ou autoriser quoi que ce soit ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès