Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Le Web pour faire la Révolution par procuration

Le Web pour faire la Révolution par procuration


Quand on passe de la société bien réelle, à la « cyber-société », faite de communautés, de forums, de blogs, on est frappé de voir le nombre d’appels à « la vigilance citoyenne », au « réveil », voire à la « révolution contre la dictature »... Ici ou là, dans des tribunes qui fleurissent sur les forums, des contributions aux titres prometteurs attirent notre attention en agitant un cortège de mots funestes : dictature, prison, tyrannie...« Tiens, un autre article sur la Chine ». Mais non, l’auteur parle bel et bien de la France.

En me promenant sur Agoravox ce matin, avant que la déferlante de polémiques, de joutes, d’invectives, ne soit définivement lancée pour la journée, je découvre, comme un promeneur le matin aux heures de la rosée, ce que la nuit a porté comme conseils aux esprits du Web. Pour le petit-déjeuner, une brochette d’articles qui m’ont laissé perplexe...De la dictature nous explique qu’après l’URSS ou l’Allemagne nazie, notre régime incarne un nouveau type de tyrannie tout aussi liberticide. Comment faire la Révolution nous démontre que nous sommes sous l’Ancien Régime, et qu’il nous faut une nouvelle nuit du 4 Août, pour "créer une nouvelle constitution, librement et sans violence, et protégée par le droit international. Il ne reste plus qu’à l’écrire… si elle est juste, elle trouvera et un peuple, et un territoire.". Enfin, une ritournelle pour Monsieur le Président reprend grossièrement et avec un peu de talent en moins, le thème du "coup d’Etat permanent" déjà vieux d’un demi-siècle.

J’ai donc pris peur, j’ai couru à ma fenêtre pour voir si la police du pouvoir patrouillait dans la rue, puis je me suis rassuré. Il faut être serein et calme avant de penser et s’interroger. D’où vient cette curieuse propension qu’on trouve chez les posteurs sur le Web, à prendre des grands airs d’harangueurs ? Pourquoi, du jeune lycéen à la retraitée, cette inclination naturelle à vouloir essayer de jouer le Ché Guevarra dans sa chambre, la Louise Michel, ou le Jean Moulin du XXIéme siècle ? Partout, on prétend nous dévoiler les barreaux invisibles de notre prison ; les Spartacus de l’ère ADSL illimité se voient déjà comme nos libérateurs.
 
Il y a, derrière ces alarmes tonitruantes, derrière ces postures souvent comiques mais qui se veulent sérieuses, un ressort secret qui explique très bien ce phénomène. Notre époque n’a jamais été aussi loin d’une guerre. Il n’en demeure plus que le souvenir. Dans la mémoire collective, dans l’inconscient populaire, il reste le mythe de celui qui a pris les armes pour se battre : le temps a contribué a rendre la cruelle réalité de la guerre moins saillante, car les ans qui passent sur les événements leur donnent toujours quelque chose de cette teinte romantique qui séduit.

Cette distance vis-à-vis de l’événement - la guerre civile, la révolution, le conflit, alliée au souvenir mythique, est directement responsable de cette floraison d’appels presque vibrants à la mobilisation. Ils sont comme le petit enfant qui joue à la guerre. Le Web devient la tribune par laquelle on vit ce "dépucellage politique". Que les temps s’y prêtent ou non, un impérieux besoin nous pousse à endosser les habits d’un Mirabeau avant de nous adresser à une audience virtuelle et invisible dans laquelle on s’imagine applaudit. Mais une fois le clavier laché, pas de piques à saisir, pas de Bastille à prendre, non, l’objectif est atteint, l’exercice de style se suffit à lui-même ; une intime sensation de "devoir accomplit" nous réjouit, et on s’imagine déjà dans les livres d’Histoire à côté de Victor Hugo écrivant "Napoléon le Petit". Seulement Quand Victo Hugo publiait "Napoléon le Petit", il était contraint à l’exil, et menacé de mort. Tout le contraire du Spartacus du Net qui s’imagine être subversif, alors qu’il est devenu sans s’en rendre compte, d’un conformisme achevé.

Alors, il n’y a rien de dangereux dans tout ceci, certes ; c’est même par certains aspects, divertissants. De bonne guerre, la guerre qu’on n’a pas faite, mais qu’on aimerait quand même faire un peu pour se sentir une certaine existence politique. Mais à force de hurler au loup, quand un jour les vraies alarmes viendront, quand les vraies inquiétudes tenteront de se faire entendre, parviendront-elles assez haut, se distingueront-elles des autres, pour trouver une oreille ?
Le véritable danger, c’est qu’en accoutumant tout le monde à des indignations incessantes, on donne à une réelle dictature tous les moyens d’avancer dans l’ombre.
 
Ce n’est pas l’absence de protestations qui est dangereuse : c’est le trop-plein.

 

Moyenne des avis sur cet article :  3.2/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

28 réactions à cet article    


  • jaja jaja 9 mai 2009 13:22

    "Pourquoi, du jeune lycéen à la retraitée, cette inclination naturelle à vouloir essayer de jouer le Ché Guevarra dans sa chambre, la Louise Michel, ou le Jean Moulin du XXIéme siècle ?"

    Pour sortir de sa chambre et jouer en vrai :

    http://www.npa2009.org/comites


    • Nicole 9 mai 2009 14:01

      Taratata, jaja, ça, c’est de la récup ! Le facteur pro sioniste a vu le succès de Dieudo. Nan mais sans blague, t’as pas vu comment Soral l’a fort justement taclé  ? On peut pas sucer les médias comme il le fait (et comme elles acceptent de l’être) et être authentiquement conscient, et sincèrement déterminé à lutter contre le sionisme. T’es trop influençable.

      Si c’est de réalité qu’il s’agit bel et bien, le jeu n’a rien à voir là.


    • jaja jaja 9 mai 2009 14:29

      Nicole, Soral ne s’est pas gêné pour tirer dans la gueule des Palestiniens. Au PC d’abord, qui a toujours reconnu l’État sioniste et dont des membres faisaient partie de l’association France-Israel... PC qu’il dit toujours avoir été à son époque un authentique mouvement populaire

      A EuroPalestine ensuite, avec Dieudo, association qui elle aussi reconnait l’État sioniste (deux peuples deux États !)... Il y a des antisionistes qui ne sont pas comiques que sur une scène....


    • jaja jaja 9 mai 2009 14:48
      Intervention de Nasser Al Kafrana (Front Populaire de Libération de la Palestine) 

      mardi 3 mars 2009

      Camarades, Camarades congressistes du NPA, chers invités.

      Si vous le permettez, je m’adresse à vous au nom du FPLP : direction, cadres, adhérents et combattants de la branche armée, pour vous présenter les salutations, notre admiration pour vos efforts indéfectibles et continus dans le but de créer ce parti et de le transformer en une réalité sur le terrain.

       

       

      En réalisant ce congrès remarquable et massif, que nous considérons comme un premier pas sur la voie de la réalisation de vos idéaux et des idéaux de tous les hommes libres dans le monde, ouvriers, paysans artisans intellectuels révolutionnaires. Nous espérons que ce projet renforcera les efforts de toutes les forces de gauche, partout dans le monde, dans la lutte contre le capitalisme et vers la réalisation du rêve de l’humanité de bâtir le socialisme, les progrés et la paix dans le monde.

      Permettez moi aussi de vous transmettre les salutations de mon camarade, ami et dirigeant, Ahmed Saadat, secrétaire général du FPLP qui subit l’emprisonnement et l’oppression de l’Etat d’Israël. Il vous souhaite le succès pour votre initiative, qu’il considère comme une réussite pour tous les révolutionnaires, les progressistes et les forces de libération et de paix dans le monde.

      Je transmets à travers vous à tous les manifestants solidaires de la Palestine la considération de notre peuple à Gaza, pour vos positions courageuses et solidaires contre l’agression israélienne. Israël a utilisé dans cette guerre toutes les armes de mort et de destruction, en tentant de briser la résistance de notre peuple. Les centaines de milliers de personnes qui ont manifesté en bravant le froid, en criant haut et fort, qu’ils mènent la même bataille que notre peuple contre l’arrogance de l’impérialisme et du sionisme, qu’ils refusent les crimes contre les enfants et les femmes. Ils ont déclaré que notre combat est le même, le combat contre l’injustice et l’exploitation et l’oppression du système capitaliste impérialiste et son enfant bâtard, Israël et tous ses alliés.

      Malgré l’arrogance de l’impérialisme et des guerres à répétition dans le monde, sous divers prétextes que tout le monde connaît, ces guerres reflètent la crise du capitalisme et sont au service des multinationales partout dans le monde. Malgré cela, le socialisme et la liberté triompheront et les peuples vaincront. Les peuple n’ont qu’une seule alternative, celle de se révolter en défendant leurs droits, en mettant fin au mondialisme monstrueux du système capitaliste.

      Les succès dans les pays d’Amérique latine augurent de la défaite de l’impérialisme. La résistance de Cuba, les réalisations au profit des pauvres au Venezuela, en Bolivie, au Nicaragua, vont dans le sens du socialisme, de la liberté et de l’égalité pour tous les peuples opprimés de la terre.

      Camarades, amis, militants pour les libertés, votre congrès débute après la fin de la guerre barbare à Gaza, cette guerre est intervenue dans le cadre d’une confrontation entre le projet de libération palestinien arabe et le projet d’écrasement impérialiste sioniste. La guerre contre Gaza a été préparée depuis longtemps pour soumettre le peuple palestinien et le forcer à accepter les conditions de la paix américano-sioniste. Les crimes de guerre commis contre notre peuple ne doivent pas rester impunis et nous devons agir ensemble pour faire traduire ces criminels devant le Tribunal pénal international. 

      Nous, Front populaire, nous affirmons ceci :

      • Le choix de la résistance est le nôtre, c’est le choix légitime de tous les peuples occupés et toutes les agressions militaires ne parviendront pas à le briser.

      • Notre unité et notre résistance est l’unique voie qui nous permettra de créer l’état palestinien démocratique, sans aucune forme de discrimination.

      • L’OLP est notre unique et légitime représentant qu’il faut reconstruire et réactiver pour qu’elle rassemble toutes les composantes du peuple Palestinien.

      • Notre combat est dirigé uniquement contre l’occupation israélienne de notre terre, responsable de l’exil de notre peuple dans toutes les régions du monde et dans les camps de réfugiés des pays arabes.

      • Nos ennemis sont le mouvement sioniste et son instrument Israël, l’impérialisme mondial et ses alliés dans la région. Nos alliés sont tous les hommes et toutes les femmes libres du monde, les forces de gauche progressistes et toute force qui défend le droit de notre peuple à la liberté, à l’indépendance, et au retour sur 
        notre terre.

      • Nous appelons à dénoncer le blocus, les assassinats, la colonisation, les barrages, la destruction systématique en Cisjordanie et Gaza et nous les exhortons à travailler avec nous pour la levée du blocus injuste.

      • Nous saluons la position courageuse du Venezuela et de la Bolivie qui ont expulsé les ambassadeurs d’Israël. 

      En Palestine nous sommes face à plusieurs menaces : la menace principale résultant de l’occupation que nous devons continuer à combattre pour la défaite de ce projet, et la victoire de l’Etat démocratique palestinien. 
      Deux dangers secondaires : le premier c’est que la direction de l’OLP prenne seule les décisions stratégiques quant au destin de notre peuple et qu’elle s’intègre dans un projet de solution sur la base du référent d’Oslo, du Quartet et de l’impérialisme américain. 
      Ce danger est très grave pour la question palestinienne parce que la direction actuelle de l’OLP pense que toutes les cartes de la solution sont aux mains de l’impérialisme américain, donc elle se contente de quémander des miettes. C’est pourquoi nous demandons à la direction de l’OLP d’arrêter ces discussions inutiles et de retourner à l’option de l’unité, du renforcement de la résistance de notre peuple avec tous les moyens légitimes et possibles. 
      Le deuxième risque, c’est celui de la division géographique et politique des différentes composantes de notre peuple à cause de la prise de pouvoir réalisée par le Hamas. Il est certain que Hamas a bénéficié des fruits amers d’Oslo et des choix politiques corrompus de l’équipe présente à Oslo. 
      Je n’ai pas le temps de rentrer davantage dans les détails, mais au FPLP, nous pensons que la voie pour mettre fin à l’occupation israélienne sera longue et difficile, et exigera le rassemblement de tous les efforts pour la libération nationale et démocratique pour que tous puissent bénéficier des mêmes droits, sans aucune discrimination, quelle que soit la couleur, le sexe, la religion.

      Toutes nos salutations de lutte à votre nouveau parti anticapitaliste 
      Toutes nos salutations à ceux et celles qui se sont levés aux côtés du peuple palestinien de Gaza. 
      Vive le combat des masses laborieuses contre l’exploitation et l’oppression !!!

      - Vive l’unité de toutes les forces de libération et de paix, contre la barbarie capitaliste 
      La victoire ou la mort !

      Vos camarades du FPLP

      Nasser Al Kafrana, membre du Bureau Politique du Front Populaire de la Palestine (FPLP).


    • Nicole 9 mai 2009 14:49

      Dis, Jaja, t’es le même que t’étais il y a un, deux, dix ans ? T’as jamais été endoctriné avant de réaliser que tu t’étais planté. Perle rare, vas ! Tu me diras, il y en a aussi, comme ton facteur favori qui font mine d’évoluer. Perso, je n’en crois pas un traître mot.

      En attendant, tu t’exposes pas à menaces de mort. Je vais te faire une confidence : j’ai envoyé nominativement et en envoi groupé à tous les parlementaires et sénateurs, par région, la pétition des leaders politiques pour la réouverture du dossier 9/11, assortie de la vidéo de Niels Harrit et du document paru en même temps.

      http://www.pl911truth.com/index.php?option=com_content&view=article&id=47&Itemid=53

      Devines qui a signé ? Personne. Pourtant, tout le monde le sait qu’Israël est derrière. Cossiga l’a clairement dit.

      Je me fous d’hier. Aujourd’hui et demain m’importent beaucoup plus. Et pour moi le sionisme est infiniment dangereux, et je m’incline devant la définition qu’en a donné Freeman en renonçant au post que BHO lui proposait. On ne peut être plus clair.

      Donc, je vote parti anti sioniste, et j’approuve leur démarche. J’ai même posté mes chèques d’adhésion mais la poste est lente.

      PS : me dis pas que t’as pas vu ça, quand même !


    • jaja jaja 9 mai 2009 15:08

      Nicole : « Donc, je vote parti anti sioniste, et j’approuve leur démarche. »

      Moi je vote NPA et j’approuve ma démarche car je ne confie pas une ligne politique à qui que ce soit, je participe à son élaboration, ou alors c’est sans moi....

      De plus je n’ai rien à faire avec les résidus de l’extrême droite à la Soral qui s’accommoderont toujours du capitalisme pourvu qu’il ne soit pas casher....


    • Nicole 9 mai 2009 16:28

      Ca s’appelle jouer sur les mots. Ma démarche est illustrée dans mon blog où depuis belle lurette j’ai une catégorie « pour le rétablissement de la 3379 » qui considère le sionisme comme un racisme, ce qu’il est. Je dis leur démarche parce que je ne les connais pas suffisamment, mais que je sais qu’ils prennent des risques que peu osent prendre en se positionnant comme ils le font. Je trouve minable le facteur (faut voir l’expression de son visage quand il passe à ripostes) qui fait annuler la présence d’un interlocuteur, ce qui en dit long de ses entrées et de sa mentalité. Pour moi, c’est caniveau, sans espoir d’en sortir.

      A partir de là, se positionner contre le sionisme, après Dieudo, Soral et Gouasmi, ça pue la stratégie de récup sans risque puisqu’il est pro sioniste, ce dont témoignent nombre d’anciens du NPA. Et pour le crif & co, c’est un pare feu, donc tout bénéf.

      Pas de quoi se vanter, franchement.


    • jaja jaja 9 mai 2009 17:22

      Tissu de calomnies Nicole... Que dire de ton mentor fasciste Soral défendant la colonisation française sur cette vidéo.

      En quoi cet homme est-il contre l’État colonial raciste qu’est Israel sinon par pur antisémitisme...

      http://www.dailymotion.com/video/x8zx5t_alain-soral-vantant-les-vertus-de-l_news


    • Relladyant icare 9 mai 2009 13:34

      Le NPA de Besancenot ? Le mec « anti-système » qui va tout faire péter et foutre en l’air la Véme Rép, alors qu’il est le chouchou des média, qu’il n’a qu’à décroché le tél pour être invité chez ses amis de Canal ?

      Non sérieusement, si tu veux des révolutionnaires, tape dans du plus crédible que le la personnalité pub pour pampers, bientôt préférée des Français et des média !


      • Julius Julius 9 mai 2009 13:51

        Je suis d’accord que les gens sont agressifs sur le net parce qu’ils ne peuvent pas utiliser leur agressivité dans la vie réelle. Pas de guerres, pas de révolutions ... Comment faire pour évacuer l’agressivité ? Mais je ne suis pas aussi optimiste. Cela peut dégénérer. J’ai écrit à ce sujet ici :

        http://hrivnac.free.fr/wordpress/?p=1063

        L’homme est intrinsèquement agressif. Dans les circonstances normales, l’agressivité est constructif, l’agressivité permet d’organiser la société.

        Il ya un problème aujourd’hui, l’agressivité ne peut pas être exprimé. Notre société ne le permet pas. Il n’y a pas de guerres (directement connu), pas de gladiateurs, pas d’exécutions publiques. Comme Conrad Lorenz a observé, si l’instinct (par exemple l’agressivité), ne peut pas trouver un moyen naturel d’expression, son niveau de déclenchement sera plus faible.

        Un effet déjà visible est la croissance de l’acte de la violence gratuite.

        Un autre effet sera le prochain conflit majeur. Très petit déclencheur sera suffisant pour lancer la prochaine révolution ou guerre. Et ce sera catastrophique, car l’accumulation de l’agressivité (qui n’a pas été évacués à ce jour) est énorme.


        • asmara 9 mai 2009 22:20

          Pour comprendre les problèmes de « l’agressivité », de la violence difficile à évacuer... As-tu lu les écrits de René Girard et pour commencer « Le bouc émmissaire » ?
          je vais lire ce tu as écrit sur « hrinac »
          A +


        • Nicole 9 mai 2009 13:55

          Etonnant article, à tout le moins. On sort de Gaza qui nous a confrontés à un innommable jamais atteint : phosphore blanc, uranium appauvri, bâtiments de l’ONU ciblés sous faux prétexte au point que l’évaluation des réparations est tout de même de 11 millions de $...près de 1500 morts, de 5000 blessés, des enfants meurtris au plus profond de leur âme, tout ça dans un silence assourdissant. Une communauté internationale odieusement complice.

          Des plaintes, cependant, importantes, vus le nombre d’ONG et de citoyens signataires :

          http://www.justiceforpalestinians.net/index.htm

          Puis Durban II. Que voit-on ? Une leçon de désinformation magistrale. Le président iranien aurait tenu des propos absolument odieux, il aurait...mon dieu, c’est si terrible que je n’ose le dire.

          Puis, je regarde, j’écoute, je lis le texte de la conférence en question, et je n’y vois pas un seul mot de répréhensible. Pire, il a édulcoré, plaçant la décision de création d’Israël dans l’immédiat après guerre quand elle fut décidée fin 19°par Hertzl , fondateur du sionisme, notoirement antisémite, ainsi que le montre ce docu juif fondé notamment sur son journal intime.

          Hertzl et le sionisme

          et ces citations de fondateurs du sionisme

          Je m’attarde, bien sûr. Qu’est ce mouvement idéologique dont on peut concevoir la légitimité : pourquoi chacun n’aurait-il pas sa terre à lui ? Je découvre des témoignages :

          Anna Baltzer, juive, sur la perversité inhérente à la colonisation,

          Naïem Giladi, juif, sur les attentats sous fausse bannière perpétrés pour obtenir des alyas en nombre de riches juifs irakiens.

          Enfin, je regarde Prasquier, le président du CRIF, cette organisation pour le moins douteuse, tapant dans ses mains pendant que Mahmoud Ahmadinejad parlait. Ainsi donc, c’est lui qui a donné le signal de la sortie, et ce ne sont pas des personnes adultes qui ont réagi à des propos qui les choquaient qui se sont levées pour quitter la salle de conférence, mais des politiques soumis au diktat d’un état étranger, Israël, connu pour sa longue tradition terroriste, qui, merci de me donner les infos contradictoires qui pourraient me manquer, n’a pas d’équivalent :

          Uss Liberty, Hôtel King David, Hôtel Sémiramis, Affaire Lavon et tant d’autres présentés là notamment :

          http://www.sionisme.net/4.html

          Il y a deux jours sortait un livre sur l’affaire Madoff qui tend à démontrer une nouvelle fois qu’Israël est l’architecte du 9/11...ce que faisait déjà de façon très claire Missing Links.

          Et que nous dit cet article ? Il n’y aurait pas lieu de s’inquiéter. Dormez, bonnes gens, tout va pour le mieux. Grand mère, pourquoi tu as de grandes dents ?...on connaît la pertinence de certains contes.

          Un homme, récemment, s’est vu licencier pour avoir soutenu la liste anti sioniste. Son nom est Johan Livernette, et il est, comme je le suis, comme nous sommes nombreux à l’être conscient du danger énorme du sionisme et de l’impérieuse nécessité de s’y opposer.

          Je ne comprends tout simplement pas cet article autrement que comme un nouvel exercice de désinformation.


          • Relladyant icare 9 mai 2009 14:05

            Ah ben mince alors, dès le troisième commentaire on est déjà en mode « menace sioniste », décidement ça démarre plus vite que je ne l’aurais cru...

            Donc ces appels à la Révolution sont des appels à se débarrasser du lobby Juif. Je veux bien, mais parmi les appels en question, nulle part il n’est fait allusion ni au Juif, ni au Mossad, ni à Israël, ni à quoique ce soit d’autres...


            • Julius Julius 9 mai 2009 15:17

              Ils ont raison. Parce que l’antisémitisme (et c’est bien l’antisémitisme) et gauchism ont la même source psychologique : le complexe d’infériorité. La haine pour ceux qui ont plus de succès que moi. Leur succès (imaginaire, pas nécessairement vraie) est considérée comme la cause de mon échec. Ainsi, ils sont responsables de mon échec. Donc, je dois les détruire pour réussir moi-même.

              Bonne nouvelle : La médecine a fait un grand progrès. La paranoïa antisémite et gauchist peut être guérie smiley


            • souklaye souklaye 9 mai 2009 16:04

              Nous sommes dans l’ère du tout participatif. Pour l’occasion, tous les anciens modèles de dialogue sont liftés pour nous être vendus comme novateurs et mélioratifs.

              L’excroissance faussement démocratique que représente un forum sur un média quelconque, est un laboratoire particulièrement précis sur le niveau de militantisme virtuel et de frustration illégitime des utilisateurs.

              Le suffrage universel s’est-il déplacé d’un isoloir pleurant l’absentéisme notoire à un forum aussi mimétique que populiste ?

              la suite ici :

              http://souklaye.wordpress.com/2009/03/17/bloc-note-forum-collectif-vs-isoloir-personnel/


              • katalizeur 9 mai 2009 17:11

                merci nicole
                nous sommes beaucoup plus nombreux qu’ils le croient.

                bon dodo a tous reveil en septembre in ch’allah.


                • fouadraiden fouadraiden 9 mai 2009 17:13

                  salam

                  Fayen ashabi on te vois plus


                • katalizeur 10 mai 2009 05:59

                  salem fouad
                  t’inquiete mon ami ; meme si je ne poste plus je te lis avec beaucoup de plaisir


                • Peretz Peretz 9 mai 2009 20:38

                  Julius a raison. Il y a un problème ancestral de recherche de responsables de sa propre médiocrité, qui se traduit par un besoin de bouc émissaire. Certains malins sautent sur l’occasion pour rassembler les médiocres en leur faveur, et en font un fonds de commerce. On a connu ça en France pendant l’occupation, où les miliciens étaient heureux de pouvoir enfin prendre leur revanche et taper sur d’autres victimes. Pas beau tout ça !


                  • asmara 9 mai 2009 22:35

                    Comme je l’ai suggéré à Julius, la lecture de René Girard sur son explication du bouc émissaire permet de comprendre un certain nombre de phénomènes ; lire ses écrits concernant « l’évacuation » de la violence dans les sociétés et ses explications concernant les mythes ancestraux est très éclairant.
                    A + pour un échange sur ce thème.


                  • JONAS JONAS 9 mai 2009 23:57

                    @ L’Auteur  :

                    Félicitations pour ce hors sujet  !

                    Vous écrivez  :

                    «  Comment faire la Révolution nous démontre que nous sommes sous l’Ancien Régime, et qu’il nous faut une nouvelle nuit du 4 Août, pour »créer une nouvelle constitution, librement et sans violence, et protégée par le droit international. Il ne reste plus qu’à l’écrire… ".

                    Effectivement comment faire une révolution dans une Province européenne, qui ne possède plus qu’un Gouverneur  !  ?

                    Comment écrire une Constitution pour un pays qui n’existe plus  ?

                    Comment réaliser un coup d’État dans un État qui n’existe plus  !  ?

                    C’est à Bruxelles que vous devrez aller faire votre révolution et écrire une Constitution  ! Mais, nous y sommes minoritaires…  !

                    Nous n’arrivons pas à nous mettre d’accord sur de simple Traités, alors, une Constitution, vous imaginez.

                    Nous avons plus de chance de voir une révolution Islamiste en France, avec l’intervention des troupes des membres pour venir rétablir l’ordre, comme au Liban  ! Que de voir surgir une révolution fasciste  !

                    Mais, il faut bien s’inventer des ennemis pour faire une révolution  !

                    Je crois que vous que vous faites une fixation, sur l’arbre qui cache la forêt «  Orientale  ».

                    Bien à vous.


                    • katalizeur 10 mai 2009 06:18

                      @ jonas
                      bonjour l’ami et bonjour a tous

                      d’accord sur presque tout, sauf revolution islamique ; ....pourquoi revolution et pas evolution.......

                      un article brillant de PAUL JORION a lire sur son blog : « le percolateur » il n’ y aura pas de manifestation violentes pour le changement ,le (les) peuple zombifié est incapable de se soulever......mais se que le systeme n’a pas prevu c’est la percolation la diffusion par capilarité de la verité qui finira avec le temp par toucher une partie de la population en douceur ; jusqu’a atteindre le point de bascule....et une evoulution

                      mais pas peur cela prendra du temps...enfin un certain temps


                    • katalizeur 10 mai 2009 07:01

                      etant moi aussi victime des additifs alimentaires et du barium largué par avion cargo entier, la pensé est confuse.....heureusement que certain sont un peu moins victime et arrive a bien formuler la situation :

                      Ce sont les masses qui demandent à être dominées

                      N’en déplaise aux amateurs de critique fiction mélodramatique et conspirative, cette pandémie ne permettra pas des décrets de « lois martiales » ou autres bruits de bottes. Nos sociétés sont depuis trop longtemps abatardisées et la manipulation démocratique trop raffinée pour qu’ils soit encore nécessaire de faire régner l’ordre par les armes, et nous aurions tort de penser selon le vieux schéma : si les masses savaient, si on ne leur cachait pas la vérité, elles se révolteraient. L’histoire moderne n’a pas été avare d’exemples contraires, illustrant plutôt, chez les dites masses, une assez constante détermination à ne pas se révolter en dépit de ce qu’elles savaient, et même - depuis les camps d’extermination jusqu’à Tchernobyl - à ne pas savoir en dépit de l’évidence, ou du moins à se comporter en dépit de tout comme si elles ne savaient pas.

                      Les masses ont été trop longuement entraînées aux sophismes de la résignation et aux consolations de l’impuissance pour ne pas rester impavide devant la destruction du monde qui se déroule devant eux. Tout démontre que l’identification avec le mouvement et le conformisme absolu semblent avoir détruit jusqu’à la faculté d’être atteint par l’expérience la plus directe.

                      L’artifice de la propagande consiste à affirmer à la fois que l’avenir est l’objet d’un choix conscient, que l’humanité pourrait faire collectivement, comme un seul homme, en toute connaissance de cause une fois instruite par les experts est régi par un implacable déterministe qui ramène le choix à celui de vivre ou de périr ; c’est-à dire de vivre selon les directives des gouvernements ou de périr parce que l’on sera resté sourd à leurs mises en garde. Un tel choix se ramène donc à une contrainte qui règle le vieux problème de savoir si les hommes aiment la servitude, puisque désormais ils sont contraint de l’aimer. Selon Arendt, le problème de la domination totale était de fabriquer quelque chose qui n’existe pas : à savoir une sorte d’espèce humaine qui ressemble aux autres espèces animales et dont la seule « liberté » consisterait à « conserver l’espèce » (Le Totalitarisme). Sur la terre ravagée par une pandémie, ce programme cessera d’être une théorie de la domination pour devenir une revendication des dominés.

                      Il n’y aura d’ailleurs bientôt plus d’alternatives qu’entre la soumission et le pur nihilisme. Ceux qui refuseront de se « responsabiliser » (porter un masque, se faire vacciner, accepter une puce RFID pour permettre un meilleur dépistage, plus rapide, etc), de participer avec zèle à la « gestion citoyenne » de la crise et à l’embrigadement dans l’Union sacrée pour « sauver le monde », peuvent s’attendre à être bientôt traités comme le sont en temps de guerre les déserteur et le saboteurs. Car l’état de nécessité et les pénuries qui vont s’accumuler pousseront d’abord à réclamer de nouvelles formes d’asservissement, pour sauver ce qui peut l’être encore de la survie garantie là où elle l’est encore quelque peu.

                      Cependant le rôle de l’imagination théorique reste de discerner, dans un présent écrasé par la probabilité du pire, les diverses possibilités qui n’en demeurent pas moins ouvertes. Pris comme n’importe qui à l’intérieur d’une réalité aussi mouvante que violemment destructrice, nous nous gardons d’oublier ce fait d’expérience que l’action de quelques individus, ou de groupes humains très restreints, peut, avec un peu de chance, de rigueur, de volonté, avoir des conséquences incalculables.

                      Mecanopolis


                    • Croa Croa 10 mai 2009 12:18

                      Jonas, il y a des caractères bizarres sur ton message !

                      à éviter : Tout copier-coller depuis Word ou OO-Writer !

                      Truc : Copier-coller vers un logicel de texte brut (sous Windows le Bloc-note) et copier-coller ensuite du logiciel en question vers le cadre « Ajouter une réaction ».

                      En attendant que les éditeurs de navigateurs
                       smiley veuillent bien proposer la fonction « Collage spécial » smiley


                    • Croa Croa 10 mai 2009 12:04

                      J’ai voté oui à cet article parce qu’il parait sincère et donc nous éclaire sur le vécu d’une majorité de gens.

                      Toutefois son auteur devrait regarder autour de lui et réfléchir à ce qu’il gobe. Les « mots funestes » sont révélateurs d’un sentiment. Oui nous ne sommes pas en Chine...  !

                      Je suggère à l’auteur d’aller faire un tour en Chine. Il sera sûrement surpris de trouver là un pays tout à fait normal, un peu comme chez nous... Et des chinois majoritairement satisfaits et persuadés de vivre en démocratie ! (Tout comme nous.)

                      Mais il y a de l’espoir puisqu’en fréquentant AgoraVox notre auteur rencontre une information non contrôlée !

                      Laissons lui le temps de s’habituer... smiley


                      • Kalki Kalki 11 mai 2009 00:29

                        Dans un sens vous n’avez pas tord, mais est pour autant que vous avait ( et que vous aurait ) raison ?

                        Biensur que l’action se passe dans la réalité !
                        Est pour autant qu’il faut refaire les mêmes révolutions (questions d’échelle).

                        Apparemment on peut trouver aussi que l’auteur qui critique la vision du nouveau monde technologique, se base également sur une ancienne vision qui a fait ses preuve (nous dis t’on) : celle de la révolution , la grosse machine d’engouement ( ce qui insinu : idéologique ), un rassemblement tellement gigantesque, qu’elle ne peut viser qu’un gigantisme nommé état /nation ou patrie, et c’est là tout l’erreur, toute la tromperie intellectuelle !

                        Une vision de liberté dans cette vision du système ( et de l’organisation de la société ) ? non c’est à antipode !

                        La révolution pour le changement, le progrès la nation, la liberté, l’équité (avec un grand H)
                        Est ce un aveuglement ?

                        Oui un double aveuglement, les choses ne sont jamais ainsi, et meme si on à prétendu à l’aveuglement : les raisons individuelles (des communautés, des réseaux « sociaux/économiques/politiques ») ont toujours joués et ont toujours étaient déterminant pour :

                        Pour quoi finalement ?

                        Faire une révolution ?

                        Vous voulez dire des fausses révolutions qui n’ont de révolutions, que le nom, comme la démocratie qu’ils pronnent.

                        Mais vous avez raison !

                        Agir : c’est agir à son échelle, pas besoin de changer le monde, changer d’abord votre communauté, faites qu’elle soit libre !

                        Ca c’est la révolution, ca c’est la démocratie !

                        Vivez, libre, bien, respectueux, le reste, laisser le de coté, on ne change pas le monde en voulant changer le ’monde’.

                        Internet n’est qu’un moyen de communication ( un réseau à peine pour l’information et difficilement de décision ), avantage : vous pouvez trouver votre réseau, y faire les rencontres qui vous sauvront peut être ; inconvénient : il vaut mieu fuire internet comme la peste, c’est une drogue


                        • Dark-Vador Dark-Vador 18 mai 2009 21:35

                          j’ai fait une recherche sur google, j’en conviens votre article est juste


                          le mot guerre : 40 500 000 résultats 
                          le mot paix : 20 200 000 résultats

                          la guerre a gagné de loin ! je me disais bien que la précarité
                           et le cdd avait de l’avenir smiley mais la dictature, je suis pas encore convaincu 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès