Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Les agressions d’enfants – « Qui ferait une chose pareille ? (...)

Les agressions d’enfants – « Qui ferait une chose pareille ? »

La plupart des parents répondront à côté de la question. A l’idée d’agressions sexuelles, on songe à un « monsieur » bizarre et exhibitionniste qui attire les enfants dans une voiture ou un bosquet. On a aussi beaucoup parlé de ces cercles pédophiles qui enlèvent des enfants pour les livrer à la pornographie et à la prostitution. Il est incontournable que de telles choses se produisent, mais les gens que l’on vient de décrire sont loin de correspondre au portrait type de l’agresseur sexuel. A quoi ressemble-t-il donc ?

Une petite fille du nom de Suzanne a été abusée par le responsable d’une Eglise. Cet homme que tout le monde trouvait charmant dirigeait un club de jeunes. Pourtant, il agressa Suzanne et d’autres fillettes. Une autre enfant écrivit à un journal pour raconter comment son oncle l’avait prise sur ses genoux et s’était livré sur elle à des attouchements. Un homme se souvient que, lorsqu’il était enfant, le fils aîné des amis de ses parents le sodomisait. Un garçon de 11 ans fut agressé par sa tante chez qui il habitait. Une New-Yorkaise a raconté que son grand-père l’avait violée quand elle avait sept ans. Un garçon de 15 ans fut victime des égarements d’un médecin pendant une visite médicale. Dans le cas de Paule, ce fut pire encore. Pendant plusieurs années, elle a été violée par son père, tandis que Marie l’a été par deux de ses frères et l’un de ses cousins.

En réalité, il est probable que moins d’un tiers des délits sexuels perpétrés sur des enfants soient le fait de personnes étrangères. D’habitude, la victime connaît son agresseur qui est souvent un proche parent. Ainsi, dans la plupart des cas, les enfants sont les victimes de personnes qu’ils connaissent et en qui ils ont confiance, ce qui rend délicat le problème de leur protection.

Les manœuvres de l’agresseur

Les parents entretiennent une autre idée fausse. Ils s’imaginent l’agression sexuelle comme un acte violent, l’enfant se mettant à hurler et à se débattre. Il se peut que cela ne se passe pas du tout ainsi, du moins dans les préliminaires. Au tout début, l’agression peut prendre la forme d’un jeu ou d’un contact affectueux. L’agresseur cherchera probablement à convaincre l’enfant et à exercer sur lui des pressions, en employant toute l’autorité dont il jouit en tant qu’adulte. Vous souvenez-vous de votre enfance, lorsque vous aviez l’habitude d’obéir aux grands même quand ils vous donnaient l’ordre de terminer votre assiette ou d’aller vous coucher plus tôt, alors que vous n’y teniez pas ? Les agresseurs sexuels profitent de cette soumission. L’un d’entre eux a eu ces mots : « Présentez-moi un enfant obéissant et il fera une victime commode. »

Une fillette reçut des appels téléphoniques obscènes. Quand on lui demanda pourquoi elle ne raccrochait pas le combiné, elle répondit qu’il était impoli d’interrompre quelqu’un. Une femme de 30 ans se souvient que son grand-père s’était livré sur elle à des attouchements quand elle avait cinq ans, en lui disant : « Les gentilles petites filles font ça pour grand-père et n’en parlent jamais à leur maman. » Combien de gosses de cinq ans parviendraient à déceler une pareille tromperie ?

De plus, vous rappelez-vous à quel point vous aimiez les cadeaux quand vous étiez petit ? Les agresseurs exploitent ce trait de caractère des enfants pour établir avec eux des relations d’un type particulier. Comment votre enfant réagirait-il si le concierge de l’école lui demandait de rester un moment après la classe en échange de quelque argent,ou si la personne qui le garde lui disait : « Je te laisserai regarder la télévision, mais avant il faut que tu fasses quelque chose pour moi. »

Parfois les agresseurs détournent à leur profit l’inclination des enfants pour les secrets. N’est-il pas passionnant pour un enfant d’avoir un secret ? Ce fut le cas d’une petite fille qui se gardait bien de le révéler à ses parents. Cependant, ils remarquèrent un jour qu’elle était très précoce sur le plan sexuel. Quand on lui demanda où elle avait appris certains gestes, la fillette répondit que c’était un secret. La fillette s’exécuta : un ami de la famille, un père de famille d’une quarantaine d’années, l’avait violentée.

En dernier lieu, l’agresseur peut proférer des menaces subtiles qui ébranlent le sentiment de sécurité de l’enfant. Une femme a raconté que son beau-père avait abusé d’elle pendant quatre ans, dès qu’elle avait eu six ans. Pourquoi ne s’était-elle pas plainte à sa mère ? « Mon beau-père me disait que, si j’en parlais, la police viendrait l’arrêter et que ma mère perdrait son travail ; ma famille manquerait alors de nourriture et tout serait de ma faute. »

A l’examen de ces questions, l’auteur Gail Sheehy a exprimé l’opinion suivante : « Nous oublions à quel point les adultes nous semblaient tout-puissants quand nous étions enfants. » Elle ajoute : « Il est très facile pour un parent plus ou moins proche ou pour une personne qui en a la garde d’initier un enfant à des pratiques sexuelles sous le couvert de soins d’hygiène. L’enfant comprend que la chose est anormale lorsque la notion du secret est introduite : Ne dis rien à ta maman de ce que nous avons fait », paroles souvent accompagnées de propos d’intimidation de ce genre : « Sinon elle ne t’aimera plus du tout. » Votre enfant serait-il capable de résister à un tel chantage ?

La meilleure défense de l’enfant

Ainsi, on notera que les agresseurs d’enfants sont souvent à première vue des personnes au-dessus de tout soupçon, capables d’employer des manières cauteleuses. Si les agressions d’enfants sont sans doute un phénomène très ancien, la menace est devenue plus grande aujourd’hui dans cette génération où de plus en plus de gens sont « amis d’eux-mêmes, sans affection naturelle, sans maîtrise de soi ». Toutefois, les enfants devraient être l’objet d’une grande protection. Mais qui doit la leur accorder ? Leurs parents. Le père et la mère d’un enfant sont les adultes les mieux placés pour les protéger d’autres adultes qui voudraient l’agresser.


Moyenne des avis sur cet article :  3.13/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • volpa volpa 23 août 2014 12:53

    Bonjour l’auteur,
    Avez vous été agressée sexuellement au cours de votre vie ?.


    • Nithy91 Nithy91 24 août 2014 09:41

      Bonjour gros macho, votre pseudo vous va à merveille. Ce que je ne supporte pas, c’est qu’avec seulement des articles on peut tout de suite juger une personne, dire si elle ment ou non, et en faire quelqu’un de mauvais. Revoyez vos basiques, et arrêtez de dire que le cancer de mon compagnon de vie n’existe pas.
      Moi je vis cela au quotidien et je trouve que c’est abject de faire de telles allusions. Alors si vous voulez que je vous envoie sa biopsie ou quoi que ce soit (d’ailleurs pourquoi est-ce que je voudrai me justifier ?) mais apparemment vous avez des idées bien arrêtées et un jugement hâtif.
      J’ai un esprit mais de dire qu’il est mauvais ou non, c’est très subjectif, ne trouvez-vous pas ?
      Et tout dépend de la personne.
      Bien à vous gros macho.


    • Nithy91 Nithy91 24 août 2014 10:19

      Bonjour gros macho, votre pseudo vous va à merveille. Ce que je ne supporte pas, c’est qu’avec seulement des articles on peut tout de suite juger une personne, dire si elle ment ou non, et en faire quelqu’un de mauvais. Revoyez vos basiques, et arrêtez de dire que le cancer de mon compagnon de vie n’existe pas.
      Moi je vis cela au quotidien et je trouve que c’est abject de faire de telles allusions. Alors si vous voulez que je vous envoie sa biopsie ou quoi que ce soit (d’ailleurs pourquoi est-ce que je voudrai me justifier ?) mais apparemment vous avez des idées bien arrêtées et un jugement hâtif.
      J’ai un esprit mais de dire qu’il est mauvais ou non, c’est très subjectif, ne trouvez-vous pas ?
      Et tout dépend de la personne.
      Bien à vous gros macho.

      Je pense que le seul fait de vous répondre donne du crédit à vos propos alors, je n’y répondrai plus.
      Bonne critique (qu’elle soit bonne ou mauvaise).


    • Nithy91 Nithy91 23 août 2014 13:04

      Bonjour, et bien permettez-moi de ne pas répondre à votre question et pourquoi cette question ?
      Bonne journée.


      • volpa volpa 23 août 2014 15:59

        Parce qu’ici nous nous trouvons sur un site de débat et à ce qu’il me semble, c’est vous qui lancez le sujet.


      • mortelune mortelune 24 août 2014 04:49

        @Volpa, « nous nous trouvons sur un site de débat »

        Vous pensez fixer les règles de ce site ? Où avez-vous vu que ce site est un site de débat ?
        C’est un site de libre expression et c’est bien différent n’est-ce pas ?
        Autre chose encore... Il n’est même pas difficile à deviner que le sujet des enfants vous dérange. Avez-vous quelques fantasmes à vous reprocher ?


      • volpa volpa 24 août 2014 09:31

        @mortelune,

        Le fait de poser une question à l’auteur est une infamie et un aveu de pédophilie donc ?

        Cet auteur qui cherche à faire du fric sur une soi disant maladie de son soi disant conjoint me pose question.Je ne voulais pas écrire sur ce point douteux.

        Un internaute à d’ailleurs soulever ce problème puis celui de la haute pédophilie.

        Mon « pote » ,à mon âge, j’ai tiré plus de gonzesses volontaires que tu n’en as touché en rêve.

        Elles étaient femmes et volontaires.

        Mes fantasmes ont tous été réalisés dans le domaine et je ne crois pas que tu puisses en dire autant.

        Alors tes attaques en dessous de la ceinture tu te les carres bien profond comme tu aimes.


      • mmbbb 23 août 2014 15:19

        a l’auteur en complet desaccord sur votre conclusion Auparavant les actes pedophiles ne pouvaient pas etre aussi facilement quantifies D’une part il n’existait pas des cellules judiciaires et policieres specialisees et d’autre part hier il etait plus difficile a un enfant de denoncer ces actes Les societes en l’occurence campagnarde ( il y a peine deux generations la france etaient encore une civillsation campagnarde ) etait fermees et les pretes puissants de part leur statut avaient peu de chance d’etre inquietes d’autant plus que la hierachie religieuse les protegeait Il fallut attendre Benoit XVI qui mit fin a cette confusion Idem dans le monde bourgeois L’auteur oublie un peu vite aussi les souffrances dans les orphelinats et les pensionnats La loi aujourd’hui est plus coercitive est c’est un point positif et un maillage permettant de diagnostiquer ces actes a ete mis a l’ecole desormais Enfin un enfant abuse ne se livre pas aussi aisement il se replit sur lui meme il faut aussi une certaine confiance afin qu’il se delivre Le sujet est aussi complexe mais il est quand meme une justice en prison le s« pointeurs » se font fracasser et tant mieux pas de pitie Si cela ne tenait a moi il ne recommencerait pas de si tot Les societes occidentales sont trop permisses sut ce sujet et Dutroux par exemple devrait etre devraient plus respirer l’air de cette terre 


        • caillou40 caillou40 23 août 2014 15:20

          Notre humanité est détraqué...


          • caillou40 caillou40 24 août 2014 08:20

            La preuve j’ai déjà un moins d’un pédophile...


          • OMAR 23 août 2014 15:29

            @Omar33

            Salut Nithy

            Votre article est très intéressant, car malheureusement, très actuel.

            Vous écrivez sur les méthodes des pédophiles et les souffrances des enfants abusés..

            Mais aucun mot sur les moyens efficaces de prévenir ces genres d’agressions criminelles ni une descriptions sur les motivations de cette racaille de pédophiles.


            • gaijin gaijin 23 août 2014 16:18

              « Le père et la mère d’un enfant sont les adultes les mieux placés pour les protéger d’autres adultes qui voudraient l’agresser. »
              sauf que parfois les parents aussi .......
              la seule protection possible c’est de faire baisser le nombre de pédophiles et pour ça c’est tout notre rapport a la sexualité qui doit évoluer .
              c’ est pas gagné .....


              • hunter hunter 23 août 2014 17:28

                Si quelqu’un est intéressé, attention c’est très long, et ça fout un vrai sentiment d’être mal à l’aise !

                Comme l’écrivait un camarade ici plus haut, oui, l’humanité est dégénérée

                ww.scribd.com/doc/34197683/Liste-complete-des-disparitions-Europe-de-l-Ouest-reseaux-pedosatanistes-et-traffics-d-organes-HOT

                Adishatz

                H/


                • hunter hunter 23 août 2014 17:40

                  j’ai oublié un w dans l’url, donc le lein n’apparaissait pas je reposte

                  www.scribd.com/doc/34197683/Liste-complete-des-disparitions-Europe-de-l-Ouest-reseaux-pedosatanistes-et-traffics-d-organes-HOT

                  Adishatz

                  H/


                  • bakerstreet bakerstreet 23 août 2014 20:06

                    Il a toujours existé des agresseurs d’enfants, de Gilles de Rai, à des quidams beaucoup moins célèbres, ( et ne désirant pas le devenir). 

                    La focalisation sur l’agression sexuelle, spécifiquement, est relativement récente. 

                    Dans les années 70, un type comme Tony Duvert, était invité par les médias, pour nous livrer sa petite philosophie libertine, et soi disant libérée : Il s’agissait de permettre à l’enfant de jouir....

                    On se félicitera donc de l’évolution. Le danger qu’elle met en évidence la tabou ce qui est le tabou ultime, qui sert ensuite à certains pervers de base de transgression. 

                    Dans les années 50 et 60, il me semble que la majeure partie des passages à l’acte, n’était pas à caractère sexuel, mais liée à la violence punitive ( on peut ergoter évidemment en se demandant s’il n’y pas là une pulsion sexuelle qui ne disait pas son nom).

                    Combien de gamins punis abusivement par des instits sadiques, au nom de l’éducation et des règles de l’orthographe mal comprises. 



                    • mortelune mortelune 24 août 2014 05:35

                      Merci à l’auteur pour cet article qui nous rappelle deux choses :

                      - Que beaucoup d’adultes souffrent de travers sexuels entre autres...et que parmi ceux-ci se trouve des pervers sadiques. Du reste le manque d’attention médiatique et le silence sociétal montre à quel point tout le monde se sent un coupable potentiel. Quand un ’agresseur’ se fait prendre c’est un peu une part de bien des ’innocents’ qui se fait prendre. Je sais que certains qui liront ces mots comprendront ce que je veux dire. 
                      - Que l’éducation de nos enfants n’est pas la bonne puisque les parents passent plus de temps à les soumettre qu’à les éduquer. La soumission a un prix et ce sont les enfants qui le paieront tout au long de leur vie d’une façon ou d’une autre. Soumission à l’autorité, soumission à papa, à maman, à tonton, à tati, aux patrons, aux policiers, aux professeurs, aux médecins, etc... D’une façon générale nous apprenons tous très tôt à nous soumettre à la hiérarchie et à ce qui représente l’autorité. La peur qui nous envahit est les vestige de celle qui nous envahissait lorsque nous étions petits.

                      Quoi faire ? 
                      - Commencez à apprendre à dire ’non’ aux enfants en respectant leur ’non’. Si l’on respecte le ’non’ de l’enfant comme on voudrait qu’il respecte le notre alors il est obligatoire de leur montrer le bon exemple. S’il dit qu’il ne veut pas manger alors on ne le force pas à manger par exemple. Il respectera mieux le ’non’ quand saura la valeur de ce mot.
                      - Poser les interdits avant qu’un ’accident’ survienne. Ces choses là ne se passe pas que chez nos voisins... Protéger un enfant c’est le protéger de tout le monde et de toutes choses. Suspecter le mal c’est souvent prévenir un danger...
                      - Au moindre doute l’adulte doit assumer son rôle de protecteur et évoquer son inquiétude auprès d’un spécialiste et interroger tranquillement l’enfant. C’est évidemment le plus difficile à faire puisque la peur de se tromper tend à nous rendre muet. Un couple d’amis a offert un carnet secret à leurs 2 filles. Un jour ils l’ont lu et ont découvert qu’il y avait des dessins ’étranges’ qui mettaient en scène le grand-père... Le début d’un enfer a commencé, aujourd’hui le grand père est en prison.

                      - Retenir que les pervers sont tout sauf des gens qui ont une tête de pervers. 
                      - Retenir que beaucoup d’adultes ont des fantasmes mais que seuls les pervers passent à l’acte.
                      - Retenir qu’un enfant doit être protéger et qu’il est impossible de fermer les yeux.

                      • eric 24 août 2014 08:23

                        Un autre élément de solution consiste à confier ses gosses, le plus possible, à des organisations catholiques (écoles, scouts, groupes de jeunes etc...).


                        Les parents ne peuvent pas être sur le dos de leurs gosses en permanence et à tous les âges.

                        Statistiquement, les cas de pédophilie ecclésiastiques montrent un milieux particulièrement protégé.
                        Ils sont très rares. La plupart sont des cas d’ephèbophilie, Que ceux-ci soit homo ou hétérosexuels, ils sont aussi beaucoup plus rare que dans le reste de la société ou beaucoup d’adultes de tous les « genres » éprouvent un intérêt spécifique pour les jeunes ( et non enfants).

                        On est dans des milieux ou la pédophilie est idéologiquement réprouvée, tout comme plus généralement, la sexualité hors mariage entre adultes consentant. 

                        Dans d’autres milieux, les parents ne sont jamais sur que l’arrière plan pédagogique n’est pas beaucoup plus « libéral ». 

                        Les pédophiles potentiels ou avérés, ont certainement une propension à s’orienter vers des professions en contact avec les enfants. 

                        Mais ou trouve-t-on la réprobation la plus franche et entière de ces pratiques. Sans doute pas à l’éducation nationale, chez les animateurs socio-cul et autres colonies de vacances.

                        Enfin, dans les organisations catholiques, l’abondance de bénévoles sur la même longueur d’onde, assure un meilleur contrôle social que dans celles qui sont livrées à des seuls professionnels.



                        • marauder 24 août 2014 17:21

                          Quand on apprend a la soumission aux enfants voila ce qui arrive ...

                          Et cette facon débile de voir la sexualité et le corps dans notre soit disant « culture » si éloignée de la réalité.

                           on est mal barré.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès