Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Les allocations chômage

Les allocations chômage

En France, un système de protection sociale contre la privation involontaire d’emploi est créé en 1958. Il est partagé entre deux régime : le régime d’assurance chômage et le régime de solidarité.

En France, un système de protection sociale contre la privation involontaire d’emploi est créé en 1958. Il est partagé entre deux régime : le régime d’assurance chômage, financé par les contributions des employeurs et des salariés, indemnise les personnes involontairement privées d’emploi qui ont travaillé et cotisé. Il est réglementé et géré par les partenaires sociaux, organisations et syndicats représentatifs des employeurs et des salariés. Et le régime de solidarité, totalement financé par le budget de l’Etat, qui est un régime d’assistance, créé pour prendre le relais du régime d’assurance dans les cas où ce dernier n’intervient pas ou a cessé d’intervenir, subsidiaire par rapport au régime d’assurance. Il est géré pour le compte de l’Etat par l’assurance chômage.
Le régime d’assurance chômage est géré conjointement par les trois organismes : les Assedic, l’Unedic et le Garp. Les Assedic sont chargées de l’inscription et l’indemnisation des demandeurs d’emploi et recouvrent les contributions patronales et salariales ; l’Unedic, fédérant les Assedic, est responsable du bon fonctionnement du système, tant du point de vue financier que de l’égal traitement de tous les demandeurs d’emploi ; le Garp (Groupement des Assedic de la région parisienne) assure les missions des Assedic en Ile-de-France.
L’argent est payé sous forme d’allocations, calculées en fonction du salaire antérieur, aux salariés qui ont suffisamment cotisé et qui sont privés d’emploi. Les salariés ayant volontairement quitté leur emploi ne bénéficient pas du régime d’assurance chômage.
Les demandeurs d’emploi inscrits aux Assedic ont droit à l’une des ces allocations de chômage :

- allocation d’aide de retour à l’emploi ;

- allocation unique dégressive ;

- allocation chômeurs âgés ;

- allocation de solidarité, allocation de solidarité spécifique ;

- allocation d’insertion ;

- allocation spécifique du chômage partiel.
L’allocation n’est pas versée dès le lendemain du dernier jour du contrat de travail, mais à l’expiration d’un délai de carence.

Moyenne des avis sur cet article :  1.94/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • JPC45 13 novembre 2008 11:18

    J’ai l’impression que cet article est en fait une publicité pour un site sur les conventions collectives.


    • Oliver Trets Oliver Trets 13 novembre 2008 12:51

      Je dirais même que la grosseur de la ficelle est d’une consistance certaine.


      • finael finael 13 novembre 2008 13:44

        Où sont les nouvelles informations dans cet article ?


        • Yohan Yohan 13 novembre 2008 19:11

          Ecran Pub. Dans un instant vous retrouvez Avox  smiley 


          • TSS 14 novembre 2008 10:06

            ce nest peut être qu’une "pub" pour les conventions collectives, mais ça a l’avantage de renvoyer certains

             vers les fondamentaux... !! que notre gvt ..lui ! a tendance à pietiner allegrement !!


            • Blé 14 novembre 2008 16:22

              Cette assurance chômage qui est un droit est attribué sous conditions ce que vous avez- omis d’écrire dans votre article.

              Une personne qui a travaillé 30 ans ou un an a droit de toucher des indemnités de chômage et même si les circonstances s’y prêtent elle peut suivre une formation. Cependant, si cette personne refuse deux emplois proposés par l’institution pour X raison, elle est sanctionnée. Suspension des versements de ses indemnités pendant quelques mois, puis suspension complète.

              Sachant que ce qui manque le plus, ce n’est pas la bonne volonté des chômeurs mais les emplois, je trouve scandaleux que les demandeurs d’emplois soient traités comme des "gens" qui sont suspectés d’office par le gouvernement de ne pas faire des efforts suffisants pour retravailler.

              La menace, toujours la menace avec la droite très à droite qui nous gouverne. La charge des conséquences sont toujours pour la victime.

              C’est étonnant comme cet aspect là du chômage est peu commenté.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

touret


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès