Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Les associations de victimes : de lieux communs en dérives

Les associations de victimes : de lieux communs en dérives

Sans contester la validité du combat des associations dans leur postulat de base, il est néanmoins intéressant d’analyser les mécanismes de ces dernières pour légitimer une cause qui s’apparente le plus souvent à une action. Au-delà de cette confusion grandissante, force est de constater que la présence de plus en plus accrue des associations dans le monde judiciaire favorise l’expression victimaire, non au bénéfice des victimes, encore moins de la société, mais de l’association elle-même. Les fonctions des associations ne sont pas simplement l’accueil, l’écoute, l’information ; leur force est d’avoir fait passer l’état de victime de l’ignorance à la reconnaissance. Les médias n’y sont pas étrangers, le culte de l’opprimé fait recette. Sentimentalisme, pessimisme, stéréotypes, réinvention du droit, les associations ont en leur possession une kyrielle d’armes pour faire pression, pour fausser leurs revendications, s’immiscer dans les débats idéologiques. Les exemples ne manquent pas. A travers certains manifestes, certains de leurs communiqués de presse, en suivant l’actualité, il est possible de montrer que derrière un bouclier de bons sentiments, les dérives de ses organismes prennent le pas au détriment de la victime.

Remarque préliminaire :

La France regorge d’associations en tous genres, certaines au nom ronflant. Chacun devient une exception où le code devrait s’adapter, les associations n’échappent pas donc à la règle. La Belgique en compte aussi, mais beaucoup moins. De part la taille du pays bien sûr mais aussi par un manque de visibilité. C’est ainsi que les exemples se borneront à une majorité d’associations françaises, tout en montrant celles sur le territoire belge quand matière il y a.



Les associations de victimes existent réellement depuis 1983. Chacune a sa spécificité. Les médias n’ont de cesse de les mettre en scène à chaque débat, chaque affaire judiciaire. Certains journalistes n’hésitent pas à faire passer leur parole comme une sorte de bonne nouvelle prêchée à l’ignorant. Le subjectif devient objectif. La voix de l’opprimé semble être la seule qui vaille. Et pourtant, quand on se penche sur de grandes associations, on peut mesurer combien cette « objectivité » peut être dangereuse si on y porte une adulation aveugle. Certaines « réinventeraient » bien le droit. L’APEV – l’aide aux parents d’enfants victimes – se fait le chantre d’une justice rendue à travers le prisme de la victime. Ainsi, cela va du « détail » de la désignation des dossiers par le nom des victimes (ce qui pose tout le problème de la chronologie, on est victime à l’issue du procès, pas avant) jusqu’à la mesure absurde de créer une partie civile secondaire destinée seulement aux associations, « certains droits devant être réservés aux seules victimes  ».Vu les demandes – propositions pour reprendre leur terme – on ne doit guère s’étonner de lire cela. Les victimes ne peuvent pourtant devenir juges et parties. D’ailleurs, l’association pose directement la question : pourquoi la partie civile n’a-t-elle pas les mêmes droits que la défense ? Il faut à leur sens, un lieu de repos pour les victimes, la partie civile doit pouvoir réfuter les jurés, il ne faut plus la présence d’un avocat en garde à vue pour les auteurs de viols, le délai d’instruction doit être diminué car cela « profite bien entendu aux agresseurs  ». Enfin, au centre des débats, la modification du délai de prescription : 30 ans pour les crimes, 20 ans pour les délits.

On peut se demander si cette exigence est vraiment dans l’intérêt des présumées victimes si longtemps après les faits, alors que les preuves sont quasiment impossibles à apporter. L’AIVI – l’association internationale des victimes de l’inceste – est encore plus radicale puisqu’elle demande dans son manifeste l’imprescriptibilité des crimes et délits sexuels sur enfants plus de 40 ans plus tard ! L’ABEVA – l’association belge des victimes de l’amiante – demande aussi la suppression de « toute notion de délai de prescription entre l’exposition à l’amiante et la déclaration de la maladie  », ce qui semble ici tout à fait pertinent car la différence réside dans le fait que la maladie peut apparaître quelques 50 ans après l’exposition à l’amiante. Tout est donc question de mesure entre ces différentes revendications.

C’est là que le bât blesse. En se nourrissant des injustices passées, les associations vont dans le sens d’une répression accrue. Reprenons l’AIVI car son manifeste est l’incarnation de tout un fonctionnement. A l’entendre, les agresseurs emprisonnés « bénéficient de plus de droits que les victimes  ». En effet, il faudrait supprimer la présomption d’innocence ainsi que les soins gratuits. Le plus dangereux est quand tout ceci s’accompagne d’un discours culpabilisateur, mensonger, des plus subjectifs comme dit plus haut et pessimiste. Les stéréotypes pleuvent à chaque page : « les ¾ des prostitués sont des victimes d’inceste », « 90% des victimes sont exposées à un potentiel suicide  » ; en plus de chiffres invérifiables dont l’association avoue elle-même qu’ils sont flous, les photos provocatrices invitant à la compassion s’invitent feuilles après feuilles. C’est le triomphe de la désinformation, la dictature de la surinterprétation, du pessimisme et de la peur. Bien sûr, les associations ne dénonceront pas ces ravages liés à la surestimation. Il n’est pas rare de voir des innocents emprisonnés par les paroles sacralisées de l’enfant ou plus généralement de la pseudo-victime.

Si on peut logiquement parler au nom de la victime par définition, réfléchir de manière intelligente et rationnelle semble la seule issue de secours afin de conférer au statut noble des associations quand on voit le discours tenu du début à la fin à travers le prisme de la victime. C’est le procès pour la victime et non de l’accusé.
Malheur à ceux qui oseront défier ou critiquer les associations, on ne leur veut que du mal…elles sont dès à présent doublement victimes : en témoigne le tollé généré par la condamnation du Dal – Association Droit au logement - pour avoir installé illégalement des tentes sur les trottoirs pour sans-abris. La justification de l’incompréhension de ce jugement tend en un seul mot, fourre-tout, dont on sait la subjectivité qui l’entoure : la morale. Le communiqué du 4 mars 2009 explique que le « Dal a toujours été soutenue par des personnalités morales et artistiques irréprochables. Cette décision a été rendue pour décourager les associations et les sans-logis qui relèvent la tête ». Théorie du complot, manichéisme primaire : la bonne association, la méchante société. Classique. Sentimentalisme, interprétation littérale de mauvaise foi du jugement – Le dal a été condamné en vertu de l’article R644 du code pénal « Le fait d’embarrasser la voie publique en y déposant ou y laissant sans nécessité des matériaux ou objets quelconques qui entravent ou diminuent la liberté ou la sûreté de passage est puni de l’amende prévue pour les contraventions de la 4e classe.  » où « objets quelconques » est assimilé aux sans-abris - tout y passe quand l’engagement parait être de si bonne intention et « injugeable ».

L ère de la banalisation victimaire a trouvé son porte-parole fétiche : le milieu associatif. S’il n’est pas difficile à travers ces derniers exemples de montrer le substituant tenté à la justice dans le rôle des associations, il est en revanche plus malaisé d’en tirer les conséquences pour la victime elle-même. La victime a tout à gagner dans un soutien associatif sauf quand celui-ci devient le porte-parole d’une idéologie, d’un quasi « pouvoir » de pensée où toute opinion dissidente devient impossible et fausse le débat dans l’opinion publique. La victime est choyée, se complait, ne se sent pas seule, mais n’avance pas et ne sort pas de cette posture victimaire. Au contraire, et c’est là à mon sens une très grande dérive, la victime s’érige en censeur, légitimée par l’action de l’association et le mal vécu personnel. Elle n’a plus son libre-arbitre et devient elle-même un fragment de l’idéologie mise en place. Ainsi le mythe égalitaire refait surface : là où l’association combat louablement une inégalité, on passe à une inégalité inverse – nivelant par le bas – au nom du principe démocratique mais dévoyé de l’égalité. C’est de nouveau ce prisme de la victime : plus je suis victime, plus la surinterprétation doit devenir objective, plus la répression doit être forte. Il n’est pas étonnant de voir certaines associations féministes – minoritaires - revendiquer clairement plus de droits pour la femme au point d’ériger l’homme en « grand-méchant loup » et de secrètement désirer féminiser la société. Un point paradoxal à souligner est la présence de l’Etat aux côtés des associations pour défendre l’intérêt général. C’est une dérive au principe qu’elles ne peuvent être juges et parties. L’association représente un intérêt particulier, là où l’Etat représente l’intérêt général, et où le ministère public représente la société. C’est donner aux associations l’illusion de la satisfaction par un gouvernement qui se défausse sur elles pour justifier une politique répressive. Les exemples aux Etats-Unis ne manquent pas, les mouvements victimaires étant récupérés par les politiciens les plus conservateurs.

La religion des persécutés est aimée par les médias, le commun des mortels en demande. Mais les associations touchent à des problèmes de société complexes. On fait de l’exception une généralité où chacun est différent. La Halde – Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l’Egalité - l’a bien compris : les minorités ne doivent plus se définir comme telles, quitte à réinventer la société. Faisons fi des différences pour mieux en avoir droit. Ainsi, dans un rapport intitulé "La place des stéréotypes et des discriminations dans les manuels scolaires", l’organisme n’hésite pas à préconiser la suppression de « Mignonne allons voir si la rose » de Ronsard dans le cursus éducatif car ce texte véhicule une image somme toute très négative des seniors. Il reproche aussi aux livres scolaires de ne pas assez valoriser l’islam, car « elle est montrée comme une religion étrangère à la France ». On croit rêver. C’est le parfait exemple de la machine de guerre idéologique qui nivelle par le bas au nom de l’égalité.
Plus généralement, ce type d’agissement des associations nuit aux victimes du fait de cette « humanité » sans fin, de bons sentiments. La démocratie se résume de plus en plus à la permission de faire ce que l’on veut : le droit comme protection des faibles disparait derrière la promotion des associations habiles et des causes invraisemblables. En effet, ces dernières agissent parfois sans même l’autorisation des personnes considérées comme « victimes » : le Mrap - Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples - n’a pas hésité en 2005 à prendre position de manière positive sur le voile sans l’accord des musulmans, tout comme le Mrax en Belgique - Mouvement contre le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie - a intenté une action en justice pour que le voile soit porté à l’école sans consultation des musulmans, et se faisant par la même occasion le rempart de la morale. Tout s’entremêle.

Il ne faudrait pas faire de ces cas une généralisation hâtive. Bien des associations sont éminemment respectables. Cependant, la tentation est grande. La médiatisation à outrance ouvre une porte facile pour faire entendre sa voix, quitte à rayer le disque du discours initial. On l’a remarqué, le rôle des associations atteint parfois des conséquences dangereuses tant pour les victimes en premier lieu que pour la société. Là où l’intention de bonne foi ne peut être remise en cause, les dérives sont hélas légions. Le prisme de l’opprimé demande nuance. Tout ce qui aura pour but d’inscrire dans la réalité les associations recueillant les personnes traumatisées ne peut que produire un bon résultat. Ainsi évolueront les mentalités vers moins de manichéisme et plus d’intelligence. Tous ont à y gagner.

Documents joints à cet article

Les associations de victimes : de lieux communs en dérives

Moyenne des avis sur cet article :  2.14/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • maharadh maharadh 7 avril 2009 19:13

    Bientôt il n’y aura plus de bénévoles pour oeuvrer dans les associations car nous commençons à en avoir ras la casquette de tout faire à la place des parents et de surcroit se faire critiquer.

    Des parents qui déposent leurs gamins quand encore ils s’en donnent la peine et quand nous ne sommes pas obligés d’aller les chercher nous mêmes à nos frais devant leur domicile , ses parents pour s’en débarrasser ou pour que les gamins s’occupent sans s’impliquer eux-mêmes sont les premiers à critiquer les bénévoles .

    Dans peu de temps nous serons en voie d’extinction vous pourrez alors toujours leurs offrir la dernière console à la mode.

    Que vous critiquiez les grosses institutions d’accord car c’est eux qui reçoivent les subventions qu’ils utilisent d’ailleurs à environ 80 % en frais de fonctionnement mais pas les petites associations qui bien souvent en sont de leurs poches, d’accord ?


    • Frédéric Degroote Frédéric Degroote 7 avril 2009 19:30

      Les exemples viennent de grandes associations et je ne mets pas en cause votre bonne foi. D’ailleurs la conclusion nuance fortement l’image négative que je donne des associations.


    • INAVEM 9 avril 2009 12:29

      Votre article est sans doute fort bien documenté, mais quelque peu univoque. C’est pourquoi, en contre point de ce que vous écrivez, je propose de vous donner, ainsi qu’à vos lecteurs, quelques éléments sur un autre mouvement associatif, auquel vous ne faites pas référence dans votre article, qui se préoccupe des victimes depuis près de 25 ans.
      Il s’agit des associations d’aide aux victimes généralistes, constituées de professionnels pluridisciplinaires, non victimisés eux-mêmes, qui ne défendent aucune autre cause, que celle d’un droit, pour les victimes d’infraction, d’être écoutées et accueillies par des professionnels, informées gratuitement sur leurs droits, soutenues psychologiquement en cas de besoin, accompagnées socialement et orientées le cas échéant vers des services spécialisés.

      En liens étroits avec la Chancellerie, ces 150 associations généralistes et professionnelles couvrent tout le territoire français et sont regroupées au sein de la fédération nationale des associations d’aide aux victimes, INAVEM  : http://www.inavem.org. Elles assurent tous ces services à titre gratuit. Une obligation de confidentialité est attachée au contenu des entretiens avec les victimes. Les associations d’aide aux victimes respectent enfin l’autonomie de décision des victimes et ne représentent jamais la victime au procès pénal.
      Pour toutes les victimes d’atteintes à leur personne ou à leurs biens, un numéro de téléphone a été créé par le gouvernement (1999) et confié à l’INAVEM : 08VICTIMES, soit le 08 842 846 37, pour le prix d’un appel local, 7 jours sur 7.

      La fédération INAVEM et les associations de son réseau travaillent en partenariat avec les services de police et de gendarmerie, les autorités judiciaires, les services sociaux et de santé, ainsi qu’avec les réseaux d’associations spécialisées et certaines associations de victimes, qui réalisent souvent un travail efficace au bénéfice des victimes.
      INAVEM


      • Chocolines 10 avril 2009 01:12

        Personnellement, je vous ai lu et je me demnde...qui êtes-vous ?
        Vous parlez des grosses associations dites-vous ? Qu’entendez-vous par « grosses associations » ? car vous citez dans votre article l’association AIVI pour exemple. Connaissez-vous bien cette association, en avez-vous fait parti ? Que connaissez-vous à part le manifeste ? Que savez-vous de l’inceste ?

        Voilà toutes les questions qui me viennent en vous lisant...

        Etes-vous bénévole pour une cause ? Savez-vous que AIVI est adhérant de l’INAVEM au passage plus haut ?! car là aussi, le message ne me parait pas assez clair...

        Merci pour vos éclaircissements.


        • INAVEM 17 avril 2009 20:21

          Cher Chocolines,
          Je voulais apporter une précision et vous dire que l’AIVI (asso internationale des victimes de l’inceste) ne pouvait en aucun cas être adhérent de l’INAVEM, tout simplement parce que l’AIVI est une association DE victimes, qui regroupe donc des victimes qui militent pour défendre la CAUSE des victimes de l’inceste. Quitte à me répéter, l’INAVEM peut avoir des liens de partenariats avec des association DE victimes, mais les adhérents de l’INAVEM sont uniquement des associations d’aide aux victimes, composées de professionnelles et surtout sont généralistes, c’est-à-dire : qu’elles s’occupent et accueillent toutes les victimes d’atteintes à la personne ou d’atteintes aux biens.
          Bien cordialement et bon we !


          • aude guignard 19 avril 2009 14:54

            « la différence réside dans le fait que la maladie peut apparaître quelques 50 ans après l’exposition à l’amiante. » la sortie du déni peut se faire 50 ans après les fatis pour les victimes d’incest, ce sont des faits avérés au Canada, pays où n’existe pas de prescription pour les agressions sexuelles sur mineurs, et où des victimes portent plainte des dizaines d’années après les faits ; les procès ont lieu, et les juges réussissent à juger. Les juges français seraient ils plus sots que les canandiens ?

            « Il n’est pas rare de voir des innocents emprisonnés par les paroles sacralisées de l’enfant ou plus généralement de la pseudo-victime. »

            par contre, en France comme dans bien d’autres pays, seule une petite minorité de victimes ont droit à un procès, en raison de la prescription et des classements sans suite qui forment la grande masse des réponses judiciaires à une plainte déposée par une victime d’inceste. De plus la très grande majorité des victimes n’osent jamais aller déposer plainte. donc si votre phrase est vraie, l’inverse est encore plus vrai : il est rare de voir les coupables emprisonnés, même si ceux-ci occupent beaucoup de places dans les prisons, en raison de la (trop) grande fréquence des agressions sexuelles et viols sur mineurs en France.

            « La victime est choyée, se complait, ne se sent pas seule, mais n’avance pas et ne sort pas de cette posture victimaire. » Erreur manifeste ! 1/sortir de l’illusion qu’on est le seul enfant à avoir vécu des abus sexuels (illusion commune à la plupart des victimes, si vous en connaissez vous pourrez vérifier pour vous-même, sinon allez demander à un psychothérapeute) est une libération pour l’adulte que cet enfant est devenu. 2/Trouver enfin une solidarité alors qu’on a été enfermé dans le secret et la honte depuis l’enfance comme dans un cachot particulièrement étroit, permet de réapprendre la confiance dans le genre humain, de réapprendre à vivre en société. C’est aussi une libération. 3/Après ces deux libérations, qui constituent les premières grandes avancées nécessaires pour sortir de la victimisation, la victime devient enfin une personne capable d’agir sur sa propre vie ce qui est la troisième étape nécessaire pour sortir de la posture victimaire. En résumé, et d’après tous les professionnels qui soignent les victimes, quelqu’un qui a vécu des abus sexuels dans l’enfance doit impérativement tout d’abord entrer dans une étape de victimisation, pour pouvoir en sortir justement ! Une victime pense depuis son enfance qu’elle est coupable, et DONC ne se sent absolument pas victime de ce qu’elle a subi : elle est obligée de le découvrir à l’âge adulte, et le plus souvent y arrive soit grâce à une psychothérapie, soit grâce à une association. La preuve : une victime quitte l’association quand elle va mieux et cela se confirme avec la plus grande régularité. Les associations sont des étapes nécessaires pour la reconstruction des victimes.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès