Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Les associations, moteurs de la transformation sociale

Les associations, moteurs de la transformation sociale

Quand une association d'éducation populaire a donné envie à des familles de se battre, elle a parcouru un bon bout de chemin.

Quand une personne en grande difficulté, reprend espoir et commence à s'engager avec les autres, elle apporte son expérience et un punch parfois fantastique.

UNE NOUVELLE GENERATION DE MILITANTS

De très nombreuses associations locales sont administrées par des retraités bénévoles, dévoués.

Ces personnes constituent une plus –value sociale importante. Sans elles, beaucoup d’associations seraient contraintes de fermer leurs portes.

On entend ici et là des responsables associatifs se lamenter en s’exclamant : « Il n’y a plus de bénévoles pour faire fonctionner l’association ».

Cette assertion reflète en partie seulement la vérité….

Il est effectivement difficile de renouveler les cadres associatifs, c’est-à-dire de trouver un président, un trésorier.

Cette difficulté se comprend : la gestion est de plus en plus difficile et souvent les associations locales doivent beaucoup faire pour obtenir « trois sous » de subventions.

Si les bonnes volontés ne se bousculent pas au portillon pour assumer des responsabilités, beaucoup de personnes acceptent d’être bénévoles : c’est-à-dire de consacrer quelques heures d’action par semaine.

Une génération d’anciens, de retraités poursuit son engagement et aujourd’hui recherche une relève qui peut être trouvée, elle est disponible.

Certains sortent des sentiers battus pour inventer ou reprendre une forme de militantisme qui semblait avoir disparu.

C’est le cas du DAL si décrié par ceux qui ne comprennent pas que parfois il faut oser pour gagner….

Si le DAL et d’autres associations comme les Don Quichotte n’étaient pas intervenus énergiquement en occupant des logements vides ou en installant « illégalement » des campements, la loi Dalo n’aurait jamais vu le jour.

Si des associations comme le 115 du particulier n’organisaient pas une solidarité active en transformant les personnes en difficultés, en acteurs, beaucoup seraient restés sur le bord du chemin en désespérance.

Ces associations d’éducation populaire doivent être soutenues.

Elles donnent un second souffle à l’engagement associatif social et aujourd’hui il est nécessaire que des complémentarités se construisent entre ces associations et d’autres comme les associations familiales laïques.

C’est ce que nous essayons de faire à Melun, en Seine et Marne en aidant à la création d’un DAL et en mettant en œuvre une distribution de soupe….

On de donnera pas, on partagera en informant les familles et en agissant pour qu’elles deviennent militantes du mouvement social.

Dans ce partenariat inter-associatif chacun apporte à l’autre : nous notre expérience d’accompagnement des familles, le DAL et le 115 des formes originales d’interventions.

Les premiers pas sont prometteurs avec pour le DAL 77 et l’Association familiale laïque de Melun, le passage du relais des mains de sexagénaires à des mains de trentenaires.

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  3.92/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • cilce92 8 avril 2014 15:49

    Bravo, l’avenir me semblera moins sombre de savoir que tant de bénévoles oeuvrent pour rendre indépendants et dignes ceux qui ont perdu pied ou connu de trop grandes difficultés pour y faire face seuls !

    Bonne continuation !


    • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 9 avril 2014 12:17

      DANS CERTAINES GROSSES ASSOS DES EMPLOIS POURRAIENT ETRE CREES ILS SONT REMPLACES PAR DES BENEVOLES QUI FONT JUSQU UN MI-TEMPS HEBDOMADAIRE SANS AUCUNE COUVERTIURE SOCIALE MEME POUR UN ACCIDENT STOP VOUS JOUEZ AVEC LA SANTE OU LA VIE DE VOS BENEVOLES STOP ABSTENEZ VOUS EMBAUCHEZ MAINTENANT SINON SARKO LE MAFIEUX REVIENDRA  !!!!


    • docdory docdory 8 avril 2014 16:29
      @ Chalot

      La liberté d’association est l’un des droits les plus fondamentaux de l’être humain. Cette liberté a pour corollaire indiscutable la liberté de ne pas faire partie d’une association.
      Or, tu dis dans ton article, je te cite : « la gestion est de plus en plus difficile et souvent les associations locales doivent beaucoup faire pour obtenir « trois sous » de subventions. » 
      Lorsque l’Etat ou une collectivité locale subventionne une association, c’est en réalité qu’elle lève un impôt pour faire fonctionner cette association, et donc qu’elle transforme chaque citoyen du pays ou de la collectivité local en cotisant obligatoire de cette association, c’est à dire qu’elle le transforme en membre de l’association en question, sans d’ailleurs lui donner de pouvoir décisionnaire ( un citoyen payant un impôt pour financer une association ne fait pas pour autant légalement partie de ses membres, et n’a donc aucun pouvoir décisionnaire quant aux activités de ladite association, tout en en étant de facto un membre cotisant ).
      Donc, subventionner une association, c’est priver le citoyen de cette liberté fondamentale qui est celle de ne pas faire partie d’une association.
      Par ailleurs, c’est contraire à l’esprit de l’impôt tel qu’il est défini par la déclaration de 1789 dans son article XIII , je cite :« Pour l’entretien de la force publique, et pour les dépenses d’administration, une contribution commune est indispensable. Elle doit être également répartie entre tous les Citoyens, en raison de leurs facultés. » 
      Le financement d’une association n’est ni une dépense d’administration, ni une dépense d’entretien de la force publique. Elle n’a donc pas à être financée par le citoyen contribuable !

      Certes, si de nombreuses associations accomplissent des tâches utiles, il n’en reste pas moins que une proportion non négligeable des « associations sans but lucratif », sont, dans la réalité, devenues des « associations lucratives sans but » ( ou bien avec des buts tout à fait étrangers à leur raison sociale déclarée ).

      Je soutiens donc l’idée selon laquelle le principe de l’article 2 de la loi de 1905, qui stipule que « La République ne reconnaît, ne salarie et ne subventionne aucun culte » devrait être législativement étendu aux associations : « la République ne reconnaît, ne salarie et ne subventionne aucune association ». Certes, aucune association ne pourrait plus se prétendre « d’utilité publique », mais c’est le prix à payer pour la liberté du citoyen.
      Une dernière remarque sur ton titre « les associations, moteur de la transformation sociale » : peut-être, mais toutes les associations veulent-elles transformer la société dans le même sens ? Je suppose que tu seras d’accord avec le fait que ceux des citoyens qui ne souhaitent pas transformer la société ( c’est leur droit le plus strict ) n’ont aucune raison de devoir payer pour des associations qui ont pour objectif de la transformer.

       Fais une expérience de pensée en imaginant que ton maire soit un maire de droite et qu’il décide de subventionner une association dont la raison sociale serait de faciliter l’expulsion par les propriétaires des locataires mauvais payeurs. Mon petit doigt me dit que tu ne serais pas trop d’accord pour payer des impôts pour la financer, et tu aurais raison ! Mais d’un autre côté, tu serais en pleine contradiction, non ?....




      • CHALOT CHALOT 8 avril 2014 17:03

        IL faut séparer les associations en fonction de leur nature ;

        Une association revendicative n’a pas à recevoir de subventions si ce n’est la mise à disposition occasionnelle de locaux.
        Une association de mission de service comme un comité des fêtes ou une assoce de danses..... doit , elle disposer de subventions.
        Ne me parle pas de services municipaux.... Une ville avec que des services, quelle tristesse et quelle pauvreté : l’engagement bénévole est un plus et une richesse sociale et humaine.
        Par contre je suis pour que l’on arrête de subventionner les fausses associations qui ne sont que des entreprises masquées.

        • ben_voyons_ ! ben_voyons_ ! 8 avril 2014 18:02

          Trop d’abus dans le monde associatif...
          trop d’hypocrisie aussi...

          - trop de faux bénévoles,
          - trop de détournements d’argent et de biens,
          - trop d’activités à but lucratif,
          - trop d’opacité (voulue),
          - trop de laxisme...

          Les douanes et le fisc ont déjà épinglés de multiples personnes, notamment dans l’univers des « lotos », les « lotos solidaires » (sic)...

          Quelques scandales récents impliquant des associations :

          Pôle emploi escroqué de 800 000 euros à Bobigny

          http://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/bobigny-pole-emploi-escroque-de-800-000-eur-05-04-2014-3743333.php

          Dax : ils détournaient l’argent de l’association des parents d’élèves

          http://www.sudouest.fr/2014/04/08/dax-ils-detournaient-l-argent-de-l-association-des-parents-d-eleves-1519430-3350.php

          La Rochelle : un trou de 700 000 euros dans les caisses de l’office de tourisme

          http://www.sudouest.fr/2014/01/28/la-rochelle-17-un-trou-de-700-000-euros-dans-les-caisses-de-l-office-de-tourisme-1444024-1391.php


          • trevize trevize 8 avril 2014 20:35

            Une infographie très bien faite montrant les subventions versées aux associations en 2011

            http://www.lemonde.fr/politique/visuel/2013/07/01/associations-a-qui-profitent-les-subventions_3430228_823448.html

            Peut-être y-a-t-il quelques cas de dérives, mais le tissu associatif est un bon atout mal exploité. Il pourrait être utilisé pour redonner le pouvoir aux citoyens, en leur déléguant certaines des taches qui étaient auparavant gérées par l’état, une sorte de privatisation citoyenne. Pour la gestion de l’eau ou des écoles par exemple.

            Les solutions à nos problèmes existent déjà, nous n’avons qu’à assembler les outils qui sont sous nos yeux ; pas besoin d’une nouvelle constitution dans un premier temps. Mais la finance et les médias nous enfument tellement que nous ne voyons pas.


            • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 9 avril 2014 12:10


              ASSOCIATIONS STOP !!!!ARRETEZ D’ AIDER LES ELUS !!!!!!!!

              vous votez pour eux et vous faites la moitié de leur travail !!!!!!ARRETEZ ABSTENEZ VOUS ILS VOUS PRENNENT POUR DES PIGEONS
              (exemple bibliothèques ou on peut créer des emplois !!!!!!!!!!!!!!!)

              PLUS DE SOUTIEN A L UMPS !!!!!!!!!!!!!!!!!!

              aux amicales laiques ou associations religieuses et amicales QUI NOYAUTENT LES ASSOS ........ POUR L’ UMPS OU L’ UMPFN  

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès