Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Les avantages de l’uniforme

Les avantages de l’uniforme

L'uniforme à l'Ecole est républicain. Il est le symbole fort de l'égalité des chances. Il est une forme de fraternité scolaire, et une liberté, en réglant uniformément pour tout le monde, les problèmes vestimentaires, de passer à autre chose.

Les 10 avantages indéniables de l’uniforme scolaire

1. Créer un sentiment d’appartenance.

2. Encourager l’esprit d’équipe.

3. Réduire l’écart entre les classes sociales.

4. Rehausser le niveau de sécurité (Faciliter l’identification des intrus).

5. Diminuer la discipline des parents et des enseignants (gérer le code vestimentaire).

6. Enrayer l’indécence.

7. Lutter contre le racket et l’hyper sexualisation.

8 .Réduire la violence.

9. Redorer l’image de l’établissement.

10. Promouvoir la consommation saine et non la surconsommation.

L'absence d'uniforme favorise effectivement un consumérisme vestimentaire effréné. Cette absence encourage l'apprentissage rapide de la société du spectacle, dés le plus jeune âge, par un individualisme, qui est devenu exacerbé et incontrôlé, dans le consumérisme ambiant. Elle consacre la différenciation des classes sociales, par les subtilités des comportements de consommation de classe, à travers les vêtements, les marques et la mode. Tout ces inconvénients étant une prime supplémentaire, à la distraction, au manque de concentration et à l'indiscipline ! Ceci dit il suffit de passer devant un établissement scolaire, pour être convaincu de l'utilité de l'uniforme ! Sans commentaire. La France, qui est le seul pays au monde, à ignorer l'uniforme à l’École, semble aussi vouloir ignorer, dans sa superbe, que l'apprentissage de l'égalité, précède celui de la liberté. Même la fraternité nécessite une certaine uniformité d'être, du moins au début, dans la forme de l'apprentissage, avant de passer à la différence. Il est évident que l'apprentissage de la différence, se fait plus facilement dans une uniformité des apparences, plutôt que dans la différence, dont on sait l'importance inconsidérée, qu'elle peut prendre à cet âge. L'ancrage de l'uniforme est une base de vécu commun dans la forme, dans une composante apparente du savoir être, qui permet ensuite de passer à autre chose ! L'égalité des chances, principe républicain par excellence, passe par ce stade, et donc par une certaine uniformité de l'apparence à l'école ! Méfions nous d'un démocratisme des apparences qui favorise la société du spectacle, et ce dés le plus jeune âge, par un démocratisme de pacotille. Une chose est sûre, c'est que le bling bling, les paillettes et le consumérisme sont entrés à l'école. Une chose est sûre aussi, c'est que le divorce entre républicains et démocrates, ne date pas d'hier ! Ceci dit, il n'y a plus d’École de la République, lorsque l'on mitonne cette dernière, de démocratisme. L'uniforme à l’École est républicain. Il est le symbole fort de l'égalité des chances. Il est une forme de fraternité scolaire, et la liberté, en réglant uniformément pour tout le monde, les problèmes vestimentaires, de passer à autre chose. Le plus souvent, il est vécu, comme rassurant par ceux qui le portent. Il conditionne inconsciemment au travail, par l'association symbolique d'un formalisme vestimentaire, au travail. Il est donc un outil pédagogique à part entière qui réglerait bien des problèmes, en France.

Eric de Trévarez


Moyenne des avis sur cet article :  3.98/5   (51 votes)




Réagissez à l'article

62 réactions à cet article    


  • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 16 septembre 2013 10:12

    Dans les années 1950, et avant, filles et garçons portaient des blouses à l’école (couleurs différentes pour distinguer les filles des garçons) pour ne pas salir leurs vêtements.
    Et basta !
    On ne passait pas son temps à sodomiser les diptères avec des ratiocinations sur les uniformes...


    • Bubble Bubble 16 septembre 2013 10:31

      Dans les années 50, il y avait un service militaire qui remplissait ce rôle.


    • foufouille foufouille 16 septembre 2013 10:49

      jusqu’en 77 en primaire. les riches avaient de belles blouses grises. les pauvres de vielles blouses usées


    • appoline appoline 16 septembre 2013 21:33

      Foufouille,


      Vous ne voyez pas les choses en noir, vous ? Tout le monde avait sa blouse, point et c’était très bien comme ça.

      Maintenant on voit des mômes de 10 ans arriver avec le string dans le cul remonté jusqu’à la taille pour qu’on le remarque bien, des jean’s taille ultra basse mais au garçons, les baggy sur les hanches avec un slip pas toujours propre car ils ne sont pas encore sortis de leur période cra-cra, vous croyez que c’est mieux ?

    • foufouille foufouille 17 septembre 2013 15:04

      @appoline
      je décris juste ce dont je me souviens. ceux qui avaient de vieilles blouses délavés étaient, bien sûr, moqués

       


    • Ruut Ruut 16 septembre 2013 10:37

      Enfin un article censé.

      Merci a l’auteur.
      Oui au retour de l’uniforme et du respect a l’école.


      • Stof Stof 16 septembre 2013 10:43

        L’uniforme est obligatoire dans certaines régions, comme aux Antilles. Ca peut se limiter à un tee-shirt aux couleurs de l’établissement. Les enfants n’y voient à y redire autant que je sache.


        • Qaspard Delanuit Gaspard Delanuit 17 septembre 2013 01:36
          On pourrait prendre modèle sur celui-ci :

          http://fr.rian.ru/photolents/20130904/199205560_5.html

           smiley



        • foufouille foufouille 16 septembre 2013 10:51

          ensuite les pauvres porteront un bleu de travail avec béret. il y aura de la musique populaire standard, etc


          • Qaspard Delanuit Gaspard Delanuit 17 septembre 2013 01:30

            Oui, il faut aussi uniformiser la musique, car toutes ces différences musicales créent du désordre. Et aussi que tous les passants marchent au même rythme dans la rue, ça sera encore plus propre.  smiley


          • ZenZoe ZenZoe 16 septembre 2013 10:55

            Entièrement pour un uniforme.
            L’école doit être à l’image de la république, indivisible et laïque. En habillant tous les élèves pareil, l’idée rentre mieux.


            • Qaspard Delanuit Gaspard Delanuit 17 septembre 2013 01:26

              La république est indivisible et laïque mais elle n’est pas uniforme. Elle est au contraire ce qui permet à la diversité de se manifester dans la concorde. Et c’est en protégeant le droit individuel que la république se protège du communautarisme comme des excès du capitalisme sauvage, car elle ne reconnaît que l’individu et la nation (en principe !). 


              La société uniformisée est le reflet inverse de la société bigarrée. Ce sont deux perversions opposées, et aucune des deux n’est la République française. 





            • totor101 totor101 16 septembre 2013 11:38

              ohhh !
              quelle horreur !

              ne pensez vous pas à ce que vont perdre les grandes surfaces qui importent des marques en provenance de pays sous-développés ?
              si carrefour, auchan, Leclerc perdent du fric ? ou irons nous ?
              au contraire il faut obliger les gamins
              - à porter des vêtements, chaussures et sacs de marque
              - a changer de modèle tous les trois mois
              il faut aussi donner des prix pour l’originalité de la tenue !
              comme cela on saura qui vient d’une bonne famille et qui sont les autres


              • Jelena XCII 16 septembre 2013 11:49

                Très juste, un enfant dont les parents n’ont pas les moyens de lui acheter les dernières fringues à la mode se fait qualifier de « clochard » par les autres élèves, et ce bien avant l’entrée au collège.


              • Qaspard Delanuit Gaspard Delanuit 17 septembre 2013 01:09

                Se faire traiter de clochard, c’est l’occasion d’apprendre à résister au groupe des cons, grâce au soutien de ses parents. C’est ça aussi l’éducation. 


              • sirocco sirocco 16 septembre 2013 11:46

                Entièrement d’accord avec l’article.

                Un point important n’a toutefois pas été abordé : l’uniforme doit être gratuit et offert aux écoliers, quel que soit leur statut social, avec obligation pour eux d’en prendre soin.

                Rappelons que les massacres commis en Centrafrique par Bokassa au temps de Giscard avaient eu pour origine la manifestation des lycéens qui protestaient contre l’obligation de payer leurs uniformes.


                • Bernard Pinon Bernard Pinon 16 septembre 2013 11:58

                  Entièrement d’accord, au petit bémol ci-dessous près.

                  Lorsque j’étais collégiens, nous devions porter une blouse (alternativement bleue et marron uni pour les garçons, bleue et rose à carreaux pour les filles), cela protégeait les vêtements des tâches d’encre (on écrivait encore à la plume Sergent Major à l’époque) et il n’y avait pas de pression pour porter des vêtements qui vous transforment en panneau publicitaire pour les marques.

                  La seule chose que je ne comprend pas c’est «  Lutter contre le racket » car du racket, à l’époque, il y en avait déjà...

                  • Kookaburra Kookaburra 16 septembre 2013 12:21

                     

                    Pour résoudre la question du voile à l’école ainsi que celle de la dictature des marques de chaussures et vêtements, on n’a que revenir aux règles du début du XX° siècle où les écoliers et lycéens avaient des uniformes. Sauf que depuis les années soixante-dix et l’idéologie de l’école libertaire-antiautoritaire, la moindre prescription vestimentaire serait ressentie comme du totalitarisme et donc totalement inacceptable. Néanmoins, l’uniforme existe bel et bien au lycée aujourd’hui - c’est le jeans.

                    Le sujet pose la question de tenue convenable. Peut-on, aujourdhui, parler de shabiller convenablement ? Shabiller pour un mariage, pour un enterrement, pour un anniversaire, pour une réunion officielle ? Lhomme postmoderne saffranchit des conventions, il shabille pour exprimer sa personnalité, ou, tout simplement, pour être confortable. Shabiller par respecte de lautrui ? On néglige la cravate pour être confortable, ou serait-il pour montrer son refus de tout paraître au profit dun être naturel, sans prétentions ? Ou parce quon est de gauche ? Le clivage droite/gauche, veut-on le signaler par sa façon de shabiller ?

                    On voit les enfants arriver au lycée habillés nimporte comment, les filles au nombril nu, le jean au niveau du pubis. Et les profs ? Certains portent encore la cravate, dautres singent leurs élèves. Tous se moquent de la tradition anglaise de luniforme, mais ils portent eux-mêmes une sorte duniforme - le jean. Faudrait-il shabiller convenablement pour aller au lycée ? Et pour lhémicycle ? Si le jean est acceptable dans lhémicycle, pourquoi par le short ? Shabiller par respecte de soi-même, (et pour solliciter le respecte de lautrui ?), shabiller par respecte de lautrui, par respecte de loccasion, de lenvironnement ?


                    • Ruut Ruut 16 septembre 2013 12:42

                      Il y as dans tout travail un uniforme, pourquoi l’école ferait exception.


                      Cela éviterais les vêtements made in china a très courte durée de vie.
                      Quoi que vue les patrons que nous avons en France, j’ai des doutes sur ce point.


                      • Manu Manu 16 septembre 2013 13:24

                        Il est incroyable au XXIè siècle qu’on en arrive à penser que « l’uniformisation » soit la solution à nos problèmes.

                        Cet article révèle finalement un mal pernicieux : sous couvert d’égalité, toute divergence avec la pensée moyenne devrait s’effacer. L’auteur se réclame de la démocratie, mais sans s’en rendre compte, il applique un totalitarisme de pensée unique.
                        Surtout ne pas afficher de différence : d’abord les vêtements, puis bientôt la pensée.

                        Je soutiens au contraire que l’école doit être le lieu de la reconnaissance des différences :

                        • de l’être (couleur de peau) ;
                        • de la pensée : j’ai des idées différentes de mon voisin ;
                        • de la situation économique ;
                        • non exhaustif.

                        Au lieu de vouloir « protéger » l’écolier, il me semble qu’il faut au contraire lui faire l’apprentissage de toutes ces différences.

                        C’est la condition minimale pour qu’il puisse apprendre la tolérance.


                        • La mouche du coche La mouche du coche 16 septembre 2013 14:10

                          Il est inoui qu’il y ai au XXIème siècle encore des crétins qui pensent que la casquette à l’envers et le string soient de la reconnaissance des différences :

                          • de l’être (couleur de peau) ;
                          • de la pensée : j’ai des idées différentes de mon voisin ;
                          • de la situation économique ;
                          • non exhaustif.
                           smiley

                        • ZenZoe ZenZoe 16 septembre 2013 14:39

                          Au lieu de vouloir « protéger » l’écolier, il me semble qu’il faut au contraire lui faire l’apprentissage de toutes ces différences.C’est la condition minimale pour qu’il puisse apprendre la tolérance.

                          Mais c’est tout le contraire !
                          Vous n’avez pas remarqué que plus on tolère que les gens fassent tout et n’importe quoi dans leur coin, plus tout le monde devient intolérant ?


                        • appoline appoline 16 septembre 2013 21:39

                          Tiens, encore un qui a tout compris. Rentrer dans le rang permettrait au contraire aux élèves de se recentrer sur l’essentiel : apprendre et non faire des défilés de mode à l’école


                        • Qaspard Delanuit Gaspard Delanuit 17 septembre 2013 01:06

                          « Rentrer dans le rang permettrait au contraire aux élèves de se recentrer sur l’essentiel : apprendre et non faire des défilés de mode à l’école »


                          Comme ça, bien serrés dans le rang, la jambe raide levée, ils pourraient faire des défilés militaires, quelle bonne idée pour préparer l’avenir !  smiley

                        • marco1960 17 septembre 2013 09:29

                          @APPOLINE,


                           ’’permettrait au contraire aux élèves de se recentrer sur l’essentiel’’

                          EXCELLENT !!! Celle-ci est excellente ; je me la refais ; ’permettrait au contraire aux élèves de se recentrer sur l’essentiel’’ !!! Parce qu’il a de ’’l’essentiel’’ dans les programmes scolaires ?je pouffe. !!! Vous ne vous foutez pas juste un peu du monde là ? 
                          Les intervenants sensés faire l’éducation de nos enfants ne sont même pas foutus de les intéresser, de se creuser la cervelle afin de trouver et appliquer de nouveaux supports, pertinents, capables d’intéresser et de capter l’attention des élèves. 
                          C’est justement cela la pédagogie !!!, ce n’est pas balancer un cours bêtement comme ces ânes l’ont appris tout aussi bêtement.
                          Quelle déchéance ! Ce n’est pas d’un réaménagement dont l’éducation nationale a besoin mais bien d’une REFONTE TOTALE.
                          C’est l’ensemble du corps enseignant qui est en ECHEC et non les élèves qui ’’seraient plus idiots’qu’avant’’. Le ^pire est qu’’ils se prennent tous pour ’’l’élite’’, avec la conviction imbécile d’avoir le monopole de l’intelligence et de la vérité. 
                          C’est amusant !!!
                          Vive l’enseignement privé généralisé. Là au moins l’élève, comme les parents sont des CLIENTS. Ce que d’ailleurs nous devrions être aussi aussi à l’égard de l’éducation nationale, car 137 Milliards d’euros (buget 2013, une paille) c’est quand même pas gratuit dis donc !!!










                        • appoline appoline 17 septembre 2013 12:27

                          L’essentiel : ce serait dans l’idéal que les gamins réapprennent à lire, écrire, compter ; là, on les gave d’annexes parasites qui ne leur servent à rien tant qu’ils n’ont pas les bases. Je vous l’accorde l’éducation nationale est complètement à côté de la plaque en bien des domaines


                        • ArnaudB ArnaudB 16 avril 2014 12:52

                          Votre idée d’apprentissage des différences est tout à fait juste et noble, malheureusement elle me semble un peu utopique. 

                          Je vous conseille d’aller faire un tour devant une école à la sortie et de voir comment la plupart des enfants parlent entre eux, se charrient et se moquent d’autres camarades de classe car ils n’ont pas les dernières Nike au pied ou le sac à dos tendance. Alors oui les enfants vont très bien apprendre à reconnaître les différences, mais à quel prix ? Combien d’enfants vont se sentir exclus ? Combien de parents vont se sentir obligés d’acheter telle ou telle marque pour faire plaisir à leurs enfants et dépenser de l’argent inutilement ?
                          Au final, je suis d’accord avec l’auteur de l’article et suis favorable au retour de l’uniforme scolaire dans les écoles.

                        • marco1960 16 septembre 2013 13:55

                          Effectivement Manu !!! Il y a encore que les naïfs et les niais du XXIè siècle qui peuvent défendre cette abominable idée. C’est ahurissant, j’y crois pas !!! 

                          Décidément on est pas au bout...et surtout pas près de s’en sortir

                          • HELIOS HELIOS 16 septembre 2013 14:22

                            ... merci Manu pour cet avis que je partage...

                            Avec l’ecologie politique et le totalitarisme de certains, on est pas sortis de l’auberge.

                            Comment se fait-il que dans la vie, il faut toujours qu’il y ait des pervers pour tenter ... et souvent obtenir, des lois et des reglements qui emmerdent les autres ?

                            Quasiment toutes les raisons evoquées dans l’article ne concernent pas le port ou non de l’uniforme, et même pire risquent de favoriser d’autres fractures sociales telles que le #1 (appartenance) ou le #2 (equipe), #9 (identité de l’etablissement)
                            D’autres restent sans effet, comme la #3 (il n’y a pas que l’iniforme qui caracterise les « riches »), le #4 (securité, les « exterieurs » mettrons aussi l’uniforme) et le #8 (on se bat aussi bien avec un uniforme...lol) et encore le #9...
                            enfin d’autres derives sont aussi a craindre comme celles induites par le #6 et #7 qui permettent de « liberer » des dessous mieux accessibles (par exemple).

                            Dans vos 10 raisons, il n’en reste que 2 pour lesquelles je ne vois pas de lien... la #5 sur la discipline et la #10 sur la consommation... toutes deux etant des phenomenes completement deconnectés !

                            Allez, un petit effort, respectez les autres svp, c’est bien mieux pour regler les problemes d’ecole et de vie en socitété !


                            • ecolittoral ecolittoral 16 septembre 2013 15:09

                              Vous avez lu les 10 avantages indéniables(?) de l’uniforme scolaire ?

                              Trois bouts de tissu et la violence diminue, le niveau de sécurité augmente, la discipline diminue pour parents et enseignants etc etc.
                              Allé ! Tous les Marseillais, les Syriens en uniforme et la paix régnera sur terre !!!!
                              L’auteur de l’article me rappelle les « vieux croûtons » dans le film « le cercle des poètes disparus ».
                              Au XXI ème siècle...ils existent encore !!!!!!

                              • Qaspard Delanuit Gaspard Delanuit 17 septembre 2013 01:02

                                D’ailleurs, on voit bien que jamais les gens qui se battent, s’envoient des bombes et se tuent ne sont ceux qui portent un uniforme, n’est-ce pas ? Les guerres ne sont provoquées que par l’absence d’uniforme, c’est évident. Car l’uniforme rend celui qui le porte, ouvert d’esprit et pacifique, l’histoire le prouve.  smiley


                              • marco1960 17 septembre 2013 09:32

                                Et l’uniforme de la connerie, il est de quelle couleur ?


                              • Muslim 16 septembre 2013 15:12

                                2. Encourager l’esprit d’équipe.
                                3. Réduire l’écart entre les classes sociales.
                                6. Enrayer l’indécence.
                                7. Lutter contre le racket et l’hyper sexualisation.
                                8 .Réduire la violence.
                                10. Promouvoir la consommation saine et non la surconsommation.

                                Tous ces points sont faux concernant le Japon et l’Angleterre. C’est une vue de l’esprit (d’un militant) que de croire que l’uniforme lutte efficacement contre les maux que vous citez. Vous aimeriez que ce soit ainsi, mais les expériences étrangères prouvent le contraire. Lutter contre ces maux en baignant dans une société que les promeut, avec un uniforme, c’est de la naïveté. C’est toute la société qu’il faut réformer. Cette solution n’arrive pas à point nommé, elle est anachronique pour le cas de la France. Et d’ailleurs pour toute société libérale. Vous voulez une société qui jouit sans limites ? Alors uniformes ou pas vous trouverez la même jeunesse dans tous les pays « riches ». C’est culturel, et c’est la voie tracée par le libéralisme, si vous souhaitez aller en profondeur plutôt que de proposer de la pseudo-mesurette qui « impressionne » le péquin, vous savez que ce sont les fondements mêmes de cette société contemporaine qu’il faut attaquer. Vous perdez votre jeunesse parce qu’elle est la cible de toutes les attentions du Marché et des Modes, et c’est contre ce Marché que jamais vous ne vous décidez de contrer. Cela fait parti des nuisances aujourd’hui établies de cette idole moderne.

                                En gros vous ne réglerez rien avec des uniformes, des trompettes et un salut au drapeau.


                                • Qaspard Delanuit Gaspard Delanuit 17 septembre 2013 00:58

                                  Excellent commentaire de Muslin, dont le niveau de pertinence est d’un cran supérieur à celui de l’article. 


                                  Certain enfants ne sont ni victimes de la mode, ni sexuellement indécents, ils ne se laissent pas racketter, et ils respectent les autres... sans uniforme scolaire. Demandez-vous pourquoi !

                                • Muslim 16 septembre 2013 15:23

                                  A priori un grand « Oui » pour les mélancoliques (séniors) qui n’ont pas compris dans quelle époque ils vivent. Le problème, c’est tout ce que vous donnez, et ne donnez pas comme éducation et limites à cette jeunesse. Par exemple, le sujet de la séparation garçon/filles pour régler quelques « maux » est autrement plus sérieux, quoique politiquement très incorrect, que de faire enfiler salopettes et jupettes à des jeunes happés et « perdus » par le Marché. L’école (ou École) est une institution délabrée, le respect pour celle-ci ne reviendra pas par la voie du vêtement et du symbole que vous semblez lui conférer. Vous pourrez bouder ou railler, c’est ainsi. Vous avez « vendu » et éduqué vos enfants pour qu’ils deviennent très jeunes des victimes du Marché. L’éducation « à la dure » vous répugne, pourtant c’est ce qui doit accompagner, dans l’idéal, le port de l’uniforme. Ce que nous lisons au contraire c’est uniforme, et que roule la jeunesse !


                                  • Manu Manu 16 septembre 2013 16:57

                                    Très bonne remarque !

                                    L’auteur de l’article est tout à fait dans la mouvance « communicante » actuelle : un slogan fort, mais bien peu de réflexion derrière.

                                    Le problème du respect de l’autorité en milieu scolaire provient (attention, il y a un piège) :

                                    • du vêtement porté par les élèves ;
                                    • de la reforme permanente du système éducatif ;
                                    • de la formation des professeurs des écoles ;
                                    • de la judiciarisation de la société ;
                                    • du mauvais exemple d’un ancien président ;
                                    • de la confusion entre scolarité et formation qui fait « retomber » sur l’école l’échec professionnel ;
                                    • non exhaustif

                                  • njama njama 16 septembre 2013 16:57

                                    Les avantages de l’uniforme

                                    > l’uniforme a surtout permis l’industrialisation de la confection, par la fabrication en série, et a servi à promouvoir les circuits de distribution.

                                    > L’uniforme a encouragé les « nationalismes » les plus crasses, cette peste brune !
                                    http://lewebpedagogique.com/uniformescolaire/files/2012/03/jeunessehitlerie nne.jpg

                                    La France, qui est le seul pays au monde, à ignorer l’uniforme à l’École
                                    FAUX en Italie (et dans bien d’autres pays), plus et pas d’uniformes dans les écoles, probablement parce qu’ils sont associés à la période fasciste.

                                    > L’uniforme est bien pratique pour cacher à bons comptes les petits poulbots, et se débarasser de la lutte des classes, qui je crois ne figure plus depuis Sarko dans les manuels d’Histoire-géo ou d’économie.

                                    > L’uniforme prend les enfants en otages.

                                    > l’uniforme contribue à l’uniformisation de la pensée.

                                    > tous les codes vestimentaires dans l’histoire, n’ont eu d’autres finalités que de créer des discriminations sur des bases claniques (ethniques, religieuses, sociales ou politiques).

                                    > l’habit ne fait pas le moine, pas plus que l’uniforme ne crée le respect.

                                    > Sachant que l’école est mixte, aujourd’hui, un uniforme à l’école se devrait d’être unisexe, puisque l’école ne connaît que les élèves, tout comme sa mère la république ne connaît que les citoyens.
                                    La généralisation de l’uniforme pourrait favoriser la théorie des genres. Un uniforme « sexué » favoriserait le contraire. Y-aurait-il lieu de créer un uniforme « féminin » (ou « masculin »), ce qui serait très « ostentatoire » ?

                                    Tou(te)s en jogging et baskets  ? ... 

                                     


                                    • soi même 16 septembre 2013 17:28

                                      Et puis cela forme les scouts, puis un peut plus tard les enfants de troupes, et un peut plus tard des hommes du rang et un peut plus tard des mouton qui voteront Hollande où un autre car il aura fait miroité un miroir aux alouettes.

                                      La Hilterjunge où la Jeunesse communisme de Staline avaient aussi des beaux costumes, eux aussi étaient avec une forte culture de groupe, d’entraide, une chaude camaraderie et de délation de tous ce qui n’étaient pas conforme..

                                      Merci pour c’est article qui préfigure l’avant poste du totalitarisme, cela commence toujours dans la gaîté et la bonne humeur, pour des lendemains biens sombres.

                                      Fouter la paix aux gamins, laissez les vivres.


                                      • Luc le Raz Luc le Raz 16 septembre 2013 18:45

                                        Et le même téléphone portable pour tous les élèves, sinon les points 3,4, 7 (racket) et 8 tombent à l’eau ! smiley


                                        • Christian Labrune Christian Labrune 16 septembre 2013 20:03

                                          à l’auteur

                                          Votre article est plein de bon sens, mais il ne me semble pas que cette question soit vraiment à l’ordre du jour. Et depuis trente ans, quand on entreprend des réformes, ce n’est assurément pas pour renforcer l’école de la République, mais plutôt pour la détruire ! Au reste, ces « réformes », jusque là, auront toutes été plutôt efficaces. Détruire, c’est quand même beaucoup plus facile que construire. Ca va continuer.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès