Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Les Bibliothèques de semences se multiplient à travers la planète, et les (...)

Les Bibliothèques de semences se multiplient à travers la planète, et les gouvernements corrompus tentent de les arrêter

Pour une fois des bonnes nouvelles, et vous constaterez que la résistance aux multinationales des semences s'organise, encore une fois ce sont des gens simples, mais de bonne volonté, qui font la différence...

Amicalement,

f.

Par Christopher D. Cook / partageable

17 mars 2015

Au milieu de la répression gouvernementale, les bibliothèques de semences élargissent l'accès à la biodiversité de la nourriture.

Il est facile de prendre les graines pour acquises. Des gousses sèches minuscules cachées dans des paquets et des sacs, font une brève apparition alors que des jardiniers et des agriculteurs les recueillent pour de futures plantations, afin de plus tard, les déposer enfin dans le sol. Ils ne sont pas « ce qui est prévu pour le dîner », mais sans eux il n'y aurait pas de dîner. Les graines sont les héros oubliés de la nourriture et de la vie elle-même.

Le partage de ces sources de nourriture peut sembler assez inoffensif, mais cette échange de plus en plus populaire - et de plus en plus large - d'accès a des semences - est contre une foule d'obstacles juridiques et économiques. Les acteurs de cette saga surréaliste, dans lequel le simple partage des semences est attaqué, vont des responsables de l'agriculture sur leur interprétation des lois sur les semences, aux sociétés puissantes étendant leurs droits de propriété et de contrôle du marché.

Des bibliothèques de semence, un type de biens communs agricoles où les jardiniers et les agriculteurs peuvent emprunter et partager des variétés de semences, enrichissant leur biodiversité et la nutrition, ont poussé un peu partout aux États-Unis au cours des dernières années, alors que de plus en plus d'Américains cherchent la connexion à l'alimentation et à la terre. Cette nouvelle variété de partage des semences a fleuri depuis seulement une dizaine de bibliothèques en 2010 à plus de 300 aujourd'hui. Le partage des semences représente « l’intégré des connaissances que nous avons recueilli sur plus de 10.000 ans » , a dit Jamie Harvie, directeur exécutif de l'Institut pour un avenir durable, basé à Duluth, Minnesota. « Les Communautés résilientes en bonne santé ne se caractérisent pas par la façon dont nous contrôlons les autres, mais plus sur des relations valorisantes. »

Comme le suggère Harvie, les bibliothèques de semences offrent une alternative profonde à la prise de contrôle des entreprises de semences, qui a atteint des proportions effroyables  : selon le Groupe sans but lucratif ETC, seulement trois entreprises contrôlent plus de la moitié du marché des semences dans le monde entier (ils on plus que doublé leur 22% de part de marché en 1996), tandis que les dix premières sociétés occupent désormais 76 pour cent du marché mondial. Monsanto possède seulement 26 pour cent du marché des semences du monde, avec Du Pont et Syngenta pas loin derrière.

Un rapport 2013 de l’ETC Group montre l'étendue surprenante de la puissance de l'industrie sur le marché, à travers le panorama des semences, des produits agrochimiques, et de la génétique : Quatre entreprises contrôlent 58,2% des semences ; 61,9% de l'agrochimie ; 24,3% des engrais ; 53,4% des produits pharmaceutiques d'origine animale ; et, dans la génétique du bétail, 97% de la volaille et les deux tiers de la recherche de porcs et les bovins.

Kristina Hubbard, directeur des communications de l'Alliance Organic Seed, voit un lien direct entre le contrôle des entreprises et le mouvement des semences de partage. « Je pense que des projets communautaires comme les bibliothèques de semences sont au moins en partie une réponse directe aux préoccupations des gens de savoir qui contrôle nos semences », explique Hubbard. « C’est une réponse nécessaire, à la consolidation de l'industrie des semences qui se poursuit et augmente la vulnérabilité de nos systèmes de semences et de nourriture. Nous avons besoin de plus de décideurs sous la forme d'intendants de semences, et plus de résilience dans nos systèmes de semences et de nourriture ».

L’avènement des Bibliothèques de semences

« Aimez la terre autour de vous, » exhorte Betsy Goodman, un agriculteur de 27 ans dans l' Iowa occidental, où « la plupart du paysage est couvert en rangées uniformes de maïs et de soja. » Travaillant sur une ferme biologique de 11 acres qui fait pousser 140 variétés de tomates et 60 variétés de poivrons, (entre autres cultures), Goodman est devenu quelque chose comme un évangéliste des semences. En 2012, elle a lancé la Bibliothèque des semences du sol commun, juste en face de la rivière Missouri dans les environs d’Omaha, au Nebraska - permettant aux jardiniers de la région et aux agriculteurs d’emprunter quelques 5.000 paquets de graines (112 variétés différentes) à ce jour.

« Cela n’as pas de sens pour moi que personne ne perpétue le cycle des semence et de la vie », dit Goodman. « Les gens ont cette idée que vous mettez une graine dans le sol, récoltiez votre nourriture, et laisser la plante mourir. » Goodman dit qu'elle travaille à perpétuer la vie. « La base de notre système alimentaire entier vient de la graine, » dit-elle. « Je pense que les gens ne sont généralement pas conscients de la façon dont nous devrions être reconnaissants de notre diversité alimentaire et de sa richesse. »

Goodman voit la bibliothèque de semences comme une récupération essentielle des traditions agricoles et de la sécurité alimentaire locale. « Je veux que les agriculteurs reviennent en arrière pour sauver les graines. Il est de notre responsabilité de faire respecter notre système alimentaire. C’est celle de tout le monde. « Mais, dit-elle, de nombreux agriculteurs restent isolés et ignorent le mouvement des semences de partage. La conscience autour de cela n'est pas encore là. Je ne l'ai pas encore vraiment entendu de la part des agriculteurs… Les agriculteurs achètent leurs semences, chaque année a Monsanto et Syngenta, ce vaste système industriel qui est très contrôlé par cet état et les États voisins. « Les agriculteurs, elle ajoute : comptent sur ces entreprises pour acheter leur maïs, ils sont très attachés à ces entreprises, et ne peuvent même pas se nourrir de la nourriture qu'ils font pousser. » 

Motivé par des préoccupations similaires, la Seed Savers Alliance du Wisconsin a contribué à faire germer six bibliothèques de semences (avec trois autres sur le chemin de ce printemps) dans cinq comtés dans le nord économiquement isolée de l'État, le long des rives du lac Supérieur.

« Un grand nombre d'aliments cultivés ici sont expédiés loin », explique le directeur de l'Alliance Tessah Wickus. Elle explique que les bibliothèques de semences sont « de plus en plus sur le partage de la charge de faire de la nourriture et faire en sorte que nous ayons tous quelque chose de nutritif ... Nous ne disposons pas de beaucoup de sources de revenus, nos écoles sont dans le système pour les programmes de repas chauds, et nous avons un taux de pauvreté élevé. L'une des préoccupations ici est la sécurité alimentaire et l'expansion des aliments locaux ».

Bien que de petite échelle, la bibliothèque de semences de l'alliance du Wisconsin a suscité beaucoup d'intérêt parmi les nouveaux agriculteurs les anciens, a dit Wickus, qui a 25 ans. « Partager les semences fait partie de l’aide à la prochaine génération d'agriculteurs ... [C] 'est une partie intégrante de comment survivre et vous nourrir vous-même, comment transmettre le savoir d'une génération à l'autre. Les gens veulent savoir d’où vient leur nourriture, quelque chose que nous avons perdu » .

A environ 200 miles à l' ouest, sur la réserve indienne White Earth dans le nord du Minnesota, une nouvelle bibliothèque de semences offre des variétés de tournesols, de haricots, de maïs et autres graines aux résidents - dont beaucoup sont pauvres et cherche une reconnexion à la nourriture indigène et à l' agriculture. La plupart de l'argent ici « va hors de la réserve » , explique Zachary Paige, directeur de la ferme au projet de récupération des terres White Earth . « Ceci est une façon de remettre de l'économie sur la réserve, et économiser de l' argent sur la nourriture, au lieu d'acheter des semences à partir des catalogues, » dit - il, tout en « fermant cette boucle dans la production de nourriture. »

Paige (qui n’est pas un natif américain ) a aidé à lancer la bibliothèque de semences White Earth il y a deux ans, et travaille avec les projets des collèges et des jardins scolaires locaux pour cultiver des variétés de semences traditionnelles. Il souligne une tradition indigène de croissance et de partage de la nourriture, et une reprise des cultures pré-Colomb hautement nutritive, comme le Maïs de l’ile de l’ours. Le partage des semences entre dans un objectif plus large sur la réserve afin d’ « essayer de manger plus sainement et de soulager le diabète. »

La multiplication du partage de semences

Mais tout cet amour de la graine et du partage est en butée contre des défis économiques et réglementaires prodigieux. Comme les bibliothèques réparties dans les États-Unis, ils sont mis en accusation par le contrôle des fonctionnaires de l'agriculture dans les états tels que la Pennsylvanie, le Minnesota et l'Iowa, qui expriment des préoccupations au sujet des paquets de semence non libellée, et la diffusion de semences contaminées ou des espèces nuisibles ou envahissantes.

Un point d'éclair dans cette bataille est une petite bibliothèque de semences à Mechanicsburg, en Pennsylvanie, qui a fait face a un différend réglementaire avec le département de l'état de l'agriculture. En juin dernièr, le ministère de l'Agriculture de Pennsylvanie a informé un employé de la Bibliothèque publique Joseph T. Simpson que sa bibliothèque de semences allait à l'encontre des lois sur les semences de l'État et devrait fermer ou suivre subir des essais et avoir les règles d'étiquetage exorbitants destinés aux entreprises de semences commerciales. Le Commissaire du comté Barbara Cross a soulevé le spectre du terrorisme, disant aux médias locaux, l’ « Agro-terrorisme est un scénario très, très réel, » dit - elle. « Protéger et entretenir les sources alimentaires de l'Amérique est un énorme défi ... alors vous avez l'agrotourisme d'un côté et de l'agro-terrorisme de l'autre. »

La bibliothèque a été contrainte de limiter son partage, et de faire un événement d'échange de semences spécial a la place. Comme la bibliothécaire de semence de Mechanicsburg Rebecca Swanger l’a expliqué aux médias à l'époque, « Nous ne pouvons avoir que des graines de l'année en cours, ce qui signifie 2014, et elles doivent être acheté en magasin parce que ces graines ont subi des tests de taux de pureté et de germination. Les gens ne peuvent pas faire don de leurs propres semences parce que nous ne pouvons pas les tester comme l'exige la loi sur les semences ».

Alors que les Centres de loi sur l’économies durables  (SELC) insiste sur le fait que les lois régissant les grandes entreprises de semences commerciales ne sont pas applicables aux bibliothèques semences, « d'autres États envisagent maintenant l'adoption du protocole de semences de Pennsylvanie, » partageage rapporté - et potentiellement arrêter le mouvement des bibliothèques de semences dans leur voie.

Mais la Pennsylvanie et certains autres États « ont entièrement mal interprété la loi » , dit Neil Thapar, avocat personnel à la SELC, qui est le fer de lance d'une campagne nationale de bibliothèque de graine appelée Save Seed partage . La loi sur les semences de la Pennsylvanie, dit - il, « n’autorise pas le ministère de l' agriculture de l' État à réglementer le partage des semences non commerciales dans les bibliothèques de semences. »

Thapar fait valoir que l'application des lois sur les semences de l'État aux bibliothèques est « inappropriée parce qu'elle viole l'esprit et l'intention de ces lois. Les lois sur les semences ont été créées uniquement comme des lois de protection des consommateurs pour protéger les agriculteurs des entreprises de semences peu scrupuleuses sur le marché. » En revanche, le partage des semences a lieu en dehors des marchés, comme une « activité non commerciale dans la communauté ».

Le mouvement bourgeonnant des bibliothèques de semences du Minnesota a rencontré une résistance similaire. En septembre dernier, le département de l'état de l' agriculture (MDA) a informé la Bibliothèque de graine de Duluth qu'elle était en violation des lois sur les semences de l'État qui interdisent le transfert de propriété des semences sans tests complets. Harvie, qui a aidé à organiser l'effort de la bibliothèque à Duluth, se rappelle la répression « les gens ont été vraiment choqués ... cela ressemblait à un outrepassement flagrant. »

Harvie dit que les réprimande du ministère de l'agriculture à l'échelle nationale galvanise les gens pour soutenir les bibliothèques de semences. « Ce que les gens demandent, c’est, qui a été blessé ?, » dit-il. « Personne n’est blessé. Le seul que tout le monde peut imaginer être blessé, c’est l'industrie des semences. » 

l'industrie des semences est il derrière les actions de la MDA ? Harvie ne soupçonne pas un complot, mais il note : « Il doit y avoir une certaine pression, le [MDA] a beaucoup d'autres choses à faire. Peut-être que le MDA savait qu’en appliquant délibérément la loi, il provoquerait un soutien pour la sauvegarde ».

Le programme de groupe consultatif sur les semences du Minnesota, qui conseille le MDA sur les lois de semences de l'État, se réunit trois fois par an et ne publie aucune trace de ses réunions. Ses membres comprennent des grands groupes d’État des produits de base tels que l'Association du Minnesota des producteurs de maïs, l’Association des producteurs de soja, et l’Association de l'amélioration des cultures du Minnesota.

Lorsque le groupe consultatif s’est réuni en décembre dernier, Harvie se souvient : « Je pense que le ministère de l'agriculture était excité pour nous d'être à la réunion. Il leur a donné une voix communautaire », dit-il, « quand c’est trop souvent seule l’industrie qui peut se permettre le temps et les frais de participation à ces réunions. La leçon est que, la communauté doit se lever et être présente ».

Avec des défis à l'échelle nationale aux semences des bibliothèques, des militants s’inquiètent d’un effet dissuasif sur cette forme naissante et de plus en plus populaire de partage des semences. À Omaha, au Nebraska, la communauté « a réagi très bien et été très favorable » de l'initiative de sol commun, a dit Goodman. « Nous ne sommes pas attaqués, nous sommes soutenus, » dit-elle, par les jardiniers et les législateurs intéressés pour mettre les bibliothèques sur une base juridique plus solide. Mais elle ajoute : « Je suis approché par d'autres à travers le Nebraska qui voulaient ouvrir les bibliothèques de semences, mais ils ont peur de faire tout ce travail et de devoir fermer »

Il reste difficile de savoir si l'industrie des semences a joué un rôle dans la promotion de la poussée de l'application de la loi, mais ce secteur puissant de l'agro - industrie est vigilant sur ​​l'expansion de son contrôle sur les semences. Comme rapporté en premier par MintPress Nouvelles ce Janvier, le conservateur conseil législatif sur l’échange américain (ALEC) colporte sa « Préemption de la loi sur les lois agricoles locale » , une loi prévoyant le « pouvoir réglementaire exclusif a l’état sur les semences agricoles, graines de fleurs et de semences de légumes et les produits de semences de l' agriculture, les semences de fleurs et les semences de légumes. Malgré le mantra conservateur de « contrôle local », la mesure de l' ALEC interdirait aux gouvernements locaux de promulguer ou d' appliquer des mesures visant à « entraver ou empêcher la production ou l'utilisation de semences agricoles, graines de fleurs ou de semences ou de produits végétaux. » 

Pendant ce temps, l'Association américaine pour l’échange de graine plaide pour « la forte protection de la propriété intellectuelle, » pour garder leurs dollars d'investissement coulé, et à « ajouter de la valeur à l'agriculture et à la société par le biais de nouveaux produits. Et est vigoureusement opposé a toute législation de l'État qui pourrait porter atteinte à ce principe simple . »

Interrogés sur sa position sur les bibliothèques de semences, le US Département of Agriculture (USDA) a déclaré : « Nous avons pas reçu de plaintes formelles de semences mal étiqueté étant distribués dans le commerce interétatique grâce à ces programmes (bibliothèques de semences). » La Loi sur les semences fédérale (FSA) régit « l'étiquetage véridique des semences agricoles et de légumes expédiés dans le commerce interétatique, » a indiqué l'agence, ajoutant : « il reste à voir si l'une de ses semence obtenu à partir de ces bibliothèques le fera dans le commerce interétatique. » À moins que les graines soient expédiées à travers les lignes de l'État, ou « déterminé à être une variété protégée » en vertu de la loi sur les semences du gouvernement fédéral, la FSA « n'a pas compétence sur cette semence. Chaque État aura besoin d'établir des méthodes internes pour faire face à l'étiquetage et le possible mauvais étiquetage des paquets de semences » .

Sauvegarder les bibliothèques

Comme les agences de l'agriculture de l'État considèrent l'opportunité de restreindre les bibliothèques de semences, les efforts législatifs sont en cours dans le Nebraska, le Minnesota et d'autres États, pour les protéger. La Loi sur les jardins communautaires [pdf] étudié actuellement par la législature du Nebraska exempterait les bibliothèques de semences de lois étatiques régissant l'étiquetage et l'essai des semences. En décembre 2014, le conseil de Duluth ville du Minnesota a adopté une résolution soutenant le partage des semences « sans barrières juridiques des frais d'étiquetage et des tests de germination. »

Peut-être plus important encore, la résolution Duluth a préconisé la réforme de la loi sur les semences du Minnesota pour « soutenir le partage des semences par des particuliers et dans les bibliothèques de semences, » en exemptant ces formes de partage de l'étiquetage, et des essais imposés par la loi, ainsi que des exigences de permis. Après qu’une mesure de réforme eut été retirée de la législature du Minnesota, les activistes se préparent pour une autre poussée législative bientôt.

Dans les prochains mois, les défenseurs du partage des semences peuvent s’attendre à des batailles législatives à travers les États - certains cherchent à étendre les droits de partage des bibliothèques, et d'autres à limiter l'échange. Pendant ce temps, l'agroalimentaire continue d'élargir son contrôle économique et juridique sur l'approvisionnement en semences du monde. « Partager des semences est un contraste interactif et dynamique sur le marché extractif » a dit Harvie. La bataille sur les bibliothèques de semences et le partage représente « un choc des visions du monde qui vient et ne se concilie pas. »

Malgré les défis, Goodman reste porteur sur le mouvement de la bibliothèque de semences. « Il est naturel pour les entreprises d'essayer d'obtenir le pouvoir sur cela, mais il est de notre responsabilité de les repousser et d'établir notre liberté », dit-elle. « Nous perdons d’énormes morceaux de notre système alimentaire, et il est de notre responsabilité de les récupérer. Nous devons être ceux qui le feront ».

Christopher D. Cook est un journaliste et auteur primé. Son travail a paru dans Harper, The Economist et le Los Angeles Times. Il est l’auteur de " Diet pour une planète morte" : Big Business et la crise alimentaire venue. » Il peut être contacté via www.christopherdcook.com

 

Source(s) : Crashdebug.fr via Alternet.org sur la piste d'Odilon

Traduction :  folamour 
Corrections :  chalouette 

Informations complémentaires :

Crashdebug.fr :
Crashdebug.fr :
Crashdebug.fr :
Crashdebug.fr : Industrie chimique, sociétés de biotechnologies et géants du trading contrôlent la chaîne alimentaire mondiale
Crashdebug.fr :
Crashdebug.fr : Agenda 21
Crashdebug.fr :
Crashdebug.fr :
Crashdebug.fr :
Crashdebug.fr : Troubles du sommeil : ce que votre corps essaie de vous dire sur votre santé la nuit
Crashdebug.fr : Neurosciences : pendant le sommeil, le cerveau se nettoie
Crashdebug.fr : Les plantes qui soignent : contre le stress, rien ne vaut la passiflore
Crashdebug.fr : Selon une étude récente, vivre à la campagne est vraiment plus sain que vivre en ville
Crashdebug.fr : Binez, bêchez, sarclez sans modération : jardiner rend heureux
Crashdebug.fr : Les facteurs de l'effet anti-stress d'une marche en forêt
Crashdebug.fr : La générosité élève aussi la longévité
Crashdebug.fr : Dire la vérité pour améliorer votre santé
Crashdebug.fr : Le Chlorure de Magnésium
Crashdebug.fr : Découverte scientifique : « Le ventre, notre deuxième cerveau », fantastiques révélations et inquiétantes dérives...
Crashdebug.fr :
Crashdebug.fr : La puissance des émotions ou comment inverser la vapeur
Crashdebug.fr : Au 30 avril 2011, avec la directive 2004/24/EC, l'Europe veut vous interdire de vous soigner librement (sans tests de labos pharmaceutiques) par les plantes
Crashdebug.fr :

 

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.81/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 11 août 10:00

        @urigan
        L’UE a autorisé les brevets sur les semences naturelles, en 2015.
        L’auteur de cet article parle du Parlement européen, mais celui-ci n’a qu’un rôle consultatif, il n’est pas décisionnaire. Ferait beau voir que soient les élus qui décident ! Ce sont les non -élus qui décident, flanqués des lobbies. Alors l’avis du Parlement européen, c’est juste un village Potemkine...


      • Alren Alren 10 août 17:13

        La guerre que la capital mène en toute immoralité contre les personnes qui veulent semer les graines d’une précédente récolte est une illustration de plus du phénomène essentiel du capitalisme contemporain.

        Qui est qu’il y a plus de liquidité monétaire que de besoins pour l’investissement de biens et services réellement consommés. C’est complètement dément  ! Là où il faudrait 1 on a peut-être 100 ou 1000 ! Imaginons un automobiliste dont le carter nécessite 4 litres d’huile et qui voudrait en faire entrer 400 dans son moteur ...

        Les milliardaires et millionnaires, dont le nombre est en constante augmentation, veulent que cet argent s’augmente tout seul par l’exploitation du travail d’autrui. Mais comme il n’y a pas assez de travail pour gonfler tant de capital, il s’agit de pourchasser la moindre activité qui échappe encore à cette exploitation. Par parenthèses, le développement du bénévolat et l’échange de services sont une calamité pour le capital.

        Cet argent a permis préalablement d’acheter des politiques (mais pas tous !) qui privatisent à tour de bras et font des lois scélérates contre les travailleurs (loi El Khomri en France) mais aussi des lois aussi scandaleusement intrusives, privatrices de liberté comme celles qui interdisent de disposer de ses propres graines et de les donner ou échanger avec qui bon vous semble !

        Dame ! c’est qu’il s’agit que les gros semenciers et les fabricants d’OGM, tel Monsanto, puissent rémunérer le grand capital, faute de quoi la concurrence entre les capitalistes pour les placements sûrs deviendrait trop féroce entre eux.

        N’a-t-on pas également interdit le purin d’orties, pour obliger les jardiniers à acheter des produits chimiques comme Bayer ?

        La dette dite « souveraine » artificiellement développée pour que l’ensemble des citoyens paient des intérêts aux capitalisme montre ses limites. On le voit en Grèce.

        La situation est tellement ubuesque qu’elle n’aura qu’un temps, forcément.


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 11 août 09:18

          @Alren
          Officiellement, les capitalistes sont pour la concurrence. Dans les faits, ce qu’ils aiment par dessus tout, c’est d’avoir des situations de monopoles. Et si possible, un monopole mondial, d’où la course à la mondialisation.


          Il y a donc 2 conceptions du capitalisme qui s’affrontent actuellement :
          - Celle des entreprises monopolistes américaines.
          - Et celle de Poutine, de développement national,qui s’oppose au néo libéralisme.

          "(...) Le président russe Vladimir Poutine a finalement brisé un bras de fer entre des factions internes. Le 25 juillet, il a exigé que le groupe économique appelé le Stolypine Club prépare des propositions pour stimuler la reprise de la croissance. Ce plan sera présenté au gouvernement au quatrième trimestre de cette année. Ce faisant, Poutine a rejeté deux factions économiques libérales ou néolibérales influentes qui avaient amené la Russie dans une récession politiquement et économiquement dangereuse avec leur idéologie de marché libre “à l’occidentale”.

          Ceci est un développement majeur que j’avais attendu depuis le dernier forum annuel de Saint-Pétersbourg sur l’économie mondiale en juin." (...)


        • périscope 10 août 17:15

          J’ai approuvé cet article mais lui reproche d’ être uniquement centré sur les USA.

          Les usa, c’est tout de même le pays de Monsanto, et aussi celui où, même les associations de protection des semences récupèrent des variétés traditionnelles du monde entier, pour leur substituer, sans la moindre gêne, des noms anglais, pour ne pas dire impérialistes !

           Aucune mention de Kokopelli, en France et dans le monde, ni des autres initiatives nationales, aux Indes et ailleurs.

          Le respect des autres est primordial.


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 11 août 09:19

            @périscope
            Il suffit de suivre les ennuis de Kokopelli pour comprendre que l’ UE n’est qu’une colonie américaine...


          • zygzornifle zygzornifle 10 août 17:19

            la banque du sperme ?


            • non667 10 août 19:12

              plus puissante que l’arme nucléaire l’arme alimentaire en préparation


              • Montdragon Montdragon 10 août 20:47

                Je ne dirais qu’une chose, allez sur Kokopeli !


                • Ratatouille Ratatouille 10 août 20:49

                  si vous ne vendez pas les graines,je ne vois pas comment
                  ils (les grosses boites) pourraient intervenir.

                  une autre façon de s’échanger graines et savoir-faire.(dans l’cul la balayette)


                  http://www.grainesdetroc.fr/

                  .
                  C’est une plate-forme en ligne où chacun peut proposer et échanger ses graines, en constituant tous ensemble une collection commune. Chaque envoi de graines permet d’obtenir un jeton et donne la possibilité de choisir parmi les variétés de la collection.

                  Le troc, c’est l’occasion de partager nos richesses et de faire l’expérience d’un autre mode d’échange.

                  C’est celle aussi de sortir nos graines des placards. Toutes ont leur place : les variétés introuvables mais aussi les plus communes, les anciennes et pourquoi pas d’étonnantes inconnues.


                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 11 août 09:55

                    @Ratatouille
                    L’UE se mêle de tout, y compris de votre potager !
                    « Potagers bientôt hors la loi. »

                    "Une nouvelle loi, proposée par la Commission Européenne, dont les membres n’ont jamais été élus, rappelons-le, vise maintenant à rendre illégal le fait de « cultiver, reproduire ou faire commerce » de toute semence de légumes n’ayant pas été « testées, approuvées et acceptées » par la nouvelle nomenklatura européenne, dont l’organisme chargé de tout régenter dans vos assiettes, a pris pour nom l’« Agence pour l’UE sur la diversité des plantes ».

                    L’objectif de ce projet de « loi sur les matériaux de reproduction des plantes » vise à rendre virtuellement responsable le gouvernement de toutes les plantes et semences. Les jardiniers amateurs, les producteurs bios et les petits maraîchers, qui cultivent leurs propres plantes à partir de semences non-répertoriées, seraient considérés comme des délinquants voire des criminels, en vertu de cette même loi.

                    Virtuellement toutes les plantes, légumes, graines et jardiniers seront finalement enregistrés par le gouvernement qui procèdera ainsi à un énième fichage mais après que les producteurs aient payé une redevance à la bureaucratie de l’Union Européenne, pour l’enregistrement de leurs semences. Censée ne viser au début que les jardiniers professionnels, elle constitue un précédent juridique qui pourrait aisément être étendu aux jardiniers amateurs et exiger qu’ils respectent ces mêmes règlements au nom du principe variable de précaution.(..)


                    D’ailleurs, comme aux USA, les écologistes sont dans le collimateur.
                    Valls les range dans la catégorie « troubles à l’ordre public » qui nécessitent une surveillance.

                  • Liber8 (---.---.103.119) 11 août 12:59

                    @Fifi Brind_acier

                    C’est l’inversion des roles. On fait passer le bon pour un criminel, et inversement le criminel pour un sauveur.
                    Aux membres de la commission Europeenne, nous leurs repondons, « NOUS DESOBEIRONS CAR IL EST DE NOTRE SURVIE DE DESOBEIR AUX LOIS EDICTEES PAR DES VENDEURS DE MORT »


                  • Alren Alren 11 août 13:37

                    @Liber8

                    Je pense en effet que la désobéissance à ces directives UE et lois Sarkozy-Hollande, parfaitement immorales au sens kantien du terme, indéfendables avec des arguments scientifiques à l’heure où l’on déplore la baisse de la biodiversité, si elle est massive sera efficace : je ne vois pas un commissaire de police où un huissier s’introduire chez un particulier sans son accord pour dresser un procès-verbal ou un constat, parce qu’il détient des graines qu’il n’a pas achetées à Vilmorin ou autre.

                    Après tout la désobéissance passive a permis à Ghandi d’obtenir l’indépendance de l’Inde ...


                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 11 août 19:51

                    @Alren
                    Vous comptez nourrir 65 millions de Français avec votre potager ? 90% des achats alimentaire se font en grande surface. Il ne sera pas possible de nourrir correctement la population sans sortir de l’ UE. Si seuls les propriétaires d’un potager voient leur petit intérêt personnel, c’est la négation de la politique. Cela me fait penser à Pierre Rabhi, que j’aime beaucoup, mais combien de Français peuvent s’offrir une maison, même modeste, à la campagne, avec du terrain et de l’eau d’arrosage ?


                  • folamour folamour 11 août 20:13

                    @Fifi Brind_acier

                    et comment on à fait avant l’Europe alors ?


                  • JMichel (---.---.181.162) 12 août 04:05

                    @Fifi Brind_acier
                    Vous devriez regarder du cote du Japon. Par contre si vous souhaitez continuer a avaler la chimie des hypers, ce n’est pas moi qui vous en empecherez. Pis un petit cancer de la malbouffe, ca vaut bien de vous achevez avec un bon antibiotique. Bonne appetit.


                  • folamour folamour 12 août 09:07

                    @folamour autant pour moi j’ai de la merde dans les yeux actuellement, j’avais mal lu brind’acier @+++


                  • Alainet Alainet 15 août 23:02

                    @Fifi Brind_acier : Je confirme et J.PBerlan directeur de l’INRA et Kokopeli accusent :
                    https://kokopelli-semences.fr/articles/finir_la_gratuite
                    le principe économique de notre modernité néo-libérale, la croissance illimitée, quel qu’en soit le coût : toute activité gratuite, parce qu’elle lèse le secteur marchand correspondant, devra être soit interdite soit taxée à son profit... En 1961 l’Union pour la Protection des Obtentions Végétales (UPOV) signée par les six pays fondateurs du Marché Commun cherche à stimuler la sélection clonale (le remplacement de variétés par un modèle ou génotype unique produit en autant de copies que nécessaire ). En 2001, le gouvernement Jospin a pris une mesure inédite de lutte contre la gratuité de la nature, la “Cotisation Volontaire Obligatoire”..
                    - Terminator, la production de semences transgéniques dont la descendance est stérile - le triomphe de la loi du profit sur la loi de la vie. En 1998, Terminator avait soulevé une vague d’indignation telle que Monsanto avait dû annoncer qu’il abandonnait cette technique de stérilisation. En octobre 2005, l’Office Européen du Brevet a accordé le brevet Terminator dans l’indifférence. Monsanto et ses concurrents/alliés travaillent d’arrache-pied à cette méthode jamais abandonnée..En novembre 2004, l’Assemblée Nationale unanime (sauf le groupe communiste) avait transposé la Directive Européenne 98/44 de soi disant “brevetabilité des inventions biotechnologiques”.
                    - Dernière pierre du dispositif gouvernemental, le projet de loi sur la coexistence entre clones chimériques brevetés et clones traditionnels organise la pollution génétique. Le mal est fait !


                  • Henri Georges Henri Georges 10 août 21:07


                    « encore une fois ce sont des gens simples, mais de bonne volonté, qui font la différence... »

                    @folamou,

                    Merci pour cette perle, phrase sobre et engageante qui fait ma journée.

                    Formidable billet.


                    • fred.foyn fred.foyn 11 août 06:55
                      Voilà ou en est la planète, à stocker des graines pour l’après apocalypse ?
                      Sont fort les humains.

                      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 11 août 09:41

                        @fred.foyn
                        Et bien, qu’attendez-vous pour militer pour la sortie de cette colonie américaine qu’est l’ Union européenne ?? Les bonnes volontés existent, il suffit maintenant de les fédérer.


                        La Commission européenne passe 90% de son temps avec les lobbies industriels. Ce sont eux qui préparent les lois qui vont s’appliquer dans les 27 pays.
                        Exemple le maïs OGM de Pionner, la majorité des Chefs d’États étaient contre, la Commission est passée outre. C’est donc elle qui détient le pouvoir décisionnel en dernier ressort.

                        Le vrai pouvoir de décision est entre les mains de non élus étrangers, flanqués des lobbies. Qui gouverne vraiment la France et l’ Europe ? C’est la question qu’il faut se poser.

                        Quand les lois sont votées dans le pays où elles s’appliquent, les citoyens peuvent peser sur les décisions. Quand les lois viennent de l’extérieur, décidées par les lobbies industriels et la Commission européenne, où personne n’est élu et donc à l’abri des choix des citoyens, les citoyens n’ont aucun pouvoir pour faire changer les choses.

                        On va donc passer le reste de nos jours à courir d’une pétition à l’autre pour protéger et sauver, les abeilles, la santé, l’environnement, les rivières, la nourriture, les emplois, l’air, l’eau, les semences etc ??

                        A un moment donné, il faut se poser les questions en termes politique et global.
                        C’est l’ UE qui a ouvert la porte à la mondialisation, à la finance et aux multinationales. Alors sortons-en, et occupons - nous de nos affaires et des lois qui doivent s’appliquer en France ! 

                         


                      • Montagnais Montagnais 12 août 22:10

                        @Fifi Brind_acier


                        Bonne analyse ..

                        On commence quand ?

                        (.. et .. comment ?)

                      • eugene eugene 15 août 19:40

                        Bon article

                        Un petit article riche de sens, à lire et aussi à méditer, et sans doute à reproduire, comme les graines de mère nature....... « Tomates sans arrosage ni pesticides » http://bit.ly/2aOt9N1

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès