Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Les BIEN-PENSANTS

Les BIEN-PENSANTS

Depuis deux ans, les "bien-pensants" font leur retour dans le langage politique et celui des intellectuels. Servi à toutes les sauces, il sert autant à désigner "les autres" (politique) qu'à se faire une image humaniste, progressiste (Libé) jouant sur les clichés. Mais fondamentalement, rien ne change. Les uns se dressent contre les autres, chacun campe sur ses positions. Et nous, nous ne devrions choisir notre camp ? Invitation à voir au-delà des pensées séparatistes pour ne plus jouer le jeu des "bien-pensants" ;-)

Les bien-pensants

Le mois dernier, Nicolas Sarkozy prononçait son premier discours à Châteaurenard en tant que candidat à l’élection, dans lequel il a révélé ce que seraient les leitmotivs de sa campagne. Lui qui nous avait habitués aux « kärcher… racailles… casse toi pauv’con… », et autres tournures fortes (rappelons que son slogan en 2012 était la France forte) a cette fois identifié l’opposant sous les traits du bien-pensant.

Dans Fais moi mal, envoie-moi au ciel, j’avais brossé à grands traits le « journal d’un bien pensant ». Alors bien sûr, quand j’ai entendu Nicolas himself y faire référence, j’ai tout de suite pensé : il a lu mon article ! Ou pas…

Cet adjectif-concept connaît depuis deux ans un regain d’intérêt chez les intellectuels de tous bords qui en usent et abusent, soit de manière péjorative afin de railler les opposants à leur pensée, soit en jouant sur les clichés afin de détourner les prétendues valeurs « bien-pensantes » pour en faire des vertus. Rappelez-vous la une de Libération du 5/10/15 qui titrait sous forme de bravade insolente : « Oui, on est bien-pensants ! Et alors ?  ». Suite à quoi, Laurent Joffrin avait ajouté et signé dans un dossier l’article « Vive la bien-pensance  » (Revue des Deux Mondes, mars/avril 2016), où il décrétait en être si cela signifiait adhérer aux valeurs universelles d’égalité et de justice… Mais ce n’est pas fini : un jury de linguistes allemand a décerné en 2015 la palme du pire mot de l’année (« Unwort des Jahres ») à celui de « bien-pensant », ce qui revient à dire : mot tabou. C’est à ne plus rien y comprendre !

Tout le monde s’y met et y va de son commentaire, au point que l’on ne sait plus si la bien-pensance est péjorative (comme le laisse entendre la définition du Larousse : « Personne dont les convictions religieuses ou politiques sont conformes à l’ordre (souvent péjoratif).  »), si elle désigne les « réac » de droite ou les gaucho-intello, ou bien si en 2016, le mot bien-pensant serait le nouveau terme à la mode chez les intellectuels, synonyme d’universalisme et d’humanisme… Nous avons eu droit aux « bobos » il y a 15 ans. Et maintenant : les bien-pensants ?

Mais quand même, on garde de ces étiquetages sauvages le sentiment désagréable que des « intellectuels » et des politiques condescendants nous disent quoi penser (bien/mal) et comment y penser, en nous désignant un jour les gentils et les méchants (selon leurs propres intérêts économique ou électoral), puis en affirmant le lendemain son contraire, car le vent aura tourné entre deux. Voilà le manège que font tourner les vrais bien-pensants et dans lequel ils nous font valser.

Je vous propose ici de projeter un peu de clarté sur la notion de bien-pensance et de voir quels en sont les mécanismes. Mais surtout, je vous invite à vous défaire des pensées dominantes en retrouvant en vous la voie de la Vérité, la voie de l’âme qui n’a nullement besoin de maîtres à penser.

 

À l’école de la bien-pensance

Dans un pays comme la France de tradition catholique, les consciences ont eu largement le temps de s’imprégner des dogmes religieux jusqu’à pénétrer la moelle de l’inconscient – dont un particulièrement tenace, qui est celui du « bon chrétien » et de la fameuse charité chrétienne. Poussée à l’excès, l’idée de venir en aide aux plus démunis (la veuve et l’orphelin) a généré tout un mode pensée qui était de porter l’autre en lui indiquant ce qu’il avait à faire dans sa vie.

De nos jours, ceci s’exprime avant tout en famille, où l’affectivité (le besoin d’aimer et d’être aimé en retour) demeure très forte. Par affectivité, des parents qui souhaitent le meilleur pour leurs enfants et qui sont convaincus d’avoir raison, vont largement les influencer dans leurs choix (études, carrière, amour) en voulant sincèrement le meilleur avenir pour eux, le bonheur, la santé, etc. « Mon fils, tu seras docteur et tu reprendras le cabinet familial de père en fils… Ma fille, une femme de trente ans se doit d’être mariée… C’est pour ton bien ». Un bien-pensant est une personne qui a raison en tout ! Voici le terreau de la bien-pensance : le conditionnement social, la tradition religieuse, l’objectif de réussite matérielle/économique.

La bien-pensance est la pensée rationnelle unique qui prend le dessus sur la voix de l’âme (l’être intérieur) et s’impose comme seul choix possible de vie

Le propre de la bien-pensance est de reproduire un ordre, parfois même en toute bonne foi, en étant convaincu d’avoir raison d’y adhérer (« je ne peux pas avoir tort, c’est comme ça ; la vie est ainsi faite ») et en désignant ceux qui rejettent le modèle comme étant déviants. La crème de la bien-pensance pourrait être : « Il faut réussir dans la vie ! » Entendez par là : la réussite sociale et matérielle que procurent l’argent, les honneurs et les plaisirs (hobbies, toutes les bonnes chairs, etc.). Au fait, ça ne vous rappelle rien ?

« Si à 50 ans on ne peut pas se payer une Rolex, c’est qu’on a raté sa vie… » (Jacques Séguéla, 2009)

Pour l’anecdote : Jacques Séguéla qui souhaitait défendre Nicolas Sarkozy en 2009 avait illustré à la perfection l’idéal de la bien-pensance matérialiste que représentait l’élite version Sarkozy. N’est-il pas pour le moins cocasse que le même candidat tire aujourd’hui à gros boulets sur les bien-pensants ?

 

Le bien-pensant, c’est l’autre !

Comme dans toutes les histoires, il y a les bons et les méchants, le bon grain qu’il faut séparer de l’ivraie. Séparer…

« (…) Regardons la réalité en face. Mesdames et messieurs les bien-pensants, fermez vos oreilles car vous allez être choqués (…) Le peuple de France, mesdames et messieurs les bien-pensants, a les yeux ouverts. Vous avez les yeux fermés ; voilà la différence entre vous, les bien-pensants et nous, le peuple de France… » (Nicolas Sarkozy, discours de Châteaurenard, août 2016).

Rien de nouveau et toujours la bonne vieille tactique de la division : eux, contre nous. Or, toute l’ironie est là : ce sont les bien-pensants eux-mêmes qui nous disent qui sont les bien-pensants ! Et la perversité de cette dialectique est qu’elle vise à la persuasion plus qu’à la vérité, en faisant passer pour vrais des points de vue personnels, motivés par des intérêts qui ne relèvent pas du Bien de l’Ensemble et qui séparent. « Je vous dis que j’ai raison, les autres ont tort. Choisissez bien, c’est l’un ou l’autre camp. »

La perversité de cette dialectique (eux contre nous) est qu’elle vise à la persuasion plus qu’à la vérité 

Comment brouiller un peu plus la donne ? En pratiquant une technique bien connue des arts martiaux, qui consiste à utiliser l’attaque de l’adversaire (ici un argument) pour finalement la retourner contre lui. C’est ce qu’ont fait habilement certains intellectuels de la presse écrite en reprenant à leur compte le jugement qui leur était destiné pour en faire une vertu :

« Le mot bien-pensant est destiné à empêcher le débat. Il désigne les gens de gauche au sens le plus large du terme. Si vous n’êtes pas raciste, si vous êtes pour des valeurs plutôt universelles, si vous êtes plutôt hostiles au fait des mettre tous les musulmans à la mer d’un coup, vous êtes un bien-pensant » (Laurent Joffrin au micro du Quotidien).

Du coup, le bien-pensant passerait (presque) pour une personne faisant preuve de bravoure, associée à un courant politique, et reposant sur des valeurs universelles d’égalité et de justice… FAUX ! Le problème reste entier : il faut encore choisir un camp, se conformer à une forme-pensée qui définit pour nous les limites et les règles de ce camp par rapport à un autre. Voici l’impasse de la bien-pensance : elle ne peut en aucun cas prétendre à l’universalité, car elle porte en elle une séparativité basée sur des certitudes et des convictions.

 

Sortir de la bien-pensance

Ce qui rend insupportable les gens dits bien-pensants, c’est ce côté suffisant et sûrs d’eux-mêmes, qui donne l’impression qu’en dehors de leur vision du monde, nul salut n’est possible. « Vous êtes avec moi, ou contre moi / Vous avez tort et j’ai raison ».

J’ai conscience qu’en écrivant cela, on pourra m’opposer que moi-même, j’appartiens à un club de bien-pensants puisque j’affirme ma vision des choses. Que nenni ! L’erreur des gens bien-pensants est de vouloir faire triompher leur façon de penser en disant aux autres ce qu’ils ont à faire, comment ils doivent penser. Mais on a jamais à dire à l’autre ce qu’il doit faire – au risque d’entretenir avec lui des rapports de dépendance et de soumission (affective, intellectuelle) qui l’asservissent plus qu’ils ne le libèrent. En anglais, le terme nanny state (état nounou) définit un gouvernement surprotecteur qui interfère à l’excès avec la prise de décision personnelle…

En famille, le fait de surprotéger l’autre par affectivité (le faux-amour) constitue une entrave à sa propre évolution.

Aujourd’hui, il existe une partie de l’humanité qui vit une phase d’éveil de conscience. Cela se traduit par des ruptures de schéma, des crises sociales et sociétales qui sont en réalité les symptômes d’une mutation beaucoup plus profonde. Cette humanité en éveil, c’est la fine fleur de l’humanité qui prend conscience d’elle-même et qu’une nouvelle voie existe. Une nouvelle voie d’Être à Soi, et d’être ensemble. Il ne s’agit pas d’un mouvement politique (la troisième voie du centre), mais d’une pensée libre qui a cessé d’adhérer aux pensées collectives de masse, aux égrégores des traditions (du style : il n’y a qu’une seule vie) et ceux des foules (la crise, le terrorisme)… Cette humanité peut enfin voir le jour, car les tenants de l’ancien monde, les dévots et les idéalistes du matérialisme perdent pied avec cette nouvelle civilisation.

Sortir de la bien-pensance, c’est sortir de l’ère du matérialisme et des conditionnements pour entreprendre de réussir sa vie qui est la seule obligation de l’âme

 

De la bien-pensance à la bienveillance

Les acteurs de la nouvelle civilisation (politiques, scientifiques, artistes et artisans, économistes, juristes) doivent se distinguer des élites et intellectuels dominants en refusant de jouer leur jeu. Cessons d’entretenir leurs luttes intestines pour la conquête du pouvoir (eux contre nous) et arrêtons de nous identifier à ce qu’ils définissent pour nous comme étant juste ou bon. Les voiles du mensonge et de l’illusion sont ceux qu’ils essaient de maintenir à grands renforts de discours, de rhétorique et qui masquent en fin de compte l’iniquité de cette vaste mascarade « démocratique ». Les bien-pensants qui nous gouvernent (pas seulement au sens politique, mais économiquement et médiatiquement) constituent l’oligarchie bien-pensante, accrochée à ses traditions, ses privilèges, ses avantages, etc. La note clé qui donne la tonalité à cette nouvelle civilisation des justes relations humaines, c’est justement la bienveillance.

Être bienveillant, c’est veiller au Bien de l’Ensemble, en aidant l’autre à devenir meilleur par nos pensées, nos paroles et nos actes –sans lui dire ce qu’il a à faire, ni comment penser.

Le monde actuel manque de ce qu’on pourrait appeler l’intelligence du cœur. L’intellect, qui est le raisonnement (le mental concret) produit des pensées rationnelles qui étouffent le ressenti profond, qui lui, est connecté à lâme. Grâce au contact de l’âme, la réflexion jusque là rationnelle, prend une dimension supérieure en s’ouvrant au cœur, l’Amour-Sagesse. Ainsi, nous devenons plus qu’un individu, plus qu’une personnalité avec un caractère : nous devenons un être à la fois intelligent et spirituel en action, pénétré de sa conscience qui voit au-delà des intérêts égoïstes et matériels. « Juste quelqu’un de bien / Le cœur à portée de main… »

Trop beau pour être vrai ?

Aurais-je mis mes lunettes roses pour écrire tout cela, en haut de ma tour d’ivoire ? Certainement pas ! Ma tour parisienne est faite de béton, comme beaucoup d’autres et c’est sans lunette que je vous écris !

Nous assistons en ce moment même à une phase décapante de révélations qui mettent à mal l’ordre établi. Un peu partout, des êtres osent dire avec courage ce qui est juste, quitte à sortir du rang, à se démarquer et même à se faire disqualifier pour faire voler en éclat les structures actuelles. Personnages publics et illustres inconnus, ils se battent dans leur propre milieu (médias, agronomie, médecine/recherche, politique, droit) et dérangent l’ordre établi qui dicte la manière de penser. Dernier exemple en date : le Pr Henri Joyeux (cancérologue) radié de l’ordre des médecins pour avoir dénoncé l’abus de vaccinations. Cela montre à quel point ceux qui détiennent les rennes (le centre du pouvoir) ne supportent pas la liberté de conscience et l’affirmation d’une pensée contraire, ou alternative à la pensée établie. Ces gens là ne souhaitent pas que nous grandissions en conscience. Le doute n’est pas permis –car c’est leur arme. « Notre produit, c’est le doute » (les lobbys industriels du tabac, de la santé, de l’énergie, etc.)

Soyons authentiques, soyons rebelles !

Soyez-en sûrs, des jours meilleurs arrivent, mais pour cela, il va falloir sacrément se déconditionner et oser être qui l’on est vraiment !

On constate de plus en plus que des êtres de tous secteurs sont prêts à risquer leurs acquis, leur confort matériel, leur tranquillité d’esprit et à remettre tout en question pour accomplir leur destin, ce qu’ils sont véritablement au plus profond d’eux-mêmes, et pour défendre la Vérité. Se libérer des bien-pensants et des formes-pensées collectives, c’est développer le discernement et rejeter l’affectivité qui nous empêche de nous libérer par peur de déplaire (à notre famille, nos amis, la société).

Finalement, le problème n’est pas tant d’être bien-pensant que de persister dans ses convictions et croyances. La clé de la libération de toutes les formes-pensées et de toute forme d’asservissement passe par la connaissance de Soi, et le déconditionnement aux attaches familiale, religieuse, politique et matérielle. Encore faut-il avoir l’honnêteté et le courage de les reconnaître… Courage ! Soyons Vrais, écoutons enfin notre cœur et quitte à passer pour des rebelles, soyons des rebelles de l’âme !


Moyenne des avis sur cet article :  4.1/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

29 réactions à cet article    


  • sarcastelle 26 septembre 10:28
    L’auteur a écrit : 

    écoutons enfin notre coeur 
    .
    Voilà, tout est dit. 
    (commentaire volontairement ambigu) 

    • ENZOLIGARK 3 octobre 07:10

      @sarcastelle ... , Aloha * , ... et pour ecouter le plus gros coeur de la planete - Русская Душа * - , ... une SEULE DESTINATION  : * РОССИЯ * - la RUSSIE - ... . ... entre St - Petersbourg et Vladivostok - Kamtchatka  ! ! ! ! ! . ... * * * CORSICA * * * arrivera - t - elle a conserver encore longtemp$ sa place de leader ( pas dealer ... ) du plus beau  ? ( ! ! ! ! ! ) . ... A F F .. И С С ...


    • charlie charlie 26 septembre 11:29

      « Nous assistons en ce moment même à une phase décapante de révélations qui mettent à mal l’ordre établi. Un peu partout, des êtres osent dire avec courage ce qui est juste, quitte à sortir du rang, à se démarquer et même à se faire disqualifier pour faire voler en éclat les structures actuelles. Personnages publics et illustres inconnus, ils se battent dans leur propre milieu (médias, agronomie, médecine/recherche, politique, droit) et dérangent l’ordre établi qui dicte la manière de penser. »

      Sympa, mais je ne vois pas de différence fondamentale avec la contre-idéologie de l’ordre établi qui a présidé à mai 68 (il y a 50 ans) : contre la société de consommation, faire voler en éclat les structures (du pouvoir, de la famille, de l’économie….), retour à la nature..... 

      A l’époque aussi les tenants de ce bouleversement se battaient et ont recherché la connaissance de soi par la rupture avec la société autoritaire et consumériste.


      (PS : très sincères à l’époque, mais vous avez vu comment tout cela a tourné ensuite…..)


      • velosolex velosolex 26 septembre 12:04

        Vive les emmerdeurs, ceux qui ne sont pas d’accord avec nous, nous force à trouver des arguments. Notons qu’on tente de les laminer sous prétexte de modernité, de rationalité...Le coup fumeux de tentative de faire passer l’économie dans le camp des sciences dures, en étant une expression ridicule, mais néanmoins tentée......On vérifie la qualité d’une bagnole sur une route de montagne, pas sur une autoroute où l’on n’a même pas à changer de vitesse. 

        Mais mis à part Joffrin, inamovible figure de gauche très molle qui suit le vent du libéralisme, et dont le grand mérite vient comme le roseau de ne jamais tomber, je vois bien peu de gens revendiquer la bien-pensance comme un argument de vente. Peut être du ventre, la panse bien plaine étant un parallèle confortable. On préférera alors les bretelles à la ceinture, ce qui évite d’avoir à desserrer d’un cran ses exigences, à la vue de tous,
        La bien pensance, c’est le clan de l’opportunisme, des carriéristes, de ceux qui ne veulent pas avoir d’ennuis, qui retournent leur veste, leur pantalon, et eux mêmes, dans le sens du discours, et de la bite d’ amarrage..... 
        On y trouvera davantage de contorsionnistes, d’illusionnistes, que de magiciens et de dompteurs. Vous vient envie de faire le clown, quand l’ennui sous le chapiteau devient trop lourd à porter. 

        • Etbendidon 26 septembre 12:10

          Les bien pensants sont au service du NOM
          VIVE LES MAL PENSANTS


          • Clofab Clofab 26 septembre 12:13

            Magnifiques propos, bravo Yoann.


            Un genre d’article que l’on aimerait lire plus souvent ici.

            • Agor&Acri Agor&Acri 26 septembre 12:17

              @ l’auteur,
              j’ai apprécié votre article et je vous rejoins sur de nombreux points
              et, surtout, sur l’essentiel, sur l’essence même de votre réflexion.

              Peut-être manque-t-il une ou deux clés qui pourraient aider le lecteur à prendre du recul par rapport à son ressenti personnel (sa subjectivité) afin d’évaluer correctement de quel côté (in/out) de la bien-pensance il se situe, sur tel ou tel sujet qui lui tient à coeur.
              Car c’est bien souvent de bonne foi que nos concitoyens s’opposent à ceux qui sont entrés en résistance, en prenant la défense d’un Système qui les oppresse ou d’une action nuisible à l’intérêt général .

              Parmi ces clés de ré-objectivisation de ses « opinions/points de vue/croyances » sur tel ou tel sujet,
              l’attention qui doit être portée aux dissonances cognitives qui entourent le sujet
              ainsi qu’aux éventuelles externalités négatives qui doivent être intégrées au jugement global (positif/négatif, bénéfique/nuisible)

              La bien-pensance présente généralement cette caractéristique de zapper les dissonances cognitives ou d’ignorer les externalités négatives.


              • chantecler chantecler 26 septembre 12:52

                Oui votre article est très intéressant .
                Comme vous avez plusieurs fois fait allusion à la famille , par association d’idée , j’ai repensé à ce livre : la forteresse familiale  :
                http://aprtfformations.fr/colloque/maurizio-andolfi-21-22-novembre-2016/
                Que je recommande , mais apparemment très difficile à trouver ...
                Les tarifs à première vue semblent exorbitants .
                (mais sur ce coup je me sens richissime).
                Mais peut être peut-on le trouver en bibliothèque ?.
                Ou en brocante ?
                *
                Pourquoi la famille ?
                C’est que je suis troublé à chaque fois que je lis des commentaires ,de lire des discours, une phraséologie semblant venir des années 1930 ....
                Et comme il est peu probable qu’il y ait des contributeurs sur Agx , ayant vécu cette période , je me dis que la transmission s’est fait soit à travers les familles et ses structures , soit des archéo partis , soit des néos peu imaginatifs .
                Bref il y a un mystère .
                Si certains ont un avis , je prends .
                Cdt.


                • Khal Khal 26 septembre 16:24

                   Vous semblez opposer la pensé rationnelle à une forme de pensé plus élevée de nature spirituelle (mystique ? révélation ? autre ?), une pensé plus proche du cœur, de l’âme, une pensé plus authentique en somme, dont certains seraient pourvus plus que d’autres, on ne sait pas trop comment d’ailleurs.

                   Mais en sommes vous définissez une classe de pensé à éviter, vous définissez un mode de pensé idéal auquel les personnes éclairés devraient aspirer.

                  Bref je me demande si vous n’êtes pas atteint de la même maladie, que celle que vous prétendez guérir avec force conseils et recommandations ?


                  • Neymare Neymare 26 septembre 16:38

                    @Khal

                    «  dont certains seraient pourvus plus que d’autres, on ne sait pas trop comment d’ailleurs. »

                    Tout le monde en est pourvu, mais peu en sont conscients. Ce n’est pas vraiment une pensée particulière, c’est basé sur le fait que le monde origine d’un seul esprit, donc (une partie) de la connaissance de cet esprit est à portée de celui qui peut y accéder : c’est grâce à ça que les oiseaux savent ou migrer, que les poissons savent ou aller pondre, que les animaux se tirent à l’avance lorsqu’il y a un tsunami, que le bébé qui vient de naitre sait ou est le sein de sa mère etc...

                    Ce sixième sens semble plus présent chez les animaux car chez l’humain cette information est masquée par la pensée, c’est pour cette raison qu’on peut y accéder à nouveau lorsqu’on fait de la méditation par exemple


                  • Neymare Neymare 26 septembre 16:29

                    Article très juste. Il n’existe en réalité, pas de façon de bien penser ou de mal penser. Si vous écoutez votre voix intérieure (après avoir appris à l’écouter), vous aurez effectivement une vision plus juste des choses et vous vous libèrerez du conditionnement. C’est ce conditionnement qui nous éloigne de la réalité du monde

                    Ce n’est qu’en faisant ça qu’on se rend compte qu’on est complètement conditionné, et qu’en fait, aucune de nos idées ne vient de nous mêmes.

                    La vision manichéenne des humains (ceux qui pensent comme moi sont les bons, les autres, les mauvais) ne correspond à aucune réalité : chacun tient sa place dans ce monde. Il existe des hommes qui servent à la construction du monde, il existe des hommes qui servent à sa destruction.

                    Pour l’homme construire c’est bien, détruire c’est mal, mais si on ne détruit pas, on ne peut pas construire un autre monde (quand je parle de monde, je parle plus du psychisme humain que de monde matériel, par exemple le monde d’avant la 2nde guerre mondiale est différent de celui qui est avant) et comme le dit l’auteur « ruptures de schéma, des crises sociales et sociétales qui sont en réalité les symptômes d’une mutation beaucoup plus profonde » : voilà ou nous en sommes.

                    Tout ce qui se passe à l’heure actuelle a l’air d’être négatif mais ça correspond à un changement de monde, rien de tout cela n’est le fait du hasard. Comme disait je ne sais plus qui la seule façon de changer le monde c’est de commencer par soi même, et c’est en effet en nous qu’est en train de naitre ce nouveau monde


                    • rocla+ rocla+ 26 septembre 16:51

                      Les bien-pansants sont les ruminants . 


                      • Khal Khal 26 septembre 18:34

                        @Neymare : Pour ma part dans le paysage médiatique je distinguerai 2 biais de perception fréquents :

                        - Un manque de prise en compte des faits, et notamment des aspects statistiques de la réalité.

                        - Une sur-exposition de certaines problématiques dans les médias qui se complaisent dans l’émotion du moment alors que leur rôle devrait être la distanciation, et la pondération, en prenant en compte les faits statistiques notamment. On nage dans le pathos.

                        - Un manque de courage des hommes politiques à prendre leurs décision à partir des faits quand ceux-ci vont à l’encontre des idées reçues du moment.

                        - Une incapacité du pays à envisager des actions politiques sur le long terme par rapport à des problématiques qui dépassent de loin les traditionnels clivages droite-gauche. L’horizon perceptuel de l’action politique ne dépasse pas la durée d’un mandant. Donc il n’y pas de vision à long terme pour le pays.

                        - Je verrai donc plutôt un manque de rationalité, un manque de courage politique (carriérisme oblige), et l’omniprésence du clientélisme et de la démagogie.


                        • tab 26 septembre 19:54

                          Le terme bien pensant ne veut rien dire. Il n’y a que deux choses sur le plan intellectuel qui comptent et elles n’ont rien à voir avec des valeurs ou une quelconque idéologie. Elles sont purement intellectuelles : il y a bien penser, et mal penser, c’est à dire, avoir un raisonnement, une réflexion intellectuelle solide, juste, qu’importe sa conclusion, et le mal penser, qui est le brouillon, l’inverse quoi. Quand une idée est bien pensée, elle est entendable, sinon elle est pas essence fausse puisque mal pensée. 


                          La bien pensance n’existe pas. On pense bien ou mal. Point. 

                          • Khal Khal 26 septembre 20:05

                            @tab

                            Tout à fait !


                          • Pere Plexe Pere Plexe 26 septembre 20:42

                            @tab

                            Tout à fait.
                            C’est un des pièges de cette expression militante.
                            Au prétexte de s’émanciper d’une morale supposément asservissante c’est le plus souvent l’occasion de se dispenser de la plus élémentaire construction intellectuelle.

                            Par la magie d’un marketing politique amateur de novlangue bien penser serait un grave défaut...

                          • franc 27 septembre 16:58

                            @tab

                             Euh il ne faut pas confondre bien-pensant et bien penser ou mal-pensant et mal penser

                             Souvent ce sont les bien-pensants qui pensent mal et les mal-pensants qui pensent bien ,car le bien-pensants sont prisonniers des préjugés et de leur égotisme qui les soumettent au système et à l’ordre moral dominant


                          • Khal Khal 26 septembre 20:12

                            Au lieu de se regarder le nombril, on devrait aussi plus s’inspirer des pays qui réussissent dans les domaines où nous échouons...Adopter les bonnes pratiques de certains pays plus avancés que nous.


                            • Pere Plexe Pere Plexe 26 septembre 20:20

                              Il y a des modes aux qualificatifs qui disqualifieraient tout adversaire.

                              On à connu Bisounours.
                              Et Bobo
                              Maintenant « bien pensant » à la cote..

                              Reste que le plus souvent c’est celui qui utilise ces artifices trop commode pour refuser de débattre qui se discrédite.

                              Pour le « bien pensant » il à en plus la particularité d’être sur-utilisé par les mal comprenant mais aussi par les malfaisants..

                              • alinea alinea 26 septembre 20:29

                                Les bobos sont des bien-pensants mais tous les bien-pensants ne sont pas bobos, me semble-t-il.
                                La bien-pensance a peut-être été, en son temps, la décence, chère à Orwell, mais aujourd’hui, non.
                                Elle me semble être bien portée par le PS et consort : mariage pour tous, l’antisémiitisme est un délit, la violence c’est affreux, le conflit est vulgaire, bref adepte du consensus.
                                Pour moi, elle est une mollesse, une paresse de l’esprit, pas rebelle, c’est sûr mais encline quand « il le faut » au mépris, au dédain ; les bien-pensants sont intelligents, tous les autres sont des cons et chaque parole qui dépasse les 12 décibels autorisés est une atteinte à la dignité du bien-pensant.
                                Le bien-pensant est évidemment un privilégié dans le monde actuel mais sait qu’il le doit à son mérite ; il est sûr de consommer « comme il faut », du reste il déteste la consommation addictive et bas de gamme, il voyage comme il faut et ne participe pas aux destructions massives causées par le tourisme.
                                En quatre mots, il est comme il faut être, insipide, adapté, crédule et soumis. Cela ne l’empêche pas de détester Sarkozy !!! car celui-ci n’est pas celui que l’on croit, à qui l’on s’adapte ou se soumet. Alors, je veux bien croire que Sarko l’a compris !!
                                 smiley


                                • tab 26 septembre 20:39

                                  @alinea

                                  « l’antisémitisme est un délit » c’est de la bien pensance ? 

                                  Est-ce bien penser par contre d’être un connard d’antisémite, je vous laisse y réfléchir. 

                                  Idem, vous dites, la bien pensance c’est trouver que la violence est affreuse et vous vous précipitez le premier dans la critique de la violence américaine, dans l’immoralité des saoudiens et j’en passe. La bien pensance ici n’a donc aucun sens. Vous faites pareil. 

                                  La crédulité engage autant les bien pensants que ceux qui les critiquent car les uns comme les autres sont persuadés de la connerie de l’autre. Réfléchissez y, quand vous faites le portrait du bien pensant, vous correspondez aux cases que vous faites, à moins que vous développiez une forme de suffisance, propre aux bobos de bien-pensants ? 

                                  La bien pensance est une notion grotesque. Il vaut mieux être naif que d’avoir des raisonnements tronqués comme les votres. Il vaut mieux être « bien pensant » que mal penser. 

                                • alinea alinea 26 septembre 21:06

                                  @tab
                                  je ne parlais pas politique, mais des relations entre les gens ; je vous conseille le bon livre, quoique très chiant à lire, de Benasayag, vous aurez une idée de ce dont je parle.
                                  Quant à l’antisémitisme, je faisais référence, tellement c’est évident, à la critique de la politique d’Israël, que l’on se donne du cœur à mélanger.
                                  La crédulité est une facilité, et, surtout, une bonne protection car le bien pensant aime à être protégé, en sécurité !
                                  je ne vois pas ce qui vous fait dire que je corresponds à ces cases !! Mais on sait à quoi s’en tenir l’un sur l’autre n’est-ce pas ! alors, bonne soirée.


                                • tab 26 septembre 23:10

                                  @alinea

                                  Oui en effet, moi aussi je parlais des relaitons avec les gens. Dire qu’être contre l’antisémitisme c’est de la bien pensance, c’est absolument abbérant et scandaleux. Les antisémites sont des salopards, point final. Quant à ceux qui se disent antisionistes et qui veulent apporter des nuances, ils sont à 99% des antisémites dans le déni, Soral compris. Donc non ce n’est pas de la bien pensance que de condamner l’antisémitisme. C’est nécessaire hélàs. 

                                • franc 27 septembre 17:05

                                  @tab

                                   , je suis d’accord avec vous pour ce point précis , le fait d’être contre l’antisémitisme n’est pas la bien-pensance , et c’est presque le contraire aujourd’huis.


                                • Ben Schott 27 septembre 17:08

                                  @tab
                                   
                                  C’est assez drôle de vous voir disserter sur la bien-pensance, d’autant plus que dans ce mot il y a pensance !
                                   
                                   smiley
                                   


                                • QAmonBra QAmonBra 27 septembre 07:47

                                  Merci @ l’auteur pour le partage.

                                  Article intéressant, apportant une agréable fraîcheur (musique ?) à l’Agora et qui ne pouvait être écrit (joliment) que par un cœur artiste.

                                  Dans l’esprit de ces écrits, je me refuse a reprendre les conneries de certains, c’est dire mon respect pour les poètes car je sais qu’ils ont toujours raison . . .


                                  • Jean Keim Jean Keim 27 septembre 09:19

                                    Les biens pensants savent mettre de l’ordre dans leurs idées qui sont ainsi bien classées, bien archivées, un peu comme un physicien qui pense qu’il connaît bien la matière car il peut citer toutes les particules qui la composent ainsi que leurs interactions mais si jamais une nouvelle entité subatomique se pointe, patatras tout s’écroule et le travail de rangement est à recommencer.

                                    La pensée n’est que savoirs.


                                    • zygzornifle zygzornifle 27 septembre 17:02

                                      les biens « pansant » sont nos politiques de droite comme de gauche a la panse bien épanouie ......

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès