Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Les Cercles du silence soufflent leur troisième bougie

Les Cercles du silence soufflent leur troisième bougie

Les premiers cercles du silence ont été fondés en 2007 mais ils se sont développés à l'échelle nationale en 2008.

Dans de nombreuses villes, mardi 31 mai les cercles du silence souffleront leur troisième bougie

Mais qui sont ces gens parfaitement silencieux qui se donnent la main ? Les passants curieux et interrogatifs s'arrêtent et questionnent... Non ! Ce n'est ni une association pieuse, ni une secte religieuse en méditation ou en lévitation spirituelle. Il s'agit tout simplement d'un collectif de militant(e)s et d'associations qui agit ainsi chaque mois pour alerter l'opinion publique et exprimer son opposition aux méthodes musclées, dérogeant aux principes de respect des droits de l'homme utilisées par l'Etat contre les immigrés.


«  Les Cercles de Silence regroupent des citoyens de tous horizons qui devant l’enfermement systématique des sans papiers dans les Centres de Rétention Administrative (CRA) s’élèvent contre les atteintes à l’humanité des sans papiers et à celle des exécutants d’ordres incompatibles avec leur propre dignité. Devant la gravité de la situation, les membres des Cercles de Silence désirent aller au-delà des mots et des cris. Ils expriment la force de leur réprobation et de leur interrogation avec les moyens de la non-violence, et spécialement le silence. Le silence des forts et des persévérants. Par le silence ils écoutent leur propre conscience et font appel à la conscience de leurs concitoyens. Ces Cercles de Silence ont des aspects différents suivant les villes. Toutefois il nous semble •qu’ils ont tous un même souci de rester collé à la réalité des Centres de Rétention Administrative (CRA) où la dignité humaine est mise en danger, •qu’ils ont tous un même objectif : aider nos concitoyens à prendre conscience de la réalité de l’enfermement, •qu’ils sont tous habités par la même certitude qu’il existe des solutions alternatives à l’enfermement d’étrangers en situations irrégulières. La dignité de chaque personne humaine ne se discute pas, elle se respecte. »

Ces cercles du silence regroupent des associations fort différentes, certaines se prononcent pour la régularisation immédiate de tous les sans papier, d'autres interviennent cas par cas en faveur de familles qui vivent en France et qui risquent demain de se trouver expulsées.... Toutes les associations, quel que soit leur positionnement propre se mobilisent, ensemble, contre la brutalité et l'inhumanité des forces de police à l'encontre des immigrés. Qui peut accepter que s'organisent de véritables « rafles »et que des chasses à l'enfant aient lieu à proximité des écoles ou ailleurs ? Les forces de police d'aujourd'hui ne sont pas celles de l'occupation, le gouvernement Sarkozy-Fillon n'a pas la même nature que celui de Pétain... Ceci étant précisé, il est clair que des méthodes d'un autre âge sont aujourd'hui mises en œuvre dans la patrie des droits de l'homme, et ceci est inadmissible et intolérable !

Jean-François Chalot



Moyenne des avis sur cet article :  3.82/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • CHALOT CHALOT 25 mai 2011 13:45

    J’espère que nous aurons ici un débat constructif...
    Sur ce le cercle du silence de Melun se réunit
    Place Saint Jean à Melun le mardi 31 mai
    de 18H à 19 H


    • AgeNu 28 mai 2011 00:49

      Pourquoi pas un cercle de silence pour la #frenchrevolution le 31 mai ?


    • jako jako 25 mai 2011 16:02

      Merci Chalot de cette information que j’ignorais totalement.
      Pour les commentaires, je ne veux pas jouer au pessimiste mais avez vous vu ceux sous les autre article ? max 3 comment. sauf chez Navis... smiley


      • docdory docdory 25 mai 2011 17:13

        @Chalot

        Je crois qu’il faut sérier les problèmes :
        - le problème de l’immigration clandestine et des « sans papiers » d’une part
        - le problème du traitement qui est réservé aux clandestins dans les centres de rétention administrative, qui est un autre problème.
        Pour ce qui est des sans papiers, si j’en crois mon expérience( en tant que médecin, j’ai l’occasion de soigner de très nombreux immigrants sans papiers ) il en existe plusieurs sortes :
        - les réfugiés politiques qui sont une infime minorité. En effet, ce n’est pas parce qu’on vit dans un pays non démocratique que l’on a automatiquement droit à un statut d’asile politique : encore faut-il prouver que l’on risque la mort , la torture ou l’emprisonnement en revenant dans son pays.
        - les réfugiés économiques : c’est le cas de la plupart des tunisiens qui débarquent en ce moment à Lampedusa ( encore que parmi eux il y a sûrement une proportion non négligeable de réfugiés pénaux ( évadés de prison pendant la révolution et risquant d’y être remis ). Il est évident que , vu la démocratisation polituque de la Tunisie, il ne saurait s’agir de réfugiés politiques,
        - les réfugiés médicaux, qui ont eu une maladie grave diagnostiquée dans leur pays d’origine, et qui vont tenter de bénéficier des largesses de la législation française leur permettant de rester pour raisons médicales, si leur traitement est non disponible dans leur pays et/ou si la maladie est grave,
        -les réfugiées pour accouchement : ils s’agit de femmes qui arrivent en France pour y accoucher. Si l’enfant naît en France , il est français , elles deviennent donc inexpulsables et peuvent faire venir le reste de leur famille à plus ou moins long terme.
        - les réfugiés pour raison de persécution par des mafias dans leur pays d’origine, ou à cause de persécution pour homosexualité, apostasie etc ...
        Quels problèmes cause l’immigration illégale ?
        - Un problème de logement : il n’y a tout simplement plus de logements disponibles alors qu’il arrive chaque année en France l’équivalent de la population d’une grande ville comme Le Havre
        - un problème de chômage : les réfugiés économiques quittent un pays sans emploi pour venir dans un pays lui aussi sans emploi. Leur faible connaissance de la langue fait qu’ils ne sont employés que dans des emplois très peu qualifiés, dans lesquels ils sont directement en concurrence avec des chômeurs français.Lorsque la France avait 50 millions d’habitants, elle n’avait quasiment pas de chômage, maintenant qu’elle en a 64 millions, il y a 4 millions de chômeurs et des millions d’emplois plus que précaires. On peut donc affirmer que tout accroissement à l’avenir de la population française sera un accroissement de la population au chômage, qui est essentiellement à la base un problème de surpopulation par rapport à la quantité de travail disponible ...
        - un problème de coût : les diverses prestations sociales ( aide au logement, scolarisation des enfants, soins médicaux ( très coûteux pour les réfugiés médicaux ) ont un coût faramineux, d’autant plus qu’il s’agit de gens qui ne cotisent pas et ne paient pas d’impôts .
        - un problème d’inadaptation totale de certaines cultures à la vie en France : si les réfugiés de Chine, de Mongolie ou d’Indochine n’ont aucun problème sérieux d’adaptation à la vie française, il n’en est certainement pas de même pour les réfugiés musulmans , par exemple, qui ont tendance à entrer en conflit avec les populations des pays d’accueil à peu près partout en Europe ( et dans le monde ).
        Il est donc clair que les gouvernements ne peuvent tout simplement pas accepter des illégaux supplémentaires sur le territoire, sauf à risquer le développement d’immenses camps de réfugiés au chômage et sans logis.

        Reste à savoir ce que l’on fait des illégaux qui sont parvenus sur le territoire français.
        Il n’y a guère d’autre solution que d’expulser tous ceux qui ne sont pas des réfugiés politiques ou médicaux sérieux, et qui n’ont donc pas de motif valable à leur venue sur le territoire français.
        Il n’y a guère d’autre solution pour ceux-ci que de vérifier rapidement qu’il ne s’agit pas de réfugiés politiques ou médicaux, et , une fois cette vérification faite, de les renvoyer dans leur pays d’origine, après un bref passage dans un centre de rétention.
        Et là, je reconnais que leurs conditions de rétention sont inacceptables, mais il faut dire que leur séjour dans ces centres est bien trop long, celui-ci ne devrait pas excéder une semaine, ce qui normalement , devrait suffire largement à vérifier leur légitimité à rester sur le territoire.
        Je pense que 98 % au moins des clandestins arrivés à Lampedusa devraient être renvoyés dans les trois jours vers leur pays d’origine, sans aucune possibilité de recours juridique. Rien ne justifie de les garder dans les centres de rétention, et l’asile politique est sans objet en ce qui les concerne.
        Si cette fermeté était appliquée partout dans l’UE, les centres de rétentions seraient rapidement vidés de tous leurs occupants et donc le problème serait résolu.


        • Frabri 25 mai 2011 18:02

          Les cercles de silence ont commencé a Toulouse avec l’initiative des frères franciscains

          http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-cercles-de-silence-46682


          • CHALOT CHALOT 25 mai 2011 18:39

            Oui Fabri, ce sont eux qui ont commencé.
            Jako ! si toutes les interventions sont comme celle de Doctory et bien cela va dans le bon sens même si je mets un bémol à sa conclusion.
            pour moi :
            Des sans papoer qui sont en France et qui ont des enfants scolarisés et qui ont commencé à s’intégrer doivent pouvoir être régularisés.


            • Laratapinhata 25 mai 2011 19:03

              Pourquoi pas, si leur intégration est surveillée sur le long terme ?
              Ce serait un contrat entre des illégaux, arrivés clandestinement , qui ont travaillé dans l’illégalité que l’on absout, s’ils se comportent eux et leurs enfants de manière exemplaire...
              Je pense que la majorité d’entre eux en sont capables... Pour les autres : l’expulsion.


            • Néo-Résistant Néo-Résistant 26 mai 2011 08:28

              A saint Nazaire, le cercle a lieu tous les 3èmes samedi du mois de 15 h à 16 h à l’esplanade des Droits de l’Homme (Hé oui !) le premier a eu lieu en septembre 2009 et nous avons généralement une cinquantaine de participants.

              Précisions importantes :
              - Deux à trois personnes distribuent des tracts aux passants (sur un sujet d’actualité concernant les sans papiers) et dialoguent avec les passants pour bien expliquer le sens de notre protestation silencieuse et éventuellement les décider à participer au cercle... avec un certain succès.
              - A la fin du cercle, nous partageons une boisson chaude ou fraîche, suivant la saison et nous échangeons des informations !

              La liberté n’est possible que dans un pays où le droit l’emporte sur les passions.

              La Cordaire 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès