Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Les cinq visages de l’association

Les cinq visages de l’association

Il y aurait 12 millions de bénévoles en France, allons y voir de plus près

 

BENEVOLES ET PROFESSIONNELS

il existerait en France un million d’associations, 12 millions de bénévoles et 22 millions d’adhérents et plus de 1,6 millions de salarié(é)s, soit près de 7% des emplois en France

Un seul « chiffre » semble être sur-évalué, c’est celui du nombre de bénévoles en France car beaucoup d’adhérents usagers ne sont pas des bénévoles, sauf si l’on considère que placer des chaises dans le cadre de la tenue d’une réunion procède du bénévolat..

Une étude un peut affinée au niveau des communes montre que le nombre de bénévoles est nettement plus réduit que celui des adhérents volontaires ou obligatoires.

1- L’ASSOCIATION AUX CINQ VISAGES

Souvent des confusions sont entretenues sur le positionnement des uns et des autres dans une association, ce qui reste une source de dysfonctionnements ou même de crise larvée ou réelle.

Voici un parti pris discutable . cinq visages différents correspondant à cinq personnes « types » liées à l’association

L’adhérent-usager

Il adhère à l’association pour le service rendu : pratique sportive ou culturelle, inscription au centre de loisirs.....

Parfois il s’agit d’un acte obligatoire, il arrive même que l’adhérent ignore même qu’il a « pris sa carte », qu’il ne renouvelle d’ailleurs pas quand il n’a plus besoin du service rendu.

L’adhérent-usager connaît pas ou très peu l’objet exact de l’association et n’assiste pas aux AG annuelles.

Beaucoup de dirigeants associatifs se plaignent de l’absence de motivation de ces adhérents là mais mesurent-ils vraiment la distance qui existe entre les raisons qui ont conduit l’usager à adhérer et leur propre engagement ?

Des associations prestataires de service arrivent parfois à péricliter, voire disparaître quand l’action proposée est reprise par une collectivité

Le bénévole

Il consacre un peu de son temps à l’association, pour une action ponctuelle ou même régulière.

Généralement informé de l’objet de l’association à laquelle il adhère, il reste avant tout un opérationnel.

Beaucoup de bénévoles participent peu ou pas aux instances de l’association, ils restent les « petites mains »

L’acteur associatif

Longtemps appelé militant, dénomination qui semble faire ringard, l’acteur associatif participe aux réunions statutaires, assume des responsabilités dans l’association et réfléchit avec ses pairs à la situation de son association et à son développement.

Il arrive parfois que le phénomène de cooptation d’un bénévole, voire d’un usager donne des résultats contraires à ceux recherchés : le nouveau qui se retrouve dans l’instance s’ennuie ou ne comprend pas l’intérêt qu’il y a à être au CA

Le salarié associatif

Il est lié à l’association par un contrat de travail.

Il assure donc une mission dans le cadre d’un lien de « subordination »

Professionnel, il dispose d’une qualification qui lui permet d’assurer le service que lui confie le directeur de l’association

« Pour la jurisprudence, le fait d’être salarié d’une association n’établit pas de façon certaine le désir d’en devenir membre et moins encore la postulation à cette qualité3

Le salarié ne connaît qu’une hiérarchie, celle prévue dans le cadre de son contrat de travail et de sa fiche de poste.

Il n’a de compte à rendre qu’à son directeur et non au Conseil d’Administration

Le directeur de l’association

Dans le cadre des orientations définies par le Conseil d’Administration, il dirige l’association .

Son interlocuteur reste le président à qui il rend compte de l’exercice de la mission qui lui a été confiée ;

Il peut être invité dans les instances de l’association avec voix consultative.

Il est l’interface entre l’instance et les salariés.

Dans le cadre d’un fonctionnement cohérent, il ne rend des comptes qu’au président ou/et secrétaire général.

Parfois le directeur de l’association est un militant coopté, là, il y a de nombreux dangers : superposition des rôles, phénomène de bureaucratisation et aussi une « auto-exploitation »

2- QUELQUES PRECAUTIONS A PRENDRE

Toute personne adhérente à l’association doit en connaître l’orientation, ce qui suppose que l’objet de l’association lui soit présenté.

Une réunion annuelle autre que la réunion statutaire peut permettre de mieux connaître l’association.

Un bénévole peut devenir acteur associatif.

C’est au responsable associatif de réfléchir à la meilleure médiation permettant l’implication du bénévole, cela peut être des réunions thématiques liées à l’activité de l’association ;

Un acteur associatif peut resté motivé que s’il « trouve son compte dans les instances », ce qui suppose que le responsable ( président) veille à ce que les instances soient des lieux de débats répondant à l’attente des élus et aux besoins de l’association.

Le professionnel dispose d’une technicité reconnue.

Aucune substitution ni confusion n’est de mise entre le bénévole et le professionnel, leur fonction est différente.

L’un et l’autre interviennent sur un champ défini qui leur est propre.

Les bénévoles doivent pouvoir avoir une action concrète liée à l’objet de l’association dans un cadre défini et connu de tous. L’erreur serait de tout confier aux professionnels.

Le professionnel doit pouvoir remplir la fonction qui est la sienne dans la transparence avec une reconnaissance de la part de la direction qui reçoit une délégation du président sans que des interférences ne nuisent à son action.

Jean-François CHALOT
 


Moyenne des avis sur cet article :  4.27/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • foufouille foufouille 26 mars 2010 11:03

    categorie oublie, le salarie jetable en contrat aide


    • alberto alberto 26 mars 2010 12:10

      Bien vu, monsieur Chalot votre petit tour d’horizon sur le monde associatif.

      Mais attention aux dérives des associations dites caritatives ou humanitaires !

      Un petit lien pour ceux que ça intéresse...

      Bien à vous.


      • CHALOT CHALOT 26 mars 2010 12:44

        oui vous avez raison et vote lien est intéressant.
        Beaucoup d’associations caritatives sont des grosses marchines avec des permanents et aussi beaucoup de déviations....voire des institutions sans« militants »
        D’autres caricatives comme le Secours populaire ont de nombreux bénévoles et ont une implication locale.


        • Hieronymus Hieronymus 27 mars 2010 02:51

          tres important, essentiel meme socialement le secteur associatif
          sans le travail de ces millions de benevoles, la vie ds notre societe perdrait enormement
          d’ailleurs ds les pays ou le secteur associatif est tres peu developpe, on ressent tout de suite que la vie y est plus dure, que les rapports humains y sont plus rudes, bref que la qualite de vie y est nettement moindre
          nos politiques devraient davantage souligner l’immense merite d’un nombre considerable d’associations


          • Romain Desbois 30 mars 2010 03:52

            La France ne serait ce qu’elle est sans la liberté de s’associer.LaLoi 1901 est révolutionnaire !
            Je garde une petite rancoeur envers Jospin de ne pas avoir fait plus lors de son centenaire , c’était l’occasion de lui redonner un second souffle.

            Hélas les contribuables français sont trop peu nombreux à soutenir financièrement les associations.
            Car c’est toujours ce contre quoi elles finissent par buter : le manque de moyen pour faire mieux et plus. De mémoire seuls 8% de contribuable déclarent des dons déductibles.
            alors que c’est un excellent moyen de contrôler à quoi va servir ses impôts.

            Merci Chalot.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès