Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Les cocus de la petite reine

Les cocus de la petite reine

Ils y ont cru ou, ou feint d’aimer y croire parce que ça les arrangeait, au mythe du coureur cycliste qui a gagné sept tours de France en montant parfois des cols à la vitesse d’un vélomoteur.

Ils l’ont aimé, adulé, encouragé ce surhomme guéri d’un cancer et qui caracolait en tête du peloton et empêchait toute velléité d’échappée de concurrents dangereux.

Ils l’ont aimé sans doute plus à ses débuts qu’au bout du 5 ou 6ème tour gagné et l’ont voyait poindre çà et là sur la route des commentaires peu amènes sur les soupçons de dopage ou bien on commençait à entendre des insultes lancées au passage de ce « sportif » qui écrasait tout de son « talent » en ne laissant que quelques miettes aux autres.

Et puis voilà, ce « sportif » soupçonné de dopage, cerné par les procédures depuis plusieurs années a jeté l’éponge pleine d’EPO en annonçant qu’il renonçait désormais à se battre contre l’USADA, l’agence américaine qui lutte contre le dopage. Une sortie de route peu glorieuse, puisque qu’elle serait motivée selon les commentateurs, par le risque encouru par le « champion » de sanctions pénales par la justice américaine qui n’aime pas trop le parjure.

Voilà pour les faits.

Quel sera l’impact de cette affaire sur le sport cycliste ? On reste dubitatif à l’écoute des premiers commentaires, ceux tout d’abord des compagnons de peloton du tricheur qui sont d’une prudence extrême, à tel point que ce sont plutôt ceux qui confirment les malversations qui seraient considérés comme des renégats.

Les commentateurs sportifs ne sont pas en reste et certains n’hésitent pas à affirmer que cette affaire pourrait ne pas être défavorable au cyclisme qui « poursuit sa révolution, sa mutation,…. On aimerait y croire, mais on a du mal lorsqu’on regarde les intérêts économiques et financiers qui écrasent toute volonté de faire le ménage. Nous ne sommes même pas certains que l’Union Cycliste Internationale s’alignera sur les conclusions de l’USADA. Quant à la société organisatrice du tour de France par exemple, elle se contentera de renvoyer la patate chaude vers la fédération et les pouvoirs publics pour continuer à faire son petit commerce très rentable tout en continuant à se pincer le nez.

Qu’est donc devenue cette épreuve sportive populaire ? Un documentaire télévisé chiant devant lequel on s’endort tellement il ne se passe rien, où l’on voit entre deux ou trois coureurs échappés pour faire plaisir au sponsor mais qui seront invariablement repris à trois kilomètres de l’arrivée, et quelques châteaux ou manoirs décrits de manière monotone par Jean Paul Ollivier. Il faut bien intéresser les téléspectateurs par autre chose puisqu’il ne se passe quasiment rien sur la route.

Le summum des retransmissions, ce sont les étapes de montagne, dans lesquels les évènements de course ne sont que rarement les échappés mais les lâchés dont on filme complaisamment la détresse et la horde de supporters beuglants déguisés ou parfois en slip et qui agitent frénétiquement des étendards ou des pancartes aux libellés indigents confectionnées à la hâte après l’apéro au cul du camping car.

Je m’emmerde devant le tour de France retransmis à la télé, mais je dors bien et c’est déjà cela.

Ce défilé commercial, cette fête à neuneu et cette course aux tricheurs que l’on absout trop rapidement et qu’on ne dépiste que mollement, qu’est devenu le Tour de France, ne doit pas faire oublier qu’il y a chaque année des amateurs qui exercent le sport cycliste de manière saine et participent aux courses locales aux enjeux exclusivement sportifs et qui participent au lien social local. C’est là que se trouve l’âme sportive, pas dans les shows médiatiques formatés, pipés et destinés à endormir le spectateur.

C’est la même chose pour beaucoup d’autres sports. La tricherie, les comportements décalés de gamins trop rapidement enrichis, l’esquive fiscale existent aussi dans le foot, le tennis ou les sports mécaniques pour ne prendre que ces exemples.

L’image du sport s’en trouve dégradée et c’est bien dommage : les cocus sont nombreux et ils ne sont pas toujours conscients de leur infortune.


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 25 août 2012 10:18

    Je trouve beaucoup de vrai dans cet article sauf que :


    1/ Je ne m’endors pas devant les étapes de montagne du Tour
    2/ J’aime voir la France depuis un hélicoptère
    3/ Le sport est par nature un opium du peuple. La pratique d’exercices physiques libres, non codifiés, et même le jeu sans véritables enjeux hormis le plaisir de se surpasser et de gagner, c’est autre chose.
    4/ Quant au dopage, il est inhérent au sport de compétition, surtout lorsque s’y attache une valeur marchande. 


    • Michel DROUET Michel DROUET 25 août 2012 11:29

      Bonjour

      Finalement, nous sommes d’accord sur beaucoup de choses étant entendu que j’aime aussi beaucoup découvrir la France depuis un hélicoptère, mais là on ne parle plus de vélo...


      • fcpgismo fcpgismo 25 août 2012 11:39

        Article qui expose un point de vue qui n’ est pas celui de nombreux cycliste je fais en moyenne 400 a 600 km par semaine et dans plusieurs club et le dopage est considéré comme indispensable pour atteindre ces performances, pour ma part si je devais être confronté à la performance, qui du coup entraine une telle douleur je pense qu’ il me serait impossible de ne pas recourir au dopage.De plus la majorité des pratiquants affilié a un club restent fan de ces champions car comme on dit toujours même dopé à mort un bourricot ne deviendra pas un pur sang.Ce sont les médias qui incitent le plus au dopage et notamment France télévision, avec leur culte de la performance. Avec la télé commerciale comme la merde du bétonneur ce serait pire.


        • Michel DROUET Michel DROUET 25 août 2012 13:35

          Effarant ! (stupéfiant devrais je dire)

          Vous semblez tout justifier au nom de la performance (quelle performance ? A quoi sert de faire 4 à 600 kms par semaine ?).

          Et au travail quel est votre comportement ? Seriez vous prêt à tout pour avoir de l’avancement ?

          Et si vous avez des enfants, quelle sera votre réaction si vous constatez qu’ils fument du cannabis ?


        • gordon71 gordon71 25 août 2012 11:54

          bonjour 


          il y à longtemps que je pense que le milieu du sport et du cyclisme en particulier est à la fois laxiste et hypocrite sur le phénomène du dopage

           je considère que n’importe quel coureur peut être pris pour détention ou usage de tel ou tel produit 

          Armstrong est jeté en pâture pour l’exemple

          il reste pour moi un cycliste extraordinaire 

          ma question est : quel était le prix à payer pour qu’on le laisse tranquille avec ses breloques ?


          • Michel DROUET Michel DROUET 25 août 2012 13:39

            Bonjour Gordon 71

            Pas un cycliste extraordinaire, un cycliste dopé : quelles auraient été ses performances s’il avait roulé à l’eau claire ?

            Il serait resté dans l’anonymat dans lequel il va rentrer désormais.


          • gordon71 gordon71 25 août 2012 13:46

            bonjour l’auteur 


            demandez à ses concurrents ce qu’il pensent d’Armstrong

            c’est la presse qui l’enfonce ( peut être à juste titre, j’en doute un peu)

            ceux qui ont pédalé avec lui ou contre lui

            le respectent....

          • Michel DROUET Michel DROUET 25 août 2012 16:52

            Bonjour Gordon

            La presse fait son boulot, un peu tard tout de même.

            S’agissant de ses collègues du peloton, il y en aura forcément peu pour dénoncer des pratiques auxquelles ils sont peut-être habitués eux-mêmes.


          • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 25 août 2012 12:41

            Faut pas non plus jeter le pépé tour de France avec l’eau trafiquée du bain .


            • gordon71 gordon71 25 août 2012 16:04

              rien n’est fait encore 


              L’USADA n’est compétente que sur le territoire américain 

              l’UCI n’a rien décidé 

              Armstrong est toujours détenteur de ses titres 


              sur quoi reposent les accusations de l’USADA au juste ?

              les dénonciations et les témoignages d’autres coureurs ?

              léger léger

              • Plus robert que Redford 25 août 2012 16:14

                Merci à l’auteur pour ce bon résumé de la situation...

                Vous noterez toutefois que c’est l’agence AMERICAINE anti-dopage qui a chopé Armstrong par la couille et ne l’a pas lâché jusqu’à l’hallali !

                Pourtant, en son temps, les controleurs francais anti-dop’ avaient des billes sérieuses (analyses positives en testo) pour coincer le fraudeur...

                Mais il s’agissait d’un procédurier hors pair, et sa palanquée d’avocats a eu tôt fait de faire partir l’affaire.. en couille (encore !)

                C’est là la vraie difference avec les Amerlauds : chez eux, le parjure, c’est le PECHE ultime, impardonnable, çui qui vous mène droit en tôle ! 

                C’est comme ça qu’ils ont scratché Marion Jones, et c’est pour ça qu’ils on dépensé des dizaines de milions de $ pour choper Clinton, l’amateur de cigare et peintre sur petite robe bleue...


                • gordon71 gordon71 25 août 2012 16:23

                  pour moi la croisade anti Armstrong est loin d’être gagnée


                  il me semble que Armstrong n’a jamais etait controlé positif durant sa carriere tandis que bien autres l’ont été, pour moi Armstrong ne perdra rien





                  • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 25 août 2012 16:32

                    Bravo pour l’article.

                    En terme de communication la défense de Lance Armstrong me laisse songeur. Elle ressemble beaucoup à celle employée, à l’époque, par Eric Woerth ou Bernard Madoff dans leurs affaires respectives.

                    Un type est pris les deux mains dans le pot à confiture, ses doigts sont gluants de sucre, sa bouche et les lèvres cerclées de framboise dégoulinante, mais il s’obstine à nier contre toute évidence. Peut-être espère-t-on ainsi qu’un vice de forme viennent opportunément mettre un terme à la procédure... pour prétendre ensuite que « j’vous l’avez bien dit que j’étais innocent ! »

                    Ces gens-là ont certainement les mêmes conseillers en image.

                    P.S. : C’est anecdotique mais cette idée de faire un article sur Lance Armstrong sans citer une seule fois son nom, c’est volontaire ?


                    • Michel DROUET Michel DROUET 25 août 2012 16:48

                      Bonjour Peachy

                      C’est tout à fait volontaire.


                    • Plus robert que Redford 26 août 2012 20:21

                      Ben, oui !
                      Cette petite coquetterie littéraire s’appelle un Lipogramme
                      Ici, un lipogramme en « Armstrong »...
                      Georges Pérec en fit un célèbre portant le titre : « La Disparition »
                      Je vous laisse deviner en quoi, c’est une réelle performance d’auteur !...


                    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 26 août 2012 20:27

                      Heu..........


                    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 25 août 2012 16:45

                      Il l’a pas fait exprès Armtrong ,y devait etre dans la lune......


                      • alain_àààé 25 août 2012 17:39

                        bien l article mais de qui on se fout du monde on n entends pas HINAUT n y MERCH et d autre gagnant du tour mais la on touche AMSTRONG car beaucoup en sont jalouse mais il existe encore des preuves de leur urines a ses champions francais ou autre dont on ne veut pas parler.je terminerais par l article sur france ouset l ancien médecin du tour de france reconnait ouvertement qu il y a eu du dopate bien avant AMTRONG


                        • Fergus Fergus 25 août 2012 18:18

                          Bonjour à tous.

                          Hinault, Merckx ou Indurain étaient évidemment chargés, comme l’ont été tous les grands champions avant eux, y compris Fausto Coppi.

                          La différence avec Armstrong, c’est que lui a utilisé toutes les ficelles si l’on s’en remet aux analyses des échantillons B de plusieurs tours et aux témoignages accablant de ses ex-coéquipiers : EPO, hormones, transfusions, etc. Bref, la totale, et cela dans un contexte d’hégémonie acquis à grands coups de fric pour bâtir l’US Postale.

                          Quant à dire, comme cela a été écrit plus haut, que Armstrong est respecté du peloton, c’est faux. Naguère, il était craint car il avait des possibilités de représailles. Désormais, s’il n’est pas accablé par les coureurs, ce n’est pas par respect, mais parce que les cyclistes n’ont pas changé d’un iota leur attitude relativement au dopage : nier aux maximum les faits et faire le gros dos pour limiter l’ampleur des vagues. Derrière cette attitude niaise, les sponsors et les organisateurs du Tour, ces derniers étant, à l’image de Prud’homme les rois des faux-culs.

                          Un dernier mot : le Tour n’est plus qu’un simulacre de ce qu’il a été naguère, sans panache ni combativité, etd e surcroît pollué par les petts arrangements nauséabonds telle l’obligation faite à Froome de laisser gagner un Wiggins qui lui était nettement inférieur en montagne.


                        • Pépé le Moco 25 août 2012 22:12

                          @ alain àààé,

                          Toi être américain ?
                          Toi être touché dans ton amour propre, un drapeau dans le fion ?
                          AM-STRING pas de couilles ? Lui avoir peur parjure ?
                          Moi, pas connaître « HINAUT n y MERCH », ni « france ouset », mais plutôt HINAULT, MERCKX et OUEST-FRANCE.
                          Mais moi pense avoir compris, toi confondre avec la une de Ouest-France ?
                          Neil ARM-STRING = pas dopé ! Quoique !


                        • Andydrew 26 août 2012 19:27

                          Bravo pour cet article.

                          Lire des commentaires qui trouvent des circonstances atténuantes au dopage me laisse rêveur... En somme il est normal de tricher pour être le meilleur, belle mentalité !

                          Je m’interroge aussi sur l’exceptionnelle forme des cyclistes anglais aux derniers JO, ainsi que celle de certains sprinters ou nageurs...

                          La tricherie quand elle est découverte, c’est souvent trop tard...


                          • Jeff Parrot Jeff Parrot 27 août 2012 11:05

                            Le cyclisme pro est l’arbre qui cache la forêt du sport pro.

                            http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/extraits-d-ouvrages/article/debat-interdit-mais-legal-l-equipe-119521

                            Faudrait définitivement séparer dans la tête des gens (et de l’auteur) le sport pratiqué en loisir/santé du sport de compétition (spectacle/pro).

                            Tout le monde sait que dans l’arrière cuisine du business, c’est pas propre que ce soit le sport, la banque, la grande distri, le journalisme smiley


                            • Michel DROUET Michel DROUET 28 août 2012 09:12

                              Bonjour Jeff

                              Il me semble que j’ai bien fait la distinction dans mon article entre compet et loisir, maintenant je vous renvoie au commentaire de fcpgismo qui tendrait à démontrer que la frontière est très poreuse...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès