Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Les Don Quichotte ou les porteurs d’eau de la France qui (...)

Les Don Quichotte ou les porteurs d’eau de la France qui tombe

C’est sidérant. Depuis quarante ans, nous nageons dans le social-étatisme, le social-nationalisme, Chirac déclare même que le libéralisme est plus dangereux que le communisme, et pourtant les SDF pullulent, et les belles âmes se fendent d’une larme à l’oeil, gratuitement donc, accusant l’égoïsme, ceci et cela, et, comme d’habitude, la mondialisation, le libéralisme, et bientôt Bush (tiens ! comment se fait-il qu’ils n’aient pas trop de SDF, visibles, là-bas ? Curieux... il paraîtrait qu’Harlem et le Bronx soient devenus fréquentables, Clinton y a même installé des bureaux : incoyable, non ?) Nous nageons dans l’hypocrisie la plus crasse, dans l’incohérence, l’inconsistance, encore un peu et la France aura une campagne politique de patronage avec des « na ! mon programme est plus beau que ton ramage » : où va-t-on ?

Où glisse-t-on avec Bourdieu dans la main gauche, l’abbé Pierre en guise de main droite, à hurler contre la misère du monde que l’on a soi-même créée, voilà le comble ! Nous vivons dans un pays qui fait tout pour empêcher la création de richesses, et qui ensuite se plaint parce que cela se voit de plus en plus ! Nous sommes dans un pays qui attend tout de l’Etat, multipliant les services tant et tant qu’ils se court-circuitent, ne proposant aucun suivi sinon 48 heures chrono (là, les Enfants de Don Quichotte ont raison...), dépensant les trois quarts en études et salaires, gelant le reste ou créant des ghettos comme Place des Fêtes à Paris, où la concentration de logements sociaux moches et esseulés est telle que cette place devient un des endroits les plus mal famés, nouvelle Place Stalingrad elle aussi réhabilitée pourtant...

Comment se fait-il qu’après quinze ans de socialisme, douze ans de chiraquisme, les SDF soient encore plus nombreux ? Théoriquement, le "modèle-social-que-le-monde-entier-nous-envie" devrait faire des ravages d’optimisation, on devrait tous nager dans l’opulence... Pourtant, la croissance française stagne à zéro depuis deux trimestres, le commerce extérieur est dans le rouge, la balance des paiements s’amoindrit (de moins en moins d’investisseurs étrangers viennent en France, surtout depuis l’affaire de ce député gréviste de la faim qui voulait interdire qu’une société japonaise s’installe non pas en Irlande mais dans le bourg d’à côté !) et les grosses entreprises du Cac 40 font de plus en plus la majorité de leurs bénéfices à l’extérieur. Seule la consommation tient encore, via le crédit et les bas de laine : pour combien de temps ?

L’Allemagne, elle, redémarre et Toyota est devenu le premier producteur mondial d’automobiles. Quelque chose ne tourne plus rond (depuis longtemps) en France. Alors vint Chirac, vinrent ses propositions opportunistes sur le logement, alors que la loi défend déjà bec et ongles le locataire depuis des décennies et que les propriétaires dans ce cas ont décidé de lever le pied : ils relèvent leurs exigences devant le nombre élevé d’impayés, cercle vicieux bien connu et pourtant bien caché ; reste la démagogie, prendre de plus en plus aux riches, haro sur le bouclier fiscal clame François Hollande. Il reste à envahir les beaux quartiers, NAP c’est fini ! Déclarons-nous SDF à vie, déjà qu’il y a la CMU, il y aurait le logement social à vie, comme une députation à vie par exemple (Julia, membre du parti Baath et... de l’UMP à... l’occasion...), une présidence à vie, des présentations de JT à vie : la France est une URSS qui aurait réussi, glose-t-on dans les salons aux rires silencieux, où l’on susurre aussi que tout ce qui est extrême serait insignifiant : en termes logiques sans doute, pas en termes politiques ni sociologiques en tout cas : cela brûle même des voitures, mais celles touchées par propagation du feu ne sont pas comptabilisées : ah ! mais c’est ainsi scrogneugneu....

Nous glissons, quoique doucement, mais sûrement, vers l’ivresse et le soulagement du pourrissement (comme en 1940). La situation est grave et désespérée. Encore dix ans. Et des hordes de Pancho va-nu-pieds s’agglutineront, déborderont nos Don Quichotte du Lumpen pro-net-ariat, iront s’installer sur le moindre acre du plus petit riche qui n’aura pas eu le temps d’émigrer. Avec chacun sa croix et sa bannière, son croissant et sa svastika, plutôt.

L’Etat, en banqueroute (l’Italie a perdu son triple A cet été, dans l’indifférence générale...), continuera à refuser de déléguer des fonctions de services publics au privé et à des fondations, menacera de sanctions ceux qui veulent quitter la Sécurité sociale et autres charges qui empêchent l’emploi, la recherche développement et l’investissement de décoller. Il préfèrera, ou, plutôt, ne pourra rien faire d’autre que cela, tant il est paralysé par des courants contradictoires, laisser les services publics à la surenchère syndicale et à la bureaucratie technocratique. Évidemment, ils s’affaisseront, à force, refusant, obstinément, de s’ouvrir au privé, même avec cahier des charges ou un exemple triomphant comme Air France. Pourtant, ne vaut-il pas mieux des entreprises qui fonctionnent et payent des impôts, que des entreprises qui restent publiques, mais s’enfoncent dans la faillite puisque tout a un coût ? Si certaines solidarités peuvent être déficitaires (comme les maladies lourdes), faisons en sorte que d’autres services plus lucratifs en compensent les effets. Mais par peur évidemment de perdre leur pouvoir de nuisance, les sectes qui officient dans les coulisses, en se gargarisant d’intérêt général et autre patriotisme économique, préfèrent discuter du sexe des anges sur les inégalités qu’elles sont les premières pourtant à aggraver. Pendant ce temps, la délocalisation ira évidemment en s’accélérant massivement (alors qu’elle est encore assez modérée), les jeunes talents s’enfuiront encore plus par dizaines de milliers, les chercheurs aussi, les nouvelles technologies, en particulier le biogénétique, trouveront refuge en Chine, au Brésil, merci Bové ! Bientôt, l’Allemagne revigorée exigera de retrouver le mark avec le soutien de la Pologne, le FN, d’ici là, sera le premier parti de France et fera une coalition avec qui il voudra, et non l’inverse...

Dix ans. Et le réchauffement climatique n’y sera pour rien.


Moyenne des avis sur cet article :  3.58/5   (217 votes)




Réagissez à l'article

82 réactions à cet article    


  • Anthony Meilland Anthony Meilland 3 janvier 2007 13:51

    Encore un article à la c.. sur le déclin de la France.

    Mais oui, cher Lucien, l’herbe est beaucoup plus verte ailleurs, et surtout la où tout est privé, et où les impôts sont le plus bas... aux USA !!!

    Le problème c’est que, comme dirait l’autre, les chiffres parlent d’eux-mêmes.

    La pauvreté a reculé de 2 points en France en 25ans (8%->6%) alors qu’elle doublait au RU sous la très libérale Thatcher (6%->13%) !!!

    Aux USA ce taux est d’environ 17% (3x plus qu’en France), mais à part cela tout va bien dans le meilleur des monde (celui d’Huxley bien sur). Et il y a 15% d’états-uniens sans protection maladie. On attend d’ailleurs avec impatience le prochain Michael Moore qui traitera ce sujet.

    Lucien, arrête la drogue.... ou mieux, passe à la dose supérieure !

    La France fait partie du peloton de tête en matière de lutte contre la pauvreté. Seuls les pays scandinaves font un peu mieux (entre 4 et 7%)

    La corrélation entre pauvreté et taux de d’imposition est très forte et elle est négative : plus le taux d’imposition est élevé moins il y a de pauvreté. Vérifiez par vous même avec les derniers chiffres de l’OCDE, vous verrez.

    La question que nous devons nous poser est la suivante : quel taux de pauvreté voulons-nous ?

    PS : si le Bronx et Harlem sont devenus « fréquentable », c’est surtout parce qu’on a parqué les pauvres ailleurs, à l’extérieur de la ville.


    • Lucien-Samir Arezki Oulahbib Lucien-Samir Arezki Oulahbib 3 janvier 2007 15:13

      Quelques liens sur la comparaison France/USA :

      http://www.danielmartin.eu/Economie/Pauvrete-France-USA.htm

      http://www.ifrap.org/0-ouvrirlesite/Dossier-USA.htm

      ( il n’y a pas que le Monde Diplo comme référence...)


    • martin kellenborn (---.---.162.39) 3 janvier 2007 16:56

      Oui absolument, il faut rappeler ces éléments ! Et dire qu’à la moitié des années 70 la France avait pratiquement rattrappé les USA en terme de niveau de vie...alors qu’aujourd’hui le revenu par tête des américains est de 50% supérieur à celui des français !!!!!! Mais il est vrai que les américains font de la croissance et de l’emploi...pas du développement durable !!!


    • (---.---.229.236) 3 janvier 2007 17:44

      « La pauvreté a reculé de 2 points en France en 25ans (8%->6%) alors qu’elle doublait au RU sous la très libérale Thatcher (6%->13%) !!! »

      Heu, Thatcher n’est plus au pouvoir depuis un bail !!! Alors comparer avec le quinquena de Chirac.. Faudrait plutôt comparer avec le socialo-communiste Blair..

      « La France fait partie du peloton de tête en matière de lutte contre la pauvreté. Seuls les pays scandinaves font un peu mieux (entre 4 et 7%) »

      Oui, a crédit, et pour occuper les fonctionnaires (c’est pour ca qu’on fait venir des hordes d’immigrés pouilleux et demeurés..)

      En réalité, le France ne lutte pas contre la pauvreté, mais contre les inégalités, ce qui est facile puisque les riches se barrent, se qui diminue mécaniquement les inégalités.

      Votre optimisme béa à l’air sincére. Mais pour quelqu’un qui s’y connait, l’économie française sent le sapin..


    • Zenky Zenky 3 janvier 2007 22:47

      Anthony Meilland >> Est-ce que vous pourriez citer vos sources svp car ces nombres me semble très étrange.

      merci beaucoup. smiley


    • Fred (---.---.155.75) 4 janvier 2007 12:31

      Anthony,

      le taux de pauvrete aux US est plus proche de 12.5% que de 17%. La taux de pauvrete est souvent calcule comme toute personne touchant moins que 50% du salaire median, il permet donc difficilement une comparaison entre pays.

      A titre d’illustration, selon les statistiques de 1995 sur les personnes vivant sous le « seuil de pauvreté » aux États-Unis (Source Bureau of Census, 1998) :

      - 46 % de ceux qui sont considérés comme pauvres sont propriétaires d’une maison ;
      - 76 % disposent de l’air conditionné ;
      - 75% d’entre eux bénéficient d’au moins deux chambres pour vivre ;
      - le pauvre « moyen » américain est mieux logé que la moyenne des individus habitant Paris, Londres, Vienne ou Athènes ;
      - 75% d’entre eux possèdent une voiture, 30 % en possèdent deux ;
      - 97 % des pauvres ont une télé couleur ; 50 % en ont deux ;
      - 73 % des pauvres possèdent un micro-ondes.


    • toto (---.---.132.252) 4 janvier 2007 18:59

      Faut pas bouger Anthony !! Y a pas de problemes en France ... une question : qu’est ce qu’etre riche en France ?

      PS : « riche » n’est pas une insulte.


    • Popol (---.---.22.88) 5 janvier 2007 09:20

      A mon avis, il ne faut plus perdre de temps à expliquer ou éduquer les français qui ne voient pas le déclin de la France, sa situation de « décroissance » qui s’agrave chaque jour, etc. Laissons ces gens de côté pour le moment, ils sont des freins pour ceux qui ont parfaitement intégré la réalité de la situation.

      Tous les voyants sont au rouge, dans tous les domaines, le seuil de non retournement est enfoncé depuis un certain temps, désormais il faut être dans l’action plus que dans l’analyse.

      Par ailleurs, il faudra voter Nationalisme en 2007, et non UMP ou PS, quoi qu’on en dise, car 5 ou 10 ans de Nationalisme en France c’est ça qu’il faut pour nous sauver de notre déchéance assurée. C’est un socialiste qui vous le dit.

      Ce qui nous attend, c’est effectivement ce qui est décrit dans l’article, il suffit d’être un peu objectif et anticipateur pour le comprendre, il faut sentir les choses humainement, et non comme un abruti.


    • Anthony Meilland Anthony Meilland 8 janvier 2007 10:02

      Je vois que mon commentaire n’a pas été apprécié. Tant mieux.

      Sur l’origine des chiffres, il ne proviennent pas du monde diplo que je lis rarement et uniquement lorsque je suis défoncé pour rire un peu, mais j’utilise préférentiellement ceux de l’OCDE qui sont « normés » et donc directement comparables entre eux.

      Ici pour la pauvreté Les USA ont bien un taux de pauvreté de 17.1% en 2000(le site CIA world fact book donne 12% mais ce n’est pas du tout avec la même méthode de calcul donc pas comparable), la France 7% (contre 6% sur le site de l’INSEE même méthode de calcul)

      - Côté inégalités, il faut utiliser l’indicateur de Gini sur la même feuille excel : USA 35.7 (en augmentation depuis 1980), la France 27.3 (plus ou moins stable)

      - En ce qui concerne l’éducation, je tire mes chiffres de la base de données PISA de l’OCDE ou du rapport annuel Regard sur l’éducation dont je parlais avant. Prenons par exemple les résultats en maths à 15ans, la France obtient 508, la moyenne des pays de l’OCDE est 496, et les USA obtiennent 472.

      Voilà les chiffres, les vrais !!!

      Si vous préférez voir la décadence là où il y a seulement des points forts et des points faibles, bien à vous. J’espère que le père noël vous a apporté un Kit Sadomaso pour vous satisfaire !

      Une lecture saine pour ceux possédant un niveau en maths suffisant (Bac au minimum) : Combattre les inégalités et la pauvreté Les Etats-Unis face à l’Europe d’Alberto Alesina et Edward Glaeser (tout deux économiste à Harvard).

      Je ne dis pas que notre système est le meilleur ; il a ses avantages et ses inconvénients ; simplement il y a des faits, la pauvreté est bien moins importante en Europe occidentale (RU mis a part) qu’aux USA.

      Je finirais par cette phrase issue de la déclaration d’indépendance américaine et qui s’applique autant au domaine économique qu’à la politique :

      « La prudence enseigne, à la vérité, que les gouvernements établis depuis longtemps ne doivent pas être changés pour des causes légères et passagères, et l’expérience de tous les temps a montré, en effet, que les hommes sont plus disposés à tolérer des maux supportables qu’à se faire justice à eux-mêmes en abolissant les formes auxquelles ils sont accoutumés »


    • Anthony Meilland Anthony Meilland 8 janvier 2007 10:19

      J’oubliais de réagir aux sources données par Lucien,

      Je ne connais pas Daniel Martin !

      Par contre je connais bien l’IFRAP, j’ai déjà eu à me battre contre des « liberaux » qui citaient ce machin comme quelque chose d’objectif et d’indépendant.

      L’IFRAP (Institut français pour la recherche sur les administrations publiques) est une association (loi de 1901). Il s’agit en fait d’un des plus vieux think tank français (fondé en 1985) dont l’idéologie est ultra-liberal.

      Pour s’en convaincre il suffit d’éplucher ses publications. Son mensuel s’appelle « société civile » ce qui étrange pour une association dont le but est d’étudier la fonction publique !!

      Sur son site on peut trouver différents livres publiés par l’IFRAP ou par ses collaborateurs.

      Par exemple « Cet état qui tue la France » avec pour sous titre « Tout le monde est d’accord pour le dire : la France va mal, très mal. Mais quelles en sont les causes ? A qui la faute ? ».

      Autre exemple « La dictature des syndicats ».

      Le plus drôle : « A tout fonctionnaire sont son chômeur"

      Comment voulez-vous qu’on vous prenne au sérieux avec de telles sources ?

      De plus il existe des liens assez troubles entre l’UMP et cette organisation.

      Donc, e préfère continuer à scruter les chiffres de l’OCDE qui sont tout de même bien plus objectifs.

      Pour finir actuellement en première page de l’IFRAP, nous avons le droit à un article : « J’ai honte de mon pays ».

      Sympa non.


    • ZEN zen 3 janvier 2007 19:14

      @ Philippe Renève

      Des « anarchiste » ultra-libéraux, ça existe : les libertariens (voir Wikipedia)


    • Ligeour (---.---.73.200) 3 janvier 2007 19:47

      Des libéraux anarchistes, amis oui, on en redemanderait presque. Des vrais libéraux hein, donc par définition, pas ceux qui utilisent l’état pour s’enrichir parce que leurs copains ou leur cousin, ou leur frère (!) sont au gouvernement.


    • ZEN zen 3 janvier 2007 22:55

      Même les libéraux se réclamant de Hayeck réfutent les libertariens :

      http//www.fahayek.org/index.php ?option=com_content&task=view&id=61


    • La Babole (---.---.164.72) 3 janvier 2007 14:18

      LA BABOLE (petite bonne femme illustrée de Haute Savoie) a réagi à cette actualité en la mettant en lien avec celle de la Cour des Comptes : http://lababole.arviblog.com/article-114257.html


      • La Taverne des Poètes 3 janvier 2007 15:00

        Le libéralisme est aussi dangereux que le communisme. Il faut dès à présent réduire le train de vie de l’Etat y compris en limitant sérieusement la progression du nombre de fonctionnaires territoriaux et en supprimant des postes dans la fonction publique d’Etat par départs à la retraite non compensés. Et il faut s’attaquer sérieusement à la dette de l’Etat.

        Mais il faut aussi empêcher que des gens meurent dans la rue, construire encore des logements sociaux, inciter fortement à la mise en location de logements vacants, humaniser et développer l’accueil d’urgence pour l’hiver. Rendre le droit au logement opposable est une façon de le rendre effectif, ce qui n’est pas encore le cas aujourd’hui. Pourquoi le droit de propriété serait-il sans limite (Une très petite minorité peut s’approprier la quasi totalité des richesses et continuer ainsi) et le droit au logement dénié à l’être humain ? Au nom de la justice, il y a un équilibre à instaurer.


        • Brighella de Tocqueville (---.---.129.110) 3 janvier 2007 19:58

          Pour pouvoir affirmer une telle turpitude - 100 millions de morts au « bilan globalement positif » du communisme ! -, je vous conseille de changer définitivement de pseudo pour celui mieux adapté de « Café du Commerce ».


        • (---.---.229.236) 3 janvier 2007 20:07

          C’est une déclaration de Chirac devant des présidents d’entreprises.

          (Inutile de dire qu’ils n’ont pas investi un sous en france aprés cette brillante déclaration..)


        • Brighella de Tocqueville (---.---.129.110) 3 janvier 2007 20:14

          Pouvoir lire un tel article, malheureusement un peu noyé par beaucoup trop d’autres rédigés par des charlatans néo-marxistes, est un vrai bonheur : merci pour ce moment d’air pur ! Que Chirac soit condamné par l’Histoire pour son autisme concernant le libéralisme ! Que notre maître Alexis vous soit éternellement reconnaissant pour vos propos !!

          Post Scriptum (je l’écris en entier, l’abréviation étant corrompue !) : Merci de m’indiquer TOUS les autres endroits où vous écrivez, me permettant ainsi de pouvoir à nouveau respirer en français depuis ma terre d’exil, ayant quitté la FRANCE depuis fin 1981 pour des raisons que je n’ai pas besoin de préciser ...


        • FYI (---.---.33.228) 8 janvier 2007 13:06

          Pourtant les écossais ont mis en place le droit au logement opposable, et à ma connaissance, ce ne sont pas des « communistes » ou des « gochaux extrêmes » smiley

          J’ai l’impression qu’il faut désormais attendre qu’un autre pays le fasse pour qu’on puisse discuter voir le proposer..... non la France doit trouver son modèle et donc le droit au logement opposable est une bonne idée smiley


        • aml (---.---.74.67) 3 janvier 2007 15:04

          Lucien, envoyez vos articles à Brave Patrie, ils apprécieront : http://www.bravepatrie.com


          • Lucien-Samir Arezki Oulahbib Lucien-Samir Arezki Oulahbib 3 janvier 2007 15:17

            Why not...

            Caustique : isn’t ?...


          • Ligeour (---.---.73.200) 3 janvier 2007 19:50

            j’ai toujours cru que bravepatrie faisait du second degré, tellement c’est gros.


          • (---.---.229.236) 3 janvier 2007 19:52

            Je me délecte depuis une heure ou deux d’un magnifique blog, signalé dans un des fils de discussion. L’auteur de ce site est un véritable génie ; tout est plus vrai que nature, même les fautes d’orthographe et de syntaxe.

            http://pour-un-autre-monde.blogspot.com/

            Un petit florilège :

            A propos de l’entrée de la Turquie :

            "L’art turques, sa littérature, sa science, ses mathématiques, sa musique, sa sculture, son architecture, sa peinture, sa philosophie ont été souvent pillé par l’Europe dans le passé. Et certes, les Origine de l’Europe sont aussi Turques qu’elles sont Musulmanes, n’en déplaise à l’Ultra-libérale Chirac. Sans les Turques, pas de Bazajet de Racine ! Pas d’enlévement du Sérail de Mozart ! Pas de Croisant ni de Café viennois ! Et ce ne sont là que peu de chose en regard de l’immense apport Turcs ; Mais ce sont les plus visibles ; Ils faut donc les répéter inlassablement.

            Cultissime :

            « Au reste, refuser l’entré de la Turquie, refuser le Métissage, cela aurait des conséquences extrémement grave pour nous. Sans nul doute que la Turquie voudrait se venger par le terrorisme ou même par la guerre. Apaiser la Turquie pour éviter cela, c’est un impératif et un Progrés de l’Humanité. Sans compter que l’absence d’Accords ralentirait singuliérement les entrés dans l’Europe du reste du Moyen-orient et de l’Afrique. Pourquoi vouloir faire perdre du temps à ces pays à l’égards de qui nous avons une dette ? »

            Encore plus fort :

            « Il faut lire avec intérêt « les croisades vues par les Arabes » de Amin Mahlouf, où tu te rends compte qu’une bande de barbares européens débarque pour trucider un peuple dix fois plus développé et civilisé que lui. La pensée chrétienne était remplie de pratiques occultes. Toutes sortes de superstitions, de résidus de paganisme, de sorcellerie et de folklore local se joignaient à l’imagination populaire. La peur dominait la vie de tous les jours, la peur de barons anarchistes voleurs, de la maladie, de la famine, de la guerre ou des catastrophes naturelles. Il n’y avait ni syndicat ni systéme de protection sociale, les Riches exploitaient le peuple : C’était vraiment le Moyen-Age ! »

            Je vous laisse découvrir le reste. C’est à se faire dessus. Merci à l’auteur : je passe une soirée extraordinaire grâce à sa plume faussement dégénérée !


          • richard (---.---.241.64) 3 janvier 2007 15:07

            Les enfants de Don Quichotte d’aix en Provence

            Ont besoin pour la soupe chaude du soir de :

            Carotte, pommes de terre, céleris, haricots.

            Nous ne voulons pas d’argent.

            Mais le geste simple d’aller acheter pour eux.

            Tous ces légumes seront chaque soir ramassés au

            Campement devant l’office du tourisme.

            Demain, jeudi 5 janvier avec eux, et derrières eux venez

            avec nous manifester -non pas contre telle ou telle

            puissance publique.

            Mais pour un logement durable


            • (---.---.106.244) 4 janvier 2007 13:04

              Vive la soupe au cochon !


            • Julien (---.---.63.202) 3 janvier 2007 15:30

              Quand l’idéologie l’emporte sur les faits. Toujours . Regardons ailleurs : http://en.wikipedia.org/wiki/Homelessness_in_the_United_States#Statistics_and_demographics


              • UGH (---.---.117.232) 3 janvier 2007 15:51

                Lucien, il y a hélas beaucoup de vrai dans ce que tu dis. Heureusement que la France est un beau pays et que l’on y mange bien, sinon la situation serait bien pire ! smiley


                • Kamel (---.---.63.63) 3 janvier 2007 16:26

                  Ce texte est tristement banal, d’une triste banalité, celle du masochisme ambiant qui voudrait nous faire croire que l’herbe est forcément plus verte ailleurs... Je crois pour ma part que les solution à nos problemes ne sont pas chez les voisins mais en nous, c’est de notre résolution, de notre talent que viendront les réponses au lieux d’aller singer les voisins comme des imbéciles...

                  Voir mon billet au sujet des Enfants de Don Quichotte : http://k.mouhoubi.free.fr/monblog/


                  • Lola (---.---.123.109) 3 janvier 2007 16:39

                    Je crains que votre analyse, notamment en terme de politique de la ville, soit difficilement soutenable. Ainsi dire que le nombre de sans logis est faible ou en baisse aux Etats-Unis, c’est énoncer une contre vérité flagrante.

                    La structure typique de la ville nord-américaine se présente comme un emboîtement de cercles concentriques : Au centre, un « cbd » (central business district, le quartier des affaires) puis une première couronne composée d’habitat très dégradé Enfin une « banlieue » extrêmement étendue et peu dense (l’étalement urbain, freiné en France, a été encouragé aux Etats-Unis).

                    La première couronne a été fuie de tout ceux qui le pouvaient : classes moyennes, classes populaires supérieures... Ceux qui restent sont ceux qui n’ont pas eu les moyens de s’installer dans les banlieues pavillonnaires : les plus pauvres d’une part, et la population noire de l’autre (car même si on ne peut plus légalement faire figurer l’interdiction de vendre un bien immobilier à des noirs dans les statuts des associations de quartier de la banlieue, ce principe reste bien souvent appliqué dans les faits).

                    Cette fuite a été suivie de la fuite des activités économiques, et donc des emplois, vers la périphérie. Les autorités locales ayant restreint autant que possible les impôts, il n’existe pas de transport en commun de sorte que ceux, très nombreux parmi les habitants de cette première ceinture, à ne pas pouvoir acheter de voiture ou d’essence pour utiliser quotidiennement leur véhicule, sont de fait coupés de toute possibilité de trouver un emploi, et donc de déménager. La boucle est bouclée.

                    C’est parce que ces quartiers piègent en leur seins leurs habitants (les chercheurs américains parlent de « trap ») qu’on peut nommer ses poches de pauvreté ghettos.

                    Or depuis une vingtaine d’années, on assiste à l’échelle globale, à l’émergence d’un « archipel mégapolitain mondial », c’est à dire d’un réseau de centres urbains repartis sur toute la planète regroupant une grande part des activités financières, de direction, de recherche, d’innovation (dont la valeur ajoutée est très importante). Dans les villes concernées, cela a pour conséquence l’apparition d’une classe supérieure aux très hauts revenus travaillant dans le CBD et cherchant à habiter à proximité. Des parts importantes des quartiers dégradés sont détruits et remplacés par des habitats de haut standing aux loyers extrêmement élevés. Loyers que bien sûr les anciens locataires ne peuvent pas payer. C’est ce qu’on appelle la gentrification.

                    Dans le même temps l’habitat social est systématiquement détruit, accroissant de ce fait encore la demande locative sur les habitats dégradés, et donc les loyers. Le résultat final est une explosion de l’habitat de fortune (camionnettes, camping-cars, voitures...), de l’économie informelle (trafics en tout genre, travail au noir dans le domaine du textile, mais surtout du service pour remplir à peu de frais les besoins des nouveaux habitants du CBD). Et c’est toute une frange des habitants du ghetto qui se trouve aujourd’hui sans domicile. Si à la grande époque de l’école de Chicago, les clochards étaient des marginaux et des gens libérés des asiles psychiatriques qui fermaient les uns après les autres, les sans logis sont aujourd’hui des familles entières de travailleurs informels et de chômeurs piégés par leur impossibilité de se déplacer. Et leur nombre a littéralement explosé.

                    Je vous encourage à lire Saskia Sassen, professeur de sociologie à l’université de Chicago et auteur qui fait autorité sur ce thème (La ville globale. Londres, New York, Tokyo).

                    Alors pitié, ne citez pas les Etats Unis comme exemple du traitement du problème du logement ! Et encore moins Harlem !!

                    Pour finir je tiens à préciser que les statistiques de la pauvreté cités dans le premier commentaire sont parfaitement justes mais que si en France on situe le seuil de pauvreté à la moitié du revenu moyen national (ce qui est déjà bas), au USA ce seuil est la limite financière en dessous de laquelle il est impossible de payer la nourriture nécessaire (et donc en dessous de laquelle sans aide non gouvernementale ou ressource informelle, travail au noir, etc..., ces gens seraient en état de malnutrition). Le seuil de pauvreté américain est donc bien plus bas que celui qui sert de base aux statistiques françaises. Si on appliquait l’équivalent de notre seuil de pauvreté reporté à l’indice des prix américain, le nombres des habitants situés en dessous de ce seuil serait bien plus grand !


                    • (---.---.229.236) 3 janvier 2007 17:47

                      « # 49% are African American (compared to 11% of general population). »

                      Arf ! les noirs, ca compte pas !

                      Il faut donc réduire le taux de moitier.


                    • ZEN zen 3 janvier 2007 19:11

                      @ Lola

                      « je crains que votre analyse, notamment en terme de politique de la ville, soit difficilement soutenable. »

                      Comme vous maniez bien l’euphémisme !

                      Merci pour ce commentaire. J’ai appris beaucoup...


                    • Ligeour (---.---.73.200) 3 janvier 2007 19:54

                      @Lola, vous vous donnez bien du mal, rendez-vous ailleurs, ici ça pue ...


                    • Marsupilami Marsupilami 3 janvier 2007 18:32

                      Cet article lamentable prouve définitivement que Lucien-Samir Arezki Oulahbib est le seul troll qui soit régulièrement publié comme auteur sur Agoravox.


                      • Ligeour (---.---.73.200) 3 janvier 2007 19:55

                        rassurez-moi, est-ce vraiment le seul troll ?


                      • Lola (---.---.123.109) 3 janvier 2007 18:38

                        Merci pour les « hordes d’immigrés pouilleux et demeurés ». Vous ne seriez pas un tout petit chouïa xenophobe par hasard ?

                        Quand à Blair, son action économique n’est jamais allé dans le sens d’une remise en question des « acquis libéreaux » de Thatcher et les tendances dérégulationnistes et libérales de ses options politiques le placeraient plutôt au centre, sinon au centre droit. Cela lui a d’ailleurs été beaucoup reproché par son prôpre parti. Alors le qualifier de « socialo-communiste » me semble assez exagéré.


                        • ZEN zen 3 janvier 2007 19:08

                          A tous

                          Je vous renvoie au récent article de Lucien Il faut lire les commentaires jusqu’au bout, c’est important...

                          D’accord avec Marsu. Je me pose sérieusement des questions sur la sélection éditoriale de Agoravox. Relisez tous les articles de l’auteur pour vous faire un jugement...


                        • ZEN zen 3 janvier 2007 19:19

                          zut, j’avais oublié le lien. Le voici :

                          http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=17251


                        • La Taverne des Poètes 3 janvier 2007 19:23

                          Allons zen, soyons tolérants ! Même si l’on est d’accord avec pratiquement rien de l’article de l’auteur, la diversité d’opinions, il faut la supporter.

                          Plus étonnant le choix de référencer un article aussi diviseur (et stigmatisant pour les sans-abris) sur Yahoo. Pas judicieux à mon avis.


                        • La Taverne des Poètes 3 janvier 2007 19:26

                          Oui, Carlo nous dira que c’est le ROBOT qui décide à la place de l’Homme par algoritmes. Si l’on croit que ce type de réponse est propre à me rassurer : pas du tout !


                        • (---.---.229.236) 3 janvier 2007 19:33

                          « Quand à Blair, son action économique n’est jamais allé dans le sens d’une remise en question des »acquis libéreaux« de Thatcher »

                          Et oui, mettez vous bien dans le crane que le libéralisme à gagné, que vous menez un combat d’arriére garde et que vous allez perdre beaucoup si vous continuez à bloquer le Progrés.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès