Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Les effets du fait-divers (quand la vitre nous les brise)

Les effets du fait-divers (quand la vitre nous les brise)

On le subodorait, Libé l’a écrit :

A croire que c’est le nouveau geste citoyen de l’été. Ces dix derniers jours, au moins cinq passants ont brisé la vitre d’une voiture stationnée en plein soleil pour secourir l’enfant (ou le chien) qui s’y trouvait seul, exposé à une déshydratation pouvant être fatale. Réflexe salutaire, quitte à casser quelques vitres pour rien. Ou à expédier les parents fautifs en garde-à-vue et, s’il y a lieu, les exposer à des poursuites judiciaires.

L’effet de focalisation provoqué par plusieurs faits-divers relayés par les médias dans un laps de temps restreint semble avoir facilité/renforcé un réflexe ou tout du moins une attention à ces voitures en plein soleil et leurs possibles passagers fragiles et enfermés. La médiatisation de ces faits-divers a d’autant plus de chance d’avoir des effets qu’elle entre en résonance avec des préoccupations quasi anthropologiques (abandon d’un enfant, oubli, non-assistance à personne en danger… le genre de questions qui deviennent vite à la fois philosophiques et très concrètes parce que si banales, Cf. l’exemple du témoignage très instructif d’un “riverain” de rue89). Comme conclut la journaliste de Libération :

Le suivi médiatique aidant, chaque vitre brisée semble en appeler de nouvelles : plus on en parle, plus les passants se mettent à scruter l’intérieur de la moindre voiture et vice versa. Après les conseils aux personnes âgées en période de canicule, voilà que fleurissent maintenant dans les journaux ceux adressés aux parents conducteurs : ne laisser en aucun cas les enfants seuls dans une voiture, même pour une courte durée, les faire boire régulièrement, etc.

Crédit photo : Trombouze


Moyenne des avis sur cet article :  3.59/5   (37 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • mariner valley mariner valley 7 août 2008 13:27

    Fallait s’y attendre a ca.

    Mais de toute facon ca ne repond pas aux questions de fond :

    1-Comment se fait-il qu’on en soit arriver a etre obliger de faire ce genre de mise en garde dans une societe comme la notre.

    2-Ou est passe le bon sens, et la responsabilite parentale ?
     


    • plume plume 7 août 2008 13:43

      les médias et les politiciens ont l’art de transformé un acte isole en une généralité pour tous le pays,
      d’en tirer des règles et des lois de plus en plus contraignante pour la sociétés , le tous en se faisant applaudir par des moutons


    • Bof 7 août 2008 17:25

      @ Mariner Valley :
      Le bon sens....+ 22% d’illétrés en 1993 environ ! et ça continue de monter ! donc, après les années " socialistes" qui devaient avec les instituteurs et professeurs éduquer le peuple..ils ont préférés les vacances !
      + 30% d"’’enfermés dans des zup
      + avec l’ obligation d’être heureux d’avoir cette saloperie de retraite obligatoire malgré les remarques que la courbe de mortalité ’" remonte"’ au moment de l’arrivée de cette cochonerie que des Êtres osent qualifier d’avantages sociaux afin que eux et eux-seuls en profitent sans se préoccuper de ceux qui restent sur le carreau.....l’égoïsme écrase le bon sens !
      +


    • mariner valley mariner valley 8 août 2008 07:33

      @Bof

      Je ne suis pas sur que l’illetrisme soit la cause de la perte de bon sens. Des gens qui ne savent pas lire ou ecrire peuvent faire preuve de bon sens. L’education nationale porte tres mal son nom. le role premier des professeurs et instits c’est d’apporter un savoir.
      L’education est en grande partie la responsabilite des parents, l’ecole venant en soutient, mais a mes yeux ne joue pas le premier role.

      l’égoïsme écrase le bon sens !

      C’est pas faux. C’est une perte progressive des fondamentaux, c’est comme au rugby.


    • quen_tin 7 août 2008 15:12

      Il y a peu, un homme qui faisait le tour de son quartier avec sa fille sous son manteau, pour la calmer, s’est retrouvé au poste pour vol d’enfant... Ca avait fait un article dans libéation.


      • Monolecte Monolecte 7 août 2008 20:19

        J’ai vu un larfeuille à la limite de l’appoplexie dans une vilaine Porche toute fermée en plein soleil : il m’a bien fallu le libérer, monsieur l’agent

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Emmanuel Bruant


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès