Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Les éleveurs, victimes et symboles de notre époque

Les éleveurs, victimes et symboles de notre époque

Les annonces du gouvernement n’y ont, logiquement, rien changé. En ne proposant que des calmants et non de véritables solutions à leurs maux, les protestations continuent, comme l’interception de 35 tonnes de viande aux origines variées. Comme une synthèse des affres de notre époque.

 
Uberisation globale pour les recettes
 
Cela fait malheureusement depuis des années que les agriculteurs subissent des variations erratiques des cours des matières agricoles (au plus bas depuis 6 ans selon la FAO), d’autant plus que les mécanismes protecteurs de la PAC, qui garantissaient un prix minimum, ont été liquidés. En fait, pour leurs recettes, les agriculteurs sont déjà dans un mode de fonctionnement proche de celui de l’écosystème d’Uber. Elles sont totalement fonction des cours du marché, leurs rémunérations étant une des variables d’ajustement de ce marché fou. Dans un reportage, France Télévisions rapporte le cas d’une agricultrice productrice de lait, dont le couple parvient tout juste à gagner le SMIC à deux  !
 
Et encore, dans certains cas, on sait que les prix du marché peuvent parfois tomber en-dessous du prix de revient de production, ne laissant aux agriculteurs que leurs yeux pour pleurer, sans le moindre argent pour vivre ! Nos gouvernants, de droite comme de gauche, ont laissé se développer une situation absolument révoltante pour une profession pourtant chargée de nous nourrir, comme s’ils étaient une avant-garde de la société de demain, où tout pourrait être soumis au bon vouloir du dieu-monstre marché, et serait flexible et variable… Comme les rémunérations des chauffeurs d’Uber en somme, mais alors que les intermédiaires parviennent, eux, à bien vivre de l’activité… des autres.
 
Un Etat qui intervient à contre-temps
 
Et quand on prend un peu de recul sur la situation, les décisions de l’Etat en sont encore plus effarantes. Bien sûr, le gouvernement a annoncé des aides temporaires, mais il s’agit souvent de financements à court terme dont l’Union Européenne peut exiger le remboursement. Bref, il ne s’agit que d’un pis-aller, l’Etat les utilisant comme des cache-sexe de son laisser-faire sur la question des prix ou de l’importations de produits venant parfois d’Asie pour la viande (sans que l’on voit bien l’intérêt de permettre à du poulet thaïlandais de faire plus de 10 000 kilomètres pour arriver chez nous)… Il faut noter que Berlin, toujours dans son rôle de policier de l’UE, a demandé à Paris de mettre fin aux barrages
 
Cerise sur le gâteau, alors que l’Etat donne toujours plus de contraintes à nos agriculteurs (ce que rappelle l’agricultrice de France Télévisions), qui leur coûtent chers alors que leurs recettes sont insuffisantes et bien trop fluctuantes parfois pour assurer le simple entretien de leur matériel, il laisse entrer des produits qui apportent une concurrence déloyale, en ce qu’ils ne sont pas soumis à des normes ou des contraintes aussi fortes, ce que l’accord transatlantique pourrait encore aggraver en laissant entrer certaines cochonneries venues des Etats-Unis. Bref, l’Etat demande à nos agriculteurs de se battre avec les mains dans le dos sur le grand marché mondialisé des produits agricoles globaux…
 
Voilà pourquoi il faut apporter le plus grand soutien aux éleveurs, mais aussi aux agriculteurs, de plus en plus soumis à un mode de fonctionnement révoltant. Outre le fait de montrer les ravages de la globalisation, on ne peut qu’en craindre les conséquences sanitaires, qui sont sans doute déjà là.

Moyenne des avis sur cet article :  1.39/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • lsga lsga 7 août 2015 12:07

    Mais qu’ils fassent faillite !
    Ils ne veulent pas de la collectivisation des terres ? Et bien qu’ils profitent bien de leur Capitalisme..
     
    Quand ils seront salariés pour les grands trusts de l’agro-alimentaires, ils seront beaucoup moins réactionnaires.
     


    • Béo Ulaygues Béo Ulaygues 7 août 2015 12:44

      @lsga

      « collectivisation des terres »
      Ça n’est pas la solution .

      Entre tout laisser aux banques ( qui sont derrières ton État collectif et protecteur) et tout laisser aux multinationales ( là aussi les banques ne sont pas loin ) il y a un juste milieu qui s’appelle l’ entrepreneuriat, à base de petites et moyennes entreprises.
      Quelle que soit ton aversion pour cette sorte de capitalisme, c’est de très loin le système le plus juste et pérenne.


    • lsga lsga 7 août 2015 12:48

      @Béo Ulaygues
      je suis pour l’abolition de l’État. La collectivisation, c’est permettre à l’ensemble de la population mondiale de répondre aux questions  : « qu’est-ce qu’on produit ? Comment on produit ? Comment on le distribue ? »


    • Béo Ulaygues Béo Ulaygues 7 août 2015 20:51

      @lsga
      C’est de la rhétorique pure, certes tu peux en convaincre certains car ce sont de bien belles idées mais c’est infaisable et ne se fera jamais comme tu le souhaiterais.

      Aussi, je te signale que l’absence d’état laisse le champ libre aux énormes structures capitalistes que tu abhorres .

      Tu sembles déterminé et convaincu mais il va falloir que tu mettes de l’ordre dans ton esprit car tout ce dont tu parles revient à brasser du vent .


    • pierre 7 août 2015 12:08

      aucun soutient sauf aux « GAEC » le reste vote à droite et récolte ce qu’il a voulu : le marché, le boeuf à Chicago est à 157 dollards,


      • Béo Ulaygues Béo Ulaygues 7 août 2015 20:53

        @pierre
        En quel honneur les Gaec ne voteraient-ils pas à droite ?


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 8 août 2015 08:53

        @Béo Ulaygues
        Il n’y a plus de droite ou de gauche, il n’y a que des euro-atlantistes qui sont d’accord pour appliquer les directives européennes. Et les résistants comme l’ UPR qui veut rassembler, pour sortir au plus vite du Titanic, avant que TAFTA ne finisse définitivement de nous transformer en colonie américaine.
         


      • leypanou 7 août 2015 12:25

        Cela me rappelle une émission à la télévision il y a un certain temps où on vante un agriculteur moderne en train de surveiller les prix des denrées agricoles sur Internet à la Bourse de Chicago  : ce serait drôle de demander l’avis de cet agriculteur moderne maintenant.

        J’ai lu quelque part que l’embargo en direction de la Russie fait perdre 20cts/kg de viande : l’alignement géopolitique est vraiment beau avec des dirigeants qui sont prétendument soucieux des intérêts des Français.


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 8 août 2015 08:55

          @leypanou
          Les contre sanctions russes ont eu pour effet de noyer le marché européen sous les excédents, faisant baisser les prix. Ce qui va finir d’achever l’agriculture française, confrontée à la concurrence déloyale de l’ Espagne et de l’ Allemagne, qui n’ont pas de SMIC agricole.


        • Béo Ulaygues Béo Ulaygues 7 août 2015 12:32


          « les intermédiaires parviennent, eux, à bien vivre de l’activité… des autres., »

          Cela fait au moins 30 ans que les prix « départ ferme » n’ont jamais été aussi haut en ce qui concerne les bovins.
          C’est donc un peu alambiqué de rejeter la faute sur les commerçants en aval de l’éleveur.
          Un fermier, que je sache, n’est ni négociant (maquignon), ni chevillard, encore moins boucher et pas toujours engraisseur.
          C’est tout un écosystème de PME/PMI qui tournerait très bien tout seul si les clés du camion n’avaient pas été données aux seuls représentants des lobbies agro-industriels.

          Sans ces privés qui arrivent encore à lutter contre des coopératives surpuissantes et scélérates, les dégâts seraient encore plus graves.

          « Un Etat qui intervient à contre-temps »
          C’est bien ça le souci, il ne faudrait pas qu’il puisse intervenir du tout or ces manifs à la con ne font qu’accroitre l’importance de l’état ( et de ses sponsors...) et ces problèmes ne seront donc jamais réglés .

          • zygzornifle zygzornifle 7 août 2015 13:23

            ils sont déjà victimes d’eux même a force de donner de la merde a manger a leur bétail et a les shooter histoire de gagner de l’argent et maintenant les consommateurs sont devenus méfiant, quitte a manger de la cochonnerie autant payer le moins cher possible, ensuite ils sont victimes de Bruxelles et bientôt le traité transatlantique signé par nos vendus corrompus de politiques les mettra face a la concurrence américaine et sa nuée d’avocats spécialisés payés a la com , ils seront éradiqués tout simplement croulants sous les amendes , leur bétail saisi leur terres saisies leurs biens vendus ils finiront suicidés ou SDF pire que les migrants car personne ne fera quoique ce soit pour eux et ce n’est certainement pas un gouvernement français de pacotille qui les soutiendra en plus c’est Bruxelles qui organisera leur équarrissage .....


            • jaja jaja 7 août 2015 13:52

              Agro Industrie partout, paysans nulle part... !!!

              Le Président de la FNSEA, Xavier Beulin, qui négocie avec le gouvernement au nom des agriculteurs, est président de la multinationale Protéol, propriétaire de divers groupes agro-alimentaire. Beulin importe avec sa société Farmor du poulet industriel brésilien qu’il vend aux hypermarchés. Il envoie d’un côté des commandos de producteurs de volailles en difficulté faire des barrages, et, de l’autre il importe du poulet qui ruine ces même producteurs. On ne peut faire plus hypocrite chez ces défenseurs du « Produisons et achetons Français ».... Tout ce qu’ils espèrent c’est en fait des baisses de charges et la baisse ou la suppression pure et simple du SMIC jugé trop élevé en France....

              D’autre part beaucoup de paysans se voient comme des « entrepreneurs ». Ils expliquent que les salariés (les leurs et ceux des abattoirs) sont trop payés par rapport aux prolos allemands, polonais, roumains et autres. Trop de SMIC, trop de cotisations sociales. D’opprimés, ces paysans sont devenus oppresseurs !



              • jaja jaja 7 août 2015 14:13

                « En 2001, la CR 47 occupait la préfecture avec un slogan rarement entendu dans les cortèges du FN : «  On veut des Polonais et des Marocains  !  » Arguant de l’existence de plus de vingt mille chômeurs dans le département, l’administration refusait en effet de délivrer les autorisations pour les contrats OMI. Les militants de la Coordination, eux, refusaient d’embaucher des travailleurs français, qualifiés de «  bras cassés  ». «  On demandait des gens fiables, se souvient M. Serge Bousquet-Cassagne. En clair, des gens qui ont faim, qui ont envie de travailler. Nous avons finalement obtenu mille contrats OMI. Depuis, personne n’a de problème pour ramasser ses récoltes. Il y a toujours sept cents Marocains en contrat OFII. Les Polonais n’ont plus besoin de contrats : ils font partie de l’Europe. Ils sont environ deux mille. Il y a des Roumains  ; des Espagnols, qui reviennent en force à cause de la crise  ; des Portugais aussi.  »

                M. Dominique Baudry, militant de la Confédération générale du travail (CGT), vient de défendre devant le conseil de prud’hommes deux ouvriers agricoles polonais embauchés dans la région de Marmande : «  Ils travaillaient soixante-dix heures par semaine, mais le patron ne déclarait que trente-cinq heures et ne leur versait pas tout leur salaire. D’après nos calculs, ils ne touchaient en fait que 5 euros de l’heure. Ils étaient logés dans un mobile home insalubre loué 300 euros. Les prud’hommes ont condamné leur employeur à leur payer l’équivalent de quatre mois de travail qui n’avaient pas été rémunérés. Ces 5 euros de l’heure sont fréquents dans le Lot-et-Garonne, mais les saisonniers étrangers ne connaissent pas leurs droits, ou n’osent pas les défendre. »

                rien d’étonnant à cette situation d’exploitation outrancière des travailleurs lorsque l’on sait que le fondateur de la Coordination rurale 47 et Président de la chambre d’agriculture et proche du Front national, affirme « qu’il faut en finir avec le revenu de solidarité active (RSA), les allocations chômage et le smic pour remettre les Français au travail.... »

                http://www.monde-diplomatique.fr/2014/09/BAQUE/50768


                • air pur air pur 7 août 2015 17:11

                  Enlevez moi d’un doute, les agriculteurs ils sont bien présents et majoritaires dans les conseils d’administration (et souvent Présidents) du Crédit Agricole (banque), de la MSA (Sécu), de GROUPAMA, (Assurances), des Coopératives de tout poil, des divers syndicats dont la mission touche au monde rural, des Chambres d’Agriculture ; des Abattoirs, leurs représentants sont reçus très souvent en Préfecture ou au Ministère, les anciens responsables de la FNSEA sont « reclassés » dans les arcanes gouvernementales, beaucoup sont Maires, Conseillers Généraux, 15 sont élus à l’Assemblée Nationale, ils ont un Ministère rien que pour eux, sont présents au parlement européen alors oui, s’ils ne sont pas foutus de se débrouiller sans tout casser, qu’ils disparaissent (pour rester poli) !


                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 8 août 2015 09:07

                    La Construction européenne, en ouvrant les portes à la mondialisation, a déjà détruit l’industrie française. Elle va finir de détruire l’agriculture française, détruire l’agriculture des terroirs, détruire les sols à coup de pesticides pour assurer les rendements, et détruire notre santé par la même occasion.


                    Ce sont les articles 38 & 39 de la PAC qui imposent l’industrialisation de l’ agriculture, de lourds investissements, beaucoup de technologies et d’entrants, et le moins possible de salariés.
                    Se sont ajoutés, l’euro et les contre sanctions de la Russie.

                    «  Une autre Europe n’est pas possible », tout a été verrouillé par l’article 48 qui impose l’unanimité pour changer une virgule aux Traités. Il faut en sortir et définitivement.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès