Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Les enfants ... à l’usine !

Les enfants ... à l’usine !

Dans un entretien accordé au quotidien économique Les Echos, le Ministre de l'Education Nationale a proposé de "faire découvrir l'entreprise et les métiers dès la classe de sixième".
Je pourrais critiquer cette « réforme » en accusant ses promoteurs de vouloir adapter l'école à l'entreprise comme le suggère le dessin qui accompagne l'article et qui est de mon ami Schultz.

Je préfère prendre un autre angle d'attaque.

Revenons d'abord sur les stages en entreprise de quelques jours (une semaine) que doivent effectuer les élèves de troisièmes. C'est souvent une galère pour les enfants et pour leurs parents qui doivent faire le tour des entreprises, des administrations, voire des associations pour trouver un lieu de chute. Seuls ceux qui sont dotés de parents ayant de l'influence et des relations n'auront pas trop de problème...C'est cela l'égalité républicaine !
Peu de stages sont préparés en amont, faute de temps, avec les professeurs, il s'agit souvent pour les jeunes de remplir une fiche d'observation.

Quant à l'entreprise « accueillante », elle a peu de temps à accorder au jeune « observateur » et pour qu'il ne s'ennuie pas et pour trouver une utilité au stage, on lui confie la photocopieuse !
Un « esprit chagrin » m'a dit que ce stage ressemblait à une déscolarisation d'une semaine... Mais bon, il y en a toujours qui exagèrent un peu....
Voici donc que notre ministre et la commission refondation de l'école aimeraient que le stage en entreprise s'effectue en 6 ème !? Comment et avec quels moyens ?
Silence et « boule de gomme ».

Je ne suis pas opposé par principe aux stages en entreprise, s'ils sont préparés, si les établissements disposent de quelques heures pour préparer avec chaque collégien son stage et si au cours de son séjour à l'entreprise, le pré adolescent peut rencontrer différents « acteurs », y compris la section d'entreprise ou une fédération syndicale si le syndicat est absent.
On pourrait aussi envisager que l'entreprise ou l'institution puisse donner un crédit d'heures à un véritable tuteur....

Commençons à améliorer l'existant au lieu d'introduire un gadget.
Le véritable problème, c'est la mise en place de ce collège unique où l'institution ne s'appuie que sur les capacités dites intellectuelles et où de nombreux enfants s'ennuient.
Des collégiens ont des potentialités manuelles qui ne demandent qu'à être exploitées et d'autres tournées vers l'abstraction pourraient profiter de cours d'activités manuelles.
C'est ce qu'on appellerait une formation polyvalente et polytechnique qui permettrait aux élèves à la fin de troisième de choisir le lycée dit classique ou le lycée technique rénovée.
Cette réforme demandée par de nombreux enseignants aurait un coût, certes mais elle permettrait de redonner goût aux études.
Il y aurait un renforcement des apprentissages du français et en même temps une liaison réelle avec le monde extérieur, c'est à dire aussi les savoir faire manuels...

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

49 réactions à cet article    


  • Dolores 11 octobre 2012 17:23

    Ces stages sont des attrape-nigauds !

    Tout d’abord parce que les élèves sont priés de trouver un stage - n’importe lequel - , ils prennent donc ce qu’ils trouvent et non ce qu’ils pourraient désirer. C’est donc du temps perdu pour de nouvelles acquisitions.
    De plus en 6°, quel intérêt peut-on avoir pour l’entreprise alors que l’on va probablement changer 100 fois d’avis sur le métier qu’on souhaite exercer adulte ?

    Ensuite c"est un formatage pour leur faire intégrer cette idée de stages obligatoires tout au long de leur scolarité.
    Ce qui permettra ultérieurement à des entreprises de les exploiter sans vergogne en lieu et place de salariés sous contrat.


    • La mouche du coche La mouche du coche 11 octobre 2012 17:26

      N’importe quoi. L’intérêt de ces stages est de montrer aux jeunes qu’un patron n’est pas ce pédophile que leur décrivent les enseignants. C’est beaucoup.


    • anomail 11 octobre 2012 18:22

      Disons que ça peut être un moyen de leur faire voir ce qu’ils risquent de devenir si ils ne travaillent pas à l’école smiley


    • Punkonfou Punkonfou 12 octobre 2012 13:50

      ben tiens !!
       « Qu’est c’que tu as envie d’faire plus tard quand tu s’ras grand »
      Je trouvais ça con comme question quand j’étais enfant
      Je travaill’rai huit heures par jour, cinq jours par semaine,
      A ce régime j’aurai pas l’temps de faire ce que j’aime.... qu’elle est belle la vie...


    • Dolores 13 octobre 2012 16:32

      Expliquez-moi quel intérêt des enfants de 11-12 ans peuvent porter à l’entreprise.
      Ils s’en foutent et ils ont bien raison.
      Bientôt on enverra les enfants de maternelle en stage pour qu’ils se familiarisent avec l’esclave économique auquel ils sont destinés.
      Il n’est jamais trop tôt pour bien faire !


    • Dolores 13 octobre 2012 16:34

      Je m’adresse à la mouche du coche !


    • La mouche du coche La mouche du coche 11 octobre 2012 17:24

      Comme tout enseignant l’auteur a la haine de l’entreprise. C’est normal.  smiley


      • CHALOT CHALOT 11 octobre 2012 17:42

        La mouche du coche a besoin de lunettes ou d’apprendre à lire !?
        Je me suis expliqué et votre interprétation est erronée.


        • La mouche du coche La mouche du coche 11 octobre 2012 20:25

          J’ai très bien lu. En bon marxiste, vous êtes sans surprise contre l’entreprise parce que vous ne voulez pas que les enfants voient la réalité. Vous préférez les endoctriner pour qu’ils soient contre les patrons, et pas contre les banques, les riches et les politiques, qui vous donnent votre salaire. Je vous vois. smiley


        • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 12 octobre 2012 10:00

          Bonjour,
          Je ne sais pas pourquoi, mais c’était toujours sur moi que tombait ce « tutorat » que vous évoquez, lorsque j’étais salarié (sarl libérale, env.. 15 employés les jours fastes). Ou plutôt je sais trop bien pourquoi : je n’ai jamais pu compter mes heures... Mais Il est si vrai, comme vous l’écrivez, que ces stagiaires tombent « comme des cheveux dans la soupe » que le résultat est bien souvent l’inverse de celui escompté, à savoir une perdition plutôt qu’une réelle « immersion » en milieu professionnel...
          Mais il faut s’entendre, je ne pense pas que cette immersion ou intégration soit le but exclusif de ces stages :
          Il s’agit aussi de mon point de vue de montrer le fonctionnement, les rouages, les relations infra-structurelles propres au « monde du travail », dans lequel le but professionnel peut en effet s’avérer très éloigné des aspirations personnelles de chacun, et certaines fois complètement à leur opposé-même.
          Et aussi de suggérer chez l’adolescent, souvent en révolte à cet âge-là, la pertinence et la nécessité d’une bonne formation pour accéder à l’accomplissement plus trad de tâches plus gratifiantes que se coller la repro ou le énième classement de la doc... même s’il est très nécessaire ! (Combien de mes stagiaires ont passé leur première journée à cette tâche !).
          J’ai eu le plaisir d’en voir revenir certains qui avaient choisi cette voie professionnelle, et je peux vous dire que lorsque ça arrive, ça reste un bon souvenir !
          C’est pourquoi je resté persuadé que ces stages sont et doivent rester partie intégrante de l’éducation. Il n’est pas pour de multiples raisons possible à tous les jeunes de tous de trouver un job estival comme nous le faisions presque systématiquement étant gosses, histoire de se payer le Solex que d’autres recevant le jour de leur 14ans...

          Quant à la mouche, elle a raté le coche... et n’a évidemment pas dû trouver dans votre article l’étron qui lui convient ; et si je me demande si les lunettes dont vous parlez ont autant de facettes que ses yeux, je me pose encore plus de question sur la forme des œillères qu’elle semble porter...


        • La mouche du coche La mouche du coche 12 octobre 2012 14:59

          J’ai des yeux multifacette qui voient mieux que tout le monde, c’est pour cela que je ne dis pas la même chose que vous tous et que mes commentaires sont si intelligents et les votres pas.


        • jaja jaja 11 octobre 2012 18:06

          Le monde de l’entreprise est un monde totalitaire, celui du « ferme ta gueule ou alors tu prends la porte ils sont des millions dehors à attendre ta place »... C’est encore plus vrai en usine...

          Les mômes en stage s’en rendent vite compte ! C’est toujours ça de gagné...


          • jaja jaja 11 octobre 2012 18:15

            Je suis maintenant à la retraite mais j’ai travaillé principalement en usine comme ouvrier dans le privé.... J’ai fait un bref passage (3 ans) comme vacataire dans le public....


          • anomail 11 octobre 2012 18:26

            En effet les entreprises privées sont tout sauf des démocraties. La loi ne s’y applique que partiellement, elles sont surtout régies par le copinage et l’arbitraire, ça se sent bien au moment de la distribution des primes et des promotions.


          • jaja jaja 11 octobre 2012 18:29

            Mais qu’il est con  smiley

            Je parle de Babylon évidemment....


          • maturin 12 octobre 2012 12:14

            jaja

            fallait pas répondre ! t’est maintenant fiché !!par babylon le « maussade »


          • jaja jaja 12 octobre 2012 12:23

            Bof...Est-ce qu’il est foutu de relire ses fiches ?  smiley


          • jmdest62 jmdest62 11 octobre 2012 18:06

            @ l’auteur

            J’ai toujours été et je serai toujours opposé à ces stages dans le cadre scolaire ou universitaire.
            La mission de l’éducation nationale est de faire de nos enfants des citoyens conscients des réalités de la cité et leur donner l’instruction nécessaire pour construire leur vie..... pas d’en faire des techniciens , ingénieurs ou ouvriers qualifiés : ça c’est le boulot des entreprises .
            Votre vision est , je pense , déformée par l’industrialisation de notre société qui vous conduit à penser que « hors de l’entreprise point de salut » .(Au train où vont les choses vous serez bientôt amené à penser que hors cetelem ou sofinco point de salut  smiley )

            Au lieu de stages bidons il serait préférable de proposer à nos enfants des cours d’éducation civique.

            vous écrivez :

            ".....Voici donc que notre ministre et la commission refondation de l’école aimeraient que le stage en entreprise s’effectue en 6 ème !? Comment et avec quels moyens ?.....« 

            La question n’est pas »... Comment et avec quels moyens ?....." mais , que va donc bien pouvoir faire en entreprise un gamin ou une gamine de 10-12 ans ?

            cordialement


            • Mmarvinbear Mmarvinbear 12 octobre 2012 13:58

              « La mission de l’éducation nationale est de faire de nos enfants des citoyens conscients des réalités de la cité et leur donner l’instruction nécessaire pour construire leur vie... »


              Et c’est exactement ce qu’elle fait !

              Parce que la réalité de l’existence, ce n’est pas uniquement une conscience politique ou sociale, mais aussi une connaissance de la société et de ses rouages, de son mode de fonctionnement et de production !

              Etudier l’ Histoire, la géo, les maths, la philo même, oui, mais il est aussi important d’enseigner comment fonctionne le système afin qu’ils puissent s’y intégrer et le contester afin de modifier tout ce qui ne va pas !

              Et une entreprise est le cadre parfait pour cela : on y apprend la réalité des relations sociales, de l’autorité, de la responsabilité même. Un cadre qui foire son travail met des dizaines de personnes dans la merde noire et peut perdre son boulot à cause de cela.

              Sauf si c’est le fils du patron, bien entendu...



            • TSS 11 octobre 2012 20:15

              Je ne sais pas dans quelle société vous travaillez mais en cas de pépin vous devez faire

               partie de ceux que l’on appelle les « jaunes » !(un qui a travaillé 43 ans dans le privé)... !!


            • TSS 11 octobre 2012 20:18

              mon commentaire est pour @babylon


            • Mmarvinbear Mmarvinbear 12 octobre 2012 14:08

              Même si il est bon pour un pays d’avoir le maximum d’étudiants afin d’avoir des cadres, des dirigeants, des ingénieurs, des médecins et toutes ces genres de personnes qui font que l’on a une existence agréable, il est vain de croire que tout le monde aura les capacités, sans parler de l’envie, de s’entasser à 400 dans des amphis de 200 places pour faire six années de sociologie...


              Il n’est pas honteux de dire que son fils ou sa fille a choisi de faire boucherie, coiffure, plâtrier-plaquiste, plombier, policier ou même agriculteur.

              TOUS ces secteurs recrutent. Ils ont parfois du mal à intéresser malgré les différents attraits qu’ils proposent. Des bouchers cherchent des apprentis mais n’en trouvent pas. Pourtant, ils peuvent se faire, une fois dans la carrière, des salaires à 2 500 nets ! Sans avoir à passer dix ans en fac avant !

              Il faut arrêter avec la surcote des diplômes. Ils sont importants, mais ils ne signalent qu’un niveau. Pas un talent ou une compétence. J’ai vu assez de bac + 4 être incapables de brancher et d’utiliser correctement un simple pc pour pouvoir dire qu’un licencié n’est pas forcément meilleur qu’un CAP...

            • sylvie 11 octobre 2012 18:17

              Sur ce coup là , n’ainportaouak.... désolée


              • Le péripate Le péripate 11 octobre 2012 18:18

                L’illustration est symptomatique de la mentalité anti-entreprise, c’est une vue d’une prison !

                Ca ne peut pas être un hasard. Après il ne faudra pas s’étonner de l’inadaptation des jeunes à qui ont aura bourré le crâne de cette manière.


                • anomail 11 octobre 2012 18:33

                  Si vous travaillez pour une entreprise posez-vous une question : Avez-vous les mêmes droits à l’intérieur et à l’extérieur.

                  Si ce n’est pas le cas, dans quel sens cela change-t-il et pourquoi ?


                • Le péripate Le péripate 11 octobre 2012 23:29

                  Posez-vous donc la question à propos de votre mariage. Est- ce une démocratie ?

                  Quand vous aurez conclu que décidément il n’est pas évident que chacun d’entre vous ai les mêmes « droits » ( quoi que ce mot désigne pour vous) vous conviendrez qu’il n’y a pas qu’une seule façon de marcher.


                • samuel 12 octobre 2012 14:38

                  Il n’y a pas de relation hierachique imposée dans un mariage.

                   

                  Retournez lire Schopenhauer. Sophiste...


                • Le péripate Le péripate 12 octobre 2012 14:43

                  Ou avez vous lu qu’il y avait des « relations bla-bla dans le mariage » ?

                  Oui, où ?

                  La dissonance cognitive est ce qui arrive quand on entends des voix. Comme Jeanne d’Arc...


                • samuel 12 octobre 2012 16:26

                  C’est pour signifier qu’on ne peut tirer des conclusion sur l’entreprise à partir des relations d’affects mises en jeu dans le mariage.

                  Et que par conséquent, votre raisonnement était caduque.


                • Le péripate Le péripate 12 octobre 2012 16:46

                  Encore une fois où avez lu « relation d’affect » ? Votre cas est désespéré ou d’une grande malhonneteté.
                  Il y a seulement à comprendre qu’il n’y pas qu’une seule façon de marcher, que l’être humain connait différents types de relation, sur des modes divers. Le mariage est le lieu du don, le politique celui de la démocratie et l’entreprise un faisceau de contrats. Ce sont toutes des choses différentes qui sont incommensurables et qui ne s’excluent pas mutuellement.

                  Anything else ?


                • 1871-paris 1871-paris 12 octobre 2012 16:48

                  c est bien ce qui est dit l entreprise est le regne du soumets toi sous la forme du « marche ou creve ! »


                • samuel 12 octobre 2012 17:09

                  Et bien pourquoi utiliser le mariage pour contre carrer les arguments de notre cher amis s’il s’agit d’un domaine tout à fait différent des autres.

                  Et je pense que l’entreprise n’est pas le lieu du seul contrat, car l’entreprise si elle n’est pas une chose publique, elle est une chose commune.

                  La preuve est que la population commence à percevoir l’écart fondementale entre la vie publique et la vie entrepreunariale et que cet écart est de plus en plus insuportable. C’est un fait social.


                • Le péripate Le péripate 12 octobre 2012 17:27

                  Une preuve qui consiste en un vague sentiment d’un philosophe de comptoir dont la spécialité langagière est le travestissement des paroles d’autrui... pfffffff Ca c’est de la science.

                  Pipologue, un métier d’avenir.


                • samuel 13 octobre 2012 10:43

                  C’est fou comme vos propres arguments s’appliquent parfaitement à vous même.

                  En psychologie on appelle ce la de la projection.

                • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 11 octobre 2012 20:00

                  On ferait mieux de leur apprendre à glaner dans les champs .....


                  • CHALOT CHALOT 11 octobre 2012 23:12

                    Le péripate ! Je trouve ce dessin original puisque non encore diffusé et très significatif pas de toutes les entreprises mais de certaines. : on augmente les rendements, on surveille le personnel ( voir sur Facebook) et on vire....
                    Ce dessin est un peu caricatural, mais à peine trop !


                    • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 12 octobre 2012 10:08

                      J’avais oublié de le dire, en effet... le dessin.
                      Lourd dans le symbole, c’est vrai, mais parant et très à propos : apparemment il ne laisse pas indifférent : Bon choix, donc.


                    • Le péripate Le péripate 12 octobre 2012 14:34

                      C’est de la manipulation mentale.


                    • Louise M 12 octobre 2012 08:39

                      L’ecole devrait être le lieu du Savoir et du Comprendre, celui de l’émancipation crtitique des enfants futurs adultes.

                      Aujourd’hui c’est une machine à condionner les enfants à la soumission , au communautarisme, pour en faire de la chair à paté bon marché pour les entreprises.
                      Les programmes sont catastrophiquement vides et orientés :
                      la guerre de 40 prend des semaines la ou la révolution francaise est passée en 2 cours ...quand il y a encore de l’histoire !
                      Les exercices sont tous faits pour éviter de penser ! la dissertation n’existe plus , et non plus la dictée !
                      l’entreprise a grignoté ce qui restait d’école républicaine :
                      Les élèves auront maintenant des carnets de compétences ! comme dans n’importe quel groupe , comme ca les futurs adultes seront déjà prêts , il faut être capable de , et non apprendre à penser...c’est catastrophique...

                      Quelle société demain avec une telle école ?.....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès