Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Les ennemis d’Internet libre font feu de tout bois. Vigilance (...)

Les ennemis d’Internet libre font feu de tout bois. Vigilance !

La pitoyable affaire Hortefeux n’a pas retenu l’attention des commentateurs sur l’un de ses aspects les plus inquiétants, la critique d’Internet. Les pourfendeurs de la liberté d’expression sur la Toile ont en effet, une nouvelle fois, profité d’un débat public pour jouer leur petite musique insidieuse, espérant préparer les esprits à de futures restrictions de leur liberté d’expression.

Ainsi, Jean-François Copé affirmait le 14 septembre sur France2 : “Je crois que l’on a oublié quelque chose de très important qui touche notre profession (la politique) et la vôtre (le journalisme) : Internet”, ajoutant
 : “Il faudra un jour ou l’autre que l’on assume un débat public sur Internet et la liberté.”

Analysons de près cette déclaration, plus révélatrice qu’il n’y paraît en première lecture. Qui en effet a filmé la séquence où Brice Hortefeux exprime des propos controversés sur les militants UMP d’origine arabe auvergnate ? Une chaîne de télévision, Public Sénat. Et qui a refusé ensuite de la diffuser à l’antenne ? Public Sénat. Qui a permis qu’elle sorte de la censure journalistique pour être portée à la connaissance du public ? Internet.

Après le reportage bidonné de France2 sur Luc Chatel dans un supermarché, après la visite truquée d’une usine par Nicolas Sarkozy, au lieu de s’indigner d’un nouvel acte de censure, ou d’auto-censure de la part d’une chaîne de télévision publique, Jean-François Copé a préféré s’en prendre à la Toile, qui a joué le rôle démocratique que n’assument plus les médias. C’est là que l’affaire devient très intéressante.
Quand la plupart des journalistes se taisent, cachent ou déforment la réalité, seule la Toile ose bousculer les puissants. C’est précisément cela qui dérange le système en place, qui s’est exprimé pour l’occasion à travers l’un de ses représentants, Jean-François Copé.

Ce n’est pas la première fois que des piliers du système partent à l’assaut d’Internet, prenant pour prétexte la lutte contre la pédophilie ou le terrorisme afin de réclamer une "régulation d’Internet".

Nadime Morano par exemple est coutumière de ces attaques contre la Toile, elle qui déclarait en 2008 sans craindre le ridicule "
Internet, c’est comme une magnifique voiture de course. Si vous n’avez pas votre permis de conduire et que vous ratez un virage, c’est la mort. Il en va de même sur la Toile."

Autre pourfendeur de l’Internet libre, Frédéric Lefebvre, qui tente régulièrement au parlement de faire voter des amendements liberticides. Ainsi, en novembre 2008, il proposait, heureusement sans succès, qu’au nom "de la protection de l’enfance et du respect de la dignité humaine", le CSA soit en charge de "la labellisation et de la régulation de tous les sites incluant des contenus audiovisuels créés par les utilisateurs". Fini les vidéos pour nous rafraîchir la mémoire quand les médias sont défaillants, fini les conférences et interviews en ligne de ceux qu’on ne voit jamais sur le petit écran, fini la créativité militante. Mais quel monstre oserait s’opposer à une si noble cause, "la protection de l’enfant et le respect de la dignité humaine" ?...

La gauche du système n’est pas en reste. Philippe Val, patron de Charlie Hebdo et nouveau directeur de France Inter selon la volonté de Nicolas Sarkozy, a toujours détesté la Toile. Déjà en 2001,
il écrivait : "Qui est prêt à dépenser de l’argent à fonds perdus pour avoir son petit site personnel ? Des tarés, des maniaques, des fanatiques, des mégalomanes, des paranoïaques, des nazis, des délateurs, qui trouvent là un moyen de diffuser mondialement leurs délires, leurs haines, ou leurs obsessions. Internet, c’est la Kommandantur du monde ultra-libéral. C’est là où, sans preuve, anonymement, sous pseudonyme, on diffame, on fait naître des rumeurs, on dénonce sans aucun contrôle et en toute impunité. Vivre sous l’Occupation devait être un cauchemar. On pouvait se faire arrêter à tout moment sur dénonciation d’un voisin qui avait envoyé une lettre anonyme à la Gestapo. Internet offre à tous les collabos de la planète la jouissance impunie de faire payer aux autres leur impuissance et leur médiocrité. C’est la réalité inespérée d’un rêve pour toutes les dictatures de l’avenir."

François Hollande n’a jamais non plus goûté aux délices de la liberté sur Internet. Plusieurs fois, il a exprimé son désir de voir cette liberté encadrée.

Précisons qu’Internet n’est pas un espace en dehors des lois. Contrairement à ce que tentent de faire croire les "régulateurs de la liberté d’expression", la Toile est soumise aux mêmes lois que celles qui régissent l’expression publique en général, à savoir l’interdiction de l’injure, de la diffamation et l’obligation de ne pas contester un certain nombre de vérités historiques officielles.

En réalité, si Internet dérange, c’est parce qu’il est le dernier espace de la liberté de l’esprit, le seul endroit où la contestation et la diffusion d’idées non conformes est encore possible. Quand un nombre croissant de citoyens éteignent leur téléviseur, referment leur journal, dégoûtés par la bien-pensance généralisée et la complaisance avec le pouvoir et ses amis, c’est Internet qui fait office de refuge.
C’est évidemment sur la Toile, et nulle part ailleurs, que les vrais débats aujourd’hui ont lieu, que les idées bouillonnent, que l’information circule.

Prenons garde de ne pas perdre subrepticement, sous des prétextes moraux, notre liberté d’informer, de débattre, de convaincre, de lutter. Il faudra être très vigilant vis-à-vis de tout ce qui se fera dans le cadre de la loi Hadopi 2, il faudra aussi surveiller le parlement européen, régulièrement secoué de cette même volonté de contrôler Internet de très près,
comme nous l’avions révélé il y a quelques temps.

Surtout, il faut à tout prix éviter que ne s’installe dans l’esprit d’un nombre croissant de Français l’idée qu’Internet = danger, loi de la jungle. C’est ce que cherchent à l’évidence les ennemis de la liberté sur la Toile, à coup de déclarations qui vont toujours dans le même sens, et profitant de n’importe quelle affaire pour servir ce discours.

Le Vrai Débat


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (44 votes)




Réagissez à l'article

32 réactions à cet article    


  • Deneb Deneb 16 septembre 2009 10:21

    Merci pour ce rapport sur la diabolisation du Réseau de la part de nos puissants.
    En se rend compte en effet que ni la gauche, ni la droite n’ont compris le véritable impact de ce média sur la société. Leur aversion pour tout ce qui est informatique est visible et palpable.Ils défendent le professionnalisme du siècle passé - comme si informer était un métier avec son savoir faire immuable depuis la nuit des temps.
    Il sera difficile de faire admettre que d’informer ne peut pas être un métier - sinon c’est de la propagande. J’ai entendu la phrase : "si j’ai une fuite, je fais appel à un plombier, si j’ai une panne un mécanicien. " Et moi je pose la question : si vous avez besoin de l’amour, qui allez-vous voir ? Une professionnelle ? Besoin de s’informer, envie de savoir s’apparenterait à mon sens bien plus à un besoin d’amour qu’à une panne de bagnole ou une fuite de chiottes.


    • impertinent3 impertinent3 16 septembre 2009 10:35

      Il faut défendre bec et ongle la liberté d’internet. Il y a effectivement boire et à manger sur internet, mais le lecteur peut aisément faire le tri. Et il vaut mieux quelques ratés qu’une presse aux ordres comme l’est la presse traditionnelle en France.

      Dans la presse traditionnelle, mis à part le Canard et Marianne, c’est tous alignés, le doigt sur la couture du pantalon, pour chanter les louanges de Sarko. Que cette presse ne s’étonne pas si de moins en moins de gens la lise !

      Internet est encore (pour combien de temps ?) un espace de liberté d’expression.

      Heureusement qu’il y a la presse étrangère, quand elle veut bien parler des affaires française, pour renseigner les français sur ce qui se passe dans leur pays. Et cette presse là n’est pas tendre envers l’omni-président.


    • Dad0 16 septembre 2009 13:34

      "On se rend compte en effet que ni la gauche, ni la droite n’ont compris le véritable impact de ce média sur la société."

      Et bien en fait si, ils connaissent très bien l’impact et c’est bien pour ceci qu’ils veulent le réguler (contrôler) à droite comme à gauche.


    • 1984 16 septembre 2009 18:04

      "mis à part le Canard et Marianne"

      T’as pas finis ta cure de désintox !  :)


    • curieux curieux 16 septembre 2009 20:18

      Pour le Canard et Marianne, j’ai des doutes et c’est pourquoi je ne les achète plus. Carlyle dans le capital de Marianne, c’est quoi, les néocons qui veulent intoxiquer les lecteurs. Sur Internet, j’ai vu que Marianne s’était décarcassé pour faire un article insipide sur le 11/9. Et pour moi, tous les tenants de la VO sont pourris jusqu’au trognon.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 17 septembre 2009 02:59

      @ Impertinent : je crois comme vous qu’Internet est notre dernier rempart contre le totalitarisme. Mais nous avons un allié circonstanciel puissant : Google



      Pierre JC Allard

    • Loan 20 septembre 2009 11:26

      DENEB, la gauche et la droite ont bien compris l’impact d’Internet, c’est bien pour ça qu’ils veulent le maîtriser.


    • Vilain petit canard Vilain petit canard 16 septembre 2009 12:03

      Bravo, tout est dit.


      • John Eastwood 2 John Eastwood 2 16 septembre 2009 13:23

        "Qui est prêt à dépenser de l’argent à fonds perdus pour avoir son petit site personnel ? Des tarés, des maniaques, des fanatiques, des mégalomanes, des paranoïaques, des nazis, des délateurs, qui trouvent là un moyen de diffuser mondialement leurs délires, leurs haines, ou leurs obsessions.

        Merci pour cette citation de VAL, je ne sais pas sur quel support il a osé écrire ces lignes, mais c’est du grand VAL.... tolérant et visionnaire, il a bien anticipé l’explosion des blogs, pages perso et autres depuis 2001....


        • jcm jcm 16 septembre 2009 13:33

          Comme si pédophilie, terrorisme et rumeurs n’étaient pas antérieurs à Internet !!!

          Très déplaisant que certains de nos politiques et leurs satellites puissent à ce point ne pas supporter la contradiction et veuillent rejoindre certains des dirigeants de certains pays dans l’endiguement de tout propos qu’ils n’auraient pas approuvés.

          Des pays que l’on qualifie volontiers de dictatures ou de « régimes forts »...

          L’ère des manipulateurs est loin d’être révolue, au prix de toutes les compromissions.

          Au fait que dit la Déclaration universelle des droits de l’homme a propos de l’information ?

          "Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit."


          • Croa Croa 16 septembre 2009 23:21

            « Comme si pédophilie, terrorisme et rumeurs n’étaient pas antérieurs à Internet !!! » : TOUT à FAIT !

            Ce qui les gêne c’est de ne plus en avoir l’exclusivité smiley

            ...et donc de ne plus disposer de la propagande parfaite ! (S’il y avait eu internet en 40 les juifs auraient pu défendre leur image et les sujets allemands ne se seraient certainement pas fait bourreaux.)


          • fredleborgne fredleborgne 16 septembre 2009 13:38

            Bon article. Et bravo d’y avoir mis droite et gauche dans le même sac


            • LaEr LaEr 16 septembre 2009 15:29

              « Qu’on soit de gauche ou de droite, on est toujours hémiplégique ! »
              Desproges, qui cite Raymond Aron...


            • astus astus 16 septembre 2009 13:45

              C’est en effet un devoir civique de protéger cet espace de liberté (déjà bien entamé par tout ce qu’il rend possible comme surveillance). Merci à Sébastien Ticavet de nous le rappeler, et pour aller dans le même sens :

              http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/une-france-grippee-61563


              • David Meyers 16 septembre 2009 14:03

                En effet, aucun grand méchant loup ne peut sortir de l’écran de l’ordinateur connecté à l’internet pour vous mettre un grand coups sur la tête (contrairement à une manif par exemple).
                Reflet des sociétés, internet est un moyen d’expression qui enquiquine notablement les notables (voir le reportage de backshish sur le pire 2 pire http://www.freenews.fr/spip.php?article7093 )

                Il ne faut donc pas s’étonner si la loi Hadopi (euhh .. ? 2 ?) va vous obliger à installer un « mouchard » sur votre ligne adsl. C’est pas pour les artistes, ça se ssaurait. C’est pour que le successeur d’Yves Bertrand (http://www.lepost.fr/article/2007/10/12/1035442_yves-bertrand-ex-patron-des-rg-pete-un-cable-en-direct-sur-france-3.html ), pourra savoir qui a été voir le buzz du prochain « cass toi pov con ».

                Et tout ca pour quoi ? Ben pour rassurer des incompétents qui se prétendent politiciens.


                • bluelight 16 septembre 2009 14:14

                  Excellent article .
                  Internet permet de s’approcher de la véritable concurrence libre et non faussée en matière d’information, or ceux qui sont dans le système, s’ils pronent la pseudo concurrence libre et non faussée, moins disant social et écologique, pour les autres, sont contre la concurrence concernant leurs rentes de situation .



                  • Kelsaltan Kelsaltan 16 septembre 2009 14:29

                    Le journalisme traditionnel n’exprime plus que la voix de leurs maîtres, financiers et politiques. De renoncement en renoncement, les « professionnels » en sont venus aux plus grandes lâchetés, parce qu’il faut bien crouter, et que tout manquement se termine à pôle-emploi.

                    Le dernier espace de liberté est le net, avec toutes précautions à prendre quant à l’information qui y est transmise, bien entendu.

                    C’est la raison pour laquelle il est impératif pour le pouvoir d’en prendre le contrôle par petites touches, réduisant chaque jour un peu plus l’espace d’expression et selon la technique de la grenouille lentement échaudée.

                    Le jour où cet espace sera circonscrit, nous serons en dictature, et l’emploi pourra enfin revêtir sa nouvelle forme, un esclavage moderne qui ne dit pas son nom.

                    Et si ce n’est pas sûr, c’est quand même peut-être.


                    • LaMoukat 16 septembre 2009 14:54

                      Cela est surement du à mon jeune age mais depuis quand Philippe Val est de gauche ?
                      Cela ne fait pas au moins 10 ans qu’il est à droite ?


                      • Deneb Deneb 16 septembre 2009 15:16

                        La grande erreur que commettent les politiques est de parler de « l’économie du savoir » , « la propriété intellectuelle » et d’autres oxymores manifestes. Le Savoir ne doit logiquement pas être économisé, mais partagé.

                        L’économie du Savoir signifie en fait la valorisation du secret. Alors que le Réseau rend le monde de plus en plus transparent, cette valorisation du secret est forcément condamnée.

                        Les voix se lèvent en ce moment pour la défendre, comme Guaino et Coppé qui fustigent la transparence, Guaino allant jusqu’à associer l transparence à une dictature. Pourtant le citoyen ordinaire est transparent, avec ses inscriptions dans différents fichiers publics ou privés. Chacun de nous possède en effet une carte bancaire, un téléphone, une carte d’identité.... Chaque pas qu’il fait en ville est filmé par les caméras de surveillance. Puisque le citoyen est déjà transparent, de quelle transparence parle Guaine ? De celle de l’Etat, évidemment. Guaino est donc en train d’essayer de nous convaincre que la transparence de l’appareil de l’Etat et de l’économie conduirait à une dictature, alors que le citoyen est autre que transparent ? Il ne manque pas d’air ! Son discours est la preuve que la politique de l’économie de l’immatériel est très clairement une manipulation. Une arnaque. Un complot, et pèse mes mots.

                        Economie pour le matériel et le travail, l’anti-économie pour l’immatériel, voilà ma vision de l’avenir. Mais cela nécessitera une révolution mondiale. Elle est justement en train de s’accomplir. La crise économique, la cause et la conséquence de cette révolution va se poursuivre jusqu’à ce nouvel équilibre.

                        Dans un monde où le rayon d’action de l’économie sera limité au monde  matériel et à la rémunération du travail sur commande, tandis que l’immatériel sera régi par l’anti-économie de partage du Savoir, les sources d’information pértinente seront les maitres du monde.

                        C’est déjà un peu le cas aujourd’hui avec la boite la plus riche du monde, je vous laisse deviner son nom, pour ne pas faire de la pub.


                        • Croa Croa 16 septembre 2009 23:29

                          Ce n’est pas une « erreur » !

                          Ce sont des boniments d’escrocs. Le monde matériel est déjà leur propriété, normal qu’ils revendiquent le reste !


                        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 17 septembre 2009 03:06

                          @ Deneb : vous connaissez l’expression anglaise - itallenne, je crois au départ - que « necessity makes strange bedfellows » Aujourd’hui, je pense que « la boite la plus riche du monde » est une alliée. Lisez le lien avant de hurler à la mort... smiley



                          Pierre JC Allard

                        • Deneb Deneb 17 septembre 2009 06:21

                          Pierre : Je sais que Google est un allié - mais dire ça, c’est politiquement incorrect en France. On France, quand on manque de clairvoyance, on accuse les americains de nous avoir piqué l’idée.


                        • Patapom Patapom 16 septembre 2009 18:49

                          C’est bizarre que ça n’interpelle personne que le ministère de la culture fasse en sorte que cette culture se répande le moins possible (en tout cas, pas sans casquer un maximum) !

                          Moi ça me rappelle étrangement 1984 d’Orwell, avec son ministère de l’amour, son ministère de la paix, etc. qui servent en fait l’exact opposé de ce que leur nom laisse à penser...


                          • Patrice Naej Patrice Naej 16 septembre 2009 21:56

                            Article brillant et remarquable.


                            • Antoine Diederick 16 septembre 2009 23:59

                              bonsoir,

                              tout groupe humain à travers une pratique ((internet par ex.) à la longue, crée et invente les règles implicites et explicites qui régulent « naturellement » cette pratique.....

                              bref....si les politiques veulent réguler Internet, c’est qu’ils ont un problème avec ce medium.

                              or, donc....


                              • Canine Canine 17 septembre 2009 04:30

                                Il n’y a qu’une seule raison à ces diatribes anti-internet, ça les rend malade de ne pas pouvoir tout contrôler. Ca les rend malade que nous ayons un réel espace de liberté d’expression. Ca les rend malade que eux, les puissants, soient sous l’oeil de Big Brother comme nous. Ca les rend malade que notre liberté de penser puisse encore les atteindre, alors qu’ils magouillent, mentent, trichent depuis des années pour essayer assoire la supériorité de leur statut. 


                                • furio furio 17 septembre 2009 07:06

                                  La gauche du système n’est pas en reste. Philippe Val,etc...
                                  y a pas un problème avec cette phrase.
                                  val de gauche ? Il faut rectifier.
                                  val est surtout sioniste, et d’extrême droite !!!


                                  • signolab signolab 20 septembre 2009 02:00

                                    très bon article.
                                    La réaction des « journalistes professionnels » à la vidéo d’hortefeux était très éclairante : vidéo toute de suite présentée comme volée ( assimilant internet à plus grand lieu de recel) tronquée ( internet manipulateur).
                                    Très peu parmi eux ont rétabli que cette séquence avait été prise par une équipe d’une chaîne que nous finançons par nos impôts ( lcp) , et qui a choisi délibérément de ne pas la diffuser.
                                    Presse professionnelle= information chère et peu fiable, voilà ce qui devrait être dénoncé. 


                                    • Radix Radix 20 septembre 2009 12:44

                                      Bonjour

                                      Ben mettez vous à leur place, ils ont patiemment acheté tous les médias (celà a commencé il y a longtemps avec Hersant) et maintenant internet déboule et fou tout en l’air !

                                      Il y a de quoi être vénère !

                                      Radix


                                      • décurion 20 septembre 2009 16:24

                                        C’est une erreur de croire que les hommes politiques ont une aversion pour tout ce qui touche à l’informatique.
                                        Leur aversion, est exclusivement dirigée envers le peuple dont ils devraient éclairer le chemin. Plus précisément cette partie du peuple, qui pourrait échapper à tout contrôle.
                                        La Démocratie, l’informatique ou autre, érigée en principe sacré et universel, mais dont il est bon que l’usage soit réservé à une élite.
                                        Pour la démocratie, c’est râpée, et quand une loi, votée par l’assemblée, reste lettre morte, par la volonté d’un ministre, il n’y a plus à débattre de quoi que ce soit.
                                        Pour l’informatique, il y a encore du chemin, et la seule réponse consiste à apprendre à l’utiliser pour déjouer les dérives du pouvoir, en faire une arme au service des citoyens, peut être un tremplin vers une réelle démocratie, s’exerçant par des actes, et pas seulement dans des phrases creuses.


                                          • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 21 septembre 2009 10:25

                                            Bonjour a tous,

                                            juste un peu de pub pour Alternative Liberale , le parti de toutes les libertes. Il me semble qu’elle est appropriee vu le contexte.

                                            On a souvent repproché a Alternative Liberale, le parti du liberalisme economiqur ET du liberalisme societal, d’etre un part de trentenaires start uppers http://www.paperblog.fr/1934921/rencontre-avec-sabine-herold/&nbsp ; ou de paranos anti etatistes, de casseurs du "modele social francais
                                            (Rappel : le modele social francais c’est aussi 11% de chomage, 13% de pauvres, dette de 80% du PIB, inegalites sociales et territoriales fortes et stables malgre des impots parmi les plus hauts d’Europe).

                                            Et bien aujourd hui, on voit, non pas qu’AL a raison, mais que les craintes se verifient.

                                            Comme cela avait ete dit lors de la manif anti Hadopi (oui, une VRAIE manif, en f2f devant l’Assemblee Nationale ) aux cotés de ces autres ultra liberaux que sont les verts http://www.ladecroissance.net/?chemin=textes/daniel-cohn-bendit (oui, il faut le savoir, Cohn Bendit a des theses proches de celles d’AL) et a cote de ces autres libertaires que sont, finalement, une partie de l’extreme gauche ultra anarchiste,, Sabine Herold http://sabine-herold.fr/2009/04/25/manif-contre-hadopi/ mettait en garde contre, une fois de plus, l’interventionnisme d’Etat. http://www.lepost.fr/article/2009/05/15/1537423_sabine-herold-hadopi-est-un-fliquage-generalise-du-web.html

                                            Amis internautes, ne vous faites pas avoir. Du point de vue de l’Etat, il n’y a pas d’interet a limiter le controle de la societe et le pouvoir sur les gens a UN SEUL domaine. De la fusion des donnees du fisc et de celles de la securite sociale aux domaines plus touchy comme la justice inquisitoire et non pas accusatoire (25% des detenus sont en preventive), meme combat : L’Etat AVANT les citoyens.

                                            - Lutte contre les paradis fiscaux (en employant des methodes de mafieu comme le vol, le recel le chantage ou l’appel a la delation)
                                            - loi Hadopi
                                            - militarisation du renseignement y compris interne (ex DGSE devenue la DCRI par fusion avec la DST)
                                            - intervention de l’Etat dans les banques ou l’auto a coup de milliards sortis de VOTRE porte monnaie
                                            - nterdiction de planter ce que vous voulez dans votre jardin ! (http://www.autourdubio.fr/?post/Le-semencier-Kokopelli-condamne-pour-vente-de-graines-anciennes )
                                            - video surveillance imposee a Paris sans debat ni vote

                                            Tout ca va dans le meme sens.

                                            Il n’y a qu une relle et totale Thatcherisation de la societe francaise, cad un total demantellement des structures etatiques, qui nous preservera d’un futur type 1984 !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès