Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Les familles monoparentales : otages du conflit Etat-Conseil (...)

Les familles monoparentales : otages du conflit Etat-Conseil Général


Les femmes qui élèvent seules leurs enfants ont droit à un soutien et une protection...Beaucoup sont les victimes du désengagement de l’Etat

Des familles monoparentales à la rue !

Une famille sur 5 en France est "monoparentale", c’est-à-dire constituée d’une seule personne-mère ou père et d’un ou de plusieurs enfants.

En 40 ans ce nombre de familles a triplé et aujourd’hui les associations familiales et de solidarité se préoccupent sérieusement de cette évolution.

Il faut trouver des logements, accompagner les personnes en difficulté, les orienter et parfois leur apporter le minimum vital.

Le plus souvent il s’agit de mères qui élèvent seules leurs enfants avec des difficultés parfois insurmontables :

Si la CAF aide ces familles avec le versement de l’API ( allocation parent isolé) , cette aide est conditionnée :

La mère doit demander une pension alimentaire au père biologique, quitte à poursuivre celui-ci en justice et si elle ne le fait pas, cette API n’est pas versée.

Certaines mères refusent cette démarche afin d’être tranquilles et ne pas avoir à subir des "représailles" diverses et variées ! Tant pis pour elles, "l’administration" est intraitable.

En Seine et Marne, trois établissements reçoivent des femmes seules avec enfants qui ne peuvent pas vivre en HLM parce qu’elles ont besoin d’un soutien et d’une protection spéciale ( femmes battues)...

Ces établissements sont trop peu nombreux pour répondre aux demandes justifiées par ailleurs....

Le 115 les envoie alors à l’hôtel où il faut leur livrer des repas, ce qui exige un bénévolat conséquent et beaucoup de déplacements...

Ces familles connaissent la détresse.

Le Conseil Général est prêt à financer sa part pour l’accueil des enfants, puisqu’il s’agit là de son champ de compétences mais exige que l’Etat prenne en charge la dépense correspondant à l’hébergement des mères.

Le Département est dans son droit mais en l’absence du règlement du conflit, ce sont les familles qui trinquent et les associations manquant de moyens qui se retrouvent à résoudre les problèmes, au mieux avec les moyens du bord qui s’amenuisent....

Alors que faire ?

Les militants associatifs ont décidé d’agir à deux niveaux :

Ils agissent sur le terrain car les familles monoparentales ont besoin d’une réponse immédiate.Ils interpellent les pouvoirs publics pour qu’ils assument leurs responsabilités et qu’ils arrêtent de "se renvoyer le bébé" ;

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  3.55/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Raymond SAMUEL paconform 19 avril 2010 22:29

    Bonsoir,

    Les faits sont cruels. La liberté est toujours relative. Les écarts par rapport aux lois de la nature ne peuvent pas dépasser certaines limites.
    Le petit mammifère humain n’est autonome qu’une vingtaine d’années après sa naissance. Pendant tout ce temps il a besoin d’être protégé. Un seul parent ne suffit pas dans notre société qui a organisé la vie chère et la surconsommation.
    Par ailleurs, l’avenir verra une aggravation de la situation (réduction des revenus)
    IL serait temps de retrouver la raison.


    • xbrossard 20 avril 2010 11:40

      tout à fait paconform

      le modèle sociétal actuel est le couple avec 2 enfants maxi, tout autre modèle est plus difficile à assumer
      On ne peut pas d’un seul coup faire diminuer les prix de l’immobilier pour satisfaire des parents isolés alors que les prix sont adaptés pour des couples...c’est la loi de l’offre et la demande, dévoyés par les propriétaires


    • glinglin 20 avril 2010 09:51

      Bonjour Mr Chalot,
      Notre association est prêt à collaborer (autant qu’elle peut) avec celles qui sont déjà sensiblisées à ces problemes. Merci de nous contacter sur postmaster@soslesmamans.com
      Lucie


      • vinvin 24 avril 2010 16:04

        Je ne comprend pas qu’ un sujet aussi sérieux qui traite d’ un phénomène de société de plus en plus courant de nos jours ne suscite pas plus de réactions.



        Bien sur je vais essayer de faire bref, ( car un livre ne suffirait pas traiter de l’ intégralité de l’ article,) mais je vais vous citer un exemple de mon entourage :

        Bien sur il y a des femmes qui épousent des hommes, qui divorcent quelques temps plus tard en leur demandant une pension, ce qui a mon avis est dégueulasse.

        Mais il existe aussi des époux qui abandonne leur épouse et leurs enfants, sans leur versé la moindre pension, meme minime, ce qui est dégueulasse également .

        Lorsque j’ habitais dans la zone de non-droit de la ville d’ Avignon, j’ avais un voisin que j’ ai été un peu amené a fréquenté, (vu que c’ était mon voisin, on se rendait des services mutuellement,) don sans jamais être devenu vraiment ami avec lui, nous étions devenu un peu « copain », raison pour laquelle je le connais bien. ( En tout cas je le connais suffisamment pour savoir qu’ il a un caractère de chien, et que c’ est le parfait abruti ! )

        Ce type c’ est marié en 2003. Son épouse originaire du Cameroun c’ étant aperçu au bout de 6 mois de mariage qu’ elle ne pourrait jamais rien faire, ni réaliser aucun projet d’ avenir avec ce type, elle c’ est barrée.

        Bon le problème, c’ est lorsqu’ elle a quittée son époux, elle n’ a rien trouver de mieux que de se réfugier dans mes bras. ( Donc depuis son Mari avec qui j’ avais gardé le contact, ce contact a été rompu ).

        Mais elle n’ est pas venu se réfugiée dans mes bras juste pour ma gueule, ( vu que je suis vieux, moche, et con,) mais pour que je lui vienne en aide, car elle était en grande difficulté matérielle et financière.

        Bien sur j’ ai accepté de l’ aidée, ( enfin, disons qu’ elle a fait ce qu’ il fallait pour que j’ accepte de l’ aidée,....) Mais bon pour moi ce n’ est pas toujours très facile vu que moi-meme je ne perçois que l’ AAH (Allocation Adulte Handicapé,) donc je fait ce que je peu pour elle et pour ses enfants, mais je ne peu pas faire des miracles non-plus, car je m’ appelle VINCENT, je ne m’ appelle pas JÉSUS !.....

        Mais bon, cette fille est très gentille, alors bon.....

        Je m’ occupe d’ elle le jour, elle s’ occupe de moi la nuit, elle m’ aide a oublié les rêves et les Bercy, les Bercy aussi,.... Elle m’ a trop donné bien avant l’ envie, l’ envie d’ avoir envie, elle a rallumée ma vie,.... Wouhou !.....

        Bon trêve de plaisanterie HALLYDAYENNE, je fait ce que je peu pour elle.


        Maintenant, pour ce qui concerne mes cas personnel de mariages et de divorces ce serait trop long a expliquer sur un simple « post, » donc je vous propose de vous rendre sur mon site a l’ adresse suivante : HTTP ://VINCENTBOURGADE.FREE.FR/ où je raconte tout en détail.


        Bien cordialement.



        VINVIN.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès