Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Les femmes et la discrimination : Dépression, religion, société

Les femmes et la discrimination : Dépression, religion, société

Saïda Douki Dedieu, célèbre psychiatre tunisienne, professeur émérite de psychiatrie à la faculté de médecine de Tunis, professeur associée à la faculté de médecine de Lyon, est l’auteure de nombreuses publications. Parmi ses thèmes favoris de recherche on trouve le travail et la santé mentale des femmes.

Il y a encore tant à faire
Le livre, découpé en deux grandes parties, traite de la santé mentale des femmes et de l’impact des facteurs sociaux et religieux qui y sont liés. L’auteure tente de dresser un tableau complet de la condition de la femme à travers le monde et plus précisément celle des femmes musulmanes, fondé sur des études, enquêtes, statistiques et publications internationale, menées dans différents pays. Il apparaît que malgré l’évolution des sociétés sur des dizaines d’année, la condition féminine ne s’est guère améliorée voire pas du tout. À partir de situations sociales très précises, l’analyse démontre le lien entre le statut des femmes et leur santé mentale : dépression et anxiété jusqu’au suicide parfois. De nombreux thèmes sont explorés : le travail, la famille, le mariage, la liberté sexuelle, la virginité, les grossesses hors mariage, la mixité, l’éducation, le travail, la fidélité, la fécondité et l’infertilité, le divorce (forme moderne de répudiation), la ménopause, la situation des femmes atteintes de maladies mentales, la situation des femmes en prison... et enfin les violences contre les femmes (conjugales et domestiques, les mutilations génitales, le crime d’honneur, les femmes kamikazes). Les conclusions sont extrêmement inquiétantes et mettent en évidence de fortes régressions dans certains pays.

Des valeurs traditionnelles refuges
À la lecture de cet ouvrage, l’émancipation des femmes est un mirage pour un grand nombre d’entre elles tant perdurent les résistances au changement. Question sous-jacente : “comment des sociétés du XXIè siècle tolèrent-elles les discriminations, les atteintes à la dignité et à la liberté des femmes ?”. Pour étayer ses propos, Saïda Douki Dedieu puise dans les écrits et la pensée de philosophes et chercheurs d’opinions diverses qui corroborent pourtant tous la rupture, mentale mais aussi physique. Elle énonce « Un décalage entre une législation émancipatrice et une réalité sociale imprégnée de valeurs traditionnelles » qui maintient les femmes dans un état de sujétion. Les violences sont commises sous l’alibi religieux justificatif. Cet alibi est démonté au travers de citations du Coran et du Prophète et l’auteur souligne que ces violences prennent leur source dans des coutumes culturelles ou traditionnelles.

Mère, exclusivement
La dernière partie explore les responsabilités des hommes et des femmes, éducatrices quasi exclusives des enfants, sans place pour le père. Quel que soit le pays analysé, l’auteur démontre que la maternité est au cœur du destin féminin. La femme est “faite pour” être mère, pour s’occuper de ses enfants. En font la preuve de récents courants montants qui enferment les femmes dans ce rôle de mère, leur interdisant du même coup toute intégration dans la société professionnelle et donc l’accès à une certaine forme de liberté d’action.

Quand l’élément féminin est séparé du masculin (absence de mixité), naître fille n’est pas une chance, voire une malédiction. Des injonctions lourdes sont portées par les filles : virginité, chasteté, honneur du clan... très pesant. L’objectif pour les parents est de réduire tout signe de féminité et de marier leur fille au plus vite. L’ensemble de ces contraintes et de ce poid culturel entraînent confusion mentale et perte de repères. À ces contraintes « avouées » s’ajoutent trop souvent inceste et violences sexuelles par des proches alors qu'elle n'est encore qu'une petite fille. L'impact de ces mauvais traitements est inquiétant pour la santé mentale des filles. Elles refusent de raconter, perclues de honte et de réfugient dans des dérives comportementales. Elles fuient dans les drogues et l’alcool, jusqu’au suicide. Les sociétés les plus archaïques continuent à tuer les fœtus filles et les très jeunes enfants de sexe féminin connaissent une mortalité très élevée par manque de soins.

L’occident loin de l’égalité
Même si elles ont pris conscience et subi les assauts des mouvements féministes, les sociétés occidentales ne sont pas exemplaires. Dans le monde du travail, le burn out est mieux reconnu mais hélas très féminin. Ses causes très fréquentes sont le manque de reconnaissance, la surcharge de travail, l’injustice salariale et d’évolution de carrière, le manque de soutien dans l’entreprise comme des proches, des perspectives réduites. Ces dysfonctionnements conduisent à des arrêts de travail de longue durée, des renoncements. La femme revient sur son désir d’autonomie et se« replie » sur sa maladie ou sur un faux choix maternel. L’auteur met également à plat et en cause les théories anglosaxones « maternalistes », les « bonding », les « co-sleeping ». Elle souligne, tout comme Élizabeth Badinter, Sylvia Agacinski ou Martine Storti, à quel point l’émancipation de la femme est en grand danger face à ces théories.

L’angoisse se décline au féminin. Les facteurs de stress aux effets pathogènes sont très nombreux. La dépression est deux fois plus fréquente chez les femmes que chez les hommes et devrait encore progresser dans les vingt prochaines années et est d’après l’OMS le plus lourd fardeau pathologique. Au cours de son exposé, le Professeur Saïda Douki Dedieu ne cesse de démontrer la corrélation entre le statut des femmes et leur santé mentale. Par conséquent, en faisant évoluer l’un, le second s’améliorera.
 
LES FEMMES ET LA DISCRIMINATION
Dépression, religion, société
Pr Saïda Douki Dedieu
Prix : 21,90 €
Ed : Odile Jacob, octobre 2011

Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Jean 21 décembre 2011 14:52

    « Eve » est le mental qui donne à Adam (Homme au sens générique) la connaissance -« le fruit »- (conscience de soi de notre organisme vivant) ;

    « Eve » enfante « MOI » dans la douleur (maïeutique) : l’ enfant de lumière en nous (qui transcende la rationalité), fils de la « Terre » (féminin) fécondée par le « Ciel » (masculin), dans « l’ étable délabrée, sombre, souffrante, de l’ intériorité » !

    Mais les traditions ont retenu le symbole et ignorent que la femme est Homme (au sens générique) autant que l’ homme. La soumission de la femme est un grave erreur, un archaïsme social.

    En politique ma vision d’ une démocratie par tirage au sort résout entre autres cet aberration :

    Une autre vision de la société : la démocratie et non un ersatz.
    (en démocratie, dépenses -30%, impôts -30%, endettement -50%)

    Le tirage au sort à étudier sérieusement :
    en finir avec les partis donc les lobbies, groupes de pression sur le législateur.
    Les seuls élus (maires, présidents : exécutants et sous contrôle, aisément révocables).

    Depuis des siècles nous sommes conditionnés à être dominés par des chefs de clan, féodaux, rois, ... ; et aujourd’ hui par l’ oligarchie.

    On se fait croire à nous-même, qu’ il n’ y a pas d’ autre solution, encouragés en cela par l’ oligarchie. Des exemples contraires existent qui fonctionnent bien, démocratie même partielles. Vidéos : voir Etienne Chouard
    http://www.dailymotion.com/video/xlz6kr_debat-entre-etienne-chouard-et-yvan-blot-sur-la-democratie-reelle_news

    Une association : http://www.democratiedirecte.fr/

    Et un parti, à voir : http://www.lepf.fr/

    Avantages : Une démocratie par tirages au sort, élimine le pouvoir des partis donc des lobbies, assure les parités, en particulier hommes/femmes, fait de nous des citoyens (pas qu’ au bureau de vote), élimine l’ aberration de la professionnalisation de la Politique, qui appartient à tous, réduit la délinquance (tous deviennent des citoyens, responsables...), etc.


    • jack mandon jack mandon 22 décembre 2011 06:01

      Bonjour Jean,

      C’est vrai qu’il y a quelque chose de ludique dans la vie.
      Être homme ou femme ?
      Simplement il est un maitre du jeu qui n’abandonne pas ses privilèges et qui depuis la nuit des temps invente tous les stratagèmes pour contrôler la situation.
      Au fond dans le récit de la Genèse selon Moïse, Adam reçu tout d’abord une compagne libre, Lilith, mais il n’en voulut pas et préféra une seconde tentative du créateur qui fit de sa compagne sa servante. Eve devint la chair de sa chair...la première infamie livresque était née et ce fut la Genèse, « le grand livre » une des racines maitresse de l’humanité.
      Et l’homme possède une sacrée mémoire ! il ne sait pas bien lire et lit de moins en moins mais la transmission orale est sa raison d’être.
      Au fond il est profondément inculte l’homme et s’en remet aux lois naturelles qui privilégient la puissance et l’agressivité de l’espèce mâle.
      Le résultat global n’est pas vraiment probant mais l’illusion est sauve.


    • zelectron zelectron 21 décembre 2011 14:57

      Il n’y a à aucun moment dans votre article le mot amour, peut-être n’a-t-il pas grande importance à vos yeux ? Je crois qu’un homme qui aime vraiment une femme et réciproquement se moquent éperdument de vos arguments. Je salue cependant votre tentative, mais comment voulez vous que nous puissions lutter contre ces bourreaux qui se cachent derrière une secte qui pompeusement ose se proclamer religion.


      • Garance, la chance Garance, la chance 23 décembre 2011 12:18

        Cher Zelectron,


        L’amour n’est pas le sujet du livre écrit par Saïda Douki Dedieu, psychiatre tunisienne, professeur émérite de psychiatrie à la faculté de médecine de Tunis et professeur associée à la faculté de médecine de Lyon.
        Le sujet de son livre porte sur les conséquences des discriminations sur la santé mentale des femmes. Il ne s’agit pas d’arguments, mais d’études de faits.
        Quant à ceux (dans d’autres commentaires) qui défendent l’opinion que les femmes pourraient penser à autre chose : l’égalité entre les êtres humains, précisément, est le choix qu’ils ont tous sans distinction de race, de sexe ou de religion, de penser ce qu’ils veulent et à ce qu’ils veulent.
        Et comme les femmes pensent, il semble qu’elles souffrent des discriminations, c’est ce que montre ce livre !

      • anty 21 décembre 2011 16:26

        La société occidentale est quand même bien plus avancée en matière d’égalité homme/femme que les sociétés islamiques.......


        • jaja jaja 21 décembre 2011 16:29

          Et puis on a des femmes qui osent :

          http://www.youtube.com/watch?v=qQWcN_EwHEE


        • Heil Cartman Heil Cartman 22 décembre 2011 12:19

          La société occidentale est quand même bien plus avancée en matière d’égalité homme/femme que les sociétés islamiques.......

          Et hop, le premier commentaire anti-Islam ! Et double effet kiss-cool, il permet en plus de dire que tout va bien en Occident pour les femmes, l’égalité est presque parfaite, ou a défaut « bien plus avancée que les sociétés islamiques », ouf, voila de quoi faire le bonheur de toutes les femmes occidentales qui viendront lire votre commentaire.



        • Le chardon Le chardon 21 décembre 2011 19:06

          Je suis d’accord avec zélectron : parler de virginité, de liberté sexuelle, de (in)fidélité, etc... Tout cela est bien beau mais est-ce là le but ultime de l’existence ? Les femmes ne pensent-elles donc qu’à ça... ? Et au lieu de tout résumer à une sexualité libérale/libertaire/libérée (rayez la mention inutile) on ne peut pas utiliser des termes plus nobles (à défaut d’avoir les idées...)
           
          Un immense poids social écrase les femmes, on leur demande de rester vierges avant le mariage, de ne pas tromper leur mari, de ne pas commettre d’adultère... Mon Dieu mais c’est horrible ! Mais au fait, il me semble qu’en Occident on a toujours demandé la même chose des hommes ? (Ce qui n’empêchait pas les uns et les autres de faire fi de la morale quand l’envie leur prenait...)
           
          Le féminisme est bien joli, mais au lieu d’opposer la condition des femmes à celle des hommes, ce serait bien de rappeler qu’hommes et femmes sont égaux en dignité...
           
          Je ne suis pas très renseigné sur la condition de la femme musulmane mais il me parait difficile de changer un mode de vie millénaire (et plus) en donnant la leçon au tiers-monde avec un petit livre de ce genre, qui pourrait de plus être récupéré pour donner de l’eau au moulin des mysanthropes (les femmes sont psychiquement inférieures aux hommes, d’après votre résumé : elles ne sont même pas capables de supporter la pression sociale que les hommes assument sans déprimer... Vous voyez à quoi on pourrait arriver si on n’y prenait pas garde).
           
          Quant à cantonner la femme au rôle de mère (approche de l’Islam d’après votre article, ce n’est pas moi qui le dit), ce n’est pas plus ignoble à mes yeux que de proclamer comme seul modèle de réussite la business-woman-cougar et/ou la prostituée-mannequin-starlette (les deux modèles de la femme occidentale épanouie...)
           
          Il y a sûrement un juste milieu à trouver, entre la liberté de tout faire et la relégation au sérail.


          • NeverMore 22 décembre 2011 12:21

            Un article bien documenté et édifiant :

            http://www.postedeveille.ca/2011/12/les-militantes-islamistes-ou-comment-les-esclaves-sacralisent-leurs-chaines-par-helios-d-alexandrie-.html

            Et certaines psychiatres auraient bien besoin de consulter ...


            • Heil Cartman Heil Cartman 22 décembre 2011 12:28

              De nombreux thèmes sont explorés : le travail, la famille, le mariage, la liberté sexuelle, la virginité, les grossesses hors mariage, la mixité, l’éducation, le travail, la fidélité, la fécondité et l’infertilité, le divorce (forme moderne de répudiation), la ménopause, la situation des femmes atteintes de maladies mentales, la situation des femmes en prison...


              Y a que moi à avoir tiqué là dessus ?


              • Intelle Intelle 22 décembre 2011 13:04

                Peut-on punir les bourreaux qui infligent ces tortures aux femmes ? Pas sûr, parce que c’est non seulement inspiré par leur religion mais ancré dans leurs traditions.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès