Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Les femmes ne sont pas des objets !

Les femmes ne sont pas des objets !

Certains témoignages comme celui de ce gynécologue obstétricien sont particulièrement émouvants...
Les médecins qui se trouvent face à de telles attitudes dans une salle d'accouchement en ont assez car ils savent que la première victime est la femme et qu'ainsi il y a un risque pour la femme, pour le bébé.
Voici le récit de ce praticien inquiet.

« Moment de grand bonheur en salle de naissance
Accouchement de rêve.
Refus de péridurale.
Patiente voilée, le mari ne souhaite pas qu'un homme s'en occupe (bien que largement prévenu à l'avance. Document en cours de grossesse, explications orales.)
De garde, j'y vais quand même et m'impose.
Accouchement dans les hurlements et les contorsions, dans la panique maternelle et le père barbu qui donne les ordres à tout le monde.
L'enfant se prénomme joyeusement Oussama ; juste à sa sortie, le père s'est prosterné et a fait sur le sol de la salle de naissance la prière, en direction de la Mecque (direction qu'il avait préalablement repérée).
Puis des chants religieux aux oreilles de l'enfant, à droite, à gauche. Et la mère , il ne la regarde plus, elle a bien servi, et je suppose que le voile va vite être remis sur son visage tentateur.

Ras le bol de cela.
La tolérance a des limites, qui se franchissent chaque jour plus loin.....
 »

Oui, il faut imposer des limites afin que les actes médicaux puissent s'effectuer dans les meilleures conditions possibles, pour éviter les accidents et pour que la femme puisse accoucher dans les meilleures conditions possibles.

Il y a là matière à une double action :
d' éducation auprès de la population, toute la population, sur la laïcité et les principes républicains qui garantissent l'égalité des droits entre un homme et une femme ;
de protection, interdisant toute intrusion durant une intervention, la présence du père est à la rigueur tolérée, conditionnée par la garantie qu'il respecte le cadre médical, et qu’il ait le minimum de bon sens pour comprendre que ces gestes « religieux » peuvent avoir lieu en famille peut-être, mais pas dans le lieu public qu’est la maternité. Ce qui n’était manifestement pas le cas ici, et les incidents étaient prévisibles dès les consultations prénatales. Les infirmières ont vraiment autre chose à faire au moment où il faut assister la mère et l’enfant, que de devoir contourner ce gêneur qui encombre la salle par ses salamalecs et qui risque de causer des accidents. Merci pour le respect de la vie humaine. Un peu de jugeote !!

La religion ne doit pas s'immiscer dans l'acte médical : dans des hôpitaux, on a vu des fous de dieu chrétiens intervenir pour empêcher un avortement et là c'est un fou de dieu musulman qui s'interpose...
C'en est assez !

La femme n'est pas un objet, les nouveaux-nés non plus.

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  3.94/5   (49 votes)




Réagissez à l'article

70 réactions à cet article    


  • Yves Dornet 25 septembre 2012 08:58

    Bonjour,

    @CHALOT,

    félicitations, tout simplement.


    • La mouche du coche La mouche du coche 25 septembre 2012 15:34

      "Il y a là matière à une double action :
      d’ éducation auprès de la population"

      D’article en article, l’auteur ne rêve que de dresser le peuple à penser comme lui. Heureusement qu’il n’a pas le pouvoir. Ce serait horrible. smiley


    • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 25 septembre 2012 09:05

      Il faudrait que tout le monde se rende compte que nous ne sommes plus au Moyen-Age et l’accepte.

      Pas plus les musulmans rigoristes que les Témoins de Jehovah ne doivent entraver l’exercice légal et légitime de la médecine.

      • devphil30 devphil30 25 septembre 2012 09:32

        Nous ne sommes plus au moyen age mais par certains aspects religieux , opérations militaires j’ai l’impression que nous n’allons vers un retour des guerres de religion et des croisades.


        Philippe 

        • benedicte_gab 25 septembre 2012 09:58

          Ras le bol

          La femme enceinte et qui accouche est traité avec le plus grand mépris et comme un objet par la majorité du personnel, gyneco en premier, dans toutes les maternités publiques et privées. 
          La péridurale, quasiment imposée en France, est une horreur pour beaucoup de femmes bien loin de la propagande qui en est faite. Vous devriez en parler à ma fille à qui on l’a faite contre son gré, qui en a souffert pendant 2 mois et qui n’est pas musulmane. Elle a d’ailleurs parlé avec des amies qui ont eu le même problème de harcèlement pour la leur imposer. Il en est de même du fait de « couper » les femmes lors de l’accouchement, pratique barbare, inutile dans la grande majorité des cas, douloureuse pendant plusieurs semaines et dont l’objectif n’est pas du tout le confort de a mère mais que le médecin accoucheur se débarrasse le plus rapidement de l’accouchement ! Et il vaudrait ajouter le taux hallucinant de césarienne inutiles mais permettant de programmer l’accouchement dans des heures de bureau !Mais ça rapporte un max tout ça, alors on s’en fout hein ? 
          Donc ce titre pourri qui ne vise que les musulmans, peut s’appliquer à une majorité de femmes et je vous suggère de lire les articles sur ce sujet sur le site de Martin Winckler, où parler avec des femmes qui ont un très mauvais souvernir de la manière dont elles ont été (mal-)traitées lors de leur accouchement. S’il y avait bien un exemple à ne pas prendre pour taper une fois de plus sur les musulmans, c’était bien celui-là ... parce que la dépossession des femmes de leur corps, les traiter comme des objets n’ayant aucun droit à la parole et incapables de décider pour elles-mêmes, forcément ignorantes et stupides, c’est la ,norme malheureusement en France lors de la maternité. 



          • aliceines 25 septembre 2012 10:56

            Bravo, Bénédicte.................tout à fait d’accord avec toi............on tape un fois de plus sur les musulmans, tapez un peu sur les medecins....ou encore sur les reportages bien pensants à la télé, où l’on voit de très « HEUREUSES » jeunes mers de 15 ans, dans la mouise jusqu’au coup que l’on a convaincu de renoncer à l’avortement................


          • nico31 25 septembre 2012 11:54

            @aliceines

            Le nombre de femmes sur lesquelles on a fait pression pour qu’elles avortent et bien plus important (et problématique) que le cas contraire. Et en plus c’est illégal !


          • njama njama 25 septembre 2012 12:19

            Bravo, Bénédicte.................tout à fait d’accord.

            La péridurale, quasiment imposée en France, ... j’en parle un peu plus bas. Une augmentation super inquiétante du taux de césariennes dans nos « pays civilisés » !!!

            Alternatives, l’accouchement à l’Hôpital que de manières exceptionnelles, pour les exceptions, grossesses à risques ... Il faut libérer les femmes de l’hôpital, voir + bas mon commentaire, l’exemple de la Belgique.
             


          • francesca2 francesca2 25 septembre 2012 12:42

            La femme enceinte et qui accouche est traité avec le plus grand mépris et comme un objet par la majorité du personnel, gyneco en premier, dans toutes les maternités publiques et privées. 


            Vous avez accouché dans combien de maternités publiques ou privées, benedicte ?
            Ou où sont vos sources ? 

            Donc ce titre pourri qui ne vise que les musulmans

            On peut soupçonner chalot de beaucoup de choses, mais sûrement pas de stigmatisation anti-musulmans, par contre vous ne vous gênez pas pour « viser » tout le corps médical français...

          • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 25 septembre 2012 13:03

            Mes épouse, compagne, fille, belles-filles, nièces... n’ont jamais connu les affres décrites par Bénédicte. Certaines ont souhaité une péridurale, d’autres non. On ne leur a rien imposé !


          • Inquiet 25 septembre 2012 10:03

            Ce médecin et cette femme ont été les victimes de 2 ostracismes :


            - de la part du mari fanatique religieux qui n’entend rien à la laïcité

            - de la part du dogme libéral qui refuse des moyens supplémentaires à l’hôpital public en terme de protection des personnels soignants

            Si on ne veut plus que cela se produise il faut régler les DEUX problèmes.


            • tikhomir 25 septembre 2012 10:06

              « Merci pour le respect de la vie humaine. (...) on a vu des fous de dieu chrétiens intervenir pour empêcher un avortement »

              De quel respect de la vie humaine parlez-vous ? Quand on prône l’avortement, on ne peut pas se vanter de respecter la vie humaine.


              • tf1Goupie 25 septembre 2012 10:44

                pensez à nouveau ....


              • tikhomir 25 septembre 2012 11:35

                Et je dois recommencer combien de fois ? smiley


              • Liline 25 septembre 2012 10:40

                Il y a eu une affaire à Lyon je crois, il y a quelques années : un père qui refusait que que ce soit un gynécologue homme qui accouche sa femme. Or, il n’y avait pas de femme disponible et l’enfant se présentait mal. A cause du stupide principe du père, les choses ont traîné et quand il a fini par accepter, l’accouchement s’est fait avec des forceps, dans des conditions extrêmement difficiles et l’enfant est né handicapé. La vie d’un enfant gâchée à cause d’un homme qui mérite à peine le qualificatif de père, car il a préféré mettre la vie de son fils et certainement aussi celle de sa femme en danger plutôt que d’accepter que l’accouchement soit fait par un homme.


                • cevennevive cevennevive 25 septembre 2012 11:01

                  Bonjour à tous et à toutes,

                  Oui Chalot, vous avez raison de crier votre colère...

                  cependant, il n’y eut pas que des intégrismes religieux à présider à des accouchements :

                  - En 1962 (j’avais à peine 17 ans), mon premier accouchement fut accompagné par des soeurs dans une maternité catholique. Epouvantable ! Pas d’explications, pas de tendresse, juste des injonctions, des enguelades et des gestes médicaux brusques... J’étais terrorisée.

                  - En 1972, pour mon second enfant, dans un hôpital public de Mamers dans la Sarthe, j’ai pu demander à l’équipe de me respecter, moi et mon enfant. Celà ne s’est pas fait facilement, mais l’équipe médicale, pleine de questionnements a assez bien agi, tout en me prenant pour une originale, et me montrant du doigt par la suite lorsque j’enseignais à leurs enfants...

                  - En 1980, pour le troisième, accouchement idéal, dans une clinique où je travaillais à ce moment-là. Une équipe parfaite et amicale, une naissance sereine et tendre pour mon enfant qui est né en souriant (elle n’a pas poussé ce fameux cri de souffrance du nouveau-né).

                  Bien entendu, Chalot, lorsque des pratiques religieuses d’un autre âge viennent mettre la pagaille dans une salle d’accouchement, tout le monde en souffre, la mère comme l’enfant. Cependant, l’obscurantisme ne vient pas que des pratiques religieuses, l’ignorance, l’absence d’empathie, l’autorité de certains gynécologues mandarins, la mauvaise humeur des personnels, etc, peuvent aussi « abimer » cette merveille qu’est une naissance.

                  Cordialement.


                  • LE CHAT LE CHAT 25 septembre 2012 11:20

                    maintenant sont affichées à l’entrée des hopitaux des notes de service rappelant la loi , à savoir que la religion n’a pas son mot à dire dans le service public .
                    La même sorte note est aussi affichée à l’entrée de la piscine muniscipale .

                    il faut impérativement les faire respecter et sanctionner un max les furieux intégristes qui voudraient imposer leurs diktats religieux par la force !


                    • nico31 25 septembre 2012 11:59

                      Ou la là ! Moi j’ai plutôt lu ça dans la charte du patient hospitalisé :

                      « L’établissement de santé doit respecter
                      les croyances et convictions des personnes
                      accueillies. Dans les établissements de santé
                      publics, toute personne doit pouvoir être mise
                      en mesure de participer à l’exercice de son culte
                      (recueillement, présence d’un ministre du culte
                      de sa religion, nourriture, liberté d’action
                      et d’expression, rites funéraires…). »

                      Mais ...

                      « Toutefois, l’expression des convictions religieuses
                      ne doit porter atteinte ni au fonctionnement
                      du service, ni à la qualité des soins, ni aux règles
                      d’hygiène, ni à la tranquillité des autres personnes
                      hospitalisées et de leurs proches.
                      Tout prosélytisme est interdit, qu’il soit le fait
                      d’une personne hospitalisée, d’un visiteur,
                      d’un membre du personnel ou d’un bénévole. »


                    • njama njama 25 septembre 2012 11:23

                      la présence du père est à la rigueur tolérée

                      J’espère que vous n’allez milité Chalot pour revenir en arrière, rassurez-moi.

                      conditionnée par la garantie qu’il respecte le cadre médical, ...
                      Pour ça d’accord. Pour le fond de l’article aussi.

                      Ou je ne suis pas d’accord avec ce médecin, c’est quand il dit : « refus de péridurale ».
                      C’est le problème de la femme, pas le sien. Il faut que ce soit clair.

                      D’autres patients pour x raisons refusent de la morphine (qui pourrait soulager au moins « la conscience » de leurs souffrances - ça ne soigne pas la maladie proprement dite la morphine -...), c’est leur problème.

                      ça me fait penser à ces gens qui disent « refus de vaccins » ... mais nous sommes libres de nous faire vacciner ou non. On ne peut administrer des soins sans le consentement du patient (heureusement qu’il nous reste un peu plus de liberté que les jeunes veaux).

                      Faut aussi se poser le question de savoir pourquoi il y a une augmentation très inquiétante des césariennes ...
                      Les naissances, on cherche à les programmer de plus en plus dans les cliniques ... (productivité, rentabilité ... donc rendez-vous, et soyez prête ma chère dame).
                      Avec une péridurale, nickel, c’est prêt ... pour couper  !
                      Sauf erreur de ma part, un accouchement n’est pas un acte médical, la grossesse n’est pas une maladie, c’est un acte naturel.

                      Selon l’Institut de Veille sanitaire, le nombre de césariennes a doublé en France en 25 ans. Il est passé de 10,8 % en moyenne en 1981 a près de 21,1 % en 2003.
                      http://www.doctissimo.fr/html/grossesse/accouchement/10327-cesarienne-france.htm

                      y-a pas comme un gros bug Chalot ???? vous trouvez ça normal ? ou vous pensez que les femmes ne sont plus foutues comme avant ?
                      la péridurale, c’est aussi le confort du (boulot du) médecin accoucheur !


                      • njama njama 25 septembre 2012 19:45

                        la péridurale, c’est aussi le confort du (boulot du) médecin accoucheur ! (je me cite)

                        ou du business (?)

                        si on coupe (césarienne) ça fait rentrer du chiffre d’affaires ... (et ça nique la sécu !)

                        Une étude la CNAM, menée auprès de 565 hôpitaux publics et privés, démontre que le nombre de césariennes est variables en fonction du type de structure : 
                        - moins une maternité est spécialisée dans les grossesses à risque et plus elle réalise de césariennes programmées (décidées à l’avance et non en urgence lors de l’accouchement). 

                        - Les cliniques privées (9,4%) les pratiquent plus souvent que les hôpitaux publics (6,6%)
                         
                        Or la CNAM rappelle que cette intervention est plus dangereuse pour la mère et l’enfant que l’accouchement par voie basse...

                        Autre surprise, le taux de naissances par césarienne programmée n’a rien de commun d’un département à l’autre. Il s’élève ainsi à 2,7 % dans les Landes et à 9,7 % dans la Loire.
                         
                        (Source : Le Figaro)
                        http://plus.lefigaro.fr/article/cesariennes-pratiques-surprenantes-20110930-559799/commentaires/7402790


                      • Yvance77 25 septembre 2012 11:32

                        Salut,

                        Moi je garde deux trucs en mémoire, et vu et entendu de mes yeux vu.

                        1) Un gus qui transportait sa femme dans une brouette. Elle malade (ventre ou plus bas). Refus de l’homme pour que le seul chirurgien masculin opérant ce jour (paumé dans une montagne) voit sa femme agonisante ;

                        Il est reparti avec son fardeau, sans que cette pauvrette soit secourue. J’ai jamais su si elle s’en était tirée ou pas... mais si j’avais eu une arme, je pense que j’aurai descendu le mari.

                        2) En France, cette fois. Pas vieux trois semaines en arrière. Petite discute entre potes (deux copines du Maghreb et moi). Et elles discutent chiffon quand l’une d’elles nous sort qu’elle refuse désormais de voir des docteurs hommes (mari veut pas et elle se plie pas le choix). J’ai failli lui faire avaler le texte de la loi de 1905. Lui disant qu’elle ne peut pas se conduire ainsi sur le territoire, qu’on ne pratique pas ce genre de discrimination.

                        Allah est plus grand que tout. Qu’Allah aille se faire mettre ici c’est un République laïque, pas islamique, et que si elle n’est pas contente elle doit se tirer.

                        Sans cri, sans brouille mais ferme, le temps des discussion est révolu, maintenant il faut agir, sinon c’est la lente glissade vers la Musulmanie qui nous attend. Et ça, sous aucun prétexte !


                        • tikhomir 25 septembre 2012 15:32

                          « J’ai failli lui faire avaler le texte de la loi de 1905 »

                          Moi je serais quand même curieux de lire où est-ce que vous avez lu ça dans le texte de loi.

                          Je vais vous aider : http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=LEGITEXT000006070169&dateTexte=20080306

                          Par contre je lis sur le site de l’Ordre des médecins (http://www.conseil-national.medecin.fr/article/article-6-libre-choix-230) et dans le texte de loi : "le droit du malade au libre choix de son praticien et de son établissement de santé est un principe fondamental de la législation sanitaire" ( art. L. 1111-1)

                          Alors je vous pose les questions suivantes : pourquoi inventez-vous des textes dans la loi 1905 ? Pourquoi ne reconnaissez-vous pas le droit et la liberté de chacun à choisir son médecin ?


                        • francesca2 francesca2 25 septembre 2012 15:39

                          Ou lorsqu’un obscurantisme vole au secours d’un autre...


                        • tikhomir 25 septembre 2012 15:42

                          Bien d’accord avec vous, l’obscurantisme laïciste est une plaie qui vole au secours de l’autre obscurantisme qu’est l’athéisme.


                        • Yvance77 25 septembre 2012 16:10

                          @ tikhomir

                          Si vous soutenez les crétins de l’islam c’est votre souci... la seule chose que je vous demande en retour c’est de vous cassez tous avec votre islam des ages antiques !

                          Compris !


                        • francesca2 francesca2 25 septembre 2012 16:27

                          Et encore heureux tikhomir...parce que si on vous laisse faire, on sait très bien comment ça se termine. 



                        • tikhomir 25 septembre 2012 17:46

                          @Yvance
                          « Si vous soutenez les crétins de l’islam c’est votre souci... »

                          Non, je soutiens une liberté : celle de choisir son médecin. Quel rapport avec l’islam ? Si c’est parce que c’est son mari qui le lui a demandé, je vous comprends, néanmoins vous ne pouvez pas faire appliquer une laïcité que vous inventez à l’intérieur des foyers, sinon ça devient le pire des totalitarismes.

                          @francesca
                          « parce que si on vous laisse faire, on sait très bien comment ça se termine. »

                          Si vous parlez des religions en disant « vous » alors je conteste, on a déjà vu ce qu’a donné la Révolution Française, le communisme, etc.. Rien à envier à une quelconque religion smiley. L’athéisme a bien des millions de morts à son actif en deux siècles, c’est à dire, bien plus que toutes les religions réunies en plusieurs millénaires.

                          Donc je dirais tout autant si on « vous » laisse faire, on sait très bien comment ça se termine.


                        • Yvance77 25 septembre 2012 18:19

                          Vous êtes d’une bêtise confondante !

                          Ceux qui agissent ainsi ne le font pas en fonction d’un choix libre et déterminé, il procède par une élimination commandée par un idéal moyenâgeux. Il n’y a rien de libre dans ces choix là, c’est de la servitude !


                        • tikhomir 26 septembre 2012 09:50

                          @Yvance

                          Dans un premier temps, il s’agit de ne pas inventer de lois qui n’existe pas. Inutile de ramener la bêtise sur le tapis. Je comprends bien ce que vous dites et je dis aussi que c’est un problème, mais je soutiens que la laïcité ne peut pas répondre à ce problème.

                          @soulmanfred
                          Oui, j’aime bien blasphémer l’athéisme, ses fariboles et ses superstitions. Allez, ne faites pas votre bourgeoise outrée... Riez un peu smiley


                        • Loatse Loatse 25 septembre 2012 11:33

                          @Chalot

                          Tout ceci n’est que la conséquence d’une politique qui vise à adapter le monde hospitalier aux interdits, coutumes et superstitions des diverses communauté... ce qui partait d’un bon sentiment, respecter l’altérité du malade devient chaque jour pour le personnel médical et surtout les infirmier(e)s une sorte de parcours du combattant...

                          Des modules de formations aux diverses cultures ont été organisés (obligatoires pour les élèves infirmiers) dans lesquelles ceux ci apprennent par exemple qu’il ne doivent ramasser un coran tombé à terre qu’avec une couverture... pas avec les mains sauf si l’infirmière est musulman... qu’une infirmière soit considérée comme impure ne choque pas !!!

                          On en arrive à des excès qui plonge ce personnel en plein dans le domaine de l’absurde... au point que des infirmières en viennent à demander l’avis du patriarche (communauté des gens du voyage) avant d’intervenir dans les soins à la patiente...

                          voici le témoignage de l’une d’elle :

                          ,...une amie à moi à porté un enfant et là mis au dessus du lit la mère a paniqué, mon amie n’a pas compris pourquoi.
                          par des explications ils s’avèrent que chez eux ça porte malheur.....

                          comme il faut respecter, c’est à dire demander l’avis du patriarche et de sa femme c’est ainsi (ben quand on sait pas on a l’air con et on entre en conflit)

                          http://www.infirmiers.com/forum/y-a-t-il-des-personnes-qui-portent-le-voile-dans-des-ifsi-t22511-765.html

                          Le malade est exonéré de ce fait de toute compréhension vis à vis du personnel soignant ! maintenant la crainte de faire des impairs complique le travail de celui ci déjà bien difficile en temps normal...(le manque d’effectif cause de surcharge de travail)

                          Bref ce qui paraissait au départ une initiative visant à améliorer la relation malade-patient en milieu hospitalier ressemble plutôt à un champ de mines aujourd’hui... d’autant plus que, hors exigences religieuses le personnel doit parfois faire face à des patients difficiles...

                          Le pire étant que ces marques d’attention sont maintenant considérées comme un dû...et tout manquement à une grave offense pouvant donner lieu à conflits, plaintes si ce n’est à coups...

                          La question est : aurons nous demain des services confessionnels pour éviter ce genre d’incidents ?

                          je crois qu’au point ou ca en est au niveau concessions, oui....







                          • Loatse Loatse 25 septembre 2012 12:01

                            @Julius

                            C’est là le paradoxe de chalot... demain il manifestera pour que ce genre de gus qui manifeste clairement son intention de ne pas s’intégrer et de faire ch.. r son monde ait des papiers...

                            un humanisme non éclairé en quelque sorte qui nous retombera sur le coin du nez un jour ou l’autre.



                             


                          • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 25 septembre 2012 11:39

                            Si ils ne veulent pas de médecins masculins et qu’il n’y a pas de médecins féminins disponibles, l’hopital n’est plus responsable de ce qui arrivera vu que le mari est le responsable du problème et qu’il pourrait même etre poursuivi pénalement pour refus d’assistance à personne en danger ( son gosse et son épouse ).



                            • la_gata la_gata 25 septembre 2012 11:49

                              je pense qu’ il faut savoir faire la partie des choses .. un membre de la famille ( ou personne proche ) admise par accouchement... a condition de ne pas déranger le personnel soignant .
                              sinon expulse par les forces de l’ordre. ( il y a toujours des flics de garde dans les hôpitaux) .

                              pas le droit de choisir le docteur dans les hôpitaux publiques on accouche avec celui ou celle là qui est de garde.point . sinon pour ceux qui ne sont pas d’accord ils n’ont que aller dans le privé.
                              ou se faire accoucher a domicile . a leurs risques et périls .
                               
                              et hors de ça encadrer aussi aux médecins car comme ont bien remarqué Benedicte et aliceine des fois le manque de respect vient d’eux . je confirme

                               et ce n’est pas le cas exclusif a la France. mon premier enfant je l’ai eu en Amerique du Sud ou des fois les médecins veulent empêcher les femmes de s’accroupir pour l’accouchement . je ne vois aucune raison valable ... et ici ... ils ont tendance a mettre d’office la péridurale et couper .. ( je voudrais les couper aussi la peau des c... et les recoudre , question de les faire avoir plus de respect envers leurs patientes) comme a ete bien remarqué plus haut . 


                              • njama njama 25 septembre 2012 12:05

                                Est-ce que l’hôpital est précisément l’endroit idéal pour accoucher ? L’article pose un peu la question de l’hospitalisation de l’accouchement

                                L’hospitalisation (ou la médicalisation) de l’accouchement est à la fois le fruit d’une logique de politique française de santé, et une orientation de l’académie de médecine.

                                Chez quelques-uns de nos voisins, d’autres alternatives très intéressantes et beaucoup plus familiales se développent. Notre ministère de la santé n’ignore pas ces alternatives dont il a eu connaissance depuis des années par des personnes très séduites par elles ... qui militent en faveur de cette évolution.
                                Quel gouvernement aura le courage de ... changer notre archaïsme en matière d’accouchement, de démédicaliser cet acte si naturel.

                                La Belgique a développé ce que l’on appelle des « maisons de naissance », gérées essentiellement par des sages-femmes. D’une manière générale ces maisons de naissance se trouvent juste en voisinage d’un hôpital ... au cas où (peu fréquent statistiquement) il y aurait problème, pour que soit un médecin puisse intervenir très vite, ou que l’on puisse faire un transfert très rapide si cela nécessite un plateau technique chirurgical ...
                                Ces maisons n’accueillent pas par ailleurs, des femmes ayant des diagnostics pré-natals identifiés « à risques ». Tout est pensé quand même dans cette organisation différente de celle de France, de manière très prudente.

                                http://www.alternatives.be/fiches/maison_de_naissance.htm
                                http://www.maison-de-naissance.be/
                                http://accouchement.chez.com/adresses.htm

                                 


                                • nico31 25 septembre 2012 12:12

                                  « Voici le récit de ce praticien inquiet. »

                                  Peut-on aussi connaître l’opinion de l’accouchée ? On la suppose victime des convictions de son mari, mais connaît-on les siennes ? Qui vous dit qu’ils n’avaient pas discuté ensemble du refus de la péridurale ou du fait qu’elle voulait être accouchée par une femme ? Quelle est son opinion sur le fait d’être voilée ? Sur la prière de son mari ? Car ne l’oubliez pas, elle aussi est croyante. Ce n’est pas parce que vous même n’observez aucun rites religieux que cela n’a pas d’importance pour d’autres !

                                  Je connais beaucoup de femmes tout à fait libérées et qui n’envisageraient pas un seul instant d’avoir un homme pour gynécologue !


                                  • njama njama 25 septembre 2012 12:23

                                    Je connais beaucoup de femmes tout à fait libérées et qui n’envisageraient pas un seul instant d’avoir un homme pour gynécologue !

                                    J’acquiesce. C’est une réalité de terrain ... et la religion n’a rien à voir là-dedans.


                                  • Loatse Loatse 25 septembre 2012 12:19

                                    Je comprend que soit imposé la péridurale, pas marrant pour les médecins et l’équipe soignante de travailler avec des patientes qui hurlent, se tordent dans tous les sens et terrorisent par leurs cris les autres patientes en attente d’accoucher (vieux souvenir)

                                    Encore un peu, et ces bien pensants en arriveront à dire que si le medecin se fait insulter ou frapper, la faute en revient aux pratiques médicales de confort d’aujourd’hui...


                                    • njama njama 25 septembre 2012 12:28

                                      Je ne partage pas ton point de vue Loatse
                                      (voir + haut mes commentaires, si tu ne les as pas déjà lus)

                                      Il n’y a pas que des femmes « qui hurlent » (tu vas faire peur à tout le monde), y a aussi des accouchements où ça se passe comme une lettre qu’on met à la Poste.


                                    • Loatse Loatse 25 septembre 2012 12:34

                                      @Njama

                                      Statistiquement parlant, combien de lettres à la poste sur 100 accouchements ? humpf ?

                                      ps : j’ai 4 enfants donc expérience des salles de maternité... on n’y rigole pas souvent... smiley


                                    • francesca2 francesca2 25 septembre 2012 12:44

                                      Bravo Loatse pour vos commentaires pleins de bon sens !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès