Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Les femmes seraient-elles plus courageuses que les hommes ?

Les femmes seraient-elles plus courageuses que les hommes ?

Cet article pourrait commencer par une boutade. En effet Philippe Lucas, l’ancien entraîneur de Laure Manaudou, a dit à l’occasion d’une entrevue télévisée qu’il préférait s’occuper des filles (et quand on regarde Laure Manaudou on le comprend) car elles sont plus sérieuses et plus courageuses, parce que lorsqu’elles ont décidé quelque chose elles vont jusqu’au bout. Tout le monde connaît Salman Rushdie et ses Versets sataniques qui lui ont valu les douces inimitiés tenaces des Mollahs, à la souplesse de l’inox, gardiens des révolutions et de la rigueur coranique. Sa vie est rythmée par les fatwas. Il a su démontrer lui aussi un certain courage. Je n’ai sous la main aucune étude statistique, aucune échelle de Richter du courage alors ce petit pensum ne sera qu’empirique et se veut surtout de rendre un hommage appuyé à certaines femmes à partir d’un article du Monde qui nous parle de Irshad Manji, car si on se rappelle le premier on ignore souvent le nom des autres.

Loin de moi l’idée ni d’être exhaustif ni de remplacer l’article du Monde, vous y trouverez ici et ailleurs assez d’informations pour en connaître ce qu’il est nécessaire. Je veux juste faire un parallèle et parler un peu de ces femmes qui ont un courage hors norme. Il faut dire que dans notre monde où brandir une arme (généralement un homme, et souvent un barbu) paraît être le summum de la virilité et de la force, les femmes subissent de façon extraordinairement fréquente des privations de liberté, des vexations, des mutilations enfin des horreurs quotidiennes. De ce fait, il est plus difficile et plus courageux - car sa vie et son intégrité physique est en jeu - de s’en prendre aux oppresseurs protégés par les lois, les habitudes, la force physique et la lâcheté générale. On se souvient de l’image de ce jeune Chinois droit comme un I défiant un tank place Tian’anmen. Ces femmes sont ce Chinois. Voilà me direz-vous, vous prenez un homme pour parler de femmes. Non, je prends un symbole qui est l’un des plus forts jamais vus. Un symbole n’a pas de sexe, il est la liberté dressée devant l’oppression, une liberté courageuse et mortelle. Mais de ces femmes je vais vous en parler, et je ne vais faire que cela.

Je voudrais d’abord associer deux autres femmes à Irshad Manji : Ayaan Hirsi Ali et Taslima Nasreen. La première de ces deux compagnes de révolte et d’opposition est assez connue malgré tout pour avoir participé à un court métrage Submission qui a valu la mort de Théo Van Gogh assassiné en novembre 2004. Députée d’abord à gauche puis au centre au Pays-Bas, elle a pris violemment à parti le Coran en tant que tel. Elle aussi a subi les foudres de ces honorables religieux mortifères. Quant à Taslima Nasreen dont la tête a été mise à prix 500 000 roupies en 2007 en Inde, elle a été obligée de fuir aussi à cause de ses écrits, notamment un livre La Honte. Elle est née au Bangladesh où sa minorité hindoue subit l’oppression majoritaire, en l’occurrence islamique. Irshad Manji, elle se dit musulmane et s’attaque au Coran de façon différente de Ayaan Hirsi Ali qui, elle, l’attaque bille en tête le considérant comme à l’origine des maux et des oppressions religieuses islamiques. Irshad Manji qui a écrit : « j’éprouve un malaise absolu en pensant à toutes les fatwas proclamées par le brain-trust de notre religion, pas vous ? », mais qui ajoute : « Avec notre bruyant apitoiement sur nous-mêmes et nos silences ostentatoires, nous autres, musulmans, conspirons contre nous-mêmes, -...-. Nous sommes en crise et nous entraînons le monde entier avec nous. S’il y a jamais eu moment pour une réforme de l’islam, c’est aujourd’hui ! » a été poussée à écrire par ce même Salman Rushdie cité plus haut par cette phrase : « Un livre est plus important qu’une vie ». Par rapport à Ayaan Hirsi Ali, elle se positionne donc plus à l’intérieur pour faire bouger les choses. Cela bien sûr n’empêche aucune fatwa de franchir les airs et de passer par les ondes. De fait, elle s’est formée au Coran et a voulu devenir une érudite, ce qui ne l’a pas détournée des outils modernes en utilisant internet avec un site interactif. Elle pousse son courage jusqu’à publier des liens vers les caricatures de Mahomet. Féministe et lesbienne, c’est sûr que cela fait désordre chez les mollahs.

Bien évidemment ces trois femmes-là sont controversées. On met en doute leur argumentation, leur sincérité, leur histoire, leur compétence. Ce n’est pas l’objet ici d’aller chercher en profondeur toutes les vérités, mais de s’arrêter à celle-ci : une fatwa plane autour d’elles en permanence et un cimeterre de Damoclès est accroché un peu au-dessus de leur tête par un fil bien ténu. Cela suffit à les honorer.

Pour terminer je ne voudrais pas oublier Benazir Bhutto, Indira Gandhi et deux prix Nobel de la paix : Aung San Suu Kyi et Chrinie Ebadi.

S’il est vrai que mourir assassiné n’est pas une preuve ni d’héroïsme ni de bonté le destin de ces quelques femmes qui sont déjà tragiques pour les unes et menaçants pour les autres nous démontrent au moins que les femmes, ces femmes-là, sans aucune contestation possible, ont quelque courage.


Moyenne des avis sur cet article :  3.93/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

89 réactions à cet article    


  • morice morice 24 janvier 2008 11:05

    oui, elles nous supportent. Faut du courage. C’est ce que me dit ma femme tous les jours.


    • Mescalina Mescalina 24 janvier 2008 12:11

      Rien d’étonnant MORICE, qu’on lui décerne la Légion d’Honneur !!


    • Selmi Selmi 24 janvier 2008 21:09

      POURQUOI TU ES MARIE ? JE NE LE SAVAIS PAS !


    • Selmi Selmi 24 janvier 2008 21:19

      ET LA DAME DE FER ? SERAIT-ELLE FONDUE ?

      ET CARLA AURAIT- ELLE PONDUE ?

      SI C’EST UN FILLE LE FILS DE MON FILS FERA UN ARTICLE SUR ELLE PUISQUE

      ON PARLE DE FEMME..................


    • Selmi Selmi 24 janvier 2008 21:23

      ET QUI FAIT LE MENAGE ?

      ET QUI ALLAITE ? MORICE ?


    • oblomov 24 janvier 2008 12:39

      Il parait que Sarko a un trou de 4H dans son emploi du temps pendant la visite en Inde.

      Pour un rencard avec Carla ou pour donner le prix Simone de Beauvoir à Taslima Nasreen ?


      • iris 24 janvier 2008 12:47

        oui j’en suis persuadée- plus courageuses-moins laches -moins violentes-et moins de mauvaises pensées-

        les femmes sont encore pour beaucoup d’hommes leur esclave-leur bobonne-leur femme à tout faire-faut etre courageuse pour supporter tout ça-

        il ya en prison + d’hommes- les guerres sont faites par les hommes-et les lois aussi par une majorité d’hommes-

        vivement que les femmes révolutionne le pouvoir !!

         


        • pseudo pseudo 24 janvier 2008 19:17

          En tant que femme, je n’aime pas ce commentaire. Je le trouve sexiste et réducteur.

          J’attends de la société la reconnaissance de notre égalité, non celle de notre supériorité. D’autant que les qualités que vous accordez aux femmes sont surtout le reflet de leur éducation : une fille ne doit pas se battre, doit souffrir pour être belle... Comme le disait Simone de Beauvoir, "on ne nait pas femme, on le devient". 

          Quant à croire, qu’un monde dirigé par les femmes serait meilleur... Margaret Thatcher en est le meilleur contre-exemple.

          Enfin, à mon avis, rester avec un homme qui nous considère comme une bobonne, ce n’est pas faire preuve de courage ! Le quitter, c’est faire preuve de courage et de maturité.


        • COLRE COLRE 24 janvier 2008 22:22

          Margaret Thatcher n’est pas un contre-exemple : elle est le sempiternel alibi.


        • Ulysse 25 janvier 2008 21:34

          Alors ça, si ce n’est pas du sexisme contre les hommes, je ne sais pas ce que s’est.

          Vous méprisez donc Ghandi ? Luther King ? De Gaulle ? Briand ? Ce sont des lâches ?

          Connaissez-vous Irène de Byzance, l’Impératrice qui a fait crever les yeux de son propre fils au IX ème siècle pour avoir le pouvoir ? Connaissez-vous Golda Meyer, réputée pour son manque total de dialogue avec les palestiniens ? Connaissez-vous Catherine II De Russie qui a fait la guerre plus que tout autre Tsar russe ? Margareth Thatcher ? Théodora, femme de Justinien, qui a envoyer l’armée mater une révolte alors que son mari voulait abdiquer ?

          Dès que les femmes ont eu le pouvoir, elles ont fait pareil que les hommes ! De grandes et des mauvaises choses ! Car le problème est systémique et non sexuel ! Renseignez-vous ! Cultivez-vous plutôt que de répéter des lieux communs misandres !

          Tout ce que je lis ici m’effraie et je ne suis pas surpris. On victimise depuis longtemps les femmes et on a ce genre de dérives anti-hommes qui se répandent tranquillement.

          C’était tellement cool et sympathique pour les hommes d’aller se faire trucider et couper en morceaux par les états qui les envoyaient faire la guerre, c’est tellement bien de se crever à la mine au XIX siècle sans droit sociaux ( acquis par des hommes courageux !) pour nourir sa famille alors qu’en France mourrait un homme tous les quart d’heures dans les sidérurgie !

          Les hommes encore aujourd’hui pratiquent les métiers les plus dangereux pour la santé et pour leur vie... mais ils manquent de courage... A votre place, je méditerai dessus lorsque vous entendrez qu’un pompier de sexe masculin ( en majorité !) a perdu la vie pour sauver celles d’autres personnes !


        • pseudo pseudo 26 janvier 2008 17:25

          Non, ce n’était pas un alibi. J’aurais pu vous parler de Mme Ceaucescu. Et bien d’autres encore...

          Des femmes despotiques ou sanguinaires au pouvoir, il y en a eu. Malheureusement.

          Je suis une femme. Je sais que tous les hommes ne sont pas tous rationnels, intelligents, conciliants... Les femmes non plus, ne sont pas toutes douces et tendres.

          Un seul espoir... Nous sommes en train de détruire la planète. La Terre se portera certainement mieux sans l’Homme (avec un grand H).


        • iris 30 janvier 2008 12:30

          les femmes dont vous parlez ne sont pas la majorité !!thatcher-me boutroux ou des empoisonneuses rarrissimes

          les prisons ne sont t elles pas + remplies d’hommes que de femmes ??

          Les pédophiles, les proxénètes, les traficants de droguEs sont en majorié des hommes

           


        • Grasyop 24 janvier 2008 14:50

          Les femmes que vous citez sont assurément des modèles de courage. Mais pourquoi les opposer aux hommes ? Il y a autant de courageux et de pleutres des deux sexes, non ?


          • Imhotep Imhotep 24 janvier 2008 15:52

             Relisez le titre et le contenu de l’article. Le titre est une interrogation et non une affirmation. En plus de parler de femmes courageuses n’exclue nullement qu’il y ait des homes courageux. Cet article est circonstanciel (la publication d’un article du monde) et ni exhaustif ni absolu. En revanche la mémoire collective retient plus facilement le nom de Salman Rushdie que celui de trois femmes citées qui ont comme lui des fatwas à leurs trousses.


          • maggie maggie 24 janvier 2008 15:18

            Le courage de ces femmes est bien sûr exemplaire, mais au-delà de tout cela, n’y-at-il pas une éloge de l’"esprit de sacrifice" qu’on attend des femmes ?

            Même si je ne pense pas que ce soit le but de cet article, cela me rappelle un peu ces chaînes de mails où on énumère tout ce que font les femmes et où on célèbre leur abnégation. Dans certaines régions du monde, les femmes ne choississent pas de souffrir et de se battre pour que leurs petits aient de quoi vivre, elles y sont contraintes et elles s’en passeraient bien.

            En tant que femme, je peux vous dire que bien des aspects de la vie nous forçent à avaler notre douleur ou notre rage. Mais moi aussi j’aimerai bien de temps en temps pouvoir pleurnicher quand je me cogne le pied ou feindre d’être à l’agonie quand je suis grippée.


            • Imhotep Imhotep 24 janvier 2008 15:54

               Il me semble que ce n’est pas tant le mot sacrifice qui n’ayant pas été cité qui le prouverait que le contenu de cet article qui ne fait en aucun cas un éloge détourné du sacrifice pour cantonner les femmes dans un rôle de sacrifices permanents et universels. Evitez de voir le mal là où il n’y a qu’un éloge simple.


            • morice morice 24 janvier 2008 15:25

              Pour Bhutto, Imhotep, je ne partage pas du tout votre opinion : ce n’est pas du tout une héroïne et encore moins un modèle à suivre !!! elle a trop fricoté avec le détournement d’argent et a été à l’origine de l’ouverture gouvernementale vers les islamistes radicaux. Pas du tout la bonne pioche, là. Signé : Colombo, celui qui en réfère toujours à sa femme en cas de problème.


              • Imhotep Imhotep 24 janvier 2008 15:57

                 Peut-être avez-vous mal lu, courage ne veut pas forcément dire être une héroïne au sens grec du terme ni de BD. Elle ne représente pas le bien, mais elle a pris des risques et elle en est morte. Certyes elle n’a jamais été lavé des accusations de corruptions et sa famille n’est pas exemple de trafics, mais ce n’était pas l’objet de cet article. Donc d’une part Bhutto n’est citée non dans le corps de l’article mais en fin, et non comme exemple dans cet article mais d’autre part comme femme qui a été assassinée en tant que symbole et qu’elle a eu le courage de s’exposer. Ce qui est, ma foi, fort différent.


              • Marsupilami Marsupilami 24 janvier 2008 18:22

                @ Imhotep

                Excellent billet. Il est évident que les femmes sont - de plus en plus - plus courageuses que les hommes. De ce courage dont elles font preuve, elles ont toutes à gagner, et les hommes tout à perdre. Aux mecs - dont je suis - de concéder leur défaite : score zéro à zéro, égalité parfaite. Quant à ces super-nanas qui combattent courageusement le macho-totalitarisme islamique de l’intérieur, chapeau bas.


                • Sébastien Sébastien 24 janvier 2008 18:33

                  Bel exemple de discrimination positive  J’approuve !


                  • adeline 24 janvier 2008 19:20

                    Je vois le débat les femmes sont absentes de la plupart des grands criminels , toujours des hommes

                    à méditer (à part le femme de dutroux madame marchal....)


                    • Pauldac 24 janvier 2008 20:24

                      Prétendre qu’un sexe est meilleur que l’autre ne tombe-t-il pas sous le coup du propos sexiste ?


                    • ka 27 janvier 2008 19:19

                      @ Ben

                      "Je ne dis pas par là que les mères sont mauvaises mais que l’un sans l’autre ça ne marche pas. Chaque sexe a ses perversions. Et une des perversions féminines c’est de croire à la maternité de manière absolu avec pour conséquence de nier l’altérité, l’autonomie des enfants."

                      Pour respecter la parité, Ben vous êtes obligé de citer un exemple de perversion masculine !

                      "Elles se comportent comme si les enfants c’étaient encore elles, leurs prolongements. Ce qui évidemment n’est pas bon."

                      Vous voulez dire qu’il n’y a que les mères pour vivre à travers la vie de leur enfant, le phénomène n’existe pas chez certains pères ?

                      "Et après elles s’étonnent que les hommes (et bien des femmes aussi d’ailleurs) aient peur des femmes."

                      C’est bien connu les femmes sont d’horribles monstres.


                    • ka 28 janvier 2008 00:32

                      @ Ben

                      "Pas bien compris votre commentaire"

                      Vous parliez des enfants comme prolongement de la mère. Pensez-vous qu’elle désire exister à travers la vie de ses enfants pour vivre autrement des choses qu’elle aurait mal vécues ou ratées ? Si c’est cela, ça arrive aussi à certains pères et ça peut exister même si tout s’est à priori bien passé (du côté professionnel surtout), pour les deux parents. D’un côté la mère et/ou le père, veut/veulent réparer quelque chose de cassé dans sa/leur jeunesse, de l’autre côté la mère et/ou le père veut/veulent répéter et donc perpétuer ce qui selon elle/lui/eux a bien fonctionné. Ca existe chez beaucoup de parents mais chez certains c’est obsessionnel au point d’étouffer l’enfant et de l’empêcher de vivre sa propre vie avec ses propres erreurs. 

                      On comprend en vous lisant que les relations avec votre mère ont du être difficiles et perturbantes pour vous et ça peut expliquer vos réactions (exagérées parfois). Est-ce que cela vous empêche d’avoir des relations normales avec les femmes en général (je veux dire non conflictuelles) ? Et seriez-vous prêt à laisser la possibilité à une femme d’avoir un enfant de vous sans forcément voir dans cette femme l’image de votre mère et dans l’enfant votre propre image d’enfant ? Si ce n’est pas trop indiscret de ma part. 

                      Les relations parents/enfants ne sont pas toujours évidentes et pour les parents et pour les enfants, pour certains c’est encore moins évident que pour les autres et ça peut créer des blocages, j’espère que ça n’en a pas créé ou que ça n’en créera pas dans votre cas. En tout cas merci pour votre témoignage.


                    • non666 non666 24 janvier 2008 19:51

                      Tiens distingons nous pour changer.

                      Les comportements typiquements masculins, sont culpabilisés , depuis la seconde guerre mondiale.

                      Qualifié de macho, de belliciste, la société actuelle valorise le feminin, aussi bien dans la société civile que dans la sexualité.

                      Ma mode est au feminisé, aux males epilés de l’anus , aux eunuques feministes.

                      Du coup, c’est vrai que les femmes font plus couilloux.

                       

                      Oua haro sur le facho crient les bruleuses de soutiens gorge, symbole de l’antique esclavage !

                      Faites gaffes quand meme.

                      D’autres males arrivent et ils ne sont pas castrés.

                       


                      • Imhotep Imhotep 24 janvier 2008 20:02

                         Euh ... et alors ?


                      • armand armand 24 janvier 2008 21:42

                        non666 :

                        Plutôt d’accord avec votre diagnostic, même si c’est un peu rude. J’en vois une autre illustration, dans les médias, en particulier les fictions télévisées. On rencontre souvent un personnage de jeune femme indépendante, battante, mais qui pratique avec les hommes comme le pire des goujats l’aurait fait avec les femmes voici quelque temps encore : on en vire un, on se console avec son frère, son meilleur ami parfois, on se barre avec son (ses) enfant (s), le tout parce qu’on veut de l’authenticité (! !). Ce type de comportement aurait été porté autrefois sur le compte de la faiblesse féminine (’souvent femme varie...etc.’) et de sa nature capricieuse, maintenant il est brandi comme la manifestation de sa liberté à disposer d’elle-même.

                        Ce qui est choquant c’est qu’en contrepartie cette même atitude prédatrice est désormais refusée aux hommes, qui doivent accepter, comprendre, acquiéscer - chez qui tout mouvement belliqueux en réponse à des affronts qui mettent en jeu leur intimité ou leur honneur est traqué comme une tare ridicule voire criminelle.

                        J’en vois la parfaite illustration dans les déboires présidentiels : accepter sans réagir que sa femme se pavane aux côtés d’un amant, choisir comme compagne une véritable sérial-briseuse-de-ménages.


                      • armand armand 24 janvier 2008 21:46

                        J’allais ajouter, non666, différents écrivains et philosophes ont fait le même diagnostic - réagissant parfois avec exagération comme Yukio Mishima. Celui-ci estimait que la civilisation japonaise, après avoir été, pendant des siècles, vouée aux vertus martiales, était désormais féminisée à l’extrême. Il se voyait lui-même comme le microcosme de cette dérive. C’est pourquoi il s’est efforcé de se forger, jusqu’à l’excès, un corps et un mental de samouraï, aboutissant à son célèbre seppuku en 1970.


                      • Imhotep Imhotep 24 janvier 2008 21:53

                         Il semble que le titre serve de défouloir pour des commentaires que l’article n’appellent pas. Il était une interrogation, peut-être un peu racoleur mais ne mettait en aucun cas la notion de supériorité en jeu de façon affirmative et définitive. Ce ,n’était que le prétexte de parler de plusieurs femmes qui ont un courage certain. Comme on pourrait parler d’hommes courageux mais moins connus car plus discrets ou plus lointains. Par ailleurs les enfants et les minorités subissent des oppressions, je crois qu’en matière globale les femmes subissent plus que les hommes. Par exemple l’excision n’est pas transposable chez l’homme.


                      • armand armand 24 janvier 2008 22:09

                        Touts mes excuses, Imhotep, j’étais effectivement ’Hors-Sujet’ mais je n’ai pas pu résister à répondre à ou à compléter certains commentaires.

                        Ce qui me gène chez certaines de ces femmes, certes courageuses, c’est que leur réaction contre l’oppression de la femme dans les pays musulmans et l’obscurantisme wahhabi professé par pratiquement toutes les instances musulmanes expatriées prenne la forme d’un rejet quasi caricatural de l’Islam lui-même.

                        J’ai plus confiance dans un réformisme patient, s’appuyant sur les textes.

                        Pour Benazir Bhutto - une femme courageuse on s’en doute - sa mort n’en fait pas une sainte. Une ’personne’ poliique avec ses convictions, ses arrangements, ses faiblesses, comme bien d’autres. Et si une mort exemplaire et courageuse suffisait à effacer toutes les scories d’une vie, alors Saddam Hussein serait au panthéon des braves !


                      • Imhotep Imhotep 24 janvier 2008 22:19

                         Pour Bhutto j’ai déjà répondu plus haut, ce n’est qu’une citation. De plus dans le texte de ces trois femmes voici ce que je dis de la principale :

                         

                        Irshad Manji, elle se dit musulmane et s’attaque au Coran de façon différente

                         

                        et plus loin elle dit elle-même

                         

                        « Avec notre bruyant apitoiement sur nous-mêmes et nos silences ostentatoires, nous autres, musulmans, conspirons contre nous-mêmes, -...-. Nous sommes en crise et nous entraînons le monde entier avec nous. S’il y a jamais eu moment pour une réforme de l’islam, c’est aujourd’hui ! »

                         

                        ce à quoi j’ai ajouté :

                         

                         Par rapport à Ayaan Hirsi Ali, elle se positionne donc plus à l’intérieur pour faire bouger les choses. 

                         

                        Bien que pour ma part je crois que le texte en lui-même proclamé invariant ne peut être réformé.


                      • armand armand 24 janvier 2008 22:41

                        Bien sûr, je ne visais par Irshad Manji - mais plutôt Hirsi ou Nasreen. Bien que je défende leur droit de s’exprimer sans risque de violence.


                      • non666 non666 25 janvier 2008 11:17

                        Merci a Armand qui semble avoir compris ce que je disais.

                        Nous sommes un certains nombre a comtempler la chute de l’Empire romain dans lequel nous vivons.

                        Imotep veut lancer un sujet polemique qui fait l’apologie des femmes courageuses, affirmant qu’elle le sont plus que les hommes sans laisser "ceux qui voient" lui expliquer le pourquoi du comment.

                        Bon il est politiquement correct de lui laisser defendre la vision du moment.

                        Vive les femmes !

                         


                      • Imhotep Imhotep 26 janvier 2008 18:15

                         C’est un mauvais procès qui vous permet d’exprimer vos opinions. Le titre était interrogatif et comme je l’ai écrit déjà et que je le répète c’est un article circonstanciel en rapport d’un article du monde. Il n’y a aucune apologie générale de la femme, aucun abaissement absolu de l’homme. Vos raisonnements sont identiques en fait à ce que vous critiquez. Dans le préambule il est clairement exprimé que je n’avais ni d’échelle de Richter pour mesurer le courage ni d’étude statistique. par ailleurs j’ai parlé de Salman Rushdie qui se trouve dans la même situation. Votre procès est un procès d’intention assez foireux. Je me contrefiche d’être dans le vent de l’opinion générale et ou d’être politiquement correct. C’est plutôt un éloge au courtage, à la prise de risque et à la défense de la liberté contre une oppression. Il se trouve qu’il s’agit de femme et il se trouve que statistiquement beaucoup plus de personnes pourront vous parler de Rushdie que de Nasreen, et pourtant les risques subis sont les mêmes. Cela dit, Vive le Diable et les versets sataniques.


                      • Paradisial Paradisial 24 janvier 2008 20:11

                        Je n’ai rien de personnel contre cette femme. Mon intégrité intellectuelle (je le sais, certains me contesteront d’en avoir une) m’invite à vous dire (après avoir visité son site) que cette personne est totalement à côté de la plaque, et qu’elle n’est qu’une courtisane de plus des philanthropiques canaux islamophobes.

                        Je ne vois que des mensonges, que des détournements de sens, que de viles instrumentalisations d’un public en mal d’exotisme et d’informations alternative à ses propres préjugés. Mais je vois avant tout : malhonnêteté intellectuelle, hypocrisie et pure pure cupidité.

                        Irshad Manji n’est qu’une sorte de Mohammed Sifaoui en version femme asiatique.

                        Ceux qui croiraient comprendre l’Islam en la lisant sont libres de l’autosatisfaction naïve qu’il en éprouveront.

                        Allez, moi je suis islamophobe. La preuve ?! Bah, c’est moi qui vous le dit.


                        • Paradisial Paradisial 24 janvier 2008 20:22

                          J’aime Soeur Emmanuelle de tout mon coeur. Yallaaaaah.

                          Pour moi elle est l’illustration parfaite de la noble femme chrétienne.

                          A moi ma Soeur Emmanuelle et mon Abbés Pierre, et à vous vos Irshad Manji et Mohammed Sifaoui.

                          Chacun cherchant la quintessence de l’autre dans un référent qui sied à son coeur et à son esprit, selon que ses référents soient larges ou bien étroits.

                          Salam.


                        • Paradisial Paradisial 24 janvier 2008 20:37

                          Je ne troquerais jamais ma Soeur Emmanuelle à moi contre votre Irshad Manji à vous, et ce même contre tout l’or du monde.

                          L’une de mes meilleures amies est une chrétienne américaine très très dévote. Je l’ai souvent considérée comme ma grande soeur quoiqu’elle soit légèrement plus âgée que ma propre mère. C’est vous dire la considération hautement fraternelle que j’ai pour elle.

                          Je vous laisse à vos ignorances, à vos a prioiri, et à vos autosatisfactions quand vous lisez des auteurs qui se jouent de ces deux-ci.

                          Salutations les meilleures. Salam.


                        • Paradisial Paradisial 24 janvier 2008 21:09

                          Vous chercheriez une exotique récréation ?!

                          En voilà une qui ne manquera pas de susciter en vous des appréciations mitigées : Va te Faire Voiler.

                          Titre assez bousculant. N’est ce pas ! Il s’agit d’un blog tenu par une jeune étudiante voilée, qui a un caractère que vous allez découvrir de vous-mêmes).

                          Vous en deviendrez fans malgré vous (je vous l’assure), et ce pour des raisons toutes dichotomiques.

                          Pour mieux discerner son auteur je vous conseillerai de l’explorer dans un sens ascendant (depuis les anciens articles).


                        • Paradisial Paradisial 24 janvier 2008 21:12

                          Pour alimenter encore vos curiosités : Flux vidéo on line de la télé Al Manar (flux asx).


                        • del Toro Kabyle d’Espagne 24 janvier 2008 21:22

                          Fan du Hezbollah en plus ...

                          Ça rassure un max sur votre univers intellectuel.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès