Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Les Français et le sexe : pas si libérés que l’on croit (...)

Les Français et le sexe : pas si libérés que l’on croit !

Les Français sont les plus gros consommateurs de sexe, selon une étude internationale menée par l’institut Trend Research. Si depuis la fameuse « révolution sexuelle » des années 60’s, notre douce France a libéré ses mœurs, « certains tabous sont encore très actuels », selon Anaïs Papazian Charney, sexologue à Marseille. Alors que l’hiver s’annonce rigoureux, News of Marseille vous offre un sujet chaud bouillant !

Les fins gourmets que sont les Français ont un autre mets dans leur sac : le sexe ! Les Français sont les plus gros consommateurs de sexe, d’après une étude* conduite dans 11 pays par l’institut allemand Trend Research pour le site de rencontre Casualdating.fr, vendredi 2 décembre.

 

Chiffres sexologie

Un Français sur deux a déjà eu une relation sans lendemain ou un sex-friend. Et ils déclarent en moyenne faire l’amour plus d’une fois par semaine (hommes et femmes confondus). Sachez au passage que faire l’amour pendant 30 minutes permet de brûler 200 à 300 calories… Adieu salles de sport onéreuses !

Cette étude conforte la troisième grande enquête nationale sur l’évolution des comportements sexuels menée en 2007, où un collège d’instituts nationaux ont affirmé qu’une femme connaît aujourd’hui en moyenne 4 partenaires dans son existence, contre 1,7 dans les années 70’s !

Si les mœurs se sont libérées : spots publicitaires aguicheurs, vidéos érotiques ou autres magazines porno… « Des tabous sont encore très actuels » et notre société « n’est pas si libérée que l’on veut bien croire », explique Anaïs Papazian Charney, sexologue à Marseille.

Sexualité : une affaire politique !

Difficile aujourd’hui, au moment où certains parents tentent de glisser des capotes dans le sac de leur adolescent, d’imaginer que dans les années 60’s, la contraception était interdite ! Et que l’IVG était tout simplement proscrit !

Avant les années 60’s, le sexe était considéré par la société comme des pulsions qui avaient pour unique fin : la procréation. La société, imprégnée d’un héritage judéo-chrétien, a toujours tenté de moraliser sa sexualité par la politique.

Elle le fait encore aujourd’hui : interdiction de la polygamie, de l’exhibitionnisme… « Bien » ou « mal », il n’est pas question de juger mais de constater. Ces règles relèvent de l’appréciation de nos législateurs, élus du peuple, et donc représentatifs de la société qui régulent cette dernière au profit du vivre ensemble.

Dans les années 60’s, avec notamment la loi Neuwirth (1967) qui autorise la contraception, la loi Veil en 1975 qui légalise l’interruption volontaire de grossesse, les mœurs françaises évoluent. La sexualité n’est plus uniquement procréatrice mais devient un plaisir et la parole se libère davantage que dans les générations précédentes.

D’ailleurs selon l’étude de l’institut allemand, 67 % des sondés assument le fait que leurs fantasmes doivent être assouvis. Cependant, faire l’amour à plusieurs n’est pas encore une pratique courante : 16 % des Français interrogés ont déclaré avoir déjà passé un moment à plusieurs contre 24 % des Norvégiens et 19 % des Suisses.

À l’origine de cette émancipation, la fameuse « révolution sexuelle » de la fin des années soixante. Ces changements ont été impulsés par la jeunesse issue du baby boom. Des jeunes touchés par les débuts du consumérisme, le mouvement d’émancipation des femmes mais aussi par le progrès scientifique : traitement de certaines MST, l’invention du préservatif…

Si les mœurs se sont libérées, certaines choses restent figées. « Depuis 40 ans, les chiffres de la première fois n’ont pratiquement pas bougé, on est toujours à 17 ans pour les garçons et 18,5 ans pour les filles  », rajoute Anaïs Papazian Charney. Pour la sexologue, « la sexualité est toujours quelque chose de privé, qui relève de l’intime » et qui contient encore de nombreux tabous…

Panne sexuelle, le symptôme d’une autre douleur

Autrefois réservée à la médecine, la profession de sexologue se libéralise mais reste néanmoins « un métier peu répandu ». Depuis une dizaine d’années les contours de la profession se sont dessinés : pour devenir sexologue, « il faut avoir suivi une formation initiale dans le domaine de la santé : médecin, infirmière, sage-femme », explique notre spécialiste, psychologue de formation. Puis « il faut avoir suivi un DIU (diplôme interuniversitaire) de 3 ans », la seule spécialisation reconnue par l’Ordre national des médecins !

La mission d’un sexologue est de « prendre en compte la sphère sexuelle » d’une personne puisque « l’esprit humain est composé de sa sexualité […] Même un bébé a des pulsions sexuelles au sens large du terme », rajoute Anaïs Papazian Charney. La sexologue accompagne des couples ou des personnes en individuel qui, après « une démarche personnelle » ont décidé d’aller consulter.

« Dans mes thérapies, on part toujours d’un symptôme sexuel […] Mais on en revient toujours à l’histoire de la personne, comment elle s’est construite ». Les différences d’envies étant aussi le signe d’un manque de communication ou de conflit dans le couple.

Au niveau des pannes sexuelles : 42 % des hommes de plus de 35 ans reconnaissent en avoir déjà rencontrées, d’après une étude des laboratoires Lilly, publiée sur le site doctissimo.fr. Selon le docteur David Brême, il peut s’agir d’un symptôme de la dépression ou d’un « coup de blues ».

« Les hommes ont plus de difficultés à parler de leurs problèmes psychologiques ». C’est alors qu’apparaissent « les troubles physiques ». Ces problèmes d’érection peuvent s’accompagner d’une diminution de l’appétit sexuel et des testostérones (hormones masculines), ce qui nécessite une prise en charge psychologique.

Du côté des dames, si les douleurs à la pénétration ne sont pas organiques, elles peuvent être d’origine psychologique. « La peur des maladies, la croyance que le sexe de l’homme est trop gros pour son vagin »… L’objectif est de « dédramatiser la situation », puisque l’appréhension fait rentrer la femme dans un cercle vicieux : au plus elle aura peur, au plus ses muscles se contracteront et le rapport sera douloureux.

Parfois les conflits inconscients, les problèmes dans le couple peuvent être à l’origine de ce symptôme. D’où la nécessité de dialoguer avec son partenaire ou d’aller consulter, puisque « un rapport est désiré et non subi ou redouté », insiste le docteur Yves Ferroul. D’ailleurs, l’OMS affirme qu’une sexualité harmonieuse donne confiance en soi !

Voir la vidéo de l'interview > Les Français et le sexe

Coralie Mollaret - News Of Marseille


Moyenne des avis sur cet article :  2.22/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 15 décembre 2011 08:43

    C’est vrai que l’on met le sexe a toute les sauces, il n’y a qu’a voir l’explosion des sex-toys, mais savez vous que de 1905 à 1925 environ, le vibromasseur entre dans les foyers comme un des objets normaux de la ménagère américaine....
    http://2ccr.unblog.fr/2011/10/27/ca-vibre-pour-elles/


    • chantecler chantecler 15 décembre 2011 10:39

      L’apparition du VIH (1980) a tout bouleversé au niveau de la sexualité ...
      Ainsi ce que certains mettent sur le compte d’un retour à une certaine moralité , peu compatible avec le sexe , n’a d’autre source que la peur de se chopper ce p...de virus .
      Mais il est vrai que le sexe est hautement politique : plus il y a de frustrations , longtemps liées aux conditions de vie et de travail , plus l’énergie se déplace sur des enjeux de pouvoir , d’enrichissement , ou involue dans des comportement névrotiques .
      La sexualité n’a pas une place à part chez l’individu : elle en fait partie .


      • Deneb Deneb 15 décembre 2011 11:08

        Les suisses plus grands partouzards que les français ? L’honneur national est en jeu ! A vos triques !

        90% des hommes se sont déjà masturbés, contre 60% des femmes ? Cette statistique nous montre seulement qu’ il y ait 30% plus de menteuses que de menteurs.


        • Topaloff Topaloff 15 décembre 2011 11:37

          11 partenaires différents pour les hommes et seulement 3 pour les femmes ?!


          3 explications possibles à ce décalage :
          - Les hommes ont une tendance importante à exagérer leurs performances
          - Les femmes ne sont pas aussi « libérées » dans leur propos que ne le laisse penser l’article
          - Il y a beaucoup plus de gays autours de moi que je ne le pensais

          • Petitou Petitou 15 décembre 2011 12:39

            ou les femmes mentent très très bien !


          • zélectron-libre zélectron-libre 15 décembre 2011 22:00

            11 partenaires différents pour les hommes et seulement 3 pour les femmes ?!
            Prenons deux hommes de 50ans : un musulman croyant et pratiquant (car on peut s’appeler Momo et n’avoir aucun rapport ni de près ni de loin avec l’Islam) et un français par exemple. Combien de femmes auront-ils connues les deux ? L’Islam autorise sous de très strictes conditions, la polygamie et à supposer que le musulman les ait respectées à la lettre, il n’auraient connu que 4 femmes au grand maximum, en leur donnant à toutes leurs droits et en garantissant une légitimité à sa progéniture. Le français par contre, entre copines, femmes, concubines, maitresses et passagères, sans oublier des graines semées ça et là, avec sa permission ou à son insu, vit peut être une sexualité décomplexée, mais au niveau moral, il n’y a pas photo ! Quand je pense à ceux qui crient au scandale contre la polygamie, je me marre à fond.


          • Deneb Deneb 15 décembre 2011 11:59

            A propos du sexe et des français : je trouve assez disproportionnée la façon dont on a insulté DSK par rapport à Chirac, qui vient de se faire condamner à 2 ans avec sursis pour détournement des fonds publics. DSK, pour quelques relations extra-congugales s’est fait traiter de pervers avec une lourde insistance par plus de la moitié des français, je n’ai cependant pas encore vu des réaction au jugement d’aujourd’hui où Chirac est avéré (et non pas supposé) voleur, ce qui est tout de même beaucoup plus grave qu’un libertinage entre gens consentants. Voici la grande question : la France était-elle consentante lors de son rapport avec Chichi ? Il va falloir examiner les (v)idéaux.


            • Pmbouchet Pmbouchet 18 décembre 2011 01:40

              @Deneb
              Ce qui vaut a DSK ca notoriete actuelle, ce ne sont pas « quelques relations extra-congugales » ou du « libertinage entre gens consentants » mais des affaires de viol, agression sexuelle, harcelement ainsi que detournement de fonds et abus de biens sociaux pour organiser des partouzes avec des profesionnelles.




            • oncle archibald 15 décembre 2011 12:20

              Ca n’est pas la seule erreur grossière que contient cet « article » .. Je me suis bien marré en lisant ceci : « Avant les années 60’s, le sexe était considéré par la société comme des pulsions qui avaient pour unique fin : la procréation. »

              Oh ! Pauvres marseillais qui ne baisaient que pour se reproduire jusque dans les années 60 ... Je me marre !! Le problème dans ces années là était précisement d’avoir une activité sexuelle sans faire d’enfants, mais on y arrivait quand même .. 

              Nos grands parents n’étaient pas tous des psycho rigides et loin de la ! Avez vous vu ces « images coquines » du début de la photographie ?? C’était du porno, et du bien meilleur que celui de l’époque actuelle, les donzelles n’avaient pas l’air d’être du bétail juste bon à sabrer sauvagement ! 

            • Constant danslayreur 15 décembre 2011 12:50

              90% des hommes et 60% des femmes ? Votre sport national ?


              • Constant danslayreur 15 décembre 2011 12:53

                Bref sans risque de me tromper de beaucoup : « Les électeurs de Marine sont des br...leurs »


              • Constant danslayreur 15 décembre 2011 13:07

                « 11 le nombre de partenaires d’un homme dans sa vie »
                Je suppose que c’est une moyenne et qu’il faut tenir compte des hommes fidèles à une seule femme ben quoi ? et surtout de l’ensemble des hommes d’église...

                Ben mon cochon !


              • Deneb Deneb 15 décembre 2011 15:18

                Constant, tu me feras plaisir d’essuyer après en avoir mis de partout.


              • Galekal 15 décembre 2011 12:52

                Qu’est ce que l’on entend précisément aujourd’hui par « être libéré », et qu’est ce qui est réellement progressiste ?

                J’ai bien l’impression l’on tente souvent de nous vendre comme libertinage un pur avatar de la société de consommation et de la circulation accélérée des objets et des capitaux que cela impliqué, quitte à ce que des hommes n’aient pas plus d’égards vis à vis des femmes que s’il s’agissaient de poupées gonflables, et que, réciproquement, des femmes ne trouvent pas plus d’intérêt à un homme que d’être le godemichet du moment. Cela donne l’impression qu’il y aurait toute une consistance émotionnelle du rapport homme-femme qui serait devenue « gênante », et que de nombreuses qualités humaines auraient à céder face à une logique de consommation accélérée d’objets inertes. Bref, j’ai l’impression qu’il y en a quelques uns qui vont trop loin et vers le n’importe quoi, et que « libertins »’, libéraux, même combat. smiley

                Je ne dis pas cela pour l’auteur qui ne fait que proposer sa réflexion.


                • ecophonie ecophonie 15 décembre 2011 13:09

                  je préfère lire un livre entier et apprendre des truc qu’en commencer 10 pour les reposer sur mon étagère et faire genre.


                  • Constant danslayreur 15 décembre 2011 13:11

                    J’ai connu un gus qui a acheté très cher une encyclopédie et qui l’a laissée dans sa bibliothèque... sous plastique pendant au moins deux ans smiley


                  • ecophonie ecophonie 15 décembre 2011 14:54

                    Il a acheté sa femme sur internet et il l’a regardé pendant 2 ans ?


                  • Galekal 15 décembre 2011 15:15

                    @ecophonie

                    A mon avis, pour le savoir, il faut sans doute se rendre sur casualdating dont parle l’auteur.
                    En plus, cela fait penser à « casualgaming » alors il n’y a pas à douter de l’intérêt de la chose. :—)


                    • ecophonie ecophonie 15 décembre 2011 15:49

                      le casualgaming a l’avantage de ne pas bouffer la tête du joueur au contraire du hardcore gaming qui rend le gars accroc, le casual dating doit avoir un côté léger plaisant dans ce sens.
                      Ce qui me gêne surtout dans le casual et je parle pour moi, c’est la contrainte de la capote qui impose un protocole où il ne doit exister que celle des personnes concernées et qui tue toute la symbolique du sexe pour l’homme qui consiste grossièrement à répondre à la question « où vais je faire feu ? » certainement pas dans ce bout de caoutchouc.
                      Et si sans capote, comment faire confiance à quelqu’un rencontré sur ce genre de site ?

                      Comme dit Chanteclerc sans SIDA, ce serait la fête du slip.


                    • flesh flesh 15 décembre 2011 17:44

                      « 90% des hommes, contre 60% des femmes se sont déjà masturbés »

                      LOL ! Il faudrait plûtot dire : 

                      90% des hommes, contre 60% des femmes AVOUENT s’être déjà masturbés !


                      • valldavi valldavi 15 décembre 2011 19:44

                        Les Français sont les plus gros consommateurs de sexe... ça commence bien !!! un article sur la consommation quoi !


                        • franchamont franchamont 15 décembre 2011 22:36

                          Article très laconique qui ne parle pas de la raison majeure du faible bilan actuel de la libération et de l’exploration sexuelles, qui pourtant avait pris un très grand essor dans les années 70, pour se casser la figure à la fin des années 80 : les risques liés au SIDA


                          • Le Bordelleur Le Bordelleur 16 décembre 2011 00:56

                            90 % de statistiques non sourcées dans cet article !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

NewsofMarseille

NewsofMarseille
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès