Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Les Français seraient-ils enfin face à leur réalité ?

Les Français seraient-ils enfin face à leur réalité ?

La voiture symbole de réussite sociale est-elle, comme le laissait entendre un sociologue sur France 2, le principal objet de la violence urbaine qui sévit actuellement dans nos banlieues ? Certainement pas...

Un sociologue distingué nous a expliqué hier sur France 2 pourquoi les violences urbaines prenaient principalement pour cibles les voitures. Objet de réussite sociale, donc d’insertion réussie, la voiture resterait pour ce spécialiste non seulement l’objet de toutes les convoitises, mais aussi la preuve pour celui qui la possède d’un certain aboutissement, comme un message au monde extérieur, attestant de sa réussite sociale. Voilà pourquoi des voitures brûlent dans nos banlieues, faisant de cet objet la perspective de vie des jeunes qui s’y attaquent. L’analyse, qui contient sans doute une part de vrai, est néanmoins courte, et penser que le seul but dans la vie pour des jeunes, voire des très jeunes, reste l’acquisition d’une voiture est à la limite insultant pour ceux-ci. Chacun comprend bien que le problème est ailleurs, et que peut-être enfin les Français sont face à une réalité qu’ils ont longtemps voulu ignorer.

Sans vouloir jouer les spécialistes délivrant la vérité révélée, deux problèmes fondamentaux non traités et non assumés par les Français me semblent ressurgir clairement. Ces deux problèmes ne sont pas d’ordre économique, certains voulant nous faire croire que le chômage et les conditions de vie dans les banlieues seraient l’unique question. Hélas, le problème est sûrement plus grave, et touche au culturel et au psychologique.

Les Français n’ont pas réglé leur question coloniale. Même si notre pays n’est plus depuis longtemps un empire, les têtes françaises ont gardé de manière plus ou moins consciente un comportement colonial, fait au pire d’un complexe de supériorité, au mieux d’une empathie teintée de condescendance. Dans nos relations extérieures, la grandeur de la France n’est elle pas encore jugée à l’aune de sa capacité d’intervention hors de ses frontières ? N’est-elle pas jugée par sa capacité à tenir tête, avec le succès que l’on voit aujourd’hui, à plus puissant qu’elle ? Disons que ces choses-là sont marginales.

Le plus préoccupant est à l’intérieur. La « fracture coloniale », pour imiter une expression galvaudée, est à l’intérieur du pays. Qui ne voit que les populations du Maghreb et d’Afrique Noire qui sont venues dans la seconde partie du 20e siècle, à notre instigation, qui ont si puissamment contribué à la richesse de notre pays par leur travail, qui se sont installées en France, qui y ont fait des enfants bien français, qui ne voit qu’au fond les Français les ont rejetées, imbus de leurs traditions, de leur culture ? L’obsession n’a-t-elle pas été de chercher à cacher le problème le plus longtemps possible, en créant des ghettos dans les villes, comme on met son mouchoir dans sa poche pour étouffer un problème ? Disons-le tout net, les échecs successifs des politiques dites d’insertion ne sont probablement pas dus, comme on le dit trop vite, à la mauvaise qualité des programmes lancés, ils sont dus au refus des Français de voir s’intégrer une population jugée trop différente. Il est clair que cela ne peut pas continuer.

La France est un pays à la population vieillissante. Le dire n’est pas insultant, c’est là aussi regarder la réalité en face avec ses conséquences. Attachés à leur culture, à leurs manières de vivre, à tout ce qui est « bien de chez nous », beaucoup de Français vivent dans la nostalgie, font l’autruche devant les problèmes. Idéalisant un passé qui n’a pas à l’être, renfermés sur eux-mêmes, leurs certitudes et leur petit confort liés aux acquis sociaux, ils ont oublié de voir ce qui se passait non seulement dans le monde, mais surtout chez eux, juste à côté.

Dire tout cela n’est pas facile. Mais si on veut enfin redonner une perspective à ce pays, à la hauteur de ce qu’il mérite, alors ne nous voilons pas la face. C’est d’ouverture, de générosité, d’efforts, et surtout de respect, dont nous avons besoin.


Moyenne des avis sur cet article :  (0 vote)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • colza (---.---.186.208) 7 novembre 2005 11:40

    Absolument d’accord.

    Le meilleur moyen de changer le monde, c’est de commencer par changer soi-même et, dans ce cas particulier, d’accepter de voir dans nos concitoyens, quels qu’en soit la couleur, la religion, etc... nos égaux en liberté, égalité et fraternité et de les respecter comme tels.

    Ca fait un peu prêche de dimanche matin, mais c’est ce que je pense.


    • Jean-Phi Jean-Phi 7 novembre 2005 15:04

      Tout à fait juste comme analyse. J’ajouterai qu’ouvrir son coeur présente l’énorme avantage de voir disparaître les crétins que nous nous imaginons tous les jours pour être moins pire qu’eux. Les murs de cette prison imaginaire s’évanouissent et on en devient libre.


      • Christian (---.---.22.65) 7 novembre 2005 15:16

        La voiture symbole de réussite sociale... quand on voit les bagnoles des cités, il y a de quoi sourire sur le symbole de la réussite sociale ! A part les grosses BW des dealers, les habitants font plutôt profil bas en matière de signes extérieurs de richesse. Ce sociologue ferait bien d’aller se rhabiller...


        • Sylvio (---.---.19.252) 8 novembre 2005 22:08

          Merci pour cet article tout a fait juste. Je suis jeune, et je reconnais beaucoup de personne dans cette description. Malgré tout :
          - beaucoup de jeunes sont racistes aussi
          - beaucoup de 68-ard le sont moins.
          - des 68-ard ont complètement retournés leur veste et sont devenus des neos-réacs. Bref ce qui me préoccupe c’est le nombre de français qui ont des préjugés sur les maghrébins. Si les jeunes des cités ont la haine, c’est justement la faute à ses gens là qui ne savent pas les comprendre ou les accepter. Maintenant c’est trop tard, la guerre est déclarée entre ces 2 communautés a commencé, l’image des maghrébins est encore plus déteriorée, la peur accentuée, les politiques ont intérêt à se bouger et à assumer leur responsabilitée quite à avoir une coalition gauche-droite.

          Si Le Pen revient au 1er tour de 2007 (quelle honte dans un pays démocratique), même si il ne passera pas, je pense que ça va bien échauffer la situation. J’appelle tout le monde au calme et au sang froid, on en ai pas encore là même si de serieux dégâts non-excusable ont été commis.


          • Senatus populusque (Courouve) Courouve 8 novembre 2005 23:04

            La difficulté est de concilier la condamnation de la colonisation, la justification de la décolonisation, et l’immigration massive, parfois illégale, de la part de décolonisés précisément vers le pays des ex-colonisateurs.

            À noter que les Asiatiques originaires du Viet-Nam présents en France ne posent pas du tout les mêmes problèmes. Pourquoi ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès