Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Les gays sont tristes

Les gays sont tristes

La destruction des repères familiaux, parentaux, moraux depuis trente ans a un effet direct sur l'agressivité des adolescents, notamment les garçons qui n'ont pas reçu la salutaire paire de gifles paternelle. Or, on voudrait aller plus loin dans la destruction de ces repères, avec le mariage homosexuel. Il faut donc s'attendre en retour a plus de violences chez les jeunes.

Une rame de métro ordinaire, à Paris, un samedi soir. Une bande d'adolescents monte à bord. L'un d'entre eux, un garçon taillé comme une armoire à glace, sort un briquet et tente d'incendier le système d'éclairage de la rame. Je m'interpose : "arrêtez, vous allez tous nous faire brûler !"

Immédiatement, un flot d'insultes. Ininterrompu. Ta mère fait ceci, cela, sur le périphérique... moi même je suis "un gros pédé", parce que je laisse insulter ma mère devant tout le métro. Des rafales d'insultes, allant toujours plus loin dans l'abjection. Puis le garçon tente à nouveau de brûler la rame. Je m'interpose à nouveau, aidé par certains ados de la bande. A nouveau, des nuées d'insultes. J'essaie de ne pas perdre mon calme. J'ai cinquante ans et de santé fragile, il pourrait facilement me casser la figure. J'en appelle à la raison. Je lui parle de sécurité. Peine perdue. Parmi les agressions verbales, un leit-motiv : "tu n'es pas mon père pour m'interdire de brûler le métro..." Une jeune fille vole à ma rescousse : "Nasser, arrête, le Monsieur a raison". A la fin de l'altercation, elle vient gentiment me présenter ses excuses.

"Tu n'es pas mon père, pour m'interdire de brûler le métro" ! Ce cri du coeur nous ramène au coeur du problème. Sur le plan purement physique, un garçon de 15 ou 16 ans n'a aucune raison de respecter un adulte, que ce soit un monsieur dans le métro ou un enseignant. Seul, le repère mental de l'autorité parentale, en particulier l'image du père pour le garçon, peut lui inculquer le respect de la société des adultes. Les deux ou trois paires de gifles qu'un garçon doit recevoir dans sa vie, sauf s'il est un petit saint, sont l'assurance d'une vie stable, disciplinée, exempte de violences pour la suite, sauf accident.

Bien entendu, cette dégradation des valeurs morales est aggravée par des facteurs qui touchent toute la société française. Lorsqu'elles sont issues de l'immigration, les familles viennent de sociétés ultra-patricarcales, autoritaires, obéissant à des codes moraux stricts. Les adolescents sont plongés, en l'espace d'une génération, dans une société ultra-permissive, où le père a perdu brutalement toute son autorité, tout son aura. Le choc est rude, car tout le système de valeurs explose. 

Est-ce que l'on tire les leçons de cette situation ? Est-ce que l'on tente de restaurer l'autorité parentale et les repères dont les adolescents ont tant besoin ?

Tous les jours, nous lisons dans les journaux des histoires d'adolescents ultra-violents, comme cette agression d'un professeur à Bordeaux, ou, beaucoup plus grave, ce viol collectif qui a duré des mois dans une cité. Et tous les jours, on nous annonce que le mariage entre personnes du même sexe se précise et que des enfants, demain, auront deux pères ou deux mères. Les mêmes causes ont les mêmes effets et les mêmes causes aggravées auront des effets aggravés. Mais personne, dans les médias, ni chez les politiques ne songe à faire le lien.

Les repères vont se brouiller encore davantage. Non seulement chez les enfants qui grandiront dans les couples homosexuels, mais chez leurs camarades d'école. C'est toute la société qui veut oublier d'où elle vient : de la relation hétérosexuelle et d'elle seule. Certes, l'homosexualité est une réalité, appartient à la nature de certaines personnes (est voulue par Dieu, diront les chrétiens), mais celles-ci ne peuvent revendiquer d'entrer dans une institution dont elles remettent en cause le principe fondateur. Il n'y a d'ailleurs jamais eu d'égalité stricte devant le mariage : un mineur ne peut pas se marier, un frère ne peut pas épouser sa soeur...

L'égalité stricte des adultes sur ce point entraîne une injustice chez les enfants qui n'auront pas droit à un père et une mère, alors qu'ils sont constitués de la rencontre d'un spermatozoïde et d'une ovule, d'un principe masculin et d'un principe féminin. On dispose ainsi de la vie de ces enfants en s'écartant de la voie qui nous est tracée par la manière dont ils sont nés. Le mariage homosexuel revient à voler des enfants à l'hétérosexualité pour les abandonner à l'homosexualité.

"Il est dans le grand ordre qu'il y ait quelque petit désordre", dit Leibniz, reprenant Saint Bernard. Le grand ordre de l'hétérosexualité contient le petit désordre de l'homosexualité. Il est aberrant de mettre sur le même plan le grand ordre et le petit désordre. Il faudrait au contraire, sans le nier, admettre que le petit désordre existe, mais le laisser (ou le remettre) à sa place, qui doit être marginale. Hors du mariage.


Moyenne des avis sur cet article :  3.27/5   (74 votes)




Réagissez à l'article

64 réactions à cet article    


  • Rounga Roungalashinga 24 septembre 2012 10:32

    Vraiment, si les ados qui auront deux pères (donc double autorité patriarcale) ne filent pas droit, je ne sais pas ce qu’il faudra inventer de plus !


    • Lullaby temet 24 septembre 2012 12:09

      non puisqu’ils seront occupés à s’emboîter comme des legos.


    • La mouche du coche La mouche du coche 24 septembre 2012 13:36

       smiley Je disais dans mon commentaire que vous venez de censurer que cet article est de la propagande. la réalité est plutôt que tous les jeunes garçons se comportent maintenant comme des homos et que cet article est un article de plus agressant les hommes en les présentant comme des délinquants en puissance.


    • Pierre de La Coste Pierre de La Coste 24 septembre 2012 14:21

      @la mouche du coche. Je n’ai rien censuré du tout. Vous êtes parano.


    • Pierre de La Coste Pierre de La Coste 24 septembre 2012 14:23

      @musima. Merci et bravo pour ces références qui sont autant de munitions dans ce combat qui s’annonce.


    • Traroth Traroth 24 septembre 2012 14:32

      @temet :


      « non puisqu’ils seront occupés à s’emboîter comme des legos. » :

      Aaaah, le vieux mythe de la transmissibilité de l’homosexualité... Si on suit votre logique, les hétérosexuels n’ont que des enfants hétérosexuels, si je comprends bien ?

    • Rounga Roungalashinga 24 septembre 2012 15:06

      Musima,

      C’était une boutade.


    • La mouche du coche La mouche du coche 24 septembre 2012 15:54

      @ l’auteur. Ce doit être alors la direction d’Agoravox qui l’a fait.


    • appoline appoline 24 septembre 2012 18:49

      Les mômes depuis quelques décennies manquent de repères. Pourquoi ? Un peu de tout, ma foi ; les pères qui mettent les voiles, les mères qui n’ont plus le temps, l’individualisme, le curé qui n’en est plus un, les profs des écoles avec des allures de fiotte, près à utiliser leur droit de retrait, le frangin ou la frangine qui fait chier. Enfin bref, les barrières sont tombées et notre jeune, qui déjà était mal dans sa peau, devient vite revanchard face à cette p......de vie qu’il n’a pas voulue et qui lui pèse.

      Alors si vous lui mettez deux pères qui s’enfilent ou deux mères avec les cheveux courts et des airs de déménageurs, vous imaginez le malaise. Alors que la minorité reste une minorité et arrête de brailler à la discrimination, elle fera preuve d’intelligence.

    • la_gata la_gata 25 septembre 2012 09:31

      @Calmos ...

      c’est bien beau de critiquer .. et que faites vous concrètement dans votre vie pour remédier le problème ???

      je travaille tous les jours auprès d’une vingtaine des jeunes en manque de repéres pour les apprendre a vivre en société . et je vous assure ici dans l’Alsace profonde c’est a 90% des Jean Pierres ... tous sont issus des foyers homosexuels ??? bah .. non ...par contre je trouve pas mal qui viennent de ... comme dire ça .. familles « tuyau de poêle »


    • nemotyrannus nemotyrannus 24 septembre 2012 10:43

      Ben , la paire de gifle salutaire pourrait très bien venir de la part d’une mère , non ?




      • Traroth Traroth 24 septembre 2012 14:34

        C’est d’ailleurs souvent le cas, vues le nombre de mères qui élèvent seules leurs enfants.


      • périscope 24 septembre 2012 18:45

        Après le nouveau « mariage », des MERES, il n’y en aura plus, et plus non plus de « PERES »
         C’est déjà prévu pour les fiches d’inscription des enfants, on aura « PARENT 1 » et « PARENT 2 » et qui sait, plus, encore.
        Mais qui sera le « PARENT 1 » ?
         Les deux ex-sexes (voir « Gender ») pourraient se déchirer à ce sujet, les femmes revendiquant de prendre, enfin, la tête. A moins que chaque couple ne choisisse l’ordre.
         Une belle pagaille, déclenchée par des apprentis-sorciers, n’ayant RIEN de plus important à faire.


      • appoline appoline 24 septembre 2012 18:51

        Parent 3 ou parent 4 car entre le père biologique (qui peut avoir des droits puisqu’on y est), la mère 1 et la mère 2, l’ex de la mère 2, ça fait du monde tout ça, puisque les uns veulent des droits, pourquoi pas tout le monde, tant qu’on y est


      • oncle archibald 24 septembre 2012 10:46

        Si vous voulez que vos enfants n’aient aucun risque de se retrouver au chômage faites les entrer dans la filière « Psy » en tout genre ... Ils ont déjà du boulot mais ils vont carrément faire florès les psychiatres, psychologues, psychanalystes et autres « coaches » en tout genre dans une société privée de tout repère permettant de savoir à peu près d’ou l’on vient et ou l’on va ....


        • appoline appoline 24 septembre 2012 18:55

          Oui quand on voit le nombre de gamins suivis par un psychologue, orhophonistes, psychiatre, cmpp, c’est impressionnant et apparemment personne ne se pose la question : pourquoi ? Pourquoi les gamins sont aussi mal dans leur peau, ne trouvent pas leur place. J’admets que certains parents ont un QI de bulot et chopine un tantinet, mais pas que....


        • Romain Desbois 24 septembre 2012 11:15

          L’auteur vous dénoncez à juste titre le manque de respect du bien commun, de l’autre. En pensant que c’est un manque d’autorité parentale, vous mettez le doigt sur une partie du problème.

          En occurrence , vous avez agit comme plus personne n’ose le faire. C’est je pense là la vraie réponse. Notre propre abandon de citoyen à faire respecter le bien commun.
          Se décharger sur les parents ne nous absout pas de nos propres lâcheté.
          Il m’est arrivé de me faire insulter par des v.semble qu’il faut intervenir. Si chaque fois qu’une personne se fait remettre en place systématiquement par « des passants », ils cesseront d’agir ainsi.

          Mais votre article est-il plus une excuse pour taper sur le mariage et l’adoption homo ?

          Parceque là je ne vous suivrais pas. L’autorité parentale n’ a rien avoir avec la sexualité des parents.


          • Pierre de La Coste Pierre de La Coste 24 septembre 2012 13:06

            Non, ce n’est pas une simple excuse, c’est une conviction profonde. Je suis contre le mariage et l’adoption homo, parcequ’ils vont aggraver encore ce qui existe déjà, la perte de repères pour les enfants.


          • Traroth Traroth 24 septembre 2012 14:36

            Et donc, votre démonstration repose entièrement sur cette anecdote dans le métro ? C’est léger...


          • Pierre de La Coste Pierre de La Coste 24 septembre 2012 14:52

            @traroth Non, cela s’appelle simplement une illustration, qui complète d’autres expériences, celles de milliers de gens confrontés à ce genre de situation, des enseignants par exemple. Tout cela se reflète un peu dans les médias, bien qu’ils édulcorent la situation. Vous seriez bien le seul a ne pas avoir vécu ce genre d’expérience...


          • Traroth Traroth 24 septembre 2012 15:02

            Dans ce cas, votre article relève de l’affirmation gratuite. Rien ne vous permet de justifier que l’adoption par les couples homosexuels se révèle plus nocive que, par exemple, le divorce.


          • ottomatic 24 septembre 2012 17:29

            @ Traroth 

            Est ce une raison pour laisser la situation empirer ?
            Je ne crois pas...

          • tf1Goupie 24 septembre 2012 17:45

            L’auteur dit en commentaire « c’est une conviction profonde ».

            Il aurait fallu dire cela dès le début de l’article plutôt que d’asséner des affirmations comme des vérités.
            Il n’y a aucune preuve évidente du postulat que vous émettez, à savoir le lien de cause à effet entre la transformation du rôle du père et la violence des enfants.

            Il y a certainement des « brouillage des repères », mais il est excessif de conclure aussi simplement et notamment sur l’impact du mariage homosexuel.

            Je suis d’accord avec la phrase de Romain : « Se décharger sur les parents ne nous absout pas de nos propres lâcheté ». Avant (il y a deux générations) c’est la société tout entière qui encadrait les jeunes et palliait aux éventuels manques d’éducation.

            Aujourd’hui le citoyen qui croise des gamins irrespectueux taillera vite la route et se plaindra : « mais que fait la police ».

            Il y a bien sûr des exceptions comme le geste de l’auteur qui a pris ses responsabilités, malgré les risques ; c’est un geste digne de félicitations et de respect.


          • Pierre de La Coste Pierre de La Coste 24 septembre 2012 17:53

            @TF1groupie Merci. Je n’assène pas des vérités, j’essaie de convaincre. Il n’y a pas encore de lien entre mariage homosexuel et violence des ados, mais il y a un lien entre perte de repères et agressivité des adolescents. Si vous agravez la perte de repère, il me semble clair que vous augmenterez l’agressivité. Qu’il y ait d’autres causes, c’est évident, mais celle-là est essentielle.


          • Traroth Traroth 24 septembre 2012 18:36

            Vous essayez de convaincre simplement avec une anecdote ? C’est plus de la manipulation que de la démonstration !


          • Romain Desbois 24 septembre 2012 23:37

            La perte de repère due à un manque d’altérité est bien ancrée dans les esprits par des siècles de scientisme psychiatrique.
            Les mêmes qui lobotomisaient à tout va, dès qu’une personne faisait une crise d’hystérie ou qui était en dépression.

            Ceux là même qui nous expliquent que nous sommes tous passés par le stade de l’inceste platonique, le fameux complexe d’œdipe, fumisterie sortie d’un cerveau plus que dérangé.

            Ha on ne dénoncera jamais les dégâts qu’à fait Freud.

            PS : L’altérité se trouve aussi hors la famille nucléaire, les homos comme les hétéros ne vivent pas en vase clos et ont aussi une famille, des amis, des voisins, etc....


          • voxagora voxagora 24 septembre 2012 11:16

            « Toute la société veut oublier qu’elle vient de la relation hérérosexuelle et elle seule ».

            Il est important, pour les couples homosexuels qui accueillent un enfant, qu’il soit dit que cet enfant
            est né de la rencontre (plus ou moins directe) d’un homme et d’une femme.
            Un de mes neveux, qui venant d’avoir un petit frêre, m’a dit un jour, complètement désorienté,
            que « maintenant les femmes peuvent acheter des enfants dans une banque »..
            Le terme « acheter » est malheureusement quelquefois vrai, et le terme « banque » est bien assorti.
            Mais il faut toujours toujours toujours un Monsieur pour mettre la petite graine dans le petit bocal ...
            et il faut toujours toujours toujours une dame pour faire grandir la graine transvasée du petit bocal.




            • Romain Desbois 24 septembre 2012 12:17

              Je suis d’accord avec vous.

              Mais combien de parents hétéros cachent à leurs enfants qui est leur vrai père ou leur vraie mère ?

              Jusque là ça ne dérangeait pas grand monde, semble -t-il.


            • JL JL 24 septembre 2012 15:11

              Desbois,

              vous en connaissez beaucoup, vous, des pères qui cachent à leurs enfants qui est leur vraie mères ?

              Pfff ! à trop vouloir nier la différence des sexes, jusqu’à quelles abberrations serez-vous capable d’aller ?


            • epicure 24 septembre 2012 17:49

              @Par JL (xxx.xxx.xxx.29) 24 septembre 15:11 


              ça doit bien exister, rare, mais exister quand même, Mais il faut des histoires, des personnalités particulières pour que cela arrive

              par exemple :

              le père enlève l’enfant loin de la mère, et fait tout pour que l’enfant ne sache rien de sa mère.

              la mère a tellement de problèmes, n’est pas fréquentable, que la garde de l’enfant lui est supprimée après la naissance, le père élève l’enfant loin de sa mère, en préférant cacher qui est sa mère, en pensant le protéger.

              Et peut être le plus « classique » : relation incestueuse d’un père avec sa fille adolescente qui enfante, la famille s’arrange pour faire croire que c’est l’épouse la mère de l’enfant, et cache l’identité de la vrai mère, la supposée sœur de l’enfant est en fait la vrai mère.

              Bon ce sont dans tous les cas des situations anormales, et exceptionnelles.


            • JL JL 24 septembre 2012 18:12

              epicure,

              je suis bien d’accord, c’est exceptionnel. Mais je vous ferais observer que c’est un ’argument’ employé pour promouvoir le mariage gay ; c’est ce que je voulais souligner.


            • Romain Desbois 24 septembre 2012 23:45

              Epicure

              Quand j’ai écris ça , je savais bien qu’un troll se jetterait dessus.

              Et pourtant il existe plus qu’on ne pense des enfants dont on cache le vrai père (c’est plus courant) ou la vraie mère.

              Et particulièrement des cas de très jeunes femmes dont les mères élèvent l’enfant et font passer leur mère pour leur sœur.


            • JL JL 25 septembre 2012 09:16

              Desbois,

              vous êtes pitoyable à me traiter de troll parce que je vous défrise.

              Et vous êtes malhonnête, et je le prouve, moi :

              - vous avez écrit : « combien de parents hétéros cachent à leurs enfants qui est leur vrai père ou leur vraie mère ? »

              - J’ai demandé : « vous en connaissez beaucoup, vous, des pères, qui cachent à leurs enfants qui est leur vraie mère ? »

              - Et vous répondez en modifiant les termes : « des jeunes femmes dont les mères élèvent l’enfant et font passer leur mère pour leur sœur. » Où est le père, là-dedans ?

              Desbois, vous mélangez tout, et en plus, vous avez le culot de me traiter de troll, quand c’est pas d’ahuri !? Et vous avez l’audace incroyable de me dire : « non je ne suis pas votre ennemi » !!!?

              Les cons ça ose tout ! Tous les cons sont mes ennemis.


            • Romain Desbois 25 septembre 2012 16:41

              Epicure

              Vous avez remarqué, quand je vous écris, c’est un troll qui répond.


            • slave1802 slave1802 24 septembre 2012 11:18

              Lier la violence des jeunes de banlieue avec le mariage homosexuel, fallait oser !

              Mais un Delacoste, ça ose tout, c’est à ça qu’on les reconnait... smiley


              • Germain de Colandon 24 septembre 2012 11:46

                Et celle-là n’est pas mal non plus : « Nasser, arrête, le Monsieur a raison ». L’Arabe de service a fait son office...

                Quant à ceux qui sont contre le mariage gay (personnellement, je m’en tape comme de l’An 40), qu’ils commencent déjà par balayer chez tous les couples hétérosexuels : adultère, inceste, pédophilie, captation d’héritage etc.
                 
                Idem ches les calotins - se lançant eux aussi dans cette « croisade » à la mode - agrémentés de leurs curés (pas tous) « amateurs de petits enfants » !


              • fcpgismo fcpgismo 24 septembre 2012 11:54

                Pauvre Pierre de la coste Vous me fais pitié une telle montagne de conneries, d’ imbécilités. Vos repères d’ aristocrate bourgeois aux ordre de la mafia des riches puent l’ insalubrité publique.La question des repères est une grande question de l’ existence à ne surtout pas confié aux trolls de Fhaine. Si on compare sérieusement deux époques la nôtre et le 12° siècle on s’ aperçoit que la nôtre est infiniment moins violente.La médiatisation est une lunette déformante.


                • Rounga Roungalashinga 24 septembre 2012 13:24

                  Si on compare sérieusement deux époques la nôtre et le 12° siècle on s’ aperçoit que la nôtre est infiniment moins violente

                  Prouvez-le.


                • epicure 24 septembre 2012 18:02

                  moins de crimes.
                  Les coupe gorges au moyen âge, ce n’était pas qu’une expression imagée.
                  La vie des individus dans ces sociétés ne valaient pas grand chose, entre les guerres, les maladies, les crimes, et sûrement les violences domestiques, la mort était une compagne fréquente dans la vie des gens.

                  Les conditions sociales et la culture a évolué, l’individu moyen attache plus d’importance à la vie des autres, tuer doit être un acte exceptionnel. Les gens capables de tuer de sang froid sont moins nombreux maintenant.


                • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 24 septembre 2012 21:11

                  Et moins de paranos stressés cons comme des balais...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès