Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Les Indignés : où sont-ils ? Que font-ils ?

Les Indignés : où sont-ils ? Que font-ils ?

En France on ne voit plus trop les indignés, et bien que je me sente complètement solidaire de ce mouvement, actuellement je n’en attends plus rien car l’accumulation d’actions ponctuelles au petit bonheur ne fait pas une révolution. Ils sont l’immense mérite d’exister, mais cela ne suffit pas et certain se demande même si : « Le mouvement ne doit pas se transformer en force politique comparable aux partis politiques de la gauche de la gauche tout en sachant que le piège électoral risque de condamner le mouvement « 

Donc « le piège électoral » condamnerait le mouvement ? Disons tout de suite que cette analyse amalgamant toutes les formations dite de gauche sur la question de la participation électorale est fausse dès le départ. En effet, si certains admettent la possibilité d’une « Révolution par les Urnes » permettant de transformer la société au profit des classes exploitées, pour d’autre cela est juste une étape. Les élections sont seulement une tribune permettant de toucher des millions de gens en une période où ils sont plus réceptifs aux questions politiques. Il serait stupide de s’en priver, surtout lorsque l’on a pu rassembler les 500 signatures. Ce dispositif totalement antidémocratique qui permet aux grands partis de choisir ceux qui ont le droit de s’exprimer devant le peuple : c’est un système consanguin, par lequel les élus déjà élus décident entre eux qui sera « nominé ».

Mais jamais, tant que la Bourgeoisie dispose de l’argent et de tous les moyens de propagande, de l’armée et de la police, les urnes n’amèneront un changement radical de société pour et en faveur des opprimés. Seule l’irruption en masse des gens du peuple sur la scène politique permettra la transformation révolutionnaire de la société …

L’irruption en masse du peuple sur la scène politique c’est la Révolution ! J’ai déjà dit que cette phase peut-être relativement pacifique : manifestations, grève générale avec occupations, etc … Cependant jamais les capitalistes ne se laisseront vaincre sans réagir et c’est pourquoi les organisations révolutionnaires auront à organiser la riposte à la répression bourgeoise. Souvenons-nous que le drapeau tricolore de l’Etat bourgeois est toujours taché du sang des « communards ».

Ceci n’a rien à voir avec la supposée « reconnaissance de la légitimité de l’État actuel ». D’ailleurs pour les marxistes comme pour les autres révolutionnaires, au plan théorique, l’État est l’outil de domination d’une classe sur toutes les autres. Et actuellement la classe dominante c’est bien celle de la Bourgeoisie capitaliste. Tant que l’on accepte cet état de fait il devient très compliqué de se battre contre les politiques menées par les gestionnaires de l’Etat bourgeois. Il faut construire une autre forme de légitimité démocratique, celle du bas vers le haut, celle du contrôle populaire permanent, celle qui fait les vraies unités et qui construit des outils de résistance.

La Démocratie directe, est très à la mode en ce moment et, certains nous bassinent quotidiennement avec elle tout en l’édulcorant à leur façon, c’est-à-dire en la restreignant au champ politique, et en « oubliant » le champ économique, pour promouvoir leurs ambitions politiques. La Démocratie directe est la perle des Révolutions à venir. Dès qu’elle meurt la Révolution aussi. La phase transitoire d’une soi-disant « inégalité inévitable » sous le socialisme ne sera dépassée que si les révolutionnaires se débarrassent de cette théorie fausse en instaurant d’emblée l’égalité sociale entre tous dès la prise du pouvoir …

Pour le moment j’espère que les Indignés vont réussir leur pari en toute indépendance … Car, je vois mal certains Indignés adhérer à un parti qui est une organisation militante et non de simples adhérents. Je crois qu’il est bon que chacun fasse ses propres expériences. C’est cela qui me parait important… et que l’on puisse lutter tous ensemble et unitairement contre cette immonde société capitaliste…..

Yan HAMAR d’aprés des commentaires de jaja et d’autres

http://2ccr.unblog.fr/2012/05/29/les-indignes-ou-sontils-que-fontils/


Moyenne des avis sur cet article :  3.93/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • révolQé révolté 30 mai 2012 09:50

    "L’irruption en masse du peuple sur la scène politique c’est la Révolution ! J’ai déjà dit que cette phase peut-être relativement pacifique : manifestations, grève générale avec occupations, etc … Cependant jamais les capitalistes ne se laisseront vaincre sans réagir et c’est pourquoi les organisations révolutionnaires auront à organiser la riposte à la répression bourgeoise. Souvenons-nous que le drapeau tricolore de l’Etat bourgeois est toujours taché du sang des « communards ».« 

    Tout est dit,maintenant faut-il trouver autre chose que des »peace and love" pour mettre ce mouvement sur pieds.
    Les fleurs ne servent à rien,seules les armes et les corrones sortiront le peuple de cette situation de merde... !!! :->


    • Alpo47 Alpo47 30 mai 2012 10:13

      J’ai exprimé ici et maintes fois que les « indignés » étaient condamnés et sans avenir DANS LEUR MODE D’EXPRESSION ACTUEL. Or, et paradoxalement, une importante partie de la population partage leurs analyses mais ne les rejoint pas. Et toujours pour les mêmes raisons : on ne peut pas soulever un grand nombre juste en s’indignant de la situation actuelle.

      Pour mobiliser, il faut construire un projet, des idées fortes (référendums populaires, droit de révocation des élus, nationalisations, rétablissement d’un impôt vraiment proportionnel, justice sociale, retour au droit de création monétaire,arrêt du principe privatisation des profits et mutualisation des pertes ... etc..) et COMMENCER A IMAGINER LA SOCIETE FUTURE, plus juste et solidaire.

      Faute de redéfinition des actes et projets, le mouvement indigné disparaîtra complètement. A moins qu’il ne soit une soupape de sécurité pour l’ordre en place, évidemment.


      • robin 30 mai 2012 11:36

        Ce genre de choses marchera que quand les moutons réaliseront enfin qu’ils sont dans la merde jusqu’au cou, c’est à dire quand on sera comme les Grecs, c’est bien pour ça que le système entretient un état d’hypnose collective à base d’activités récréatives de toutes sortes et en plaçant les loisirs au dessus de tout (sauf de l’argent évidemment....Dieu suprême du système...lol).

        Notre monde est verrouillé de bas en haut à un tel niveau (presque dans la trame même du réel comme dans MATRIX) dans tout les domaines que la seule perspective est maintenant une bataille finale entre MATERIEL et SPIRITUEL. Il faudra choisir l’un ou l’autre, il n’y aura pas d’alternative possible.


      • democratiereelle38 democratiereelle38 30 mai 2012 10:30

        Je pense que cette initiative peut être un premier coup de pied dans la fourmilière.





        • robin 30 mai 2012 11:30

          Le politique régissant toute la vie publique, les indignés ne peuvent pas ne pas faire de politique si ils veulent influer matériellement sur la vie publique.

          Reste l’action sur les consciences, mais pour faire une action sur les consciences il faut disposer d’une organisation visible, or une organisation visible ayant comme cible les consciences en dehors du champ politique ça s’appelle une religion. La seule respectable contre qui personne ne pourrait rien sans violence (donc en mettant bas les masques) est celle qui s’appuie REELLEMENT sur l’enseignement du CHRIST


          • miha 30 mai 2012 12:10

            Les indignés sont un peu partout encore présents en France.

            Ils ne sont pas médiatisés. Ce qui n’empêche pas qu’une trentaine d’entre eux ont été encore récemment arrêtés par la police.

            Ceux qui sont médiatisés sont, en ce moment, les Québecois.

            Dernièrement, 30 000 indignés ont manifesté à Francfort... en avez-vous entendu parlé ?

            http://clampins.superno.com/2012/05/francfort-les-policiers-defilent-avec-les-manifestants/

            Ils ne font pas que manifester, ils débattent, ils réfléchissent à des propositions, à une nouvelle société, à la mise en place de la réelle démocratie.

            Et non, ils n’ont aucune envie de créer un énième parti politique (il y en a déjà plus de 300 en France), ils ne veulent pas suivre les règles du système qu’ils entendent combattre.

             


            • Patrick Samba Patrick Samba 30 mai 2012 15:53

              Bonjour,

              « Les Indignés : où sont-ils ? Que font-ils ? » : on dirait une supplique « Les Indignés on a besoin de vous ! » écrite par un membre du NPA ( je le suppose puisque Yan Hamar est publié par Roberto Gil et fait référence aux commentaires de jaja)

              C’est un peu comique. Et assez incompréhensible. Les membres du NPA seraient-ils un peu désorientés ? Il est vrai que ce ne serait pas étonnant. La campagne présidentielle et l’attitude des dirigeants du NPA au cours de celle-ci ont certainement provoqués quelques perturbations au sein de ce parti dit révolutionnaire gravement fossilisé (au point qu’il accepte sans scrupules — cela relève de la technique révolutionnaire ! - les parrainages de l’UMP ; qui le fait bien sûr par pur souci démocratique et non pas pour faire obstacle à un rassemblement des forces progressistes anti-capitalistes).

              Ainsi désormais ils s’inquiètent de l’avenir du mouvement des Indignés ? Mais c’est bien avant qu’il fallait avoir cette préoccupation ! Et conseiller à Besancenot d’aller encourager les Indignés de la Défense quand pleuvaient sur eux les coups de matraque, avant d’aller soutenir ceux de Wall Street ! (Pour la « petite » histoire il faut savoir que ce sont les Indignés de Bayonne qui ont déclenché Occupy Wall Street ! Eh oui, que ne peut-on pas réaliser grâce à internet et les envois de mails en 2012...)

              Allez bon courage au NPA. Et s’il s’agit d’une tentative de récupération je pense que vous allez pouvoir repasser ! C’est trop tard !
              Aujourd’hui en France un parti représente un peu plus l’espoir : le Front de Gauche. Un conseil... « révolutionnaire » : adhérez-y sans conditions (vous n’êtes plus tellement en état d’en poser) et refilez-lui votre trésorerie, vous serez ainsi enfin un peu plus crédibles.


              • Patrick Samba Patrick Samba 30 mai 2012 16:08

                Robert Gil, pas Roberto Gil.


              • Patrick Samba Patrick Samba 30 mai 2012 17:56

                Ah, et à Hénin-Beaumont il n’y a pas une fasciste à battre ? Parce que ça pourrait tout à fait être dans les créneaux du NPA historique ce genre de combat, non ? Mais certes ça nécessiterait de décider le retrait du candidat NPA...
                Ouais... et c’est ça c’est pas possible, ça serait pas révolutionnaire voyez-vous...


              • C'est Nabum C’est Nabum 16 juin 2012 19:09

                Que c’est beau une foule …

                Place au peuple !


                Chaque rassemblement du front de gauche donne lieu aux mêmes scènes, aux mêmes mouvements enthousiastes. Il y a longtemps que le peuple n’avait été à pareille fête. Une foule debout, heureuse et fière. Des inconnus se souriant, se parlant, se serrant la main ou s’embrassant dans une fraternité qui a retrouvé droit de cité. Que c’est beau une foule aimable ! Que c’est prometteur un vent de liberté !


                Une marée humaine qui applaudit, non pas parce qu’on l’y invite, mais parce qu’elle en éprouve le besoin impérieux, parce que ce qui lui est dit, vient du fond de ses convictions, de ses indignations ou de ses rêves. Chaque fois que son candidat évoque des jours meilleurs, un pouvoir qui reprend ses droits, une légitimité qui lui revient, la foule frappe des mains dans un même élan du cœur. Que c’est beau une foule qui s’enthousiasme ! Que c’est troublant une rue qui se soulève !


                Son orateur se lance dans une tirade, les mots arrivent en vagues, les adjectifs roulent sous la voix enrouée, les arguments s’enchaînent, gonflent, grondent. La masse pourtant se tait, écoute, attentive, ne voulant rien perdre de la démonstration, s’étonnant elle-même de tant de sagesse, de tant d’attention. Que c’est beau une foule qui comprend ! Que c’est grandiose un peuple en marche !


                Après le silence, ce murmure suspendu, cette multitude qui retient son souffle, chacun laisse aller le flot de ses émotions. Un tonnerre d’applaudissements, des cris qui déchirent les oreilles, des slogans qui retentissent en chœur. Tous à l’unisson de proclamer leur confiance en celui qui s’avance en leur nom. Que c’est beau une foule qui adhère ! Que c’est magnifique une force qui enfle !


                Sur son estrade, Jean-Luc Mélenchon s’amuse, il se gausse de ceux qui l’attaquent. La foule rit, se plait à suivre ses saillies. L’humour restera l’arme de ceux qui n’ont plus rien à perdre. Il n’y a pas de méchanceté chez ces gens à qui l’on a tant pris, tant menti, qui ont été tant trahis. Alors le rire libère, il répare les outrages, il efface les vilénies. Que c’est beau une foule qui rit. Que c’est puissant une idée qui inspire.


                Mélenchon convoque l’histoire. La Révolution revient à la charge. Le peuple reprend sa Bastille, une nouvelle nuit du 4 août efface les privilèges, Robespierre est à côté du candidat. Le peuple des sans-culottes et des bonnets phrygiens refait surface. La devise de la République résonne des sept mille poitrines : « Liberté- Égalité – Fraternité. Que c’est beau un peuple qui a une mémoire. Que c’est grand une histoire qui se réveille !



                Il faut hélas évoquer les ennemis de l’intérieur. Ces faces lugubres qui veulent toujours plus, qui privent sans cesse les humbles, les travailleurs de leurs droits, de leur dignité. Dame Parisot est dans les bras du candidat. Il lui fait danser une gigue endiablée. Elle voltige de répliques en répliques. Que c’est beau une foule qui prend le pouvoir. Que c’est envoûtant cette folle farandole.


                Le président au bout de son mandat est l’invité d’horreur, la face sombre de nos années de honte et de souffrance. Tous ses mensonges, ses trahisons, ses forfaitures sont dévoilés, le peuple gronde, il hue le malfaisant, celui qui a vendu la Nation aux intérêts des puissants, trahi la parole de la France, nié le suffrage universel d’un Référendum oublié. Que c’est beau une foule qui se dresse. Que c’est nécessaire la justice populaire qui réclame des comptes.


                La sixième République est en marche. Le peuple retrouve la parole, il sera écouté, consulté. Il décidera de son destin. La représentation confiscatoire, c’est fini. Chacun aura sa part de responsabilité, son droit à la décision. Les temps vont changer, les petits barons et les grands prévaricateurs seront réduits au silence. Que c’est beau une foule qui prend son destin en main. Que c’est troublant une démocratie qui renait de ses cendres.


                Un homme parle au nom de tous. Il n’est rien de plus que tous ceux qui sont là. Il se dit être des nôtres, il est nôtre, il est en nous. Ce n’est pas une admiration béate, une croyance magique en un homme providentiel. C’est un pacte signé, un contrat d’allégeance, une union de tous pour celui qui ne fait que parler en leur nom. Que c’est beau une foule qui croit en l’espoir d’un changement véritable. Que c’est enthousiaste un peuple qui donne sa confiance.


                Le meeting se termine, la foule se déchaine, les chants montent du tréfonds de leurs mémoires. La foule avait oublié qu’elle savait chanter à l’unisson. Qu’importe que ce soit l’Internationale et ensuite la Marseillaise. Ce qui compte c’est d’être là et de reprendre ensemble des chants, de renouer avec ce plaisir de l’harmonie collective. Que c’est beau une foule qui croit en des lendemains qui chantent. Que c’est grand un meeting du Front de Gauche. Que c’est émouvant, une insurrection populaire.



                Foulement leur.


              • gordon71 gordon71 30 mai 2012 20:18

                il faudrait leur suggérer de reprendre ce pseudo parti de vieux notaires nantis nostalgiques de mai 68, le FDG

                 çà pourrait donner 

                « front de gauche des indignés potentiels et de la révolution virtuelle »

                • beo111 beo111 30 mai 2012 22:15

                  Salut,

                  je prépare une émission Opinews dont le thème sera « Penser le mouvement des indignés ». Si vous avez quelque chose à dire sur le sujet merci de me contacter beo111 AT free POINT fr

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Robert GIL

Robert GIL
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès