Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Les libertariens sont-ils à gauche sur les questions sociales (...)

Les libertariens sont-ils à gauche sur les questions sociales ?

Dans le fil de discussion d’un récent billet sur Mario Dumont, notre collègue blogueur David « Antagoniste » Gagnon écrivait, pour critiquer la position centriste floue de Dumont :

Et si on veut absolument jouer au jeu de gauche/droite. Les libertariens sont à droite sur les questions économiques et à gauche sur les questions sociales. Donc, selon la logique gauche droite, les libertariens sont des modérés se situant au centre.

Un lecteur, R. B., a laissé cet autre commentaire critiquant le point de vue de David :

Je comprends que David ironise les détracteurs du libertarianisme qui tentent de faire passer cette idéologie pour de l’extrême droite. Néanmoins, on retrouve souvent cette idée à savoir que le libertarianisme serait économiquement à droite et socialement à gauche. Je ne suis pas certain si je suis d’accord avec ça.

Les libertariens sont en faveur des libertés individuelles et veulent simplement que l’État cesse de se mêler de tout. Là où ils peuvent sembler à gauche vient du fait qu’ils sont contre l’étatisme de la droite qui veut imposer sa morale par l’État. Cependant, je crois que les libertariens sont également contre l’étatisme de la gauche qui tente également d’imposer sa morale par l’État. Les libertariens, quant à eux, désirent que l’État impose une moralité minimale (la protection de la liberté individuelle) et veulent que les individus et les institutions privés vivent selon leur moralité, qu’elle soit progressiste ou conservatrice. Les libertariens ne sont donc pas à gauche socialement, ce qui ferait d’eux des étatistes progressistes et ils ne sont pas à droite non plus ; ils ne sont pas même au centre. En fait, cette fonction doit être amputée de l’État selon les libertariens et laissée à chaque individu.

Est-ce que je me trompe ?

Je ne sais pas si David ironisait ou s’il est réellement d’accord avec cette façon de voir les choses, qui est effectivement largement répandue au sein du mouvement libertarien et à l’extérieur. Mais R. B. a raison. Cette description conventionnelle nous fait passer nécessairement pour des « progressistes » sur le plan moral qui se distinguent de la gauche uniquement par leur appui à un retrait de l’État des questions économiques. Cette description laisse également entendre que seule la droite défend des positions autoritaires et étatistes sur les questions morales et culturelles. Et que la droite est uniformément en faveur du libre marché. Ce qui est tout à fait faux.

En fait, la gauche est aussi étatiste et anti-liberté individuelle sur le plan moral et social que ne peut l’être la droite, mais différemment.

Sur la question de l’avortement par exemple, je ne vois pas comment un libertarien peut appuyer la perspective morale et juridique des gauchistes, qui est qu’il est tout à fait approprié non seulement d’avorter un embryon composé de quelques cellules qui n’a encore rien d’un individu, mais aussi de tuer un bébé à naître (c’est-à-dire un personne humaine avec une conscience qui devrait avoir des droits) quelques semaines avant sa naissance (j’ai écrit un texte en anglais récemment sur la question). De plus, les gauchistes considèrent que c’est l’État qui devrait payer pour ce meurtre qu’on qualifie de « procédure médicale ».

Lorsqu’on parle d’homosexualité, la droite intolérante et réactionnaire voudrait maintenir en place des « sodomy laws » (invalidées par la Cour suprême il y a moins de dix ans seulement dans le « land of the free ») pour que l’État puisse officiellement persécuter les homosexuels. Mais la gauche souhaite quant à elle non seulement mettre fin à cette persécution, mais persécuter tout individu qui veut exercer une discrimination envers les homosexuels, ce qui ne cadre pas plus avec une position libertarienne (quelqu’un devrait pouvoir faire ce qu’il veut avec sa propre personne et sa propriété, y compris refuser d’avoir des relations d’affaire ou autre avec qui que ce soit).

La droite souhaite maintenir la définition traditionnelle du mariage, par la force de la loi. Mais la gauche appuie non pas le point de vue libertarien qui serait un retrait de l’État des questions maritales (qui ne sont que des relations contractuelles entre individus) mais plutôt la réglementation du mariage homosexuel, qui permet à l’État de se mettre le nez dans les relations sexuelles et les questions personnelles financières et autres des gais.

Les gauchistes sont non seulement en faveur de l’égalité des hommes et des femmes, mais ils ont lutté pour tous les privilèges légaux qu’on accorde aux femmes aujourd’hui (soi-disant « équité salariale », favoritisme dans l’embauche, favoritisme dans les jugements concernant les enfants, etc.).

Les gauchistes sont non seulement opposés au racisme et à l’intolérance, ils défendent un racisme et une intolérance inversés en appuyant des politiques de multiculturalisme et d’immigration de masse qui constituent en réalité, dans un contexte d’État-providence comme le nôtre, une agression envers la population locale.

Les gauchistes appuient non seulement la liberté de penser et d’exprimer ce qu’on veut (contrairement à la vieille droite réactionnaire religieuse avec son Index et sa persécution de toute culture non traditionnelle), mais ils veulent évidemment que leurs préférences culturelles soient subventionnées, reçoivent l’accolade officielle du pouvoir et soient imposées à tous.

Les gauchistes veulent aussi nous imposer leur moralité « verte » et « solidaire » à la con avec toutes ses conséquences contrôlantes sur nos vies quotidiennes (qu’il s’agisse d’alimentation, de transport, de santé, etc.). Leurs positions sur des questions sociales ne sont pas simplement des positions de principe sans incidence sur l’économie, et qu’on peut donc distinguer de leurs positions sur les questions économiques ; elles ont au contraire presque toujours une dimension économique et s’imposent par des politiques étatistes.

Par ailleurs, on peut tout à fait être très conservateur ou traditionnaliste sur les questions culturelles et morales (donc, « à droite » selon le positionnement socioculturel conventionnel) tout en étant farouchement anti-étatiste et en refusant de recourir à l’État pour imposer ses valeurs, donc en étant libertarien.

Bref, parler des libertariens comme étant « à droite » sur les questions économiques et « à gauche » sur les questions sociales est effectivement une description trompeuse qu’il faudrait abandonner pour éviter d’entretenir cette confusion.

Comme je l’écrivais il y a quelques années,

Il faut bien distinguer les valeurs des moyens qu’on utilise pour les défendre. Il existe des libertariens fondamentalistes religieux et des libertariens athées, des libertariens individualistes et d’autres qui préfèrent vivre dans des communautés fortes, des libertariens qui défendent des valeurs culturelles traditionnelles et d’autres qui font la promotion d’un « transhumanisme » qui permettrait à l’être humain de se transformer grâce aux nouvelles technologies. Les valeurs défendues par les libertariens pris individuellement peuvent rejoindre celles de la gauche « progressiste » ou celles de la droite « conservatrice ». La seule perspective fondamentale qui unit les libertariens est qu’ils refusent d’imposer leur propre vision du monde aux autres au moyen d’une institution fondée sur la coercition, en l’occurrence l’État.


Moyenne des avis sur cet article :  3.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • foufouille foufouille 30 septembre 2010 12:03

    tu as oublier
    - libertaryen car adorateur du dieu pognon et de la reussite
    - libertasplusrien car adorateur du libertaryen qui lui jettent des miettes

    y en a pas beaucoup pour le social


    • JL JL 30 septembre 2010 13:35

      Je lis : « Les libertariens sont à droite sur les questions économiques et à gauche sur les questions sociales. Donc, selon la logique gauche droite, les libertariens sont des modérés se situant au centre. »

      Nuançons, si l’on peut dire : Les libertariens sont à l’extrème droite sur les questions économiques et à l’extrème gauche sur les questions sociales.

      Plus exactement, ce sont des intégristes sur les questions économiques et des intégristes sur les questions sociales. Comme disait si bien l’un d’entre eux : anar de gauche est un oxymore. Les libertariens sont donc à la fois anars et de droite.

      Et l’auteur est un sophiste puisque, à partir de deux intégrismes ils fait un centrisme !


      • Kalki Kalki 30 septembre 2010 14:46

        Et vous dites quoi de ca :

        hwwp ://fr.wikipedia.org/wiki/Économie_de_l’abondance


        • foufouille foufouille 30 septembre 2010 15:02

          et pis adorateur du cac40

          et libertasplusquebeaucoup

          meme que t’as plein de rollex au mur

          et une baraque pour chaque jour avec plein de femelles sans papiers

          et quand le cendrier il est plein tu jettes la voiture

          par contre tu crevera comme tout le monde


          • wesson wesson 30 septembre 2010 17:56

            Bonjour l’auteur,

            d’une part, se demander si un libertarien prône dans certains domaines une politique de gauche revient un peu à se demander si un troupeau de hyène aime manger du poireau-vinaigrette. Moi je veux bien vous croire mais quand même, je leur confieraient pas mes gosses ....

            D’autre part, l’emploi systématique du terme « les gauchistes » discrédite un tantinet votre propos, tant ce vocable se retrouve habituellement chez les nervis de la droite la plus extrême incapable du plus élémentaire respect face à ceux qui ne partagent pas leur opinion.

            Et le reste étant à l’avenant, votre couplet sur ce que vous pensez de l’IVG est là encore parfaitement raccord avec les courants les plus traditionnels de la droite dure.

            Bref, votre article est encore celui d’un mec de droite qui a du mal à assumer ... on vas vous aider .


            • sonearlia sonearlia 1er octobre 2010 09:44

              Les libertariens sont aussi a l’extreme droite pour les questions sociales, puisqu’il sont contre les services publics nationaliser.


              Ta mutuelle santé veut pas te payer ton opération ? ben crève.

              • JL JL 1er octobre 2010 10:10

                Libertarien est le nom que se donnent les voyoux qund ils veulent s’acheter une « conduite ».

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès