Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Les matriciens : vers la fin du patriarcat ?

Les matriciens : vers la fin du patriarcat ?

Le système fonctionne sur un mode patriarcal, tout découle de ce mode de fonctionnement : l'argent, le cul, les rapports entre les gens. Le père est au pouvoir, de la base jusqu'au sommet. Pas juste le mâle, mais son concept perverti et modélisé. Or, au départ, le père n'existe pas, c'est une invention. Ce qui existait, c'était une mère qui faisait des enfants sans père, protégée par tous les "mâles" de la tribu. Les mâles n'étaient pas pères, ils étaient oncles.

Pour protéger sa paternité, sa descendance, le mâle a inventé le mariage, qui lui permet d'avoir une garantie sur la filiation, il en est le seul vrai bénéficiaire. En cas de séparation la femme se retrouve seule, isolée et fragilisée.

Bien sur, on pourrait objecter que le mariage ne favorise personne, que le fonctionnement judiciaire a souvent tendance à rééquilibrer la situation au détriment de l'homme. Or, en ces temps de crises, la réalité des droits octroyés à la mère s'écroulent, la capacité des pères à assurer une pension suffisante se réduit et les maigres subsides des aides sociales ne suffisent pas à les compenser, laissant ces mères sur le carreaux, de plus en plus réduites à des activités voisines de l'esclavage ou de la prostitution pour assurer seules la charge de leur progéniture.

La contractualisation du mariage est donc un outil de domination, qui favorise le père au sein d'un modèle patriarcal. Du concept de tribu où la femme était libre de faire des enfants et de les élever dans un cadre protecteur, on est passé à une situation où, dès qu'elle en fait, elle est fragilisée, résultat, la société actuelle.

Fort de ce constat, les matriciens proposent une alternative, le projet Prométhée, l'instauration d'une société parallèle en toute légalité : territoires quasi autonomes, marchés locaux, monnaies locales, administration locale, finance sans taux d’intérêt…

Cette solution permettrait - de résoudre efficacement tous les problèmes sociétaux : démographie, retraites, précarité et solitude, conflits familiaux, marché du sexe, violences sexuelles… - de créer de la solidarité et de la cohésion dans une population atomisée face aux états et aux banques, ces deux tenailles de l’asservissement des peuples, ces deux mafias ont besoin l’une de l’autre pour exploiter l’individualisation de la population. L’État a besoin de la banque pour être financé. La Banque a besoin de l’État pour être protégée.

Le projet Prométhée permettrait-il de recréer des corps intermédiaires, entre l’individu et la nation, le citoyen et l’état, par la restauration d’une société clanique modernisée ... à suivre

En savoir plus sur les matriciens en découvrant leur site matriciens.org et le projet Prométhée.

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.2/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • smilodon smilodon 31 octobre 2013 13:51

    Quand on voit les « femmes » au pouvoir en ce moment !... Y’a de quoi revenir sur ses idées !... NON ??!!... Le mot « abruti » à aussi son « féminin » !.. Abrutie !... Je sais bien que c’est dommage !... Mais c’est comme çà !.... Des « abruties » de gauche ou de droite, y’en a beaucoup !... NON ??!!... Au moins autant que des « abrutis » du même camp !..... Franchement ??!!..... Adishatz.


    • nemotyrannus nemotyrannus 31 octobre 2013 15:59
      « Le système fonctionne sur un mode patriarcal, tout découle de ce mode de fonctionnement : l’argent, le cul, les rapports entre les gens. Le père est au pouvoir, de la base jusqu’au sommet. Pas juste le mâle, mais son concept perverti et modélisé. Or, au départ, le père n’existe pas, c’est une invention. Ce qui existait, c’était une mère qui faisait des enfants sans père, protégée par tous les »mâles« de la tribu. Les mâles n’étaient pas pères, ils étaient oncles. »

      C’est pas vraiment vrai.
      Avoir eu des symboles de fertilité à travers des statuettes n’a jamais prouvé qu’il y avait autrefois une sorte de contrôle de la société par les femmes.Même si ce n’est pas impossible.

      Le hic c’est que la vision qui vient toujours après cette hypothèse est une vision totalement fantasmée héritée de quelques groupes à la mode. 


      C’est une idée née dans les années 70 en même temps que l’émergence de nombreux mouvements féministes et écologistes.
      Et forcément , des esprits simples ont tenté de lier les deux.
      Avec d’un côté les opprimés , de l’autre les oppresseurs.

      C’est de l’ésotérisme à ce point là , plus une hypothèse fondée et scientifique.
      Les femmes sont le bien , la Nature , la fertilité (Puisque , n’est-ce pas , elles sont enceintes) et la création , de l’autre les mâles sont le mal , les destructeurs . 
      C’est débile et manichéen . 
      La planète est dévastée , des femmes subissent des inégalités. Forcément il fallait le lier.

      Alors on a commencer à parer d’âge d’or perdu , durant lequel les femmes avait le pouvoir durant le Mésolithique et parfois toute la Préhistoire (plus c’est gros plus çà passe)
      Puisque c’est dans cette periode qu’est née l’agriculture et un mode de vie semi-nomade en contact étroit avec la Nature.
       Agriculture=fertilité=femmes , le tout dans un monde sain.
      On vivait dans le meilleur des mondes.

      Après est arrivé la ville , la propriété privé et la guerre .
      Et c’est là que , selon ces allumés , les hommes auraient pris le pouvoir sur la femme.
      Puisque n’est-ce pas La ville est le contraire de la Nature et la guerre est le contraire de l’Harmonie entre les peuples. Et que la guerre et l’égoïsme sont le propres de l’Homme .
      Forcément , les hommes sont les méchants.

      Et depuis les hommes maintiendrait les femmes dans la terreur absolue par peur de perdre leur pouvoir.
      E si un homme n’est pas le macho qu’ils imaginent eh bien c’est parce que SA PART DE FÉMINITÉ se manifeste. Des valeurs féminines se manifestent.

      (Et moi je les emmerde ces idées, les valeurs de genre ça n’existe pas , si un homme est empathique ou écolo c’est que tes théories misandres ne sont pas fondées. Et si des femmes font preuve de beaucoup de courage ou a un comportement bagarreur c’est que tes théories misogynes ne sont pas fondées.)

      Et ça à survécu jusqu’à aujourdhui , changement local pour un désordre global , de Coline Serreau en est un exemple. 
      Vous voulez casser du mâle , regardez le , vous voulez de l’objectivité , passez votre chemin.

      C’est prendre les gens pour des idiots que dire qu’au départ le père n’existe pas.
      Pas parce que ce n’est pas vrai mais parce que rien ne permet de l’attester.
      Ce n’est pas parce qu’il est impossible de dire avec certitude qui est le père que l’on est incapable de comprendre que quand monsieur fait son truc avec Madame , ça produit un enfant .
      À la préhistoire comme pour maintenant.
      On pourra parler de matrilinéarité (pour le doute subsistant sur l’identité du père si madame s’est envoyé la tribu entière et le côté pratique en effet . « Je suis le fils de madame » ) mais en aucun cas de matriarcat ou de gynocratie. Ni , a contrario , de patriarcat .

      Par contre on peut dire que beaucoup de mains peintes sur les parois des grottes sont celles de femmes parce que ça à été étudié sans préjugés féministes derrière.

      Ah , autre chose marrante , ces esprits malades pour référence à la fertilité et au pouvoir des femmes les fameuses vénus préhistorique en l’appliquant non seulement au Mésolithique mais à toute la préhistoire.
      En oubliant comme par magie que c’est ni les hommes ni les femmes qui dominaient dans les représentations avant -10 000 ans (environ) mais les figures animales !

      C’est le problème quand on laisse les idéologies et les mouvements s’occuper de sciences serieuses !
      Si dans 30 000 ans un archéologue féministe tombe sur une pile de PlayBoy , dira t’il que l’on était une société matriarcale puisque voici qu’il tombe sur des symboles bien féminins ?
      Si dans 12 000 ans le porc disparaît à cause de la grippe , le FN du Futur dira t’il que les valeurs Musulmanes ont pris le pouvoir ?
      (c’est un exemple pourri , je le sais)

      Bref , parlez de matrilinéarité si vous voulez mais laissez les valeurs (le cul , l’argent , le rapport entre les gens) et les mâles tranquilles parce que là vous vous avancez sur un terrain glissant sans vraiment le savoir et en appliquant vos fantasmes sur l’incertitude .


      • Marc Viot Marc Viot 31 octobre 2013 17:11

        Vous confondez chacun patriarcat et domination masculine, cela a peu à voir. D’ailleurs à aucun moment il n’est fait mention de matriarcat. L’utilisation du terme patriarcat provient de la survenance de la paternité qui jusqu’à peu n’était pas vraiment reconnu : on sait toujours qui est la mère, jamais vraiment qui est le père. C’est de cette protection contractuelle de l’hérédité du père qu’est né le patriarcat et ses modes de fonctionnement artificialisés.
         Dans les sociétés matrilinéaires, la femmes n’est pas au pouvoir, la mère a la responsabilité du bien commun, dont elle connait d’autant plus la valeur qu’elle le transmet à ses enfants. L’homme, lui, est tantôt le porte parole tantôt le défenseur de la communauté.

        En tout cas, c’est ce que j’ai cru comprendre des échanges avec les responsables du site en lien. Je vous invite à les contacter pour avoir un échange plus précis. 


        • nemotyrannus nemotyrannus 31 octobre 2013 18:15

          Si vous faites une distinction , sachez que vous êtes le seul dans les milieux associatifs.


          Et votre site prométhée ne la fait pas non plus.
          Ou plutôt si , dans la section « qu’est ce que le patriarcat ». Puis dans la section , « les matriciens sont sur Youtube. »
          Avec la cohorte de dictats machistes associés.
          Dans le fond ce site associe patriarcat à domination et matriarcat avec libération sauf qu’il ne veut pas le dire clairement.

          « C’est de cette protection contractuelle de l’hérédité du père qu’est né le patriarcat.
          la mère a la responsabilité du bien commun, dont elle connait d’autant plus la valeur qu’elle le transmet à ses enfants. L’homme, lui, est tantôt le porte parole tantôt le défenseur de la communauté. »

          Je ne suis pas d’accord.

          Et pourquoi le père n’aurait pas cette responsabilité ? On peut savoir qui est le père maintenant.
          Mieux , pourquoi ne l’auraient ils pas ensemble si ce n’est le présupposé qu’un sexe aurait des valeurs n’existant pas chez l’autre ?

          « Dont elle connait la valeur »
          Ca sous entend que monsieur n’est pas capable de connaître ces choses là.

          « défenseur de la communauté »
          Et si monsieur n’a pas envie d’avoir le poids de la communauté sur le dos et n’a pas envie de se faire trouer la peau en son nom ?
          Et si madame en a , elle , envie ?



          On est dans une époque où l’on comprend que les rôles traditionnels n’ont plus besoin d’être puisque le contexte ne s’y prête plus et que des croyances se sont effondrées.

          Parler de matriarcat ou de patriarcat comme si ils représentaient un modèle nouveau et surtout salvateur est une régression sociétale selon moi.


        • Marc Viot Marc Viot 31 octobre 2013 19:11

          >Parler de matriarcat ou de patriarcat comme si ils représentaient un modèle nouveau et surtout salvateur est une régression sociétale selon moi.

          En fait, l’idée de l’article est de démontrer les effets pervers du mariage et de proposer une alternative sur la base, et des inconvénients du patriarcat, et des solutions pratiques mis en place par les sociétés matriciennes. Il n’y a pas de régression mais simplement une prise en compte des leçon de l’histoire.
          Je vous renvois à ce sujet au lien inclu sur le projet Prométhée.



        • nemotyrannus nemotyrannus 31 octobre 2013 19:36

          Les leçons de l’Histoire me poussent à anéantir l’idée de valeurs associés sans discernement et globalement à un sexe.


          Une société matricienne ou patriarcale encouragerait leur propagation.

          Au fait...

          Pourquoi opposer patriarcal à matrilinéaire. Et non pas patrilinéaire à matrilinéaire . Ou matriarcal et patriarcal , si ce n’est encore une fois la volonté cachée de voir le bien et le mal dans un sexe ou dans l’autre ?!

          Je viens encore de voir votre site et je cite.

          « Le matriarcat et l’origine et l’avenir de l’Humanité. »

          Je n’en crois pas un mot , ce sont des croyances en droite ligne de ce dont je parlais tout au début .

          Il faut combattre ces croyances au même titre que d’autres et pas en faire la promotion.










        • Marc Viot Marc Viot 31 octobre 2013 20:17

          Ce n’est pas mon site, je n’en suis ni l’instigateur, ni le promoteur. J’ai fait simplement une présentation des idées que j’y ai trouvé et qui me semble intéressantes. Ma présentation se veut le reflet et de l’analyse et d’une introduction à l’alternative proposée. Je n’ai donc rien à défendre et si cela ne vous convient pas, vous êtes libre. ;)


        • Marais 31 octobre 2013 17:19

          "La contractualisation du mariage est donc un outil de domination, qui favorise le père au sein d’un modèle patriarcal. Du concept de tribu où la femme était libre de faire des enfants et de les élever dans un cadre protecteur, on est passé à une situation où, dès qu’elle en fait, elle est fragilisée, résultat, la société actuelle.« 

          Donc elles étaient libres en étant protégées, d’accord...  smiley

          Plus sérieusement, si le matriarcat était tellement merveilleux, où l’Homme (l’être humain) était libre, pourquoi les sociétés matriarcales, où les femmes avaient le pouvoir, ne sont-elles pas dominantes aujourd’hui ?

          Si c’est parce que l’homme a pris le pouvoir, alors cela signifie que la femme est plus faible que l’homme, donc qu’il n’y aurait pas dû y avoir de matriarcat. Mais si l’homme domine en tous temps, alors pourquoi se rappelle-t-on de Jeanne d’Arc ou de Catherine de Médicis dans notre histoire nationale, si la femme était opprimée par l’homme ? C’est illogique.

          Si la société matriarcale était plus évoluée que la société patriarcale, alors elle aurait dû survivre et prospérer. Mais cette société n’était pas plus évoluée : il n’y a pas de civilisation matriarcale dont on ait entendu parler, pas de grands penseurs connus, pas d’écrits retraçant la pérégrination de ces peuples. Bref, des peuples qui auraient sombré dans les limbes de l’Histoire. Vous voulez créer une société non-viable, qui ne compte pas.

          D’autre part, une économie locale dépend d’une économie nationale ou mondiale. L’économie que vous préconisez dépendra de l’économie extérieure donc »patriarcale". Donc votre matriarcat dépendra du patriarcat pour survivre. C’est hypocrite.

          Donc votre projet est condamné dès le départ. C’est merveilleux. smiley


          • Marc Viot Marc Viot 31 octobre 2013 17:46

            Marais, si un virus prend le contrôle de votre organisme, il se peut qu’il vous domine momentanément, voir qu’il vous entraîne vers une mort certaine. Dans ce cas on pourrait plutôt énoncer que le virus dépend de votre organisme et qu’il est à terme non viable. Des sociétés non patriarcales perdurent encore aujourd’hui et rien ne dit que leur descendance ne sont pas les mammifères qui succéderont aux dinosaures patriarcaux. De plus je répète, il n’est pas question de domination masculine mais d’un mode de fonctionnement particulier, le patriarcat qui peut très bien être servi par des hommes ou des femmes.

            Comme je ne suis qu’un rapporteur de l’information, je vous engage pareillement à prendre connaissance des détails historiques qui pourraient vous intéresser sur le site en lien.


          • Marais 1er novembre 2013 17:49

            Marc,


            Vous parlez de virus pour le patriarcat, un virus affaiblit son hôte, alors pourquoi le patriarcat dominait-il la majorité des sociétés et pas le matriarcat ? J’aimerais donc savoir au bout de combien de temps ces sociétés devraient disparaître. Je vous le rappelle, la Chine serait une civilisation patriarcale, et cela fait plus de cinq mille ans qu’elle existe...


            Mon interrogation est celle-ci : si le matriarcat a dominé et qu’il était le modèle d’organisation supérieur des sociétés humaines, pourquoi a-t-il disparu, sauf pour des sociétés marginales ? Si les sociétés matriarcales survivent grâce au bon vouloir des sociétés patriarcales (les Nuer pèsent peu face au milliard de Chinois), comment pouvez-vous affirmer que le patriarcat est un virus ? A mon sens, les sociétés matriarcales sont bien moins fortes que les sociétés patriarcales, et l’Histoire me donne raison.


            Quand à votre site, je suis en désaccord, et je vais expliquer pourquoi.

            Premier point, les définitions de matriarcat et de patriarcat.

            Sur le site donc, il y est marqué « Le terme matriarcat n’a donc jamais signifié « domination par les femmes ».


            A contrario, « Le patriarcat est un système social dans lequel l’homme, en tant que père, est dépositaire de l’autorité au sein de la famille ou, plus largement, au sein du clan ».


            Or, la domination est « Action de dominer, d’exercer son autorité ou son influence sur le plan politique, moral, etc. ; autorité, empire : Subir la domination de ses passions. »

            Donc le patriarcat est bien une domination par les hommes, puisqu’ils sont détenteurs de l’autorité en tant que pères.



            Par la suite, il est expliqué que « C’est pourquoi il ne faut pas le confondre avec un autre concept, celui de la gynocratie (ou gynarchie). Du grec gunê, « femme » et cratos, le pouvoir, gynocratie qui signifie « pouvoir aux femmes ».


            Très bien, donc le matriarcat ce n’est pas le pouvoir aux femmes. Mais plus loin « Le pouvoir réel (propriété, économie & filiation) aux mains des femmes ».

            Donc le pouvoir aux femmes, puisque le pouvoir réel leur revient, et que le pouvoir est réel ou n’est pas. Sinon, pourquoi prêterait-on attention aux propos du maire de Paris ? Son pouvoir réel est très important, puisque la plupart des lieux de pouvoirs français y sont concentrés...


            Donc le modèle de société que vous proposez est : 1) hypocrite puisque la femme a le pouvoir mais ne l’exerce pas. 2) Dépassé puisque les sociétés matriarcales semblent actuellement moins armées pour la survie que les sociétés patriarcales ou mixtes. 3) Injuste, puisqu’après avoir aboli la domination des hommes, il faudrait établir la domination des femmes.


            D’autre part, j’ai remarqué que le site parlait de clans. Or, ces clans affaibliraient la puissance de l’État et la fraternité nationale. Si les Celtes étaient organisés en sociétés matriarcales, n’est-ce pas la raison pour laquelle ils ont perdu ? La Bretagne dépendait économiquement de la France ou du Royaume-Uni quand elle était encore indépendante.



            Je suis donc en désaccord, d’abord en tant qu’homme, car je refuse être dominé par les femmes, ce qui sera le cas si ce projet devient effectif, ensuite en tant que patriote, car je refuse de voir la France éclater en ethnies, comme les ethnies gauloises qui perdirent.


          • tf1Goupie 31 octobre 2013 19:10

            « La contractualisation du mariage est donc un outil de domination » ????

            Si il n’y avait pas de mariage il n’y aurait pas de pension alimentaire ; ce que vous dites est totalement absurde.

            Tout comme dire que l’argent découle du modèle patriarcal.

            En plus avec la modification des relations hommes/femmes dans notre société ce « modèle patriarcal » est de moins en moins prégnant.

            Et surtout je ne comprends pas du tout la transition avec ce fameux projet Prométhée ...

            Vous auriez du commencer par faire un article sur ces Matriciens (une secte ?)


            • Marc Viot Marc Viot 31 octobre 2013 19:47

              Les matriciens ne semblent pas être une secte, les modèles de contrats qu’ils proposent sont libres d’accès et chacun peu les utiliser à son grè.


            • Eric Ntilza Cocollos 1er novembre 2013 03:21

              Intéressant, mais voué à l’échec.


              Car vous n’êtes pas dans l’action, vous êtes dans la réaction.
              2 actions identiques donneront un résultat suivant leur intention, et c’est le cas pour vous.
              Vous êtes motivés par votre constat, et vous réagissez à celui-çi.
              Partant de là, quoi que vous fassiez « nourrira » ce que vous avez observé au départ, vous appartenez à ce courant, il va dévorer votre énergie, 
              Il est et restera votre moteur.
              Et non malheureusement l’envie seule et simple, de créer un modèle de société qui comble vos attentes, pour lui, pour ce qu’il peut apporter et non du fait que l’actuel vous met en mouvement.

              Dommage


              • jef88 jef88 1er novembre 2013 12:02

                Le matriarcat a existé dans la tribu gauloise des Leuques !
                - cela a laissé dans les Vosges des lieux-dits « roche des fées », « moutier des fées » etc...
                les fées c’étaient les druidesses  !
                - cela a également façonné l’esprit féminin dans la région jusqu’au millieu du 20ème siècle !
                à la maison les femmes étaient les patronnes, les hommes n’avaient pour mission que de fournir les biens la nouriture nécessaires à la famille  ! (la preuve : ma mère avaient des caractères totalement opposés mais fonctionnaient de la même façon sur ce point )


                • jef88 jef88 1er novembre 2013 14:14

                  ERRATA
                  ma mère et ma belle mère avaient ...


                • ecolittoral ecolittoral 1er novembre 2013 12:55

                  Toujours être pour ou contre, droite ou gauche, actif ou inactif, homme ou femme etc. etc.

                  Toujours pas de solution, de projet, de coopération.

                  COOPERATION ! Mon dieu ! quelle horreur. Un mot vénéneux.

                  Coopération des uns/unes et des autres en fonction de ce qu’ils/elles sont, en fonction des circonstances, en fonction de ce qu’ils/elles ont dans la cervelle.

                  Il y autant de parasites, de malfaisants dans le féminin que dans le masculin. Descendre au niveau du sexe pour justifier ceci ou cela, c’est s’éloigner et ignorer les vrais problèmes...et donc les solutions.

                  Au départ, le père n’existait pas. Bien sûr ! Tout le monde sait que les femmes sont hermaphrodites.

                  Les pôvrettes sans pension alimentaires condamnées à la pauvreté !!!

                  Mon ex ne me verse pas un copeck et les pères mono parentaux sont dans la dèche parce que, très souvent, la CAF et autres organismes défendent « les mères » ou les femmes. Surtout depuis qu’on a inventé le ministère...du droit des femmes !!!

                  Sortez la tête du sable. La vie est plus compliquée que ça et les liens familiaux, sociaux vous échappent totalement.

                  Le machisme et le féminisme n’intéressent que les sexistes.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès