Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Les oubliés de l’Histoire

Les oubliés de l’Histoire

 C’est un fait indéniable : malgré les tracas conjoncturels, nous vivons mieux que nos parents et beaucoup mieux que nos grands-parents. Mon beau-père aime raconter cette histoire qui le démontre. Un jour, dans sa salle de profs, une collègue tout juste sortie du film Germinal de Berry avec Renaud, s’exprime ainsi : "ah, je trouve quand même que ce film en fait trop, la scène où ils se lavent, dans la famille, dans une grande bassine, c’est vraiment n’importe quoi"... Ce à quoi il lui répond "Madame, vous avez devant vous une personne qui n’a connu que ça comme salle de bains". Et toc, une pimbêche de rabrouée, car évidemment la notion de progrès, chez certains, n’a toujours pas été assimilée. Allez faire comprendre aujourd’hui à un gamin pendu à sa Playstation ou à sa Nintendo DS qu’il fut un temps où l’électricité n’existait pas, et les piles non plus. Impossible, ou presque. Personnellement, j’ai assisté à ma première Coupe du monde télévisée à 7 ans : je suis allé la voir dans mon village chez une personne qui avait fait venir la moitié du quartier. J’ai adoré Lev Yachine et Gilmar, avec à propos de ce dernier un gros plan sur ses chaussures rapiécées qui m’avait vraiment marqué. Le gardien du Brésil de Didi, Vava et Pelé jouait toujours avec la même paire, étant très superstitieux... Une image en noir et blanc qui flottait, sur un écran minuscule au milieu d’un téléviseur grand comme un buffet. Aujourd’hui, la même chose se regarde seul sur un écran épais comme une feuille à cigarette. Bref, vous le voyez, le progrès avance vite, en une vie on constate des changements étonnants. Et on oublie à qui on le doit, par la même occasion. Cette semaine, les oubliés de l’Histoire sont Marocains, et je vous invite à vous pencher sur un épisode assez peu glorieux de notre histoire contemporaine.

Au sortir de la Grande Guerre, en France, la main-d’œuvre manque sérieusement. On fait appel aux étrangers : Italiens dans le Sud, Polonais au Nord. En 1949, 49 % des mineurs au fond le sont. On fait venir aussi des Hongrois, des Autrichiens, des Tchèques, des Roumains et des Yougoslaves. A regarder les noms des joueurs du RC Lens de l’époque, on le constate aisément : le club est le reflet parfait de ce qui se passe dans la région. Les joueurs au nom imprononçable ont tous un surnom : Stanis, pour Stefan Dembicki, célèbre pour son record du monde de buts en un seul match (16 !) - Lens avait gagné ce jour-là 32 à 0 en Coupe de France - l’homme qui allumait des pétards à déchirer les filets ou à exploser les ballons de cuir. Siklo, le Hongrois, venu de l’Attila de Budapest (ça ne s’invente pas !) de son vrai nom Ladislas Smid, qui prit la nationalité française dès 1937 : il ira en finale avec Lens en 1948, contre Lille... une finale perdue sur un but contestable, l’année des grandes guerres meurtrières où l’on emprisonne des mineurs quand on ne les bannit pas.

« En 1948, la troupe on l’a eue, même avec des chars. A Bruay, ils étaient groupés à l’Hôtel de Ville, et ils partaient de là, vers les sièges pour ouvrir des brèches dans les murs pour laisser entrer la police (...) Alors c’était fini. Les responsables syndicaux ils étaient arrêtés, il y en a qui ont été licenciés. Il y en a qui ont fait de la prison, il y en a certains qui ont été repris à la mine. Ceux qui ont été renvoyés, c’était embêtant, fallait qu’ils libèrent la maison. Ils n’avaient plus le droit au logement, ils n’avaient plus le droit à la Sécurité sociale des mineurs, ils n’avaient plus rien. Du jour au lendemain. »

Cela ne suffit pas encore, il faut produire, produire, et la mécanisation (les haveuses mécaniques) tardent à arriver. Au bout du manche du pic, on met donc des Algériens et des Marocains. Au RC Lens on retrouve ces nationalités : avec le formidable Ahmed Oudjani, un Algérien naturalisé, qui dut interrompre sa carrière... pour aller faire la guerre en Algérie, contre ses compatriotes. Il marquera 6 buts au Racing de Paris en 1963, son équipe gagnant 10 buts à 2. Son fils Chérif devenant un autre héros du Racing en 1984, il sera lui crédité de 21 sélections... en sélection d’Algérie. A leur arrivée, les joueurs sont tous reçus par l’immense Henri Trannin. L’homme les reçoit dans son beau costume gris, se change rapidement et les invite très vite à le suivre dès leur arrivée. Il leur donne un casque, une lampe, un habit de mineur, et descend avec eux à toute vitesse à 500 m. Et les regarde, hébétés par la chaleur, le bruit, la poussière et le noir oppressant. Et leur dit au fond : "vous allez jouer pour eux", en montrant les ouvriers en train de donner du marteau piqueur comme des damnés, "souvenez-vous en à chaque fois que vous mettez le pied sur le stade". L’homme savait y faire, en arpentant toute la région en quête de nouveaux talents. Il en trouvera ainsi de bons, de très bons. Pas un n’oubliera sa première descente au fond. Pas un.

Tout le monde dispose alors du célèbre "statut du mineur", sorte de Sécurité sociale interne, des congés payés plus importants qu’ailleurs en raison de la pénibilité reconnue du travail, et la gratuité du chauffage et des transports. Et un logement, en cité minière appelé aussi corons. En 1975, ce sont 5 000 ouvriers marocains qui travaillent ainsi aux Houillères. On arrête l’embauche puis on la reprend quelque temps après 1973 et le premier choc pétrolier. En 1980, face aux coûts d’exploitation et l’import d’un charbon moins cher, on ferme les mines en France. Les Houillères du N-PDC décident d’accepter de compenser les avantages en nature octroyés durant l’exploitation, car sinon la petite retraite de mineur ne suffira pas à faire vivre les familles. Français et Polonais en bénéficient. Mais, par une étrange décision, pas... les Marocains. Pourquoi ? On n’en sait strictement rien. A part que la direction des Houillères a joué un coup de poker, en pensant que ces Marocains inorganisés syndicalement ne viendront jamais contester cette décision particulièrement inique. C’était compter des années après sans la Halde, dirigée par un homme qui en a employé, des Marocains, et pas qu’un peu : Louis Schweitzer, ancien PDG de Renault. L’homme a dû oublier entre-temps que son propre groupe, le 2 avril dernier, a été condamné pour discrimination raciale envers deux salariés noirs, et a engagé des poursuites aux Prud’hommes en mars dernier contre les Houillères. Qui pourraient y perdre énormément : chaque cas est estimé entre 80 000 et 100 000 euros de rattrapage de perte de revenus. En établissant les papiers nécessaires, on découvre une autre bizarrerie : les Français ont le droit aux indemnités de retraite jusque 73 ans, les Marocains jusque 65... allez comprendre pourquoi...

Pire encore, à Hulluch, le 21 juin 1962. A la fosse 13, dans la veine Elisa (chaque gisement a un nom au fond), à -550 de profondeur. Un chef de groupe envoie une équipe soutenir un toit qui s’effondre. Un Italien refuse d’y aller : trop dangereux. Il remonte, marqué du sceau de l’infâmant "refus de travail". On y envoie cinq Marocains, dont deux qui viennent juste d’arriver. Michel Gruson, le chef de taille (porion), se fait alors tuer par un éboulement. Des sauveteurs remontent à la surface son corps et celui de Brahim Ben Ahmed où les attendent leurs épouses françaises, enceintes toutes deux. Au total, il y a onze orphelins en haut. On enterre vite fait les mineurs décédés, les Marocains dans leur carré musulman. "Vingt ans plus tard, le vendredi 16 avril après-midi, ma femme et moi-même, nous nous rendons au cimetière « Nord » de Lens. En vain nous cherchons les sépultures que nous trouvons finalement grâce à l’obligeance du fossoyeur : « Là-bas, contre la clôture ». Quelques pierres tombales à même le sol, disposées en oblique, sans doute orientées vers La Mecque. En guise de croix, un bout de bois surmonté d’un croissant, le tout pourri ; bois parfois cassé, parfois tombé. Où reposent Brahim, Lhoussain, Moulay, Ahmed, Audonge ? ... Reposent-ils vraiment dans ce coin abandonné du cimetière ? Sur l’une des pierres tombales, une plaque « Ingénieurs et employés du 13-18 » ; sur une autre : « Ingénieurs et employés du siège 18 »... Sur les autres, rien". Aucun nom. Le plus âgé avait 28 ans, le plus jeune 23. Le témoignage est terrible. Même après la mort, la discrimination perdure. Elle n’est pas celle des ouvriers. Eux ne savent pas oublier.

Le 10 juillet prochain, l’ANGDM, l’Agence nationale pour la garantie des droits des mineurs, devrait statuer sur le cas de ces ouvriers spoliés par des décisions dont seul le racisme peut être à l’origine. Une discrimination de plus pour ceux à qui on doit en grande partie notre petit confort personnel, à tous ces mineurs sans qui la France ne se serait pas relevée aussi vite d’un conflit qui l’avait ruinée. Ils ont pour défenseur Me Marianne Bleitrach, qui en sait quelque chose des discriminations. Atteinte étant petite d’une poliomyélite, cette courageuse femme se déplace dans les prétoires en fauteuil roulant, dans des Palais de justice ou rien n’a été prévu pour elle. Les mineurs marocains pourront-il comme les autres récupérer leurs avantages ? Avec la recommandation de la Halde, l’espoir est permis pour ceux à "l’histoire confisquée" : "soumettre le rachat de l’indemnité de logement et de chauffage qui est un élément de rémunération à une condition de nationalité du demandeur est susceptible de constituer une discrimination", dit le texte. Une prochaine victoire, on l’espère pour l’admirable Abdallah Samate, le président de lAssociation des anciens mineurs marocains du Nord... qui a passé 23 années au fond, au milieu des Italiens, des Algériens, des Polonais, des Hongrois, des Yougoslaves et des Français. A Bollaert, tout le monde admire des tribunes où le racisme a toujours été banni. Ne cherchez pas plus loin d’où vient la solidarité : à 620 m de profondeur, à la fosse 8, noirs de charbon et sous plus de 45°, tout le monde se ressemblait le long des 100 000 km de galeries creusées par ces hommes diantrement courageux.

PS : une anecdote savoureuse datant des années 60. Je suis dans la tribune avec mon père, on regarde un superbe Lens-Saint-Etienne avec les frères Lech. Devant nous, des... Parisiens, des VRP égarés à Lens. Les spectateurs, qui n’ont pas aimé un tacle un peu appuyé d’un joueur vert s’écrient, hilares, "casse-z-y s’patte", à l’arrière latéral lensois. Les Parisiens plongent dans le programme, regardent les noms, se tournent vers nous et nous disent : "c’est encore un de vos joueurs polonais, Kazispat ?"... Tout le charme du folklore lensois...

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (49 votes)




Réagissez à l'article

298 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 2 juillet 2008 10:10

    C’est que le choix stratégique des socialistes en 1983 et 1984 de fermer les mines de charbon et des industries d’acier pour "migrer" vers les domains du service ont été une grave erreur.

    Cela a entrainé des centaines de milliers de licenciements,des destructions d’emplois,de sous-traitants,de connaissances acquises en fils du temps,du chômage sans fin,des dettes à l’Etat et de la misère sociale.

    Aujourd’hui au prix du cour du charbon et de l’acier,il serait temps que ceux qui prétendaient avoir la "pensée unique" (Delors ;Mauroy,Fabius) reconnaissent cette catastrophe économique et industrielle

    Cela fait parti de mon droit d’inventaire que je n’ai pas encore entendu dans la bouche d’un "baron" socialiste


    • rocla (haddock) rocla (haddock) 2 juillet 2008 10:12

      ça t’ avait une autre gueule ces mineurs qui transpiraient au fond de la mine rapport à des ....... dans des camions climatisés barrant les routes parce que ça leur fait plaisir ...

      Où se trouve le panneau des syndicats à la mémoire de tous ces étrangers morts au fond , avec leur noms et origine ?


      • Gül 2 juillet 2008 10:44

        Et bien, il est superbe cet article. Merci.

        Empreint d’une nostalgie touchante et mettant l’accent sur des faits peu connus de tout un chacun. C’est abject cette histoire de discrimination, et vous faites bien de souligner ce point.

        Vous nous tiendrez au courant des décisions de l’ANGDM ?


        • morice morice 2 juillet 2008 10:46

          par Papy (IP:xxx.x06.128.14) le 2 juillet 2008 à 10H43

           
          Bon article bien documenté... Mais encore une fois, deux sujets de fond sont abordés et l’on y perd un peu son latin...

          moi j’ai surtout l’impression que vous avez des lunettes à double foyer... enlevez-les, et arrêtez de dire la même chose à chaque fois. Ça devient lassant.

          • morice morice 2 juillet 2008 10:48

            Merci Gül, c’est très sympa cet avis. Ça me change beaucoup de ce que je peux avoir habituellement avec ces racistes.


          • morice morice 2 juillet 2008 10:54

            ar lerma (IP:xxx.x1.72.24) le 2 juillet 2008 à 10H10

             
            C’est que le choix stratégique des socialistes en 1983 et 1984 de fermer les mines de charbon et des industries d’acier pour "migrer" vers les domains du service ont été une grave erreur.

            racontez pas de bêtises, à l’époque c’était trop cher !

            • morice morice 2 juillet 2008 10:56

              par Djanel (IP:xxx.x52.50.76) le 2 juillet 2008 à 10H54

               

              çà plane pour moi.

              http://fr.youtube.com/watch?v=...

              on pourrait éviter les CONNERIES, pour une fois ???


              • morice morice 2 juillet 2008 10:58

                Où se trouve le panneau des syndicats à la mémoire de tous ces étrangers morts au fond , avec leur noms et origine ?
                faut visiter les cimetières de la région...


              • snoopy86 2 juillet 2008 10:59

                Une fois n’est pas coutume, j’ai comme Gül bien aimé cet article de Momo. Il révèle l’injustice flagrante dont ont été victimes ces mineurs marocains et on peut établir un parallèle avec le sort injuste réservé à nos anciens combattants " indigènes". Comme Gül, je souhaite que Momo nous tienne au courant des suites de cette affaire..

                Et un article de Momo sans gronavions ni sous-marins, sans méchants américains, sans méchants sionistes, sans Sarko, sans gentils terroristes, sans méchants néo-nazis, ça se fête.

                Papy que nous ouvres-tu ?


                • morice morice 2 juillet 2008 11:04

                  Merci Snoopy, il semble que vous reveniez sur vos opinions là... pour Sarko, vous inquiétez pas, y’a Cuche pour ça..


                  • snoopy86 2 juillet 2008 16:34

                    Momo,

                    Je ne reviens sur aucune de mes opinions ( si ce n’est sur ta capacité à nous faire un article intéréssant )

                    La gauche n’a ni le monopole du coeur ni celui du du sentiment d’injustice...


                  • masuyer masuyer 2 juillet 2008 11:06

                    Salut Morice,

                    juste pour te dire que j’aime vraiment bien ton article. Il y aurait beaucoup à dire sur ces équipes de foot qui ont connu la gloire dans certains bassins ouvriers, puis ayant décliné parallèlement aux restructurationsou au déclin du "gros employeur". Sochaux, Saint-Etienne, etc....


                    • masuyer masuyer 2 juillet 2008 11:11

                      Y aura-t-il unanimité entre les "zozos" et les "islamo-gauchistes" sur cet article ?


                    • masuyer masuyer 2 juillet 2008 15:50

                      Salut Dom,

                      j’avais effectivement remarqué. C’est pourquoi je choisi ceux avec qui je ris, des autres je préfère rire. Rire de tout, mais surtout pas avec n’importe qui.


                    • Nobody knows me Nobody knows me 2 juillet 2008 17:12

                      Vous êtes anarchistes en fait alors ? Adeptes du chaos ? Beurk non ?
                       smiley


                    • Nobody knows me Nobody knows me 2 juillet 2008 17:36

                      Des mercenaires qui carburent à la déconne.

                       smiley


                    • rocla (haddock) rocla (haddock) 2 juillet 2008 11:07

                      « Là-bas, contre la clôture ». Quelques pierres tombales à même le sol, disposées en oblique, sans doute orientées vers La Mecque. En guise de croix, un bout de bois surmonté d’un croissant, le tout pourri ; bois parfois cassé, parfois tombé. Où reposent Brahim, Lhoussain, Moulay, Ahmed, Audonge ? ... Reposent-ils vraiment dans ce coin abandonné du cimetière ? Sur l’une des pierres tombales, une plaque « Ingénieurs et employés du 13-18 » ; sur une autre : « Ingénieurs et employés du siège 18 »... Sur les autres, rien". Aucun nom. Le plus âgé avait 28 ans, le plus jeune 23. Le témoignage est terrible. Même après la mort, la discrimination perdure. Elle n’est pas celle des ouvriers. Eux ne savent pas oublier.


                      Comme d’ hab , les ingénieurs , les instruits ont leur plaque .... on pourrait croire qu’ il existe deux sortes d’ hommes , ceux qui ont eu la chance d’ apprendre à lire ....et les autres ....l’ humanité selon les " je-sais-tout-et-toi-t’es-un-âne "

                      les mêmes étrangers sont actuellement aux postes les plus durs , on est dans une démocratie baratinante des paroles verbales oralantes ...




                      • morice morice 2 juillet 2008 11:11

                        Ben alors, Rocla, on s’humanise ???


                        • masuyer masuyer 2 juillet 2008 11:14

                          Morice,

                          là tu es injuste. On peut reprocher beaucoup de choses à Rocla, mais pas de ne pas être "humain".

                          Je me rappelle de quelques brillantes interventions de Haddock pour étriller certains "nez de boeufs" d’Avox et leurs préjugés racistes ou xénophobes. Je peux te donner des liens.


                        • rocla (haddock) rocla (haddock) 2 juillet 2008 11:23

                          Nestor un drink pour Masuyer  !


                        • Nobody knows me Nobody knows me 2 juillet 2008 17:18

                          Je me rappelle de quelques brillantes interventions de Haddock pour étriller certains "nez de boeufs" d’Avox et leurs préjugés racistes ou xénophobes.

                          C’est d’ailleurs ici qu’on arrive à faire le distingo... smiley


                        • tvargentine.com lerma 2 juillet 2008 11:21

                          @morice

                          Mais les industries sont des investissements à long terme  !

                          Rien à voir avec le court terme

                          Une politique industrielle se définie dans le temps et les "socialistes" n’ont pas eux le courage de le faire

                          Et même si cela coûte trop cher à une époque,il suffisait de faire comme les Allemands puisqu’à l’époque qui eux visiblement sont toujours producteur et exporteur



                          • rocla (haddock) rocla (haddock) 2 juillet 2008 11:21

                            Monsieur Morice , en tant que praticien je n’ aime pas la théorie ...pas besoin de mots compliqués pour savoir que chaque être humain est mon pareil...j’ aurais pu naître dans n’ importe que coin du monde , c ’est pas leur faute à ceux qui ont eu moins de chance que moi ...


                            • Zalka Zalka 2 juillet 2008 11:45

                              Ah mais ce ne sont pas les français qui sont racistes. C’est une minorité de français qui est raciste. C’est la nuance que vous ne parvenez pas à comprendre.


                            • masuyer masuyer 2 juillet 2008 11:47

                              "tous ces étrangers qui veulent venir chez nous"

                              Quand l’idée reçue sert de réflexion, Seb59 n’est pas loin.

                              Rappelons qu’à Sangatte, des hommes cherchaient à se rendre en Angleterre (donc visiblement ce n’était pas la protection sociale française qui les attirait).

                              Sinon Seb, je t’invite à faire une petite étude sur les mouvement migratoires dans le monde (va chercher du côté de l’ONU). A moins que tu craignes pour tes petites certitudes de feignasse profitant de ces heures de bureau pour déverser sa connerie sur Avox.


                            • claude claude 2 juillet 2008 14:41

                              @ seb59,

                              ce que raconte morice est juste.

                              mes grands-parents maternels faisaient partie de ces dizaines de milliers de polaonais qui sont arrivés dans le nord après la première guerre mondiale.

                              la france et la pologne avaient signé une convention en 1919 :
                              http://www.beskid.com/immigration.html ; http://www.france-polska.com/historique/immigration/html/immigration.html

                              ils ont connu la xénophobie, le rejet, les insultes et l’exploitation. ils ont eu la chance d’échapper aux charettes d’explusions menées dans les années 30, parce qu’ils s’étaient par la suite établis à paris.

                              www.histoire-immigration.fr/index.php

                              • 1920 : la difficile intégration des Polonais
                              • Isolés, regroupés à la périphérie des villes, les Polonais ont beaucoup de mal à s’intégrer. Et si la société française ne fait rien pour les intégrer, les autorités se plaignent pourtant de l’isolement de cette population... jusqu’à leur expulsion collective au milieu des années 30.
                              • (...) Les nouveaux venus s’intègrent le plus souvent très difficilement : on pense être en France provisoirement, en attendant —> que la situation s’améliore au pays d’origine, et on ignore le plus souvent le reste de la société française. Cette dernière ne fait d’ailleurs rien pour les “intégrer” : ils sont généralement isolés, regroupés à la périphérie des villes, relégués dans des quartiers misérables, voire des bidonvilles, que l’on appelle alors “gadouevilles” ou “villages nègres”, tels ceux de Lyon, Modane, Saint-Jean de Maurienne (Savoie) ou Rive-de-Gier (Loire), qui dans les années 1930 abritent des milliers de travailleurs étrangers misérables, italiens, espagnols, polonais, russes... (...)
                              • Et d’ailleurs en 1935, lorsque la crise fait rage, quand les mesures de protection du “travail national” ne suffisent plus, l’État procède à des expulsions collectives. (...)

                              www.regard-est.com/home/breve_contenu.php
                              • 168 ans d’immigration polonaise en France
                                Dossier : "Migrations, émigration, immigration"
                              •  
                              • (...)500 000 travailleurs polonais en France

                                La crise des années 1930 et la xénophobie ambiante conduisirent les autorités françaises à réduire le nombre des travailleurs étrangers. On eut recours aux expulsions, dont les premières victimes furent les travailleurs engagés à gauche. (...)
                              • Les conditions de vie des Polonais étaient celles de tous les travailleurs immigrés, cette grande tribu des "Javanais" si bien décrite par Jean Malaquais[7], aux professions pénibles, mal rémunérées et peu gratifiantes. Il s’y ajoutait les difficultés, vexations et périls inhérents à la vie d’un travailleur étranger dans la France de l’entre-deux-guerres. Le regard de l’Autre était souvent moqueur, méprisant et hostile. Dans les années 1930, la xénophobie occasionnait des rixes parfois mortelles [8].R. Schor constate que "les Polonais étaient (...) souvent loués pour la force de travail qu’ils apportaient à la France, mais (...) bénéficiaient de peu d’estime sur le plan humain et éveillaient la méfiance en raison de leur particularisme culturel". "Les observateurs posaient tous le problème de leur assimilation"[9]. (...)


                            • Nobody knows me Nobody knows me 2 juillet 2008 17:28

                              Moi je t’incite à faire des statistiques sur le nombre d’illegaux qui rentrent chaque annee, le nombre de regulatisés , le nombre d’enfants immigrés et le nombre de regroupement familliaux.

                              Seb, vous qui jubilez devant les expulsions, je vous invite à faire des statistiques sur le nombre EXACT d’expulsés depuis un an... Bon, certes c’est complètement utopique, vu que le ministère de (surtout) l’immigration et de (pas trop) l’intégration qui détient les chiffres. Mais je parie qu’on ne se retrouvera pas avec 25000 sans papiers
                              en moins sur le sol français à la fin de l’année.
                              On vous aura pris pour un con, comme les autres...

                               smiley


                            • Nobody knows me Nobody knows me 2 juillet 2008 17:33

                              Voila que les etrangers arrivent, exploités, non soutenus, un peu de racisme, un peu de rejets, un peu de renault.

                              Ah lala, ces étrangers à moitié analphabètes qui ne savent ni lire ni écrire !! ...Mais Seb, seriez-vous étranger par hasard ?? Vous ne connaissez même pas les classiques de notre beau pays !! Comme le chanteur Renaud par exemple...
                              A moins que morice parle de la marque automobile ??


                            • morice morice 2 juillet 2008 11:31

                               par lerma (IP:xxx.x1.72.24) le 2 juillet 2008 à 11H21 

                               
                              @morice 

                              Mais les industries sont des investissements à long terme ! 

                              Rien à voir avec le court terme 

                              Une politique industrielle se définie dans le temps et les "socialistes" n’ont pas eux le courage de le faire 


                              c’était déjà du long terme... 

                              • morice morice 2 juillet 2008 11:43

                                 chaque être humain est mon pareil...
                                respectez-le davantage alors, et venez moins troller méchamment mes articles.. 

                                Morice , essayez juste de devenir non pas milliardaire , mais seulement millionnaire , vous verrez qu’ avec votre envergure intellectuelle vous serez chômeur-assediqué en moins de temps que met une trotteuse sur une Rolesque à compter les inanités par vous prononcées en soixante secondes par minute .

                                Vous devriez-vous lancer dans une filière bâches et tentures , vous rabâchez Morice


                                nous on voit qu’ un Morice à la fois , il est à la fois un peu neuneu , un peu insultant , un peu bébète , un peu frustré , en plus ils est fauché tout ça à la fois , mais y fé comment ce Morice à la fois ?

                                une Trabant pour Morice , je dirai même plus une Tremblante de chez Parking-Son pour la garer...

                                Ça c’est que pour hier : je n’y vois que des INJURES et AUCUN respect. Et vous vous dites "Humaniste" ? Allez donc le crier ailleurs... 


                              • rocla (haddock) rocla (haddock) 2 juillet 2008 12:18

                                Ben c’ est pas compliqué cher ami Morice , vous ôtez toutes les phrases où vous pratiquez l’ insulte envers vos contradicteurs et dans la seconde qui suit je vous promets d’ enlever mes appréciations à votre égard , chiche ?


                              • GRL GRL 2 juillet 2008 11:44

                                Tu sais Morice , on retrouve depuis la guerre de 14 , cette fuite en avant concernant la reconnaissance envers le contingent des anciennes colonies. La France est le pays qui a eu recours le plus massivement à son contingent pour repousser l’envahisseur, liberer son pays défendre son territoire, mais aussi , et comme tu le dis bien dans ton article , pour le reconstruire.

                                Mais curieusement , si c’est le pays qui a eu le plus recours à son contingent colonial , c’est le pays qui se verra tout au long de cette période, et en suivant , c’est à dire , jusqu’à nos jours, fuir son passé comme on fuit la peste. Il semble impossible de revenir en arriere , et pourtant, le recul démocratique dont le pays fait état aujourd’hui , est me semble t il , directement lié à la continuité de cette fuite en avant.

                                Tellement de gens Morice , je connais tellement de gens ayant une rancoeur vis à vis de cette époque, mais aimant la France tout autant, des gens divisés en leur coeur qui n’arrivent plus à exprimer les choses parce que personne veut les entendre.

                                Les oubliés de l’histoire, oui , Les Algériens , les Marocains , les Sénégalais, et tant d’autres nationalités si l’on considère l’étendue de l’empire avant la décolonisation. Alors ton article est un article qui fait du bien , comme le film de Bouchareb, Indigènes, a été un film qui a fait du bien... mais ce n’est pas suffisant hélas , et celà se comprend.

                                La volonté politique ne s’est toujours pas tournée, même vers un simple merci. Il y a pas si longtemps de celà , l’on reparlait de 14 avec la disparition des derniers poilus... Et à chaque fois, je me disais , " les derniers poilus , et si il restait un Sénegalais ou deux encore, irait on le chercher , l’interviewer ? En fait , on ne sait pas si il en reste , on a commémoré une fois de plus les choses franco françaises et pas un mot sur le contingent, les vies données du contingent.

                                Il en est de même pour 40, la libération a été vécue comme un évenement franco Français, pas un mot des Africains engagés dans la bataille, " enrôlés " pour aller libérer un pays qui n’était pas le leur, loin de chez eux. Combien de vies ici aussi . Mais rien , rien ne bouge.

                                La reconstruction est alors lancée et suivra l’époque dont tu parles. Mais rien là non plus dans le sens de la reconnaissance.

                                Aujourd’hui, même si celà tendrait à changer un tout petit peu, les métiers du BTP sont toujours majoritairement pratiqués par les enfants de nos anciennes colonies. Et toujours ce clivage, et toujours le même pays fuyant son passé. Ces gens ont recemment construit jusqu’au villas des particuliers, mais sans qu’il y ait un regard de plus dans leur direction... comme si l’on vivait dans un systeme de castes avéré... alors que l’on parle de démocratie et de citoyenneté à tours de bras...

                                Quels moyens pour entamer un mouvement de reconnaissance plus profond , plus sincere et plus global, un retour sur l’histoire ? A ton avis ?

                                GRL


                                • tvargentine.com lerma 2 juillet 2008 11:48

                                  Il est démontré en lisant vos commentaires que vous êtes ici pour faire de la provocation et ainsi vous rémunérez à la pige pour AGORAVOX

                                  Vous nous sortez encore un discours d’un fou qui s’était présentait à l’élection presidentielle en 1974 en voulant le prix de l’essence à 10 francs uniquement pour permettre aux tyrans africains de l’époque de s’en mettre encore plus dans les poches

                                  Les idées de DUMONT sont des idées d’extrème gauche et sont la politisation de l’écologie et c’est une grave dérive reactionnaire que de dire que l’écologie est politique

                                  D’ailleurs il suffit de bien regarder les idées des "verts" en France et particulièrement à Paris ou ils ont eu à gérer des organismes pour constater le chaos et l’anarchie

                                  Quand à l’Afrique,vous devriez saluer l’immigation chinoise dans ce continent qui va apporter une force de travail,une mixité sociale et un developpement du travail et du commerce

                                  Bref,on ne peut pas dire : je suis pour l’immigration en France et dire je suis contre l’immigration en Afrique



                                  • Zalka Zalka 2 juillet 2008 14:01

                                    Ta gueule Lerma.


                                  • rocla (haddock) rocla (haddock) 2 juillet 2008 14:36

                                    Zalka

                                    Toi y en a toujou di la même choz


                                  • Céphale Céphale 2 juillet 2008 11:56

                                    Cet article m’a touché. Je vous aime bien, Morice


                                    • morice morice 2 juillet 2008 12:06

                                       par lerma (IP:xxx.x57.112.24) le 2 juillet 2008 à 11H48 

                                       
                                      Il est démontré en lisant vos commentaires que vous êtes ici pour faire de la provocation et ainsi vous rémunérez à la pige pour AGORAVOX 

                                      et hop il recommence !!! 

                                      c’est GRATOS, Lerma, GRATOS...
                                      Vous nous sortez encore un discours d’un fou qui s’était présentait à l’élection presidentielle en 1974 en voulant le prix de l’essence à 10 franc
                                      eu... ça fait pile le prix actuel, Lerma : il avait 34 ans d’avance.Et vous, vingt siècles de retard... seulement.

                                      • morice morice 2 juillet 2008 12:10

                                         par Céphale (IP:xxx.x17.47.107) le 2 juillet 2008 à 11H56 

                                         
                                        Cet article m’a touché. Je vous aime bien, Morice
                                        Ben ça ça m’émeut, vu que j’y ai aussi placé mon Papa dans l’histoire. Bon allez je vous l’avoue : J’ai rencontré plusieurs fois Trannin, quand j’étais jeune. Rarement un homme m’a fait une telle impression... d’humanité. Quand on a donné son nom à la tribune, j’en ai pleuré. Si,si. Il est mort bien trop jeune !!!

                                      • morice morice 2 juillet 2008 12:11

                                         c’est tout aussi touchant, Olga, un grand merci. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès